La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « réforme »

Réforme

Variantes Singulier Pluriel
Féminin réforme réformes

Définitions de « réforme »

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉFORME, subst. fém.

A. − Modification effectuée dans un but d'amélioration. Synon. vieilli réformation.
1. Changement apporté en vue du rétablissement d'une forme primitive ou ancienne.
a) Réforme (d'un ordre religieux). Retour à l'observance de la règle primitive. L'abbé de Rancé introduisit à la Trappe la réforme monastique (Ac.1935):
1. Le besoin de l'ordre, de la discipline, de la rigidité morale y éclatait avec ardeur. C'est le temps où Robert de Molême introduisait une règle sévère à Cîteaux; le temps de saint Norbert et de la réforme des chanoines; le temps de la réforme de Cluny, enfin de la grande réforme de saint Bernard. Guizot,Hist. civilis., leçon 6, 1828, p. 34.
b) Réforme des abus. Suppression, correction des abus qui se sont développés. Mon ami me fit part de ce qu'il redoutait aux approches de la révolution. − Si l'on ne voulait, me dit-il, que la réforme des abus, j'y consentirais de bon cœur (Dusaulx,Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 34).
2. Vieilli
a) Changement de mal en bien dans les mœurs, la piété. Réforme intérieure, morale. Partant toujours du principe inhumain, que notre nature est mauvaise, que l'éducation n'en est pas la bonne économie, mais la réforme (Michelet,Peuple, 1846, p. 218).Il regrettait sincèrement « l'irrégularité de sa conduite passée » et avait entrepris une grande réforme de lui-même (Guéhenno,Jean-Jacques, 1948, p. 101).
b) Réforme de la/des monnaie(s). ,,Action de rétablir les valeurs réelles des monnaies dont on avait surhaussé le prix`` (Ac. 1835-1935). En 1715, on entreprit de nouveau une réforme de la monnaie. Les pièces nouvelles étant portées à 20 livres et 5 livres respectivement, et les pièces anciennes ou usées demeurant à 16 livres et à 4 sols (Shaw,Hist. monnaie, 1896, p. 131).
3. Correction, changement profond, transformation, par des moyens conformes aux règles existantes, de quelque chose en vue de le réorganiser, d'améliorer son fonctionnement, ses résultats. Réforme électorale, hospitalière, scolaire; réforme grégorienne, julienne; réforme de l'enseignement, de l'orthographe. À la fin de la même année 1911 paraissait à Rome la bulle Divino Afflatu qui (...) décidait pour toute l'Église la réforme du bréviaire et du missel (Chauve-Bertrand,Question calendrier, 1920, p. 103).V. consciencieusement ex. 3.
Absol. La réforme en question; celle qui présente une grande importance selon le lieu, le temps. On avait dit au peuple que la Réforme amènerait la fin de tous ses maux; le peuple avait imposé la Réforme aux Lords et les maux étaient pires que jamais (Maurois,Disraëli, 1927, p. 139):
2. Plus d'un siècle s'écoula ensuite avant que le calendrier grégorien fût reçu par les protestants (...). Les protestants d'Allemagne, lorsqu'ils se décidèrent à appliquer la réforme, ne l'adoptèrent que corrigée par Weigel d'après les tables de Képler. Chauve-Bertrand,Question calendrier, 1920, p. 84.
POL. [P. oppos. à révolution] Changement profond réalisé sans violence dans le cadre institutionnel existant. Réforme du code, de la constitution; réforme agraire, électorale, constitutionnelle. Il se sépare de Guesde comme tacticien. Socialiste de gouvernement, il croit aux réformes partielles. Guesde n'admet que la révolution complète (Renard,Journal, 1901, p. 710).Vous ne savez pas parler au peuple. Vous lui prêchez la révolte, et il faut lui enseigner l'esprit de réforme, c'est-à-dire l'amélioration dans l'ordre (Bourget,Actes suivent, 1926, p. 134).
B. −
1. HIST. RELIG.
a) Réforme religieuse (pour les catholiques, prétendue réforme), ou absol., la Réforme. Mouvement introduit dans l'Église catholique au xvies. par Luther et Calvin dans le but de réorganiser les structures et de modifier les dogmes, et ayant abouti à la formation d'Églises séparées (protestantisme luthérien, anglicanisme, protestantisme calviniste). Synon. réformation (v. ce mot B 1).Époque, temps de la Réforme; doctrines de la Réforme. Les premiers jours du seizième siècle virent naître la réforme religieuse dans les Êtats les plus éclairés de l'Europe: en Allemagne, en Angleterre, bientôt après en France (Staël,Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 23).La prétendue réforme du seizième siècle avoit ébranlé le système politique de l'Europe. Partout où elle s'établit, on vit naître aussitôt ou le despotisme, ou l'anarchie (Lamennais,Religion, 1825, p. 19).
P. méton. Doctrine adoptée ayant entraîné le schisme. Adjurer la réforme. La réforme, en détruisant la confession, les indulgences, les moines, et le célibat des prêtres, épura les principes de la morale, et diminua même la corruption des mœurs dans les pays qui l'embrassèrent; elle les délivra des expiations sacerdotales (...) et du célibat religieux (Condorcet,Esq. tabl. hist., 1794, p. 133).En Angleterre même, la Réforme, par la lecture de la Bible, faisait naître à leur égard [aux Juifs] une curiosité presque sympathique (Maurois,Disraëli, 1927, p. 10).
b) Réforme (catholique). Mouvement de renouvellement intérieur et de restauration entrepris au sein de l'Église catholique au xves. et qui prit toute son ampleur à partir du xvies., notamment avec le Concile de Trente, afin de lutter contre les doctrines protestantes, et qui est connu à partir du xvies. sous le nom de Contre-réforme. Préoccupations missionnaires de l'Église de la Contre-réforme (Marrou,Connaiss. hist., 1954, p. 253):
3. Osera-t-on pourtant dire qu'à la juste compréhension du monde actuel l'intelligence de la Réforme protestante ou de la Réforme catholique, éloignées de nous par un espace plusieurs fois centenaire, n'importe pas davantage que celle de beaucoup d'autres mouvements d'idée ou de sensibilité, plus proches, assurément, dans le temps, mais plus éphémères? M. Bloch,Apol. pour hist., 1944, p. 12.
2. Domaine milit.
a) Mise hors service de quelqu'un.
α) Vieilli. Position de l'officier de carrière privé d'emploi avant le temps requis pour l'ouverture de ses droits à la retraite, pour une cause qui ne lui est pas forcément imputable et lui donnant droit à un traitement. Solde de réforme. Picquart a été mis en réforme, et, par suite, chassé de l'armée, sur les seuls témoignages de Henry − et de Gonse ou de Gribelin (Clemenceau,Vers réparation, 1899, p. 141).La réforme est la position de l'officier sans emploi, non susceptible d'être rappelé à l'activité et n'ayant acquis aucun droit à la retraite. (...) La réforme peut être prononcée: pour raisons de santé; par mesure disciplinaire (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p. 74).
β) Licenciement partiel de troupes; réduction de corps de troupes. (Dict. xixeet xxes.).
Congé de réforme, ou absol., réforme. Position du militaire reconnu inapte physiquement, de manière temporaire ou définitive. Réforme temporaire, définitive. Il ne pouvait pourtant pas espérer la réforme numéro 1. Il ne voulait pas, même si on la lui eût offerte, de la réforme numéro 2 qui l'assimilerait aux « mal foutus » (Romains,Hommes bonne vol., 1938, p. 181).
Conseil de réforme. ,,Conseil chargé d'examiner les soldats susceptibles d'être reconnus impropres au service`` (Ac. 1935).
b)
α) Mise hors service des chevaux de l'armée, devenus impropres au service; p. méton., chevaux mis à la réforme (d'apr. Ac. 1798-1935).
β) Mise hors service du matériel reconnu impropre, trop vieux ou de conception trop ancienne. Réforme des matériels hors service. − Le matériel appartenant à l'État est réformé par l'intendance sur proposition du chef de corps. Le matériel appartenant au corps est réformé par le chef de corps (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p. 222).
De réforme, loc. Mis à la réforme. Synon. réformé.[Alain] avait un petit camion, avec une mule de réforme, achetée à l'armée anglaise, encore marquée sur la fesse d'initiales au fer rouge (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 456).
c) Vieilli. Diminution, restriction.
α) Diminution des dépenses, du service, du train d'une maison. À la suite des malheurs successifs qui étaient arrivés à son père, de grandes réformes avaient été faites dans les dépenses de la maison (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 369).Je l'entendais toujours se plaindre, parler d'économies, de réformes, de placements avantageux (A. Daudet,Femmes d'artistes, 1874, p. 115).
β) ,,Réduction à un moindre nombre des employés d'une administration`` (Ac. 1835, 1878). Il y a une grande réforme dans ce ministère (Ac.1835, 1878).
REM.
Réformette, subst. fém.,fam. Réforme de détail qui est sans portée. En tendant une main timide à l'opposition non communiste, il [M. Fraga Iribarne] espérait faire cautionner sa politique de « réformettes » par une très large partie de l'opinion espagnole (Le Nouvel Observateur, 19 avr. 1976, p. 44, col. 1).
Prononc. et Orth.: [ʀefɔ ʀm]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. A. 1. 1625 « rétablissement de l'ancienne discipline dans une maison religieuse`` (Peiresc, Lettres, éd. Tamizey de Larroque, t. 6, p. 78); 2. a) 1690 « suppression des abus » (Fur.); 1694 se jeter dans la réforme « revenir à une vie plus vertueuse » (Regnard, Sérénade, sc. 13 ds Œuvres, t. 1, p. 223 [éd. Paris, 1830]; b) 1713 « diminution de la dépense dans le train d'une maison » (Hamilton, Mém. du comte de Grammont, 11 ds Littré); 3. 1660 La Réforme « mouvement religieux qui au xvies. a donné naissance aux églises protestantes » (Oudin); B. 1. a) 1671 « mesure par laquelle on casse des officiers en leur maintenant une partie de leur solde » (Pomey); b) 1680 « licenciement partiel des troupes » (Rich.); c) 1762 « fait d'écarter de l'armée un homme, un cheval reconnus inaptes au service » (Ac.); d) 1855 « dispense temporaire ou définitive des obligations militaires » (Littré-Robin), 2. 1837 mettre à la réforme « au rebut » (Balzac, Employés, p. 86). Déverbal de réformer*. Fréq. abs. littér.: 1 328. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 476, b) 1 127; xxes.: a) 1 908, b) 1 786. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 400. − Greive (A.). Contributions méthodol. à la lexicol. des mots savants. In: Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 13. 1971. Québec. 1976, t. 1, pp. 613-620. − Richard (W.) 1959, p. 17. − Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p. 299.

Wiktionnaire

Nom commun - français

réforme \ʁe.fɔʁm\ féminin

  1. Rétablissement dans l’ordre, dans l’ancienne forme, ou dans une meilleure forme.
    • Ses projets, de réforme immédiate allaient au-delà de ce que la révolution et ses suites ont produit de bien jusqu’à ce jour; il voulait tout faire d’un coup, […]. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Richelet, en 1680, publia un Dictionnaire selon d’Ablancourt, […], il fit ou voulut faire des réformes simplificatrices, qui ne sont pas encore adoptées, et qui sont (souvent) celles que réclame aujourd’hui la Commission de simplification. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • Tout ramène au mot souvent cité du lexicologue Alain Rey, selon lequel une réforme de l'orthographe en France est à la fois techniquement nécessaire et socialement impensable. — (Claude Hagège, Le français et les siècles, 1987, page 229)
    • Les uns se prennent à espérer, d'autres à redouter que le nouveau ministre du Commerce ne réalise quelqu'une de ces réformes sociales dont la seule perspective fait trembler les satisfaits se mirant dans leurs coffres-forts. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • La corporation des férons est donc une des plus ancienne qui soit, et elle s’est probablement continuée sans aucune interruption depuis le « faber » romain jusqu’à la réforme de Turgot. — (Maurice Lecerf, Le Fer dans le monde, Payot, 1942)
    • Les principales politiques dont il s’agit, sont des réformes fiscales, les libéralisations du commerce extérieur ou encore les entrées en vigueur de zones de libre échange avec des groupements plus grands et plus compétitifs. — (Touhami Abdelkhalek, « Libéralisation commerciale et pauvreté au Maroc : Une analyse en équilibre général microsimulé », dans Libéralisation commerciale et pauvreté en Afrique, sous la direction de John Cockburn, Bernard Decaluwé et Ismaël Fofana, Presses de l'Université Laval/Centre de recherches pour le développement international, 2010, page 173)
  2. (En particulier) (Jadis) Action de rétablir les valeurs réelles des monnaies dont on avait surhaussé le prix.
  3. (Politique) Modification.
    • Il est évident que ces réformes sont fort louables, mais elles sont loin d’être acceptées avec enthousiasme: […] ; et les lettrés les considèrent comme un attentat sacrilège contre les traditions koraniques. — ([[w:Frédéric {Weisgerber|Frédéric {Weisgerber]], Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 65)
    • La réforme monétaire du 15 octobre 1925 a assuré la sécurité des échanges en mettant à la disposition du public un instrument de paiement stable. — (Wilfrid Baumgartner, Le Rentenmark (15 Octobre 1923 - 11 octobre 1924), Les Presses Universitaires de France, 1925 (réimpression 2e édition revue), page 91)
  4. (Religion) Changement que les protestants du seizième siècle ont introduit dans la doctrine et dans la discipline de l’Église ; le corps de doctrine adopté par les protestants et aussi de l’ensemble des églises protestantes.
    • J'ai donné comme exemples remarquables de mythes ceux qui furent construits par le christianisme primitif, par la Réforme, par la Révolution, par les mazziniens ; […]. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Si les églises issues de la Réforme luthérienne diffèrent considérablement de l’Église catholique, on n’en assista pas moins à une certaine « recatholisation » par rapport aux objectifs radicaux de 1517-1525, particulièrement sensible dans la pastorale. — (Jean Wirth, Luther: étude d’histoire religieuse, Introduction, 1981, page 7)
    • Il faut ensuite établir la relation exacte, au sein même de la réforme protestante, entre le culte réformé par Bucer et le culte réformé, une seconde fois, par Marbach et Pappus. — (René Bornert, La réforme protestante du culte à Strasbourg au XVIe siècle: (1523-1598), E.-J. Brill, 1981, page 4)
  5. (Religion) Rétablissement de l’ancienne discipline dans un ordre religieux.
    • L’abbé de Rancé introduisit à la Trappe la réforme monastique.
  6. (Militaire) Licenciement, mise hors de service.
  7. (En particulier) Licenciement des officiers auxquels on ôte leur emploi, mais en leur conservant, pendant un certain nombre d’années, une partie de leur solde, qu’on appelle traitement de réforme.
    • Être mis à la réforme.
    • Être en réforme.
  8. Congé qu’on donne à un soldat reconnu impropre au service.
    • Réforme temporaire. — Réforme définitive. — C’est un cas de réforme.
    • Conseil de réforme : Conseil chargé d’examiner les soldats susceptibles d’être reconnus impropres au service.
  9. (Élevage) État d'un animal qui n'est pas ou n'est plus en état de servir.
    • Il y a eu dans ce régiment une réforme de vingt chevaux, qu’il a fallu remplacer.
    • Un cheval, une vache de réforme.
    • Tel jour on vendra les réformes du régiment, de l’écurie.
    • Les chevaux dont on se sert sont des rosses de réforme que l’on achète à bas prix. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, réédition Éditions Complexe, 1989, page 37)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

RÉFORME (ré-for-m') s. f.
  • 1Changement en bien, par rapport aux mœurs, et, particulièrement, par rapport à la piété. Un homme abondamment pourvu de tout, à qui rien ne manque, s'érige aisément en prédicateur de la plus exacte réforme, Bourdaloue, Panégyr. t. I, p. 12. Un homme de talent et de réputation, s'il est chagrin et austère, il effarouche les jeunes gens, les fait penser mal de la vertu, et la leur rend suspecte d'une trop grande réforme, et d'une pratique trop ennuyeuse, La Bruyère, XII. J'ai renoncé aux vanités du monde, et je me suis jeté dans la réforme, Regnard, Sérénade, 13. S'il y a quelque réforme à tenter dans les mœurs publiques, c'est par les mœurs domestiques qu'elle doit commencer, Rousseau, Hél. 2e préface.
  • 2Action de ramener à l'ancienne forme ou de donner une forme meilleure. La réforme d'un empire. Croyez-moi, après qu'on a bien raisonné ou sur l'amour, ou sur telle autre matière qu'on voudra, on trouve au bout du compte que les choses sont bien comme elles sont, et que la réforme qu'on prétendrait y apporter gâterait tout, Fontenelle, Dial. II, morts anc. mod. L'histoire de Lycurgue, la réforme qu'il fit dans Sparte, et les lois qu'il y établit, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 29, dans POUGENS. Il [l'abbé de Saint-Pierre] pensait que les établissements les plus utiles avaient besoin de réforme ; il les comparait à des horloges, qu'il faut de temps en temps nettoyer et remonter, D'Alembert, Éloges, l'abbé de St-P. note 11. On ne peut faire une réforme véritablement avantageuse, qu'autant qu'on donne à la nation la faculté de faire elle-même les lois, Condillac, Étud. hist. III, 4.

    La réforme des abus, le retranchement des abus qui se sont introduits. Tout abus doit être réformé, à moins que la réforme ne soit plus dangereuse que l'abus même, Voltaire, Dict. phil. Annales.

    Réforme parlementaire, ou, absolument, la réforme, s'est dit des mesures qui ont modifié la composition du parlement d'Angleterre. Singulier homme, philosophe, lettré autant qu'on saurait être, grand partisan de la réforme non parlementaire seulement, mais universelle, il veut refaire tous les gouvernements de l'Europe, dont le meilleur, dit-il, ne vaut rien, Courier, Pamphl. des pamphl.

    Réforme s'est dit, absolument, de la réforme électorale, c'est-à-dire des changements à apporter dans la loi qui régissait les élections en France sous Louis-Philippe ; cette réforme qu'on demandait consistait dans l'adjonction, à la liste électorale, des capacités, c'est-à-dire des hommes exerçant les professions libérales.

  • 3La réforme, les changements que Zwingle et Calvin ont introduits au XVIe siècle dans la doctrine et dans la discipline catholiques ; aujourd'hui réforme se dit, comme réformation, de l'ensemble du mouvement protestant. À ce mot de réforme, tout le monde applaudissait ; des milliers de chrétiens se pervertissaient, les simples se laissaient surprendre, les libertins secouaient le joug de l'Église, les politiques demeuraient neutres et indifférents, Bourdaloue, 3° Dim. après la Pentec. Dominic. t. II, p. 361.

    Corps de doctrine adopté par les protestants.

    Communion des Églises protestantes.

    Les catholiques disent : la prétendue réforme.

  • 4Rétablissement de l'ancienne discipline dans un ordre religieux. La sage abbesse, qui la crut [Anne de Gonzague] capable de soutenir sa réforme, la destinait au gouvernement, Bossuet, Anne de Gonz. J'ai vu dans Saint-Denis la réforme établie, Boileau, Lutr. II. Rancé (Jean le Bouthillier de), né en 1616, commença par traduire Anacréon, et institua la réforme effrayante de la Trappe, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Rancé. M. le Camus, évêque de Bellay, observe que le seul ordre des minoritains a souffert plus de vingt-cinq réformes en quatre cents ans, Voltaire, Dict. phil. Quête.
  • 5Réduction, licenciement partiel des troupes (sens aujourd'hui peu usité). Dès que la paix sera faite, on s'occupera de la réforme des troupes ; on dit aujourd'hui réduction.
  • 6Anciennement, mesure par laquelle on ôte leur emploi à des officiers, en leur conservant néanmoins une partie de leur traitement ; c'est ce qu'on appelle aujourd'hui mettre à la suite. Traitement de réforme. Il a obtenu la réforme. Être mis à la réforme.

    Aujourd'hui, éloignement, de l'armée, d'un militaire reconnu impropre au service.

    Congé de réforme, congé accordé à un soldat reconnu impropre au service.

  • 7Remplacement des chevaux de cavalerie, d'artillerie, etc. qui ne sont plus en état de servir.

    On le dit quelquefois des chevaux réformés. On va vendre les réformes de tel régiment.

    Il se dit aussi d'armes détériorées qu'on met au rebut. La plupart des distributions de détail du gaz hydrogène dans les diverses parties de l'hôpital Saint-Louis se font au moyen de canons de fusils de réforme, Girard, Instit. Mém. scienc. 1821 et 1822, t. V, p. 7.

  • 8Réduction à un moindre nombre des employés d'une administration. Il y a une grande réforme dans ce ministère.
  • 9Diminution dans la dépense, dans le train d'une maison. Il fallait mettre la réforme dans son ménage, Hamilton, Gramm. 11. Je commençai ma réforme par ma parure, Rousseau, Conf. VIII.

    Faire une grande réforme dans sa maison, diminuer sa table, ses équipages, le nombre de ses domestiques.

  • 10Autrefois, réforme des monnaies, action de rétablir la valeur des monnaies dont on avait surhaussé le prix.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉFORME, s. f. (Théolog.) rétablissement d’une premiere discipline qui a été négligée, ou correction des abus qui s’y sont introduits.

Ce mot pris dans le sons ecclésiastique, signifie la réduction d’un ordre ou d’une congrégation religieuse à garder l’ancienne sévérité de la regle de laquelle elle s’est insensiblement éloignée ; ou le désaveu de l’ancienne regle & de l’institution même, pour en suivre une plus sévere. Voyez Ordre & Religieux.

C’est dans ce sens que l’on dit que la congrégation de saint Maur est une réforme de l’ordre de saint Benoît ; que les Feuillans sont une réforme de l’ordre de Citeaux, & ainsi de plusieurs autres. Voyez Bénédictins, Cisterciens, Feuillans.

Réforme, s. f. c’est dans l’Art militaire la réduction qu’on fait ordinairement à la paix dans les troupes, pour en diminuer le nombre & la dépense.

La réforme n’est pas tout-à-fait la même chose que le licenciement ; elle n’opere qu’une réduction dans les corps où elle est faite, au lieu que le licenciement en opere entierement le renvoi ou la suppression.

Les grands états sont obligés d’avoir toujours un grand nombre de troupes entretenues, même en tems de paix, pour garder les places, & pour avoir un nombre d’officiers & de soldats bien exercés dans toutes les manœuvres militaires. Ce nombre doit nécessairement augmenter en tems de guerre ; mais à la paix on remet les troupes à-peu près dans l’état où elles étoient avant la guerre ; pour cet effet, on en réduit le nombre par une réforme que l’on fait dans chaque corps de troupes.

Comme il est très-important de conserver les officiers qui ont servi, pour leur faire remplir les différens emplois militaires par préférence à tout autre, on prend dans les réformes les arrangemens qui paroissent les plus convenables à cet effet. Dans la réforme faite après la paix d’Aix-la Chapelle en 1748, on conserva les capitaines des compagnies supprimées dans chaque bataillon, pour remplir les places de seconds officiers dans les compagnies aux quelles on réduisit les bataillons ; & cela en qualité de capitaine en second, avec quarante-deux sols d’appointemens par jour. On ne conserva de lieutenans que le nombre nécessaire pour mettre un second officier aux compagnies de fusiliers où il n’y avoit pas de capitaine en second.

Pour les places de lieutenant & pour celles d’enseigne, elles furent données aux plus anciens lieutenans ; les lieutenans-enseignes, ou lieutenans en second qui par l’arrangement pris se trouverent sans emploi, furent envoyés dans leurs provinces sans appointemens, excepté ceux dont les commissions étoient antérieures au premier Janvier 1744, qui eurent 150 livres d’appointemens de réforme. Le roi déclara, par son ordonnance du 10 Février 1749, que son intention étoit que ces lieutenans & enseignes fussent rappellés aux places qui viendroient à vaquer dans les régimens, & qu’il n’y fût point nommé d’autres sujets tant qu’ils subsisteroient.

Les soldats congédiés furent renvoyés en différentes bandes dans les provinces d’où ils étoient, & conduits sur des routes avec étapes, par des officiers choisis à cet effet. Le roi leur fit donner à chacun trois livres, & on leur laissa l’habit uniforme avec le chapeau.

Dans cette réforme le roi ayant supprimé 48 bataillons de son infanterie françoise, jugea à propos de conserver les grenadiers de ces bataillons, pour en composer le corps des grenadiers de France. Voyez Grenadiers de France. (Q)

Reforme, terme de commerce en détail ; il signifie la note qu’un marchand met sur un billet ou numéro attaché à une piece d’étoffe entamée, de la quantité d’aunes qui en a été levée, ce qui reforme les premiers aunages. Voyez Aunage & Numéro. Dict. de Commerce & de Trévoux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réforme »

Voy. RÉFORMER ; ital. riforma.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déverbal sans suffixe de réformer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réforme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réforme refɔrm

Citations contenant le mot « réforme »

  • En matière d’administration, toutes les réformes sont odieuses. De Louis XI
  • Nous ne parvenons à faire des réformes qu'en faisant semblant de faire la révolution. De Jacques Chaban-Delmas
  • Toute révolution devrait commencer par une réforme du dictionnaire. De Victor Hugo
  • Devant les réformes religieuses, les dieux sont toujours restés passifs. De Valeriu Butulescu / Aphorismes
  • La réforme oui, la chienlit non ! De Charles de Gaulle / Mai 1968
  • Il y a loin de la réforme à la renaissance. De Proverbe égyptien / Citoyens et non-sujets, Le Caire
  • Les mauvais effets d'une juste réforme ne condamnent point cette réforme, mais la société. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste
  • Le propre d'un réformateur, c'est qu'il réussit ses réformes. De Lionel Jospin / Le temps de répondre
  • C’est un travers de notre démocratie de courir aveuglément aux réformes. On demande une réforme... et elle n’est pas plus tôt votée qu’on s’en détourne, qu’on court à une autre. De Aristide Briand
  • Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et cherchent à réformer ladite société parce qu'ils sont incapables de se réformer eux-mêmes. De Isaac Asimov / Les cavernes d'acier
  • Avant de faire la révolution, réforme ton coeur. De Proverbe chinois
  • Qui réforme souvent déforme. De Proverbe allemand
  • Dans une note publiée ce mardi, le Conseil d'analyse économique estime que « les partenaires sociaux jouent un rôle de façade » dans l'assurance-chômage. Jugeant la réforme de 2018 « inefficace », il préconise l'étatisation du régime via l'intégration de son budget dans celui de la Sécurité sociale. Les Echos, Assurance-chômage : la réforme choc prônée par le Conseil d'analyse économique | Les Echos
  • Reportée, mais pas encore enterrée. La réforme de l’assurance-chômage, amorcée fin 2019, a été stoppée dans son élan par le coronavirus. Face à l’ampleur de la crise, le gouvernement a déjà décalé son application deux fois, d’abord au 1er janvier, puis au 1er avril 2021. Ce calendrier sera-t-il tenu ? Même si l’Elysée, sollicité par 20 Minutes, n’a pas répondu sur ce point précis, le sujet devrait être au menu du séminaire gouvernemental de ce mercredi. , La réforme de l’assurance-chômage bientôt ravivée par Emmanuel Macron ?
  • Sur le pilier de la négociation notamment, le prix de vente de l’électricité devrait augmenter d’environ 20% après la réforme. Il devrait être compris entre 48 et 50 euros -le régulateur recommandait 49 euros-, contre 42 euros actuellement. Surtout, il sera fixe et permettra à EDF de ne plus être dépendant de la volatilité des prix de marché. BFM BUSINESS, Tensions extrêmes entre Paris et Bruxelles sur la réforme d’EDF
  • Depuis le 1er janvier, le mode de calcul des aides personnalisées pour le logement a changé. Comme avec chaque réforme, il y a des gagnants et des perdants, mais le montant de l'aide lui, n'a pas changé. On vous explique. midilibre.fr, Réforme des APL : êtes-vous gagnant ou perdant avec le nouveau calcul du montant de l'aide au logement ? - midilibre.fr
  • Le 1er janvier, le Portugal a succédé à l’Allemagne à la présidence du Conseil de l’UE. La ministre portugaise de l’Agriculture, membre du gouvernement socialiste d’Antonio Costa, fait de la conclusion d’un accord interinstitutionnel sur la réforme de la PAC au printemps sa priorité. Ce petit pays, dont la couleur politique est minoritaire au Conseil, va faire face à une série d’obstacles. , Réforme de la PAC : les sept défis de la présidence portugaise - Contexte

Traductions du mot « réforme »

Langue Traduction
Anglais reform
Espagnol reforma
Italien riforma
Allemand reform
Chinois 改革
Arabe اعادة تشكيل
Portugais reforma
Russe реформа
Japonais 改革
Basque erreforma
Corse riforma
Source : Google Translate API

Réforme

Retour au sommaire ➦

Partager