Régiment : définition de régiment


Régiment : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉGIMENT, subst. masc.

A. −
1. Unité militaire de l'armée de terre, faisant partie d'une division, composée de plusieurs bataillons, escadrons ou groupes, commandée de nos jours par un colonel, et dont tous les hommes appartiennent à la même arme. On donnait des régiments à de jeunes seigneurs incapables de les conduire, parce qu'un gentilhomme ne pouvant faire que le métier des armes, il fallait bien que l'État se chargeât de son existence (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 223).Comme Henriette aidait doucement un soldat tout jeune, l'épaule traversée d'une balle, à retirer sa capote (...), elle remarqua le numéro de son régiment. − Mais vous êtes du 106e! Est-ce que vous appartenez à la compagnie Beaudoin? (Zola, Débâcle, 1892, p. 268).
SYNT. État-major, officiers, instructeurs d'un régiment; chant, drapeau d'un régiment; mascotte, musique d'un régiment; détachement d'un régiment; le gros du régiment; commander, passer l'inspection d'un régiment; le régiment se forme, se met en marche, défile, présente les armes, monte au front, en ligne; citation à l'ordre du régiment; [sous l'Ancien Régime] acheter, lever, solliciter un régiment.
[Avec déterm. précisant l'arme, le corps auquel appartient le régiment] Régiment d'infanterie (abrév. R.I.), de cavalerie, d'artillerie, du génie; régiment de canonniers, de chasseurs, de cuirassiers, de dragons, de fusiliers marins, de grenadiers, de hussards, de zouaves; régiment blindé. Tout un régiment du train liquidait ses équipages, chevaux, voitures, harnais, farines (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 424).Nous désirons le transport dans la Métropole, dans le plus bref délai possible, du 4eRégiment de Zouaves (...) et du 1erRégiment de Spahis marocains (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 468).
[Avec détermin. précisant la mission] Régiment de reconnaissance. Une division mécanique comprenant, pour commencer, un régiment de découverte armé d'automitrailleuses et d'auto canons (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 442).
[Sous l'Ancien Régime et au déb. de la Révolution, suivi d'un nom de province, de nationalité ou du nom de son colonel] Régiment du roi, de la reine, du dauphin; régiment de Navarre, de Normandie, du Périgord; régiment suisse; régiment Royal-Cravate (v. cravate étymol.).Nicolas Bastien, brigadier au 3eescadron du régiment de Royal-Allemand en garnison à Paris (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 114).Fortuné de Chassagne, ci-devant noble et officier dans le régiment de Bouillé (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 222).P. plaisant. Un flacon qu'à son goulot surmonté d'un casque argenté on reconnut pour faire partie du régiment de Royal-Champenois (Murger, Scènes vie boh., 1851, p. 150).
2. P. méton., pop., fam. Le service militaire (le régiment étant le corps d'incorporation). Partir au régiment; rentrer du régiment; le temps du régiment; camarade, copain de régiment. Inlassablement, les camarades, coude à coude, se racontaient de ces histoires rebattues de régiment, toutes pareilles, qu'on croirait arrivées dans la même caserne (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 31).V. gaillardise B ex. de Goncourt.
B. − P. anal.
1. Groupe de personnes ayant des points communs. Ainsi, l'homme estimable, malheureux dans son intérieur, ou l'homme qui a une femme inconséquente, sont tout bonnement des gens appartenant au régiment de Molière, et ce grand homme, hélas!... y fût capitaine d'état-major (Balzac, Physiol. mariage, 1826, p. 98).Son pantalon, rayé d'une large bande, qui semblait le galon de son grade dans le régiment du dandysme, l'étranglait au genou (MmeV. Hugo, Hugo, 1863, p. 197).
2. [Dans des expr. fam. pour marquer la force, l'importance, l'excès de qqc.] Il y a de quoi nourrir, de quoi tuer un régiment; il fatiguerait un régiment. La baronne, alarmée: Pourquoi ces cris?... Qu'y a-t-il? Saint-Germain: Rien, madame... j'éternue. La baronne: Mais c'est à réveiller un régiment (Labiche, Fille bien gardée, 1850, 15, p. 312).Ces longues galeries, ces escaliers où un régiment passerait à l'aise, ces croisées monumentales ont quelque chose qui me rassure (Green, Journal, 1947, p. 96).
3. Grand nombre. Un régiment de domestiques. Une table servie magnifiquement (...). Des pâtés défilent, un marcassin entier, des pièces de venaison telles qu'on n'en avait jamais vu. Et tout un régiment de bouteilles (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 41).L'immense table supportait un chaos d'assiettes et de bouteilles sales, attaquées par le régiment grondant des mouches noires (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 228).
Prononc. et Orth.: [ʀeʒimɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. I. 1. Fin xiiies. (livre donnant des) « règles de vie, de conduite » (Le Département des livres, 45 ds Méon, Nouv. rec. de fabliaux, t. 1, p. 405); 2. 1314 « traitement médical, soins » (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 1202) − 1590, Brantôme ds Littré; 3. 1488 [éd.] « direction, gouvernement » ([Simon de Courcy et non J. Gerson, v. Œuvres de Gerson, éd. Glorieux, t. 7, p. XX], L'Aiguillon d'amour, f o45 v ods Gdf., s.v. regement) − fin xvies., v. Hug. et Gdf. loc. cit. II. 1. 1553 « unité militaire placée sous le commandement d'un colonel » (B. de Fénelon, Mém. ds Petitot, Coll. mém. hist. de Fr., t. 32, p. 276 ds Barb. Misc. 5 n o21: Deux regiments qui venoient de Francfort et de Ratisbonne); 2. 1623 p. ext. « grand nombre » (Ch. Sorel, Francion, p. 154 ds IGLF). I empr. au lat. tardif regimentum « direction, gouvernement », dér. de regimen (v. regime1). II empr. à l'all. Regiment (att. dep. 1546), lui-même empr. au lat. (Kluge). Fréq. abs. littér.: 2 329. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 254, b) 3 350; xxes.: a) 4 155, b) 2 833.
DÉR.
Régimentaire, adj.Qui appartient, a rapport au régiment. Conseil de discipline, infirmerie, prison régimentaire; camion, voiture régimentaire. Les écoles régimentaires n'ont donné jusqu'ici que de très-médiocres résultats (...). Les moniteurs régimentaires ne voient le plus souvent dans les écoles qu'un moyen de se mettre en relief ou d'échapper aux exigences du service actif (Davout, Réorg. milit., 1871, p. 19).P. ext. Militaire. La sécurité de son regard, le port de sa tête, tout aurait trahi ces habitudes régimentaires qu'il est impossible au soldat de jamais dépouiller (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 3). [ʀeʒimɑ ̃tε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1reattest. 1791 (Le Moniteur, réimpr. 1847-63, t. 10, p. 708a ds Fonds Barbier: hôpitaux et infirmeries régimentaires); de régiment, suff. -aire*. Fréq. abs. littér.: 21.
BBG.Quem. DDL t. 13.

Régiment : définition du Wiktionnaire

Nom commun

régiment \ʁe.ʒi.mɑ̃\ masculin

  1. (Militaire) Corps de troupe composé de plusieurs bataillons ou escadrons, et dont le chef est un colonel.
    • Depuis l’aube, les troupes passaient la Moselle. C'était, sur le tremblement des ponts de bois, l’avalanche interminable des régiments. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.184, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Longue marche dans le brouillard. Le régiment tousse, moins la compagnie du lieutenant Viard, où la toux est punie et où les soldats se rattrapent sur l’éternuement. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Vint l’heure du noble devoir patriotique. Fagerolle tira ses mois d’embastillement militaire sans trop de dommages, dans un régiment de marsouins, à Toulon. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 10-11)
  2. (Figuré) (Familier) Grand nombre, multitude.
    • Un régiment d’ouvriers et pas mal de jeunes apprentis colorent les images au pochoir. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)

Forme de verbe

régiment \ʁe.ʒim\

  1. Troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif de régimer.
  2. Troisième personne du pluriel du présent du subjonctif de régimer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Régiment : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉGIMENT. n. m.
Corps de troupe composé de plusieurs bataillons ou escadrons, et dont le chef s'appelle Colonel. Régiment d'infanterie, de cavalerie. Régiment de dragons, de chasseurs. Régiment d'artillerie, du génie. Régiment d'aviation. Le colonel de tel régiment. Il est capitaine ou lieutenant dans tel régiment. Il se dit, figurément, et familièrement, d'un Grand nombre, d'une multitude. Il y a chez lui un régiment de domestiques. Il a un régiments de parents. Ils sont là un régiment.

Régiment : définition du Littré (1872-1877)

RÉGIMENT (ré-ji-man) s. m.
  • 1Corps de gens de guerre, composé de plusieurs bataillons ou escadrons, subdivisés eux-mêmes en compagnies, et dont le chef se nomme colonel. Régiment d'infanterie, de cavalerie, d'artillerie, du génie. Il nous a écrit fort joliment de la joie toute naturelle de dire mon régiment ; en vérité cette place est bien agréable à dix-huit ans, Sévigné, 608. N'entendrai-je donc plus bourdonner d'autre chose [que de la guerre] parmi vous ? le monde ne se divise-t-il plus qu'en régiments et en compagnies ? La Bruyère, XII. Chaque matin les régiments partaient en ordre de leurs bivouacs ; mais, dès les premiers pas, leurs rangs desserrés s'allongeaient en files lâches et interrompues ; les plus faibles, ne pouvant suivre, se laissaient dépasser, Ségur, Hist. de Nap. VI, 6. On le vit [Napoléon] s'entourer successivement de chaque régiment comme d'une famille ; là, il interpellait à haute voix les officiers, les sous-officiers, les soldats, demandant les plus braves entre tous ces braves ou les plus heureux, et les récompensant aussitôt, Ségur, ib. VI, 8.

    Dans l'ancienne armée, régiments royaux ou bleus, ceux qui avaient pour colonels le roi, la reine ou les enfants de France.

    Autrefois, les vieux régiments, les six plus anciens régiments de l'armée, petits vieux, les six régiments suivants ; ces douze-là avaient le privilége de ne point changer de nom en changeant de colonel.

  • 2 Fig. et familièrement. Grand nombre, multitude. Il y a chez lui un régiment de valets. Cette femme a un régiment d'enfants. On disait dans le pays qu'il était sans parents ; et voilà qu'il en est arrivé tout à coup un régiment, Al. Duval, les Héritiers, sc. 1.

HISTORIQUE

XVe s. [Les oncles du roi Charles VI] eurent le regiment du royaume et de ses finances, Hist. de Loys III, duc de Bourbon, p. 200, dans LACURNE.

XVIe s. De quel regiment [genre, secte] estoit ma vie, je ne l'ay apprins qu'aprez qu'elle est exploictée et employée, Montaigne, II, 294. Il n'en prit pas ainsi à nostre Budé dans nostre France ; d'autant qu'une infinité de bons esprits se mirent sous son regiment [direction], Pasquier, Rech. IX, p. 856, dans LACURNE. Pour dire un regiment, ils disent un regime ; dont il me semble que j'ay parlé d'un regime ordonné de M. Aquaquia ou M. Fernel, grands medecins, Brantôme, Cap. fr. t. IV, p. 227, dans LACURNE. Ayant rallié un bon regiment d'anges, [Jésus] fit mener les enfants perdus par saint Georges, tout accoutumé à combattre les diables, le fit soutenir par saint Michel…, D'Aubigné, Faeneste, édit. JANNET, p. 269.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉGIMENT.
1Ajoutez :

Le régiment d'infanterie comprend quatre bataillons, dont un de dépôt ; en temps de guerre, il ne comprend que trois bataillons.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Régiment : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉGIMENT, s. m. terme de guerre ; est un corps de troupes composé de plusieurs compagnies de cavalerie ou de gens de pié, commandé par un mestre de camp si c’est un régiment de cavalerie, ou par un colonel si c’est un régiment d’infanterie. Voyez Colonel & Mestre de camp.

Il n’y a rien de fixe sur le nombre de compagnies dont un régiment est formé, ni sur le nombre d’hommes dont chaque compagnie est composée. Voyez Compagnie.

Il y a des régimens de cavalerie qui ne passent pas 300 hommes, & il y en a en Allemagne qui vont jusqu’à 2000. Le régiment de Picardie a monté quelquefois jusqu’à 120 compagnies ou 6000.

Quelques-uns prétendent que la cavalerie n’a point été enrégimentée avant l’an 1636 ou 1637, que les compagnies étoient alors détachées & ne faisoient point ensemble les corps de troupes qu’on appelle régimens. Voyez Cavalerie. Chambers.

Bien des gens pensent que l’institution des régimens fut faite en France sous Charles IX, mais le P. Daniel prétend qu’elle se fit sous le regne de Henri II. Il convient que le nom de régiment devint plus commun sous Charles IX, que sous ses prédécesseurs ; mais que ce qui caractérise le régiment, subsistoit avant l’établissement de ce mot. Voyez Légions.

La plûpart des régimens françois portent le nom des provinces du royaume, mais ils ne sont pas pour cela composés des habitans de la province dont ils ont le nom ; les soldats en sont pris indifféremment de toutes les provinces du royaume.

Le régiment des gardes françoises est le premier de tous les régimens ; outre le service de guerre, il est destiné à garder les dehors du logis du roi. Il fournit pendant toute l’année une garde nombreuse chez sa majesté, qui se releve tous les quatre jours ; le reste du régiment ne s’éloigne ordinairement du lieu où est le roi, que pendant la guerre. Il est composé de 30 compagnies de fusiliers, & de 3 compagnies de grenadiers. Les capitaines aux gardes ont rang de colonels d’infanterie, comme s’ils commandoient des régimens.

L’on appelle vieux corps dans l’infanterie, les six régimens qui ont rang immédiatement après celui des gardes, parce qu’ils sont réputés les plus anciens ; ils étoient toujours entretenus sur pié dans les tems où les autres troupes étoient réformées.

Les régimens de Champagne, Navarre & Piémont, n’étant point convenu de leur ancienneté, il a été reglé depuis long-tems, qu’ils jouiroient alternativement chaque année des prérogatives de l’ancienneté ; c’est ce qu’on appelle rouler dans l’infanterie.

Dans l’infanterie, les régimens ne changent point de rang, quoique les princes en deviennent colonels.

On appelle régimens royaux dans la cavalerie, ceux dont le roi, la reine & les enfans de france sont colonels ; on les appelle aussi régimens bleus, parce qu’ils sont habillés de bleu, à l’exception de celui de la reine qui est vêtu de rouge ; ils sont commandés par un mestre de camp lieutenant, qui a même rang que les mestres de camp. Ces régimens, depuis leur création, ont été conservés dans le même rang, nonobstant la mort des princes de france qui en étoient colonels.

On appelle régimens de princes ceux qui ont pour colonels des princes du sang, ou légitime de France ; ils ont à leur tête, outre le prince qui en est colonel, un mestre de camp lieutenant. Ils sont vêtus de gris & ils changent de nom & de rang à la mort des princes qui en sont colonels.

Régimens de gentilhommes, sont les régimens de cavalerie qui ont pour colonel un gentilhomme dont ils portent le nom. Leur rang ne change point. Voyez Colonel, & Officiers. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « régiment »

Étymologie de régiment - Littré

Provenç. regiment ; espagn. regimiento ; ital. reggimento ; du latin regimentum, de regere (voy. RÉGIR). Régiment signifie administration, puis chose administrée, puis corps déterminé de troupes. Ce nom fut donné d'abord par Montluc sous le règne de François Ier à plusieurs bandes réunies en un corps dans une armée sous les ordres d'un mestre de camp. C'est de là que le nom passa aux régiments proprement dits.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de régiment - Wiktionnaire

(fin XIIIe siècle) Emprunté au latin regimentum (« gouvernement »), de regĕre (« régir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « régiment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
régiment reʒɛ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « régiment »

  • Historien et officier de réservé déjà bien connu de nos lecteurs, Christophe Lafaye livre ici un ouvrage présentant de multiples facettes. C’est, d’abord, un « beau livre » particulièrement bien illustré. Mais c’est aussi une œuvre d’histoire combattante : plus qu’une présentation du régiment lui-­même, c’est aussi la recontextualisation des opérations dans lesquelles il est engagé. C’est un enfin un ouvrage sur l’histoire du régiment, qui commence à Madagascar, mais aussi, plus largement sur celle de l’artillerie de marine elle-­même, qui fait l’objet de 14 pages. Tous les aspects de la vie de l’unité sont abordés : les opérations et les batailles évidemment, mais aussi l’organisation, la vie au quartier, l’armement, les chefs les plus marquants. Le traitement même de l’objet est intéressant : il fait alterner texte, cartes, photos, encadrés, mais aussi bande dessinée (en revenant en particulier sur l’action de la 111e batterie en juin 1940). Près de 200 pages sont consacrées aux opérations extérieures de l’unité, nombreuses dès la fin des années 1970. C’est en particulier le cas au Tchad (où le régiment a participé à « Tacaud », à « Manta » puis à « Épervier »), mais aussi dans le Golfe, des épisodes bien documentés. Les Balkans ne sont pas oubliés – avec Sarajevo, mais aussi l’Albanie et le Kosovo – ni le Rwanda, les Comores ou la RDC en 2003, avec l’opération européenne « Artemis ». Le régiment multiplie donc ses engagements en interposition, avec « Licorne » en Côte d’Ivoire et au Liban, mais va basculer sur les opérations de haute intensité, en Afghanistan, dans la bande sahélo-­saharienne puis au Levant. La bataille de Mossoul fait également l’objet d’une bande dessinée. La dernière partie de l’ouvrage porte sur le régiment et ses missions aujourd’hui, tout en examinant les différentes composantes de l’unité, y compris ses aspects logistiques, trop peu souvent traités. La cohésion et les traditions ne sont évidemment pas oubliées. Cet ouvrage très complet est, grâce au texte et aux illustrations, un voyage historique autant que géographique. J.-J. M. , Recension. L’autre terreur après la foudre. Le 11e régiment d’artillerie de marine – Areion24.news
  • Un sous-officier du 2e RIMa de Champagné (Sarthe) est cité dans une enquête de Mediapart sur la présence de néonazis dans l'armée. Des révélations qui suscitent l'indignation au sein du régiment sarthois. France Bleu, Un militaire du 2e RIMa avec des tatouages néonazis, l'indignation dans les rangs du régiment sarthois
  • Marquée par le respect des règles sanitaires liées à la crise COVID-19 (masques pour évoluer dans l’enceinte militaire et distanciation sociale sur les rangs), la cérémonie s’est déroulée sur la place d’armes du régiment en présence de représentants des associations d’anciens combattants et des familles, conviées exceptionnellement pour accompagner les nouvelles recrues dans leurs premiers pas en tant que militaires. Clicanoo.re, [Société] Le 2e Régiment de parachutistes d’infanterie de Marine accueille 19 réservistes | Clicanoo.re
  • Cette cérémonie se déroulera dans l’enceinte du 1er régiment de hussards parachutistes à Tarbes. , Cérémonie d’hommage national au brigadier Tojohasina Razafintsalama du 1er régiment de hussards parachutistes (Tarbes) - [ Site d'informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes]
  • Le colonel Tritscher, né à Reims en 1979, vient de succéder lors d’une cérémonie à Calvi, en Corse, au colonel de La Chapelle à la tête du 2e Régiment étranger de parachutistes. Il s’agit d’un régiment particulièrement prestigieux, le seul régiment parachutiste de la Légion étrangère encore en activité. Ce régiment fut notamment projeté au Tchad, au Liban, en ex-Yougoslavie à partir de 1992, à Djibouti, au Rwanda, en Centrafrique ou encore au Gabon. Journal L'Union, Un Rémois à la tête du 2e Régiment étranger de parachutistes à Calvi
  • Au lendemain de la mort d'un militaire du 1er Régiment de Hussards Parachutistes de Tarbes, tué au Mali, le régiment bigourdan est en deuil. Une cérémonie d'hommage est en préparation. France Bleu, Tarbes : le deuil au 1er régiment de hussards parachutistes, après la mort d'un militaire au Mali
  • Au régiment, si par hasard vous êtes tambour, même sur l'ordre du colonel, ne vous avisez jamais de battre la générale. De Erik Satie
  • On peut choisir son régiment, mais partout il faut marcher au pas. De Jean Rostand / Inquiétude d'un biologiste
  • Un gouvernement, ce n'est pas un régiment. De Xavier Bertrand / 21 Mai 2007
  • Quatre beaux vers valent mieux dans une pièce qu’un régiment de cavalerie. De Voltaire / Sémiramis
  • Et, rêvant déjà de bataille, Tous sont heureux naïvement ; Car toujours la France tressaille Au passage d'un régiment. François Coppée, Contes en vers et poésies diverses, Lemerre

Images d'illustration du mot « régiment »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « régiment »

Langue Traduction
Corse regimentu
Basque erregimentuak
Japonais 連隊
Russe полк
Portugais regimento
Arabe فوج
Chinois
Allemand regiment
Italien reggimento
Espagnol regimiento
Anglais regiment
Source : Google Translate API

Synonymes de « régiment »

Source : synonymes de régiment sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires