Prostituer : définition de prostituer


Prostituer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PROSTITUER, verbe trans.

I.− Empl. trans.
A.−
1. Déshonorer, déprécier quelque chose par l'usage indigne ou intéressé que l'on en fait. Prostituer son nom, son image, son talent, sa plume. La modestie obligée du lecteur, les applaudissements obligés des spectateurs, tout cela me glace; et j'ai juré de brûler mes œuvres plutôt que de les prostituer d'une manière aussi ridicule (Leclercq, Prov. dram.,Manie prov., 1835, 6, p. 33).Je ne me tiendrai pour apostat que le jour (...) où je prostituerais ma vie à des choses inférieures, et où je deviendrais le compagnon des joyeux de la terre (Renan, Avenir sc.,1890, p. 491).V. acclamer ex. 10 :
1. Nous ne savons que trop ce que deviennent dans la violence des débats (...) ces valeurs idéales, toutes ces créatures supérieures de la parole abstraite et de la pensée la plus détachée, − l'Ordre, la Raison, la Justice (...) − quand enfin ces augustes verbes, prostitués aux entreprises des factions, sont vociférés sur la voie publique, ignoblement hurlés et écartelés par les crieurs... Valéry, Variété IV,1938, p. 167.
2. Dégrader, abaisser quelque chose par un usage déplacé, détourné ou dévoyé. Jamais le talent qu'il [l'architecte] possède ne doit être prostitué à une idée fausse, ridicule, ou contraire aux véritables intérêts de son client (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p. 255).On ne peut continuer à prostituer l'idée de théâtre qui ne vaut que par une liaison magique, atroce, avec la réalité et avec le danger (Artaud, Théâtre et son double,1938, p. 106):
2. Le taureau fixa sur lui son regard; ils croisèrent leurs regards. Dire que dans cet instant il y eut quelque chose de solennel, ce n'est pas prostituer cet adjectif; et Alban se perdait dans le visage bovin. Montherl., Bestiaires,1926, p. 496.
B.− Obliger ou inciter une personne à satisfaire l'appétit sexuel d'une autre pour des motifs d'intérêt, par goût de la débauche ou dans le cadre de pratiques rituelles; en partic., livrer une personne à la prostitution publique. [La raison naturelle] qui nous prescrit à nous de veiller sur les mœurs de nos enfans, et qui permettoit aux Grecs, à ces Grecs si polis et si ingénieux, de prostituer leurs filles dans les temples (Bonald, Législ. primit.,t. 1, 1802, p. 146).Je suis celui que vous avez vendu, livré, déshonoré; je suis celui dont vous avez prostitué la fiancée (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 752).L'Algemeie Dagblad [journal hollandais] cite (...) le cas du propriétaire d'un bureau de rencontre, traîné il y a quelques temps devant les tribunaux. Il prostituait ses enfants et payait ces derniers de jouets en retour (Libération,10 sept. 1984, p. 25, col. 5).
P. métaph. On ne compte plus les promoteurs-proxénètes qui prostituent la province en la « modernisant » (Le Nouvel Observateur,22 sept. 1975, p. 3, col. 1).
II.− Empl. pronom.
A.−
1. Accomplir par intérêt ou par obligation une tâche dégradante, déshonorante ou rebutante; renoncer à sa dignité pour des motifs d'intérêts. Homais inclina vers le pouvoir. Il rendit secrètement à M. le préfet de grands services dans les élections. Il se vendit enfin, il se prostitua (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 205).Je suis clown, monsieur (...) ridicule pitre, qui me suis prostitué aux rires du vulgaire (Richepin, Quatre pts rom.,1882, p. 55):
3. Au seul point de vue de l'histoire des Lettres françaises, il n'est pas inutile qu'on sache de quelle manière la génération des vaincus de 1870 a pu traiter un écrivain fier qui ne voulait pas se prostituer. Bloy, Journal,1898, av.-pr., p. 13.
2. Se livrer aux désirs sexuels d'une personne, le plus souvent pour des motifs d'intérêt; en partic., se livrer à la prostitution publique. La femme Cuche, cette misérable abandonnée qui se prostituait à tous les hommes, dans les trous de la côte, pour trois sous ou pour un reste de lard (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1004).De la difficulté de se prostituer, tant à voile qu'à vapeur, même quand on est beau et jeune. Au-delà de la chronique « scandaleuse » des aventures d'un gigolo texan « monté » à New York, ce film [Midnight cow-boy] devient très vite, par bonheur, le lamento de tous les non-intégrés que la société rejette (Le Nouvel Observateur,13 oct. 1969, p. 7, col. 1).V. prostitué ex. 1 :
4. Mon amour était trop pur et trop céleste; il n'était pas fait pour une femme qui s'est honteusement prostituée, qui a vendu son corps et ses caresses à un mari riche. Karr, Sous tilleuls,1832, p. 302.
B.− P. métaph. ou au fig. Synon. de se déprécier, se vendre.Aujourd'hui, et sous l'empire, de jour en jour plus envahissant, des passions mercantiles, il est manifeste que la littérature se rapetisse, se corrompt, se dégrade, se prostitue (L. Blanc, Organ. trav.,1845, p. 230):
5. ... dans l'espèce comme dans l'homme, toute grande veine créatrice s'épuise à la manière de l'amour, quand les sens et le sentiment se séparent les uns des autres et que le geste créateur, de plus en plus habile, devient de moins en moins ardent et de plus en plus appuyé. Par degrés il se prostitue. Faure, Espr. formes,1927, p. 131.
Prononc. et Orth. : [pʀ ɔstitɥe], (il se) prostitue [-tu]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1380 « déshonorer quelque chose par l'usage indigne qu'on en fait » (Jean Le Fevre, La Vieille, 87 ds T.-L.); b) 1666 en parlant d'un écrivain (Furetière, Roman Bourgeois, 379 ds IGLF : les pauvres auteurs qui ont prostitué leur nom et leur plume pour leur réputation); c) 1688 prostituer son honneur (Rich. t. 2); 2. 1530 « livrer à la débauche » (Jean Bouchet, Les Triumphes de la noble et amoureuse dame, 145 ds La Curne). II. Verbe pronom. 1. 1560 « s'exposer à quelque chose » (E. Pasquier, Pour parler du Prince ds Hug.); 2. 1618 « se livrer à la débauche » en parlant d'un homme (D'Aubigné, Hist., II, 439 ds Littré); 1671 en parlant d'une femme (Pomey); 3. 1775 « se livrer d'une manière dégradante à quelque chose » (Beaumarchais, Mémoires II, 105 ds IGLF : S'il [le célèbre avocat] épouse les bonnes causes, il ne se prostitue pas aux mauvaises). Empr. au lat. prostituere « placer devant; exposer aux yeux » fig. « déshonorer, salir », comp. de pro- « devant » et statuere « poser, placer ». Fréq. abs. littér. : 137.

Prostituer : définition du Wiktionnaire

Verbe

prostituer \pʁɔs.ti.tɥe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se prostituer)

  1. Avoir un rapport sexuel contre rémunération, vendre des services sexuels.
    • Elle prostitue sa fille.
    • Elle l’a prostituée pour de l’argent à un vieillard dépravé.
    • Elle s’est prostituée dès son plus jeune âge.
  2. (Figuré) Ravaler, déshonorer par un usage indigne, avilir.
    • C’est prostituer son honneur que d’agir aussi bassement.
    • Un juge accessible à la corruption prostitue la justice, la magistrature.
    • Cet écrivain se prostitue, il vend sa plume.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prostituer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROSTITUER. v. tr.
Livrer à la débauche. Il se dit d'une Personne qui, par intérêt, oblige ou engage une femme ou une fille à se livrer à la débauche publique. Elle a prostitué elle-même sa fille. Elle l'a prostituée pour de l'argent à un vieillard dépravé. Elle s'est prostituée dès son plus jeune âge. Elle s'est prostituée à ce misérable. Fig., Cet écrivain se prostitue, Il vend sa plume.

PROSTITUER s'emploie figurément, en parlant des Choses qu'on ravale, que l'on déshonore par l'usage indigne qu'on en fait. C'est prostituer son honneur que d'agir aussi bassement. Un juge accessible à la corruption prostitue la justice, la magistrature, prostitue sa dignité. Le participe passé s'emploie adjectivement. Une femme, une fille prostituée. Il s'emploie plus ordinairement comme nom. Une prostituée. Dans le langage religieux, Babylone la grande prostituée, La Rome païenne.

Prostituer : définition du Littré (1872-1877)

PROSTITUER (pro-sti-tu-é) v. a.

je prostituais, nous prostituions, vous prostituiez ; que je prostitue, que nous prostituions, que vous prostituiez.

  • 1Livrer à l'impudicité. Dis-lui qu'à tout le peuple on va l'abandonner ; Tranche le mot enfin, que je la prostitue, Corneille, Théod. II, 7.

    Prostituer son honneur, en parlant d'une femme, se livrer à l'impudicité.

  • 2 Fig. Mettre dans un avilissement comparé à la prostitution, déshonorer par un indigne usage. Un juge accessible à la corruption prostitue sa dignité. Nous ne faisons jamais de serments, pas même en justice : nous pensons que le nom du Très Haut ne doit pas être prostitué dans les débats des hommes, Voltaire, Dict. phil. Quakers, I. Ceux qui… Ont prostitué l'âme aux vils baisers du corps, Lamartine, Socr. 351.
  • 3Se prostituer, v. réfl. Se livrer à l'impudicité. Votre femme se prostituera dans la ville, vos fils et vos filles périront par l'épée, Sacy, Bible, Amos, VII, 17. Justinien avait pris sur le théâtre une femme qui s'y était longtemps prostituée ; elle gouverna avec un empire qui n'a point d'exemple dans les histoires, Montesquieu, Rom. XX. On sait que dans l'Assyrie il y avait des temples de Vénus où les femmes allaient se prostituer par dévotion, Bailly, Hist. astr. anc. p. 504.
  • 4 Fig. Se mettre dans un avilissement comparé à la prostitution. Cet homme se prostitue à la faveur, à la fortune, il est bassement dévoué aux volontés des hommes puissants.

    Cet écrivain se prostitue, il écrit, mentant à sa conscience, selon ce qui convient aux gens puissants, à leurs intérêts, à leurs passions.

HISTORIQUE

XIVe s. Aucuns par grande abusion prostituent et deshonorent moult de dignes choses, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. Si un prince commandoit à un sien sujet de lui prostituer sa femme, Lanoue, 218. Ceux qui sont en sujettion doyvent estre advertis de ne prostituer pas leur obeissance à des commandemens manifestement iniques, Lanoue, 226. Depuis que ce prince [Henri III] s'estoit prostitué à l'amour contre nature…, D'Aubigné, Hist. II, 439. [Les hommes de guerre] s'exposent et prostituent à l'épreuve d'un canon ou artillerie qui n'espargne ni grands ni petits, Pasquier, Recherches, II, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prostituer »

Étymologie de prostituer - Littré

Lat. prostituere, prostituer, proprement exposer, de pro, en avant, et statuere, placer (voy. STATUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de prostituer - Wiktionnaire

(1380) Du latin prostituere (« vendre, se vendre, se prostituer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prostituer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prostituer prɔstitµe play_arrow

Conjugaison du verbe « prostituer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe prostituer

Citations contenant le mot « prostituer »

  • Du côté de la justice, l’enquête démarre en 2016 quand plusieurs collèges de l’île signalent des cas inquiétants de déscolarisation d’adolescentes, soupçonnées de se prostituer. Un énorme travail d’investigation débute alors, mené par la section de recherche de la gendarmerie sous l’égide du parquet. Le Journal De Mayotte, Un employé de la préfecture condamné pour prostitution de mineure - Le Journal De Mayotte actualité
  • Sans oublier les trois Roumains jugés en audience spéciale par le tribunal correctionnel de Meaux, début septembre, pour avoir - selon l'accusation - obligé des femmes, dont leurs compagnes, à se prostituer à Collégien, en 2018. leparisien.fr, Meaux : la lutte contre le proxénétisme, priorité de la procureure Laureline Peyrefitte - Le Parisien
  • Sharon déambule au maximum deux heures sur le boulevard et il lui arrive "de rentrer avec zéro". Elle bénéficie de l'aide handicapée, insuffisante pour pouvoir prendre sa retraite. Sans avoir jamais cotisé, elle ne touchera rien. Si Sharon refuse de travailler le jour "pour éviter de croiser les enfants", Marie envisage de se prostituer l'après-midi pour boucler les fins de mois. "Je ne peux pas arrêter, qu'est-ce que je vais faire d'autre ?"  midilibre.fr, Pour les prostituées de Montpellier, des nuits violentes, des jours précaires  - midilibre.fr
  • Du 29 juin au 1er juillet, deux jeunes adolescentes ont fait vivre un cauchemar à une autre mineure âgée de 14 ans, en la forçant à se prostituer. La victime avait rencontré les deux adolescentes lors de son précédent placement, où toutes les trois logeaient au foyer de Rubelles près de Melun. La brigade locale de protection de la famille de Melun est intervenue et a interpellé les deux jeunes proxénètes présumées, selon les informations du quotidien La République de Seine-et-Marne.  ladepeche.fr, À Melun, une adolescente de 14 ans forcée de se prostituer par deux autres mineures - ladepeche.fr

Traductions du mot « prostituer »

Langue Traduction
Corse prostituta
Basque prostituta
Japonais 売春婦
Russe девушка легкого поведения
Portugais prostituta
Arabe بائعة هوى
Chinois 妓女
Allemand prostituierte
Italien prostituta
Espagnol prostituta
Anglais prostitute
Source : Google Translate API

Synonymes de « prostituer »

Source : synonymes de prostituer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires