La langue française

Printemps

Définitions du mot « printemps »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRINTEMPS, subst. masc.

A.− Première saison de l'année.
1.
a) Saison située entre l'hiver et l'été, caractérisée par des jours plus longs, une température plus douce, une végétation renaissante. L'automne est délicieux parce que le printemps doit venir encore pour nous (...). La verdure qui naît, l'oiseau qui chante, la fleur qui s'ouvre; et ce feu qui revient affermir la vie (...) Saison de bonheur! (Senancour, Obermann,t. 1, 1840, p. 93).Le printemps est un devenir; c'est la saison de la préparation, de l'espoir. J'ai toujours préféré le bouton plein de promesse à l'épanouissement de la fleur (...). « L'été c'est la saison des nids », dit Victor Hugo; le printemps, la saison des amours (Gide, Feuillets d'automne,1949, p. 1085).V. amollissant ex. 1 :
1. ... vienne le printemps et ses longues journées molles, chargées de pluie, chargées de silence. Sur les branches encore nues et sur la terre brune, tout se prépare à surgir, précédé, annoncé par l'aubépine dans les ronces et par l'alouette dans le ciel. (...) au fond de nous, un être primitif connaît le cycle de la nature et se réjouit avec confiance d'une suite de jours qui vont verdir (...) nous respirons, dans l'averse qui vient de passer, une force prête à se développer, une vigoureuse espérance, un long espace de plaisir. Barrès, Colline insp.,1913, p. 244.
SYNT. Printemps naissant, tardif; beau, chaud, doux, froid printemps; après-midi, jour, journée, matin, matinée, nuit, soir, soirée de printemps; ciel, odeur, parfum, pluie, ski, temps, toilette de printemps; approche, charme, douceur, effet, fête, fleur(s), haleine, joie, oiseau, retour, soleil, souffle, température, tiédeur, vent du printemps; annoncer, attendre, ramener le printemps; paraître au printemps; revenir au/avec le printemps.
Expr. Le printemps arrive, commence, naît, renaît, revient, succède à, vient; le printemps revenu, venu; c'est le printemps; voici le printemps; au printemps; au/le printemps dernier, nouveau, passé, prochain, suivant; au/le dernier, nouveau, premier, prochain printemps; en plein printemps; à la fin du printemps; au commencement, début, milieu du printemps.
Proverbe. Une hirondelle ne fait pas le printemps. V. hirondelle A 1.
AGRON. Blé de printemps. Blé semé au printemps. Semailles de printemps. On vante beaucoup dans l'agriculture moderne l'emploi du blé de printemps. Il est des pays où on le cultive avec profit : dans ceux où l'été arrive lentement (...). Chez nous ce blé réussit mal (...). Semé au début de mars, (...) il est tout de suite saisi, forcé par le soleil (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 193).
ARBORIC. Bois de printemps. À l'intérieur de la couche annuelle, on distingue (...) le bois de printemps ou bois initial, formé au début de la période de végétation, riche en éléments de conduction, par suite plus « poreux », plus léger, du bois d'été ou bois final, riche en fibres, (...) plus compact (Campredon, Bois,1948, p. 8).Voir Bot., 1960, p. 571 [Encyclop. de la Pléiade].
b) P. méton. [Avec une valeur décorative, symbolique] Représentation de cette saison. Combien j'aime la Vierge Dorée (...) combien j'aime son accueil à cette porte de la cathédrale [d'Amiens], dans sa parure exquise et simple d'aubépines (...). Mais ce printemps médiéval, si longtemps prolongé, ne sera pas éternel et le vent des siècles a déjà effeuillé devant l'église (...) quelques-unes de ses roses de pierre (Proust, Past. et mél.,1919, p. 120).
MYTH., LITT. [Le printemps considéré comme une divinité ou un être animé] Ce tapis si riche, si merveilleusement diapré que le printemps a tendu sur la surface de la terre pour y poser ses beaux pieds (M. de Guérin, Journal,1833, p. 172).Les œillets, les jasmins Emplissent nos jardins d'encens et d'allégresse, Et l'ancien dieu Printemps, qu'on adorait en Grèce, N'avait pas plus de fleurs (Hugo, Légende,t. 3, 1877, p. 396).V. fou-rire ex. de Prévert :
2. Le printemps parfumé, beau comme un jeune amant, Avec ses bras de lis environnant la terre, Aux avances des fleurs répondait doucement. Gautier, Poés.,1872, p. 206.
ICONOGR. Figure allégorique qui représente le printemps sous les traits de Flore ou d'une jeune fille, d'un jeune homme portant des fleurs. V. hiver ex. 2.
c) P. méton. Douceur de climat, de température et/ou abondance, fraîcheur de végétation qui rappelle celle(s) du printemps. Ce temple est comme un monde à part. On y trouve un asile contre le froid et la chaleur. Il a (...) son printemps perpétuel que l'atmosphère du dehors n'altère jamais (Staël, Corinne, t. 1, 1807, p. 170).Des mousses, des céleris sauvages et des fougères formaient une flore peu nombreuse, mais opulente. On sentait qu'un printemps éternel versait sa douce influence sur cette île privilégiée (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 21).La tiède après-midi d'octobre qui, en donnant au Bois un regain de printemps, avait fait sortir les grandes mondaines en voiture découverte (Zola, Curée,1872, p. 321).
2. Printemps (astronomique). Intervalle de temps compris entre le 21 mars et le 21 juin environ, dans l'Hémisphère Nord. Équinoxe* de printemps. Le 21 mars 1852, le jour où le printemps commençait sur les almanachs (About, Grèce,1854, p. 11):
3. Le mois où le soleil est dans le signe du Bélier (21 mars − 21 avril) est le premier mois du printemps : explosion de vie, turgescence et éclatement des bourgeons, réveil des ardeurs sexuelles chez les animaux. Divin.1964, p. 190.
HIST. ROMAINE. (Vœu de) printemps sacré. ,,Vœu par lequel on consacrait aux dieux tout ce qui devait naître depuis le premier de mars jusqu'au premier de mai`` (Raymond 1832). [Fabius] commença par apaiser les dieux irrités (...) on leur promit des jeux (...) on leur voua un printemps sacré (Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 21).
P. méton. Groupe de personnes qui a fait l'objet d'un vœu de printemps sacré. Quarante-trois Samnites, tout un printemps sacré, s'entr'égorgèrent (Flaub., Salammbô,t. 2, 1863, p. 57).
P. métaph. Les enfants, printemps sacré, aube et lumière inconsciente du génie (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 175).
B.− P. anal. Ce qui évoque le printemps par ses vifs coloris, son aspect florissant. D'un côté, des toilettes sombres (...) de l'autre, un printemps tapageur à couleurs vives, corsages opulents, diamants prodigués (A. Daudet, Nabab,1877, pp. 127-128).L'Étrangère en fleur qui dévoile son ventre Et, les seins nus, étale, obscène en sa beauté, Sa chair de printemps ivre (Régnier, Jeux rust.,1897, p. 65).Le bambin aux joues de printemps (Toulet, Vers inéd.,1920, p. 101).
C.− P. anal.
1.
a) [À propos d'une pers. jeune, du sexe féminin le plus souvent] Synon. de année.Son dixième printemps la couronnait de roses (Desb.-Valm., Élégies,1833, p. 129).Le moment où la femme cesse de compter par printemps et commence à compter par hivers, est irritant (Hugo, Homme qui rit,t. 2, 1869, p. 44).Cette jeune personne de vingt-deux printemps qui devait venir (...) enchanter la brillante assemblée (L. Daudet, Cœur brûlé,1929, p. 14).
Avec une nuance fam., iron. [À propos d'une pers. d'un certain âge] Quoique comptant quarante-cinq printemps, Lupin, frais et rose, grâce à l'embonpoint (...), chantait encore la romance (Balzac, Paysans,1844-50, p. 274).Je ne sais point de Française qui me tendrait mon verre avec plus de grâce; surtout de Française alourdie, comme est Madame Érizian, par soixante-quatre printemps (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 207).V. automne B 1 a p. ext., été A 2, hiver B 1 a.
b) Printemps (de la vie). Première partie de la vie. Synon. adolescence, jeunesse.Jeune printemps. Durant l'époque à laquelle l'enfance Mange ce pain du ciel appelé l'espérance (...) Dans ces jours si fleuris et si courts, qu'on les nomme Le printemps de la vie et le matin de l'homme (Murger, Nuits hiver,1861, p. 130).Dans le plein éclat de ses vingt ans, un deuil intérieur assombrissait pour elle les plus claires journées (...). Elle se disait que son printemps était manqué (Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 131).[Lamartine] songea longtemps qu'après les Méditations, œuvre de son printemps, les Harmonies, œuvre de son été, il trouverait les sources lyriques de son automne dans des Psaumes (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 135).V. hiver ex. 6.
Loc. Être au printemps de la vie/dans son printemps. Être jeune. Tu es toujours dans ton printemps, comme voilà la terre en fleurs (Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 250).La châtelaine n'était plus tout à fait au printemps de la vie; son été mûrissant s'annonçait par quelques plis légers qui sillonnaient l'ivoire de son front (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 437).
P. méton. Personne jeune. Elle si jeune, moi déjà mûr. Elle printemps. Moi hiver? Non, l'été penché vers l'automne (Michelet, Journal,1849, p. 42).
c) [À propos d'une chose] Premier temps, période initiale. Synon. début.Printemps de la jeunesse. Ce corps (...) première fleur que le sage voit naître et s'épanouir, au printemps de l'Œuvre (Fulcanelli, Demeures philosophales,t. 2, 1929, p. 230).Ces commencements de l'état chantant, ces printemps intimes de l'invention expressive sont délicieux, comme est délicieux le balbutiement préalable de l'orchestre (Valéry, Variété V,1944, p. 119).Mes frères Gustave et Raymond, ma sœur Caroline, fleurs des premières années, au printemps du lit nuptial (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 169).
2. Période de revivification, de renouvellement. Synon. renaissance, renouveau.Second printemps. Vous souffrez (...) sans avoir l'espoir de revivre dans un beau matin. Songez donc que pour l'âme il y a des printemps et de fraîches matinées à toute heure (...). Que d'êtres ont recommencé de belles et de suaves vies plus loin que vous encore dans l'âge (Balzac, Corresp.,1829, p. 412).Les grands poëtes ont en eux de puissantes et aussi de cruelles ressources de consolation; leur âme, comme une terre fertile, se renouvelle presque à plaisir, et elle retrouve plusieurs printemps (Sainte-Beuve, Portr. littér.,t. 2, 1843, p. 332).
P. méton. Personne qui sait se renouveler, qui apporte un renouveau. [Bonnard] est le printemps (...) tout dans le monde (...) étant nouveau pour lui, il l'exprime de façon neuve (...) il est le premier à ordonner suivant un rythme que tous ignoraient avant lui, les bonnes vieilles harmonies (Faure, Hist. art,1921, p. 225).
En partic., domaine pol., soc.,,Période d'insurrection ou de réformes caractérisée par l'épanouissement de certaines idées progressistes`` (Dict. 4 1973). Printemps de Prague. Le « printemps libéral » qui a failli naître après l'assassinat, l'an dernier, du général Park [en Corée du Sud] n'aura été que le prélude à un régime encore plus sinistre (Le Nouvel Observateur,20 sept. 1980, p. 50, col. 4):
4. Des révoltes ouvrières d'Allemagne orientale en 1953, à celles des ports polonais de la Baltique en 1970, en passant par « l'automne » hongrois et « le printemps » tchèque, toutes les crises majeures qui ont secoué l'empire soviétique du vieux continent ont toujours été circonscrites aux frontières d'un seul pays. Le Point,21 févr. 1977, p. 48, col. 1.
3. Période de vitalité ardente, d'épanouissement. Printemps de l'amour. À cet âge de crise de la femme, ces premiers jours de printemps fiévreux, où les forces d'amour gonflent l'être (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p. 873):
5. [Madeleine] revenait enfin, affectueuse à me ravir (...). Imaginez un vrai printemps, rapide et déjà très-ardent, comme toutes les saisons tardives, plein de riantes erreurs, de floraisons généreuses, d'imprévoyances, de joies parfaites. Autant je m'étais étroitement replié sur moi-même avant cette subite éclosion qui me surprenait dans l'engourdissement de la véritable enfance, autant je mis de promptitude à m'épanouir. Fromentin, Dominique,1863, p. 100.
P. méton., rare. Personne qui apporte la plénitude. Elle s'éveillerait à mon approche (...) je voudrais être son printemps, un printemps sans frimas qui l'entraînerait doucement vers l'été (Genevoix, Mains vides,1928, p. 140).
4. Période ou atmosphère de gaieté; douceur, charme poétique, agrément, etc. Il n'y a pas plus de printemps dans mon cœur que sur la grande route (...) où la poussière se lève en tourbillons (Flaub., Corresp.,1846, p. 201).Le voici venir maintenant, derrière ces gens de printemps et de vers, cet homme en prose : Balzac (Vallès, Réfract.,1865, p. 180).Nos cœurs disjoints vont toujours l'amble (...) Notre printemps c'est d'être ensemble (Aragon, Crève-cœur,1941, p. 43).V. enchanter ex. de Vailland.
P. méton. Personne qui évoque le printemps par son allégresse. Antoinette, oui! Cette grâce, cette jeunesse, cette joie, ce printemps turbulent, gazouilleur et frais, c'est elle que j'aime (Pailleron, Étincelle,1879, 1, p. 5).
En partic., domaine relig.Printemps éternel. Synon. de paradis.[Le Seigneur] vint annoncer à sa bien-aimée [Sainte Élisabeth] que le triste hiver de sa vie (...) était passé, et que l'aurore du printemps éternel allait se lever pour elle. L'année 1231 tirait à sa fin (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 265).
REM. 1.
Printaner, verbe intrans.,littér., vx. Retrouver l'éclat du printemps, se raviver, se revigorer. Les joies nouvelles ne font point printaner les anciennes joies, mais les douleurs récentes font reverdir les vieilles douleurs (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 431).
2.
Printanisation, subst. fém.,agron. Procédé consistant à humidifier des graines de céréales et à les placer en chambre froide au début de leur germination, de façon à accélérer l'évolution de la plante, tout en maintenant un rendement satisfaisant. Synon. vernalisation.En 1928, l'agronome russe Lyssenko a montré que le traitement efficace par le froid pouvait être subi chez les céréales d'hiver à l'état de grains légèrement imbibés d'eau (...). Tout se passe ainsi comme si on avait, par ce traitement, transformé un blé d'hiver en blé de printemps (Jarovoé en russe), d'où les noms de jarovisation ou de printanisation, ou, plus universellement, de vernalisation qui ont été donnés par Lyssenko à sa méthode (Le Bon jardinier, Paris, éd. La Maison rustique, t. 1, 1977 [1964], p. 274).
Prononc. et Orth. : [pʀ ε ̃tɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 printans « saison » (Naissance du Chevalier au Cygne, Elioxe, éd. E. Michel, 3329); 1666 p. ext. « température et végétation de cette saison » (Boileau, Satire VI ds Littré); 2. 1539 p. métaph. « temps du jeune âge » (Marot, Églogue au Roy, éd. C. A. Meyer, t. 3, p. 343); 3. 1770 « année » (Delille, Trad. Géorgiques, p. 179). Comp. de l'a. fr. prins (v. prime1) et de temps* qui pourrait remonter au comp. lat. primus tempus « la bonne saison », primus « première partie d'un laps de temps » et tempus utilisé en gén. au sens de « saison ». Printemps a éliminé l'a. fr. primever « printemps » (v. primevère) disparu en ce sens au xvies. Fréq. abs. littér. : 4 372. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 119, b) 6 088; xxes. : a) 6 870, b) 5 977. Bbg. Dub. Dér. 1962, p. 33 (s.v. printanisation). Quem. DDL t. 3 (s.v. printanisation).

Wiktionnaire

Nom commun

printemps \pʁɛ̃.tɑ̃\ masculin invariable

  1. L’une des quatre saisons de l’année, entre l’hiver et l’été. Dans l’hémisphère nord, le printemps astronomique s’étend du 7 février au 7 mai, l’équinoxe de printemps représentant le milieu du printemps. Le printemps météorologique (demi-saison se trouvant entre les saisons froide et chaude) comprend les mois de mars, avril et mai en France. Le printemps calendaire français, enfin, s’étend du 20 mars (équinoxe de printemps) au 21 juin (solstice d’été). Dans l’hémisphère sud, ce découpage correspond à la saison d’automne.
    • Le printemps polaire faisait déjà sentir en ce lieu sa modeste influence. La neige fondait peu à peu, et les nuits n’étaient déjà plus assez froides pour la glacer à nouveau. Quelques légères mousses, de maigres graminées, verdissaient çà et là, et de petites fleurs, presque incolores, montraient leur humide corolle entre les cailloux. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au printemps les sous-bois se tapissent des fleurs de Caltha palustris, Ranunculus Ficaria, Prímula elatíor dont la jaune monotonie s'égaie du bleu des Glechoma hederacea et Viola silvestris. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 149)
    • Quelques luzernières; le Sainfoin jette de-ci de-là, au printemps, une note gaie dans la monotonie des verts. — (Josias Braun-Blanquet, Jean Susplugas, Reconnaissance phytogéographique dans les Corbières, Station internationale de géobotanique méditerranéenne et alpine, Montpellier, communication no 61, 1937)
    • Plus de neige ; un air tiède ; une femme bêchait dans son jardin et la terre humide luisait sous un maigre soleil. Vint un coup de vent qui balança la branche d’un poirier. Et tout me pénétrait si doucement qu’à coup sûr le printemps était là. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, pages 90-91)
    • Gasbieha et sa mère passaient le printemps au Caire, l’été à Alexandrie, et suivaient fréquemment le Pacha à Hélouan, où il soignait ses rhumatismes. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Si je ne vieillis pas, gamin, c’est que je bois la sève des bouleaux au printemps. Ça dépure, ça fait pisser par pintes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Poétique) (Soutenu) (Familier) Pour indiquer l’âge d’une jeune personne : an.
    • Elle comptait quinze printemps, seize printemps.
  3. (Figuré) La jeunesse de quelqu’un ou le début de quelque chose.
    • Tout en procédant à sa toilette, elle parle toute seule, bavarde, gaie, animée, à cause qu’on est encore au printemps de la journée. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Dans le printemps de sa vie. — Au printemps de son âge. — Profitons du printemps de nos jours.
  4. (Politique) Révolution libérale.
    • Alliée de Washington dans la région, poids lourd du monde arabe avec ses 81 millions d’habitants (10 fois plus que la Tunisie), l’Égypte est la clé de voûte de ce possible printemps arabe, ce mouvement de liberté, d’éclosion, tant espéré. — (Alec Castonguay, Le printemps arabe, Le Devoir, 2011-01-29)

Adjectif

printemps \pʁɛ̃.tɑ̃\ invariable

  1. De la couleur vert lumineux et tendre comme le vert émeraude. #00FE7E
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRINTEMPS (prin-tan) s. m.
  • 1Au sens astronomique, la première des saisons de l'année, qui commence du dix-neuf au vingt et un mars. Le printemps est l'intervalle compris entre l'équinoxe du printemps et le solstice d'été, Laplace, Exp. I, 2.
  • 2Au sens vulgaire et météorologique, saison qui commence vers février, et qui consiste dans l'adoucissement de la température. Comme au printemps naissent les roses, Dans la paix naissent les plaisirs, Malherbe, III, 2. Nous avons un fort aimable temps, plus d'hiver, une espérance de printemps qui vaut mieux que le printemps, Sévigné, 26 févr. 1690. Que du Seigneur la voix se fasse entendre, Et qu'à nos cœurs son oracle divin Soit ce qu'à l'herbe tendre Est, au printemps, la fraîcheur du matin, Racine, Athal. III, 7. Pour nos climats, le printemps est moins une saison distincte qu'une lutte entre l'hiver et l'été, dont les chances décident en partie du sort de l'année, Ramond, Inst. Mém. scienc. 1813, 1814, 1815, p. 154. Triste février, tout pluvieux et tout neigeux que tu es, toujours sens-tu le printemps, Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, t. II, p. 257. Deux saisons règlent toutes choses, Pour qui sait vivre en s'amusant : Au printemps nous devons les roses, à l'automne un jus bienfaisant, Béranger, Printemps et aut.

    Par extension. Il [le riche] peut dans son jardin tout peuplé d'arbres verts Recéler le printemps au milieu des hivers, Boileau, Sat. VI.

  • 3 Poétiquement. Année, mais seulement en parlant des années de la jeunesse. J'ai vécu quatorze printemps Loin des bras qui m'ont repoussée, Soumet, la Pauvre fille.
  • 4 Fig. La jeunesse. Aux pages l'on réveille une adresse guerrière… afin qu'en passe-temps Un labeur vertueux anime leur printemps, Régnier, Sat. I. Il va traverser toute la Bretagne, comme si on était au printemps, et lui au printemps de sa vie, Sévigné, 509. Le printemps dans sa fleur sur son visage est peint, Boileau, Sat. X. Mlle de Saint-Germain dans le premier printemps de son âge, Hamilton, Gramm. 4. Ô jours de mon printemps, jours couronnés de rose, à votre fuite en vain un long regret s'oppose, Chénier, Élég. XVI. Je ne suis qu'au printemps, je veux voir la moisson, Et, comme le soleil, de saison en saison, Je veux achever mon année, Chénier, la Jeune captive. Que ma saison dernière Soit encore un printemps, Béranger, Rog. B.
  • 5Printemps d'hôtellerie, mauvais tableau représentant les quatre saisons, qu'on trouvait souvent dans les hôtelleries. Les coiffures hurluberlu m'ont fort divertie ; il y en a qu'on voudrait souffleter ; la Choiseul ressemblait, comme dit Ninon, à un printemps d'hôtellerie, comme deux gouttes d'eau ; la comparaison est excellente, Sévigné, 1er avril 1671.

PROVERBES

Jamais pluie dans le printemps ne passa pour un mauvais temps.

Une hirondelle ne fait pas le printemps. Chios nous demeure infidèle, Mais l'absence d'une hirondelle Ne fait pas manquer le printemps, P. Lebrun, Voy. de Grèce, VIII, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. Une sole arondele qui vieigne ne uns seus [seul] jors atemprés ne donent certaine enseigne dou printens, Latini, Trésor, p. 261.

XVe s. En la saison et ou [au] printemps d'esté, Ou [au] gentil mai, qui est si noble mois, Deschamps, le Bois de Vinc.

XVIe s. Une fleur ne fait pas le printemps, Pasquier, Lett. t. III, p. 459.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « printemps »

De l’ancien français prins (« prime ») et de temps.
(Politique) Par analogie de Printemps des peuples (1848) et de Printemps de Prague (1968).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, pruntemps ; de prim ou prime, premier (voy. PRIME 1), et temps : le premier temps de l'année. Le sens étymologique se trouve, à l'historique, dans l'exemple d'E. Deschamps.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « printemps »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
printemps prɛ̃tɑ̃

Citations contenant le mot « printemps »

  • Certains matins de printemps ont une fraîcheur de grenouille. De Francis Dannemark / Zoologie
  • On n'empêche pas la venue du printemps. De An Min Yong
  • Les filles sont jolies Dès que le printemps est là.
  • Plaignons les tourterelles qui ne baisent qu'au printemps ! De Ninon de Lenclos
  • Chaque chose a son temps en hiver comme au printemps. De Dicton français
  • Il faut toujours un hiver pour bercer un printemps. De Anonyme
  • Amour et les fleurs ne durent qu'un printemps. De Pierre de Ronsard
  • En pays d’exil, même le printemps manque de charme. De Proverbe russe
  • Hirondelle aux champs amène joie et printemps. De Proverbe français
  • Une fille sans ami est un printemps sans rose. De Adrien de Montluc / La Comédie de proverbes
  • Un seul printemps dans l'année, et dans la vie une seule jeunesse. Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, Gallimard
  • Qui n'a cru respirer dans la fleur renaissante, Les parfums regrettés de ses premiers printemps. Marceline Desbordes-Valmore, Poésies
  • Tandis qu'à leurs œuvres perverses, Les hommes courent haletants, Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps. Théophile Gautier, Émaux et camées
  • Ô souvenirs ! printemps ! aurore ! Victor Hugo, Les Contemplations, Aux arbres, IV, 9
  • Les premiers jours du printemps ont moins de grâce que la vertu naissante d'un jeune homme. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • Le printemps est inexorable. De Pablo Neruda
  • La fantaisie est un perpétuel printemps. De Johann Friedrich von Schiller
  • Le repentir est le printemps des vertus. De Proverbe chinois
  • Qu’ils aillent se noyés tous merci pour les riverains et bravo pour attirés la racaille la nuit printemps de mes deux LaProvence.com, Société | Bain de minuit aux Catalans pour le Printemps marseillais | La Provence
  • Sécheresse du printemps et de l'été 2019, l’état de catastrophe naturelle reconnue pour Hyères Var-Matin, Sécheresse du printemps et de l'été 2019, l’état de catastrophe naturelle reconnue pour Hyères - Var-Matin
  • Nouveau voyage spatial en vue pour Thomas Pesquet. L'astronaute a officiellement confirmé qu'il allait repartir dans l'espace l'an prochain. Il se rendra de nouveau dans l'ISS, la station spatiale internationale, au printemps 2021. Un voyage qu'il effectuera cette fois à bord du Crew Dragon de la société privée américaine SpaceX qui décollera de Cap Canaveral en Floride. Nom de la mission : Alpha. ladepeche.fr, Thomas Pesquet va repartir dans l'espace au printemps 2021 avec SpaceX - ladepeche.fr
  • D’abord, il faut dire qu’il y a toujours eu des guerres de mémoires entre partisans de l’Église et de la Réforme, de la République et de la Royauté, entre ceux qui se disent les Modernes contre ceux qui sont qualifiés d’Anciens. Tout est affaire de symboles, et certains ont compris que la force des images, au moyen d’une radicalisation, d’une extrêmisation des postures, paient davantage que la parution de livres touffus sur un sujet polémique. Je le déplore vivement comme historien et écrivain. Mais je suis obligé de le constater comme simple observateur de notre monde occidental dont la pente iconoclaste, culpabilisatrice, est de plus en plus raide. Certains veulent faire une espèce d’équivalent du printemps arabe mais en France cette fois, comme si notre pays était une dictature. C’est l’inverse, j’ai tendance à penser, qui est exact: ce sont eux qui veulent nous ramener à l’âge de pierre, c’est-à-dire quand le plus fort faisait la loi, et que le droit, la tolérance, le pluralisme n’existaient au mieux que sur le papier, au pire pas du tout. Le Figaro.fr, «Ceux qui déboulonnent les statues veulent un printemps arabe en France, comme si notre pays était une dictature»

Images d'illustration du mot « printemps »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « printemps »

Langue Traduction
Anglais spring
Espagnol primavera
Italien primavera
Allemand frühling
Chinois 弹簧
Arabe ربيع
Portugais primavera
Russe весна
Japonais
Basque udaberri
Corse primavera
Source : Google Translate API

Synonymes de « printemps »

Source : synonymes de printemps sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « printemps »

Printemps

Retour au sommaire ➦

Partager