Réformation : définition de réformation


Réformation : définition du Wiktionnaire

Nom commun

réformation \ʁe.fɔʁ.ma.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de réformer, de rétablir dans l’ancienne forme ou d’établir dans une forme nouvelle, jugée meilleure.
    • En 1660 Colbert lance la réformation du domaine royal en Bretagne : il s'agit de vérifier l'ensemble des déclarations de propriété (les aveux [1]) des sujets du roi, depuis le paysan relevant directement du domaine royal (rare) jusqu'au puissant seigneur (le baron de Quimerch à Bannalec, le baron de Laz à Laz).
    • Troisième mesure : créer une chambre de justice de 1662-1669, pour rechercher tous les abus et malversations commises depuis trente ans, et notamment pour rechercher les roturiers enrichis qui ont acheté des terres, pris des particules et qui en s'agrégeant à la noblesse se sont dispensé de payer des impôts. Il y a donc la grande réformation de la noblesse : les nobles doivent prouver qu'ils sont nobles. S'ils ne le peuvent, ils payent une amende de 2 000 livres. Cela restitue plus de 100 millions de livres au trésor. — (cliohist.net)
    • Le recours en réformation devant le tribunal administratif est un recours au fond par lequel le contribuable peut attaquer les décisions prises par le directeur des contributions directes. — (Administration des contributions directes du Grand-Duché de Luxembourg.)
    • Une décision peut être motivée par plusieurs causes de réformation. Les données ci-après recensent globalement les principales irrégularités rencontrées ayant amené la commission à réformer un compte. — (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques - France)
  2. (Vieilli) Résultat de cette action, réforme.
  3. Changements que les protestants ont apportés à la doctrine et à la discipline de l’Église.
    • À ces antiques attributions, la réformation a encore ajouté la souveraineté spirituelle et le titre de chef de l’Église; …. — (Anonyme, Angleterre. - Administration locale, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • L'Institut d'Histoire de la Réformation de l'Université de Genève, mène des recherches dans le domaine de l'histoire de l'histoire des idées, des institutions et des pratiques de la Réforme (1500-1800). — (Institut d'Histoire de la Réformation)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Réformation : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFORMATION. n. f.
Action de réformer, c'est-à-dire de rétablir dans l'ancienne forme ou d'établir dans une forme nouvelle, jugée meilleure. La réformation des mœurs. La réformation de la discipline. La réformation d'un ordre religieux. La réformation de la justice. La réformation des finances. La réformation d'un jugement, d'une pièce fausse ou altérée, d'un acte de l'état civil, etc. La réformation des abus, La suppression des abus.

RÉFORMATION se dit aussi du Résultat de cette action. Il se dit absolument des Changements que les protestants ont apportés à la doctrine et à la discipline de l'Église. À l'époque de la réformation.

Réformation : définition du Littré (1872-1877)

RÉFORMATION (ré-for-ma-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de corriger, c'est-à-dire de rétablir dans l'ancienne forme ou dans une forme meilleure. Je ne saurais aucunement approuver ces humeurs inquiètes et brouillonnes, qui, n'étant appelées ni par leur naissance ni par leur fortune au maniement des affaires publiques, ne laissent pas d'y faire toujours en idée quelque réformation, Descartes, Méth. II, 3. Au lieu de vaquer à l'étude de soi-même, à la réformation de soi-même, Bourdaloue, Dim. t. II, p. 221. Tout le monde a loué une réformation si utile à toutes les parties [défendre aux greffiers de recevoir de l'argent des parties], Pascal, Prov. VIII. Après ce beau raisonnement, on découvre pourtant les antipodes ; nouvelle réformation à la carte, nouvelle moitié de la terre, Fontenelle, Mondes, 2e soir. On ne vous charge pas de la réformation de l'univers, Massillon, Carême, Immut.

    La réformation des abus, des désordres, le retranchement des abus, des désordres.

  • 2La réformation des monnaies, action de refrapper les monnaies pour en changer l'empreinte ou la valeur, sans les refondre.
  • 3 Absolument. Changements apportés par les protestants à la doctrine et à la discipline catholiques. Ceux qui n'ont pas craint de tenter la réformation par le schisme, Bossuet, Reine d'Anglet. La réformation anglicane fut commencée par le duc de Sommerset et par Cranmer, Bossuet, Var. VII, 82.

REMARQUE

1. À l'origine, réformation était le terme général pour désigner la révolution religieuse du XVIe siècle ; et réforme s'appliquait plus particulièrement à l'œuvre de Zwingle et de Calvin. De nos jours, on emploie assez indifféremment ces deux termes l'un pour l'autre.

2. On dit réforme en parlant des monastères et non réformation.

HISTORIQUE

XIVe s. Quant à la correction ou mutacion des loys et à la reformacion de la policie…, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Si fut ceste refformation dont maint prodomme fut desert [ruiné], Geste de nobles, p. 129.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Réformation : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉFORMATION, RÉFORME, (Synon.) La réformation est l’action de réformer ; la réforme en est l’effet.

Dans le tems de la réformation on travaille à mettre en regle, & l’on cherche les moyens de remédier aux abus. Dans le tems de la réforme, on est réglé, & les abus sont corrigés.

Il arrive quelquefois que la réforme d’une chose dure moins que le tems qu’on a mis à sa réformation. Synon. françois. (D. J.)

Réformation, s. f. (Théolog.) l’acte de réformer ou de corriger une erreur ou un abus introduit dans la religion, la discipline, &c.

C’est à l’Eglise seule qu’appartient le droit de réformation, soit dans les opinions, soit dans les mœurs. Ainsi les conciles de Constance & de Bâle se proposerent de réformer l’Eglise, tant dans son chef que dans ses membres. C’est par la même autorité que le concile de Trente a travaillé utilement à la réformation de la discipline.

Réformation est aussi le nom que les Prétendus réformés ou Protestans donnent aux nouveautés qu’ils ont introduites dans la religion, & le prétexte par lequel ils colorent leur séparation d’avec l’Eglise romaine.

La prétendue réformation fut commencée par l’électeur de Saxe, à la sollicitation de Luther, environ le milieu du xvj. siecle. Voyez Luthéranisme.

Henri VIII. roi d’Angleterre, qui avoit écrit contre cet hérésiarque, démentit bientôt ses sentimens par une conduite toute semblable. Sa passion pour Anne de Boulen, lui fit souhaiter de rompre son mariage avec Catherine d’Arragon ; mariage contracté de bonne foi depuis vingt ans, & sur lequel ce prince n’avoit pas témoigné jusque-là le moindre scrupule. Le pape Clément VII. n’ayant pas voulu prononcer la sentence de divorce qu’Henri VIII. demandoit, celui-ci n’en répudia pas moins sa premiere femme, se sépara de l’Eglise romaine, abolissant la primauté du pape, & s’attribuant à lui-même le titre de chef suprème de l’église anglicane. Il persécuta les catholiques qui ne vouloient pas reconnoître l’autorité qu’il s’arrogeoit à cet égard, fit saisir les monasteres & les autres maisons religieuses, réunit leurs terres au domaine de la couronne, ou les divisa aux nobles & aux gentilshommes. Au reste, il ne s’écarta point des dogmes catholiques, & poursuivit dans ses états les Luthériens & les Calvinistes avec la derniere sévérité. Aussi les anglois pensent-ils que sous son regne la réformation ne fut que commencée ; mais sous celui d’Edouard VI. son successeur, le duc de Sommerset, qui étoit zuinglien, ayant appellé dans le royaume Pierre Martyr, & Bernardin Ochin, on reprit avec plus de chaleur l’ouvrage de la réformation ; on nia la transubstantiation, la présence réelle ; on abolit la messe & le culte des images, & à l’ancienne liturgie on en substitua une nouvelle toute dans les principes de ces nouveaux réformateurs. Le regne de Marie qui succéda, vit détruire tout cet ouvrage, & rétablir la Religion catholique en Angleterre ; mais il fut trop court pour l’affermir ; & la reine Elisabeth qui vint ensuite, consomma le projet de la réformation.

A-peu-près dans le même tems, Calvin, Zuingle, Bucer, Mélanchton, Carlostad & plusieurs autres, s’érigeoient en réformateurs en France, en Suisse, & en diverses parties de l’Allemagne. La Suede, le Danemark, & les Provinces-Unies, se séparerent aussi dans le même siecle de l’Eglise romaine.

On a si savamment écrit sur cette matiere, que nous ne nous étendrons pas à faire sentir combien peu le nom de réformation convient à ces entreprises sur l’autorité de l’Eglise ; nous nous contenterons d’observer que pour entreprendre un aussi grand ouvrage, il falloit au-moins avoir un caractere : or quel caractere, quelle mission légitime avoient Luther & Calvin, & leurs semblables ? Ils ne tenoient pas leur pouvoir de l’Eglise, ils le tenoient encore moins immédiatement de Dieu. La mission extraordinaire dont leurs défenseurs ont voulu les décorer, n’a été soutenue ni de miracles ni de prophéties, ni d’aucune des autres marques qui ont éclaté dans Moïse & dans Jesus-Christ. Quels abus ont-ils prétendu corriger ? La foi de la présence réelle, de la transsubstantiation, du mérite des bonnes œuvres, la priere pour les morts, les jeûnes, les vœux monastiques, le célibat des prêtres, &c. Mais il suffit d’ouvrir l’histoire ecclésiastique pour reconnoître qu’on avoit cru ou pratiqué toutes ces choses dans l’Eglise dès la premiere antiquité ; & que s’il ne tient qu’à se parer du prétexte de réformation & du titre de réformateur, chaque particulier va bientôt renverser tout ce qu’il y a de plus solidement établi en fait de créance ou de morale. C’est ce que n’ont que trop justifié & leurs propres principes, & l’expérience ; leurs principes, en attribuant à chaque particulier le droit de régler sa foi sur l’intelligence qu’il a des écritures, & par-là même, en n’établissant au milieu d’eux aucune autorité légitime pour décider les questions de foi ; l’expérience, par leurs propres variations, & par cette multitude de sectes sorties depuis deux siecles du Protestantisme.

Quant à la réformation d’Angleterre, outre que le titre de chef suprème de l’église anglicane est une usurpation manifeste de la part d’Henri VIII. il est visible, dit M. Bossuet, que le dessein de ce prince n’a été que de se vanger de la puissance pontificale qui le condamnoit, & que sa haine fut la regle de sa foi sur la primauté du pape : aussi n’attenta-t-il rien contre les autres vérités catholiques ; mais les innovations faites sous ses successeurs, portent les mêmes caracteres que celles qui ont été faites par Luther & Calvin ; elles ont eu les mêmes suites. Le nom de réformation est donc à leur égard un titre abusif. Voyez l’histoire des variations de M. Bossuet, sur-tout les liv. VII. & X. & l’ouvrage de M. Nicole, intitulé les Prétendus réformés convaincus de schisme.

Réformation, (Jurisprud.) se dit de ce qui est ordonné pour prévenir quelques abus, ou pour les réprimer.

C’est principalement en matiere d’eaux & forêts que l’on se sert du terme de réformation. Les grands-maîtres en procédant à leurs visites, peuvent faire toutes sortes de réformations, & juger de tous délits, abus & malversations qu’ils trouveront avoir été commis dans leur département, soit par les officiers ou par les particuliers.

Toutes appellations en matiere de réformation d’eaux & forêts, doivent être jugées au siége de la table de marbre par les juges établis pour juger en dernier ressort. Voyez Eaux & Forêts, Table de marbre. (A)

Réformation des monnoies, (Monnoie.) c’est le changement qu’on fait seulement des empreintes des especes, sans en faire la réfonte. Boisard. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Réformation : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « réformation » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « réformation »

Étymologie de réformation - Littré

Prov. reformacio ; espagn. reformacion ; ital. riformazione ; du lat. reformationem, de reformare, réformer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de réformation - Wiktionnaire

Du latin reformatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réformation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réformation refɔrmasjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « réformation »

  • Le remodelage social est une œuvre collective des gouvernants, des organisations de la société civile, des éducateurs sociaux et religieux. A l’œuvre donc tous ensemble pour la réformation du Code pénal vers une société plus juste !   Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Mise au point des auteurs du nouveau Code pénal
  • Son retour sur scène a été l’élément déclencheur de la réformation du groupe, a expliqué, ce mercredi, son comparse, Tony Banks. « Phil a été en tournée depuis deux ans et demi et cela a semblé être un bon moment pour en discuter », a-t-il déclaré à la BBC. Le Telegramme, Le Télégramme - Monde - Reformation surprise de Genesis pour une tournée au Royaume-Uni fin 2020
  • Élisabeth Amalric et Jean-Paul Argyriades ont eu à cœur de la réveiller cette année. En effet, plusieurs commémorations auront lieu : le 970e anniversaire de la naissance de saint Bertrand, le 490e anniversaire de la réformation de cette confrérie et le lancement de l’année jacquaire 2021. Avant le confinement, une assemblée générale constitutive fut organisée et introduite par une conférence. "Cette action s’inscrit dans l’histoire spirituelle, culturelle et identitaire de la cité", soulignait Jean-Paul Argyriades, le président de la confrérie. ladepeche.fr, Saint-Bertrand-de-Comminges. La confrérie de Saint-Bertrand se réveille - ladepeche.fr
  • La Commission a approuvé quatre comptes. Elle a pris huit décisions d’approbation après réformation et quatre décisions d’approbation après réformation et avec modulation. Le montant total des ajustements s’élève à 1,5 million d’euros.  , Examen des comptes de campagne pour les élections européennes de 2019 | Vie publique.fr

Images d'illustration du mot « réformation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réformation »

Langue Traduction
Corse riformazione
Basque erreforma
Japonais 改革
Russe реформация
Portugais reforma
Arabe إعادة تشكيل
Chinois 改革
Allemand reformation
Italien riforma
Espagnol reforma
Anglais reformation
Source : Google Translate API

Synonymes de « réformation »

Source : synonymes de réformation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réformation »


Mots similaires