La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « punch »

Punch

Définitions de « punch »

Trésor de la Langue Française informatisé

PUNCH1, subst. masc.

GASTR. Boisson alcoolisée, flambée ou non, à base de rhum, de gin, de liqueur ou de vin mélangé à du thé, à une infusion, à des jus de fruits, à du lait ou à de l'eau, sucrée et parfumée au citron, à la cannelle. Punch antillais, martiniquais; punch chaud, flambé, froid, glacé; punch au rhum; bol, verre de punch; boire un punch; prendre du punch. C'est le Londres même de 1800, qui s'enrichit de toute la misère continentale, qui attire chez lui l'or de l'Europe, puis court à ses plaisirs; ou bien s'installe autour du grand bol à punch (Morand, Londres, 1933, p. 41):
Punch à la Française. Mettez dans le même bol une bouteille de vieux rhum de la Jamaïque, avec deux livres de sucre royal et concassé, faites-y prendre le feu et agitez le sucre avec une spatule afin qu'il se caramélise en brûlant avec le rhum; après diminution d'un tiers du liquide, mélangez dans le même bol avec ce rhum quatre pintes de thé Sou-Chong, qui doit être bouillant, joignez-y le suc de huit citrons et de douze oranges bien mûres. Gdes heures cuis. fr., A. Dumas, 1872, p. 176.
En compos. Punch-cocktail. Le Rhum A Punch Spécial Punch-cocktails (Publicité L'Express, 16 mai 1981, p. 61).
P. méton. Réunion, cocktail au cours duquel on offre du punch à ses invités. Punch d'honneur. Est-ce qu'en son absence les Tarasconnais ne s'étaient pas avisés d'organiser un punch d'adieu par souscription pour les lapins qui allaient partir! (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p. 81).Il retournait volontiers chez les MM. Descambos, et, la veille de son départ, il offrit un punch à tout le comptoir (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 16).
REM.
Ponce, subst. fém.,var. région. (Canada). Certaines ponces contiennent parfois plus d'alcool que d'autres ingrédients (Dubuc.-Boul.Québéc.1983, p. 146).
Prononc. et Orth.: [pɔ ̃:ʃ]. Homogr. punch2. Ac. 1762: ponche; 1798: punch, ponche; dep. 1835: punch; Littré: punch, ponche ,,on l'a d'abord fait féminin et écrit ponche``; Rob., Lar. Lang. fr.: punch. Plur. des punchs (Rob. 1985). Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 290: un ponch, plur. des ponchs. Étymol. et Hist. 1. [1653 Bolleponge est un mot anglois (Boullaye-Le-Gouz, Voyages, 516 ds Bonn., p. 112) v. bol2étymol.]; 1674 Punch ([H. Justel], Rec. de divers voyages faits en Afrique et en l'Amérique, 55 ds Höfler Anglic.); 1688 ponche (M. J. de La Courbe, Premier voyage... fait a la coste d'Afrique en 1685, v. 1688, p.p. P. Cultru, 1913, 199, ibid.); 2. 1837 « réunion, réception où l'on boit du punch » (Barb. d'Aurev. Memor. 1, p. 154). Empr. à l'angl.punch, prob. simultanément dans la région des Antilles et sur les côtes d'Afrique occidentale, avec notamment une francisation sous la forme ponche qui ne peut être considérée comme exclusive des récits se rapportant à une seule de ces deux régions (cf. König, pp. 170 et sqq. et Arv., pp. 418 et sqq.). L'angl. punch att. dep. 1632 serait, selon le voyageur britannique de la fin du xviies. J. Fryer, empr. au marathe ou hindi pānch « cinq », cette boisson étant composée de cinq ingrédients à l'origine; toutefois, cette dernière affirmation n'est pas certaine et le passage de panch à l'angl. punch fait difficulté du point de vue phonét. (NED, Klein Etymol., v. aussi König, pp. 170 et sqq. et Arv., pp. 418 et sqq.). Bbg. Boulan 1934, pp. 100-101; p. 118. − Quem. DDL t. 5, 6, 9, 21.

PUNCH2, subst. masc.

A. − SPORTS (boxe). Aptitude d'un boxeur à décocher un coup violent, précis, capable de mettre l'adversaire hors de combat. Avoir du punch. Chez Assane Diouf, on trouve le talent du virtuose (...). Ses déplacements rapides, sa précision, son punch enfin sont les principaux atouts de son jeu (L'Œuvre, 20 avr. 1941).
P. ext. Réserve de force qui permet à un sportif, à une équipe d'accomplir l'effort nécessaire au moment voulu, à faire preuve de mordant et d'efficacité. Il n'a plus le punch, ce je ne sais quoi dans la nature de sa balle qui en assurait l'efficacité (L'Auto, 27 sept. 1933, p. 4 ds Grubb Sports 1937, p. 58).
B. − Au fig., fam. Dynamisme d'une personne, efficacité, ardeur combative, capacité de riposte. Manquer de punch. Comme ils allaient se quitter, Marchesseau dit simplement à Lucien: « Tu as un fameux punch! » et Lucien répondit: « C'était un Juif » (Sartre, Mur, 1939, p. 209).« Vous n'avez pas le punch, que voulez-vous! » Remarque le neveu de Ganse, avec pitié (Bernanos, Mauv. rêve, 1948, p. 901).Ah! fit Gretel [à Max] (...) ce ne sont peut-être pas des hommes du monde, mais ce... comment l'appelez-vous? Mouchet... quel punch! (Vialar, Dansons, 1950, p. 200).[En parlant d'une chose] Propos, discours qui ont du punch; spectacle qui manque de punch.
Prononc. et Orth.: [pœn(t)ʃ]; Pt Rob., Lar. Lang. fr.: [pœnʃ]; Warn. 1968: [pœntʃ]; Martinet-Walter 1973 (9/17): [pœnʃ]. Homogr. punch1. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 290: un puntch, plur. des puntchs (et puntcheur). Étymol. et Hist. 1. 1909 « coup de poing sec et dur » (La Vie au grand air, 30 oct., 324c ds Höfler Anglic.); 2. 1909 « aptitude d'un boxeur à porter des coups secs et décisifs » (La Boxe et les boxeurs, 8 déc., 3a, ibid.); 3. 1933 « aptitude à réagir vivement, puissance » (Tennis et Golf, 1erjuill., 10 d'apr. Grubb Sports, p. 58). Empr. à l'angl.punch « coup direct et puissant, gén. donné avec le poing » (1578, NED) d'où, au fig. « force, vigueur (dans tout domaine) » (1911 ds NED Suppl.2), du verbe to punch « poinçonner, percer » (xves., NED) d'où « frapper du poing » (1530, Palsgr., p. 670) qui semble apparenté à to pounce « graver en relief, repousser, estamper » représentant peut-être une abrév. à partir du moy. angl. ponson, ponsyon, angl. puncheon « instrument destiné à graver ou à percer », de l'a. fr. d'où est issu le fr. mod. poinçon*.
STAT.Punch1 et 2. Fréq. abs. littér.: 275. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 593, b) 563; xxes.: a) 310, b) 174.
DÉR.
Puncheur, subst. masc.Boxeur qui a du punch. Le boxeur scientifique qu'il était exclusivement, est devenu un « puncheur » redoutable, dont les coups ne pardonnent pas (Miroir des sports, 31 mai 1923, p. 337, col. 1). [pœn(t)ʃ œ:ʀ]; Martinet-Walter 1973 6/17 [-ntʃ œ:ʀ]. Pt Rob., Lar. Lang. fr. [-nʃ œ:ʀ]. Prop. Catach-Golf., v. supra. 1reattest. 1923 supra; de punch, suff. -eur2.
BBG.Becker 1970, p. 216. − Bonn. 1920, pp. 112-113. − Quem. DDL t. 6 (s.v. puncheur).

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

punch \pɔ̃ʃ\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Boisson ordinairement composée de rhum ou d’eau-de-vie, d’infusion de thé, de jus de citron et de sucre.
    • Ces précautions prises, il parut moins inquiet et fit venir un bol de punch. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848)
    • Mon Dieu, avec un bol de punch et des gâteaux on le régalera, car, Popinot, pas de farces : je voyagerai sans commission ni frais, vos concurrents paieront, je les dindonnerai. — (Honoré de Balzac, Histoire de la Grandeur et de la Décadence de César Birotteau, 1837, chapitre premier)
    • Voyez-vous, je ne crains qu’une chose, c’est qu’un jour, en allumant votre pipe, vous ne vous allumiez vous-même, ainsi qu’un bol de punch. — (Émile Zola, Le Docteur Pascal, G. Charpentier, 1893, chapitre III)
    • Il arriva à Banon vers huit heures, commanda deux litres de vin de Bourgogne, une livre de cassonade, une poignée de poivre et le bol à punch. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 42)
  2. (Par extension) Grand récipient destiné à contenir du punch.
    • La scène était éclairée par deux énormes punchs qui brûlaient dans des seaux d’écurie et par une profusion de lampes à pétrole et de chandeliers qu’on avait disposés de façon à ne pas laisser un seul coin d’ombre dans cette vaste pièce voûtée. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 100)
  3. (Par extension) Réunion ou fête où l’on offre du punch.
    • C’est une belle fête, les discours prononcés au moment du punch sont ovationnés, surtout l’envolée de Léon Blum. — (Zineb Dryef, Code du travail, le pavé de la discorde, Le Monde. Mis en ligne le 27 octobre 2017)
    • Après la partie, un punch d’honneur a été offert par l’Étoile Sportive aux joueurs Perpignanais, au grand café de l’Union, siège de la société. — (Le Rappel catalan (Perpignan) du 1er février 1912)

Nom commun 1 - français

punch \pœntʃ\ masculin

  1. Puissance de frappe importante pour un boxeur.
    • Il a du punch.
  2. Efficacité, dynamisme.
    • Avoir du punch.
  3. (Québec) Point déterminant d’une histoire, dénouement, intrigue.
    • Le punch d’un film.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PUNCH. (On prononce Ponche.) n. m.
Mot emprunté de l'anglais. Sorte de boisson ordinairement composée de rhum ou d'eau-de-vie, d'infusion de thé, de jus de citron et de sucre. Punch au rhum. Punch à l'eau-de-vie. Punch à la romaine, à la glace. Un bol de punch. Un verre de punch. Boire, prendre du punch. Il se dit, par extension, d'une Réunion où l'on offre le punch à une personne pour la fêter. Un punch d'honneur.

Littré (1872-1877)

PUNCH (ponch) s. m.
  • Mélange de thé et d'eau-de-vie ou de rhum, avec du jus de citron et du sucre ; on le fait brûler. Les divers punchs. Lequel avait, pour charmer sa tristesse, Trois chiens courants, du punch et sa maîtresse, Voltaire, Guerre de Gen. III. Tandis que le punch s'allume, Chauffons-nous, chauffons-nous bien, Béranger, Hiver.

    Punch de dames, punch très doux, où l'eau-de-vie se fait peu sentir.

    Se dit aussi de boissons composées de vin blanc ou rouge : punch à la portugaise, à la Dupony.

    On le trouve écrit aussi ponche, dans Brillat-Savarin.

    On l'a d'abord fait féminin et écrit ponche. Il nous fit servir [le commandant hollandais] de la bierre, du vin de Madère, de la ponche et du pain d'épices, Labat, Voy. aux Antilles, t. VIII, p. 361.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PUNCH, s. m. boisson angloise ; il s’en fait de plusieurs sortes qui different soit par la composition, ou par les ingrédiens dont on se sert. Le punch simple se fait avec une partie de rhum ou de taffia, & trois parties de limonnade composée d’eau claire, de citron & de sucre ; on y met une petite croûte de pain brûlé, un peu de muscade rapée, & un morceau d’écorce de citron. On peut rendre le punch plus ou moins fort en augmentant ou diminuant la dose du rhum, suivant le goût des personnes ; cette boisson est fort agréable, mais il faut s’en mésier, sur-tout lorsqu’elle est chargée de liqueurs spiritueuses.

Le punch au rach ne differe du précédent que par l’espece de liqueur qu’on y met au lieu de rhum.

Pour faire un punch délicat, fort agréable, & dont les dames font grand cas, il faut, à la place des liqueurs précédentes, substituer de l’eau des barbades, ou de l’eau divine en quantité modérée ; passer le tout au-travers d’une mousseline très-propre, & y ajouter quelques gouttes d’essence de canelle & de l’eau de fleur d’orange.

Punch chaud. Pour le faire, on met dans un grand pot de terre vernissé & bien propre quatre ou cinq parties d’eau claire, & une partie de rhum ou de bonne eau de-vie, du sucre à proportion, de la cannelle à volonté concassée en morceaux, un peu de muscade, & lion fait bouillir le tout pendant cinq à six minutes. Le vase étant retiré de dessus le feu, il faut promptement casser un ou deux œufs, & mettre le blanc & le jaune ensemble dans la liqueur, l’agitant fortement avec un moussoir à chocolat ; on la fait encore chauffer un peu sans cesser le mouvement du moussoir, ensuite de quoi on verse cette espece de brouet dans de grandes tasses de porcelaine pour le boire chaud ; c’est un très-bon restaurant dont on peut user après des veilles & des fatigues.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « punch »

Angl. punch, qui est un mot persan : panj, cinq (voy. CINQ) : boisson composée de cinq ingrédients, thé, sucre, eau-de-vie, cannelle et citron.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dans les deux cas, de l’anglais punch, le premier étant issu de l’ancien français, le second de l’hindi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « punch »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
punch pœntʃ

Citations contenant le mot « punch »

  • Epatez vos convives en leur servant un cocktail venu tout droit des Antilles. Le punch planteur vous rafraîchira et dès la première gorgée, vous aurez l'impression de voyager sous le soleil des tropiques. Le rhum blanc Old Nick, élaboré à partir des meilleures cannes à sucre, est idéal pour la préparation de ce cocktail. Partagez cette boisson des îles avec votre entourage ! Demotivateur, Recette punch planteur

Images d'illustration du mot « punch »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « punch »

Langue Traduction
Anglais punch
Espagnol puñetazo
Italien punch
Allemand schlagen
Chinois 冲床
Arabe لكمة
Portugais soco
Russe перфоратор
Japonais パンチ
Basque zulatu
Corse punch
Source : Google Translate API

Synonymes de « punch »

Source : synonymes de punch sur lebonsynonyme.fr

Punch

Retour au sommaire ➦

Partager