Retrousser : définition de retrousser


Retrousser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RETROUSSER, verbe trans.

A. −
1. Ramener et replier l'extrémité d'un vêtement vers le haut et vers l'extérieur pour dégager une partie du corps. Retrousser sa robe, ses jupes, ses jupons, ses cottes; retrousser le bas de son pantalon, sa soutane. Tandis que, sa voilette retroussée sur le nez, elle mordait aux croissants d'or, il l'entraînait dans les ruelles désertes, loin des becs de gaz (A. France,Lys rouge,1894, p. 35).Une fois, elle retroussa le bord de sa robe, baissa son bas sur son tibia, montrant une meurtrissure violette, la peau presque fendue (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 207).
P. métaph. Quel calme! J'entends toutes mes pensées. À chaque instant il faut que je retrousse mon âme qui traîne (Renard,Journal,1898, p. 482).
Retrousser ses manches. Remonter ou rouler le bas de ses manches pour dégager les bras. Lecouvreur avait noué un tablier bleu sur son ventre, retroussé ses manches de chemise, enfoncé sa casquette sur les yeux pour en imposer davantage (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 29).P. méton., fam. Se préparer à travailler avec ardeur, à entreprendre une tâche. Et pourtant, provoquer la fatalité, il y a là quelque chose d'impie. Gillou: Impie, retrousser ses manches pour que son pays soit nettoyé! (Montherl.,Demain,1949, II, 4, p. 731).
[P. méton. de l'obj.] Je vois des hommes rouges qui apportent des charbons, avec des couteaux, et qui retroussent leurs bras! (Flaub.,Tentation,1856, p. 624).
Empl. pronom. Relever le bas de son vêtement. Elle arpente le trottoir, hésite un instant à un angle, se retrousse comme pour prendre son élan pour traverser la rue (Lorrain,Âmes automne,1898, p. 14).Corinne voulut grimper jusqu'au faîte de la flèche, malgré ses talons hauts et sa robe trop longue, qui balayait les marches et finit par se prendre à un angle de l'escalier; elle ne s'en émut pas, tira bravement sur l'étoffe qui craqua, et continua de grimper, en se retroussant gaillardement (Rolland,J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 474).
Empl. pronom. à sens passif. Être relevé, redressé vers l'extérieur. De cette vieille dame, je ne voyais que son chapeau noir, ridiculement emplumé, sa rotonde noire, dont la doublure se retroussait dans le bas en fourrure grise (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p. 309).
2. P. méton. Retrousser des jupons. Courir (le jupon, les filles). Tu examineras la composition du Conseil [judiciaire], on a l'air d'avoir choisi exprès ceux qui ont le plus retroussé de jupons (Proust,Sodome,1922, p. 692).
3. P. anal. Relever le bord d'une étoffe tombante. Le lit, couvert d'une superbe courte-pointe et drapé de rideaux retroussés par des embrasses, était embarrassé de livres, d'une corbeille à ouvrage (Balzac,Initié,1848, p. 404).Certes, Madame Lerat le jouait [le bésigue], et à la perfection. Il était inutile de déranger Zoé, qui avait disparu; un coin de la table suffirait; et l'on retroussa la nappe, par-dessus les assiettes sales (Zola,Nana,1880, p. 1130).
P. méton., empl. subst. masc. Retrousser de rideau. Petite pièce que l'on joue dans un théâtre avant le spectacle principal. Synon. usuel lever de rideau (v. lever2).Il s'agissait de placer, comme retrousser de rideau, Le Pain de Ménage au Théâtre Guitry (Renard,Corresp.,1902, p. 263).
B. − [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Relever, redresser vers le haut d'un mouvement volontaire ou inconscient. Retrousser ses cheveux au-dessus de la tête; retrousser les narines, les paupières. Les muguets et les raffinés s'informèrent de la beauté des actrices, en retroussant le bout de leur moustache avec un air de gloire et de fatuité parfaitement ridicule (Gautier,Fracasse,1863, p. 184).Un léger tic retroussait fréquemment le coin gauche de sa bouche (Arland,Ordre,1929, p. 282).Empl. pronom. Sa lèvre se retroussa sur un pli gourmand (Abellio,Pacifiques,1946, p. 166).Les doigts de l'homme ne bougeaient pas mais son œil, sous le buisson des sourcils brillait plus intensément qu'à l'ordinaire, d'un feu fixe et noir, ses narines se retroussaient (Arnoux,Roy. ombres,1954, p. 187).
C. − Arg. Recevoir, toucher de l'argent, le plus souvent en parlant d'une prostituée. [Le journaliste relatant cette arrestation sensationnelle] allait retrousser un peu d'oseille dans l'histoire (Le Breton, Razzia,1954, p. 91).C'est peut-être une nana qui retrousse ses vingt-cinq sacs certains jours (Pt Simonin ill.,1957, p. 63).
D. − GRAV. ,,Essuyer plus ou moins une planche en taille-douce après l'avoir encrée de manière à donner plus de vigueur à certaines parties ou plus d'enveloppe à l'ensemble`` (Dacier 1944). Je pourrais aussi essuyer assez fortement à la mousseline douce et retrousser, avec une mousseline douce plus propre, certains travaux de la planche (M. Lalanne, Grav. eau-forte,1866, p. 87).
REM. 1.
Retrousse-jupe, subst. masc.,vieilli. Agrafe ou pince servant à relever le bas de la jupe pour ne pas le salir. Sa mère n'avait pas quitté son retrousse-jupe, une singulière agrafe portée par un cordon noir et dont les deux disques caoutchoutés mordaient l'étoffe, pour la maintenir au-dessus des bottines (La Varende,Goût esp.,1946, p. 154).
2.
Retroussette, subst. fém.,fam. Nez à la retroussette. Nez retroussé, relevé au bout. Une tête (...) avec des yeux émerillonnés et un fort nez à la retroussette (Verlaine, Œuvres posth.,t. 2, Souv. et fantais., 1896, p. 269).
Prononc. et Orth.: [ʀ ətʀuse], (il) retrousse [-tʀus]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « charger à nouveau, recharger un fardeau en croupe » (Jean Renart, Escoufle, éd. F. Sweetser, 4463, 4465); id. (1reContinuation de Perceval, éd. W. Roach, mss TVD, 11834); 2. a) α) 1530 retroussez vostre robbe (Palsgr., p. 763b); 1552 se retrousser en parlant d'un vêtement (Du Bellay, trad. Eneide, 1. IV[I, 347] ds Hug., s.v. purpurin); 1636 id. « relever le bas de son vêtement » (Monet, p. 767a); 1671 robe retroussée (Pomey); id. retroussé « qui a relevé le bas de son habit » (id.); β) 1666 barbe bien retroussée (Furetière, Roman bourgeois, éd. Colombey, p. 29); b) 1558 ventre retroussé (Du Bellay, Divers jeux rustiques, éd. V. L. Saulnier, XXX, 49-50, p. 105); 1636 nez retroussé (Voiture, lettre 93 ds Œuvres, éd. A. Ubicini, t. 1, pp. 281-282); c) 1561 vén. chiens retroussez « dont la partie arrière est plus haute que le quartier de devant » (Du Fouilloux, Vénerie, VI, éd. Paris, Cl. Cramoisy, 1628, p. 6); 1762 flancs retroussés (d'un cheval) (Ac.); d) 1866 grav. retrousser la planche (M. Lalanne, loc. cit.). Dér. de trousser*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 247. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 143, b) 563; xxes.: a) 465, b) 344.
DÉR. 1.
Retroussage, subst. masc.a) Agric. Quatrième labour donné à une vigne. (Dict. xixeet xxes.). b) Grav. ,,Procédé d'impression des planches gravées à l'eau-forte qui consiste à effleurer légèrement le cuivre, après l'encrage, à l'aide d'une mousseline roulée en chiffon, et qui, faisant sortir l'encre des tailles profondément mordues, produit sous le rouleau de la presse ces larges teintes veloutées qui relient harmonieusement les hachures accentuant les parties vigoureuses`` (Adeline, Lex. termes art, 1884). c) Rare. Synon. de retroussement.Il a rendu (...) le roulis des hanches dans la marche, le retroussage ballonnant de la jupe (Goncourt,Journal,1895, p.778).[ʀ ətʀusa:ʒ]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. a) 1845 vitic. (Besch.), b) 1866 grav. (Lalanne, loc. cit.); c) 1895 (Goncourt, loc. cit.); de retrousser, suff. -age*.
2.
Retroussement, subst. masc.Action de retrousser, de se retrousser; résultat de cette action. Elle avait, enfin, sur toute sa personne et jusque dans le retroussement de son chignon, quelque chose d'inexprimable qui ressemblait à un défi (Flaub.,Éduc. sent.,t. 1, 1869, p. 190).Mais elle, déjà, avait repris son grand corps libre, riant très fort, fumant sa cigarette, avec un retroussement cavalier des lèvres (Zola,E. Rougon,1876, p. 66).Rare. Le fait pour une chose d'être relevée, redressée. C'est cette tour solitaire. Ses pointes étagées, les retroussements cornus de ses cinq toitures, tout son style d'un autre monde, me donnent une de ces impressions intenses de dépaysement et d'inconnu (Loti,Japoneries,1889, p. 298). [ʀ ətʀusmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1reattest. 1546 « ce qui se retrousse, se relève » (J. Martin, trad. F. Colonna, Songe de Poliphile, 50 r ods Quem. DDL t. 7); de retrousser, suff. -(e)ment1*.
3.
Retrousseur, subst. masc.a) Arg. ,,Souteneur`` (Esn. 1966). b) Retrousseur de jupons. Homme qui accumule les conquêtes féminines, coureur de jupons. Synon. trousseur (de jupons) (v. trousseur dér. s.v. trousser).Un garçon de Combray qui avait fait un peu tous les métiers, mais surtout celui de retrousseur de jupons (Proust,Prisonn.,1922, p. 306). [ʀ ətʀusœ:ʀ] 1resattest. a) 1883 arg. « souteneur » (Larch. Suppl., p. 136), b) 1922 (Proust, loc. cit.); de retrousser, suff. -eur2*.
BBG.Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 429. − Quem. DDL t. 15 (et s.v. retroussage).

Retrousser : définition du Wiktionnaire

Verbe

retrousser \ʁə.tʁu.se\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Relever.
    • Une Liménienne déjeûne le matin, avec son mari en petit peignoir à la française, ses cheveux retroussés absolument comme nos dames de Paris ; […]. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • […], Rabalan rencontra une paysanne, les manches retroussées jusqu’au coude, qui portait un seau plein de lait… — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • […] ; et le maréchal, avec son tablier de cuir et ses manches de chemise retroussées jusqu’à l'épaule, tenait le cheval par la bride, parce que le cheval était un peu nerveux. — (Gilbert Guisan, C.-F. Ramuz ou Le génie de la patience, p. 43, E. Droz, 1958)
    • Parfois, certains gémissaient, en proie à des rêves inquiétants, et les chevaux ronflaient ou soufflaient en retroussant leurs babines. — (Bernadette Boissié-Dubus, Un mur de trop, vol.2 : Le pouvoir des mots, Clair de Plume34/Lulu.com, 2010, p.75)
  2. (Cuisine) Préparer pour la cuisson, en rapprochant du corps les ailes et les cuisses d’une volaille.
    • Vuidez vos dindons, retroussez-les, battez-les sur l’estomac, lardez-les de gros lard assaisonné, … (L’Agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
  3. (Argot) Retrouver.
    • Mais n’te laisse donc pas aller, mec, tu finiras bien par en retrousser, de l’oseille... — (Michel Audiard, Le Cave se Rebiffe, 1961)
  4. (Technique) Enlever les déblais qui encombrent le bord d'une tranchée.
  5. (Pronominal) Relever ses vêtements.
    • Elle se retroussa pour traverser le ruisseau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Retrousser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RETROUSSER. v. tr.
Relever. Retrousser sa moustache. Retroussez vos manches. Nez retroussé, Nez dont le bout est un peu relevé. Ce cheval a les flancs retroussés, Il a les flancs creux.

SE RETROUSSER signifie Relever ses vêtements. Elle se retroussa pour traverser le ruisseau.

Retrousser : définition du Littré (1872-1877)

RETROUSSER (re-trou-sé) v. a.
  • 1Relever en haut ce qui est détroussé. Retroussez votre manteau.
  • 2Il signifie quelquefois simplement relever. Retrousser ses cheveux. Il retroussait sa moustache. Mlle de la Fayette, ainsi que ses compagnes, retroussa ses manches, Genlis, Mlle de la Fayette, p 122, dans POUGENS.
  • 3 Terme de paveur. Relever la forme en sable d'une chaussée.
  • 4Se retrousser, v. réfl. Retrousser ses vêtements. Il y a de la boue, retroussez-vous.

HISTORIQUE

XVe s. Et mangerent et burent tout à loisir ; puis retrousserent pots, barrils et leurs pourveances sur leurs charriots…, Froissart, I, I, 284.

XVIe s. Il avoit le nez beau et long, autant que Maistre Jacques l'avoit court et retroussé, Despériers, Contes, L. …Sa robe purpurée Se retroussoit d'une agraffe dorée, Du Bellay, J. IV, 10, recto. Si vous ne retroussez vostre robbe, vous serez crotté sans pitié, Palsgrave, p. 762. Œil retroussé [œil dont les paupières sont renversées par quelque lésion], Cotgrave En maniere que, si vous retroussiez cet enfant imparfait [il s'agit de deux enfants joints ensemble par monstruosité], vous voyiez au dessous le nombril de l'autre, Montaigne, III, 136.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Retrousser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RETROUSSER, v. act. (Gram.) c’est trousser une seconde fois ; mais il n’est pas toujours réduplicatif ; on dit dans le même sens, troussez & retroussez cette manche.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « retrousser »

Étymologie de retrousser - Littré

Re…, et trousser ; wallon, r'trossî.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de retrousser - Wiktionnaire

De trousser, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « retrousser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
retrousser rǝtruse play_arrow

Conjugaison du verbe « retrousser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe retrousser

Citations contenant le mot « retrousser »

  • TORONTO - Le Canadien a encore trois jours pour peaufiner son jeu avant le début de la ronde de qualification et la formation montréalaise a intérêt à se retrousser les manches. RDS.ca, LNH : Le CH essuie un revers à son retour contre les Maple Leafs en match préparatoire | RDS.ca
  • Plus de 60 œuvres sont actuellement disponibles sur le site. Les lés sont ensuite envoyés et c’est au client de l’installer lui-même, grâce à un procédé de pré-encollage. Son choix fait, il n’y a donc plus qu’à se retrousser les manches pour transformer son chez-soi en petit musée. , Magazine Lifestyle | « Sortez du cadre » avec Paul Waper, le site strasbourgeois du papier peint d'art
  • Depuis le 13 mars et l’annulation du concert de Long Time Ago au Théâtre, la saison culturelle est à l’arrêt à la com’ d’agglo de Saint-Dizier, Der & Blaise. Une quinzaine d’annulations en tout durant ce printemps qui n’empêchent pas les organisateurs de se retrousser les manches depuis des semaines en vue de mitonner une saison 2020-2021, riche en évènements : « Il faut que la culture reparte. C’est vraiment vital pour tous. Restons optimistes ! », martèle le nouveau vice-président à la culture, Dominique Mercier. Alors que les derniers signaux sanitaires ne sont plus guère encourageants, l’élu assure que toutes les précautions seront prises « tant au niveau des masques que de la distanciation sociale » quitte à réduire « jusqu’à 30 % la capacité des salles », et à supporter un certain manque à gagner sur les recettes potentielles. Attendues fin août, les ultimes recommandations gouvernementales seront en tout cas scrutées à la loupe. , Musique | Les têtes d’affiche aux Fuseaux
  • Il va falloir se retrousser les manches. Il y a une carte à jouer. Nous avons tous été impactés dans le monde au même niveau, ce qui est incroyable. En France, nous avons eu un support exceptionnel du Gouvernement, à travers les mesures du chômage partiel. Très peu d'états ont mis autant de moyens sur la table. Maintenant, il est temps d'avancer, de se dire qu'il y a une opportunité de ressortir gagnant si l'on y croit. Il faut s'entraider se parler, se diversifier. Le Moniteur de Seine-et-Marne, Damien Marc, CEO de JPB Système : « Il va falloir se retrousser les manches »

Images d'illustration du mot « retrousser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « retrousser »

Langue Traduction
Corse arrubbà
Basque jaurti
Japonais 巻き上げる
Russe свернуть
Portugais rolar
Arabe نشمر
Chinois 卷起
Allemand aufrollen
Italien arrotolare
Espagnol enrollar
Anglais roll up
Source : Google Translate API

Synonymes de « retrousser »

Source : synonymes de retrousser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « retrousser »


Mots similaires