La langue française

Picoter

Définitions du mot « picoter »

Trésor de la Langue Française informatisé

PICOTER, verbe trans.

I. − [Fréquentatif de piquer]
A. − Marquer de petits trous, de taches, de points. [Les portraits] restent là, muets, immobiles dans leurs cadres de bois, nous passons. Les mites picotent leur toile, on les revernit, ils sourient encore, que nous sommes pourris et oubliés (Flaub., Champs et grèves, 1848, p.181).
Au part. passé en empl. adj. Visage picoté de petite vérole, de sueur. L'hiver venait, la terre brune picotée un beau matin de points blancs, comme un oeuf de vanneau (Giraudoux, Suzanne, 1921, p.24).
B. −
1. Piquer légèrement à petits coups répétés. Martinet (...) prit la plume qu'on lui offrait (...); mais la plume picotait le papier et sautillait entre ses doigts crispés par la frayeur (Nerval, Fayolle, 1855, p.174):
1. ... les quelques pauvres diables qu'on aperçoit et qu'on entend dans ces baraques picoter des morceaux de pierre n'avanceront pas en trois siècles la besogne au dixième [la construction de la cathédrale de Cologne]... Delacroix, Journal, 1850, p.398.
2. En partic.
a) [Le suj. désigne un oiseau] Piquer avec le bec à plusieurs reprises. Synon. becqueter, picorer.Oiseaux qui picotent les fruits. De petits poussins qui, à quelques pas d'une poule et d'un coq, picotaient l'herbe des pavés (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p.117).Une poule sur un mur Qui picotait du pain dur, Picoti, picota, Lève la queue et saute en bas (Les Comptines de lang. fr., Paris, Seghers, 1962, p.249).
Empl. abs. Chercher çà et là sa nourriture. Synon. picorer.Dans les tas de fumier, au bord des étables, les poules et leurs poussins picotaient tous ensemble (Cladel, Ompdrailles, 1879, p.135).
b) P. anal. [Le suj. désigne une pers.] Prendre un peu de nourriture par-ci, par-là; grappiller. Synon. picorer.Picoter du raisin, des raisins. Moi, ce que je voudrais, c'est picoter une fois des pommes frites, dans le plat, avec mes doigts (Renard, Poil Carotte, 1894, p.305):
2. Çà et là, elles choisirent, picotèrent petits fours et tartes pour emporter. Au moment de payer elles s'éparpillaient encore en politesses et puis prétendirent s'offrir mutuellement des petits feuilletés à croquer «tout de suite». Céline, Voyage, 1932, p.472.
Au fig. Recueillir par-ci, par-là de petites choses dont on peut tirer parti. Synon. glaner.Ainsi j'ai glané sur un individu toutes les notes, picoté tous les renseignements désirables sauf un −j'ignore son numéro de téléphone (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.35).
3. MAN. Picoter un cheval, une monture. Éperonner un cheval, une monture légèrement à diverses reprises. La nièce de Vauxderé, tout en picotant sa monture, était arrivée dans le bois; elle venait de rencontrer le cheval de Virginie, qui retournait à son écurie (Kock, Pucelle, 1834, p.121).
C. − Irriter comme par de petites piqûres nombreuses et renouvelées; causer des picotements. Fumée qui picote les yeux; vêtement rugueux qui picote la peau. Ces larmes brûlaient les yeux de la petite qui se les frottait avec un coin de son mouchoir (...) faisait la grimace dans le petit miroir de son sac à main, se trémoussait car le kohol la picotait (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p.41).
P. ell. du compl. d'obj. dir. Elle se dit que sans doute ces cheveux, qui portaient encore la marque des ciseaux, devaient picoter un peu (Montherl., Songe, 1922, p.64).
Empl. intrans. Les yeux me picotent. Je ne sais pas ce que j'ai aujourd'hui, dit Virginie (...) ça me picote dans les jambes (...) j'ai des cousins, bien sûr! (Kock, Pucelle, 1834, p.32).C'est si bon, une prise (...) surtout quand le nez vous picote (Labiche, Isménie, 1853, 8, p.293).
P. métaph. Sabot se sentait gêné là-dedans [l'église], comme s'il fût entré chez son plus grand ennemi, mais le désir du gain lui picotait le coeur (Maupass., Contes et nouv., t.2, Confess. Th. Sabot, 1883, p.36).
D. − Au fig. Agacer, taquiner par des insinuations, des allusions piquantes et répétées. Croyait-on qu'il fût homme à se laisser picoter par des farces ou pousser par des menaces? (Pourrat, Gaspard, 1930, p.193).Sa «bienfaisance le tuera», avait dit de lui, sans sympathie, le père de Léon (qui picotait les Coëtquidan autant que les Coëtquidan picotaient les Coantré), mais avant d'avoir, il est vrai, dû subir cette bienfaisance (Montherl., Célibataires, 1934, p.804).
Empl. pronom. réciproque. Jamais [en Italie] deux femmes ne sont ensemble qu'en cérémonie (...) jamais deux femmes ne se picotent (Stendhal, Corresp., 1820, p.203):
3. L'homme épouse une dot et une bonne tenue, la femme épouse une calèche et une frisure. De là un bonheur conjugal vraiment unique, chacun tirant à soi, tous deux trompés dans leurs espérances, usant de leur esprit pour se picoter en secret et s'aimer en public. Taine, Nouv. Essais crit. et hist., 1865, p.59.
II. − [Corresp. à picot1] TECHNOL.
A. − Picoter une dentelle. Garnir d'un picot le bord d'une dentelle. (Dict. xixes.).
B. − Picoter un puits de mine. Enfoncer des picots entre les lambourdes et le cadre de boisage. Voir Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p.804.
Prononc. et Orth.: [pikɔte], (il) picote [pikɔt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xives. piquoter «donner des coups de pic» (Froissart, Chron., livre III, § 50, éd. L. Mirot, t.12, p.186); b) 1414 «piquer légèrement et à plusieurs reprises» (L. de Premierf., Decam., B.N. 129, fo159 vods Gdf. Compl.); c) 1541 [date de l'éd.] «faire des incisions (dans la peau du mouton malade pour faire pénétrer l'onguent») (Jean de Brie, Bon Berger, éd. P. Lacroix, p.72); d) 1569 «tacheter, marquer de diverses couleurs» (Est.); 2. ca 1500 fig. «harceler» (Jean d'Auton, Chron., éd. P. L. Jacob, t.3, p.66); 3. 1622 «causer une irritation, démanger» (Paré, OEuvres, livre 20, chapitre 14, éd. J.-Fr. Malgaigne, t.3, p.196); 4. a) 1667 «butiner les fleurs (en parlant d'abeilles)» (Scarron, Virgile travesty, t.2, p.176); b) 1669 «becqueter les fruits (en parlant d'oiseaux)» (Widerhold Fr.-all.); c) 1850 «picorer (des poules)» (Flaub., Corresp., p.241); d) 1869 d'une pers. (Littré: Picoter des raisins à une treille); 5. 1804-05 «enfoncer des picots entre les lambourdes et le cadre de boisage d'un puits de mine» (Daubuisson, Du picotage et du cuvelage [à Anzin] in Journ. des mines, no105, 164 ds Quem. DDL t. 25). Dér. de piquer* d'apr. picot*; au sens 4 cf. les dér. att. dans les parlers région. picocher, pigocher, pigonner, v. FEW t.8, p.462. Fréq. abs. littér.: 31.
DÉR. 1.
Picotage, subst. masc.a) [Corresp. à supra I D] Action de taquiner, d'agacer quelqu'un par des traits piquants. À déjeuner (...) il se mettait à dire: «Tiens, si je ne buvais pas?» À quoi MmeZola répondait que ça n'avait pas le sens commun et que, du reste, elle était bien sûre qu'il ne pourrait pas le faire. Là-dessus, contradiction et picotage entre le mari et la femme, et Zola ne buvait pas à ce premier déjeuner et continuait le régime pendant trois mois (Goncourt, Journal, 1888, p.851).b) [Corresp. à supra II B] Technol. [En parlant d'un puits de mine] Action de picoter. Ce revêtement offre les plus sérieuses garanties de sécurité et convient particulièrement dans le cas du picotage, adopté à Anzin et dans les mines du Nord (E. Schneider, Charbon, 1945, p.159).[pikɔta:ʒ]. 1resattest. a) 1795 technol. (Blavier, in Saint-Léger, Mines d'Anzin, I, p.386 ds Quem. DDL t.25); b) 1888 «petite querelle» (Goncourt, loc. cit.); de picoter, suff. -age*; picotage est att. ca 1580 au sens de «maraudage» (Nouv. Fabrique des excell. Traits de vérité, p.17, Bibl. elz. ds Gdf.; v. aussi FEW t.8, p.461).
2.
Picoterie, subst. fém.[Corresp. à supra I D] Parole ou propos écrit, dont le but est d'agacer, de taquiner. Deux querelles avec Charlotte sur MmeRode et sur Gottingue. Les picoteries femelles m'ennuient (Constant, Journaux, 1812, p.375).Le soir, il [M. Leuwen] dit à son fils: −Ton ministre m'a écrit, comme un amant à sa maîtresse, des picoteries. J'ai été obligé de lui répondre, et cela me pèse (Stendhal, L. Leuwen, t.2, 1835, p.315). [pikɔtʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. ca 1590 «agacerie» (Montaigne, Essais, livre 1, chapitre 20, éd. P. Villey, t.1, p.81); de picoter, suff. -erie*; une attest. de picquoterie au xves. au sens de «picorée, maraudage» (L'Abuzé en court, éd. Dubuis, OEuv., IV, 117, Quatrebarbe ds Gdf.; v. aussi FEW t.8, p.461).
3.
Picotis, subst. masc.[Corresp. à supra I C] Léger picotement. Le picotis que ressent la main, est, en fait, un petit bombardement dont les éclats (...) s'enfoncent dans l'épiderme (La Varende, Tourmente, 1948, p.107). [pikɔti]. 1reattest. 1885 (A. Daudet, Tartarin Alpes, p.172); de picoter, suff. -is*.
BBG.Quem. DDL t.7. (s.v. picotis).

Wiktionnaire

Verbe

picoter \pi.kɔ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Piquer légèrement, de façon répétée.
    • Un sinapisme qui picote la peau.
    • Je partis par sauts et par bonds, pour éviter les flaques grises que la pluie picotait de mille petits ronds. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 204)
  2. Faire aux fruits des petites piqûres, en les becquetant, en parlant des oiseaux.
    • Les oiseaux ont picoté tous les fruits.
  3. (Équitation) Faire sentir légèrement l’éperon à un cheval, à diverses reprises.
  4. (Figuré) (Familier) Attaquer souvent quelqu’un par des paroles dites avec malignité ; chercher à le fâcher, à l’irriter.
    • Il l’a picoté pendant toute la soirée.
    • Ils se picotent toujours l’un l’autre.
    • Ils ne font que se picoter.
  5. Saisir sa nourriture de-ci de-là, grappiller.
    • Ça et là, elle choisirent, picotèrent petits fours et tartes pour emporter. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
  6. Irriter comme par de petites piqûres nombreuses et renouvelées; causer des picotements
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PICOTER. v. tr.
Causer des picotements. Un sinapisme qui picote la peau. Il se dit aussi des Petites piqûres que les oiseaux font aux fruits en les becquetant. Les oiseaux ont picoté tous les fruits. Fig., Picoté de petite vérole, Marqué de petite vérole. En termes de Manège, Picoter un cheval, Lui faire sentir légèrement l'éperon à diverses reprises.

PICOTER signifie, figurément et familièrement, Attaquer souvent quelqu'un par des paroles dites avec malignité; chercher à le fâcher, à l'irriter. Il l'a picoté pendant toute la soirée. Ils se picotent toujours l'un l'autre. Ils ne font que se picoter.

Littré (1872-1877)

PICOTER (pi-ko-té) v. a.
  • 1En parlant des oiseaux, becqueter les fruits.

    Il se dit aussi des abeilles. Les abeilles, quand, dans un pré De cent mille fleurs diapré, Leur soûl de fleurs elles se donnent, Et, picotant les fleurs, bourdonnent…, Scarron, Virg. VI.

    Picoter des raisins à une treille, en manger des grains.

  • 2 Terme de manége. Picoter un cheval, lui faire sentir légèrement l'éperon à diverses reprises.
  • 3Causer des picotements. Nous avons ici notre maître Guénaut fort malade d'une rétention d'urine, qui ne lui est venue que d'avoir fait la débauche et d'avoir bu du vin d'Espagne qui lui a picoté la vessie, Patin, Lettres, t. II, p. 344. L'eau vient à la bouche… d'autres eaux s'apprêtent dans l'estomac ; et déjà elles le picotent ; tout se prépare à la digestion, Bossuet, Connaiss. III, 11.
  • 4 Fig. Attaquer souvent par des traits malins. Je n'ai point l'intention de vous picoter, Mme du Deffant, Lett. à H. Walpole, t. I, p. 173, dans POUGENS.
  • 5Enfoncer des picots entre les lambourdes et le cadre de boisage d'un puits de mine.
  • 6Mettre du picot à une dentelle.
  • 7Se picoter, v. réfl. S'agacer mutuellement. Sur des significations réciproques les ducs d'Elbeuf et de Vendôme s'aigrirent, se picotèrent, et enfin se querellèrent, Saint-Simon, 20, 232.

HISTORIQUE

XVe s. … Deux cens brigans [sorte de soldats] qui tenoient grans pics et havets de fer ; et entendis que ceux hurtoient et picquotoient au mur…, Froissart, liv. I, p. 126, dans LACURNE. Car comme moy tu deviendras en poudre, Tout picoté comme est un deel à coudre, cité par CH. NISARD, Revue de l'instruction publique, 15 nov. 1860. Sans cesse picquotoyent les Espaignols nos Françoys, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, f° 90, dans LACURNE.

XVIe s. Pour tel accord les freres ne laisserent pas de se piccoter, estans leurs departemens limitrophes, D'Aubigné, Hist. I, 113. Quelque humeur vitieuse qui picote l'estomac, l'irrite, Paré, XX bis, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PICOTER, v. act. piquer des trous ; & PICOTÉ, adj. (Gramm.) taché de petits trous. Il se dit de ceux qui ont eu la petite-vérole. Il se dit aussi en Blason pour marqueté. Les pêcheurs & les naturalistes ont remarqué que la truite étoit picotée ; c’est ainsi qu’ils rendent le mot latin variegatus, qui signifie strictement couvert de taches de différentes couleurs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « picoter »

Diminutif de piquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIVe siècle) Verbe dérivé de piquer avec le suffixe -oter → voir picot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « picoter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
picoter pikɔte

Citations contenant le mot « picoter »

  • « Cela m’a fait picoter le dos. Je n’aime pas entendre ça, mais c’est ce que c’est. » Betanews.fr, Nathan Cleary a traîné sur la controverse de TikTok dans la perte de Parramatta Eels - Betanews.fr
  • Concrètement il s’agit de vidéos dans lesquelles on entend des bruits quotidiens, comme les chuchotements, les bruits de mastication ou encore le crépitement des bûches de bois. Si certains parlent d’orgasmes sensoriels, tant ce genre de bruit peut les mettre dans un état de relaxation ultime, les misophones en revanche, se crispent rien qu’à l’idée de ce genre de pratique. Mais si vous faites partie de la première catégorie de personnes, alors il se pourrait bien que cette technique soit le remède miracle à vos insomnies.  Le bruit de la pluie, le tapotement des ongles, le froissement d’une feuille de papier, ou encore des caresses sur des objets du quotidien sont autant de sons qui peuvent constituer les vidéos ASMR et sauront, selon les personnes, vous procurer un frisson qui va alors picoter votre crâne jusqu’à descendre jusqu’au bas de votre colonne vertébrale. La relaxation grâce aux bruits a-t-elle un réel effet ? Les études prouvant  leur efficacité ne sont pas encore nombreuses, mais les premiers scientifiques à s’être penché sur la question ont déjà constaté un réel effet relaxant sur le corps humain. Une des premières études réalisées sur le sujet en 2015 par l’Université de Swansea en Grande-Bretagne montre que les vidéos sont majoritairement utilisées pour se relaxer (98%). 78% des personnes sondées disaient utiliser ce contenu pour s’endormir, 70% pour diminuer le stress et 13% pour soulager des douleurs. So Soir, L'ASMR pour s’endormir plus facilement
  • « Alors pourquoi n’initiez-vous pas le sexe? Ne me trouvez-vous plus attirant? » Je pressai, sentant soudain la piqûre de larmes picoter mes yeux. JAPANFM, Acte sexuel égoïste qui mettra fin à votre mariage – JAPANFM
  • Enfin, tant qu’à y être, petit conseil pour ceux et celles qui seraient tentés de remiser leurs ensembles de golf dans la remise l’hiver, c’est une très mauvaise idée. « Ça fait tout rouiller l’intérieur de la tige pour ceux et celles qui ont des bâtons en acier. Ça fait aussi oxyder et picoter les bâtons. Mieux vaut les mettre dans la maison », a-t-il conclu. Le Soleil, Un sac de golf dans le coffre de char, « c’est mortel » | Le fil des régions | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Petit inconvénient : son odeur, un peu forte, peut être incommodante. Surtout, il faut veiller à ne pas utiliser ce remède sur une peau qui saigne, car le vinaigre risque de picoter et de relancer l'irritation. Topsante.com, Psoriasis : soulagez les démangeaisons avec du vinaigre - Top Santé

Traductions du mot « picoter »

Langue Traduction
Anglais tingle
Espagnol hormigueo
Italien formicolare
Allemand kribbeln
Chinois 刺痛
Arabe ارتعش
Portugais formigar
Russe покалывание
Japonais チクチクする
Basque tingle
Corse tingle
Source : Google Translate API

Synonymes de « picoter »

Source : synonymes de picoter sur lebonsynonyme.fr

Picoter

Retour au sommaire ➦

Partager