Ressasser : définition de ressasser


Ressasser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESSASSER, verbe trans.

A. − Vieilli. Repasser au sas, au tamis. Ressasser du plâtre. Ressasser de la farine (Ac.).
B. − Au fig.
1. Revoir en esprit; revenir sans cesse sur les mêmes choses. Synon. remâcher, ruminer (fam.).Ressasser un chagrin, des craintes, des regrets, des remords, des soucis, des souvenirs. En ressassant dans mes courses quelques idées de Van Helmont dont je me suis occupé les jours précédents, je trouve la matière d'un ouvrage à faire sur la philosophie (Maine de Biran,Journal, 1819, p. 243).Pendant ce mois où je ressassai comme une mélodie, sans pouvoir m'en rassasier, ces images de Florence, de Venise et de Pise (...) je ne cessai pas de croire qu'elles correspondaient à une réalité indépendante de moi (Proust,Swann, 1913, p. 391).
2. Répéter de manière lassante un énoncé. Synon. rabâcher, redire, seriner (fam.).Ressasser un argument, des critiques, des griefs; ressasser les mêmes phrases. Éprouvé à l'église de cruelles impatiences à cause du prône et de la psalmodie, l'un me ressassant des idées avec lesquelles je vis depuis quinze ans, l'autre m'écorchant les oreilles (Amiel,Journal, 1866, p. 278).J'ai les oreilles rebattues des histoires, toujours les mêmes, qu'infatigablement, ils ressassent (Tharaud,Relève, 1919, p. 99).
Part. passé en empl. adj. Chanson, idée, théorie ressassée. Cette familiarité, cette « franchise d'allures » qu'il est de bon goût d'employer maintenant au théâtre s'exagèrent parfois dans le dialogue jusqu'aux expressions ressassées, jusqu'au « cliché » (A. Daudet,Crit. dram., 1897, p. 61).
Empl. pronom. réfl. indir. Se répéter sans cesse à soi-même. Il se ratiocinait toutes ces raisons, se ressassant: J'ai dit oui, je vais sauter le fossé, mais comment faire? (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 182).
Prononc. et Orth.: [ʀ əsase], (il) ressasse [ʀ əsas]. Barbeau-Rodhe 1930: je ressasse [ʒ ə ʀsas], [ʒ ʀ ə-]. Martinet-Walter 1973: il ne fait que ressasser [a], [ɑ] (13, 4); le [ə] ne tombe pas. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. a) 1549 resasser « passer à nouveau la farine dans un sas » (Est.); b) 1674 « mêler de nouveau » (Boileau, Lutrin, I, éd. Ch.-H. Boudhors, p. 130); 2. a) [av. 1615 (Pasquier cité ds Dochez: En une considération du repos général de tout un pays, nous devons apporter de très-grands regards avant que de vouloir ressasser ces pieux péchés)] 1689 « examiner en détail » (Mmede Sévigné, Corresp., 16 mars, éd. R. Duchêne, t. 3, p. 541); b) 1736 « répéter sans cesse » (J.-B. Rousseau, Ep., I, 3 ds Littré). Dér. de sasser*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 149.
DÉR. 1.
Ressassage, subst. masc.,vieilli. Synon. de ressassement (infra).[Il recommença son récit.] Sans se répandre (...) en lamentations confuses, sans ressassages (Richepin,Braves gens, 1886, p. 385).Deux années de rhétorique supérieure à Louis-Le-Grand (...) deux années de ressassage du Manuel de politique étrangère d'Émile Bourgeois (L. Febvre,Examen de consc., [1933] ds Combats, 1953, p. 18).− [ʀ əsasa:ʒ]. 1reattest. 1877 (Alph. Daudet, Journ. offic., 28 mai, p. 4074, 3ecol. ds Littré Suppl.); de ressasser, suff. -age*.
2.
Ressassement, subst. masc.a) Action de ressasser; résultat de cette action, chose ressassée. Parler de moi m'ennuie; un journal est utile dans les évolutions morales conscientes, voulues et difficiles (...). Mais ce que je dirais maintenant, ce serait des ressassements sur moi-même (Gide,Journal, 1891, p. 26).Rien de si monotone que la folie. Le ressassement de l'idée fixe dégage un ennui invincible qui nous a toujours, quant à nous, défendu contre le charme puissant de Jean-Jacques (Mauriac,Gds hommes, 1949, p. 114).b) Ling. ,,Retour des mêmes mots un grand nombre de fois`` (Dupré 1980). Un prototype du ressassement se trouve dans la lamentation de David sur la mort d'Absalon: « Mon fils Absalon, mon fils Absalon... Absalon mon fils, mon fils » (Samuel, II, 19, 1) (Dupré 1980). [ʀ əsasmɑ ̃]. 1reattest. 1777 (Linguet, Ann., III, 95 ds Gohin, p. 240); de ressasser, suff. -ment1*. Fréq. abs. littér.: 12.
3.
Ressasseur, -euse, adj. et subst.(Personne) qui ressasse, répète toujours la même chose. Synon. rabâcheur.Sur les horribles boulevards, comme il flairait, pour leur échapper, les bruyants et les ressasseurs, il aperçut, pareille à sa marche, la fuite grêle d'un avec qui volontiers, des nuits entières, il avait théorisé (Barrès,Barbares, 1888, p. 226).Le majordome ressasseur qui nous contait l'amoureuse escapade de la Guidoguerra, en chaise à travers tout le royaume de Naples! (Milosz,Amour. init., 1910, p. 54). [ʀ əsasœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Martinet-Walter 1973 le [ə] dans un ressasseur ne tombe pas [œ ̃ ʀ ə-]. 1reattest. 1764 (Voltaire, Dict. phil. Samson ds Littré); de ressasser, suff. -eur2*.
BBG.Gohin 1903, p. 240.

Ressasser : définition du Wiktionnaire

Verbe

ressasser \ʁə.sa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Repasser au sas, c’est-à-dire au tamis.
    • Ressasser de la farine, du plâtre.
  2. (Figuré) Revenir sans cesse sur les mêmes pensées dans son esprit.
    • Ressasser de mauvais souvenirs.
    • Le pire du pire, dans ce boulot, c’était le temps qu’il te laissait pour ressasser ton malheur, vu qu’il n’exigeait aucun effort intellectuel. Je ruminais pendant des heures, pestais contre ce job à la con à la portée de n’importe quel robot, trépignais d’impatience à l’idée de voir un jour triompher le communisme intégral et me torturais les méninges pour imaginer des alternatives à ce système qui condamne des millions d’êtres humains à ce genre de boulot à vie. — (David Graeber, traduit par Élise Roy, Bullshit jobs, Les liens qui libèrent, 2018, ISBN 979-10-209-0633-5)
  3. (Figuré) Redire de manière lassante.
    • Par avance, il sait ce qu'il trouvera d'imparfait, de médiocre, de mal, d'immuable, en dépit des conseils, des admonestations ou reproches qu'il prodigue et ressasse à chaque inspection. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il leur ressassait l'éternelle coalition des anarchistes et des royalistes — (Ludovic Sciout, Le Directoire, Seconde partie, t. 4, Paris, 1897, page 321)
    • Fatigués d’entendre sempiternellement les mêmes propos, les mêmes rires, les mêmes plaisanteries mille fois ressassées et recrachées, les « lièvres » s’étaient réjouis de l’arrivée de quelqu’un pour qui tout serait nouveau. — (Israël Joshua Singer, De fer et d'acier, 2016)
    • Le brigadier de la BRI, ancien bacqueux, assis à l'arrière du véhicule de surveillance, songea à l'avertissement qui lui avait été ressassé à chaque étape de son recrutement : « Attention à ne pas vous tromper de job. À la BAC, vous interpellez tous les jours des délinquants, ce ne sera pas le cas chez nous. […]. » — (Georges Maury-Daniel, Maudits partenaires, BoD-Books on Demand, 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ressasser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESSASSER. v. tr.
Repasser au sas. Ressasser de la farine. Il s'emploie figurément et signifie Revenir sur les mêmes idées, redire les mêmes choses. Vous aurez beau ressasser cet argument, vous ne convaincrez personne. Il ne fait que ressasser les mêmes plaintes, les mêmes critiques, les mêmes reproches. Comment ignorez-vous ces faits, après qu'ils vous ont été si souvent ressassés?

Ressasser : définition du Littré (1872-1877)

RESSASSER (re-sâ-sé) v. a.
  • 1Sasser de nouveau. Ressasser de la farine.
  • 2Mêler de nouveau. Un des noms reste encore, et le prélat par grâce Une dernière fois les brouille et les ressasse, Boileau, Lutr. I.
  • 3 Fig. et familièrement. Examiner à plusieurs reprises. Ressasser un compte. On écrit, on plaide, on retourne sur une affaire depuis le déluge, on la ressasse, Sévigné, 16 mars 1689.

    Ressasser un ouvrage, l'examiner avec soin pour en découvrir jusqu'aux moindres défauts.

    Ressasser quelqu'un, ressasser la conduite de quelqu'un, examiner sa conduite avec soin, pour voir si l'on n'a rien à lui reprocher.

    On disait autrefois : ressasser les gens d'affaires, les traitants, faire des recherches contre eux. Les financiers avaient profité du temps qu'on avait eu besoin d'eux, jusqu'à passer tout ce qu'ils voulaient ; Noailles et Rouille voulurent les ressasser, Saint-Simon, 425, 138.

  • 4 Familièrement. Répéter sans cesse. Il ne fait que ressasser les mêmes choses. Et ce faux bruit, tant soit-il insensé, Ne manquera d'être encor ressassé, Rousseau J.-B. Ép. I, 3. S'il y avait eu une seule vérité cachée dans vos amas d'arguments qu'on ressasse depuis tant de siècles, on l'aurait découverte sans doute, Voltaire, l'Ingénu, 14.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ressasser »

Étymologie de ressasser - Littré

Re…, et sasser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ressasser - Wiktionnaire

(Date à préciser) Dérivé de sasser avec le préfixe itératif re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ressasser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ressasser rǝsase play_arrow

Conjugaison du verbe « ressasser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe ressasser

Citations contenant le mot « ressasser »

  • La propagation du coronavirus pousse la situation à virer au drame. Les difficultés dont souffre la population apparaissent d’évidence, en parler ne fait que verser de l’huile sur le feu. Plus qu’à apaiser la douleur, ressasser cette évidence remue le fer dans la plaie. Même si à raison on qualifie de sanitaire la crise d’aujourd’hui, la solution relève de la politique. Malheureusement à mélanger l’art politique relatif à la gestion des affaires publiques et le combat politicien, les acteurs politiques semblent privilégier l’exploitation de la situation pour faire des épanchements pseudo-sentimentaux l’essentiel de leur discours, utilisant leur compassion pour exprimer une volonté de porter secours aux démunis, espérant se débarrasser ainsi d’en devoir l’action. Comme les actes ne suivent pas toujours à soulager tout le monde, ces gens-là ne font qu’aviver les flammes plus qu’éteindre les brûlures des souffrances. Le devoir d’entreprendre la lutte contre cette pandémie s’apparente aux obligations en temps de guerre, plus qu’à l’ordinaire la loi qui régit le pays exige une application plus rigoureuse qu’à l’accoutumée. Le pays a ses tables de loi, on ne saurait y déroger en improvisant des petits arrangements, et même les exceptions prévues se pratiquent dans le cadre de règles aussi spécifiques qu’impérieuses. Nonobstant la bataille politique s’embrase au rythme de l’aggravation de la situation. C’est là que l’on a davantage besoin de juge de paix plus que de remue-merde. Respectueuse des traditions en même temps que soucieuse de l’évolution, la société malgache reconnaît autorité morale aux raiamandreny coutumiers et religieux, tout à la fois aux représentants de la société civile, pour donner un peu de sérénité dans une ambiance délétère. Pourtant, ces uns et ces autres donnent l’impression que les politiques dans leur comportement ont déteint sur eux. Ils prêchent plus qu’à vouloir soigner. Nombreux pensent faire dans le génie à détailler les maux dont souffre la population, au lieu de dénoncer les actes ratés par commission ou par omission, pire comme pour fournir aux politiques les circonstances atténuantes ils accordent à tous les politiciens le bénéfice d’une présomption d’un sentiment patriotique élevé. À croire des parents impuissants face à la turbulence de leurs enfants, se satisfaisant de crier sans y croire «restez raisonnables, les enfants». C’est du drame d’un présent âpre, sans espoir d’un demain qu’il est question. , Pyromane, comble des inclinations pour un pompier | NewsMada
  • Je ne sais pas si vous ressentez la même chose que moi, mais ce début d’été ne me dit rien qui vaille. Alors qu’une bonne partie de la France entre de plain-pied dans l’indolence des vacances pour presque deux mois, que les reportages à la télé débordent de bouchons sur la Nationale 7 et de rêves de bord de mer, je n’ai de cesse de ressasser ce terrible printemps que nous venons de vivre dans l’Est de la France. Où la crise du coronavirus a été bien plus violente que presque partout dans l’Hexagone. , Politique | Étrange été
  • Dans la défense ardue et fière qu’il oppose depuis plusieurs mois à ses contempteurs au sein de la BAD, Akinwumi Adesina a souvent donné l’impression de ressasser l’interrogation de son illustre compatriote, natif comme lui du sud-ouest du Nigeria. JeuneAfrique.com, Adesina, son vrai bilan à la tête de la BAD – Jeune Afrique
  • A quoi bon ressasser vos souvenirs et vous dire que c'était mieux avant ? Ce n'est que pour ce week-end, mais quand même, essayez de penser plus positif ! Surtout que l'année 2021 sera bonne pour les Balance, alors que celle-ci n'était pas terrible, surtout 3ème décan. RTL.fr, L'horoscope du 31 juillet 2020
  • Drôle d'époque où recenser les sujets de préoccupation de ses contemporains revient à ressasser un chapelet de lieux communs. De Christiane Collange / Ça va les hommes ?
  • Le passé, c’est quelque chose qu’on subit. Ça me pèse de ressasser les moments qui appartiennent à la mémoire. De Michel Polnareff / Spèrme
  • La vie me semble trop courte pour la passer à entretenir des ressentiments ou ressasser des griefs. De Charlotte Brontë

Traductions du mot « ressasser »

Langue Traduction
Corse rinfresca
Basque rehash
Japonais 再ハッシュ
Russe перепев
Portugais refazer
Arabe إعادة تأهيل
Chinois 重新整理
Allemand aufwärmen
Italien rimaneggiamento
Espagnol refrito
Anglais rehash
Source : Google Translate API

Synonymes de « ressasser »

Source : synonymes de ressasser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires