Rhabiller : définition de rhabiller


Rhabiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RHABILLER, verbe trans.

A. − Empl. trans.
1. TECHNOL., vieilli. Raccommoder, réparer. Rhabiller une épée, des lunettes, une montre. La Mariton apprêtait les repas, gardant la maison et rhabillant les nippes (Sand,Maîtres sonneurs, 1853, p. 7).Acheté sur les quais un très bel exemplaire du Book of Common Prayer relié en maroquin rouge, fatigué, il est vrai, mais mon relieur pourra me le rhabiller (Green,Journal, 1951, p. 72).
2.
a) Habiller de nouveau ou avec de nouveaux habits. Nous fûmes (...) rhabillés de fond en comble, et logés en ville chez le bourgeois (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 267).Sa bonne la rhabillait dans une cabane de douanier qui servait aux baigneurs (Flaub.,Cœur simple, 1877, p. 21).
b) P. ext. Changer le revêtement de quelque chose. La cornue est inclinée pour vérifier la bonne tenue du garnissage du bec, qu'on rhabille avec de l'argile s'il en est besoin (Barnerias,Aciéries, 1934, p. 193).
ARCHIT., MENUIS. ,,Modifier l'extérieur d'une construction en en conservant la structure primitive`` (Vogüé-Neufville 1971).
c) Au fig., vieilli. Donner une forme nouvelle à quelque chose. La manie de l'originalité, de la nouveauté, peut incliner les plus audacieux [artistes] aux poncivités et aux truismes, en les rhabillant au goût du jour (Mauclair,Maîtres impressionn., 1923, p. 233).
B. − Empl. pronom.
1. S'habiller de nouveau ou avec de nouveaux habits. On changeait de toilette pour la promenade de Bond-Street ou de Hyde-Park; on se rhabillait pour l'opéra; à minuit, on se rhabillait pour une soirée ou pour un raout (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 104).Au coucher, au lever, il devait se déshabiller, se rhabiller près d'elle, la voyait elle-même ôter et remettre ses vêtements (Zola,Germinal, 1885, p. 1272).
2. Au fig.
a) Pop., fam. Aller se rhabiller. [Empl. à l'impér. pour conspuer un artiste ou un athlète, p. ext., pour éconduire qqn] Synon. aller se faire voir* (ailleurs) (fam.), aller se faire foutre (trivial, v. foutre1).
[P. dér. d'une loc.] V. emmener ex. 4.
P. ext., pop. Chercher d'autres solutions après un échec. On croirait que ta paye te suffit. Si à la dernière grève, les gars avaient tous été comme toi, on n'aurait pas touché lerche d'augmentation. On aurait pu aller se rhabiller (Le Breton,Razzia, 1954, p. 14).
b) Arg., vieilli. Se faire rhabiller par qqn. Se faire escroquer, voler. (Ds Sandry, Carrère, Dict. arg. mod., 1953, p. 165).
Prononc. et Orth.: [ʀabije], (il) rhabille [-bij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1380 rabiller « remettre en état » (B 1041, f o58 A. Meuse ds Gdf. Compl.); spéc. 1575 r'habiller « remettre un os démis, un membre fracturé » (Paré, Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, livre XIII, chap. 4, t. 3, p. 300); 2. 1675 rhabiller « habiller de nouveau » (Mme de Sévigné, Corresp., 9 août, éd. R. Duchêne, t. 2, p. 45). Dér. de habiller*; préf. r-*. Fréq. abs. littér.: 199.

Rhabiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RHABILLER, verbe trans.

A. − Empl. trans.
1. TECHNOL., vieilli. Raccommoder, réparer. Rhabiller une épée, des lunettes, une montre. La Mariton apprêtait les repas, gardant la maison et rhabillant les nippes (Sand,Maîtres sonneurs, 1853, p. 7).Acheté sur les quais un très bel exemplaire du Book of Common Prayer relié en maroquin rouge, fatigué, il est vrai, mais mon relieur pourra me le rhabiller (Green,Journal, 1951, p. 72).
2.
a) Habiller de nouveau ou avec de nouveaux habits. Nous fûmes (...) rhabillés de fond en comble, et logés en ville chez le bourgeois (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 267).Sa bonne la rhabillait dans une cabane de douanier qui servait aux baigneurs (Flaub.,Cœur simple, 1877, p. 21).
b) P. ext. Changer le revêtement de quelque chose. La cornue est inclinée pour vérifier la bonne tenue du garnissage du bec, qu'on rhabille avec de l'argile s'il en est besoin (Barnerias,Aciéries, 1934, p. 193).
ARCHIT., MENUIS. ,,Modifier l'extérieur d'une construction en en conservant la structure primitive`` (Vogüé-Neufville 1971).
c) Au fig., vieilli. Donner une forme nouvelle à quelque chose. La manie de l'originalité, de la nouveauté, peut incliner les plus audacieux [artistes] aux poncivités et aux truismes, en les rhabillant au goût du jour (Mauclair,Maîtres impressionn., 1923, p. 233).
B. − Empl. pronom.
1. S'habiller de nouveau ou avec de nouveaux habits. On changeait de toilette pour la promenade de Bond-Street ou de Hyde-Park; on se rhabillait pour l'opéra; à minuit, on se rhabillait pour une soirée ou pour un raout (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 104).Au coucher, au lever, il devait se déshabiller, se rhabiller près d'elle, la voyait elle-même ôter et remettre ses vêtements (Zola,Germinal, 1885, p. 1272).
2. Au fig.
a) Pop., fam. Aller se rhabiller. [Empl. à l'impér. pour conspuer un artiste ou un athlète, p. ext., pour éconduire qqn] Synon. aller se faire voir* (ailleurs) (fam.), aller se faire foutre (trivial, v. foutre1).
[P. dér. d'une loc.] V. emmener ex. 4.
P. ext., pop. Chercher d'autres solutions après un échec. On croirait que ta paye te suffit. Si à la dernière grève, les gars avaient tous été comme toi, on n'aurait pas touché lerche d'augmentation. On aurait pu aller se rhabiller (Le Breton,Razzia, 1954, p. 14).
b) Arg., vieilli. Se faire rhabiller par qqn. Se faire escroquer, voler. (Ds Sandry, Carrère, Dict. arg. mod., 1953, p. 165).
Prononc. et Orth.: [ʀabije], (il) rhabille [-bij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1380 rabiller « remettre en état » (B 1041, f o58 A. Meuse ds Gdf. Compl.); spéc. 1575 r'habiller « remettre un os démis, un membre fracturé » (Paré, Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, livre XIII, chap. 4, t. 3, p. 300); 2. 1675 rhabiller « habiller de nouveau » (Mme de Sévigné, Corresp., 9 août, éd. R. Duchêne, t. 2, p. 45). Dér. de habiller*; préf. r-*. Fréq. abs. littér.: 199.

Rhabiller : définition du Wiktionnaire

Verbe

rhabiller \ʁa.bi.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se rhabiller)

  1. Habiller une seconde fois, remettre ses habits à quelqu’un.
    • Comme si elle avait pitié de moi, elle se rhabille, se recouvre toute. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Là, cette madame de Leviston, aidée de deux ou trois femmes, a tiré de grands coffres une robe blanche de soie. Puis, malgré ma honte, elles m’ont déshabillée et rhabillée. — (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.2)
    • Elle était plus que nue. Elle n'avait plus de chapeau, plus de vêtements et plus aucune pudeur. Plutôt que de filer se rhabiller dans la remise située derrière la petite scénette, elle a commencé à avancer en direction du bar... — (Arnaud Le Guilcher, Capitaine frites, éd. Robert Laffont, 2016)
  2. (Par extension) Recouvrir.
    • Sans doute que la serpillère est humide, car une fois l'opération de dépoussiérage terminée, l'homme la rhabille d'un chiffon blanc immaculé et achève le polissage de l'inox. — (Metin Arditi, Dictionnaire amoureux de la Suisse, éd. Plon, 2017)
  3. (Sport) En parlant d’une équipe vaincue qui quitte un tournoi et qui va donc reprendre des habits civils, quitter la tenue sportive et, par extension, de façon figurée, perdre, être éliminé.
    • On a gagné ! Les autres n’ont qu’à aller se rhabiller !
  4. Fournir de nouveaux habits.
    • Il a rhabillé tous ses domestiques.
  5. Réparer, remettre en état.
    • Rhabiller une meule de moulin.
  6. (Figuré) Rectifier ce qu’il y a de défectueux dans une affaire, tâcher de justifier, de pallier une faute.
    • Il a rhabillé tout cela du mieux qu’il a pu.
    • Il aura bien de la peine à rhabiller ce qu’il a fait si mal à propos.
    • Sa Majesté devait présider à Rouen une assemblée de notables que les ministres barbons lui avaient suggéré de convoquer pour tâcher de rhabiller les abus de l’Etat. — (Robert Merle, Les Roses de la vie, chap. II, p. 50. Éd. de Fallois, 1995.)

Verbe

rhabiller \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. (Melesse) Réparer le cerclage des tonneaux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rhabiller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RHABILLER. v. tr.
Habiller une seconde fois, remettre ses habits à quelqu'un. Il était déshabillé, il a fallu le rhabiller. Il sort du bain, laissez-lui le temps de se rhabiller. Il signifie aussi Fournir de nouveaux habits. Il a rhabillé tous ses domestiques. Elle s'est rhabillée. Il signifie encore Réparer, remettre en état. Rhabiller une montre. Rhabiller une meule de moulin. Il signifie figurément et familièrement, Rectifier ce qu'il y a de défectueux dans une affaire, tâcher de justifier, de pallier une faute. Il a rhabillé tout cela du mieux qu'il a pu. Il aura bien de la peine à rhabiller ce qu'il a fait si mal à propos.

Rhabiller : définition du Littré (1872-1877)

RHABILLER (ra-bi-llé, ll mouillées, et non rabi-yé) v. a.
  • 1Raccommoder, remettre en état (ce qui est le sens propre). Et d'autant que les patrons de navires et barques dudit Toulon font rhabiller et donner carène à leurs navires et barques…, Délibér. du conseil de Toulon, 19 sept. 1620, dans JAL. Il se retira, cela dit, Dans son cabinet et se mit Tant à découper des images Qu'à rhabiller de vieilles cages, Scarron, Virg. VII.

    Rhabiller la meule, la remettre en état de triturer le grain.

    Terme de pêche et de chasse. Rhabiller un filet, le raccommoder.

    Terme de fauconnerie. Rhabiller un oiseau, raccommoder le plumage d'un oiseau de proie.

  • 2 Fig. et familièrement. Rectifier ce qu'il y avait de défectueux dans une affaire ; tâcher de pallier une faute. Ils négligent la seconde gloire de la vertu, qui est de savoir rhabiller ses fautes, Guez de Balzac, 6e disc. De la cour. Combien crois-tu que j'en connaisse qui, par ce stratagème [l'hypocrisie], ont rhabillé adroitement les désordres de leur jeunesse… ? Molière, Fest. V, 2. Songez… à inventer un moyen de rhabiller votre escapade, Molière, G. Dand. III, 8. La duchesse de Berry essayait de rhabiller avec elle [sa mère] ce qu'elle lui avait dit, Saint-Simon, 309, 41.
  • 3Habiller une seconde fois. Il était déshabillé, il fallut le rhabiller.
  • 4Fournir de nouveaux habits. Rhabiller ses domestiques. Il [Turenne] avait rhabillé à ses dépens tout un régiment anglais, et l'on n'a trouvé dans son coffre que neuf cents francs, Sévigné, 9 août 1675.
  • 5Se rhabiller, v. réfl. Remettre ses habits. Nous commençâmes par chez M. de la Trousse, qui voulut bien avoir la complaisance de se rhabiller et en novice et en profès, comme le jour de la cérémonie, Sévigné, 5 janv. 1869. Un jour Patris étant revenu d'une extrême maladie à quatre-vingts ans, et ses amis s'en réjouissant avec lui, et le conviant de se lever : " Hélas ! messieurs, leur dit-il, ce n'est pas la peine de se rhabiller, ", Sévigné, à Bussy, 13 oct. 1677.
  • 6Se pourvoir de nouveaux habits. Il s'est rhabillé chez un fripier.

HISTORIQUE

XVe s. Leur navire fort gastée, et mirent tant à se rabiller, qu'ils ne servirent de rien, Commines, VII, 10.

XVIe s. Si de soy mesme c'est un homme mal nay, l'empire de l'univers ne le sçauroit rabiller, Montaigne, I, 328. Au lieu de rabiller nostre faulte, nous la redoublons, Montaigne, I, 396. La France est si peuplée et si fertile, que ce que la guerre a gasté en un an, se r'habille en deux, Lanoue, 160. Lesquelles [maisons] venans entre les mains d'un bon mesnager, il en r'habille quelque petit coin, les rendant logeables, Lanoue, 234. Le grand plaisir que m'avoit fait la lecture de cet historien [Hérodote] … m'auroit fait oublier la peine que j'aurois prise à rabiller plusieurs et presque infinis passages de l'interpretation latine, H. Estienne, Apol. pour Hérod. à un ami.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rhabiller : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RHABILLER, v. act. (Gramm.) habiller une seconde fois. Voyez Habiller & Habit. Se rhabiller, c’est reprendre ses vêtemens : c’est aussi se remettre en habits neufs ; il faut rhabiller mes gens.

Il se prend au figuré. Vous aurez bien de la peine à rhabiller cette affaire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rhabiller »

Étymologie de rhabiller - Littré

Re…, et habiller ; wallon, rabii.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rhabiller - Wiktionnaire

 Dérivé de habiller avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rhabiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rhabiller rabije play_arrow

Conjugaison du verbe « rhabiller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rhabiller

Citations contenant le mot « rhabiller »

  • Pour Anne-Claude Silvain, responsable des ventes du Nailloux outlet village, la fréquentation du centre est une conséquence de la fermeture des magasins pendant le confinement. "En plus de deux mois et demi, les enfants ont grandi, donc les clients viennent pour acheter de quoi les rhabiller. Ils viennent aussi s’équiper pour la maison, après avoir rangé les armoires pendant le confinement. Il faut également préparer la rentrée", reprend Anne-Claude Silvain. Les secteurs qui rencontrent le plus de succès actuellement sont le sport, les magasins pour enfants, la maison, et le denim. ladepeche.fr, Nailloux. Le village des marques tire son épingle du jeu - ladepeche.fr
  • SainteTixx s'est également emparé des maillots de Caen, Lille, Nice et Bordeaux pour les rhabiller de bleu-blanc-rouge. L'Équipe, Un designer relooke le maillot des pros aux couleurs du 14-Juillet - Foot - WTF - L'Équipe
  • Malgré l’annulation, les bénévoles du Groupement loisirs du Haut-Pont, association organisatrice de l’événement, n'ont pas renoncé. Depuis des semaines, ils s’activent pour rhabiller la sorcière en infirmière qui se dresse fièrement sur sa bacôve pour vaincre le Covid, une aiguille à la main. , Retour en images sur la mise à l’eau de Marie Grouette, l’emblème du cortège nautique | La Voix du Nord
  • La radio est bien nette ? Vous pouvez le rhabiller et passer en salle d’attente, pour attendre l’analyse des clichés. Certains examens de radiographie nécessitent que l’on utilise un produit de contraste pour mieux voir (par exemple, une cystographie rétrograde pour rechercher un reflux dans les voies urinaires). Ces examens sont plus rarement pratiqués que les radiographies simples. Ils requièrent plus de temps et de préparation. Doctissimo, Mon enfant doit passer une radiographie
  • Après quelques explications de la part du manipulateur, votre enfant sera installé en position allongée, le plus souvent calé avec des coussins ou maintenu par des bandes pour rester immobile. Les conditions pour la sédation sont les mêmes que celles citées au-dessus pour l’IRM. Le lit coulisse ensuite pour placer la partie du corps à examiner au milieu de l’anneau. Le manipulateur sort de la pièce pour prendre les clichés : l’enfant doit alors se tenir parfaitement immobile. En cas de problème pendant l’examen, il peut communiquer via un micro et des haut-parleurs. Une fois la séance terminée, vous pouvez le rhabiller et passer en salle d’attente pour obtenir l’analyse des images.  Doctissimo, Mon enfant doit passer un scanner

Images d'illustration du mot « rhabiller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rhabiller »

Langue Traduction
Corse veste si
Basque jantzi
Japonais 着替える
Russe одеваться
Portugais vestir-se
Arabe يرتدى ملابسة
Chinois 穿衣服
Allemand sich anziehen
Italien vestirsi
Espagnol vestirse
Anglais get dressed
Source : Google Translate API

Synonymes de « rhabiller »

Source : synonymes de rhabiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rhabiller »



mots du mois

Mots similaires