La langue française

Règne

Sommaire

  • Définitions du mot règne
  • Étymologie de « règne »
  • Phonétique de « règne »
  • Citations contenant le mot « règne »
  • Images d'illustration du mot « règne »
  • Traductions du mot « règne »
  • Synonymes de « règne »

Définitions du mot règne

Trésor de la Langue Française informatisé

RÈGNE, subst. masc.

A. − [Corresp. à régner]
1. Domaine pol.
a) Action, fait pour un monarque, une dynastie de régner. Instrument de règne. [Se déclarer] contre le règne des Bourbons au Nouveau-Monde (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 229).À mesure qu'on avançait dans le siècle, Fénelon pensait avec plus de sollicitude au règne possible de son élève chéri (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 529).
b) P. méton. Manière de régner; durée pendant laquelle un monarque, une dynastie règne; période historique correspondante. La Hongrie était alors gouvernée par le roi André II, dont le règne était aussi agréable à Dieu qu'à ses peuples (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 6).Le saint roi [Louis IX] a près de lui une véritable sainte. Quel est ce règne étonnant qui s'ouvre? (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 70).
SYNT. Le règne de Charlemagne, de François Ier, de Louis XIV, de Napoléon, de la reine Victoria; règne brillant, paisible; long règne; l'éclat d'un règne; les premières, les dernières années d'un règne; au début, à la fin d'un règne; pendant, sous le règne de.
Le grand règne. Le siècle de Louis XIV. Synon. le grand siècle.Bossuet, installé dans sa chaire d'évêque à l'époque la plus solennelle du grand règne (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 238).
c) P. anal. Le règne de la Terreur. Le renversement de la constitution et le règne des Trente Tyrans à Athènes (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 84).Quelle que soit l'issue du règne de de Gaulle (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p. 362).
2.
a) Influence prédominante, pouvoir absolu, domination d'une personne, d'un ensemble de personnes; durée correspondante. Le règne de l'homme. [Marguerite, à son père:] Vos enfants vous entoureront d'amour et de respect; mais d'aujourd'hui vous m'appartenez, et me devez obéissance. Soyez sans inquiétude, mon règne sera doux (Balzac, Rech. absolu, 1834, p. 280).L'ordre abstrait issu de la Révolution (...) assure le règne positif de la bourgeoisie française (Faure, Espr. formes, 1927, p. 109).
Le règne de qqn dans, sur qqc. Son règne [de Victor Hugo] sur les lettres françaises (Zola, Doc. littér., Hugo, 1881, p. 41).Boucher a vu consacrer son règne dans les arts (Nolhac, Boucher, 1907, p. 111).
Du règne de qqn. Du temps où quelqu'un exerçait son influence, sa domination. La noble simplicité qui se faisait admirer du règne du marquis de Roquefeuille (Jouy, Hermite, t. 5, 1814, p. 253).
Région. (Canada). Vie (de quelqu'un). Nous aurions été au milieu d'une belle paroisse où Laura aurait pu faire un règne heureux (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 240).
b) Prépondérance plus ou moins absolue, domination de quelque chose; durée correspondante. Au règne éphémère de l'amour a succédé, pour le reste de la vie, le règne plus sérieux de la conscience (Proudhon, Pornocratie, 1865, p. 57).La disparition soudaine des grands acteurs coïncide avec le règne de l'écran, cela saute aux yeux (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 170).
SYNT. Le règne de l'argent; le règne de l'esprit, de la force, de la justice, de la liberté, du mal, de la raison; le règne absolu de qqc.; établir, inaugurer, instaurer le règne de qqc.
DR. Règne de la loi. ,,Régime juridique dans lequel les gouvernants et leurs agents sont assujettis, pour leurs décisions particulières, à l'observation des règles de droit posées par la loi ou le règlement`` (Cap. 1936). ,,Régime juridique soumettant les agents de l'État, comme les simples particuliers, à l'empire de la loi commune appliquée par le juge du droit commun`` (Cap. 1936). Faire une distinction entre les sociétés régies par la coutume et celles qui sont soumises au règne de la loi (Traité sociol., 1968, p. 207).
c) Vx. Être en règne.Être en vogue, en crédit, à la mode. (Dict. xixeet xxes.).
B. − [Corresp. à règne au sens vx de « royaume »]
1.
a) Ensemble d'êtres présentant un principe, des caractères communs. Règne humain, vivant. Il se trouve nécessairement des êtres intermédiaires qui séparent le règne des instinctifs du règne des abstractifs (Balzac, L. Lambert, 1832, p. 208).L'instinct populaire emprunte ses plus injurieuses réprobations au règne des poissons (Du Bos, Journal, 1927, p. 194).
b) SC. NAT. Chacune des divisions traditionnelles du monde sensible; réalité correspondante. Appartenir à un règne de la nature; qqc. emprunté à un règne de la nature. Nous distinguons trois règnes, le règne minéral, le règne végétal, et le règne animal; et nous comprenons l'homme dans le règne animal (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 114):
La connaissance qu'ont les primitifs de la faune et de la flore est incontestablement supérieure à celle du civilisé. Naturellement des raisons d'ordre utilitaire déterminent quel est le règne qui les intéresse surtout. Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 361.
Règne minéral*.
Règne végétal. Division regroupant tous les végétaux; réalité correspondante. Le règne végétal, dans cette contrée (...), ne se montrait pas ingrat envers l'astre du jour, et il rendait en parfums et en couleurs ce que le soleil lui donnait en rayons. Quant au règne animal, il était plus avare de ses produits (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 102).
Règne animal. Division regroupant tous les animaux; réalité correspondante. Supra ex. de Verne.
Règne inorganique. Règne minéral. L'intelligence est partout, même dans le règne inorganique. En voyant la régularité des formes cristallines, j'ai peine à croire que les minéraux soient aussi bêtes qu'on le dit (Ménard, Rêv. païen mystique, 1876, p. 109).
Règne organique. Division regroupant le règne végétal et le règne animal. [Les] facultés qui nous sont communes avec tout le règne organique (Comte, Philos. posit., t. 4, 1839-42, p. 498).
2. Lieu, domaine abstrait. Chaque cœur est un règne impénétrable (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 193).Chaque nuit, j'entre dans le règne des épouvantements (Gide, Journal, 1930, p. 979).
C. − THÉOL. JUDÉO-CHRÉT. Règne de Dieu. Exercice du pouvoir, action, autorité de Dieu sur les hommes et sur la création; état de perfection résultant de la reconnaissance individuelle ou collective de cette action divine, maintenant et à la fin des temps. Règne de Dieu sur la terre, parmi les nations. Comment faire, ô mon Dieu, pour que votre règne arrive? (Péladan, Vice supr., 1884, p. 242).
RELIG. CHRÉT. Règne de Jésus(-Christ), du Christ. Action, influence sur les hommes du Fils de Dieu triomphant du péché sur la Croix et premier-né d'une création nouvelle; réalité qui en résulte, déjà présente et à venir. [Jésus] m'a choisi (...) pour établir et pour étendre dans les cœurs son règne bienfaisant et pacifique (Billy, Introïbo, 1939, p. 156).
[P. allus. à la parole du Christ (Jean XVIII, 36) Mon règne, mon royaume n'est pas de ce monde pour dire que son pouvoir n'est pas d'ordre temporel] Je suis entouré de prêtres qui me répètent sans cesse que leur règne n'est pas de ce monde, et ils se saisissent de tout ce qu'ils peuvent (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 748).
P. anal., PHILOS. [Chez Kant] Règne des fins. ,,État dans lequel les volontés des êtres raisonnables sont censées s'accorder entre elles et avec l'ordre du monde`` (Aur.-Weil 1981). Kant achève sa morale dans l'idée d'un règne des fins (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 229).
D. − [Le subst. désigne un objet concr.]
1. Chacune des trois couronnes de la tiare pontificale. (Dict. xixeet xxes.).
2. Dans certaines églises, couronne suspendue au-dessus du maître-autel (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀ ε ɳ]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: rè-. Étymol. et Hist. A. 1. 2emoit. xes. « royaume » (St Léger, éd. Linskill, 132); 2. 1170 « exercice du pouvoir royal » (Wace, Chronique ascendante, éd. A. J. Holden, 5773); 3. fig. a) 1636 « domination de personnes puissantes » (Monet); b) 1670 « pouvoir, influence qu'exerce une chose » (Bossuet, Duchesse d'Orléans ds Littré); c) 1694 terme de relig. règne de Jesus-Christ (Ac.). B. P. ext. 1. 1652 « tiare du pape » (Guez de Balzac, Socrate Chrétien, X ds Littré); 2. 1690 « couronne suspendue sur le maître-autel des églises » (Fur.). C. 1730 règne animal, règne végétal, règne minéral (Du Marsais, Des Tropes, p. 33); 1764 règne organique (Bonnet, Contempl. Nature, p. 33). Empr. au lat.regnum « autorité royale », « souveraineté », « royaume », dér. de rex, regis « roi ». Fréq. abs. littér.: 2 445. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 616, b) 2 722; xxes.: a) 2 445, b) 2 680. Bbg. Carmignac (J.). Règne de Dieu ou royaume de Dieu? Foi Lang. 1976, n o1, pp. 38-41. − Dub. Pol. 1962, p. 401.

Wiktionnaire

Nom commun

règne \ʁɛɲ\ masculin

  1. Exercice du pouvoir souverain dans un État monarchique.
    • Mais, pendant le règne d’Élisabeth, l'usage des fourrures luxueuses fut restreint singulièrement, de par la volonté royale, et, pendant quelques années, cette branche de commerce demeura paralysée. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • […], il ne peut plus y avoir rien de grand dans un siècle à qui le règne de Napoléon sert de préface. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Aussi son règne fut-il comme le cours d’un météore rapide et étincelant qui parcourt le ciel, répandant autour de lui une lumière éblouissante, mais inutile, que remplace aussitôt une obscurité profonde. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pour la période de trente-deux ans, qui correspond aux règnes de Childebert, de Caribert et de Dagobert, les numismates ont classé 141 médailles de Banassac. — (J.-B. Delon, Histoire de Gévaudan-Lozère, Mende : Imprimerie Saint-Privat, 1941, p. 37)
    • Processus évidents sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, dont les gouvernements ne poursuivaient pas la politique de contrôle social, d'imposition et de guerre totale de Louis XIV, notre Roi-Soleil mégalomane. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 52)
    • L’État au sens du règne d’un dynaste, d’un satrape ou d’un despote, n’en semble pas moins être la structure la plus durable d'organisation du pouvoir dans l’islam. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.87)
  2. (Figuré) Pouvoir d’un potentat.
    • Le règne d’une favorite.
  3. (Figuré) Autorité, influence, d'une chose en vogue, en crédit.
    • La mondialisation concrète, c’est d’abord une forme nouvelle du règne agressif de la marchandise et de l’argent, qui mène le monde à de profondes impasses économiques, sociales, écologiques et politiques. — (Pour un autre monde ; Un autre chemin, motion pour le congrès socialiste de Dijon du 16 au 18 mai 2003)
    • Quand arrivera le règne de la vérité, de la raison ? Le règne des lois, de la justice.
  4. (Histoire naturelle) (Biologie) (Classification phylogénétique) Un des grands groupes de l'histoire naturelle, répartie entre animaux, végétaux et minéraux
    • Déjà tous les animaux ont disparu ; plus d'oiseaux ; seulement, reste chétif de ce règne, quelques diptères voltigent encore sur les fleurs de cytise, et une lourde pimélie circule lentement entre les cailloux. — (Voyage de Dumont d’Urville autour du Monde, raconté par lui-même)
    • Les Acotylédones sont d'une organisation des plus simple. On peut dire qu’ils commencent la série du règne végétal, comme les mollusques la série du règne animal; […]. — (Antonin Bossu, Botanique et Plantes médicinales, 1884)

Forme de verbe

règne \ʁɛɲ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de régner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de régner.
    • La nouvelle immigration, extrêmement diversifiée sur le plan des origines ethno-nationales, s’installe dans les anciens quartiers ethniques qu’elle contribue ainsi à multi-ethniciser, ou alors gagne de nouvelles banlieues qui sont donc d’emblée multi-ethniques et où règne le conformisme et la neutralité culturelle de l’habitat pavillonnaire. — (Annick Germain, L’Autre, là où on ne l’attendait pas : L’expérience d’une ville multiethnique, Montréal, in Les Annales de la Recherche Urbain, 2003, 94, page 19)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de régner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de régner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de régner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÈGNE. n. m.
Exercice du pouvoir souverain dans un État monarchique. Le règne de Louis XIV. Le règne de Catherine II, de Charles-Quint, de Léon X, de Léopold, grand-duc de Toscane. Pendant le règne, durant le règne de tel roi. Sous le règne de tel prince. Il se dit figurément en parlant de Personnes qui sont toutes-puissantes. Le règne d'une favorite. Il se dit encore figurément en parlant des Choses qui ont de l'autorité, de l'influence, ou qui sont en vogue, en crédit. Quand arrivera le règne de la vérité, de la raison? Le règne des lois, de la justice. Le règne des arts. Le règne de cette mode est passé, n'a pas duré longtemps. Nous avons vu commencer, finir le règne de tel usage. En termes de Théologie, Le règne de la grâce, L'ère chrétienne. Le règne de JÉSUS-CHRIST sur les âmes, L'empire de JÉSUS-CHRIST sur les âmes. En termes d'Histoire naturelle, Le règne animal, le règne végétal, le règne minéral, Les animaux, les végétaux, les minéraux en général. On dit aussi Règne organique pour désigner les Animaux et les végétaux et Règne inorganique pour désigner les Minéraux.

Littré (1872-1877)

RÈGNE (rè-gn' ; au XVIe siècle, on prononçait rène, d'après Bèze) s. m.
  • 1Gouvernement d'un prince souverain, roi, reine, empereur, duc, etc. D'un règne commençant la première action Fait dessus les esprits beaucoup d'impression, Rotrou, Antig. IV, 1. J'ai malgré leurs efforts soumis à votre règne Ce que le Tibre lave et que le Gange baigne, Rotrou, Bélis. I, 6. Votre nom s'est rendu célèbre jusqu'aux îles les plus reculées, et vous avez été aimé dans votre règne de paix, Sacy, Bible, Ecclésiastiq. XLVII, 17. Enfin, des légions l'entière obéissance Ayant de votre empire affermi la puissance, On vit Claude ; et le peuple, étonné de son sort, Apprit en même temps votre règne et sa mort, Racine, Brit. IV, 2. Un mauvais règne fait quelquefois la calamité de plusieurs siècles, Fénelon, Tél. XXIV. Le règne du feu roi [Louis XIV] a été si long, que la fin en avait fait oublier le commencement, Montesquieu, Lett. pers. 111. Je crois qu'on ne peut mieux faire dans ce silence de la chronologie, que de recourir à la règle de Newton, qui, ayant composé une année commune des années qu'ont régné les rois des différents pays, réduit chaque règne à vingt-deux ans ou environ, Voltaire, Mœurs, 1.
  • 2Avant-règne, règne anticipé. En un clin d'œil, ce pupille [de M. de Beauvilliers] devient Dauphin, en un autre… il parvient à une sorte d'avant-règne, Saint-Simon, t. IX, p. 288, édit. CHÉRUEL.
  • 3 Par extension, il se dit de la domination d'un ministre, d'un favori, d'une compagnie. Les méchants et les impies qui ont leur règne sur la terre, Bossuet, Sermons, Septuag. préambule. Tremble, son jour [de Dieu] approche, et ton règne est passé, Racine, Esth. III, 5. Ils [les jésuites] eurent, dans les dernières années de leur trop long règne, le malheur ou la sottise d'attaquer…, D'Alembert, Éloges, Crébillon.
  • 4Le règne de Dieu, le triomphe de la grâce. Que le règne de Dieu s'accomplisse dans notre cœur, Massillon, Carême, Tiéd. 1.

    Dans le style de l'Écriture sainte, le règne de Jésus-Christ sur les âmes. Il eût été inutile à notre Seigneur Jésus-Christ, pour éclater dans son règne de sainteté, de venir en roi, Pascal, Pens. XVII, I, éd. HAVET.

    En théologie, le règne de la grâce, le pouvoir de la grâce. Le règne du péché, l'empire du péché sur les hommes.

  • 5Il se dit de ce que l'on compare à une autorité régnante. Le règne des lois. Aussitôt qu'on cesse pour nous de compter les heures… sortis des figures qui passent et des ombres qui disparaissent, nous arrivons au règne de la vérité, où nous sommes affranchis de la loi des changements, Bossuet, Duch. d'Orl. Cette tyrannie [de l'amour] qu'on y étale [sur le théâtre]… asservit l'un et l'autre [sexe] au règne des sens, Bossuet, Comédie, 6. Un roi dont la vie fut le règne de la religion, Fléchier, le Tellier. J'ai vu finir le règne de la raison et du goût ; je vais mourir en laissant la France barbare [il s'agit de Shakespeare et des drames], Voltaire, Lett. d'Argental, 30 juill. 1776. Le règne de l'amour est passé ; que celui de l'amitié commence, Rousseau, Hél. VI, 3.

    On dit de même : être en règne (locution qui vieillit). Le pays où les préjugés sont le plus en règne, Rousseau, Ém. V.

  • 6 Terme d'histoire naturelle. Les grandes divisions qui comprennent tous les corps de la nature. Le règne minéral, le règne végétal, le règne animal ; ou bien le règne inorganique (minéraux) et le règne organique (animaux, végétaux). La terre offre à l'homme, dans l'harmonie des trois règnes, un spectacle plein de vie, d'intérêt et de charmes, Rousseau, 7e prom. Le règne animal a aussi ses terres australes, où probablement ce n'est point la mode d'avoir un cerveau, un cœur, un estomac…, Bonnet, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 182, dans POUGENS. Théophraste est le premier qui ait parlé du règne végétal en philosophe et en naturaliste, Mirbel, Instit. Mém. scienc. 1809, p. 546.
  • 7La triple couronne du pape, dite aussi trirègne. Je vis mettre le règne sur la tête de Paul V, quand je le vis couronner à Rome, Guez de Balzac, Socrate chrétien, X.

    Nom donné aussi aux couronnes qui sont suspendues sur le maître-autel des églises.

  • 8Il s'est dit autrefois pour royaume. [Le sultan] Qui, paisible oppresseur de la Grèce abattue, Partage à notre vue La plus belle moitié du règne des Césars, Rousseau J.-B. Odes, III, 4.

    Particulièrement, le Règne, le royaume de Naples. Autrefois, à la cour, ceux qui italianisaient en français appelaient les coursiers de Naples les chevaux du Règne, Guez de Balzac, Socrate chrét. X.

HISTORIQUE

XIe s. De plusors regnes viendront li home estrange, Ch. de Rol. CCV.

XIIe s. Chascun ira al reigne [pays] où il fu nez, Ronc. p. 3. Teles lois volt [veut] li reis en sun regne establir, Th. le mart. 57.

XIIIe s. Si a moult grant merveille pourquoi vos estes entrés en sa terre ne en son reigne, Villehardouin, LXVI. Et se vous en faictes roi, li regnes en pora bien empirier, Chr. de Rains, p. 3. Se tu es el regne terrestre, Je sui el paradis celestre, Ren. 6760. Si chantent li uns rotruenges, Li autres notes loherenges, Por ce qu'en set en Lohereigne [Lorraine] Plus cointes notes qu'en nul regne [royaume], la Rose 756.

XIVe s. Ferry le duc d'Allemaigne, qui, nepveu à l'empereur Henry, voulut avoir le regne et l'empire après son oncle, Chr. de St-Denis, t. I, f. 259, dans LACURNE.

XVe s. Esquels conseils estoit premiere appelée Jeanne la pucele, qui pour ce temps estoit en grand regne, Monstrelet, 2, 60. Le roy Charles huytiesme, qui est au regne aujourdhuy [qui règne aujourd'hui], Commines, IV, 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « règne »

Provenç. regne ; espagn. regno ; ital. regno ; du lat. regnum : reg-num, de regere (voy. RÉGIR), avec le suffixe participial num. L'ancien français avait aussi regné ou regnet, qui venait d'un mot fiotif regnatus, formé sur le modèle de principatus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Deuxième moitié du Xe siècle) Du moyen français règne, regne (« royaume ; autorité royale »)[1], de l’ancien français regne (« royaume ; autorité, pouvoir »)[2], du latin regnum (« autorité royale », « souveraineté », « royaume »), dérivé de rex, regis (« roi »)[3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « règne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
règne rɛnj

Citations contenant le mot « règne »

  • Ce ne sera pas un des moindres paradoxes de notre époque que d'avoir rêvé le règne de la justice là où régnait déjà l'argent. De Alfred Capus
  • Celui qui peut régner sur la rue règnera un jour sur l’Etat, car toute forme de pouvoir politique et de dictature à ses racines dans la rue. De Joseph Goebbels / Discours
  • Un règne acquis vaut mieux que l'espoir d'estre Roy. Étienne Jodelle, Didon se sacrifiant
  • On ne peut régner sur les hommes quand on ne règne pas sur leur coeur. De Henri Lacordaire
  • On notera qu’en politique comme ailleurs, on ne dit la confiance règne que si elle ne règne pas. De Pierre Daninos / Le Jacassin
  • Les favorites du règne antérieur ne sont jamais les favorites du règne qui suit. De Denis Diderot / Les bijoux indiscrets
  • Lorsque la beauté règne sur les yeux, il est probable qu'elle règne encore ailleurs. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Là où régne la puissance, il n'y a pas d'amour ; où règne l'amour il n'est pas besoin de puissance. De Anonyme
  • L'histoire de l'humanité est un mouvement constant du règne de la nécessité vers le règne de la liberté. De Mao Tsé-Toung / Citations du président Mao Tsé-Toung
  • Harmonieuse combinaison de l'os, de la chair et du système pileux qui réunit en l'homme le règne animal, le minéral et le règne végétal. De Boris Vian / Les Bâtisseurs d'empire
  • Des bouteilles de champagne et des téléphones portables confisqués dans les cellules. Dans la prison de Borgo en Corse, les surveillants ont récemment découvert lors de fouilles de nombreux objets non autorisés en possession des détenus. Depuis, le personnel pénitentiaire est sous tension et un climat de terreur règne dans la prison car les gardiens font l'objet de menaces extérieures et le matériel est vandalisé. Les détenus eux dénoncent des pressions. Europe 1, Voitures incendiées, menaces... à la prison de Borgo, en Corse, règne "un climat de peur"
  • La saga ‘Chicago’ règne avant les adieux discrets de ‘Ultimate Tag’ et ‘Bulletproof’ Betanews.fr, La saga 'Chicago' règne avant les adieux discrets de 'Ultimate Tag' et 'Bulletproof' - Betanews.fr
  • En plus de 68 ans de règne, la reine, récemment aperçue sur un poney, a croisé quatorze premiers ministres britanniques, dix chefs d’État français et douze présidents américains, rapporte BFM TV. LA VDN, Avec 25 000 jours de règne, Elizabeth II bat un nouveau record

Images d'illustration du mot « règne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « règne »

Langue Traduction
Anglais reign
Espagnol reinado
Italien regno
Allemand herrschaft
Chinois 统治
Arabe فتره حكم
Portugais reinado
Russe царствование
Japonais 治世
Basque erregealdi
Corse regnà
Source : Google Translate API

Synonymes de « règne »

Source : synonymes de règne sur lebonsynonyme.fr
Partager