La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « plaid »

Plaid

Variantes Singulier Pluriel
Masculin plaid plaids

Définitions de « plaid »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLAID1, subst. masc.

A. − HISTOIRE
1. [Des origines au xiiies. environ]
a) Assemblée annuelle ou bisannuelle des hommes libres sous les Mérovingiens, restreinte aux notables laïques et ecclésiastiques sous les Carolingiens et les Capétiens qui la convoquaient, et qui discutait de manière consultative les projets de gouvernement, notamment le texte des capitulaires, comme un Conseil du roi élargi. Les évêques sont toujours nommés les premiers dans les diplômes; aucune assemblée où l'on ne les voie paroître: ils jugent avec les rois dans les plaids, et leur nom est placé au bas de l'arrêt immédiatement après celui du roi (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t.3, 1831, p.268):
. Les hauts barons de Syrie étaient donc au complet devant Tripoli, lorsque le roi ouvrit, probablement à Mont-Pèlerin, un plaid solennel. Les adversaires furent invités à y exposer publiquement leurs griefs. Le roi les obligea ensuite à se réconcilier, Tancrède avec Baudouin du Bourg, Guillaume Jourdain avec Bertrand, puis entre ces derniers il prononça. Grousset, Croisades, 1939, p.85.
b) Assemblée d'hommes libres (dérivée du mallus) qui, sous les Carolingiens, ne se réunissait que trois fois par an en plaids généraux, la justice publique étant rendue périodiquement le reste du temps au nom du roi par les comtes assistés de notables réunis en plaids ordinaires. Charlemagne (...) dispense expressément les hommes libres d'assister aux plaids ordinaires, qui seront désormais tenus par les comtes et les échevins. L'assistance n'est plus obligatoire que pour les plaids généraux (...) tenus trois fois par an (Fr. Olivier-Martin, Hist. du dr. fr., Paris, CNRS, 1984 [1950], p.55).
2. [Sous les Capétiens] Plaids de la porte, de l'orme. À partir de saint Louis, juridiction exercée directement par le roi, installée au début à la porte de son palais et qui est à l'origine des Requêtes. Saint Louis (...) mène une vie méthodiquement réglée et soumise à des principes dont il ne se départ jamais. Chaque jour, il commence par entendre ses heures, une messe basse de requiem et la messe du jour, chantée. Il donne la matinée à son conseil, aux plaids de la porte ou de l'orme, ou à diverses affaires (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p.22).
B. − DROIT
1. Vieux
a) Synon. de plaidoyer (v. ce mot A).Point de division des pouvoirs [chez les Hébreux]: des assemblées à la porte des villes assistant aux contrats, écoutant les plaids, jugeant les causes; une quasi-démocratie menée par des prêtres; nul vestige d'administration (Proudhon, Créat. ordre, 1843, p.485).
Loc. proverbiale. Peu de chose, peu de plaid (Ac. 1798-1835). ,,Il ne faut pas de longs discours pour éclaircir, pour vider une affaire de peu de conséquence; ou bien, La chose dont on parle ne vaut pas la peine d'être contestée`` (Ac. 1835).
b) Synon. de procès.Payez, car vous avez signé Promesse de payer au premier plaid gagné (Florian, Fables, 1792, p.157).
2. Au plur., vieilli. Audiences du tribunal en province ou dans les juridictions inférieures. (Dict. xixeet xxes.).
Les plaids sont ouverts. ,,Les juges recommencent à donner audience`` (Ac. 1798-1878). Les plaids tenants. À l'audience. (Dict. xixeet xxes.). Tenir les plaids. ,,Tenir l'audience`` (Ac. 1798-1878).
Proverbe. Être sage au retour des plaids. ,,Perdre l'envie de plaider après avoir soutenu et perdu quelque procès`` (Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth.: [plε]. Homon. plaie et formes de plaire. Att. ds Ac. dep. 1694. Plur. des plaids. Étymol. et Hist.1. 842 «convention, accord, engagement» (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie t.1, p.2); 2. ca 1100 «assemblée réunie autour du roi des Francs, ici, dans des fonctions judiciaires» (Roland, éd. J. Bédier, 3949); 3. ca 1100 «jugement, procès» (ibid., 3741); 4. a) ca 1140 «querelle, discussion» (Geoffroy Gaimar, Hist. des Anglais, 2004 ds T.-L.); b) ca 1150 «discours, paroles, récit» (Wace, St Nicolas, 819); 5. ca 1160 tenir les plaiz «tenir l'audience» (Eneas, 533 ds T.-L.). Du lat. placitum, part. passé adj. subst. de placere «plaire», au plur. en lat. class. au sens de «principes, dogme», puis «ce qui plaît, ce que l'on a en vue» d'où, en lat. chrét. «dessein, projet, résolution» et «accord, consentement, pacte» (v. Blaise Lat. chrét.), en lat. médiév. «engagement à comparaître devant le tribunal», «réunion, conférence» d'où «séance judiciaire, plaid» et «litige, procès» (Nierm.).

PLAID2, subst. masc.

A. − Grande écharpe de tartan drapée et nouée sur l'épaule, que portaient les montagnards écossais en guise de manteau. Il portait ces richesses, aussi insoucieusement qu'un montagnard des Highlands qui descend aux basses terres, drapé de son plaid (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.65).Combien de fois (...) avions-nous été obligés de déguerpir au plus vite devant quelques formidables Écossais aux jambes nues, au jupon plissé, au plaid, au bonnet orné de plumes (Malot, Sans fam., 1878, p.360).
B. − Couverture de voyage, en tissu à carreaux, que l'on porte en vêtement d'appoint ou que l'on dispose sur un fauteuil, une banquette ou les sièges d'une voiture. Plaid écossais. Le maître de maison était en robe de chambre ouatinée, les pieds dans de gros chaussons, une couverture sur les genoux, un plaid sur les épaules (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.395):
. Vieillards et jeunes filles prennent place sur des banquettes découvertes, le torse drapé dans le manteau de caoutchouc, les jambes serrées dans le plaid de voyage... Bourget, Ét. angl., 1888, p.156.
C. − Manteau d'homme ou de femme, sans manches ou surmonté d'une pèlerine, en lainage écossais, que l'on portait, pour le voyage, par-dessus le manteau ou les autres vêtements. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [plεd]. Homon. formes du verbe plaider (je, il(s) plaide(nt); tu plaides). Vieilli, Littré, DG, Barbeau-Rodhe 1930 [plε]; cette prononc. encore ds Warn. 1968, mais Pt Rob., Lar. Lang. fr. et Martinet-Walter 1973 [14/17) [l d]. Att. ds Ac. dep. 1835; 1935: ,,on prononce le d``. Plur. des plaids. Étymol. et Hist. 1. [1664 plaidin «sorte de serge d'Écosse» (Tarif gén. des droits des sorties et entrées du royaume, 93 d'apr. M. Höfler ds Z. rom. Philol. t.80, p.547)] 1708 plaid (G. Miege, L'Etat présent de la Grande-Bretagne, II, 643 ds Höfler Anglic.); 2. 1708 «pièce de ce type de tissu constituant un manteau (en Écosse)» (Id., ibid., p.644, ibid.); 3. 1827 «manteau (en France)» (Journal des Modes, 10 juin, p.251 d'apr. A. J. Greimas ds Fr. mod. t.17, p.300); 4. 1869 «couverture de voyage» (Littré). Empr. à l'angl. plaid «grande pièce de tissu de laine portée comme manteau en Écosse et dans le Nord de l'Angleterre (1512 ds NED et le dér. plaiding «tissu dont on fait ce manteau» 1566, ibid. d'où la forme fr. plaidin), du gaélique d'Écosse plaid (corresp. à l'irl. ploid) d'orig. obsc., l'hyp. d'une formation à partir du lat. pellis «peau» n'étant pas sûre (v. NED et Klein Etymol.).
STAT.Plaid1 et 2. Fréq. abs. littér.: 50.
BBG.Bonn. 1920, pp.106-107. _Greimas Mode 1948, p.94.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

plaid \plɛd\ masculin

  1. (Art) Motifs de carreaux écossais aux couleurs vives.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Textile) Couverture en laine qui sert de manteau aux montagnards écossais.
    • Evans prend possession de l'unique lit et s'y fourre entre deux édredons, tandis que je monte mon lit de voyage et m'y enroule dans mon plaid. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 94)
  3. Petite couverture épaisse que l'on étend sur le sol ou que l'on place sur ses jambes pour se réchauffer.
    • Mes parents [...] prirent l’habitude de me laisser aller promener sans eux du côté de Méséglise, enveloppé dans un grand plaid qui me protégeait contre la pluie. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 151)
    • À la vue du plaid fleuri qui recouvre sa couche, et qu'elle a assorti aux rideaux et à sa robe de chambre, je réalise soudain le sens de l’expression « border l'insomniaque », de même que l'importance du Viagra dans une vie de couple. — (Julie Wagen, Les aventures de Biquette, Éditions Publibook, 2017, page 133)

Nom commun 1 - français

plaid \plɛ\ masculin

  1. (Histoire) Procès, assemblée ou juridiction du Moyen Âge.
    • Au-dessous encore existaient d’autres assemblées : celles des vicaires, des centeniers ; que dis-je, les moindres bénéficiers, les intendants des fermes royales, tenaient des plaids comme les comtes. — (Jules Michelet, Histoire de France, tome I, A. Lacroix et Cie, Paris, 1880, p. 357)
    • En discorde (discordia) avec eux à cause de terres et d'autres biens qu'ils leur avaient injustement enlevés, ils se sont rendus au plaid (placitum) à Laizé en présence du cellérier et du doyen de ce lieu. Là, ils ont abandonné leur injustice (calumpnia). — (Didier Méhu, Paix et communautés autour de l'abbaye de Cluny Xe-XVe siècle, chap. 5 : La Paix clunisienne, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 257)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLAID. n. m.
Il s'est dit des Procès, assemblées et juridictions du moyen âge.

Littré (1872-1877)

PLAID (plè ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas) s. m.
  • 1 Terme de féodalité. Se dit des assemblées dans lesquelles se jugeaient les procès, sous les rois des deux premières races. Les comtes assemblaient, pour juger les affaires, des espèces de plaids ou d'assises, Montesquieu, Esp. XXX, 28.

    Plaids généraux ou grands plaids, assises des officiers de justice.

    Cour des plaids communs (common pleas), une des quatre principales cours de justice d'Angleterre ; elle juge les différends civils entre parties.

  • 2Audience d'un tribunal. Tenir les plaids. Tous les jours, le premier aux plaids et le dernier, Racine, Plaid. I, 1.

    Fig. Les Rohan faisaient des visites dans Versailles, tenaient les plaids chez la maréchale de la Mothe, Saint-Simon, 166, 215.

    Les plaids tenants, c'est-à-dire à l'audience.

    Les plaids sont ouverts, l'audience est ouverte.

    Fig. Être sage au retour des plaids, perdre l'envie de plaider après avoir eu des procès.

  • 3 Par extension, plaidoyer. Celui devant qui se faisait le plaid, nommait un d'entre eux qui poursuivait la querelle, Montesquieu, Esp. XXVIII, 24.

    PROVERBE

    Peu de chose, peu de plaid, c'est-à-dire pour expliquer une affaire de peu de conséquence, il ne faut pas de longs discours ; ou bien la chose dont on parle ne vaut pas la peine d'être contestée.

    Ce mot a vieilli, excepté dans le sens historique et appliqué aux assemblées et aux juridictions du moyen âge.

HISTORIQUE

IXe s. Et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai [je ne prendrai jamais querelle avec Lothaire], Serment.

XIe s. Al plait ad Ais en fut juget à pendre, Ch. de Rol. CVIII. Dès or comence li plait de Guenelon, ib. CCLXIX.

XIIe s. Ne peuvent une hore avoir pez ; Toute jour sont, dient, az plez, Plais de forez, plais de monnoies, Plais de porprise, plaiz de voies, E plaiz de blet, e plaiz de moutes…, Rou, dans DU CANGE, placitum. Al jor du jugement, quant Dex tiendra ses plais, Sax. X. Li bachelers ne tint plait [ne tint compte] de ses paroles, mais à force fist de la pulcele sa volented, Rois, p. 164.

XIIIe s. Une feme avoit fet son plet à deus ribaus, qu'il tueroient son baron [mari], Beaumanoir, LXIX, 16.

XVe s. Après advint que le roy Philippe print ledit messire Robert en fort grant haine, pour l'occasion d'un plaid qui estoit esmeu par devant luy, dont estoit cause la comté d'Artois, Froissart, I, I, 54.

XVIe s. En cent livres de plaid n'y a pas une maille d'amour, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « plaid »

Prov. plag, plach, placht, plai, plait, plat ; anc. catal. pleit ; esp. pleito ; portug. pleito et preito ; ital. piato ; du bas-lat. placitum, assemblée publique, ainsi dite parce que les édits qui la convoquaient portaient quia tale est nostrum placitum, car tel est notre plaisir ; de placere (voy. PLAIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Du latin placitum (« ce qui plait ») qui a pris le sens de « ce que l'on a en vue » d'où, en latin médiéval « dessein, projet, résolution, consentement, pacte » et, dans la langue juridique médiévale, « engagement à comparaître devant le tribunal », « réunion, conférence » de là « séance judiciaire, plaidoirie » et « litige, procès ».
(Nom commun 2) De l’anglais plaid, du scots plaid, du gaélique écossais plaide[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « plaid »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plaid plɛ

Fréquence d'apparition du mot « plaid » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « plaid »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « plaid »

  • Surtout ne jamais plaider coupable face à un adversaire, même animé des meilleures intentions.
    Gilles Martin-Chauffier — Une vrai Parisienne
  • Le Coeur seul peut plaider sa cause.
    Benjamin Constant — Adolphe
  • Chaque luciole plaide pour son âme.
    Proverbe guadeloupéen
  • A plaider contre un mendiant, on gagne des poux.
    James Freeman Clarke — Paroemiologia anglo-latina
  • Il n'est bon avocat qui ne mente en plaidant.
    Proverbe français
  • Ce qui plaide le mieux en faveur de l'abolition de la peine de mort, ce sont les argument qu'emploient ses partisans, et leur mentalité.
    Arthur Koestler — Réflexions sur la Peine Capitale
  • C'est la politique de Satan de plaider en faveur d'une tolérance infinie et sans bornes.
    Thomas Shepard — Sermon
  • L'humour est une manière de parler à côté du sujet, de viser exactement, non la cible, mais sa banlieue, de plaider le faux pour dire le vrai.
    Jacques Audiberti
  • Entre l'homme et l'animal, il y a cette différence que le premier, ayant reçu l'usage de la parole, peut plaider en vers et en prose, pour les bas instincts qu'il partage avec le second...
    Jean Simard — Félix
  • Pour l’heure, la seule alternative possible et peu coûteuse serait de proposer des couvertures ou des plaids au client, comme à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, ou encore au Danemark, en Allemagne ou en Suède. Une option envisagée par Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, sur la matinale de Cnews ce mardi 28 juillet. “Il faut qu’on trouve d’autres modes de vie, on peut rester en terrasse avec des plaids, des couvertures, en étant un peu mieux couverts. On n’est pas contre les terrasses”, a-t-elle affirmé.
    Le Huffington Post — Malgré l'interdiction des terrasses chauffées, le plaid n'est pas la solution | Le Huffington Post LIFE
Voir toutes les citations du mot « plaid » →

Traductions du mot « plaid »

Langue Traduction
Anglais plaid
Espagnol tartán
Italien plaid
Allemand plaid
Chinois 格子
Arabe منقوشة
Portugais xadrez
Russe плед
Japonais チェック柄
Basque plaid
Corse piaghja
Source : Google Translate API

Synonymes de « plaid »

Source : synonymes de plaid sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot plaid au Scrabble ?

Nombre de points du mot plaid au scrabble : 8 points

Plaid

Retour au sommaire ➦