Rue : définition de rue


Rue : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RUE1, subst. fém.

A. − Voie de circulation bordée de maisons dans une agglomération.
1. [La rue est un espace qui est décrit (dans sa structure, dans ses caractéristiques)] Les pavés des rues brillaient sous le soleil quand ils rentrèrent dans la ville (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 156):
1. Et la première rue à droite, − je ne sais pas comment elle s'appelle: pas plus de plaque que de numéros, − est laide. Pittoresque, je ne dis pas non: une sorte de boyau tortueux, magnifiquement sale, et grouillant d'une cohue bien bigarrée. Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 134.
Rue couverte. Rue commerçante abritée par un toit, par une verrière. Il lui montra trois femmes, sous la rue couverte, entre le pavillon de la marée et le pavillon de la volaille (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 676).
Rue piétonne (v. piéton2), piétonnière (rem. s.v. piéton2).
[Dans des expr.]
À tous les coins de rue. Souvent, fréquemment. Dans ce vieux Rouen où je me suis embêté sur tous les pavés, où j'ai bâillé de tristesse à tous les coins de rue (Flaub., Corresp., 1845, p. 167).
Vieux comme les rues. Très vieux, banal. Son désespoir après le départ de la grue, Le duel avec Gontran, c'est vieux comme la rue (Verlaine, Œuvres compl., t. 1, Jadis, 1884, p. 382).
Courir les rues. Être commun, être extrêmement répandu. Mon cher docteur, je ne vous conseille pas de soulever ici des controverses de cet ordre. L'esprit pharmaco-médical court les rues (Romains, Knock, 1923, iii, 8, p. 19).Lorsqu'une pensée s'offre à nous comme une profonde découverte, et que nous prenons la peine de la développer, nous trouvons souvent que c'est une vérité qui court les rues (Éluard, Donner, 1939, p. 174).
Le bout de la rue fait le coin (fam., vieilli). ,,La chose est évidente et banale`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
Les rues en sont pavées. ,,Il y en a autant qu'on en veut; la chose est courante, sans valeur`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
La rue est à tout le monde. Cet avantage, cette prérogative appartient à tous. « La rue est à tout le monde », reprenais-je en donnant à ces mots un sens différent (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 145).
SYNT. Rue asphaltée, bordée de maisons, écartée, étroite, défoncée, encaissée, ensoleillée, illuminée, montante, obscure, pavée, pavoisée, silencieuse, sinistre, tortueuse, tranquille; belle, grande, immense, longue, petite, vieille rue, rue à arcades, plantée d'arbres; rue unique (d'un village); plan, réseau, enchevêtrement, dédale, labyrinthe des rues (d'une ville); balayage, nettoyage des rues; rue à sens unique; rue barrée, sans issue.
[La rue porte un nom ou un numéro] Au premier restaurant, là, au coin, rue Castiglione (Borel, Champavert, 1833, p. 213).Un Child's, par exemple celui de la Cinquième avenue, près de la Cinquante-septième rue, est aussi plein qu'à midi (Morand, New-York, 1930, p. 198):
2. Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest Et je t'ai croisée rue de Siam Tu souriais Et moi je souriais de même Prévert, Paroles, 1946, p. 237.
Grand(e) rue, rue principale. La maisonnette que nous habitons (...) s'ouvre, d'un côté, sur la rue principale du lieu, de l'autre, sur un jardin (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 451).M. Romarin, le coiffeur de la Grand'Rue, sortit le premier (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 7).
Arg., pop. [Dans des expr.] Ça fait la rue Michel. [Par jeu de mots sur le nom de la rue Michel-le-Comte à Paris] Ça suffit comme ça, c'est assez, ça fait le compte. Pourvu que nous soyons de retour après-demain matin au rapport, ça fait la rue Michel, c'est le capiston qui me l'a dit (Courteline, Train 8 h 47, 1888, p. 78).P. ell. Ça fait la rue. Tant qu'au reste [des fatras du sellier], (...) arrangez-le pour (...) qu'on puisse enfin circuler dans ce bazar − et ça fera la rue (M. Stéphane, Ceux du trimard, 1928, p. 165).
Loger rue du Croissant. Être trompé par sa femme, être cocu. (Ds Delvau, Dict. de la lang. verte, 1889, p. 228).
2. [La rue, espace de référence, entre dans la constr. de loc. de lieu]
Au, en... de la rue. En bas, en bordure, en haut, au coin, au milieu de la rue. Au bout de la rue de la Cossonnerie, les maisons du boulevard Sébastopol étaient toutes noires (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 625).
En pleine rue. Dehors, au vu et au su de tout le monde. Alors, je le souffletterai en pleine rue (Zola, Nana, 1880, p. 1454).
Le long de la rue, des rues. Tout le long de la rue on ne voyait que cela (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 114).
Sur (la) rue. Qui donne du côté de la rue. Donner sur la rue; avoir vue sur la rue. C'est bien vous qui avez pour maîtresse, boulevard Magenta, 111 bis, au quatrième sur la rue, une personne appelée Adèle? (Courteline, Boubouroche, 1893, i, 3, p. 38).
Avoir pignon sur rue. V. pignon2.
3. [La rue, espace où se déroule un procès] Verbe + (dans) la rue.Mademoiselle Lanze traversa la rue (Gobineau, Pléiades, 1874, p. 116).Il s'était dit: « Quelle idée d'aller se promener rue de Rivoli, en pleine matinée, quand on se sait recherché par la police? » (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. 212).
Sortir dans la rue. Se montrer à visage découvert. Je n'ose sortir dans la rue [Amiel a eu une brûlure] (Amiel, Journal, 1866, p. 304).
SYNT. Arpenter, atteindre, descendre, gagner, habiter, longer, monter, parcourir, traverser la rue; traîner (dans) les rues (fam.); aller, attendre, courir, s'installer, se promener, croiser qqn, se battre, chanter dans la rue.
4. [La rue, espace de la vie urbaine et populaire] Rue animée, bruyante, commerçante, déserte, grouillante, mal famée, misérable, passante, populeuse, vide. La rue assourdissante autour de moi hurlait (Baudel., Fl. du Mal, 1860, p. 161).Tous les gens du quartier étaient dans la rue. Des enfants lançaient des pétards, d'autres brandissaient des lampions (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 172).
Rue chaude*.
Sirop* de (la) rue.
De la rue, des rues. [En parlant d'une pers.] Qui vit, travaille dans la rue. Léo: Non, Michel; nous, nous sommes des gens de la rue, des gens de la boue (Cocteau, Parents, 1938, iii, 10, p. 247).
Chanteur des rues. Chanteur qui interprète des chansons dans la rue pour gagner sa vie. Les trouvères allaient par deux, comme encore les chanteurs des rues (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 223).Chanson des rues. Chanson populaire. Un événement politique, un procès en cour d'assises, une chanson des rues, les farces d'un acteur, tout sert à entretenir ce jeu d'esprit qui consiste surtout à prendre les idées et les mots comme des volants, et à se les renvoyer sur des raquettes (Balzac, Goriot, 1835, p. 62).
Marchand(e) des rues. Celui, celle qui commerce dans la rue. À terre, les marchandes des rues se partageaient des mannes de harengs et de petites limandes, achetées en commun (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 702).
5. [La rue, espace de l'agitation pol., des guerres civiles et des luttes révolutionnaires] Défiler, se battre, manifester dans la rue; combats de rues. Un peu de cette poésie qui est dans les fêtes et dans les foules, les jours, aujourd'hui trop rares, où le peuple descend dans la rue (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p. 102).
P. méton. La rue. Le peuple, les gens de la rue, la population des villes prête à s'insurger. [Le peuple] ouvrait la porte, et la rue entrait dans l'assemblée (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 182).[Renaudin] voyait les parlementaires intriguer et la rue s'agiter (Barrès, Appel soldat, 1900, p. 98):
3. ... trois ouvriers qui passaient, levaient la tête de son côté, avec un rire gouailleur. Dans leurs propos il ne put distinguer que ce mot: Panama! Le mépris de la rue montait au député. De Vogüé, Morts, 1899, p. 301.
6. [La rue, espace du désœuvrement, de la misère, du vice] Pas même un toit pour dormir, pas même de nom. La rue (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 187).Séduite, puis poussée à la rue, puis ramassée par les ivrognes, la pente descendait vite à la boue (Zola, Travail, t. 1, 1901, p. 41).
Être à la rue. Être sans toit, sans ressource, être sur le pavé. En attendant, mes enfants sont à la rue (Camus, État de siège, 1948, 2epart., p. 246).
Jeter, mettre qqn à la rue. Expulser quelqu'un, priver quelqu'un de son emploi, lui ôter secours et protection. Il la jeta littéralement à la rue, et refusa de plus jamais entendre parler d'elle (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 100).
Fille des rues. Prostituée. « Fille des rues » − qu'est-ce que cela signifiait donc d'employer ce terme entre ciel et mer, sur un récif, il n'existait point de rues ici, point de filles des rues, point de traînées, point de salopes (Queffélec, Recteur, 1944, p. 60).
Gamin des rues. Synon. de poulbot, gavroche, titi.Sa figure de gamin des rues, balafrée par le voyage et fripée par le chagrin (Martin du G., Thib., Cah. gris, 1922, p. 667).
B. − P. anal.
1. CARR. Rue de carrière. ,,Galerie de carrière souterraine, parallèle à la direction de la galerie principale qui, partant de la bouche de la carrière, pénètre dans la masse`` (Noël 1968).
2. MÉTÉOR. Rue de nuages. ,,Nuages disposés en files sensiblement parallèles à la direction du vent et paraissant converger, par suite de l'effet de la perspective, vers un point ou vers deux points opposés de l'horizon. Les nuages qui constituent le plus souvent les « rues de nuages » sont les cumulus`` (Villen. 1974).
3. NAV. Rue de chauffe. Au temps de la vapeur, passage devant les foyers de chaudières lorsque celles-ci étaient alimentées à bras d'hommes. Ils se munissaient de cirés, comme les matelots, afin de se protéger de la violence des embruns qui tombaient dans les rues de chauffe (Journal Le Marin, 28 nov. 1975ds Gruss 1978).
4. THÉÂTRE. Dans un plateau classique « à l'italienne » bande parallèle à l'ouverture de scène, large de 1,14 m environ et composée de panneaux mobiles. Il y a deux espèces de tiroirs, le tiroir de la rue et celui du trappillon [au plancher de la scène] (Moynet, Machinerie théâtr., 1893, p. 22).Les rues alternent avec les « fausses rues » (Giteau1970).
5. TYPOGR. Défaut dans la disposition des lignes dont les blancs produits par les espaces se trouvent alignés verticalement (d'apr. Maire, Manuel biblioth., 1896, p. 355).
REM.
Ruette, subst. fém.,vieilli. Petite rue, ruelle. Une bonne vieille chineuse, que son industrie ambulante ramenait de temps en temps dans la ruette longeant l'enclos (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 126).
Prononc. et Orth.: [ʀy]. Homon. ru, rue2et formes du verbe ruer. Att. ds Ac. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 « voie bordée de maisons dans une agglomération » (Alexis, éd. Chr. Storey, 212); 2. 1675 « ensemble des habitants des maisons qui bordent cette voie » (Mmede Sévigné, Lettre du 30 oct. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 146); 3. a) 1701 rue de carrière (Fur.); b) 1772 théâtre (Encyclop., Planches t. 10, IV, p. 1a). Du b. lat. ruga « chemin bordé de maisons » (Blaise Lat. chrét.) issu, p. métaph. du lat. class. ruga « ride ». Voir FEW t. 10, pp. 545b-546a. Fréq. abs. littér.: 24 591. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 23 117, b) 54 585; xxes.: a) 37 170, b) 33 251. Bbg. Archit. 1972, p. 133. − Baldinger (K.). Die Bezeichnungen für Weg im Galloromanischen. In: [Mél. Rohlfs (G.)]. Tübingen, 1968, pp. 100-101. − Quem. DDL t. 31 (s.v. rue chaude).

RUE2, subst. fém.

BOT. Plante herbacée de la famille des Rutacées, à petites fleurs jaunes, qui croît dans la région méditerranéenne en exhalant une forte odeur fétide et dont les feuilles, autrefois utilisées pour leurs vertus antiseptiques et stimulantes, fournissent aujourd'hui la rutine. L'ange lui nettoya le nerf optique avec (...) la rue, car il [Adam] avait beaucoup à voir, et versa dans ses yeux trois gouttes de l'eau du Puits de vie (Chateaubr., Paradis perdu, 1836, p. 405).
Prononc. et Orth. V. rue1. Homon. ru, rue1et formes du verbe ruer. Étymol. et Hist. Fin du xies. rude bot. (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 917); ca 1200 rue (Jean Renart, Escoufle, éd. Fr. Sweetser, 6686). Du lat. ruta « id. ». Bbg. Arveiller (R.). Méd. et matière méd. (50 nouv. dat.). R. Ling. rom. 1970, t. 34, p. 183. − Joret (Ch.). Gloss. des noms de plantes. Romania. 1889, t. 18, p. 581.

Rue : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

rue \ʁy\ féminin

  1. (Urbanisme) Voie de circulation bordée, au moins en partie, de maisons, dans une agglomération (bourg, village, ville).
    • Une pluie glacée tombait dans les rues miroitantes. Je marchais le long des boutiques, m’appuyant au rebord des devantures pour ne point m’écrouler sur le trottoir. — (Octave Mirbeau, La tête coupée)
    • Aux terrasses des brasseries, échelonnées du faubourg Montmartre, à la rue Drouot, de larges gouttes s'écrasaient sur le sol. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Il y a dans certaines villes jusqu’ici préservées, il y a de ces rues extraordinaires, remarquables tantôt par leur fourmillement et tantôt par leur silence, car la variétés des villes est infinie. — (Pierre Louÿs, La Ville plus belle que le monument, dans Archipel, 1932)
    • Rue de la Paix, des midinettes sortaient en bandes et traversaient la place Vendôme et la rue de Rivoli en se donnant le bras. — (Paul Nizan, La Conspiration, 1938, p.51)
    • Émile vit dans une ville, petite, quiète, une ville aux rues propres, aux trottoirs nets et les façades des maisons rénovées, excepté quelques-unes dans les ruelles au nord. — (Marcelle Gay, Profil perdu, L'Âge d'Homme, 1984, page 38)
  2. (Par métonymie) L’ensemble des habitants, des commerces et des piétons d’une rue.
    • À la suractivité ordinaire des rues de New York s’ajouta une fièvre belliqueuse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 213 de l’éd. de 1921)
  3. (Industrie minière) Tranchée vide après son exploitation dans une carrière ou une mine.
  4. Espace ou passage long et étroit.
    • Dans la salle des machines des cargos on trouve des rues de chauffe.
    • L’espace entre deux coulisses parallèles, au théâtre, s’appelle aussi une rue.
  5. (Imprimerie) Espace vide vertical produit par l’alignement fortuit de blancs dans une page imprimée.

Nom commun 2

rue \ʁy\ féminin

  1. (Botanique) Plante dicotylédone herbacée ou ligneuse vivace de la famille des Rutacées, à fleurs jaunes.
    • La rue fétide porte bien son nom !
    • Le sol n'était qu'une immense dalle de calcaire bleuté, sillonnée de fentes toutes brodées de thym, de rue et d'aspic… — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 311.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rue : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RUE. n. f.
T. de Botanique. Plante ligneuse, et d'une odeur très forte, dont les feuilles ont un goût âcre et amer, et à laquelle on attribue diverses propriétés médicales.

Rue : définition du Littré (1872-1877)

RUE (rue) s. f.
  • 1Chemin bordé de maisons ou de murailles dans une ville, dans un bourg, etc. Rue Saint-Honoré. Rue Notre-Dame-des-Victoires. Envoyer des soldats à chaque coin des rues, Corneille, Héracl. III, 4. Pour traverser la rue au milieu de l'orage, Un ais sur deux pavés forme un étroit passage, Boileau, Sat. VI. Pour dormir dans la rue on n'offense personne, Racine, Plaid. I, 1. Il est bon de commencer de la rue à se faire écouter par le bruit du carrosse et du marteau qui frappe rudement la porte ; cet avant-propos prévient pour le reste du discours, Montesquieu, Lett. pers. 82. La ville [Rome] n'avait pas même de rues, si l'on n'appelle de ce nom la continuation des chemins qui y aboutissaient, Montesquieu, Rom. I. Si le mur du jardin qui donne sur la rue…, Chénier M. J. Fénel. II, 4. Venise n'a point de rues ; toutes les maisons sont entourées d'eau, Forfait, Instit. Mém. scienc. t. V, p. 218. La colonne s'arrête ; ses derniers chevaux couvrent encore la campagne ; son centre est engagé dans une des plus longues rues de la ville [Moscou] ; sa tête touche au Kremlin, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 4. Ceux qui avaient parcouru la ville [Moscou], assourdis par la tempête, aveuglés par les cendres, ne pouvaient plus se reconnaître, puisque les rues disparaissaient dans la fumée et sous les décombres, Ségur, ib. 7.

    Avoir pignon sur rue, voy. PIGNON.

    Ce cheval a pris un clou de rue, voy. CLOU, n° 2.

    Être fou à courir les rues, être extrêmement fou. Il [Cl. Tardy] est à la veille de courir les rues, de folie et de présomption, ou d'être enfermé dans les Petites Maisons, Patin, Lett. t. II, p. 175.

    Cette histoire, cette nouvelle court les rues, elle est connue de tout le monde. Je serais inexcusable si j'entreprenais de décrire l'action du monde la plus héroïque sur des mémoires qui courent les rues, Retz, IV, 171.

    L'esprit court les rues, il est commun ; tout le monde en a.

    Être vieux comme les rues, être fort vieux.

    Cela est vieux comme les rues, se dit d'une chose qui n'est plus à la mode.

    Le bout de la rue fait le coin, se dit pour se moquer du galimatias de quelqu'un.

    Fig. Les rues en sont pavées, se dit de choses extrêmement communes.

    Être bon à jeter dans la rue, n'être plus bon à rien. Je ne suis pas à jeter dans la rue, La Fontaine, Gag.

  • 2La grande rue, ou la grand' rue, rue principale d'une ville de province.
  • 3Les habitants d'une rue. [à Rennes] On a chassé et banni toute une grande rue et défendu de les recueillir, sur peine de la vie, Sévigné, 229.
  • 4Espace qui reste vide dans une carrière, après qu'on a exploité les différents bancs de pierre dont elle se compose ; se dit aussi des chemins, issues, etc. qu'on pratique pour l'exploitation.

HISTORIQUE

XIe s. Toutes les rues ù li bourgeis estunt, Ch. de Rol. CXC.

XIIe s. Qui donc veïst le duc sur un cheval gascon Poindre parmi les rues, à sa main un baston…, Sax. VIII. Es rues de Seissuns se sunt entreveü, Th. le mart. LII.

XIIIe s. En ceste cité a CLX grans rues, et en chascune rue X mille maisons, Marc Pol, p. 507.

XIVe s. Et de pluseurs maisons est faite une rue, et de pluseurs rues une cité…, Oresme, Eth. 253. Ens i a Bauduins le [la] grant cité cherquie [parcourue], De rue en rue va, Baud. de Seb. XI, 46. Le suppliant se latita grant pieça par Paris en rues foraines [détournées], Du Cange, foraneus.

XVe s. Et nous fu dit par les gens là presens que ledit Mons. d'Orleans et ses gens avoient esté ainsi tuez et murdriz emmy la dicte rue [Vieille-Rue-du-Temple] en alant leur chemin, et que ceulx qui ce avoient fait s'en estoient fouiz et laissié les corps tous mors dedens la boe emmy la rue, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 217. L'escuyer, qui l'attendoit au tourner d'une rue [chemin] sur les champs, Froissart, liv. I, p. 401, dans LACURNE.

XVIe s. Ne tirans une seule volée qu'elle ne fist des rues dans les escadrons et bataillons du camp ennemy, Sully, Mém. t. I, p. 325. N'est permis de faire fumier aux rues publiques par lesquelles le trompette crie chemin faisant les criées…, Nouv. coust. gén. t. IV, p. 710. Et bien, puisqu'estes d'advis que je me mette en rue [j'entre dans la dispute]…, Contes de Cholières, f° 102, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rue : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RUE, s. f. (Hist. nat. Bot.) ruta, genre de plante à fleur en rose, composée le plus souvent de quatre pétales concaves & disposés en rond. Le pistil sort du calice, & devient dans la suite un fruit arrondi, tétragone pour l’ordinaire, & composé souvent de quatre capsules attachées à un axe. Ce fruit renferme des semences qui ont ordinairement la figure d’un rein, ou qui sont anguleuses. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Rue sauvage, harmala ; genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le pistil sort du calice, & devient dans la suite un fruit arrondi & divisé en trois capsules, qui renferment des semences le plus souvent oblongues. Ajoutez aux caracteres de ce genre, que les feuilles sont alternes. Tournefort, institut. rei herbar. Voyez Plante.

Rue, (Jardinage.) ruta, petit arbrisseau toujours vert, qui vient naturellement dans les pays méridionaux de l’Europe. Il s’éleve à quatre ou cinq piés ; ses feuilles sont épaisses, charnues, découpées, & d’un verd bleuâtre. Ses fleurs qui paroissent au mois de Juin sont jaunes & de peu d’agrément, elles viennent en bouquets au bout des branches. Ses graines qui sont noires, petites & anguleuses, sont renfermées dans une capsule qui a quatre loges. Quoique le feuillage de cet arbrisseau soit d’une jolie apparence, il rend une odeur forte, si désagréable, qu’il n’y a guere moyen d’en faire usage pour l’agrément. Son accroissement est prompt, il est robuste, il réussit dans toutes sortes de terreins, & il se multiplie aisément de graines, de branches couchées & même de bouture : cette derniere méthode est la voie la plus courte.

La Médecine fait usage de la rue dans quantité de circonstances. Elle a surtout la vertu de préserver des venins. Les Maréchaux en tirent des secours pour la cure des maladies du cheval & autres bestiaux. En Angleterre, en Hollande & en Allemagne, on fait entrer la rue dans plusieurs ragoûts. En Italie on mange ses plus jeunes rejettons en salade. Mais on ne fait en France nul usage de cette plante dans les alimens. Les goûts varient chez les différentes nations, comme les mœurs & les opinions.

On connoit plusieurs especes de rue : voici les plus remarquables.

1. La rue domestique, c’est la plus commune, & celle dont on fait plus particulierement usage.

2. La rue domestique à petites feuilles, ses fleurs sont aussi plus petites. Cet arbrisseau n’a pas d’autres différences.

3. La rue domestique à petites feuilles panachées, ses feuilles sont joliment tachées de blanc, pendant l’hiver & dans le commencement du printems. Mais ce qu’il y a de plus remarquable dans cet arbrisseau, c’est que les taches ne sont apparentes que dans le tems où la seve n’est plus en action. Elles disparoissent peu-à-peu, à mesure que l’arbrisseau végete au printems, & on les voit reparoitre en automne, dès que la seve n’agit plus. On peut regarder cette plante comme un barometre de végétation.

4. La rue d’Alep à larges feuilles, elle est plus délicate que les précédentes, & elle répand une odeur encore plus forte & plus désagréable.

5. La rue d’Alep à petites feuilles, c’est tout ce qui en fait la différence.

6. La grande rue sauvage, elle a beaucoup de ressemblance avec la premiere espece, si ce n’est qu’elle s’éleve davantage, & que ses feuilles, ses fleurs & ses graines sont plus petites, & que sa verdure est plus blanchâtre. Mais elle est moins robuste & d’une odeur si forte & si insupportable, qu’elle porte à la tête. Il y a même dans cette plante une vertu si active & si pénétrante, qu’elle occasionne de l’inflammation à la peau, lorsqu’on touche ses feuilles.

7. La petite rue sauvage, sa feuille & sa fleur sont plus petites que celles de la précédente. Elle s’éleve beaucoup moins, & elle n’a pas de meilleures qualités. Cependant c’est l’espece de rue qui a le plus d’agrément par rapport à son feuillage qui est très-joli.

8. La rue d’Espagne, sa feuille ressemble à celle du lin, & elle est fort délicate.

Rue, (Mat. méd.) rue des jardins & grande rue sauvage. Ces deux plantes ont les mêmes propriétés, & peuvent se substituer l’une à l’autre. On doit observer seulement que la derniere a plus d’efficacité que la premiere, &c.

Les feuilles & les semences de la rue sont d’usage.

L’infusion des feuilles fraîches de cette plante, ou ces mêmes feuilles seches réduites en poudre, sont des remedes très-efficaces pour rétablir les regles, & pour calmer les accès de vapeurs histériques. Ces mêmes remedes sont de bons vermifuges. Les semences ont les mêmes vertus, & sont employées aux mêmes usages. Le suc dépuré des feuilles est encore plus puissant. On emploie avec succès l’eau distillée de rue dans les juleps & les potions hystériques, anti-spasmodiques & vermifuges. Cette eau est comptée aussi parmi les remedes ophtalmiques.

On prépare une conserve avec les sommités fleuries ; & on en retire une teinture qui a aussi les mêmes vertus. L’huile essentielle de rue est regardée comme possédant les mêmes propriétés, & à un petit degré très-supérieur ; mais il est vraissemblable que cette huile participe plus des qualités communes des huiles essentielles que des qualités particulieres de la rue.

Cette plante est d’ailleurs recommandée comme résistant très-puissamment au venin, corrigeant le mauvais air, & même chassant le diable. C’est surtout un vinaigre composé, dont la rue est un des principaux ingrédiens qu’on emploie dans ces dernieres vues.

On prépare avec la rue une huile par infusion qu’on emploie extérieurement comme résolutive & nervine, & qu’on croit surtout propre à tuer les vers des enfans, si on leur en frotte le nombril. C’est principalement cette derniere propriété qu’on attribue aussi à l’huile essentielle.

La rue doit être regardée comme un remede puissant, que son odeur forte & désagréable fait trop négliger parmi nous.

La rue entre dans un grand nombre de compositions officinales. Elle est un très-bon ingrédient d’un remede magistral externe très-usité sous le nom de vin aromatique. Voyez Vin aromatique. (b)

Rue, s. f. (Architect.) espace entre des maisons pour servir de passage au public, ou si vous l’aimez mieux, c’est un chemin libre bordé de maisons ou de murs, pavé & pratiqué dans les villes, pour communiquer d’une maison, d’une place, d’un quartier à un autre. Vitruve, Palladio, & ceux qui sont entrés dans le détail de la construction des villes, donnent les préceptes suivans, au sujet du compartiment des rues.

Dans l’alignement des rues des villes, il faut surtout avoir égard à la qualité & à la température de l’air où elles se trouvent. Dans les pays froids ou tempérés, on doit les tenir plus larges & plus spacieuses, afin que la ville en soit plus commode, plus saine & plus belle ; car l’air étant plus découvert, il est plus sain : de sorte que si une ville est située dans un air froid, & que les maisons y soient beaucoup exhaussées, il faudra donner beaucoup de largeur aux rues, afin que par ce moyen le soleil entre partout librement.

Mais si cette ville est située dans un climat fort chaud, il est nécessaire d’en faire les rues étroites, & les bâtimens plus exhaussés, afin que par le moyen de l’ombre qui se rencontre toujours dans les rues étroites, la chaleur se trouve plus modérée : ce qui contribue beaucoup à conserver la santé : c’est ce qu’on remarqua à Rome, depuis que Néron l’eut rebâtie, & qu’il eut tenu les rues plus larges qu’auparavant ; la ville en fut plus belle, mais elle se trouva plus exposée aux chaleurs & aux maladies.

Les rues principales doivent être disposées ensorte que des portes de la ville elles se rendent en droite ligne sur la grande place ; & quelquefois même, si la situation le permet, il est bon qu’elles passent jusqu’à l’autre porte ; & selon la forme ou l’étendue de la ville, on pourroit faire sur le même alignement, entre quelques-unes des portes & la principale place, plusieurs places moindres. Les autres rues doivent aussi aboutir non-seulement à la grande place, mais encore aux principales églises, aux grands palais, & à tous les lieux publics.

Mais dans ce compartiment des rues, il faut soigneusement prendre garde, selon l’avertissement que Vitruve nous donne, qu’elles ne soient point directement opposées à aucun vent violent, ni par conséquent sujettes à leurs tourbillons, & à l’impétuosité de leurs souffles ; d’ailleurs pour la conservation de la santé des habitans, on doit tâcher de détourner & de rompre les vents nuisibles.

Toutes les rues doivent avoir une pente vers le milieu, afin que les eaux qui tombent des toits des maisons, s’y viennent rendre toutes ensemble, se fassent un cours plus libre, & entrainent avec elles les ordures, de peur que, si elles croupissoient trop long-tems dans un même lieu, l’air ne s’infectât de leur corruption. On donne aux rues droites & larges une pente d’environ un pouce par toise pour l’écoulement des eaux. Les moindres ont un ruisseau, & les plus larges, une chaussée entre deux revers.

Les rues chez les Romains, étoient grandes ou publiques, & petites ou particulieres. Ils nommoient les premieres, royales, prétoriennes, consulaires ou militaires ; & les autres, vicinales, c’est-à-dire, rues de traverse, par lesquelles les grandes se communiquoient les unes aux autres.

Chacun dérive le mot de rue à sa fantaisie. Suivant Daviler, ce mot vient de rudus, aire pavée de mortier, de chaux & de ciment ; selon MM. de Port-Royal, le mot rue vient de ῥύμη, vicus, dont la racine est ῥύω, je coule. Ducange prétend qu’on a dit ruta, ruda dans la basse latinité, pour signifier une rue & place marchande. (D. J.)

Rue d’une ville de guerre, (Archit. milit.) dans les villes de guerre les principales rues prennent leur origine à la place d’armes, qui est au milieu de la ville, & se conduisent sur un même alignement aux portes de la ville, aux remparts, & principalement à la citadelle ou au réduit, s’il y en a, afin qu’elles puissent être enfilées. On les fait aussi perpendiculaires les unes aux autres, le plus qu’il est possible, afin que les encoignures des maisons soient à angles droits. On donne ordinairement six toises aux grandes rues, & trois ou quatre aux petites. A l’égard de leur distance, la rue qui est parallele à une autre, doit en être tellement éloignée, qu’il y reste un espace pour deux maisons de bourgeois dont l’une regarde une rue, & l’autre a la vue dans celle qui lui est opposée. On suppose ici que chaque maison à cinq ou six toises de large sur sept à huit d’enfoncement, avec une cour de pareille grandeur, afin que l’intervalle d’une rue à l’autre soit d’environ trente-deux à trente-trois toises. Voyez la science des Ingénieurs de M. Belidor. (D. J.)

Rue, s. f. (terme de Carrier.) ils appellent les rues d’une carriere, les espaces qui restent vuides, après qu’on en a tiré les différens bancs de pierre dont elle est composée. C’est par ces rues qu’on nomme aussi chemins, que l’on pousse les pierres au trou, après qu’on les a mises sur les boules. Savary. (D. J.)

Rue, clou de rue, (Maréchal.) on dit qu’un cheval a pris un clou de rue, pour dire qu’en marchant il a rencontré un clou qui lui est entré dans le pié, & l’a rendu boiteux.

Rue, (Géog. mod.) il y a deux petites villes de ce nom, l’une en France, l’autre en Suisse.

La premiere est en Picardie, dans le Ponthieu, à une lieue de Crotoy, sur la riviere de Mage. Quoique ses fortifications aient été rasées, c’est cependant encore un gouvernement de place. Elle a deux paroisses, & un petit commerce en bestiaux & en chevaux. Long. 19. 15. latit. 50. 17.

La seconde petite ville nommée Rue est au canton de Fribourg dans le bailliage de Corbiere. Long. 24. 37. latit. 46. 57. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rue »

Étymologie de rue - Littré

Provenç. espagn. et portug. rua ; anc. ital. ruga ; du bas-lat. ruga (rua, dans un texte du IXe s.), place, rue, que des étymologistes dans du Cange, approuvés par Diez, regardent comme tiré du lat. ruga, ride, au sens de sillon, de là rang, rue. Du Cange a aussi ruta, rutta, mais le g a l'antériorité ; cependant ruta fait songer au celtique rod, rut (voy. ROUTE à l'étymologie).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rue - Wiktionnaire

(Nom 1) (XIe siècle) Du latin rūga (« ride ») puis « chemin » en bas latin.
(Nom 2) (XIIIe siècle) Du latin rūta, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rue ry play_arrow

Citations contenant le mot « rue »

  • Les travaux de voirie et d’aménagement des réseaux divers effectués le long de la rue qui traverse le village du centre vers la sortie Gironcourt-sur-Vraine viennent de s’achever. Il ne reste plus qu’à mettre en place la signalisation horizontale. , Société | Une rue traverse flambant neuve
  • Gérard Daudet, le maire Les Républicains de Cavaillon considère que fumer la chicha dans la rue, sur un trottoir ou un parking "est un trouble à l’ordre public. Ça occasionne des rassemblements. Ils fument la chicha le soir sous les balcons dans les rues. Des gens téléphonent à la mairie car ils ne peuvent plus dormir les fenêtres ouvertes en centre-ville".  France Bleu, Cavaillon interdit la chicha dans la rue
  • Plusieurs communes qui voient les touristes affluer ont décidé d'imposer le port du masque dans la rue. Dernière en date : Biarritz (Pyrénées-Atlantiques). À partir de lundi 3 août, la mesure entrera en vigueur dans les rues de l'hyper-centre ville, rapporte France Bleu Pays Basque. Le maire a également pris un arrêté interdisant l'accès aux plages la nuit, entre 22 heures et 6 heures du matin. "Je pense qu'il ne faut pas tergiverser... La maladie se déplace et semble s'approcher de la Côte Basque. Beaucoup de Biarrots sont très inquiets de cette affluence de population. En particulier de jeunes entre 20 et 30 ans, qui ne développent pas forcément la maladie, mais qui peuvent être contaminants", a expliqué la maire LR Maider Arosteguy en conférence de presse. Capital.fr, Masque désormais obligatoire dans la rue à Biarritz - Capital.fr
  • Un groupe Facebook a été créé le 24 juillet pour recenser des témoignages de harcèlement de rue et d'agressions sexuelles dont ont été victimes des Strasbourgeoises. Face au déferlement, ce groupe a interpelé la nouvelle municipalité. Qui promet d'agir. France 3 Grand Est, Strasbourg : recrudescence des témoignages d'agressions sexuelles et de harcèlement de rue, la mairie réagit
  • d'apres le résultat actuel il y aurait soi disant 60% de personnes favorable a ce jour ??? Donc on voudrait nous faire croire que 60% des gens ont envie de se balader en etouffant derriere un masque et content de ne plus voir de visage humain dans la rue. Des lors il y a 2 possibilités ; soit le sondage est truqué, soit 60% de population est devenu totalement psychotique et masochiste grace au lavage de cerveau et la manipulation médiatique ... Le Figaro.fr, Êtes-vous favorable au port du masque obligatoire dans la rue ?
  • Ne parlez pas dans la rue : il y a des oreilles sous les pavés. De Proverbe chinois
  • La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société. De Victor Hugo
  • Une femme est un hiéroglyphe que l'on déchiffre couramment dans la rue. De Paul-Jean Toulet
  • Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue. De Coco Chanel
  • L’éducation d’un peuple se juge avant tout dans la rue. De Edmondo de Amicis / Cuore
  • Par la rue du Plus tard, on arrive à la place de Jamais. De Proverbe espagnol
  • Un homme à la maison en vaut deux dans la rue. De Mae West
  • Par la rue Plus tard, on arrive à la place Jamais. De Proverbe espagnol
  • Celui qui peut régner sur la rue règnera un jour sur l’Etat, car toute forme de pouvoir politique et de dictature à ses racines dans la rue. De Joseph Goebbels / Discours
  • On peut sortir le garçon de la rue, mais on ne peut pas sortir la rue du garçon. De Fatboy Slim
  • L'aventure est-elle au coin de la rue ? De Jacques Dutronc / On nous cache tout, on nous dit rien
  • La barricade ferme la rue, mais ouvre la voie. De Anonyme / Paroles de Mai 68
  • On jette à la rue les vieux balais. De Proverbe turc
  • Les structures ne descendent pas dans la rue. De Lucien Goldmann
  • Le proverbe est la sagesse de la rue. De Joseph Lefftz
  • L'éducation d'un peuple se juge avant tout d'après son comportement dans la rue. Là où tu rencontreras la grossièreté dans les rues, tu la rencontreras aussi dans les maisons. Edmondo De Amicis, Cuore
  • […] la rue, Ruisseau des solitudes. André Pieyre de Mandiargues, Ruisseau des solitudes, Gallimard

Images d'illustration du mot « rue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rue »

Langue Traduction
Corse carrughju
Basque kalean
Japonais 通り
Russe улица
Portugais rua
Arabe شارع
Chinois
Allemand straße
Italien strada
Espagnol calle
Anglais street
Source : Google Translate API

Synonymes de « rue »

Source : synonymes de rue sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires