La langue française

Piller

Sommaire

  • Définitions du mot piller
  • Étymologie de « piller »
  • Phonétique de « piller »
  • Citations contenant le mot « piller »
  • Images d'illustration du mot « piller »
  • Traductions du mot « piller »
  • Synonymes de « piller »

Définitions du mot piller

Trésor de la Langue Française informatisé

PILLER, verbe trans.

I. − Courant
A. −
1. S'emparer par force de tous les biens que renferme un lieu pris par violence et mis à sac. Piller une ville. Le comte d'Armagnac lui-même ne pouvait les arrêter. Après avoir pillé les maisons, ils se jetèrent sur les couvens et les églises, où s'étaient réfugiées les filles et les femmes (Barante, Hist. ducs Bourg.,t.3, 1821-24, p.416).Cette collection prouve que les gens qui ont pillé les églises et les couvents sont d'excellents artistes et d'admirables connaisseurs (Gautier, Tra los montes,1843, p.63).
P. métaph. Par lui d'abord [Mammon] les hommes aussi (...) saccagèrent le centre de la terre, et avec des mains impies pillèrent les entrailles de leur mère, pour des trésors qu'il vaudrait mieux cacher (Chateaubr., Paradis perdu,1836, p.59).
2. S'emparer par la force des biens de particuliers. La population se voit piller par les brigands comme une femme du peuple se sent battre par son mari, en admirant comme il frappe bien (About, Roi mont.,1857, p.23).
Empl. abs. Mais c'était le pillage, l'incendie, le meurtre et le viol certains. Et les Bourguignons seraient venus la reprendre (...) y piller, brûler, violer, massacrer de nouveau (A. France, J. d'Arc,t.1, 1908, p.472).
B. − P. ext.
Dérober, emporter le bien d'autrui. Synon. dévaliser, faire main basse sur (fam.; v. bas1I A 3 c).Tout à coup le roi apprit qu'une troupe de Français attaquait l'armée anglaise par derrière et venait de piller ses bagages (Barante, Hist. ducs Bourg.,t.4, 1821-24, p.77).Il entra au service du chevalier de Trigand, qu'il ne vola pas (...) mais qu'il pilla comme un pays conquis (Sand, Valentine,1832, p.77).
P. anal. Moi, j'ai toujours défendu de dénicher les moineaux de la ferme: ça nous pille beaucoup de grain, mais ça nous en sauve encore plus (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p.48).
Dépouiller par des manoeuvres frauduleuses (vols, concussion, détournements, etc.). Piller les deniers de l'État. (Chacun d'eux fouille dans la cassette, et en tire quelque chose en poussant des cris de joie) (...) Le roi: (...) Ah çà! mais on a donc pillé le trésor de la couronne, ici? (Dumas père, Jeunesse Mousquet.,1849, iii, 10, p.146).[Louis Bonaparte] se tourne vers les juges inamovibles, et leur dit: −Magistrature, je brise la Constitution, je me parjure, je dissous l'Assemblée souveraine (...) je pille les caisses publiques, je séquestre, je confisque, je vole, j'escroque, je spolie (...) regardez les lois, elles sont sous mes pieds (Hugo, Nap. le Pt,1852, p.205).
P. ext. Prendre tout, ne rien laisser. Il s'en va dans les bois et pille les fraisiers. Il s'attarde. La lune a rongé le sentier Qui bouge (Jammes, De tout temps,1935, p.103).
C. − Au fig. ou p. métaph. Prendre à son compte, faire passer pour siennes les créations d'autrui, plagier. Dîné chez Bertin; le bon Delsarte m'a dit que Mozart avait outrageusement pillé Galuppi, à peu près sans doute comme Molière a pillé partout où il a trouvé (Delacroix, Journal,1855, p.317).Tu devrais être fier, car c'est toi le véritable triomphateur du Salon, cette année. Il n'y a pas que Fagerolles qui te pille, tous maintenant t'imitent (Zola, L'OEuvre,1886, p.323).
II. − Spécialement
A. − CHASSE. [En parlant d'un chien de chasse] S'élancer sur le gibier, ne plus rester en arrêt. [Le chien] tenait l'arrêt (...) il y serait encore, je crois, en arrêt, si son maître ne lui eût crié: «Pille! pille!» (Dumas père, Chasse au chastre,1850, i, 1, p.183).
B. − JEUX, vx. Piller ou faire pille. ,,Avoir le droit, dans certains cas, de prendre pour soi, toutes les cartes d'une même couleur`` (Littré).
REM. 1.
Pille, subst. fém.,jeux. [Corresp. à supra II B] Jouer à pille. [Nos ancêtres] jouaient (...) au malheureux, à pille, nade, jocque, fore (Kock, Ficheclaque,1867, p.41).
2.
Pilloter, verbe trans.Commettre ici et là de petits larcins. Les voisins, dont il pillotait volontiers les poulaillers et les vergers et qu'il houspillait après boire, n'intercédèrent pas pour sa libération (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p.211).
Prononc. et Orth.: [pije], (il) pille [pij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoit. xiiies. «malmener, houspiller» (Gaufrey, 103 ds T.-L.); b) 1288 en partic. «malmener, mordre (en parlant d'un chien)» (Jacquemart Gielee, Renart le Nouvel, éd. H. Roussel, 3427); 1680 (Rich.: On dit aussi en parlant à un chien, pille, c'est-à-dire, prend ce qu'on te jette) −xviiies. «assaillir avec violence» (Voltaire ds DG), encore ds Hautel 1808; 2. a) ca 1277 «dépouiller quelqu'un (par la ruse)» (Adam de La Halle, Jeu de la Feuillée, éd. J. Dufournet, 1063); b) déb. xives. peillier «prendre, se saisir de quelque chose (par la violence)» (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, XI, 104); c) 1680 jeux «prendre, enlever» (Rich.). Dér. du lat. pĭlleum «chiffon», v. peille; cf. les comp. espillier, despillier «maltraiter, malmener, houspiller» bien att. aux xiiie-xives., v. T.-L., Gdf. et FEW t.8, p.496 à 501. Fréq. abs. littér.: 733. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1309, b) 1252; xxes.: a) 833, b) 825.
DÉR.
Pillerie, subst. fém.Action de piller, de voler, de commettre des larcins; résultat de cette action. Il parle des pilleries d'officiers du génie, qui feraient inscrire sur les feuilles des entrepreneurs 300 ouvriers, là où un atelier de 50 travaille seulement (Goncourt, Journal,1870, p.595).D'Hazebrouck à Gravelines, les bandes tenaient la campagne, ce n'était que pilleries; on voyait flamber les villages jusqu'à Furnes, par-dessus les coteaux de Bamberque, à vingt lieues (Bernanos, M. Ouine,1943, p.1378).[pijʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. 1345 pillorie (Interrogatoire et jugement ds A. et E. Molinier, Chronique normande du XVIes., p.227); 1360 pillerie (Ordonnances des Rois de France, t.3, p.434); de piller, suff. -erie*.
BBG.Bach (E.). Rückzugsgebiete von im Mittelalter weiter verbreiteten altfranzösischen Wortfamilien im Gallorom. Wuppertal, 1979, pp.37-38. _Jaberg (K.). Mittelfranzösische Wortstudien. In: [Mél. Jud (J.)]. Genève; Zurich-Erlenbach, 1943, pp.299-328. _Lecoy (F.), Levy (R.). Apostilles de lexicogr. raschianique. Romania. 1960, t.81, p.280. _Tracc. 1907, p.162. _Wind 1928, p.174.

Wiktionnaire

Verbe

piller \pi.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Emporter violemment les biens d’une ville, d’une maison, etc.
    • Ce n’est que le commencement de plus grands malheurs : ces Prussiens, ces Autrichiens, ces Russes, ces Espagnols, et tous ces peuples que nous avons pillés depuis 1804, vont profiter de notre misère pour tomber sur nous. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Mais généralement l’envoi de quelques troupes met fin aux troubles en peu de temps. Elles envahissent le territoire de la tribu à châtier, pillent les douars, razzient les troupeaux, détruisent les cultures, font des prisonniers et coupent des têtes, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 11)
  2. Commettre des exactions, des concussions, en parlant de ceux qui le font dans leur charge, dans leur emploi, des gains illicites et scandaleux.
    • Ce gouverneur abusa de son autorité pour piller la province.
    • Cet intendant a si bien pillé son maître qu’il est devenu plus riche que lui.
  3. Prendre dans les ouvrages des autres des choses que l’on donne comme siennes, en parlant de littérature et de beaux-arts.
    • Il a pillé dans de vieux auteurs la plupart des idées que renferme son livre.
    • Ce musicien a pillé les motifs de ses plus beaux airs dans des partitions italiennes.
    • Ces vers sont pillés de Racine, pillés dans Racine.
  4. (Chasse) Se jeter sur les animaux ou sur les personnes, en parlant des chiens.
    • Son chien a pillé le mien.
    • C’est un chien qui pille tous les passants.
    • Il l’a fait piller par son chien.
    • En termes de chasse, on dit pour agacer un chien contre d’autres animaux, ou contre des personnes : Pille !
  5. (Jeux) Au jeu de l’hombre, action qui consiste à prendre plus de cartes qu’il ne faut.

Nom commun

piller \Prononciation ?\ neutre

  1. Pilule.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PILLER. (ILLER se prononce IYER.) v. tr.
Emporter violemment les biens d'une ville, d'une maison, etc. Piller une ville, un château. Les gens de guerre ont pillé ce village. La ville fut emportée d'assaut et pillée. Il se dit aussi de Ceux qui commettent des exactions, des concussions, qui font dans leur charge, dans leur emploi, des gains illicites et scandaleux. Ce gouverneur abusa de son autorité pour piller la province. Cet intendant a si bien pillé son maître qu'il est devenu plus riche que lui. Il signifie, en parlant de Littérature et de Beaux-Arts, Prendre dans les ouvrages des autres des choses que l'on donne comme siennes. Il a pillé dans de vieux auteurs la plupart des idées que renferme son livre. Ce musicien a pillé les motifs de ses plus beaux airs dans des partitions italiennes. Ces vers sont pillés de Racine, pillés dans Racine. Il se dit aussi des Chiens qui se jettent sur les animaux ou sur les personnes. Son chien a pillé le mien. C'est un chien qui pille tous les passants. Il l'a fait piller par son chien. En termes de Chasse, Pille! se dit pour exciter un chien à se jeter sur le gibier. On le dit aussi pour agacer un chien contre d'autres animaux, ou contre des personnes.

Littré (1872-1877)

PILLER (pi-llé, ll mouillées, et non pi-yé) v. a.
  • 1Dépouiller, avec violence, de ses biens une ville, une maison, etc. La flotte… Croit surprendre la ville, et piller la contrée, Corneille, Cid, III, 6. On leur promit [aux soldats réformés] des monastères à piller, Bossuet, Déf. Variat. 1er disc. 58. Brennus marcha avec le gros de l'armée du côté de Delphes, pour piller les richesses immenses du temple d'Apollon, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 349, dans POUGENS. Faria, envoyé contre des corsaires malais, chinois et d'autres pirates, alla piller les tombeaux des empereurs de la Chine, dans l'île de Calampia, Raynal, Hist. phil. I, 24. Le peuple qui pille les boutiques de boulangers n'en prend pas conseil dans les livres, Marmontel, Mém. XI.

    Il se dit des personnes dans un sens analogue. Un chevalier, dit-elle, m'a pillée, Voltaire, Ce qui pl. aux dames. Les cris des Polonais, que nos alliés pillent impitoyablement et qu'ils insultent, se firent entendre, Ségur, Hist. de Nap. III, 2.

    Absolument. Là [les Indes] il n'y a que des misérables qui pillent, et des misérables qui sont pillés, Montesquieu, Esp. XVI, 10.

  • 2Enlever, emporter par pillage. Vos effets ont été pillés tant par les archers que par vos propres domestiques, Lesage, Gil Blas, IX, 7.

    Piller une collation, un dessert, se jeter sur une collation, sur un dessert, pour emporter les fruits, les confitures, etc.

  • 3Commettre des exactions, des concussions. Les provinces étaient pillées par les proconsuls romains.

    Faire des gains illicites, mettre à contribution. Ces gueuses, pour piller la dupe qui leur rit, Th. Corneille, Galant doublé, I, 1. Oh ! par ma foi, monsieur le commissaire, nous vous pillerons, vous qui pillez les autres, Dancourt, Bourg. à la mode, III, 8.

    Fig. Un nocturne larron, comme un hôte introduit, A, l'épée à la main, la menace à la bouche, Honteusement pillé la pudeur de sa couche, Ponsard, Lucrèce, V, 4.

  • 4En fait de littérature et de beaux-arts, prendre chez autrui des choses qu'on donne comme siennes. Mais parlez-moi donc des poésies de cet homme [le roi de Prusse] qui a pillé tant de vers et tant de villes, Voltaire, Lett. d'Argental, 15 févr. 1760. Ce qu'il [La Beaumelle] pille, il l'appelle ses pensées, Voltaire, ib. 18 déc. 1752. Lorsque les historiens sont contemporains, il est difficile, au bout de quelque temps, de savoir qui est celui qui a pillé l'autre, Voltaire, Mœurs, Rem. XI. Comme il s'approprie, sans esprit, l'esprit des autres ! comme il gâte ce qu'il pille ! Voltaire, Candide, 22. Un bel esprit, beau de l'esprit qu'il pille, Béranger, Bonne fille.

    Fig. Monsieur Bourguignon, vous avez pillé cette galanterie-là quelque part, Marivaux, Jeux de l'am. et du has. I, 8.

  • 5En parlant des chiens, se jeter sur les animaux, sur les personnes. Et puis, quand le chasseur croit que son chien la pille, Elle [la perdrix] lui dit adieu…, La Fontaine, Fabl. X, 1. … Car étant de nature à piller ses pareils, mainte mésaventure L'aurait fait retourner chez lui Avec cette partie [oreilles] en cent lieux altérée, La Fontaine, ib. X, 9.

    Il se dit, dans le même sens, des personnes. On nous voit tous, pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, La Fontaine, Fabl. X, 15. Il démêle un sot de cent pas, Le poursuit, l'aboie et le pille, Deshoulières, Poés. t. II, p. 141.

    Pille, terme dont on se sert pour exciter un chien à se jeter sur le gibier, pour lui faire entendre de manger un morceau qu'on lui jette, et aussi pour agacer un chien contre un autre. Il me semble qu'il est comme ces chiens, a qui l'on dit longtemps : Tout beau, et puis tout d'un coup, pille, Sévigné, 499.

  • 6À certains jeux de triomphe, piller ou faire pille, avoir le droit, dans certains cas, de prendre pour soi toutes les cartes d'une même couleur.

    Se dit à l'hombre, pour prendre plus de cartes qu'on ne doit.

  • 7Se piller, v. réfl. Se prendre l'un à l'autre ce que l'on a.

    Se piller, se jeter l'un sur l'autre. Enfin tout d'un coup ils se pillèrent avec tant d'animosité et de furie, que les musiciens craignirent pour leurs jambes, et gagnèrent au pied, laissant leurs orgues à la discrétion des chiens, Scarron, Rom. com. I, 15.

HISTORIQUE

XVIe s. Tormenter les vefves, piller les orphelins, Calvin, Instit. 1159. Je la gourmande en bloc [l'idée de la mort], par le menu elle me pille, Montaigne, III, 301. On y jectoit mille cerfs, etc. … les abandonnant à piller au peuple, Montaigne, IV, 12. Tous ceulx qui avoient manié les finances de la chose publique avoient grandement pillé et desrobbé le public, Amyot, Arist. 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PILLER, v. act. Voyez Pillage. Outre l’acception par laquelle il désigne le vol fait publiquement avec violence, il en a encore quelques autres, comme en littérature, s’emparer des écrits de ceux qui ont écrit avant nous sans les citer ; & au jeu, emporter une carte avec une autre carte qui lui est supérieure, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « piller »

Wallon, pii ; provenç. pilhar, pillar ; esp. pillar ; port. pilhar ; ital. pigliare, qui signifie prendre (d'où, au XVIe siècle, quand les italianismes abondaient dans le français, piller patience, YVER, p. 564) ; du lat pilare, voler, piller. L'l mouillée dans toutes les langues romanes suppose probablement une forme pileare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Apparait avec le sens de « malmener, houspiller », puis prend le sens de « dépouiller quelqu’un (par la ruse) », (XIVe siècle) peillier « prendre, se saisir de quelque chose par la violence ». Voir espillier, despillier « maltraiter, malmener, houspiller ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piller pije

Citations contenant le mot « piller »

  • Après tout, il y a un avantage à piller les écrits d'autrui : on n'est jamais forcé d'exiger de son travail plus qu'il ne vaut. De Edgar Allan Poe / Marginalia
  • Ce sont en effet pas moins de 150 personnes qui se sont rendues sur place. Ces dernières ont alors menacé les jeunes diplômés avant de piller la maison, rapporte Le Progrès. Des objets de valeur comme des bijoux ou encore des ordinateurs ont été volés. sudinfo.be, Des jeunes fêtent la fin des examens avant de partir en vacances: plus de 100 personnes s’invitent, la soirée tourne mal!
  • Bon appétit, Messieurs ! Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon De servir, serviteurs qui pillez la maison. Victor Hugo, Ruy Blas, III, 2, Ruy Blas
  • La moitié de Madrid pille l'autre moitié. Victor Hugo, Ruy Blas, III, 2, Ruy Blas
  • Selon l'accusation, il est une figure clé dans cette affaire qui aurait vu de hauts responsables piller des milliards dans les coffres de l'État et se livrer à des dépenses somptuaires. LaLibre.be, 1MDB : l'extraordinaire scandale financier malaisien - La Libre
  • Le mercato estival devrait certainement s'intensifier dans les prochains jours puisque le marché des transferts anglais ouvre ses portes aujourd'hui et ce jusqu'au 5 octobre. Les relégués (Watford, Bournemouth et Norwich) risquent de se faire piller tandis que les promus (Leeds, WBA...) vont vouloir frapper fort. Les cadors de Premier League vont eux pouvoir continuer ou commencer à se renforcer. En première ligne Manchester United qui aurait fait une première offre, refusée, pour Jadon Sancho.Parmi les autres informations mercato, Camavinga toujours ciblé par le PSG et un autre cador européen, Nice et Séville d'accord pour Rony Lopes, Zlatan et Willian pourraient prolonger, Benfica se rapproche de Cavani, Lille refuse une offre XXL pour Renato Sanches et discute avec une pépite de Manchester United... 90min.com, MERCATO : Les 10 infos et rumeurs de transferts les plus chaudes du lundi 27 juillet

Images d'illustration du mot « piller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « piller »

Langue Traduction
Anglais loot
Espagnol botín
Italien bottino
Allemand beute
Chinois 抢劫
Arabe نهب
Portugais saque
Russe добыча
Japonais 戦利品
Basque loot
Corse bottu
Source : Google Translate API

Synonymes de « piller »

Source : synonymes de piller sur lebonsynonyme.fr
Partager