La langue française

Réfléchir

Sommaire

  • Définitions du mot réfléchir
  • Étymologie de « réfléchir »
  • Phonétique de « réfléchir »
  • Citations contenant le mot « réfléchir »
  • Images d'illustration du mot « réfléchir »
  • Traductions du mot « réfléchir »
  • Synonymes de « réfléchir »

Définitions du mot réfléchir

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉFLÉCHIR, verbe

I. − Qqc.1réfléchit qqc.2
A. − [Qqc.1désigne une surface réfléchissante, qqc.2la lumière, un objet ou l'image d'un objet] Renvoyer par réflexion dans la direction d'origine ou dans une autre direction. Les nuages et les vapeurs de l'atmosphère peuvent fort bien réfléchir les formes et les couleurs des objets terrestres, puisqu'ils réfléchissent, dans les parélies, l'image du soleil (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 81).Un petit lac réfléchit l'image des centaines de stalactites qui pendent de la voûte, et l'on croit voir au fond de ce lac les ruines d'une grande ville aperçue d'une hauteur considérable, car la surface du lac remet à l'endroit ce qui était à l'envers (Green, Journal,1944, p. 117).Empl. pronom. Qqc.2se réfléchit dans, sur qqc.1[Qqc.2désigne un objet] Un vieux pont dont l'arche unique se réfléchit harmonieusement dans l'eau tranquille (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 250).
Poét. ou littér. Je retrouvai sans cesse l'image de la jeune fille. Ses mains blanches sur les seaux, son beau regard réfléchissant l'éclat des flammes (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 290).C'était une fille (...) aux grands yeux d'un bleu sombre, qui semblaient réfléchir l'azur d'un ciel d'Orient (Ponson du Terr., Rocambole,t. 2, 1859, p. 65).
Rem. On relève la constr. qqc.2réfléchit qqc.3dans qqc.1[qqc.2désigne un objet et qqc.3son image], où réfléchir a le sens de « mirer »: J'ai vu des monts voilés de citrons et d'olives Réfléchir dans les eaux leurs ombres fugitives (Lamart., Harm., 1830, p. 392).
P. anal. [Qqc.2désigne un son] Ici et là sous l'ombre des sycomores la vibration du bronze au fond d'une pagode réfléchit l'écho du monstre qui s'est tu (Claudel, Connaiss. Est,1907, p. 70).Au part. passé ou au passif. Les sons amortis semblaient être réfléchis par un écho lointain (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 344).
B. − Au fig. ou p. métaph. Refléter, manifester. Dans ce développement [de l'intelligence] survient le langage qui réfléchit l'entendement, et le met, pour ainsi dire, en dehors de lui-même (Cousin, Hist. philos. XVIIIes.,1829, p. 382):
1. Comment un tel homme [Baudelaire], fait comme pas un autre pour réfléchir le doute, la haine, le mépris, le dégoût, la tristesse, pouvait-il manifester si hautement ses passions et vider le monde de son contenu pour en accuser les beautés défaites, les vérités souillées, mais si soumises, si commodes? Éluard, Donner,1939, p. 107.
Empl. pronom. La crainte de lui avoir dit indirectement une chose désagréable succéda à sa répugnance pour le mauvais propos. Ce malheur se réfléchit vivement dans ses traits si purs et si naïfs (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 94).Je commence à croire que l'ami vraiment, c'est la page blanche où se réfléchit votre âme (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1891, p. 101).
Rem. On relève a) Dans le sens fig. ou métaph., la constr. qqc.2réfléchit qqc.3dans, sur qqc.1[qqc.2désigne un objet, qqc.3son image] Le moi n'a pas encore réfléchi son image sur le miroir de Narcisse (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 98). b) Un empl. abusif avec un compl. désignant la chaleur. Synon. réverbérer. Il s'endormit sur la paille tiède, dans la chaleur de cette canicule que la Loire réfléchissait sur Nantes (Morand, P. de Saligny, 1947, p. 192). c) Un empl. pronom. réfl. au sens de « se replier sur soi-même, revenir sur soi-même ». Le péritoine se réfléchit sur les parois du petit bassin (Lar. Lang. fr.).
II.
A. − Qqn réfléchit.Faire usage de sa réflexion, exercer sa réflexion. Agir sans réfléchir; réfléchir avant de parler; prendre le temps de réfléchir; réfléchir longuement, mûrement, un moment, un peu. Réfléchissez donc un peu. Moi, j'ai beaucoup réfléchi; je pense toujours à nous (Balzac, Langeais,1834, p. 276):
2. Ces réflexions, je suis en train de me les faire, après coup, pour légitimer ma décision. En réalité, je ne les ai point faites ou du moins je ne les ai point formulées. S'il fallait réfléchir ainsi, peser toutes les conséquences de ses actes, avant de sentir leur nécessité, je ne serais plus moi-même, je ne pourrais plus vivre. H. Bazin, Vipère,1948, p. 202.
Locutions
Chose qui fait réfléchir, qui donne à réfléchir. Chose qui incite à la réflexion; qui fait modifier un jugement, une décision; qui incite à la prudence. Lagache avait conservé, comme preuve de sa victoire, une des dents du crocodile (...). Cela fit réfléchir Robert, qui (...) était souvent la victime de ses amis (Champfl., Souffr. profess. Delteil,1853, p. 125).La première chose maintenant c'était d'avoir des généraux patriotes, et rien que cette idée vous donnait à réfléchir: car nous pouvions en avoir d'autres, puisque le roi les choisissait (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 456).
Je demande à réfléchir, je réfléchirai, laissez-moi réfléchir. [Indique que le locuteur ne veut pas prendre de décision immédiate] Costals reconnut dans cette suggestion le génie même de la haute bourgeoisie. Il demanda à réfléchir encore un peu (Montherl., Démon bien,1937, p. 1270).
B. − Qqn réfléchit à, sur qqc.Concentrer sa pensée, son attention sur un objet afin d'en avoir une connaissance approfondie, ou afin d'agir avec circonspection. Réfléchir à bien des choses, à ses paroles, à sa situation; réfléchir à ce qu'on va dire; réfléchir sur son avenir, sur le sens de la vie. Je vois bien que vous aimez Lucien, reprit-il d'un air tendrement résigné, car il faut bien aimer un homme pour ne réfléchir à rien, pour oublier toutes les convenances (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 163).En ce temps-là, les critiques musicaux français s'étaient décidés à apprendre la musique. Il y en avait même quelques-uns qui la savaient: c'étaient des originaux; ils s'étaient donné la peine de réfléchir sur leur art et de penser par eux-mêmes (Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 684).
C. − Qqn réfléchit qqc.
1. Examiner longuement. Attends!... T'as pas tout réfléchi?... Reste là! T'as encore cinq minutes! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 694).
Rem. On ne relève que qq. ex. att. de cet empl. trans. dir. noté comme incorrect par la plupart des grammaires et des dict.
Loc. Tout bien réfléchi; c'est tout réfléchi. Après avoir tout bien examiné. C'est tout réfléchi, je ne me marie pas, ça n'est pas mon idée (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 103):
3. − Vous allez, une fois encore, m'offrir votre démission. Et vous croyez que cela suffit? Non, Monsieur Salavin. Non! Tout bien réfléchi, je vous garde. Vous m'entendez? Vous me comprenez? Je vous garde. Autrement dit, je ne vous lâche pas. Vous êtes un homme dangereux. Duhamel, Journal Salav., 1927, p. 129.
2. Qqn réfléchit que
a) S'apercevoir au cours de ses réflexions du fait que. Je t'avais écrit toutes mes peines sans réfléchir que je t'écrivais des choses qui ne peuvent qu'être dites, et dites à toi seule (Hugo, Lettres fiancée,1821, p. 48).Son chocolat lui avait donné soif. Il réfléchit qu'il n'avait pas déjeuné et qu'il avait une alimentation absurde. Puis, brusquement, une idée saugrenue lui passa par la tête: « Ai-je seulement éteint ma lampe à alcool? » (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 26).
b) Juger, estimer après réflexion que. Il réfléchit que dans un corps à corps il aurait sûrement le dessous (Gide, Caves,1914, p. 857).Il avait réfléchi que les engagements qu'il avait pris lui interdisaient de publier ses Confessions, mais non pas de les lire (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 283).V. allumoir ex. de Romains.
Rem. On relève la constr. réfléchir si. Il s'arrêta, réfléchit si toutes les précautions étaient prises (Péladan, Vice supr., 1884, p. 272).
Prononc. et Orth.: [ʀefleʃi:ʀ], (il) réfléchit [-ʃi]. Ac. 1694, 1718: refleschir; dep. 1740: réfléchir. Étymol. et Hist. 1. 1269-78 reflechir « renvoyer par réflexion » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 18220); 2. 1314 se reflecir « se courber, se replier en revenant sur soi » (Chirurgie Henri de Mondeville, éd. A. Bos, n o337, p. 96); 3. 1609 se reflechir « revenir sur sa pensée pour l'approfondir » (J.D.S.F., Prop. d'Epict., p. 647 ds Gdf. Compl.); 1672 réfléchir « penser mûrement » (Bossuet, Traité de la connoissance de Dieu et de soi-même ds Livet Molière t. 3, p. 480); 1701 part. passé adj. (Fur., s.v. Refleschi: les Grammairiens appellent verbes reflechis, ceux qui signifient une action qui retourne sur l'agent qui la produit); 1845-46 subst. (Besch.). Adapt. d'apr. fléchir* du lat. reflectere « courber en arrière, recourber; ramener », en lat. médiév. « réverbérer (d'un miroir) » ca 1240 ds Latham, dér. de flectere « fléchir, ployer », préf. re- marquant le mouvement en arrière. Fréq. abs. littér.: 4 158. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 177, b) 4 977; xxes.: a) 5 527, b) 7 274.
DÉR. 1.
Réfléchissement, subst. masc.Action de réfléchir. a) [Corresp. à supra I A] Réfléchissement de la lumière. Trônant au comptoir de bar parmi les bouteilles dont le réfléchissement de la glace doublait le nombre, l'hôtelier, avec la dignité d'un roi jaloux de ses faveurs, refusa net, sans cesser de rincer ses petits verres (Guèvremont, Survenant,1945, p. 229).b) [Corresp. à supra I B] De là, j'imagine, le rôle des tarots, du marc de café ou de la baguette du sourcier (...) qui permettent ce phénomène de réfléchissement, de perception indirecte (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 380). [ʀefleʃismɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: refleschissement; 1740-1878: réfléchissement. 1reattest. ca 1380 (Jean Lefèvre, Vieille, éd. Cocheris, p. 245); dér. de la forme du part. prés. de réfléchir, suff. -ment1*.
2.
Réfléchisseur, -euse, adj.Qui réfléchit (supra I A). Le phénomène acoustique (...) ricochet des ondes sonores sur des surfaces réfléchissantes (...) n'est plus d'ordre statique, mais plutôt d'ordre biologique − bouche ou oreille, émetteur, transmetteur, réfléchisseur (Gds cour. pensée math.,1948, p. 487).Empl. subst. Personne qui réfléchit (supra II). Comme tous les réfléchisseurs éminents, vous avez deux grands côtés: par un de ces côtés, vous êtes philosophe; par l'autre, vous êtes poëte (Hugo, Corresp.,1840, p. 569). [ʀefleʃisœ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1resattest. av. 1686 adj. (Chapelle, Epitaphe d'un chien ds Littré), puis 1870 (Littré), 1731 subst. (Du Plessis, Hist. de l'Église de Meaux, t. 1, p. 525); dér. de la forme du part. prés. de réfléchir, suff. -eur2*.
BBG.Gohin 1903, p. 304, 339, 359. − Ieremia (E.). Essai d'analyse sémique. B. de la Société roum. de ling. rom. 1974, t. 10, pp. 23-35.

Wiktionnaire

Verbe

réfléchir \ʁe.fle.ʃiʁ\ transitif ou intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Renvoyer les rayons lumineux, caloriques, sonores, qui ont été reçus.
    • Ce mur réfléchit la voix.
    • Les miroirs réfléchissent l’image des objets.
    • Tous les corps polis réfléchissent la lumière, les rayons lumineux.
    • Son image se réfléchissait dans l’eau.
    • Le son a, comme la lumière, la propriété de se réfléchir.
  2. (Grammaire) Reporter.
    • L’action du verbe se réfléchit quelquefois sur le sujet. exemples : Je me repens., Vous vous moquez., Il se tourmente., Etc. Le verbe s’appelle alors Verbe réfléchi.
  3. (Figuré) (Intransitif) Penser longuement, mûrement à quelque chose.
    • Mais on s’expliquera facilement cette particularité si l’on réfléchit que les minerais de fer, qui sont presque toujours à l’état terreux et présentent très rarement l’éclat métallique, n’avaient rien qui les signalât à l’attention des premiers hommes. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 178)
    • J’ai réfléchi à ce que vous m’avez dit, sur ce que vous m’avez dit.
    • Avant de vous décider, prenez huit jours pour réfléchir, réfléchissez pendant huit jours, réfléchissez un moment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFLÉCHIR. v. tr.
Il se dit de Tous les corps qui renvoient les rayons lumineux, caloriques, sonores, qu'ils ont reçus. Ce mur réfléchit la voix. Les miroirs réfléchissent l'image des objets. Tous les corps polis réfléchissent la lumière, les rayons lumineux. Son image se réfléchissait dans l'eau. Le son a, comme la lumière, la propriété de se réfléchir. En termes de Grammaire, il signifie Reporter. L'action du verbe se réfléchit quelquefois sur le sujet. Exemples : Je me repens. Vous vous moquez. Il se tourmente. Etc. Le verbe s'appelle alors Verbe réfléchi. On appelle aussi Pronom réfléchi de la troisième personne le pronom Se, soi.

RÉFLÉCHIR signifie, au figuré, Penser longuement, mûrement à quelque chose; en ce sens il est toujours intransitif. Je vous prie de réfléchir sur cette affaire. C'est un homme qui ne réfléchit jamais. Il agit sans réfléchir. Il faut y réfléchir. J'ai réfléchi à ce que vous m'avez dit, sur ce que vous m'avez dit. Avant de vous décider, prenez huit jours pour réfléchir, réfléchissez pendant huit jours. Réfléchissez un moment. Le participe passé

RÉFLÉCHI s'emploie adjectivement et signifie Qui est fait ou dit avec réflexion. Action, pensée réfléchie. Opinion peu réfléchie. Tout bien réfléchi, Après mûre réflexion. Tout bien réfléchi, je trouve qu'il vaut mieux ne pas y aller.

RÉFLÉCHI signifie encore Qui a l'habitude de réfléchir. Un homme réfléchi. Un esprit réfléchi.

Littré (1872-1877)

RÉFLÉCHIR (ré-flé-chir) v. a.
  • 1Renvoyer en arrière, en retour, par un choc. La montagne réfléchissant le bruit du canon. La lumière s'affaiblit quand elle a été réfléchie par quelques corps, Fontenelle, Mondes, 2e soir. Cette lumière éclatante que nous recevons du soleil et que la terre réfléchit sur la lune, ne doit plus être qu'une lumière blanchâtre quand elle y est arrivée, Fontenelle, ib. L'air ébranlé est sujet à des répercussions qui le réfléchissent, qui, produisant des échos, répètent la sensation, Rousseau, Ém. II. Les glaces étamées, lorsqu'elles sont polies avec un peu de soin, réfléchissent plus puissamment la lumière que les métaux les plus polis, Buffon, Hist. min. Introd. Œuv. t. VII, p. 144. Plus loin, c'est un beau lac qui réfléchit les cieux, Delille, Jard. IV. L'eau te réfléchit grande et belle, Ton sein forme un heureux contour, Béranger, Prisonn. Oui, bientôt d'un ciel pur Vos yeux, brillants d'ivresse, Réfléchiront l'azur, Béranger, Orage.

    Fig. La gloire des grands hommes réfléchit son éclat sur leurs descendants, Dict. de l'Acad. Malgré moi, du passé le cruel souvenir Réfléchira son ombre affreuse Sur les derniers moments de mon triste avenir, Saurin, Beverlei, II, 7. La source de mes jours comme eux [ruisseaux] s'est écoulée… Mais leur onde est limpide, et mon âme troublée N'aura pas réfléchi les clartés d'un beau jour, Lamartine, Méd. I, 6. Il faut, pour réfléchir cet astre tutélaire [la liberté], Que, pur dans tous ses flots, le fleuve populaire Coule à l'ombre du trône appuyé sur les lois, Hugo, Odes, II, 6.

  • 2 V. n. Rejaillir, être renvoyé, répercuté. La chaleur du feu réfléchit de la plaque dans la chambre. Quoi ! si je lance un trait, ô rigoureuse loi, Pour me percer le cœur il réfléchit sur moi, Tristan, M. de Chrispe, V, 5.

    Fig. Ces placards pouvaient intimider le roi, et, par contre-coup, réfléchir sur Mme de Pompadour, Duclos, Œuv. t. X, p. 244. Dans le cas où le mari, ayant vendu le bien propre de la femme sans son consentement, est garant de la vente, et dans tous les autres cas où l'action de la femme réfléchirait contre le mari, Code Nap. art. 2256. La honte de cette action réfléchit sur tous ceux qui y ont participé, Dict. de l'Académie.

  • 3 Fig. Penser mûrement et plus d'une fois à quelque chose. Réfléchissez sur les propositions qui vous sont faites. Réfléchissez-y mûrement. Réfléchir c'est recevoir, au-dessus des mouvements corporels et au-dessus même des sensations, une lumière qui nous rend capables de chercher la vérité jusque dans sa source, Bossuet, Connaiss. V, 8. Rien ne conserve mieux l'habitude de réfléchir, que d'être plus content de soi que de sa fortune, Rousseau, Ém. IV. Réfléchir n'est qu'une certaine manière de sentir, c'est la sensation transformée, Condillac, Art de rais. I, 3. Dans un être qui réfléchit, la liberté est essentiellement la même que dans un être qui ne réfléchit point ; mais, dans un être qui réfléchit, la liberté est plus étendue, Bonnet, Ess. anal. âme, 16.
  • 4Se réfléchir, v. réfl. Être réfléchi, renvoyé en arrière, en retour. Comment la lumière se réfléchissait des planètes et des comètes vers la terre, Descartes, Méth. V, 2. La cavité intérieure de l'oreille paraît être un écho où le son se réfléchit avec la plus grande précision, Buffon, De l'ouïe. Ce vent qui vient frapper contre les hautes montagnes des Cordillères doit se réfléchir à d'assez grandes distances dans les terres, Buffon, De l'homme, Variétés. Le mouvement de réflexion est une preuve certaine de la compressibilité des corps ; car ces corps ne peuvent pas se réfléchir, si aucun d'eux n'est élastique, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 26. La lumière, comme les corps élastiques, en tombant sur ces surfaces, se réfléchit sous un angle égal à celui de sa chute, Bailly, Hist. astr. mod. t. II, p. 451. Les étoiles étincelaient au ciel et se réfléchissaient au sein de la mer, qui répétait leurs images tremblantes, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie.

    Avec suppression du pronom personnel. J'entrepris… d'ajouter quelque chose du soleil et des étoiles fixes, à cause qu'elle [la lumière] en procède presque toute ; des planètes, des comètes et de la terre, à cause qu'elles la font réfléchir, Descartes, Méth. V, 2.

    Fig. Il [Jésus] se cache encore en lui-même [dans le sein de Marie], mais il se réfléchit sur saint Jean [dans le sein d'Élisabeth], Bossuet, 1er sermon, Visitation, 2. Il y a une espèce d'insensibilité cruelle à sacrifier sans nécessité ceux [animaux] surtout qui nous approchent, qui vivent avec nous, et dont le sentiment se réfléchit vers nous en se marquant par les signes de la douleur, Buffon, Quadrup. t. II, p. 138. C'est une idée lumineuse d'Aristote que la croyance que l'on donne à un fait se réfléchit sur l'autre, quand ils sont liés avec art, Marmontel, Œuv. t. VIII, p. 477.

  • 5 Terme de grammaire. L'action du verbe se réfléchit sur son sujet, par exemple : il se tourmente ; alors le verbe est dit réfléchi.
  • 6Dans le langage de la botanique, devenir réfléchi, recourbé en arrière, en dehors. Les étamines de cette corolle se réfléchissent.

    Dans le langage de l'anatomie, revenir sur soi-même. Le péritoine se réfléchit en cet endroit.

REMARQUE

Bouhours, Nouv. remarques, dit : Beaucoup de gens font réfléchir neutre. Afin… qu'ils n'eussent pas seulement le loisir de réfléchir sur l'état présent des choses, ST-RÉAL., Ce n'est pas parler fort purement. Tous nos bons auteurs disent toujours faire réflexion. " Il se retracte p. 462 de la Suite des Remarques.

HISTORIQUE

XIVe s. Le diaphragme se reflecist en haut vers les costes, et s'ahert [s'attache] duc [jusqu'] à la darreniere coste, H. de Mondeville, f° 25.

XVIe s. Les vaisseaux se reflechissent en plusieurs replis faits en forme de varice, Paré, I, 27.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉFLÉCHIR. - REM. Ajoutez :

2. Au sens de penser mûrement, on a fait quelquefois réfléchir actif. Nul ne réfléchit l'habitude, MIRABEAU, cité dans Revue philosophique, avril 1876, t. I, p. 362, c'est-à-dire : Personne n'obéit à l'habitude par réflexion.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réfléchir »

Du latin reflectere (« faire courber »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. reflectir ; ital. riflettere ; du lat. reflectere, de re, et flectere, fléchir. Le sens de penser, méditer, se rattache à l'expression latine reflectere animum, reporter son esprit sur quelque chose.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réfléchir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réfléchir refleʃir

Citations contenant le mot « réfléchir »

  • La photographie est un instant qui ne se réfléchit pas, suspendue à une fraction de seconde qui laisse à réfléchir. De Rémy Donnadieu
  • Apprendre sans réfléchir est vain. Réfléchir sans apprendre est dangereux. De Confucius
  • Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux. De Confucius / Entretiens
  • Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, I, 2 (traduction S. Couvreur)
  • Un miroir est une surface polie, faite pour réfléchir, mais parfois bien impolie quand elle vous fait réfléchir. De Gérard de Rohan Chabot
  • Il vaut mieux ne pas réfléchir du tout que de ne pas réfléchir assez. Paul, dit Tristan Bernard, Triplepatte, Librairie théâtrale
  • Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images. Jean Cocteau, Essai de critique indirecte, Grasset
  • Rien ne sert de penser, faut réfléchir avant. André Isaac, dit Pierre Dac, L'Os à moelle, Julliard
  • Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l'une et l'autre nous dispensent de réfléchir. Henri Poincaré, La Science et l'hypothèse, Flammarion
  • On n'est héroïque que par le fait de ne pas réfléchir. Il faut donc entretenir une masse de sots. Ernest Renan, Caliban, Orlando , Lévy
  • Ki houen Sseu réfléchissait à plusieurs reprises avant de faire une chose. Le Maître, l'ayant appris, dit : Il suffit de réfléchir deux fois. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, III, 5 (traduction S. Couvreur)
  • En période de stress, les femmes parlent sans réfléchir. Les hommes, eux, agissent sans réfléchir. De Allan Pease / Pourquoi les femmes ne savent pas lire les cartes routières
  • Nous avons les idées arrêtées dès que nous cessons de réfléchir. De Ernest Renan
  • Je suis communiste parce que cela me dispense de réfléchir. De Frédéric Joliot-Curie
  • Penser sans écrire, c'est comme parler sans réfléchir. De Anonyme
  • Le totalitarisme est comme le sectarisme… difficile d’en donner une définition officielle et définitive…. Mais si faire allusion à Vichy devient systématiquement répréhensible…. Cela donne à réfléchir sur la gestion et la prise de distance de chacun. Club de Mediapart, Billet pour réfléchir. Vichy ? | Le Club de Mediapart
  • La crise sanitaire a permis à beaucoup d'entre nous de réfléchir à sa vie et notamment à ses choix alimentaires. Et plus que jamais, le bio-local a le vent en poupe. Exemple avec Gout'Chou, une société de Saint-Just-la-Pendue, dans le nord-est de la Loire. France Bleu, La relance éco : à Saint-Just-la-Pendue, Gout'Chou fournit les crèches en repas bio
  • Deux suggestions de balados pour faire réfléchir les esprits. Le Devoir, Balados: réfléchir au futur | Le Devoir
  • C’est avant les révélations que j’avais dit, publiquement, que je ne poursuivrais pas ma mission. Les événements ont changé les choses. J’ai reçu des marques de soutien qui m’ont fait réfléchir. Ce n’est pas facile d’être au creux de la vague, mais au fil du temps, la décision (NDLR : d’être candidat à sa succession) est devenue naturelle. , Politique | Alain Blinette : « Les marques de soutien m’ont fait réfléchir »
  • La crise sanitaire a provoqué l’arrêt prématuré du championnat, mais elle a aussi mis en lumière des problèmes structurels au sein de la Pro League, qui représente les clubs professionnels belges. « Nous devons très sérieusement réfléchir à une refonte de la Pro League », déclare Ivan De Witte dans De Zondag. « Il n’y a pas de doute : c’est la première exigence. Je suis totalement Vincent Mannaert (le CEO du FC Bruges, ndlr). Commençons par un audit externe et une consultance par un cabinet renommé. Je parle de la structure et du fonctionnement de la Pro League et de la fédération, absolument. Cela peut coûter beaucoup d’argent. Il faut également se pencher sur le flou artistique entre la Pro League et la fédération. Pour l’instant, on ne sait pas toujours clairement qui représente quoi ». Le Soir, Ivan De Witte, président de La Gantoise: «Nous devons réfléchir à une refonte de la Pro League et de l’Union belge» - Le Soir
  • L’épidémie de coronavirus a mis la vie en pause. Chacun en a profité pour réfléchir joyeusement au bonheur : ce mot insaisissable, fascinant et effrayant à la fois. Depuis la nuit des temps, les philosophes s’interrogent sur la difficulté des hommes et des femmes à le trouver. Comment le libérer, l’organiser, le réinventer ? Dans Philocomix, Jérôme Vermer et Jean-Philippe Thivet définissent de nouvelles approches pour le cerner. Le Soir Plus, «Réfléchir au monde de demain sans les statues d’hier» - Le Soir Plus

Images d'illustration du mot « réfléchir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réfléchir »

Langue Traduction
Anglais reflect
Espagnol reflejar
Italien riflettere
Allemand reflektieren
Chinois 反映
Arabe افكر
Portugais refletir
Russe отражать
Japonais 反射する
Basque islatu
Corse riflette
Source : Google Translate API

Synonymes de « réfléchir »

Source : synonymes de réfléchir sur lebonsynonyme.fr
Partager