La langue française

Poussé, poussée

Sommaire

  • Définitions du mot poussé, poussée
  • Phonétique de « poussé »
  • Citations contenant le mot « poussé »
  • Images d'illustration du mot « poussé »
  • Traductions du mot « poussé »
  • Synonymes de « poussé »

Définitions du mot poussé, poussée

Trésor de la Langue Française informatisé

POUSSÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de pousser*.
II. − Adjectif
A. − [En parlant d'un processus chim. ou phys., de son résultat] Qui a été conduit à un haut degré. Une ampoule à vide très poussé (Lar. mén.1926, p.517).Le manganèse protège le fer contre une oxydation trop poussée en s'oxydant lui-même (Barnerias,Aciéries, 1934, p.90).
Moteur poussé. Moteur dont la puissance a été augmentée. Dans le cas de carters étanches, et de moteurs [Diesel] très poussés (...), il est nécessaire de prévoir une ventilation du carter (Dumanois,Moteurs, 1924, p.176).Cette solution [des moteurs à arbre à cames en tête] est réservée généralement aux moteurs poussés (sport, course) (Chapelain,Techn. automob., 1956, p.60).
B. − PEINT. [En parlant d'un tableau] Exécuté avec un grand soin du détail. Le petit tableau, très soigné, plus poussé que de coutume, eut cependant le sort des autres devant le jury (Zola,L'OEuvre, 1886, p.256).
C. − MUS. [En parlant du son d'un violon] Obtenu en partant de la pointe de l'archet, en poussant. On sait que pour le violon les sons tirés (la main qui tient l'archet s'éloigne des cordes) sont plus intenses que les sons poussés (Bouasse,Cordes et membranes, 1926, p.291).
D. − Cour. Exagéré, forcé. Cet article est la description un peu poussée d'un dancing clandestin (Sem,Ronde de nuit, 1923, p.10).
Prononc.: [puse]. Fréq. abs. littér.: 2750. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3249, b) 4620; xxes.: a) 4495, b) 3743.

Wiktionnaire

Adjectif

poussé

  1. Qualifie un vin gâté par une chaleur qui le fait fermenter hors de saison.

Nom commun

poussé \pu.se\

  1. (Musique) Mouvement d’un archet de la tête à la hausse quand jouant un instrument de musique à cordes. Antonyme de tiré.

Forme de verbe

poussé \pu.se\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe pousser.
    • Durant l’hiver, les bœufs et les moutons doivent se nourrir de foin, herbe séchée qui a poussé au printemps dans les prairies humides et ensoleillées. — (Brigitte Coppin, À la découverte du Moyen Âge, Père Castor Flammarion, 1998)
    • Et les platines coupent aussi les câbles pour séduire les mélomanes du XXIe siècle. Un constat qui a poussé Sony à lancer la PS-LX310BT, une platine analogique qui s’appaire également en Bluetooth avec l’ensemble des enceintes sans fil. — (journal CNEWS, 14 octobre 2019, page 14)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)

Nom commun

poussée féminin \pu.se\

  1. Action de pousser.
    • Une bousculade plus violente se produisit ; les petits veaux et les génisses rejetés de droite et de gauche par la poussée des grands bestiaux s’égratignèrent aux ronces flottantes des haies. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (En particulier) Action de pousser violemment.
    • Donner une poussée à quelqu’un.
  3. (Physique) (Architecture) Pression, effort exercé par un objet (une construction, par des terres).
    • Il faut que cet arc-boutant soit bien fort pour soutenir la poussée de cette voûte, de cette arcade. — Ce mur est assez épais pour résister à la poussée des terres.
  4. (Médecine) Manifestation brusque, subite d’un mal, d’une maladie.
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d’obésité à laquelle s'associe l’empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  5. (Figuré) Accès.
    • Il s’ensuit au début des années 1990 une poussée de japonophobie aux États-Unis, puis l'abandon par Bill Clinton en 1993 de la S.I.I.. En synchronie, le Japon réduit ses investissements directs et diminue ses prêts à court terme […]. — (Jacques Népote & Marie-Sybille de Vienne, Japon: une stratégie pour le XXIème siècle, CHEAM, 1999, p. 103)
  6. (Figuré) (Familier) Grande quantité qui survient à la fois.
    • Une poussée de travail.

Forme de verbe

poussée \pu.se\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe pousser.

Forme d’adjectif

poussée \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de poussé.
    • L’école a tendance à simplifier, à « typiciser », presque à caricaturer la réalité mouvante, pour des raisons de transmission et d’évaluation, d’une part, et en raison de l’absence d’une compréhension solide et d’une formation poussée chez ceux qui font les manuels, qui font les programmes, qui enseignent, d’autre part. Tout ça amène à figer les contenus pour les rendre transmissibles d’une génération à l’autre, et ça finit par paraitre décrire la réalité. — (Djaouida Hamdani Kadri, ‎Lahcen Elghazi, Voies multiples de la didactique du français ; Entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POUSSÉ (pou-sé, sée) part. passé de pousser
  • 1Ôté d'une place. Un fauteuil poussé auprès du feu.

    Porte poussée, porte qui n'est pas tout à fait fermée. Laisse la porte ouverte. - Elle n'est que poussée, Dancourt, Trahison punie, III, 9.

  • 2Il se dit des personnes que quelque force fait aller là où elles ne voulaient pas. Voilà par quels malheurs poussé dans le Bosphore…, Racine, Mithr. II, 3. Chaque jour il [Davoust] marchait entre ces malheureux [les hommes débandés] et les cosaques, poussant les uns, et poussé par les autres, Ségur, Hist. De Nap. IX. 9.

    Qu'on hâte, qu'on précipite, en parlant des choses. Je me souviens de ce pays-là [Paris] ; tout y est pressé, poussé, Sévigné, 13 juin 1685.

  • 3À quoi on a communiqué un mouvement. Le boulet poussé hors du canon par l'explosion de la poudre.

    Terme de marine. Bâtiment poussé à la côte, entraîné à la côte malgré les efforts du manœuvrier.

  • 4Étendu, prolongé. Le combat fut rude et opiniâtre, et poussé bien avant la nuit, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VII, p.142, dans POUGENS. Quelques petits embranchements partant de la galerie principale et poussés dans différentes directions, Cordier, Instit. Mém. scienc. t. VII, p. 531.
  • 5Qu'on a conduit jusqu'à un certain point. Quand vous croirez l'affaire assez avant poussée, Molière, Tart. IV, 4. La philosophie chrétienne forme des milliers d'Épictètes qui ne savent qu'ils le sont, et dont la vertu est poussée jusqu'à ignorer leur vertu même, Voltaire, Lett. M*** de l'Acad. fr. mars 1743. Vous concevez l'effet d'une pareille figure poussée jusqu'où elle peut aller et dans la bouche d'un homme comme Foy, Courier, Lettres au Censeur, X.

    Absolument. Porté à un très haut degré. On va ramasser dans les livres ce qu'il y a de plus poussé, de plus excessif pour en composer un système : cela est-il juste ? Bossuet, Passages éclaircis, II. Cet argument si poussé et sur lequel on appuie avec tant de force, Bossuet, Préf. sur l'instr. past. de Cambrai, 87. Mme de Saint-Géran mangeait avec un goût exquis et la délicatesse et la propreté la plus poussée, Saint-Simon, 35, 149. Des ministres qu'un goût outré de retraite, qu'une délicatesse mal placée de conscience, qu'un sentiment trop poussé de leur indignité… rend inutiles à l'Église, Massillon, Confer. Zèle contre les scandales. La fameuse lettre de la carpe au brochet, et qui lui fit [à Voiture] tant de réputation, n'est-elle pas une plaisanterie trop poussée, trop longue et, en quelques endroits, trop peu naturelle ? Voltaire, Dict. phil. Goût.

  • 6Réduit à. La patience poussé à l'extrémité, Bossuet, Reine d'Angleterre.
  • 7Que l'on presse dans une discussion, dans un interrogatoire. Sa servante étant devenu grosse, et lui se voyant poussé sur ce point par la justice, Analyse de Bayle, t. 1, p. 360.
  • 8Cheval poussé de nourriture, cheval qui a trop mangé.
  • 9Engagé, invité. N'irrite pas l'ardeur inconsidérée de ceux qui, poussés d'un zèle indiscret, voudraient arracher ces mauvaises herbes [l'ivraie mêlée au blé], Bossuet, Sermons, 2e dim. Après Pâques, 1. Quand mon esprit, poussé d'un courroux légitime, Vint devant la raison plaider contre la rime, Boileau, Épitre IX.
  • 10Qui s'est développé par la végétation (participe passé, employé comme expiré et d'autres). … Pareil au champignon difforme Poussé pendant la nuit au pied d'un chêne énorme, Hugo, Voix inter. XII.
  • 11Vin poussé, vin gâté par une chaleur qui le fait fermenté.
  • 12 Terme de peintre. Peinture poussée, peinture où l'huile, le vernis ressortent et ternissent les couleurs.
  • 13En serrurerie, un ouvrage n'est que poussé quand il n'est que dégrossi à la lime sans poli.

    Substantivement. On dit en quincaillerie : un bon poussé ; c'est l'intermédiaire entre le poli et le poussé ordinaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « poussé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poussé puse

Citations contenant le mot « poussé »

  • En croyant manger un légume rare qui avait poussé dans leur potager, les quatre membres d’une famille se sont intoxiqués avec du datura, une plante très dangereuse. Ils ont tous dû être placés en réanimation SudOuest.fr, Toute une famille en réanimation : gare au datura, une plante toxique qui pousse même dans les potagers
  • Secret Story de retour ? CE tweet qui a poussé TF1 à réagir ! Public.fr, Secret Story de retour ? CE tweet qui a poussé TF1 à réagir !

Images d'illustration du mot « poussé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poussé »

Langue Traduction
Anglais pushed
Espagnol empujado
Italien spinto
Allemand geschoben
Chinois
Arabe دفع
Portugais empurrado
Russe толкнул
Japonais 押された
Basque bultzatu
Corse imbuttatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « poussé »

Source : synonymes de poussé sur lebonsynonyme.fr
Partager