La langue française

Populaire

Sommaire

  • Définitions du mot populaire
  • Étymologie de « populaire »
  • Phonétique de « populaire »
  • Citations contenant le mot « populaire »
  • Images d'illustration du mot « populaire »
  • Traductions du mot « populaire »
  • Synonymes de « populaire »
  • Antonymes de « populaire »

Définitions du mot populaire

Trésor de la Langue Française informatisé

POPULAIRE, adj.

A. − [Corresp. à peuple C 1]
1. Qui appartient au peuple, qui le caractérise; qui est répandu parmi le peuple.
[Le subst. désigne un trait attribué culturellement au peuple comme formant un tout indifférencié] Quand cette intelligence demeurait encore à l'état rudimentaire, cette hantise des phénomènes invisibles a pris des formes banalement effrayantes. De là sont nées les croyances populaires au surnaturel, les légendes des esprits rôdeurs, des fées, des gnomes, des revenants (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Horla, 1886, p.1107).Il ne se laissait pas prendre aux rêves de justice sociale. Son gros bon sens populaire lui faisait opiner que ce qui avait été, serait (Rolland,J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1273):
1. Badounaud était un gars robuste, de petite taille, embelli d'une moustache énorme et soignée. Il brandissait sur ses six enfants cette rudesse populaire qui leur semble la marque et le moyen d'une sûre éducation. «Avec moi, faut pas qu'on faute. C'est au doigt et à l'oeil.» Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.252.
SYNT. Bonhomie, coutumes, crédulité, croyances, culture, génie, imagination, insouciance, instinct, légendes, mythes, opinion, passe-temps, préjugés, sagesse, tradition populaire(s); musée des arts et traditions populaires.
[En parlant des manières, de l'attitude d'une pers., d'un trait caractéristique] J'y trouvais [dans la Venise des humbles] plus facilement (...) de ces femmes d'un genre populaire, les allumettières, les enfileuses de perles, les travailleuses du verre ou de la dentelle (Proust,Fugit., 1922, p.626).La Fornarina était la nouvelle maîtresse de Byron, fille à l'aspect populaire et sauvage (Maurois,Ariel, 1923, p.252).
[En mettant l'accent sur l'aspect culturel; p.oppos. à savant, scientifique] Qu'entend-on par aliments? Réponse populaire: l'aliment est tout ce qui nous nourrit. Réponse scientifique: on entend par aliments les substances qui, soumises à l'estomac, peuvent s'animaliser par la digestion, et réparer les pertes que fait le corps humain par l'usage de la vie (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.66).Les définitions scientifiques sont en général beaucoup plus étroites et, par cela seul, beaucoup moins vraies au fond que le sens populaire des termes (Guizot,Hist. civilis., leçon 1, 1828, p.12):
2. ... dans l'école épicurienne elle-même, à côté de l'épicurisme populaire qui était la recherche souvent effrénée du plaisir, il y eut l'épicurisme d'Épicure, d'après lequel le plaisir suprême était de n'avoir pas besoin des plaisirs. Bergson,Deux sources, 1932, p.319.
LING. Mot, forme populaire. Mot, forme ayant subi une évolution phonétique conforme aux lois les plus générales de la langue. On distingue le mot indigène ou populaire (...) issu d'un développement non contrarié (Mar.Lex.1933, p.124).Le mot (...) populaire et le mot savant (...) peuvent former des doublets. En français livrer, qui vient du latin liberare, est une forme populaire, alors que libérer est une forme savante (Ling.1972).Étymologie populaire. L'étymologie populaire (...) est le procédé par lequel un mot se trouve rattaché dans la conscience du sujet parlant à tels autres mots qui paraissent susceptibles d'en fournir l'explication; ainsi lorsque dans le français choucroute, représentant l'allemand Sauerkraut, on croit trouver les mots français chou et croute (Mar.Lex.1933, p.78).
[En mettant l'accent sur la vulgarité des manières, des moeurs, culturellement attribuée à la classe la plus défavorisée de la société] Il riait comme on suffoque, les deux mains sur le ventre, plié en deux, l'oeil plein de larmes, avec d'affreuses grimaces autour du nez (...) comme il ne pouvait ni parler, ni cesser de rire, ni faire comprendre ce qu'il avait, il fit un geste, un geste populaire et polisson (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Crime père Bonif., 1884, p.156).C'est une sottise de croire que qui dit: peuple, dit: populaire. Le peuple a ses aristocrates, de même que la bourgeoisie a ses âmes de la plèbe (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.812).
LING. Qui est propre aux couches les plus modestes de la société, au peuple et qui est inusité par les gens cultivés et la bourgeoisie. Synon. vulgaire.Expression, langue, lexique, mot populaire. D'ailleurs même si j'ai tort j'écrirai le poteau noir et non le pot au noir car j'aime le parler populaire et rien ne me prouve que ce terme n'est pas en train de muer (Cendrars,Du monde entier, Le Poteau noir, 1924, p.192).Que de prisonniers rongés de mélancolie ont fini par sombrer dans le dérangement cérébral et par devenir ce que le langage populaire désigne sous les noms de «cinglés», de «mabouls», de «synoques» et de «marteaux»! (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.250).V. fripe1B ex. de Balzac.
2. Qui est composé de gens du peuple; qui est fréquenté par le peuple. Arrondissement, bal, bar, café, fête, restaurant populaire. Le boulevard Blanqui est à la limite de la place d'Italie. C'est un quartier populaire où les Parisiens s'aventurent peu sans nécessité, ayant décidé qu'il appartient à une banlieue vilaine et mal famée (Estaunié,Ascension M. Baslèvre, 1919, p.38).
Soupe* populaire.
[En parlant d'un groupe de pers.] Classe, masses, meeting populaire(s). Duret (...) dit qu'il [Barrès] a bien tort de faire de la politique socialiste, qu'il a un air aristo, qui ne sera jamais en faveur dans une réunion populaire (Goncourt,Journal, 1895, p.720).Le samedi, on charge ici le public populaire, le joyeux public chahuteur et un peu saoul, de chauffer la salle (Colette,Vagab., 1910, p.8).
Empl. subst., vx ou littér. Le populaire. Le peuple. Je ne trouve dans ce livre ni vérité, ni grandeur. Quant au style, il me semble intentionnellement incorrect et bas. C'est une façon de flatter le populaire. Hugo a des attentions et des prévenances pour tout le monde (Flaub.,Corresp., 1862, p.34).Mod., péj. Synon. populace, populo.La fin d'après-midi poussiéreuse avec ses rayons obliques (...) se traînait sur une foule mêlée, où le populaire de l'herbe avec ses papiers gras, ses jeux bruyants (...) faisait mieux ressortir encore le caractère d'oasis au champagne, de ce lieu où se réfugiaient les échappés du pesage (Aragon,Beaux quart., 1936, p.273).
Au plur. Les places les moins chères dans un théâtre, un stade; p.méton., le public de ces places. Quelques pelousards ont pris place au restaurant, les populaires leur réclament des primes (L'Auto, 11 avr. 1932ds Petiot 1982).Je me souviens d'avoir drivé une nuit Maurice Rostand dans les populaires [du Vel'-d'Hiv'] (Trignol,Pantruche, 1946, p.38).
3. Qui est accessible au peuple, qui est destiné au peuple. Air, chanson, conte, drame, édition, éducation, imagerie, littérature, publication, université populaire. La religion naturelle est simple, facile, populaire; elle parle au coeur en même temps qu'à la raison (J. Simon,Relig. natur., 1856, p.413).L'art serait un jeu ruineux pour la société s'il n'aidait les hommes à vivre. L'art des meilleures époques était populaire, intelligible (Maurois,Journal, 1946, p.112):
3. ... toute poésie politique doit être poésie populaire, et (...) pour être poésie populaire, elle doit se servir du mot propre et de grosses et fortes images saisies par toutes les rudes imaginations auxquelles elle s'adresse. Lamart.,Corresp., 1830, p.81.
Rem. La docum. atteste des empl. de populaire (en parlant d'une oeuvre littér., d'un aut.) au sens de «qui décrit, qui traite de la vie du peuple». Synon. populiste (v. ce mot A). Le vrai poète populaire s'identifie avec son sujet, au point de ne pas distinguer ce qui vient de son imagination et ce que lui fournit son sujet, confondant ainsi la poésie et la vérité (P. Leroux, Humanité, 1840, p.793). Un bibliophile (...) avait fait relier ses livres en harmonisant autant que possible la teinte du maroquin avec le sentiment du texte. Ainsi, le bleu avait été choisi pour les romans intimes (...) le fauve pour les sujets populaires (Goncourt, Journal, 1886, p.541).
B. − [Corresp. à peuple B 2 a]
1. Qui concerne l'ensemble d'une collectivité, la majorité, la plus grande partie d'une population. L'Élysée a poussé à l'énormité de la célébration [de la mort de V. Hugo] pour diminuer, effacer dans la mémoire populaire le souvenir des funérailles de Gambetta (Goncourt,Journal, 1885, p.459):
4. «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple le plus saint et le plus indispensable des devoirs,» (...) le premier magistrat de Paris déclare qu'au coup d'État de la Convention la Commune oppose l'insurrection populaire (...). Deux officiers municipaux sont chargés (...) d'inviter le peuple à se joindre à ses magistrats afin de sauver la patrie et la liberté. A. France,Dieux ont soif, 1912, p.293.
2. Qui a la faveur du peuple, de l'opinion publique; qui est connu, aimé, apprécié du plus grand nombre. Cause, décision, lot, mesure populaire; acteur, chanteur, vedette populaire. Le café est devenu populaire: le matin comme aliment, et après dîner comme boisson exhilarante et tonique (Brillat-Sav.,Physiol. goût, 1825, p.280).Ce conte est d'une originalité saisissante. Je le crois destiné à un succès populaire et artistique (Flaub.,Corresp., 1852, p.84):
5. −Eh bien! Mon vieux canard, te voilà populaire (...). On vend ta gueule en tête de pipe et en bouteilles de liqueur, et tous les ivrognes d'Alca rotent ton nom dans les ruisseaux... A. France,Île ping., 1908, p.226.
[La popularité se limite à une collectivité réduite] Élève, professeur populaire. Adrien (...) était très populaire parmi les garçons de son âge (Aragon,Beaux quart., 1936, p.44).
C. − [Corresp. à peuple B 3] Qui émane, qui procède du peuple. Un gouvernement sans représentation populaire n'est plus possible et c'est une chimère de vouloir faire table rase du passé, de vouloir retourner à l'absolutisme (Barrès,Cahiers, t.1, 1897, p.247).L'industrialisation des économies occidentales, au cours du XIXesiècle, et l'industrialisation accélérée de la Russie et des démocraties populaires au XXe, ont eu des conséquences analogues, malgré la diversité des régimes sociaux (Perroux,Écon. XXes., 1964, p.286).
HIST. Démocratie* populaire, front* populaire, république* populaire.
SYNT. Assemblée, dictature, État, pouvoir, souveraineté, suffrage, veto, volonté populaire.
REM. 1.
Popu, adj. inv.,abrév. fam. [La Belle Équipe, de Julien Duvivier] plaisante atmosphère «Front popu», dans un déplaisant sujet où la femme-détruit-l'amitié-des-prolos (Le Nouvel Observateur, 29 juin 1981, p.6, col. 4).Jusqu'à douze ans, j'habitais Paris, dans les quartiers popu, du côté de la place Clichy (Actuel, nov. 1982, p.66, col. 1).
2.
Populairement, adv.D'une manière populaire. Les vitraux de la cathédrale sont la chose la plus grossièrement, magnifiquement et populairement sublime (Michelet,Journal, 1830, p.77).Quand les chemins de fer auront rapproché les langues et les races, quand on verra tout ce qu'a fait faire de sublime, d'absurde, d'inhumain, de fanatiquement bête, de bourgeoisement idiot, de populairement héroïque cet autre grand mot, la patrie, on s'en étonnera (Goncourt,Journal, 1859, p.607).En partic. Dans le langage populaire. Une heure après, les douze inconnus étaient au sommet du cimetière nommé populairement le Père-Lachaise (Balzac,Ferragus, 1833, p.134).Une renonculacée (...) appelée populairement queue de souris (Gourmont,Esthét. lang. fr., 1899, p.197).
3.
Popularisme, subst. masc.,vx. a) Gouvernement populaire. On pourroit faire l'application de ces propositions à toute constitution de société, religieuse ou politique (...) et comparée à une autre constitution, comme, par exemple (...) au catholicisme comparé au presbytéranisme, et au monarchisme comparé au popularisme (Bonald,Législ. primit., t.1, 1802, p.117).b) Synon. de popularité. (Dict.xixes.).
Prononc. et Orth.: [pɔpylε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. [ca 1200 populeir «du peuple, composé de gens du peuple» (Dialogues Grégoire, 141, 6 ds T.-L.)]; 2. ca 1330 «qui a cours dans le peuple» (Girart de Rossillon, éd. E. Billings Ham, 5314); 3. 1556 «simple, naturel, sans prétention» (Ronsard, Nouvelle continuation des amours, 175, OEuvres, éd. P. Laumonier, t.7, p.324); 4. 1559 «connu et apprécié parmi le peuple» (Amyiot, Coriolan, 29 ds Littré); 5. 1580 «sans bonnes manières, vulgaire» (Montaigne, Essais, I, 42, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.264); 6. 1588 Estat (gouvernement) populaire (Id., ibid., III, 9, p.957). B. Subst. 1338 plur. les populaires «le peuple, les gens du peuple» (Reg. Com. Comput. Paris sign. B, fo143 rods Du Cange, s.v. popularis1); xves. sing. «id.» (Gace de La Buigne, Roman des deduis, éd. Å Blomqvist, 4021, var. mss JT). Empr. au lat. popularis, -is, adj. de même sens, empl. subst. au plur. en lat. class. pour désigner les membres de partis populaires ou partisans de mesures populaires, puis en lat. chrét. les laïcs p.oppos. aux clercs et plus gén. en lat. médiév. les gens du peuple (Blaise, Nierm., Du Cange, Latham). Au sens A 4 le terme a été considéré comme repris de l'angl. popular de même orig. à la fin du xviiies. (cf. Mmede Boufflers, Lettre de 1780 à Gustave III de Suède d'apr. Proschwitz ds St. neophilol. t.36, p.315: Populaire est pris ici dans l'acception angloise: il signifie celui qui a mérité, ou du moins obtenu la faveur du peuple. Dans l'acception françoise, il signifie celui qui la recherche). Fréq. abs. littér.: 2788. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5107, b) 3215; xxes.: a) 3873, b) 3446. Bbg. Baldinger (K.). À propos de l'infl. de la lang. sur la pensée. R. Ling. rom. 1973, t.37, pp.242-244. _ Barb. Loan-words 1921, p.260. _ Beaujot (J.-P.). Un Paradoxe de P. Bayle. Peuple et pouvoir. Lille, 1981, p.72; Du Syntagme erreur populaire... Beiträge zur Analyse des sozialen Wortschatzes, hrsg. von U. Ricken. Halle, 1975, pp.59-70. _ Bourdieu (P.). Vous avez dit populaire? Actes de la rech. en sc. soc. 1983, no46, pp.98-105. _ Dub. Pol. 1962, p.380. _ Maulnier (Th.). Le Sens des mots. Paris, 1976, pp.181-182. _ Quem. DDL t.11 (s.v. populairement). _ Seguin (J.-P.). Lexicogr. et conformisme en 1798. La Licorne. 1978, no2, p.96. _ Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.290.

populaire (bon sens populaire) « propre au peuple »

populaire « propre au peuple » / populeux « très peuplé »

Wiktionnaire

Adjectif

populaire \pɔ.py.lɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne le peuple, qui appartient au peuple.
    • Mais quand tout fut fini, les magnats accoururent des quatre coins de la Pologne, en qualité de sauveurs de la patrie. Les sauveurs sont la plaie des révolutions populaires. — (François-Vincent Raspail, De la Pologne — Les deux insurrections, 1839)
    • Naguère, la masse populaire, résignée à sa vie primitive, obscure, souvent sordide, n’avait point conscience d’être malheureuse. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Il peut sembler au premier abord que les capitalistes, […], n’ont pas besoin d’exprimer leur haine des prolétaires ni même de l’éprouver tant leur position présente semble inébranlable et indépassable si on n’accorde pas une importance exagérée au lot inévitable des grèves sporadiques, des émeutes populaires et coups de colère en apparence sans lendemain. — (José Chatroussat, La haine du prolétariat par les classes dominantes, dans Variations n°15, 2011)
  2. Qui est répandu jusque dans le peuple.
    • Introduit en France vers 1725, ce jeu devint rapidement populaire et il donna lieu à de tels excès que la police s’efforça, à maintes reprises, de l’interdire. — (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.47)
  3. (En particulier) (Politique) Dont la souveraineté est dans les mains du peuple, en parlant de forme de gouvernement, d'État.
    • Gouvernement populaire, État populaire, république populaire.
  4. Qui fait impression sur le peuple, sur la multitude.
    • Éloquence populaire.
  5. Qui est conforme aux goûts du peuple.
    • Un genre de littérature populaire, roman populaire, drame populaire.
  6. (Par extension) Qui est fait pour plaire au peuple.
    • À la manière de Cioran, tous les gens sophistiqués savent intuitivement qu'il faut mépriser la culture populaire, comme tout ce qui a du succès en général. Le mot populaire est un synonyme de dilué, édulcoré, abâtardi. — (Thomas O. St-Pierre, Miley Cyrus et les malheureux du siècle, éditions Atelier 10, Montréal, 2018, p. 47.)
  7. Qui recherche et qui se concilie avec l’affectation du peuple.
    • Laurier n’était pas seulement, et à la fois, un dictateur par tempérament, un riche propriétaire foncier et un puissant industriel (…), mais c’était aussi un personnage populaire, fort habile à cultiver l’art de la popularité. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 390 de l’éd. de 1921)
    • C'était à qui danserait, jouerait ou chanterait avec le plus d'entrain. Les casseux-de-veillée comme moi n'étaient pas populaires. Mais comme j'étais "nouveau", on me pardonnait. — (Jean-Claude Castex, Rivière-Rouge, Vancouver : Éditions P.O., 2015, p. 296)
  8. Qui a les manières, le langage, etc., du peuple.
    • Des manières affables et populaires.
    • Sous son air populaire il cachait beaucoup de hauteur.

Nom commun 1

populaire \pɔ.py.lɛʁ\ masculin singulier

  1. (Au singulier) Le peuple ; la populace.
    • Le bon populaire de Munich se demandait avec des yeux ronds et des Mein Gott de stupéfaction à quoi pouvait servir cette singulière petite machine. — (Alphonse Daudet, La pendule de Bougival, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 53.)
    • […] ; les places et les rues attenantes, habituellement si solitaires dès que neuf heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois, étaient, quoiqu’il fût minuit, encombrées de populaire. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Suivant mon habitude, je vais m’installer dans le coin d’un compartiment assez confortable. Quelques voyageurs y montent à ma suite, tandis que le populaire cosmopolite envahit les wagons de seconde et de troisième classe. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)

Nom commun 2

populaire \pɔ.py.lɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Anglicisme) Personnage qui, dans un groupe humain, fait l'objet d'un culte.
    • Les familles n’en entendent qu’incidemment parler. « Non, elle, je ne peux pas l’inviter, c’est une populaire», lâche l’ado dont on prépare l’anniversaire. Drôle de mot, drôle d’autocensure, songera le parent, […].
      Le populaire ignore les « neutres » ou « normaux », qui ne demandent pas mieux. Méprise ostensiblement le bas de l’échelle sociale interne à la classe : les « bolos », « victimes », « restreints », « K-Sos »,...
      — (Pascale Krémer, A l’école, la dure loi des « populaires », le 21.09.2018, màj le 23.09.2018, sur le site du Monde (www.lemonde.fr))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POPULAIRE. adj. des deux genres
. Qui concerne le peuple, qui appartient au peuple. Opinion populaire. Erreur populaire. Expression, terme populaire. Préjugés populaires. Chansons populaires. Traditions populaires. Cette vérité est devenue populaire, Elle est répandue jusque dans le peuple. Gouvernement populaire, État populaire, Forme de gouvernement, État où l'autorité est entre les mains du peuple. Éloquence populaire, Éloquence propre à faire impression sur le peuple, sur la multitude.

POPULAIRE signifie encore Qui est conforme aux goûts du peuple. Un genre de littérature populaire. On dit dans un sens analogue : Roman populaire, Drame populaire, Roman, drame qui peint les mœurs populaires, qui est fait pour plaire au peuple.

POPULAIRE signifie aussi Qui recherche, qui se concilie l'affection du peuple. Henri IV était un roi populaire. Ce prince sentit le besoin de se rendre populaire, de se montrer populaire. Il se dit aussi des Manières, du langage, etc. Des manières affables et populaires. Sous son air populaire il cachait beaucoup de hauteur.

Littré (1872-1877)

POPULAIRE (po-pu-lê-r') adj.
  • 1Qui est du peuple, qui concerne le peuple, qui appartient au peuple. Opinion populaire. Qu'a de fâcheux pour toi ce discours populaire ? Corneille, Cid, IV, 2. Dans ce jour de tempête [juillet 1830] où le vent populaire Déracina la royauté, Barbier, ïambes, la Curée.

    Gouvernement, état populaire, état où l'autorité est entre les mains du peuple. Le pire des états c'est l'état populaire, Corneille, Cinna, II, 1. L'état populaire qui est le pire de tous, Bossuet, 4e avert. 49. Les enfants commencent entre eux par l'état populaire : chacun y est le maître, La Bruyère, XI.

    Il se dit, dans le même sens, des institutions. La jalousie [entre deux ordres, à Rome] fait qu'on résout d'un commun accord une ambassade en Grèce, pour y rechercher les institutions des villes de ce pays, et surtout les lois de Solon qui étaient les plus populaires, Bossuet, Hist. III, 7.

    Éloquence populaire, éloquence propre à faire impression sur la multitude. L'unique règle de l'éloquence populaire est de s'accommoder au naturel, au génie, au goût du peuple à qui l'on parle, Marmontel, Œuv. t. VI, p. 382.

    Tragédie populaire, nom qui a été quelquefois donné au drame. La tragédie populaire a donc ses avantages, comme l'héroique a les siens, Marmontel, ib. t. X, p. 339.

  • 2Qui est usité, répandu parmi le peuple. Il est dangereux en philosophie de s'écarter du sens usuel et populaire des mots, Diderot, Claude et Néron, II, 69. Tout bruit populaire qui suppose dans une denrée [soumise au monopole] des qualités dangereuses favorise la haine du peuple, Condorcet, Montigni.

    Erreur populaire, erreur accréditée parmi le peuple. Elle-même a semé cette erreur populaire D'un faux Héraclius qu'elle accepte pour frère, Corneille, Hér. I, 3.

    Devenir populaire, se répandre parmi le peuple. Il savait qu'après avoir obtenu la gloire de reculer les bornes des sciences, il restait au philosophe l'obligation de les rendre utiles, et qu'elles n'étaient utiles qu'autant qu'elles devenaient populaires, Condorcet, Linné.

    Rendre une science populaire, la répandre en tous lieux, la rendre accessible à tous les esprits.

    Maladies populaires, certaines maladies épidémiques ou contagieuses qui courent parmi le peuple. Si l'apôtre se plaignait autrefois que les maladies populaires, les morts, les accidents funestes n'étaient qu'une suite des communions indignes…, Massillon, Carême, Commun. indignes. La facilité qu'a cette maladie [lèpre] à se rendre populaire, nous doit faire sentir la sagesse de ces lois [des Égyptiens et des Juifs], Montesquieu, Esp. XIV, 11.

  • 3Vulgaire, bon pour le peuple, qui ne s'élève pas au-dessus de la portée du peuple. La lecture apprend à écrire ; je connais des lieutenants généraux dont le style est populaire ; c'est pourtant une jolie chose que de savoir écrire ce que l'on pense, Sévigné, 17 juillet 1689. Ce n'est pas assez pour le monde de violer la loi sainte du jeûne et de l'abstinence… on la regarde comme une dévotion populaire, Massillon, Carême, Mot. de conv. L'événement est arrivé après la comète : donc il est arrivé à cause de la comète ; c'est un sophisme populaire, Dumarsais, Œuv. t. V, p. 347. Ce n'a été que depuis Malherbe, Balzac et Corneille que la différence du style noble et du familier populaire s'est fait sentir, Marmontel, Œuv. t. VIII, p. 508.
  • 4Qui recherche, qui se concilie l'affection du peuple. Il [Périclès] n'était pas naturellement populaire, mais il l'était devenu par politique, Rollin, Traité des Ét. V, III, 2. Manlius, pour se rendre populaire, allait retirer des mains des créanciers les citoyens qu'ils [les patriciens] avaient réduits en esclavage, Montesquieu, Esp. XII, 21. En des lieux où, voyant des princes populaires…, Gilbert, Ode à Monsieur.

    Fig. Cloris, on le prétend, se montre populaire ; Oui, déposant l'orgueil de ses douze quartiers, Madame en ses amours déroge volontiers, Gilbert, Le 18e siècle.

    Se dit des manières, du langage. C'est trop de monde à la fois [chez Mme de Grignan] ; pour moi, je n'y pourrais résister avec toutes mes vertus populaires, Sévigné, 30 oct. 1680. La véritable grandeur est libre, douce, familière, populaire, La Bruyère, II.

  • 5 S. m. Le commun des hommes, le vulgaire, la foule. Pour tromper le jaloux populaire, Régnier, Élég. III.

HISTORIQUE

XIVe s. Si com je truis [trouve] escript par certene cronique Et par la renommée populaire et publique, Girart de Ross. V. 5314. Et aussi vouloient les populaires [les plébéiens] que les peres [sénateurs] se combatissent et prissent armes, Bercheure, f° 36, reclo. Servilius, de qui l'engin estoit plus populaire et plus amiable, Bercheure, ib. Noz bons et loiaux subgez, tant prelaz et autres gens d'eglise, dux, contes, barons et autres nobles, et les populaires de nostre royaume, Du Cange, popularis.

XVIe s. Loin du tumulte et du bruit populaire, Desportes, Bergeries, chanson. Si n'estoit point besoing de difference de vestemens pour discerner un populaire d'avec un patricien, Amyot, Cor. 31. Les plus vieux et plus populaires d'entre les nobles…, Amyot, ib. 29. …Sois content du jugement de ceux Qui peuvent t'avancer en estats et offices, Qui te peuvent donner les riches benefices, Non ce vent populaire et ce frivole bruict Qui de beaucoup de peine apporte peu de fruict, Du Bellay, J. le Poëte courtisan. Domination populaire, Montaigne, I, 18. La poesie populaire et purement naturelle a des naïfvetez et graces par où elle se compare à la principale beauté de la poesie parfaicte selon l'art, Montaigne, I, 54. C'est le naturel du menu populaire… il est soupçonneux à l'endroict de celuy qui l'aime, et simple envers celuy qui le trompe, La Boétie, Servit. volont.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POPULAIRE Etat, (Gouvernement.) L’état populaire est celui où le peuple en corps a la souveraine puissance ; on l’appelle autrement démocratie. Voyez Démocratie.

Deux mots suffiront ici. Dans un état populaire, le particulier regne par la puissance de la loi, & par la liberté des suffrages ; s’il souffre qu’on lui enleve ce double gage de son pouvoir, il anéantit lui-même sa souveraineté ; sa conservation dépend principalement de l’exacte observation des lois. La vertu, c’est-à-dire, l’amour des lois & de la patrie, est le principe de ce gouvernement. Lorsque cette vertu cesse, l’état est déja perdu ; l’ambition entre dans les cœurs qui peuvent la recevoir, & l’avarice entre dans tous. Si les Romains, disoit Pontius général des Samnites, pouvoient jamais se laisser entamer par l’avarice, & par la corruption, c’est alors que je demanderois à naître : je dompterois bien vîte cette nation, actuellement invincible. Cicéron ajoute sur ce beau mot : puisque Pontius auroit sû si bien dompter les Romains corrompus, j’aime mieux qu’il ait vécu du tems de nos peres que du nôtre. (D. J.)

Populaire, (Hist. Morale, Politique.) on nomme populaires, ceux qui cherchent à s’attirer la bienveillance du peuple. Dans tous les états libres, on s’est toujours défié des hommes trop populaires ; nous voyons que dans les tems de la république romaine, plusieurs citoyens illustres ont été punis pour s’être rendus trop agréables au peuple. Ce traitement paroîtra sans doute injuste, ou trop rigoureux ; mais, si l’on y fait attention, on sentira que dans un état républicain, toute distinction doit faire ombrage ; qu’il est dangereux de montrer au peuple un chef à qui il puisse s’adresser dans ses mécontentemens ; enfin, que comme le peuple n’est point aimable, il faut supposer des vûes secretes à ceux qui le caressent. César n’asservit sa patrie, qu’après avoir épuisé son patrimoine en largesses, & en spectacles donnés aux Romains. Les tyrans les plus odieux qui ont opprimé Rome, ne manquoient pas de se rendre populaires, par les amusemens qu’ils procuroient à un peuple qui leur pardonnoit tous leurs excès, pourvu qu’il eût du pain & des spectacles, panem & circenses.

Populaires, qui concerne le peuple, voyez Commun. La noblesse romaine étoit divisée en deux factions, les grands, optimates, qui étoient étroitement attachés au ministere, au sénat, & par opposition au peuple ; & les populaires, qui favorisoient les droits & les prétentions du peuple. Voyez Optimates.

Populaire, erreur populaire. Voyez Erreur.

Populaire, ou Endémique, ἐνδέμιος, maladies populaires ; ce sont celles qui deviennent communes, & qui courent par-tout ; on les appelle aussi endémiques, ou maladies épidémiques. Voyez Epidémique & Endémique.

Hippocrate a écrit expressément de morbis popularibus ; ces maladies sont sur-tout ordinaires dans l’été, dans le tems des équinoxes, à cause de la quantité des fruits & de la variété des influences de l’air.

Telles sont dans l’été les fievres malignes & inflammatoires, le pourpre & la porcelanie, qui attaquent les habitans de la campagne ; les fatigues & le poids de la chaleur & du jour que ces pauvres forçats de l’été endurent du matin au soir, épaississent le sang, le brûlent, y occasionnant des miasmes putrides qui portent leur action & leur malignité dans toute la machine. Les évacuans modérés & les cordiaux doux acides & froids, sont excellens dans ces cas.

Dans l’automne, & sur-tout vers la fin de l’été, les fievres intermittentes, les continues putrides, viennent de la quantité des fruits & de la chaleur immodérée ; l’un & l’autre produisent dans les visceres une fermentation qui donnent naissance à des levains qui se répandent dans tous les habitans d’une même contrée.

L’air infecté, raréfié & chargé des vapeurs malignes, est aussi une cause ordinaire de ces maladies.

Le manque d’alimens restaurans, & de boisson adoucissante ou rafraîchissante dans les grandes chaleurs, joint aux travaux qui épuisent les forces continuellement, sans qu’on ait le tems ou le moyen de les réparer, sont une cause commune & plus que suffisante pour produire les maladies populaires qui désolent les campagnes.

Les meilleurs remedes seroient des alimens nourrissans & restaurans pris de tems à autre & en petite quantité ; le repos aideroit le recouvrement des forces & l’effet de ces secours.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « populaire »

(1200) Populeir. Emprunté au latin popularis, de pŏpŭlus (« peuple ») [1].
Pour l'anglicisme : vient de l'adjectif anglais popular.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. popular ; ital. popolare ; du lat. popularis, de populus, peuple (voy. PEUPLE 1).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « populaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
populaire pɔpylɛr

Citations contenant le mot « populaire »

  • Il n'y a plus d'art populaire parce qu'il n'y a plus de peuple. André Malraux, Les Voix du silence, Gallimard
  • Une chanson est forcément populaire. De Jean-Jacques Goldman / L’Express - 20 décembre 2001
  • La nature est une théologie populaire. De N.A. Pluche / Le Spectacle de la nature
  • Le blasphème fait partie de la religion populaire. De Antonio Machado
  • Le salut du monde viendra de la pensée populaire. De Thomas Carlyle
  • Un juge populaire est un juge sans avenir. De Olivier de Tissot / Sans âme ni conscience
  • Si vous voulez être populaire il faut savoir être impopulaire. De Georges Wolinski / Pensées
  • Le cinéma est un art populaire. De Pierre Jolivet / Figaro, 8 avril 2015
  • Etre populaire le touchait moins qu'être nécessaire. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la Mer
  • La sagesse populaire dit la femme de "sexe faible", ce qui prouve que la sagesse populaire peut parfois dire des conneries. De Pierre Perret
  • L’argent est toujours le moyen le plus populaire d’économiser le travail. De Phyllis George
  • Le couteau de poche, le plus sûr artisan de la culture populaire. De Henri Vincenot / La Billebaude
  • Si l’amour est aveugle pourquoi la lingerie est-elle si populaire ? De Eddie Murphy
  • Emeute. Divertissement populaire donné pour des militaires par des spectateurs innocents. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Dans ce premier épisode du podcast Match Retour, l’équipe se demande si le foot est toujours populaire en ces temps de coronavirus. RFI, [Match Retour] Un foot toujours populaire ? - Match retour
  • Seul le théâtre impopulaire a des chances de devenir populaire. Le populaire n'est pas le peuple. Eugène Ionesco, Notes et Contre-notes, Gallimard
  • 1964. Année chinoise pour de gaulle. Reconnaissance de la Chine populaire. 56 ans plus tard. Problème du covid 19 d'origine chinoise donc chercher l'erreur ? Oui faire des ponts d'or à la Chine est plutôt une grosse erreur politique car les chinois s'engouffre en permanence dans la brèche. De plus les chinois n'ont aucune éthique et pense l'ia comme un objet de domination sur l'humanité. Le terminator sera il chinois ? Le scientifique qui pensait modifier l'adn des chinois pour en faire de super soldats de l'armée rouge communiste chinoise est en prison. Les chinois veulent jouer avec les limites divines il vont s'y brûler les doigts. De plus il ne supporte pas que l'on fasse de l'ingérence avec les affaires intérieures chinoise comme les ouïghours. Les ouïghours sont les tchetchenes de poutine. Le Figaro.fr, L’année où De Gaulle reconnaît la Chine populaire

Images d'illustration du mot « populaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « populaire »

Langue Traduction
Anglais popular
Espagnol popular
Italien popolare
Allemand beliebt
Chinois 流行
Arabe جمع
Portugais popular
Russe популярный
Japonais 人気の
Basque herri-
Corse pupulari
Source : Google Translate API

Synonymes de « populaire »

Source : synonymes de populaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « populaire »

Partager