Reformer : définition de reformer


Reformer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REFORMER, verbe trans.

A. −
1. Refaire ce qui était défait; donner une nouvelle forme, image, apparence. Un moment la voiture déchira les brumes qui aussitôt reformèrent leur rideau de grisaille autour du Chenal du Moine (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 273).[Dans un cont. métaph.] Oui, l'épreuve est bien le ciseau du sculpteur divin qui réveille, qui reforme en nous la créature céleste, et l'heure de la douleur suprême est celle de la suprême révélation (Monod, Sermons, 1911, p. 164).
2. Empl. pronom. Prendre une nouvelle forme, retrouver sa forme primitive; prendre une nouvelle apparence. À mesure que les rides de l'eau s'élargissaient et se mouraient, il vit l'apparition se reformer. Elle oscilla longtemps dans un balancement qui donnait à ses traits une grâce vague de fantôme (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 180).Le navire glisse sur l'eau, le flot fendu se reforme et le sillage s'efface (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 230).
B. −
1. Reconstruire, recomposer, reconstituer ce qui avait été détruit, décomposé, dissous. Après avoir enlevé à la partie respirable sa base par le mercure, nous la lui avons rendue pour reformer de l'air en tout semblable à celui de l'atmosphère (Lavoisier, Chim., t. 1, 1789, p. 49).Une masse vitreuse qui, redissoute dans l'eau, reforme de nouveaux cristaux (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 542).
2. Empl. pronom. Se reconstituer, se recomposer, se régénérer. Au-dessus d'une certaine température, les complexes phosphorescents peuvent se dissocier pour se reformer par refroidissement (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 24).Une lueur louche rampe encore autour du village, une espèce de brume au flanc roux que l'aube dissipe chaque matin, qui se reforme chaque soir, là-bas (...) au-dessus des étangs décolorés (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1434).
Empl. pronom. impers. Plus de fièvre; la suppuration s'arrête, et il est presque certain qu'il ne se reforme pas de foyer dans la cuisse (Flaub., Corresp., 1846, p. 52).Au fig. Le roi se préparait à rentrer dans son palais, moi dans ma retraite. Le vide se reforme autour de monarques sitôt qu'ils retrouvent le pouvoir (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 627).
C. −
1. Regrouper ce qui avait été dispersé; organiser, mettre selon une certaine disposition des éléments divers, épars. Reformer les rangs. Tous reformèrent le cercle autour du foyer tandis que Diavolaccio s'éloignait (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 441).Si la Pologne eût été reformée en royaume, la race slave depuis la Baltique jusqu'à la Mer Noire reprenait son indépendance (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 414).
ART MILIT. Ce chef, un grand sec, arrêtait son monde et le reformait au milieu des landes et des broussailles (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 218).Situation qui imposait au commandant de la 4earmée la nécessité de reformer ses unités dissociées (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 294).
2. Empl. pronom. Se regrouper, s'organiser selon une disposition nouvelle ou selon l'ancienne. La Révolution avait été non avenue pour le monde où je vivais. Les idées religieuses du peuple n'avaient pas été atteintes; les congrégations se reformaient (Renan, Souv. enf., 1883, p. 145).Des espaces restaient vides, des groupes se formaient, s'émiettaient, allaient se reformer plus loin (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 309).
ART MILIT. Se rallier, se regrouper. Les divisions (...) du corps du maréchal Soult résistèrent bravement au feu terrible des redoutes, et permirent à la cavalerie de Murat (...) de se reformer et de reprendre l'avantage (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 145).Cette retraite, aussi lente et mesurée que possible, doit permettre aux troupes de se reformer et de s'établir à nouveau sur les positions que fournit la route (Foch, Princ. guerre, 1911, p. 258).
Prononc.: [ʀ əfɔ ʀme], (il) reforme [ʀ əfɔ ʀm]. Étymol. et Hist. A. 1. 1174 refurmer « rétablir » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3201); 2. ca 1440 « créer, produire à nouveau » (Le Cycle de Mystères des premiers martyrs, éd. G. A. Runnalls, v. 295, p. 75). B. 1. 1269-79 verbe pronom. « prendre une nouvelle forme » (Jean de Meung, Rose, éd. F. Lecoy, 5904); 2. 1787 « se rallier (de troupes dispersées) » (Fér. Crit.). Dér. de former*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 298. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 152, b) 323; xxes.: a) 395, b) 722.

Reformer : définition du Wiktionnaire

Verbe

reformer \ʁə.fɔʁ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Former de nouveau.
    • Vétérans chevronnés de la guerre des boutons, grands maraudeurs de pommes et abatteurs de noix, tous, garnements de dix à douze ans, nous avions ce printemps-là reformé notre association de bandits grimpeurs, pillards aériens et détrousseurs de nids. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Chez certaines orchidées, on a pu observer un phénomène particulier de nécrotrophie qui lyse les pelotons, ce qui permet une décharge importante d'éléments nutritifs du champignon à la racine de l'orchidée, les pelotons se reformant au fur et à mesure de la croissance de la racine. — (Lydie Suty, Les végétaux : Des symbioses pour mieux vivre, Éditions Quae, 2015, p. 37)
  2. (Militaire) Se rallier et reprendre son ordre.
    • Enfin, puisqu’il faut continuer cette triste histoire, le soir du 19 nous allâmes bivaquer à Lutzen, où les régiments se reformèrent comme ils purent. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)

Nom commun

reformer \Prononciation ?\

  1. Réformateur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Reformer : définition du Littré (1872-1877)

REFORMER (re-for-mé) v. a.
  • 1Former de nouveau. On a dissous cette compagnie et on l'a reformée aussitôt.

    Rendre à une troupe militaire son ordre de formation. Le choc même a désuni les colonnes ; on a arrêté la tête pour les reformer un peu, Charras, Waterloo, ch. 12.

  • 2Se reformer, v. réfl. Être reformé. Un nouveau monde vient d'éclore ; L'univers se reforme encore Dans les abîmes du chaos, Rousseau J.-B. Od. II, 1.

    Terme de guerre. Se rallier après avoir été dispersé. Ce corps, ayant été mis en déroute, s'est reformé à quelque distance.

HISTORIQUE

XIIe s. Teus [telles] ovres erent bones à la pais refurmer ; Quidames [nous pensâmes] que par ço peüssiez recovrer La grace al rei…, Th. le mart. 81.

XVIe s. Il reforme son bataillon à l'autre bout de la chaussée, D'Aubigné, Hist. I, 280. Ce qui se consomme naturellement en la terre, elle le renouvelle et le reforme de rechef, Palissy, 35.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « reformer »

Étymologie de reformer - Littré

Re…, et former.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de reformer - Wiktionnaire

 Dérivé de reform avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de reformer - Wiktionnaire

De former, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « reformer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reformer rǝfɔrme play_arrow

Conjugaison du verbe « reformer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe reformer

Citations contenant le mot « reformer »

  • Il faut éclairer d'abord et réformer ensuite. August Strindberg, Dans la chambre rouge

Traductions du mot « reformer »

Langue Traduction
Corse rifurmà
Basque berriro osatu
Japonais 改革
Russe переформировать
Portugais reforma
Arabe اعادة تشكيل
Chinois 改革
Allemand reform
Italien riforma
Espagnol reforma
Anglais re-form
Source : Google Translate API

Synonymes de « reformer »

Source : synonymes de reformer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires