La langue française

Rétracter

Sommaire

  • Définitions du mot rétracter
  • Étymologie de « rétracter »
  • Phonétique de « rétracter »
  • Citations contenant le mot « rétracter »
  • Traductions du mot « rétracter »
  • Synonymes de « rétracter »
  • Antonymes de « rétracter »

Définitions du mot rétracter

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉTRACTER1, verbe trans.

A. − ANAT., PATHOL. Tirer en arrière, retirer, serrer par une rétraction, raccourcir par resserrement des fibres de certains tissus ou de certains organes. La paralysie avait raidi les jambes, rétracté les mains, tiré la bouche de côté (Zola, Lourdes, 1894, p. 81).Peu à peu un travail cicatriciel s'établit qui rétracte les lésions en bourrelets ou en plaques fibreuses (Calmette, Infection bacill. et tubercul., 1920, p. 181).
Empl. pronom. À ce régime, l'estomac se resserre, l'organisme se rétracte, adopte de lui-même une vie végétative, une existence d'avare économie des forces (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 279).
P. ext. Se rétrécir, se faire plus petit, se raccourcir. Synon. se contracter; anton. se dilater.Les dalles d'ardoise, étant exposées pendant le jour à la chaleur du soleil, sont fortement dilatées par elle, puis, le soir venu et le froid, se rétractent, faisant des mouvements soudains et espacés (Ramuz, Derborence, 1934, p. 17).
Au fig. Se replier, se recroqueviller. Un vieil homme barbu (...) prit la petite Christine entre ses bras. La petite pleurnichait, se rétractait (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 32).
B. − P. anal. Retirer, reculer. J'essayai de lui caresser la joue, mais il eut peur de ma main et sa chair en coton fit rétracter mes doigts (Frapié, Maternelle, 1904, p. 265).
Prononc. et Orth.: [ʀetʀakte], (il) retracte [-tʀakt]. Homon. et homogr. rétracter2. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1600 pronom. « devenir plus étroit dans sa partie inférieure (d'un fossé) » (O. de Serres, Théâtre d'agric., II, 1, p. 70: le fossé [...] se retractant en quarré); 2. 1803 pronom. « se contracter, se raccourcir » (B. des Sc. de la Sté Philomatique de Paris, Thermidor, an XI, p. 132 ds FEW t. 10, p. 344); 1844 trans. « tirer en arrière, faire se rétrécir » (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, p. 228); 3. a) 1817 bot. rétracté part. passé adj. (Gérardin de Mirecourt, Dict. raisonné de bot. ds FEW, loc. cit.); b) 1870 anat. muscles rétractés (Littré); c) 1946 psychol. type rétracté (Mounier, Traité caract., p. 231: ce type rétracté que décrivent Sigaud, Corman, Monod-Herzen); d) 1960 phonét. lèvres rétractées, voyelle rétractée (Martinet, p. 47). Dér. sav. du lat. retractum, supin de retrahere « tirer en arrière; réduire, contracter » (v. retraire).
DÉR.
Rétracteur, -trice, subst. masc. et adj.a) Subst. masc. α) Chir. Instrument pour repousser les chairs, les organes. Synon. écarteur.Cette compresse est destinée à relever les chairs au moment de la section de l'os, et appelée rétracteur (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 227).Rétracteur hépatique du DrDesjardins (le petit côté accroche le bord du foie et le grand côté, plein, s'insinue entre le foie et la vésicule biliaire) (Catal. instrument. chir. (Collin), 1935, p. 235). β) Muscle qui provoque la rétraction. On conçoit que lorsque les muscles protracteurs se contractent, ils poussent au-dehors le rétracteur, qui, lorsque celui-ci se contracte à son tour, tend à reprendre le parallélisme de ses fibres, et tire ainsi les épines en dedans. C'est à l'aide de ces muscles et des épines qu'ils meuvent que ces vers rampent et changent lentement de lieu (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 464).b) Adj. [En parlant d'un muscle] Qui provoque la rétraction. Dans la limace sans coque, les muscles rétracteurs des yeux s'attachent simplement à la masse charnue qui forme le pied. Les cornes ou tentacules inférieurs qui ne portent point d'yeux ont le même mécanisme (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 435).[ʀetʀaktœ:ʀ], fém. [-tʀis]. 1resattest. a) 1805 anat. muscle rétracteur (Id., ibid.), 1805 p. ell. rétracteur subst. (Id., ibid., t. 1, p. 194), b) 1827 chir. (Encyclop. méthod. Méd., t. 12); de rétracter1, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 18.

RÉTRACTER2, verbe trans.

Désavouer, revenir sur ce qu'on a dit, fait ou écrit. Synon. annuler, retirer.Rétracter un aveu, un projet; rétracter ses explications. C'est donc toi que j'accuse du malheur de nos armes: je t'ai accusé de même devant ton frère; je ne rétracterai point mes paroles devant toi: si tu les crois fausses et perfides, tu peux me punir (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 244).Le sentiment qu'elle avait eu de ma jalousie l'avait ensuite portée à rétracter avec horreur ce qu'elle avait d'abord complaisamment avoué (Proust, Fugit., 1922, p. 530).
Absol. Je ne m'inquiète pas, du reste, de tout ce que ce journal et autres peuvent dire et diront d'absurde sur mon compte. Je n'en suis même pas politiquement fâché; plus ils iront loin, plus ils auront à rétracter un jour (Lamart., Corresp., 1834, p. 9).
Empl. pronom. réfl. Synon. se dédire.Se rétracter en présence de. Seulement votre Mathurin, permettez, je le crois plus vicieux qu'il n'en a l'air. Une supposition qu'il se rétracte? Il dira qu'il avait bu, par exemple qu'on l'a saoulé (Bernanos, Crime, 1935, p. 781).
Se rétracter de qqc.Je songe avec tristesse au pauvre Adrien qui va peut-être chercher bien loin de l'ennui et des regrets. Je vais lui écrire, non pour l'engager à se rétracter de sa résolution, mais pour lui marquer tous les vœux dont je l'accompagne (M. de Guérin, Corresp., 1837, p. 317).
REM.
Rétractable, adj.Que l'on peut rétracter, désavouer. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀetʀakte], (il se) rétracte [-tʀakt]. Homon. et homogr. rétracter1. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xives. sens? (Roques t. 1, III, 4729: retractare retracter); 2. 1370 « révoquer, annuler » (Oresme, Éthiques, IX, 1, éd. A. D. Menut, p. 454: a plus poier ou a retracter le marchié); 3. a) 1545 « désavouer » (Calvin, Instit. de la relig. chrét., IV, 7, 10 et 19, éd. J. D. Benoit, t. 4, p. 131 et p. 140: rétracter la sentence [...] rétracter le jugement); b) 1549 « désavouer ce qu'on a dit, écrit » (Est.); 4. 1545 pronom. « se désavouer » (Calvin, op. cit., II, 4, 3, t. 2, p. 77: sainct Augustin [...] se rétractant de l'autre sentence); 1795 part. passé adj. « qui s'est rétracté » (Armonville, lettre à B. Levieux, 7 sept. in Babeuf, Le Tribun du peuple, 6 nov., n o36, 146, Coll. 10/18 ds Quem. DDL t. 11: prêtres [...] rétractés). Empr. au lat.retractare « remanier, traiter de nouveau, revenir sur un sujet, réviser; retirer (sa parole), être récalcitrant »; dér. de tractare (traiter*); préf. re- (re-*).
STAT.Rétracter1 et 2. Fréq. abs. littér.: 158.

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉTRACTER1, verbe trans.

A. − ANAT., PATHOL. Tirer en arrière, retirer, serrer par une rétraction, raccourcir par resserrement des fibres de certains tissus ou de certains organes. La paralysie avait raidi les jambes, rétracté les mains, tiré la bouche de côté (Zola, Lourdes, 1894, p. 81).Peu à peu un travail cicatriciel s'établit qui rétracte les lésions en bourrelets ou en plaques fibreuses (Calmette, Infection bacill. et tubercul., 1920, p. 181).
Empl. pronom. À ce régime, l'estomac se resserre, l'organisme se rétracte, adopte de lui-même une vie végétative, une existence d'avare économie des forces (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 279).
P. ext. Se rétrécir, se faire plus petit, se raccourcir. Synon. se contracter; anton. se dilater.Les dalles d'ardoise, étant exposées pendant le jour à la chaleur du soleil, sont fortement dilatées par elle, puis, le soir venu et le froid, se rétractent, faisant des mouvements soudains et espacés (Ramuz, Derborence, 1934, p. 17).
Au fig. Se replier, se recroqueviller. Un vieil homme barbu (...) prit la petite Christine entre ses bras. La petite pleurnichait, se rétractait (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 32).
B. − P. anal. Retirer, reculer. J'essayai de lui caresser la joue, mais il eut peur de ma main et sa chair en coton fit rétracter mes doigts (Frapié, Maternelle, 1904, p. 265).
Prononc. et Orth.: [ʀetʀakte], (il) retracte [-tʀakt]. Homon. et homogr. rétracter2. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1600 pronom. « devenir plus étroit dans sa partie inférieure (d'un fossé) » (O. de Serres, Théâtre d'agric., II, 1, p. 70: le fossé [...] se retractant en quarré); 2. 1803 pronom. « se contracter, se raccourcir » (B. des Sc. de la Sté Philomatique de Paris, Thermidor, an XI, p. 132 ds FEW t. 10, p. 344); 1844 trans. « tirer en arrière, faire se rétrécir » (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, p. 228); 3. a) 1817 bot. rétracté part. passé adj. (Gérardin de Mirecourt, Dict. raisonné de bot. ds FEW, loc. cit.); b) 1870 anat. muscles rétractés (Littré); c) 1946 psychol. type rétracté (Mounier, Traité caract., p. 231: ce type rétracté que décrivent Sigaud, Corman, Monod-Herzen); d) 1960 phonét. lèvres rétractées, voyelle rétractée (Martinet, p. 47). Dér. sav. du lat. retractum, supin de retrahere « tirer en arrière; réduire, contracter » (v. retraire).
DÉR.
Rétracteur, -trice, subst. masc. et adj.a) Subst. masc. α) Chir. Instrument pour repousser les chairs, les organes. Synon. écarteur.Cette compresse est destinée à relever les chairs au moment de la section de l'os, et appelée rétracteur (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 227).Rétracteur hépatique du DrDesjardins (le petit côté accroche le bord du foie et le grand côté, plein, s'insinue entre le foie et la vésicule biliaire) (Catal. instrument. chir. (Collin), 1935, p. 235). β) Muscle qui provoque la rétraction. On conçoit que lorsque les muscles protracteurs se contractent, ils poussent au-dehors le rétracteur, qui, lorsque celui-ci se contracte à son tour, tend à reprendre le parallélisme de ses fibres, et tire ainsi les épines en dedans. C'est à l'aide de ces muscles et des épines qu'ils meuvent que ces vers rampent et changent lentement de lieu (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 464).b) Adj. [En parlant d'un muscle] Qui provoque la rétraction. Dans la limace sans coque, les muscles rétracteurs des yeux s'attachent simplement à la masse charnue qui forme le pied. Les cornes ou tentacules inférieurs qui ne portent point d'yeux ont le même mécanisme (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 435).[ʀetʀaktœ:ʀ], fém. [-tʀis]. 1resattest. a) 1805 anat. muscle rétracteur (Id., ibid.), 1805 p. ell. rétracteur subst. (Id., ibid., t. 1, p. 194), b) 1827 chir. (Encyclop. méthod. Méd., t. 12); de rétracter1, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 18.

RÉTRACTER2, verbe trans.

Désavouer, revenir sur ce qu'on a dit, fait ou écrit. Synon. annuler, retirer.Rétracter un aveu, un projet; rétracter ses explications. C'est donc toi que j'accuse du malheur de nos armes: je t'ai accusé de même devant ton frère; je ne rétracterai point mes paroles devant toi: si tu les crois fausses et perfides, tu peux me punir (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 244).Le sentiment qu'elle avait eu de ma jalousie l'avait ensuite portée à rétracter avec horreur ce qu'elle avait d'abord complaisamment avoué (Proust, Fugit., 1922, p. 530).
Absol. Je ne m'inquiète pas, du reste, de tout ce que ce journal et autres peuvent dire et diront d'absurde sur mon compte. Je n'en suis même pas politiquement fâché; plus ils iront loin, plus ils auront à rétracter un jour (Lamart., Corresp., 1834, p. 9).
Empl. pronom. réfl. Synon. se dédire.Se rétracter en présence de. Seulement votre Mathurin, permettez, je le crois plus vicieux qu'il n'en a l'air. Une supposition qu'il se rétracte? Il dira qu'il avait bu, par exemple qu'on l'a saoulé (Bernanos, Crime, 1935, p. 781).
Se rétracter de qqc.Je songe avec tristesse au pauvre Adrien qui va peut-être chercher bien loin de l'ennui et des regrets. Je vais lui écrire, non pour l'engager à se rétracter de sa résolution, mais pour lui marquer tous les vœux dont je l'accompagne (M. de Guérin, Corresp., 1837, p. 317).
REM.
Rétractable, adj.Que l'on peut rétracter, désavouer. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀetʀakte], (il se) rétracte [-tʀakt]. Homon. et homogr. rétracter1. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xives. sens? (Roques t. 1, III, 4729: retractare retracter); 2. 1370 « révoquer, annuler » (Oresme, Éthiques, IX, 1, éd. A. D. Menut, p. 454: a plus poier ou a retracter le marchié); 3. a) 1545 « désavouer » (Calvin, Instit. de la relig. chrét., IV, 7, 10 et 19, éd. J. D. Benoit, t. 4, p. 131 et p. 140: rétracter la sentence [...] rétracter le jugement); b) 1549 « désavouer ce qu'on a dit, écrit » (Est.); 4. 1545 pronom. « se désavouer » (Calvin, op. cit., II, 4, 3, t. 2, p. 77: sainct Augustin [...] se rétractant de l'autre sentence); 1795 part. passé adj. « qui s'est rétracté » (Armonville, lettre à B. Levieux, 7 sept. in Babeuf, Le Tribun du peuple, 6 nov., n o36, 146, Coll. 10/18 ds Quem. DDL t. 11: prêtres [...] rétractés). Empr. au lat.retractare « remanier, traiter de nouveau, revenir sur un sujet, réviser; retirer (sa parole), être récalcitrant »; dér. de tractare (traiter*); préf. re- (re-*).
STAT.Rétracter1 et 2. Fréq. abs. littér.: 158.

Wiktionnaire

Verbe

rétracter \ʁe.tʁak.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se rétracter)

  1. Déclarer qu’on n’a plus l’opinion que l’on avait avancée, se dédire d’une chose qu’on avait dite ou écrite, la désavouer.
    • Je ne suis pas arrivé à l'âge de quatre-vingts ans pour rétracter en rien les convictions de ma vie entière. — (Réponse de M. Raspail père à l'avocat général, lors du procès de François-Vincent Raspail le 12 février 1874)
    • L’auteur d’une calomnie doit la rétracter formellement.
    • L’instant est solennel, il est toujours temps de vous rétracter, si vous croyez vous être trompé. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
    • Ce développement malheureux les conduit donc à rétracter leur étude. Ils présentent leurs excuses à la revue, à ses lecteurs, pour tout embarras ou désagrément que cela aurait pu causer. — (Hervé Morin, « The Lancet » annonce le retrait de son étude sur l’hydroxychloroquine, 2020 → lire en ligne)
  2. (Pronominal) Se dédire formellement.
    • « Il n’y a aucune vérité dans leur histoire » affirme le directeur général. La « seule chose à faire » est de « se rétracter ». — (Next INpact, Affaire Supermicro : Tim Cook (Apple) appelle Bloomberg à se rétracter, 22 octobre 2018 → lire en ligne)
    • Il a été contraint de se rétracter des choses qu’il avait avancées.
    • Il s’en est rétracté publiquement.
  3. (Pronominal) (Médecine) Se raccourcir, se retirer, se contracter.
    • Ce muscle s’est rétracté.
  4. (Pronominal) Se retirer, se contracter.
    • Je savais que ces mots « tu m’aimes », « je t’aime » étaient de ceux qui le feraient se rétracter, feraient reculer, se terrer encore plus loin au fond de lui ce qui était enfoui… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 58)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉTRACTER. v. tr.
Déclarer qu'on n'a plus l'opinion que l'on avait avancée, se dédire d'une chose qu'on avait dite ou écrite, la désavouer. Il avait avancé telle proposition, il l'a rétractée. L'auteur d'une calomnie doit la rétracter formellement.

SE RÉTRACTER signifie Se dédire formellement. Il soutenait telle opinion, il s'est rétracté. Il a été contraint de se rétracter des choses qu'il avait avancées. Il s'en est rétracté publiquement. En termes de Médecine, il signifie Se raccourcir, se retirer, se contracter. Ce muscle s'est rétracté.

Littré (1872-1877)

RÉTRACTER (ré-tra-kté) v. a.
  • 1Déclarer qu'on n'a plus l'opinion qu'on avait avancée ; désavouer, se dédire. Pour l'obliger à rétracter ses doctrines, Pascal, Prov. XII. Je rétracte ce que j'avais dit en courant et sans y penser, Sévigné, 435. Il faut que, lui, il rétracte ses erreurs, Bossuet, Lett. quiét. 446. Je ne rétracterai jamais les promesses que mon âme… vous fait, Massillon, Carême, Vocat. Le petit-fils et la mère, encouragés par un homme qui fut autrefois avocat, rétractent leur aveu, Voltaire, Pol. et lég. Probab. en fait de just. Nouv. probabilités. Il [le pape Jean XXII] avait des opinions singulières qu'il fut obligé de rétracter, Voltaire, Ann. Emp. Louis V, 1324. Je viens, monsieur, rétracter hautement les discours injurieux que l'ivresse m'a fait tenir en votre présence, Rousseau, Hél. I, 60.
  • 2Revenir sur une résolution (emploi vieilli). Sans doute il [Pompée] aurait pu tenter d'autres combats, Contre un sort infidèle essayer d'autres bras, Et forcer les destins à rétracter sa perte, Brébeuf, Pharsale, VII. Pardonnez, dieux puissants, pardonnez à la terre… Pourquoi tout renverser et pourquoi tout détruire ? Rétracter mon bonheur, c'est assez me réduire, Brébeuf, ib.

    Rétracter un don, annuler un don qu'on avait fait. Guillot, sachant ce don, L'avait fait rétracter pour plus d'une raison, La Fontaine, Cas. Ses affaires [d'un prince indien] s'étant rétablies avant que ses engagements eussent été remplis, il rétracta le don qu'il avait fait [de Karikal à la compagnie des Indes], Raynal, Hist. phil. IV, 30.

  • 3Se rétracter, v. réfl. Se dédire, faire une rétractation. Son texte [de saint Augustin] n'a pas le privilége d'être canonique ; il s'est bien rétracté lui-même de beaucoup de propositions, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, 1, Avant-propos. Bien loin de se rétracter d'aucune de ses erreurs, Bossuet, Var. 1. Rien n'était plus connu que son équité… il pouvait instruire sans se rétracter et sans se condamner soi-même, Fléchier, Duc de Mont. Il n'y avait nulle apparence que Métellus se rétractât des motifs qui l'avaient fait agir étant tribun, Exil de Cicéron, dans DESFONTAINES. Le légat, extrêmement déconcerté, fit ramener en prison le grand maître [des templiers] et le frère du Dauphin d'Auvergne, qui s'était aussi rétracté, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 272, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIVe s. Et ycelles [lettres] voulons estre tenues et gardées perpetuelment, sans les retraittier ou enfraindre comme que soit, Du Cange, retractare.

XVe s. Et quand tu l'as et tu la tiens, Au monde ne te fault plus riens, Paradis tu en peux gaigner ; Je ne t'en doy plus retracter [reparler], la Font. 222.

XVIe s. Saint Augustin mesme, se retractant de l'autre sentence, maintient fort et ferme que…, Calvin, Instit. 225. Qu'il ne soit loisible à aucun, disent-ils, de retracter le jugement de notre siege, Calvin, ib. 911. À quoy Sa Majesté replicqua qu'il ne pouvoit pas retracter sa parolle, Carloix, IX, 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « rétracter »

Lat. retractare, dénominatif de retractum, supin de retrahere, de re, et trahere, tirer (voy. TRAIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin retractare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rétracter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rétracter retrakte

Citations contenant le mot « rétracter »

  • Cet arrêt est riche en enseignements notamment sur la nature du droit de rétractation. En l’espèce, l’opération a été conclue à l’occasion d’une foire. Or, comme le rappelle l’arrêt de la cour d’appel de Riom, « ainsi que l’a énoncé le tribunal, et que le fait valoir la SARL S…, les contrats conclus dans les foires et salons, tel celui en cause, ne sont pas soumis aux règles du démarchage à domicile, alors contenues dans les anciens articles L. 121-1 et suivants du code de la consommation ; il s’ensuit que la faculté de rétractation, prévue à l’article L. 121-25 ancien du même code, n’est pas applicable, par l’effet de la loi, à de tels contrats ». Mais le droit de rétractation ne provenait pas ici d’un effet légal mais d’une clause le prévoyant explicitement. Le bon de commande indiquait bien une possibilité de se rétracter (le « bon d’annulation ») très proche des dispositions de l’ancien article L. 121-25 du code de la consommation. On peut se demander s’il y a bien eu rétractation. Toutefois, celle-ci s’est bien produite au jour de l’envoi du bon dédié à cet effet. Seule son efficacité est en jeu. Mais même une rétractation peut être en quelque sorte « rétractée à son tour ». C’est ici que se situe l’originalité : l’exécution partielle du contrat a balayé l’utilisation de la faculté contractuelle de rétractation. Deux remarques peuvent être faites, chemin faisant. D’une part, cette « double négative » du droit qu’est la renonciation à la rétractation interroge. Peut-on véritablement exécuter un acte juridique qui est censé être devenu caduc ? La réponse qu’apporte la Cour de cassation est moins théorique que pragmatique à cette occasion. C’est parce que la société a procédé aux installations et a donc dépensé des frais que la solution se comprend. Certes, cette exécution est conforme au contrat signé mais peut-on toujours prendre les dispositions contractuelles comme référence alors que ce contrat est devenu caduc ? Le hiatus est palpable. D’autre part, comme en linguistique où la double négation permet d’apporter des nuances, la renonciation à la rétractation laisse planer un doute sur l’efficacité juridique du contrat concerné. Le litige porté devant le juge ici en est le résultat direct, l’une des parties croyant le contrat caduc, l’autre réclamant le versement du prix promis. Cette difficulté invite à insister sur les précisions contractuelles, même dans les bons de commande. , Faculté de rétractation et poursuite de l’exécution contractuelle - Contrat et obligations | Dalloz Actualité
  • Je me suis engagé sur un réseau avec signature des contrats et versement des acomptes. Je souhaite me rétracter et le réseau me menace de me réclamer la totalité des sommes dues au contrat ainsi que des indemnités de dommages et intérêts. , Quels sont les conditions pour se rétracter après signature d'un - FAQ Toute La Franchise
  • La Cour juge qu’un consommateur, après avoir exercé son droit de rétractation, obligatoirement prévu notamment dans les contrats de vente conclus à distance et à domicile, peut renoncer à se rétracter en reprenant l’exécution du contrat et en effectuant des actes incompatibles avec sa rétractation. Mieux Vivre Votre Argent, Le consommateur qui se rétracte après une commande doit s’y tenir et ne plus rien accepter - Mieux Vivre Votre Argent
  • Le client refusait de payer en prouvant s’être rétracté. Mais la Cour de cassation lui a donné tort. En admettant que l’entreprise poursuive l’exécution du contrat, il a adopté une attitude incompatible avec sa rétractation, ce qui signifie qu’il avait finalement renoncé à se rétracter. Il s’est donc placé dans l’obligation de payer la facture. Journal L'Union, VOS DROITS. Le consommateur qui se rétracte ne doit plus rien accepter
  • À trois mois du scrutin, Donald Trump a déclaré que l'élection présidentielle américaine de 2020 serait "l'élection la plus inexacte et frauduleuse de l'Histoire". Il a aussi proposé de la reporter, avant de se rétracter. midilibre.fr, Donald Trump met en doute la légitimité de l'élection présidentielle des Etats-Unis - midilibre.fr
  • J'ai acheté un canapé, j'ai intégralement réglé mon achat, mais le commerçant ne veut pas me donner de date de livraison à cause du coronavirus. J'ai demandé à me rétracter et à être remboursé, mais il me propose uniquement un avoir pour ne pas me rembourser. Est-ce légal ? "Selon le code de la consommation, dans un premier temps vous devez proposer à votre fournisseur une nouvelle date de livraison dans un délai raisonnable, qui varie en fonction de l'objet et du moyen d'expédition. S'il n'honore pas cette échéance, il doit alors intégralement vous rembourser et c'est valable pour un achat en ligne ou en magasin" répond Saada Soubane.  Franceinfo, #OnVousRépond : gel hydroalcoolique au soleil et code de la consommation
  •  C’est un problème qu’on avait remarqué et discuté bien avant cette pétition. Elle rejoint ce qu’on s’était dit. Ça va appuyer notre dossier devant la métropole, qui est chargée de la voirie , précise René-François Houssin. La municipalité avait initialement envisagé de mettre la voie en sens unique, avant de se rétracter. La mise en place de feux de signalisation est privilégiée.  On en fait la demande , promet-il. , Vezin-le-Coquet. Une pétition pour sécuriser un pont - Rennes.maville.com
  • Services de Santé Alberta envisageait de prendre en charge les activités quotidiennes du centre la semaine dernière, avant de se rétracter, selon Tom McMillan, son directeur adjoint des communications. Radio-Canada.ca, COVID-19 : 5 nouveaux décès en Alberta | Radio-Canada.ca

Traductions du mot « rétracter »

Langue Traduction
Anglais retract
Espagnol retraer
Italien ritrattare
Allemand einfahren
Chinois 缩回
Arabe التراجع
Portugais retrair
Russe отводной
Japonais 撤回する
Basque atzera botatzeko
Corse ritirate
Source : Google Translate API

Synonymes de « rétracter »

Source : synonymes de rétracter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rétracter »

Partager