La langue française

Satirique

Définitions du mot « satirique »

Trésor de la Langue Française informatisé

SATIRIQUE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − LITT. [En parlant d'un ouvrage, d'un écrit] Qui appartient au genre de la satire. Chanson, farce, littérature, livre, œuvre, pièce, récit, roman satirique. De quel genre sont-ils [des vers]? héroïques, satiriques? Est-ce une épître, une idylle, une églogue? (Leclercq, Prov. dram., Manie prov., 1835, 6, p. 35).[En parlant d'un aut.] Qui écrit, compose des satires. Poète satirique. Pour moi, je vous dirai que, de tout temps, l'historien, le moraliste, l'écrivain satirique ont été en possession de censurer les vices généraux, et surtout les vices des cours (Courier, Pamphlets pol., Procès, 1821, p. 121).
Acteur satirique. Acteur qui joue des satires. C'est sous de si favorables auspices que nos auteurs et acteurs satiriques et comiques virent commencer le seizième siècle (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p. 179).
B. − P. ext.
1. [En parlant d'une pers.] Qui est porté à la critique, à la raillerie dans ses écrits ou dans ses paroles. On m'a dit éclectique, satirique, car on m'a supposé le cœur trop noble pour ne pas avoir été profondément affligé de la servitude de tout un peuple (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1844, p. 286).
2. Qui exprime un goût pour la satire, la raillerie, la critique virulente. Journal, peinture, plume satirique; ton satirique. Cette moquerie que je repousse continuellement et qui me revient sans cesse, me met en souffrance; car je hais l'esprit satirique comme étant l'esprit le plus petit, le plus commun et le plus facile de tous (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 60).Ce sujet développe en moi une veine satirique, presque badine, qui risquerait d'avoir l'inconvénient de diminuer la portée même de ce que je peux avoir à dire (Du Bos, Journal, 1927, p. 351).
II. − Substantif
A. − LITT. Auteur de satires. Synon. satiriste (dér. s.v. satire).Le satirique latin Horace. Juvénal (...) doué d'un naturel ardent, d'une sensibilité profonde, a peint le vice avec indignation: véhément dans son éloquence, plein de chaleur et d'énergie, ce serait le modèle des Satiriques, s'il n'était pas déclamateur (Dem.1802).Hogarth [dans le Départ des gardes] trahit à sa façon le ferrum est quod amant du satirique latin, et sa version ne manque ni de sel ni de gaieté (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 320).
P. ext. Personne qui a un goût prononcé pour la satire, qu'elle pratique dans ses écrits ou dans ses propos. On disait au satirique anglais Donne: « Tonnez sur les vices, mais ménagez les vicieux. − Comment, dit-il, condamner les cartes, et pardonner aux escrocs? » (Chamfort, Caract. et anecd., 1794, p. 101).
B. − Subst. masc. Journal spécialisé dans la satire des personnes, des événements, des institutions. Les sermonnaires, les satiriques, les gazettes criminelles, donnent une idée fausse d'une époque, en insistant sur le mal qu'elle contient (Amiel, Journal, 1866, p. 323).
REM.
Satiriquement, adv.D'une manière satirique. Parler satiriquement. [Hans Richter] reprit la méthode du cinéma-œil (...) où l'analogie des gestes lui servit à lier satiriquement des images surprises dans la foule (Sadoul, Cin., 1949, p. 194).
Prononc. et Orth.: [satiʀik]. Homon. satyrique. Ac. 1694-1740: satyrique; dep. 1762: -ti-. Étymol. et Hist. 1. xves. [ms.] sathirique « qui appartient au genre de la satire » (Évrart de Conti, Probl. d'Arist., B. N. 210, f o227b ds Gdf. Compl.); 2. 1491 homme satyrique et mocqueur « porté à la satire, à la raillerie » (La Mer des Histoires, II, 36d d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 159); 3. 1522 satyricz « qui cultive, pratique le genre de la satire » empl. subst. (J. Bouchet, Labyr. de fort., f o41 v ods Gdf. Compl.); 1529 adj. poete satyric (Tory, Champfleury, l. I, 2 r ods Hug.). Empr. au b. lat.satiricus (et satyricus, v. satire) « de satire, satirique » adj. et subst. Fréq. abs. littér.: 161. Bbg. Laurent (P.). Contribution à l'hist. du lex. fr. Romania. 1925, t. 51, p. 44.

Wiktionnaire

Adjectif

satirique \sa.ti.ʁik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui appartient à la satire ; qui tient de la satire.
    • Mais, pour répondre à ceux qui pourront m'accuser d'avoir été satirique, je soutiens qu'il a toujours été permis aux gens de lettres de plaisanter sur la vie humaine, pourvu que cette plaisanterie ne dégénérât point en rage et en fureur. — (Érasme; Érasme de Rotterdam à son ami Thomas Morus in "Éloge de la folie", traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
    • La poésie satirique ne procède pas non plus du latin, les Bibles sont nées à l'aspect des désordres du temps. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
    • Dans le décor des miséricordes, autrefois simple, les huchiers donnent libre cours à leur fantaisie, les groupes sculptés n'ont pas toujours un caractère religieux, la tendance de l'époque au réalisme stimule l'humour et la verve satirique des artistes. — (Histoire de l'art: L'Europe médiévale, sous la direction de Jean Babelon, Paris : NRF/Gallimard (Encyclopédie de la Pléiade), 1961, p. 889)
  2. Qui est enclin aux propos mordants ; qui est porté à la médisance.
    • De juillet 1888 à février 1890, Alfred Le Petit réactive son journal satirique de 1871, La Charge, pour en faire un brûlot boulangiste, mais il s'enlise avec le déclin du général. — (Bertrand Tillier, À la charge!: la caricature en France de 1789 à 2000, Éditions de l'Amateur, 2005, page 73)

Nom commun

satirique \sa.ti.ʁik\ masculin et féminin identiques

  1. Auteur de satires.
    • Mais les succès de ces convertisseurs bénévoles devaient être considérables, à en juger par les récriminations qu'il souleva de la part des auteurs des Évangiles et par les flèches que leur décochent les satiriques latins. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La France n'aime plus les moralistes : ils posent des problèmes qui n'existent pas. Elle n'aime plus les satiriques : ils dérangent l'ordre présent des valeurs. Approfondir, soit, contester, non. — (Philippe Tesson; en avant-propos de « André Malraux ou le temps du silence » par André Brincourt, 1966)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SATIRIQUE. adj. des deux genres
. Qui appartient à la satire, qui tient de la satire. Poète satirique. Poésie satirique. Ouvrage satirique. Pièce satirique. Trait satirique. Discours satirique. Il signifie aussi Qui est enclin aux propos mordants, porté à la médisance. Esprit satirique. Il s'emploie comme nom masculin et signifie Auteur de satires. Mathurin Régnier est avec Boileau notre meilleur satirique.

Littré (1872-1877)

SATIRIQUE (sa-ti-ri-k') adj.
  • 1Qui appartient à la satire, qui tient de la satire. Poésie satirique. Trait satirique. L'aristocratie est le gouvernement qui proscrit le plus les ouvrages satiriques, Montaigne, Esp. XII, 13.
  • 2Enclin, porté à la satire, à la médisance. Son humeur satirique [de Célimène] est sans cesse nourrie Par le coupable encens de votre flatterie, Molière, Mis. II, 5. Rien n'échappait à sa liberté satirique [de Diogène], Fénelon, Diog. Une femme satirique ressemble à Méduse et à Scylla, deux beautés changées en monstres, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Deshoulières. Vous le rendrez [un enfant] méchant et satirique, Rousseau, Ém. IV. Une autre preuve moins équivoque du caractère satirique de Racine, c'est l'épigramme qu'il fit contre le Sésostris de Longepierre, D'Alembert, Éloges, Despréaux.
  • 3Qui compose des satires. Monseigneur, il faut que je vive, disait un malheureux auteur satirique au ministre qui lui reprochait l'infamie de ce métier : Je n'en vois pas la nécessité, lui repartit l'homme en place, Rousseau, Ém. III.

    Substantivement. Nous autres satiriques, Propres à relever les sottises du temps, Nous sommes un peu nés pour être mécontents, Boileau, Épît. VIII. Pascal, le premier des satiriques français, car Despréaux ne fut que le second, était intimement lié avec ces illustres et dangereux solitaires [de Port-Royal], Voltaire, Louis XIV, 37.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « satirique »

Du latin satiricus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Satire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « satirique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
satirique satirik

Citations contenant le mot « satirique »

  • Il faudrait faire du théâtre satirique avec la netteté d'un Beaumarchais et l'abondance d'un Rabelais. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • La chanson est dans le quotidien de chacun ; c'est sa fonction, sa force. Sociale, satirique, révolutionnaire, anarchiste, gaie, nostalgique... Elle ramène chacun de nous à son histoire. De Barbara
  • La femme ne sait pas séparer l'âme du corps. Elle est simpliste, comme les animaux. Un satirique dirait que c'est parce qu'elle n'a que le corps. De Charles Baudelaire / Mon Coeur mis à nu
  • En Tunisie, une blogueuse a été condamné à six mois de prison après avoir partagé un post satirique sur la Covid-19 écrit sous la forme d'un verset du Coran. BBC News Afrique, La blogueuse Emna Charqui condamnée pour un post satirique à connotation coranique - BBC News Afrique
  • « Toi aussi, joue avec lui. » En première page de « L'Aiguillon », un dessin au crayon noir compare le maire de Fresnes-Léguillon, Christian Legros, à un pantin. Le journal satirique, dont le premier numéro est paru en juin, porte bien son nom : L'Aiguillon — une pointe de métal —, qui s'y frotte, s'y pique. Dans ce charmant village de 500 âmes et quelques caractères bien trempés, ses rédacteurs ne font pas dans la dentelle. leparisien.fr, À Fresnes-Léguillon, les opposants au nouveau maire font dans la satire - Le Parisien
  • Quelques heures plus tard, le site satirique belge Nordpresse en a rajouté une couche en affirmant avoir piégé l’ex-ministre de l’écologie au téléphone. En se faisant passer pour le secrétariat du premier ministre, son interlocuteur lui parle de son éventuelle entrée au gouvernement. « On voulait savoir si vous étiez disposés à entrer au gouvernement », commence son interlocuteur. « Les Français ne seraient pas contre », répond en riant Ségolène Royal. « On vous veut dans notre équipe », conclut son interlocuteur à l’issue d’un échange téléphonique de moins d’une minute. , Non, Ségolène Royal n'a pas été piégée par un site satirique belge
  • Jean-Yves Le Drian, aurait voulu envoyer un SMS à Emmanuel Macron à propos de la potentielle venue de Ségolène Royal au gouvernement. Mais, selon le journal satirique Le Canard Enchaîné, le chef de la diplomatie se serait trompé d'expéditeur, et aurait envoyé le message à la principale intéressée.   lindependant.fr, “Cette folle de Sego”, la grosse gaffe de Jean-Yves Le Drian raconté par Ségolène Royale - lindependant.fr

Traductions du mot « satirique »

Langue Traduction
Anglais satirical
Espagnol satírico
Italien satirico
Allemand satirisch
Chinois 讽刺的
Arabe الساخرة
Portugais satírico
Russe сатирический
Japonais 風刺的な
Basque satirikoa
Corse satiricu
Source : Google Translate API

Synonymes de « satirique »

Source : synonymes de satirique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « satirique »

Satirique

Retour au sommaire ➦

Partager