La langue française

Professeur

Sommaire

  • Définitions du mot professeur
  • Étymologie de « professeur »
  • Phonétique de « professeur »
  • Citations contenant le mot « professeur »
  • Images d'illustration du mot « professeur »
  • Traductions du mot « professeur »
  • Synonymes de « professeur »
  • Antonymes de « professeur »

Définitions du mot professeur

Trésor de la Langue Française informatisé

PROFESSEUR, subst. masc.

Personne qui enseigne une discipline, une technique, un art.
A. − Personne dont la profession est d'enseigner, qui a pour cela les connaissances et les diplômes qui la rendent apte à cette fonction dans une ou plusieurs disciplines. Être professeur; bon, mauvais, éminent professeur; jeune, vieux professeur; être nommé, devenir professeur; une chaire, un poste de professeur. Depuis que certains professeurs m'ont appris que Voltaire n'entendait rien à la poésie, que Grétry ne savait pas la musique, et que Rubens dessinait très-mal, je me défie du jugement, ou plutôt de la bonne foi des gens du métier (Jouy, Hermite,t.3, 1813, p.317).Son père, ancien professeur de physique à Saint-Louis, avait fait de nécessité vertu en quittant Paris, où la vie commençait à être lourde avec quatre enfants et des appointements modestes (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p.39).Elle lui tendit un croquis maladroit où il était reconnaissable et méchamment caricaturé. Sitôt, il se mit en quête d'un professeur de dessin et découvrit un copiste maniaque (Péladan, Vice supr.,1884, p.15).
SYNT. Professeur de français, de mathématiques, de chimie, d'histoire, de géographie, de philosophie, de langues; professeur de médecine, de théologie, de droit, de lettres; professeur de gymnastique, de danse, de musique; professeur de judo, de ski, de tennis; professeur de collège, de lycée, d'université, de faculté; professeur au petit, au grand Séminaire, à la Sorbonne, au Collège de France, au conservatoire; professeur de sixième, de terminale.
[Dans l'Éducation Nationale] Enseignant(e) du second degré ou du supérieur, titulaire d'un grade universitaire ou d'un titre acquis par concours lui conférant ce titre. Professeur adjoint, associé, invité, suppléant; conseil des professeurs; salle des professeurs; professeur de l'enseignement secondaire, supérieur. Le conseil de faculté comprend les professeurs titulaires et a notamment pour fonction de présenter des candidats aux chaires vacantes (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p.315):
1. Les professeurs des établissements publics de l'enseignement technique (à l'exception des professeurs de l'enseignement technique supérieur et des centres d'apprentissage) sont groupés en deux corps, le corps des professeurs agrégés et assimilés, le corps des professeurs certifiés. Encyclop. éduc.,1960, p.331.
En partic. Professeur + n. patronymique.[S'emploie plus partic. pour un professeur de la faculté de Médecine] Professeur de l'enseignement supérieur. C'est l'opinion du professeur Boule, qui fait autorité en matière de paléontologie humaine (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p.187).
Élève-professeur. Celui, celle qui à la suite d'un concours est habilité(e) à suivre une formation pour acquérir le titre de professeur, cette formation étant généralement rémunérée par l'État et faisant l'objet d'un contrat par lequel l'intéressé(e) doit un certain nombre d'années de service à l'Éducation Nationale. Chaque institut rassemble les élèves-professeurs qui se destinent à l'enseignement dans les lycées, les collèges classiques ou modernes, les écoles normales primaires, les écoles nationales professionnelles et les collèges techniques «en vue de l'acquisition d'un titre habilitant à l'enseignement» (Encyclop. éduc.,1960, p.376).
Rem. Ce terme, sauf à l'oral, ne s'emploie pas avec un déterm. fém. (contrairement à prof), mais avec un déterm. masc. pour les deux sexes: J'ai une petite amie, professeur dans un lycée de province. Elle serait enfermée dans une geôle sans air qu'elle ne serait pas plus seule et plus étouffée (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p.1226). Certains aut. ont cherché à introduire les termes professeuse ou professoresse (infra rem.) qui ne sont pas passés dans le lang. cour., ou bien ont cherché des tournures qui permettaient d'introduire une notion de fém.: L'évêque Espelette ressemble à n'importe quelle dame professeur à l'institut des jeunes filles d'Ostrov (Bernanos, Joie, 1929, p.624).
B. − Personne qui transmet un savoir-faire, des connaissances dans un domaine quelconque. Car je sais lire à présent! J'ai appris très vite, paraît-il! C'est grand-père qui a été mon professeur (Gyp, Souv. pte fille,1927, p.59).J'ai dévoré ce livre en trois jours; aussi aurais-je bien mauvaise grâce à ne pas reconnaître en Renan le plus amusant des professeurs (Green, Journal,1933, p.151):
2. Quand on a bien et copieusement déjeuné, si on avale sur le tout une ample tasse de bon chocolat, on aura parfaitement digéré trois heures après, (...) j'ai fait tenter cette expérience à bien des dames, qui assuraient qu'elles en mourraient; elles s'en sont toujours trouvées à merveille, et n'ont pas manqué de glorifier le professeur. Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.117.
P. anal., souvent péj. Personne qui cherche à propager, à imposer certains principes, certaines idées ou doctrines. Synon. maître.Professeur d'athéisme, de vertu, de sagesse. Pour observer la vertu, je me détourne des professeurs de puritanisme et des Don Quichotte de la morale (Amiel, Journal,1866, p.434).Nous sommes tous professeurs, dogmatiques, puisque nous faisons de la propagande pour nos idées (Renard, Corresp.,1889, p.100).
[Avec une connotation iron.] Rocambole, en robe de chambre, était étendu tout de son long sur un divan et regardait son ancien professeur en fourberies (Ponson du Terr., Rocambole,t.4, 1859, p.117).Ces professeurs de bonheur à bon marché cherchent un monde net de responsabilités et de fautes, où l'instinct sanctifie sans effort et délivre du reproche (Mounier, Traité caract.,1946, p.709).
P. anal. Ce qui apprend quelque chose à quelqu'un. Ah! les oiseaux, les chiens, les lapins! Que ces humbles professeurs de bon sens, tous silencieux, tous soumis aux décrets éternels, sont au-dessus de notre vaine et froide connaissance! (Delacroix, Journal,1852, p.471).[Le talent de bien dire] est le professeur de l'espèce humaine et le secrétaire de l'esprit humain (Taine, Nouv. Essais crit. et hist.,1865, p.110).
Arg. ,,Vieille courtisane qui excelle à faire l'éducation des petits jeunes gens`` (France 1907; v. aussi Larch. Nouv. Suppl. 1889, p.196).
REM. 1.
Professeuse, subst. fém.,synon.Les seuls visages féminins que je voie, sans compter les professeuses, comme on dit ici, sont la femme de mon maître d'allemand et MlleW, fille d'un métaphysicien très-profond (J.-J. Ampère, Corresp.,1827, p.418).[Au Canada] Au primaire, on est instituteur ou institutrice à l'exception des spécialistes qui eux (elles) conservent le nom de professeurs ou professeuses (Le Devoir,5 nov. 1983, p.14, col. 5).
2.
Professoresse, subst. fém.,synon.Ces yeux, de la couleur de l'eau des lavoirs, avaient la langueur pâmée des sentimentales professoresses du septentrion (Bloy, Femme pauvre,1897, p.99).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔfεsoe:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1337 «celui qui enseigne (un art, une science)» (A. N. S 93, pièce 26: proffesseur en loys). Empr. au lat. professor «celui qui se déclare expert dans un art ou une science» d'où «professeur de, maître de», v. professer. Fréq. abs. littér.: 3773. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2795, b) 5636; xxes.: a) 6629, b) 6653. Bbg. Arrivé (M.). Maître, instituteur, professeur. Fr. Monde. 1966, no44, pp.37-39. _Boel (E.). Le Genre des n. désignant les professions et les situations fém. en fr. mod. R. rom. 1976, t.11, p.42. _Gall. 1955, 190-191.

Wiktionnaire

Nom commun

professeur \pʁɔ.fɛ.sœʁ\ ou \pʁɔ.fe.sœʁ\ masculin et féminin identiques (pour une femme on peut dire : professeure, professeuse)

  1. (Éducation) Personne qui enseigne une science ou un art.
    • Ainsi, quoiqu’il y ait un grand nombre de femmes qui professent, qui gravent, qui composent, qui traduisent, etc., on ne dit pas : professeuse, graveuse, compositrice, traductrice, etc., mais bien professeur, graveur, compositeur, traducteur, etc., par la raison que ces mots n’ont été inventés que pour les hommes qui exercent ces professions. — (Louis-Nicolas Bescherelle, Grammaire nationale, L. Bourgeois-Maze, Paris, 1834, page 38)
    • L’abondante littérature idyllique des professeurs de rhétorique est évidemment une pure vanité. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre VII, La morale des producteurs, 1908, page 363)
    • La professeur jouait le rôle de mère, de guide, d’avocate, et en même temps elle devait s’occuper des élèves qui lui demandaient en bafouillant à qui ils devaient s’adresser pour avoir un permis de conduire ou comment obtenir un prêt pour acheter un téléviseur. — (Carlos Liscano, La Route d’Ithaque, traduit de l’espagnol uruguayen par Jean-Marie Saint-Lu, Belfond, 2012)
    • Elle demanda ensuite à la jeune fille si elle était du coin. — Oh pour ça, oui ! J’ai passé les vingt petites années de ma vie à Waikiki beach, dont les quinze dernières à faire du surf. Je suis d’ailleurs professeur de surf [...]. — (Houda Khattabi, Le Retour de Nataryia, Saint-Denis, Société des Écrivains, 2010, page 66)
    1. (Enseignement) Personne qui enseigne dans l’enseignement secondaire, à savoir le collège et le lycée.
      • Une fois, par exemple, Guido a proposé à la professeur de latin de nous faire lire des livres entiers au lieu des habituels extraits bourrés de problèmes grammaticaux, pour que nous prenions un minimum de plaisir au travail de traduction. — (Andrea De carlo, Deux sur deux, Paris, HC éditions, 2018)
      • Professeur de philosophie, de mathématiques.
    2. (Enseignement supérieur) Personne titulaire d’une chaire en Université, ou grandes écoles.
      • Lorsque le célèbre professeur prononce la brochette de mots « maladie orpheline, incurable, pour l'instant, et pas mortelle », j'ai l'impression qu'il fait un exposé à ses étudiants sans penser à l'impact de ses paroles sur l'être humain qui lui fait face. — (Sophie Bennarosh, Maladie de Lyme, empoisonnement aux métaux lourds : Non, ce n'est pas dans ma tête ..., ni dans la vôtre, Éditions Leduc.s, 2017, page 29)
      • Je tiens à remercier Madame le Professeur Maryse BAUDREZ et Monsieur le doyen, le professeur Thierry DI MANNO, pour leur aide, ainsi que leur soutien. — (Khair Al Deen Kadhim OBBED, Les Effets de l’Internet sur les règles de conflit de compétence internationale, université de Toulon, 28 juin 2016, page 3, consulté le 8 juillet 2018)
  2. Titre obtenu à l’issue d’un cursus universitaire, permettant d’encadrer des recherches académiques et universitaires.
    • Le professeur Léon Schwartzenberg vient d’annoncer que le célèbre imitateur souffre d’un cancer des voies respiratoires et que le traitement chimiothérapique l’oblige à annuler son spectacle au palais des Congrès, qui devait débuter la semaine prochaine à guichets fermés. — (Chronique du 21 octobre, Éditions Chronique, 2013)
  3. Personne qui professe une doctrine.
    • Le poète doit être un professeur d’espérance. — (Jean Giono, L’Eau vive, 1956).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PROFESSEUR (pro-fè-seur) s. m.
  • 1Celui qui enseigne les lettres, une science, un art. Professeur en droit. Professeur de chant. Il [Arminius] trouva un terrible adversaire en la personne de François Gomar, professeur en théologie dans l'Académie de Leyde, rigoureux calviniste, s'il en fut jamais, Bossuet, Variat. XIV, 18. Budé, Turnèbe, Ramus, Lambin, Muret, Buchanan, Passerat, Casaubon, tous professeurs dans l'Université ou au Collége royal, Rollin, Traité des Ét. VI, 2e part. II, 3. On sépare un livre de son auteur ; mais on ne peut séparer un professeur de ses leçons, Condorcet, Bucquet.

    Il se dit aussi des femmes. Mlle Agnési fut une mathématicienne célèbre, et professeur à Bologne, Legoarant

    Par dénigrement, on a fait le féminin professeuse. Tite Live ne dit pas assurément qu'elles [des empoisonneuses] réduisirent cet art en préceptes… il ne parle point de cent soixante-dix professeuses en sublimé corrosif ou en vert-de-gris, Voltaire, Dict. phil. Empoisonnements.

    C'est un temps de chien et de professeur, c'est un très mauvais temps, à cause que les professeurs sont obligés d'aller donner des leçons quelque temps qu'il fasse.

  • 2 Fig. Il se dit d'un homme, en parlant des doctrines qu'il affecte. Le monde n'a jamais manqué de charlatans : Cette science, de tout temps, Fut en professeurs très fertile, La Fontaine, Fabl. VI, 19. Ceux qui, voulant à tout prix être chefs de faction plutôt que professeurs d'opinions, avaient fondé leur succès sur l'intrigue et la calomnie…, Mirabeau, Collection, t. III, p. 351.
  • 3 Fig. Il se dit de celui qui exerce un art et en fait profession, par opposition au simple amateur. Ce n'est pas un simple amateur de musique, c'est un professeur, Dict. de l'Acad.

REMARQUE

Le féminin professeuse, bien que employé par Voltaire, ne paraît pas devoir réussir. Aujourd'hui, on s'accoutume à dire professeur au féminin, comme on dit une femme auteur.

HISTORIQUE

XIVe s. Cestui livre n'est pas tant seulement pour les professeurs de cest art [chirurgie], mais pour…, Lanfranc, f° 39.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PROFESSEUR. - HIST. Ajoutez :

XVIe s. Quant à ce qui touche la conservation de la religion catholique romaine, par quelle meilleure voye y pouvoit-on pourvoir qu'en eslisant pour la republique tel gouverneur qui fust professeur et defenseur d'icelle ? Marnix de Sainte-Aldegonde, Œuvres, Écrits publiques et historiques, Bruxelles, 1859, p. 123.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROFESSEUR, s. m. (Hist. littér.) dans les universités, homme de lettres qui fait des leçons publiques sur quelque art ou quelque science, dans une chaire où il est placé pour ce sujet. Voyez Chaire.

Les professeurs dans nos universités, enseignent la grammaire & les humanités, en expliquant de vive voix les auteurs classiques & en donnant à leurs écoliers des matieres de composition, soit en vers, soit en prose, qu’ils corrigent pour leur montrer l’application des regles. Ceux de Philosophie, de Droit, de Théologie & de Médecine, dictent des traités que copient leurs auditeurs, auxquels ils les expliquent ensuite.

Les professeurs des universités d’Angleterre font seulement des lettres publiques pendant un certain tems.

On compte en Angleterre un grand nombre de professeurs, les uns prennent leur nom des arts ou de la partie des Sciences sur laquelle ils donnent des leçons, comme professeur des cas de conscience, professeur d’hébreu, professeur de Physique, de Théologie, de Droit, &c. d’autres tirent le leur des personnes qui ont fondé leurs chaires ou qui y ont attaché des revenus, comme les professeurs Saviliens, d’Astronomie & de Géométrie ; le professeur Lucanien, pour les Mathématiques ; le professeur Margaret qui enseigne la Théologie, &c.

Dans l’université de Paris, après un certain nombre d’années d’exercice, qui est de vingt ans dans quelques nations, & simplement de seize dans d’autres ; les professeurs sont honorés du titre d’émerite & gratifiés d’une pension qu’ils touchent, même après avoir quitté leurs chaires ; récompense bien juste & bien propre à exciter l’émulation.

Il n’y a pas encore long-tems que les professeurs étoient payés par leurs écoliers ; mais depuis l’année 1719, le Roi actuellement régnant, a assigné aux professeurs des honoraires fixes, & a par ce moyen procuré à ses sujets l’instruction gratuite, du-moins dans l’université de Paris.

Professeurs royaux, voyez Royal.

Professeurs royaux, on nomme ainsi dans les universités les professeurs, dont les chaires ont été fondées par les rois, & dont le revenu est assigné sur le trésor royal. Le premier de nos rois qui ait fait de ces sortes d’établissemens est François I. qui fonda onze chaires ; Henri II. y en ajouta une douzieme. Le progrès que les lettres ont fait depuis ont engagé les successeurs de ces princes à en établir de nouvelles ; ensorte qu’aujourd’hui dans le college royal, on compte dix-neuf professeurs royaux ; il y en a aussi quatre de Théologie en Sorbonne, & autant pour la même science au college de Navarre.

Henri VIII. en fonda cinq dans chacune des universités d’Angleterre ; savoir, pour la Théologie, l’hébreu, le grec, le Droit & la Physique.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « professeur »

Lat. professorem, de professus, qui a déclaré, exposé (voy. PROFÈS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIVe siècle) Du latin professor. À l’origine masculin, le mot est devenu épicène vers 1840. D’abord peu usité, le féminin s’est répandu à partir des années 1980[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « professeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
professeur prɔfɛsœr

Citations contenant le mot « professeur »

  • Tout homme qui a été professeur garde en lui quelque chose de l'écolier. Alfred, comte de Vigny, Mémoires inédits
  • Ce sont les professeurs qui ont mis le désordre dans le monde. Tchouang Tseu,
  • Très vite, un professeur devient un vieux professeur. De Daniel Pennac / Comme un roman
  • La souffrance est un bon professeur. De Eric Neuhoff / Un bien fou
  • Un professeur devrait avoir toute autorité et peu de pouvoir. De Thomas Szasz / Education
  • Le poète doit être un professeur d’espérance. De Jean Giono / L’eau vive
  • Le professeur a réussi au moment où son élève devient original. De Lane Cooper
  • Ce qu’un professeur ne dit pas est significatif de ce que l’étudiant entend. De Maurice Natanson / New York Times
  • La valeur d'un professeur se mesure à la personnalité de ses élèves. De René Leriche / Somme de médecine contemporaine
  • Ce professeur-là n'inculquait pas un savoir, il offrait ce qu'il savait. De Daniel Pennac / Comme un roman
  • La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe. De Carlo Goldoni
  • Le temps est un grand professeur mais malheureusement il tue ses élèves. De Hector Berlioz
  • Un professeur de langues mortes s’est suicidé pour parler les langues qu’il connaissait. De L. Langanesi
  • Il se livrait au trafic d’opinions : il était professeur de philosophie. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Le parallèle entre le professeur Raoult et le Docteur Dulcamara, interprété par le baryton Kristian Paul, semble en tout cas amuser les spectateurs. Bien que l'apparition de ce personnage soit fugace, elle semble marquer les esprits. Mais «le clin d'œil à certains personnages publics est suffisamment bref pour éviter une assimilation aux caractères des personnages de l'opéra», tempère-t-on à l'Opéra des Landes, auprès du Figaro. Le festival ne se dit animé d'«aucun désir de caricature ni de prise de position sur quelque sujet que ce soit». Le Figaro.fr, Le professeur Didier Raoult invité surprise dans un opéra de Donizetti au festival de Soustons
  • Tout comme comme la production de Nintendo donc, Entraînement Cérébral du Professeur Rubik propose aux joueurs d'entretenir les facultés de leur cerveau en participant à de multiples mini-jeux organisés par le professeur Rubik, un personnage inspiré de l’inventeur du Rubik’s Cube, soit Ernὄ Rubik. Ces mini-jeux stimuleront notamment la mémoire, la concentration ou encore la visualisation de l'espace. Bien évidemment, le titre est jouable en solo, mais il peut être également partagé avec des amis. Jeuxvideo.com, Microids annonce Entrainement Cérébral du Professeur Rubik - Actualités - jeuxvideo.com
  • « Le breton n’est pas une langue de vieux ! Mais il faut se bouger pour qu’elle continue de vivre ! », assure Gwenaël Le Corre, professeur de maths et de physique-chimie au collège Diwan du Relecq-Kerhuon. Toute l’année, il s’emploie à défendre avec passion la langue bretonne. Ce n’était pourtant pas voué d’avance, lui qui a appris le breton sur le tard. Le Telegramme, Gwenaël Le Corre, d’ingénieur à professeur en collège Diwan - Ces Brestois qui ont changé de vie - Le Télégramme
  • La liberté d’expression du professeur des universités est une composante de leur indépendance, une notion qui a reçu le plus haut niveau de protection de l’ordre juridictionnel français, celui du principe fondamental reconnu par les lois de la République. Caducee.net, Le professeur RAOULT et le professeur PERRONNE sont-ils médecins ou universitaires ?
  • Un professeur de Harvard recommande de réduire les portions de frites pour rester en bonne santé. Tout ce qui est au-delà de cette quantité est malsain. GQ France, Combien de frites peut-on manger (selon un professeur d'Harvard) ? | GQ France
  • Cheveux et barbes longs et blancs, blouse et stéthoscope sur les épaules, il n’y a pas de doute, lorsqu’il rapplique sur la scène dans sa 2CV rouge, c’est bien lui. C’est bien en professeur Didier Raoult qu’Olivier Tousis, le metteur en scène de cet opéra, a voulu grimer un des personnages les plus amusants de sa pièce. France Musique, Le professeur Raoult fait son apparition à l’opéra

Images d'illustration du mot « professeur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « professeur »

Langue Traduction
Anglais professor
Espagnol profesor
Italien professore
Allemand professor
Chinois 教授
Arabe دكتور جامعى
Portugais professor
Russe профессор
Japonais 教授
Basque irakasle
Corse prufessore
Source : Google Translate API

Synonymes de « professeur »

Source : synonymes de professeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « professeur »

Partager