La langue française

Rive

Sommaire

  • Définitions du mot rive
  • Étymologie de « rive »
  • Phonétique de « rive »
  • Citations contenant le mot « rive »
  • Images d'illustration du mot « rive »
  • Traductions du mot « rive »
  • Synonymes de « rive »
  • Antonymes de « rive »

Définitions du mot « rive »

Trésor de la Langue Française informatisé

RIVE, subst. fém.

I.
A. −
1.
a) Bande de terrain qui borde une étendue d'eau douce. Synon. plus rare rivage (v. ce mot B 1).Rive opposée; de rive en rive. Le Meschascebé (...) se lassa de n'être qu'un limpide ruisseau (...). Bientôt il franchit ses rives, et désole ses bords charmans (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 461).Ils suivirent la berge du Rhin, qui se hâtait avec une paix puissante, entre ses rives basses, vers sa mort dans les sables du Nord (Rolland, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1083).V. barge ex. 2.
Rem. 1. Hésitation entre rive et rivage, parfois considérés comme équivalents dans le sens I A aussi bien que dans le sens I B: Lully est là, sur la rive. On voit tout le lac du village (...). La rive qu'on a sous soi se déroule largement, avec ses petits golfes (...); mais, sur l'autre rivage, (...) il y a des montagnes (Ramuz, A. Pache, 1911, p. 21). 2. Rive s'emploie plutôt à propos de l'eau douce et désigne un bord étroit, rivage s'emploie plutôt à propos de l'eau marine et désigne un bord plus large: Nous fumons (...) en regardant les rives du fleuve. (Ce sont plutôt des rivages. Ça ressemble à la mer) (Flaub., Corresp., 1850, p. 164).
b) Rive droite/gauche. Bord droit ou gauche d'un cours d'eau par rapport à un observateur tourné vers l'aval. La rive gauche qui regarde le soleil, se pare de belles vignes (...). Les sapins qui couvrent la rive droite du torrent (...) jouissent visiblement de ce vent des Alpes (Michelet, Chemins Europe, 1874, p. 428).V. marge ex. de Ramuz.
P. méton. Rive (droite/gauche). Quartier de Paris longeant la Seine (à droite/à gauche). Pendant que les spéculations mercantiles occupent (...) les habitans éveillés de la rive droite de la Seine, les travaux scientifiques sont l'occupation principale des habitans de la rive gauche (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 135).Empl. adj. inv. Littérature, mode, etc. rive-droite/ rive-gauche. Littérature, mode, etc. relative à tel quartier parisien bordant la Seine. Visite du secrétaire de rédaction d'une revue de « grand luxe » (...). D'après la conversation, l'esprit est un peu rive-droite (...); on se défend de suivre la mode et on méprise le « snobisme » (Larbaud, Journal, 1934, p. 333).Les polars rive-gauche, c'est comme les livres à la mode. Il faut qu'il y ait quelques obscurités, c'est nécessaire au standing (Le Républicain lorr., 16 mai 1985, p. 11, col. 1).Empl. subst. inv., rare. Personne habitant dans tel quartier parisien bordant la Seine. Femmes du quartier (...) dames d'employés de l'autre côté de l'eau, les Rive droite venues par l'omnibus (Lorrain, Âmes automne, 1898, p. 31).
Rem. À noter chez Verlaine ( Œuvres posth., t. 2, Souv. et prom., 1896, p. 159) une tentative plais. pour renforcer la valeur adj. ou subst. de rive-droite, rive-gauche par l'adjonction des suff. -er, -ier: En ma qualité de rive-droitier j'opérais mes excursions rives-gauchères en compagnie (...) de François Coppée.
2. P. anal., gén. au plur. Ce qui évoque les rives d'un cours d'eau par ses bords plus ou moins parallèles. Synon. plus rare rivage (v. ce mot B 2).Rives de la route. Un fleuve de sauges rouges tournait mollement le long de l'allée, entre des rives d'asters (Colette, Chéri, 1920, p. 85).Nous nous engageâmes entre les hautes rives des maisons noires où les rails coulaient pareils aux filets d'eaux vives et rapides d'un fleuve (Vialar, Faux fuyants, 1953, p. 122).
3. Au fig. Synon. de rivage (v. ce mot B 3).
a) Ce qui suit quelque chose ou contient quelque chose dans ses limites; ce qui demeure fixe, immuable, par rapport à un changement incessant. Jamais je ne pus enchaîner dans des canaux étroits et réguliers les débordements tumultueux de mon esprit, qui toujours inondait ses rives malgré moi (Vigny, Chatterton, 1835, i, 5, p. 265).Pendant vingt-quatre heures, son temps allait couler entre des rives nettoyées, des berges désencombrées (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 12).
(Sans fond et) sans rives; sans fond ni rive. Sans limite. (V. fond I B 1 a). On s'endort dans la foi, et l'on se réveille dans la lumière, dans l'amour sans fond et sans rives (Lamennais, Lettres Cottu, 1831, p. 223).N'avoir ni fond ni rive. Être difficile à appréhender. La « philosophie » de ses anciens amis lui paraissait n'avoir « ni fond ni rive » (...). Il s'en remettait aux évidences du « sentiment intérieur » (Guéhenno, Jean-Jacques, 1950, p. 274).
b) Ce qui présente une succession d'images, d'événements variés, généralement agréables. Il était encore (...) le grand saint Christophe qui (...) passa la littérature de la rive romantique à la rive naturaliste (A. France, Vie littér., 1891, p. 303):
Les rives de la vie d'abord sont riantes et couvertes de verdure (...). Tandis que votre bateau glisse (...), votre âme et votre corps jouissent (...). Mais de loin ceux qui vous précèdent sur le fleuve (...) crient (...), ils n'ont plus sur les rives qu'une herbe jaune et brûlée (...); ils voudraient remonter le courant, mais aucune force humaine ne le peut; ils croient que ses belles rives ont fui (...); elles restent pour ceux qui viennent après eux, qui passent comme eux. Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 278.
c) MYTH., littér. Rive fatale, infernale, sombre; la/les rive(s) de l'Achéron/du Styx, etc. Rive(s) des fleuves des Enfers. Synon. mort, rivage (v. ce mot B 3 b).Quand j'aurai subi ma destinée, Du Léthé bienfaisant la rive fortunée Me prépare un asile (Chénier, Élégies, 1794, p. 58).V. beau ex. 18, ombre ex. 12.
B. −
1. Large bande de terrain qui borde une étendue d'eau marine. Synon. côte, littoral, rivage (v. ce mot A 1, plus fréq. que rive dans ce sens).La courbe harmonieuse de la rive mentonaise enfermait cette onde pure dans un cadre fleuri. (...) la rive nonchalante, la mer pâmée, les montagnes violettes, tout ce tableau (...) évoquait des idées de caresses (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 61).La mer dure emportait les sables de la rive, (...) changeant toujours la forme du littoral (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 574).V. lotissement ex.
2. P. anal., gén. au sing. Bord d'un espace, d'un édifice, etc. Synon. lisière.Une houle de flamme torrentielle semblait sortir du soleil (...) et couler directement jusqu'à la rive du bois d'Aphrodite (Louÿs, Aphrodite, 1896, p. 81).De larges navires d'ombre naviguent sur les collines. Le vol des nuages s'élance d'une rive du ciel à l'autre (Giono, Regain, 1930, p. 60).
3. Au fig. Ce qui représente une sécurité, un apaisement face à un péril ou ce qui représente une limitation, une nécessité, une contrainte face à une liberté. Synon. rivage (v. ce mot A 3).Viens encore, le bonheur est là (...). Nous n'avons pas complètement perdu de vue la rive du chagrin, nous ne sommes pas encore au plein-mer de la rêverie (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 329).L'amour est une mer dont la femme est la rive (Hugo, Légende, t. 4, 1877, p. 772).
C. − P. méton. (avec A et B), vx. Contrée située au voisinage d'une étendue d'eau, pays où l'on aborde. Synon. rivage (v. ce mot C).D'un culte ébranlé défenseurs mercenaires, Mes soldats, rassemblés des rives étrangères Sont un amas confus de mille nations (Constant, Wallstein, 1809, iii, 3, p. 92).Dans les soirs d'Amsterdam, lorsque la brume arrive (...) Et qu'on entend mugir vers leur lointaine rive La panthère alanguie et les tristes lions (Noailles, Éblouiss., 1907, p. 22).
II. − Spéc. [P. réf. plus ou moins explicite à I A ou B]
A. − ARCHIT., BÂT.
1. ,,Bord d'une toiture. Particulièrement bordure en terre cuite d'une toiture en tuiles`` (Vogüé-Neufville 1971). [François] vit la maison (...). Il y avait, festonnant les chevrons de rive, un découpage de bois en fleurs de lis (Genevoix, Avent. en nous, 1952, p. 33).
2. Poutres de rive. Poutres longitudinales qui soutiennent à chaque extrémité le tablier d'un pont. (Dict. xxes.).
B. − SPORTS (alpin). Bord d'un glacier, d'un couloir. On dit « rive droite » ou « gauche », toujours dans le sens de l'écoulement (Samivel, L'Amateur d'abîmes, Petit dict., 1940, p. 239 ds Quem. DDL t. 27).
C. − TECHNOL. Bord d'une pièce de bois, de métal, etc. Les deux rives extérieures du chambranle qui encadre la croisée (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 6, 1930, p. 11).V. barlot(t)ière ex., isolant I B 1 ex. de Cl. Duval.
Rive d'un four. Bord du four. (Dict. xixeet xxes.). Pain de rive. Pain déposé sur la rive d'un four et bien cuit sur toute sa surface (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀi:v]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1100 « terrain bordant un cours d'eau » (Roland, éd. J. Bédier, 2799: n'est remés chevaler Ne seit ocis o en Sebre [l'Ebre] neiet. Desur la rive sunt Franceis herbergiez); ca 1175 la rive de Seigne (Benoît de Ste-Maure, Chron. des ducs de Normandie, 11262 ds T.-L.); 1795 la rive gauche du Rhin, limite de la république fr. (G.-G. bockmer, Journ. du bon homme Richard, n o161, p. 31 ds Quem. DDL t. 21); b) déb. xiies. « rivage de la mer » (Benedeit, St Brendan, 1513 ds T.-L.); ca 1200 rive de mer (Chans. Guillaume, éd. D. McMillan, 1934); 2. fig. a) 1146-70 venir a rive « arriver à bon port, venir à bout d'une difficulté » (Jeu d'Adam, éd. W. Noomen, 574); b) 1176 ne trover fonz ne rive en [aucune rien] « ne pas trouver de limite » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4296); 3. a) 1678 plur. « pays, contrée [où l'on aborde] » (La Fontaine, Fables, IX, 2: Amants, heureux amants, voulez-vous voyager? Que ce soit aux rives prochaines); b) 1797 désigne un large territoire (Postillon de Calais, n o581, 2b ds Quem. DDL t. 21: Lettre de la rive droite du Rhin). B. a) 1314 « bord d'un objet » (Chir. de Henri de Mondeville, 1091 ds T.-L.: les extremités d'eles [des sondes] soient cousues o les rives des pertuis des fasciez); b) av. 1525 spéc. « bord (d'un jardin) » (Pierre Gringore, Quenouille spirituelle, 711-712 ds Ch. Oulmont, Pierre Gringore, Paris, 1911, p. 452); 1549 rive d'ung bois (Est.); c) 1549 techn. « bord d'un four près de l'ouverture » pain de rive (ibid.); d) 1586 la rive de mon lit (Louveau, tr. Apulée, III, 1 ds Hug.). Du lat. ripa « rive; rivage, côte ». Fréq. abs. littér.: 3 289. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 272, b) 5 120; xxes.: a) 3 717, b) 4 509. Bbg. Quem. DDL t. 21, 27, 30.

Wiktionnaire

Nom commun

rive \ʁiv\ féminin singulier

  1. Terrain qui borde un fleuve, une rivière, un étang ou un lac.
    • Démocrite aurait trouvé aux rives du Jourdain et aux grèves de la mer Morte un aspect enchanteur. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • L’artillerie américaine établie sur la rive ouest de chaque côté de nos positions bat le fleuve entièrement et interdit tout trafic. — (Georges Blond, L’Agonie de l’Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 226)
    • La rive droite d’une rivière, d’un fleuve, est la rive qui est à droite d’une personne qui descend le cours de l’eau.
  2. (Poétique) Littoral.
    • Les rives lointaines.
  3. (Menuiserie) Côté d’une planche autre qu’une face.
  4. (Imprimerie) Côté d’une pile de feuilles.

Forme de verbe

rive \ʁiv\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe river.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe river.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe river.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe river.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe river.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RIVE. n. f.
Terrain qui borde un fleuve, une rivière, un étang, un lac. La rive de ce fleuve est basse du côté de la prairie. Sur les rives de la Loire, de la Seine. Le long des rives. Rives lointaines. Rives désertes. La rive orientale. La rive occidentale. Rive escarpée. La rive droite d'une rivière, d'un fleuve, La rive qui est à droite d'une personne qui descend le cours de l'eau; La rive gauche, La rive opposée.

Littré (1872-1877)

RIVE (ri-v') s. f.
  • 1Le bord d'un fleuve, d'une rivière, d'un lac, d'un étang. Que je peigne en mes vers quelque rive fleurie, La Fontaine, Fabl. XI, 4. Un poëte : Halte-là ; on ne dit point en notre langue, sur la rive du fleuve, mais sur le bord de la rivière, Boileau, Fragments de dialogue. C'est un de ces captifs à périr destinés, Des rives du Jourdain sur l'Euphrate amenés, Racine, Esth. III, 3. Ses rives, moins riches que celles des lacs de Genève et de Neufchâtel, Rousseau, Conf. XI. Un escarpement à pic [sur le Dniéper] s'opposa à ce qu'on prît terre ; beaucoup furent rejetés sur la glace, qu'ils brisèrent, ou dont ils furent brisés ; à les entendre, le fleuve et cette rive russes semblaient ne s'être prêtés qu'à regret, par surprise et comme forcément à leur salut, Ségur, Hist. de Nap. X, 9.

    Fig. Son esprit ne pouvait se contenir dans ses rives, Fontenelle, dans DESFONTAINES.

    Fig. C'est une affaire, une question qui n'a ni fond ni rive, c'est une affaire, une question fort embrouillée.

    On appelle rive droite ou rive gauche d'un cours d'eau, la droite ou la gauche d'une personne qui est censée marcher dans le fleuve, dans la rivière, etc. en tournant le dos à la source.

  • 2En poésie, il se dit aussi des bords de la mer. Nous avons pour partir un vaisseau sur la rive, Corneille, Cin. IV, 6. Et des rives du Pont aux rives du Bosphore Tout reconnut mon père, Racine, Mithr. I, 1. La rive au loin gémit blanchissante d'écume, Racine, Iph. V, 6. Sur un écueil battu par la vague plaintive, Le nautonier de loin voit blanchir sur la rive Un tombeau près du bord…, Lamartine, 2es Méditations, Bonaparte.

    Fig. L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ; Il coule, et nous passons, Lamartine, Méd. I, 13.

  • 3On dit aussi quelquefois, en poésie, rive pour contrée. Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines, La Fontaine, Fabl. IX, 2. Le ciel porta vos pas aux rives de la France, Voltaire, Zaïre, II, 2.
  • 4Chemin de halage d'une rivière ou d'un canal.
  • 5 Par extension. La rive d'un bois, le bord, la lisière d'un bois.
  • 6La rive d'un four, le bord d'un four.

    Pain de rive, pain cuit sur la rive du four, et qui, n'ayant point touché les autres pains, se trouve cuit et doré tout à l'entour. Un pain de rive à biseau doré, relevé de croûte partout, croquant tendrement sous la dent, Molière, Bourg. gent. IV, 1.

  • 7Nom donné, dans les papeteries, aux bords d'une feuille de papier.
  • 8 Terme de paveur. Se dit des deux faces latérales de chaque pavé lorsqu'il est placé.

HISTORIQUE

XIe s. Desur la rive sunt Franceis herbergiez, Ch. de Rol. CXCVI.

XIIIe s. Enfers est hideus et parfons, Il n'i a ne rive ne fons, Voie de Paradis. Trois serors sor rive mer Chantant cler, dans COUSSEMAKER, l'Art harmonique, p. 242. Et je, qui ceste chanson fis, Sur la rive de mer, pensis, Romanc. p. 45. Vous aurez, fait-il, tant deniers, Comme vous de moi vourrez prendre, Mais que vous me voeilliés atendre à ceste rive [de la mer], nuit et jour, Bl. et Jeh. 2438.

XVe s. Il entra en sa barge, accompaigné d'aucuns chevaliers, et nagerent à rive pour venir contre la Tamise sur le rivage, Froissart, II, p. 137, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RIVE, s. f. (Gram.) bord en général. On dit la rive ou les rives d’un fleuve. La rive d’un bois.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rive »

Du latin rīpa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourg. give ; provenç. et catal. riba. ital. riva, ripa ; du lat. ripa, que Corssen (Ausspr. 2e éd. t. I, p. 534) rapporte à la racine sanscr. rī, répandre, avec un suffixe pa, comme dans stu-pa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rive »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rive riv

Citations contenant le mot « rive »

  • Priez Dieu, mais continuez à ramer vers la rive. De Proverbe russe
  • Les derniers à embarquer sur un navire sont les premiers à prendre pied sur la rive. De Proverbe chinois
  • L'amour est une mer dont la femme est la rive. De Victor Hugo / Le groupe des idylles
  • L'autre rive est toujours plus belle. Elle se trouve toujour plus loin. De Phil Bosmans / Soleils de bonheur
  • Pour les pauvres, vivre c’est nager en apnée, en espérant atteindre une rive ensoleillée avant la gorgée fatale. De Fatou Diome / Le ventre de l’Atlantique
  • Le prix Nobel, c'est une bouée de sauvetage lancée à un nageur qui a déjà atteint la rive. De George Bernard Shaw
  • L'homme a pour conducteur le discernement et pour rênes la pensée parvient à l'autre rive de son voyage. De Anonyme / Katha Upanishad
  • Plutôt que de se promener sur la rive et regarder le poisson d'un oeil d'envie, mieux vaut rentrer chez soi et tisser un filet. De Proverbe arabe
  • L'homme n'a point de port, le temps n'a pas de rive ; Il coule et nous passons ! De Alphonse de Lamartine / Méditations poétiques
  • Notre corps est la barque qui nous portera jusqu'à l'autre rive de l'océan de la vie. Il faut en prendre soin. De Swami Vivekananda / Raja-Yoga
  • Si vous me demandez quel est le dernier mot des recherches philosophiques, je vous répondrai que c'est le chant du pêcheur qui aborde sur la rive. De Wang Wei / La Sagesse chinoise selon le Tao
  • Nous sommes des navires lourds de nous-mêmes, Débordants de choses fermées, nous regardons A la proue de notre périple toute une eau noire S’ouvrir presque et se refuser, à jamais sans rive. De Yves Bonnefoy / Les Planches courbes
  • Les aubes sont navrantes, le temps n'a point de rives, il coule et nous passons. De Robert Barberis / La Rencontre
  • Pour espérer atteindre les rives de la sagesse, il convient tout d'abord de déblayer, d'éliminer l'inutile, le superflu. De Anonyme
  • Il vient un âge où le bonheur semble se retirer de la vie, comme ces lacs qu'un été trop long rétrécit entre leurs rives. De Paul-Jean Toulet / Le carnet de monsieur du Paur
  • Un nouveau sentier de grande randonnée permet une immersion dans les coteaux et les parcs arborés de la rive droite de Bordeaux. Sans doute l’un des plus beaux points de vue sur la capitale girondine. SudOuest.fr, Bordeaux : une randonnée en immersion sur la rive droite
  • Après une pause due à la crise sanitaire, le projet de la voie verte sur la rive droite du lac revient en force, avec une concertation des futurs usagers. Explications. L'Essor Savoyard, Genève: la voie verte bientôt prolongée sur la rive droite - L'Essor Savoyard

Images d'illustration du mot « rive »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rive »

Langue Traduction
Anglais bank
Espagnol banco
Italien banca
Allemand bank
Chinois 银行
Arabe مصرف
Portugais banco
Russe банка
Japonais バンク
Basque banku
Corse bancu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rive »

Source : synonymes de rive sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rive »

Partager