La langue française

Philosophie

Sommaire

  • Définitions du mot philosophie
  • Étymologie de « philosophie »
  • Phonétique de « philosophie »
  • Citations contenant le mot « philosophie »
  • Images d'illustration du mot « philosophie »
  • Traductions du mot « philosophie »
  • Synonymes de « philosophie »

Définitions du mot « philosophie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILOSOPHIE1, subst. fém.

I.
A. − [Avec fondement théorique explicite, en tant que réflexion critique]
1. HIST. ou vieilli
a) ANTIQ. et jusqu'au xixes. Toute connaissance rationnelle quel que soit son objet; système général des connaissances humaines. Les Grecs appellent philosophie, comme au temps de Thalès, l'ensemble des connaissances humaines. La faculté de philosophie remplace à elle seule une faculté des lettres et une faculté des sciences (About, Grèce,1854, p.248).J'aime Leibnitz, réunissant sous le nom commun de philosophie les mathématiques, les sciences naturelles, l'histoire, la linguistique (Renan, Avenir sc.,1890, p.231).La philosophie (...) s'étend à tous les domaines de l'action et du savoir, elle peut et doit contenir le système complet des connaissances, ce système peut et doit atteindre à la perfection en même temps qu'à l'universalité. (...) tout le système du savoir tel que Descartes l'a décrit, est tiré, par une opération purement intellectuelle, d'un petit nombre de principes a priori estimés évidents (J.-Fr. Revel, Hist. de la philos. occ.,t.2, 1970, p.128).V. fragmenter ex. 4:
1. La philosophie avait pour objet le développement de la connaissance et l'exercice de la raison; ceux qui s'y dévouaient, étrangers au monde, étaient les sages par excellence, et il a fallu un étrange abus de mots pour que ce nom devînt un titre de proscription. Maine de Biran, Journal,1817, p.44.
[Suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif]
Philosophie de la nature, philosophie naturelle Philosophie de la nature ou philosophie naturelle. Ensemble des disciplines qui ont pour objet le monde matériel. À chaque étape du progrès de nos connaissances en philosophie naturelle, s'introduisent des éléments nouveaux qui nous obligent souvent à refondre entièrement l'ensemble de notre interprétation des faits physiques (L. de Broglie, Nouvelles perspectives en microphysique,1956, p.49).
[Par recoupement avec I A 1 b β] Philosophie naturelle. Connaissance qui se fonde sur l'expérience, la raison, et est hostile à la révélation. La philosophie naturelle et (...) l'esprit scientifique, dont la première condition est de n'avoir aucune foi préalable et de rejeter ce qui n'arrive pas (Renan, Souv. enf.,1883, p.274).D'où vient que, si ombrageux, si combatifs, quand il s'agit de philosophie naturelle, les défenseurs de la tradition religieuse et des dogmes le soient si peu en matière de spéculation morale? (Lévy-Bruhl, Mor. et sc. moeurs,1903, p.45).
Philosophie de la nature, p.oppos. à philosophie de l'esprit. Ensemble des réflexions des philosophes postkantiens (notamment de Schelling et de Hegel) sur la nature matérielle. Après l'idéalisme subjectif de Kant et de Fichte, vint la philosophie de la nature, retour à la réalité (Vigny, Journal poète,1847, p.1252).
[Chez A. Comte] Philosophie positive*.
Philosophie première. Partie de la philosophie qui a pour objet l'étude des premières causes et des premiers principes. P. oppos. chez Aristote à philosophie seconde, synon. de physique. Aristote ne pouvait voir dans la philosophie première qu'un système de la science objective, qu'une théorie concrète de ses principes: il créa la métaphysique. Science des principes, la philosophie d'Aristote est encore la science, d'intention du moins (J. Lagneau, Célèbres leçons et fragments,Paris, P.U.F., 1964 [1880], p.93).Seule, la philosophie première, c'est-à-dire de l'être lui-même se posant lui-même est positive (J. Wahl, La Philosophie première de V. Jankélévitchds R. de Métaphys. et de Mor., 1955, p.161).
b) En partic.
α) Philosophie ou philosophie chimique ou philosophie hermétique. Synon. de alchimie.La notion métaphysique de la matière première universelle de Platon est transformée et concrétée en quelque sorte, par un artifice de métaphysique matérialiste que nous retrouvons dans la philosophie chimique de tous les temps: elle est identifiée avec le mercure des philosophes (Berthelot, Orig. alchim.,1885, p.273).V. hermétique ex. 1:
2. ... le comte de Kueffstein était un riche seigneur, occultiste ardent, qui, comme l'avait fait Paracelse, le démiurge d'Occident, parcourait les pays d'Europe à la recherche de la solution des grands problèmes de la philosophie et était l'hôte de tous les alchimistes, nécromanciens, cabalistes et initiés... Cendrars, Bourlinguer,1948, p.141.
β) Attitude intellectuelle des philosophes du xviiies. (v. philosophe I A 1 b β). Ces principes de la raison et de la nature, que la philosophie avait su lui rendre chers [au peuple] (Condorcet, Esq. tabl. hist.,1794, p.168).Comme elle s'est faite [la Révolution], au nom de la philosophie, on en a conclu qu'il fallait être athée pour aimer la liberté (Staël, Consid. Révol. fr.,t.2, 1817, p.457).Si les maîtres de la philosophie ne paraissent pas à la tribune et aux affaires, c'est que, à l'aurore de la Révolution, ils sont morts presque tous (Maurras, Avenir intellig.,1905, p.33):
3. La philosophie prétend répandre des lumières, et le commerce créer des richesses; il faut prouver au monde qu'ils font tout le contraire; que la philosophie, avec ses faux droits de l'homme et ses faux équilibres de pouvoirs, ne répand que ténèbres et anarchie; que le commerce, avec sa concurrence mensongère, ses menées d'accaparement et de falsification, appauvrit les producteurs et les consommateurs, qu'il n'est qu'une sangsue de l'industrie. Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p.16, 17.
γ) Surtout au XIXes. Fondements généraux, principes de base d'une science. Il est regrettable (...) que cet enseignement populaire de la philosophie astronomique ne trouve pas encore, chez tous ceux auxquels il est surtout destiné, quelques études mathématiques préliminaires, qui le rendraient à la fois plus efficace et plus facile (Comte, Esprit posit.,1844, p.132).Dans un ouvrage remarquable sur la philosophie minéralogique et sur l'espèce minéralogique paru en 1801, Déodat Dolomieu développa (...) toutes les conséquences de l'identité posée par ce dernier [Haüy] entre le concept d'espèce minérale et celui de molécule intégrante (Hist. gén. sc.,t.3, vol. 1, 1961, p.344):
4. Les cosmologistes devaient, d'abord, par l'avènement de la chimie, pousser l'étude de l'ordre matériel jusqu'à ses phénomènes les plus nobles et les plus compliqués. Mais il fallait ensuite que les biologistes descendissent convenablement aux fonctions vitales les plus grossières et les plus simples, seules susceptibles de se rattacher directement à cette base inorganique. Tel fut le principal résultat de l'admirable conception due au vrai fondateur de la philosophie biologique, l'incomparable Bichat. Comte, Catéch. posit.,1852, p.126.
P. méton. Ouvrage qui traite des principes de base d'une science. Philosophie botanique de Linné. Cette Philosophie zoologique présente les résultats de mes études sur les animaux, leurs caractères généraux et particuliers, leur organisation, les causes de ses développemens et de sa diversité, et les facultés qu'ils en obtiennent (Lamarck, Philos. zool.,t.1, 1809, p.xvii).
2. Courant
a) [Gén. empl. seul]
α) La philosophie. Réflexion critique sur les problèmes de l'action et de la connaissance humaine; effort vers une synthèse totale de l'homme et du monde. C'est la philosophie qui nous apprend à connaître notre nature, et la pratique de ses leçons s'appelle la vertu (P. Leroux, Humanité,1840, p.119).La philosophie n'est pas seulement le retour de l'esprit à lui-même, la coïncidence de la conscience humaine avec le principe vivant d'où elle émane, une prise de contact avec l'effort créateur. Elle est l'approfondissement du devenir en général, l'évolutionisme vrai, et par conséquent le vrai prolongement de la science, −pourvu qu'on entende par ce dernier mot un ensemble de vérités constatées et démontrées (Bergson, Évol. créatr.,1907, p.368).La philosophie est une prise de position raisonnée par rapport à la totalité du réel. Le terme de «raisonné» oppose la philosophie aux prises de positions purement pratiques ou affectives ou encore aux croyances simplement admises sans élaboration réflexive: une pure morale, une foi (J. Piaget, Sagesse et illusions de la philos.,1965, p.57).V. converger ex. 2:
5. Le concept de philosophie tend à désigner très généralement toute image du monde et toute sagesse humaine, la prise de conscience humaine du réel, quels qu'en soient les éléments et les modalités. Le droit à la philosophie devient un des droits de l'homme, en dehors de toute question de longitude, de latitude et de couleur de peau. G. Gusdorf, Traité de métaphys.,Paris, Armand Colin, 1956, p.7.
β) Une philosophie. Conception, démarche philosophique; système philosophique constitué. Synon. doctrine, théorie.La philosophie pure n'a pas exercé d'action bien immédiate sur la marche de l'humanité avant le XVIIIesiècle, et il est beaucoup plus vrai de dire que les époques historiques font les philosophies, qu'il ne l'est de dire que les philosophies font les époques (Renan, Avenir sc.,1890, p.24).De ressentir l'être dans l'homme, et de les distinguer si nettement, de rechercher une certitude du degré supérieur par une sorte de procédure extraordinaire, ce sont les premiers signes d'une philosophie (Valéry, Variété II,1929, p.16).V. côtoyer ex. 2.
P. méton. Ouvrage, traité de philosophie. Dans quelques années, j'écrirai certainement une Philosophie (Lamart., Corresp.,1834, p.69).
γ) Discipline qui constitue la matière principale de l'une des classes terminales de l'enseignement secondaire ou un cycle d'études dans l'enseignement supérieur et qui comprend la psychologie, la morale et la sociologie, la philosophie générale, l'esthétique, la logique et la philosophie des sciences. Cours, dissertation de philosophie; baccalauréat, licence, agrégation de philosophie; chaire, professeur de philosophie. Une des grandes grâces de Saint-Sulpice fut la dévotion à l'Esprit-Saint. Mes cahiers de philosophie et de théologie l'attestent (Dupanloup, Journal,1876, p.33).Sur les quatre certificats de philosophie, un seul −logique et philosophie générale −évoquait les débats actuels. Les deux autres −psychologie, morale et sociologie −relevaient déjà des sciences humaines ou sociales (R. Aron, Mém.,1983, p.38):
6. Nous avons une classe de philosophie dans les lycées, ce qui montre assez clairement qu'il n'y a point pour nous de véritable culture si, au delà de toutes les disciplines spéciales, la réflexion ne vient pas s'appliquer aux lois de la pensée, aux principes de la conduite, à la vie profonde de l'homme pour en scruter la signification et la valeur... R. Le Senne, Introd. à la philos.,Av.-pr. de L. Lavelle, 1947 [1939], p.V.
Philosophie générale. ,,Ensemble des questions de philosophie que soulèvent la psychologie, la logique, la morale, l'esthétique, mais qui n'appartiennent pas au domaine spécial de l'une de ces sciences`` (Lal. 1968). Synon. métaphysique.Je fus reçue en philosophie générale. Simone Weil venait en tête de liste, et je la suivais (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p.243).
P. méton. Classe où la philosophie est enseignée comme matière principale; section d'études philosophiques à l'Université. L'année scolaire approchait de son terme. C'était pour nous, élèves de philosophie, la dernière année de collège (A. France, Vie fleur,1922, p.417).V. celui-là ex. 5.
Loc. Faire sa philosophie. Il fut envoyé fort jeune à Paris pour y faire ses études. Il fit ses humanités au collége des Jésuites, sa philosophie dans l'Université (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.5, 1859, p.100).Georges Louis s'installa à Passy. C'est à Janson que mon ami devait faire sa philosophie (Gide, Si le grain,1924, p.507).
b) [Suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif]
α) Conception, système propre à un auteur, une école, un pays, une époque; ensemble des systèmes philosophiques propres à une civilisation, une culture. La véritable originalité de la philosophie grecque tient à sa perfection et non à ses commencements (Barrès, Cahiers,t.1, 1896, p.103).Il n'est pas d'expression qui vienne plus naturellement à la pensée d'un historien de la philosophie médiévale que celle de philosophie chrétienne (Gilson, Espr. philos. médiév.,1931, p.1).Ses préjugés contre la dialectique qu'il [M. Mauss] identifiait à tort avec la philosophie hégélienne ou avec la philosophie marxiste (Traité sociol.,1967, p.19).V. évolutionniste A ex. de Bergson, indiscutable ex. 1, intégrant ex. 3.
SYNT. Philosophie de Husserl, de Plotin; philosophie bergsonienne, cartésienne, épicurienne, kantienne, platonicienne, thomiste, sartrienne; philosophie existentialiste, idéaliste, matérialiste, scolastique, sensualiste, transformiste; philosophie anglaise, allemande, arabe, chinoise, américaine; philosophie antique, classique, contemporaine, moderne; philosophies occidentales, de l'Orient.
En partic. Nouvelle philosophie. Mouvement né de mai 1968, caractérisé notamment par la réaction aux idéologies communiste et marxiste et dont les chefs de file sont Bernard-Henri Lévy et André Glucksmann. La référence à 1968, dernière imposture de la «nouvelle philosophie», rassure les belles âmes qui ne veulent lire dans les «événements de Mai» que le signe d'une crise de société sans idéal (Fr. Aubral, X. Delcourt, Contre la nouv. philos.,Paris, Gallimard, 1977, p.320).
β) Réflexion, ensemble de réflexions ayant pour objet un ordre de la connaissance, un domaine d'activité particuliers. Philosophie de l'éducation, de l'esthétique, de la logique, des mathématiques, des religions; philosophie politique, sociale. Choisir entre telle ou telle hiérarchie entre les sciences dont l'art médical utilise le savoir, autrement dit professer une philosophie de la médecine, c'est au fond professer une philosophie tout court (Biot, Pol. santé publ.,1933, p.19).S'il y a effectivement une histoire ethnique, il y a aussi une géographie et une philosophie ethniques, comme des sciences et des arts ethniques, toutes études oubliées par l'Académie (Marin, Ét. ethn.,1954, p.8).La philosophie des sciences: elle part d'un donné, qui est telle discipline déjà constituée, et s'attachant à analyser le comportement rationnel de ses spécialistes, elle dégage la structure logique de leur méthode (Marrou, Connaiss. hist.,1954, p.28):
7. C'est à la philosophie du droit qu'il reviendrait de tenter la justification de certaines variations de l'expérience juridique de préférence aux autres, et de décider si tous les efforts entrepris pour réaliser la justice dans un milieu social se fondent sur une interprétation acceptable des différents aspects de celle-ci et s'ils possèdent tous la même valeur. Traité sociol.,1968, p.205.
Philosophie de l'histoire
Recherche des lois générales qui se dégagent des faits historiques et qui régissent l'évolution de l'humanité:
8. Ce qu'on appelle de nos jours la philosophie de l'histoire consiste (...) dans l'étude des rapports et des lois générales qui rendent raison du développement des faits historiques pris dans leur ensemble, et abstraction faite des causes variables qui, pour chaque fait en particulier, ont été les forces effectivement agissantes. Cournot, Fond. connaiss.,1851, p.25.
[Avec un indéf. ou au plur.] Toute explication ou spéculation sur le devenir de l'humanité, sur la signification du mouvement de l'histoire. À l'origine des grandes philosophies de l'histoire du XIXesiècle, il y a cette valorisation de la Révolution française qui a substitué à la simple constatation de l'événement, la foi en l'avènement (H. Gouhier, Les Grandes avenues de la pensée philos. en France depuis Descartes,1966, p.12):
9. Les doctrines de Hegel et de Comte représentent le type de ce que l'on entend par philosophie de l'histoire. À l'aide d'un principe unique, loi des trois états ou progrès de la liberté, on organise les périodes, on apprécie leur signification, on interprète l'évolution totale. (...) La science élabore un déterminisme lacunaire, la philosophie imaginerait un déterminisme continu. Au lieu d'une nécessité construite, hypothétique et partielle, elle découvrirait dans le devenir lui-même une nécessité totale. R. Aron, Introd. à la philos. de l'Hist.,1938, p.285.
Philosophie morale. Partie de la philosophie qui a pour objet l'évaluation des fins et des moyens de l'action humaine. Le but de la philosophie morale est moins d'apprendre aux hommes ce qu'ils ignorent, que de les faire convenir de ce qu'ils savent, et surtout de le leur faire pratiquer (Bonald, Législ. primit.,t.1, 1802, p.73).Parmi ces philosophies particulières [philosophie de la nature, de l'art, de l'histoire...], la philosophie morale occupe une place à part, (...) parce que, dès l'entrée, elle concerne l'homme et le concerne en sa totalité, avec ses désirs et ses problèmes. L'histoire de la philosophie le montre suffisamment, c'est par ce chemin particulier que tous les penseurs ont accédé à la philosophie (É. Weil, Philos. mor.,1961, p.12).
P. méton. Ouvrage traitant de la réflexion philosophique sur un ordre particulier de connaissance. Taine n'a pas insisté dans sa Philosophie de l'art sur les déserts artistiques d'une époque (Arts et litt.,1935, p.64-4).
γ) Attitude, système, courant philosophique qui a comme perspective ou pour fondement tel(le) ou tel(le) thème ou méthode philosophique. Une philosophie du progrès (...) consiste à admettre que l'ensemble des sociétés et de l'existence humaine tend à s'améliorer, parfois même que cette amélioration, régulière et continue, doit se poursuivre indéfiniment (R. Aron, Introd. à la philos. de l'Hist., op.cit.,p.149).Historiquement les philosophies de l'existence apparaissent comme une protestation contre l'esprit d'abstraction et de système (Lacroix, Marxisme, existent., personn.,1949, p.59):
10. La liberté affirmée, devenue le principe de la recherche et de la possession de la vérité comme du bien, rend à toutes les consciences la dignité que s'arrogent les philosophies de l'absolu. Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p.XLVI.
SYNT. Philosophie de l'angoisse, de la communication, du concept, de la connaissance, de la conscience, de l'esprit, de l'essence, de l'idée, de l'imaginaire, de l'immanence, de l'infini, de l'intuition, du langage, de la liberté, du mouvement, de l'objet, de la perception, du sujet, de la transcendance, de la vérité.
δ) P. anal. Système d'idées qui éclaire un événement, une activité, un fait de société, un comportement. On a beaucoup écrit sur le voyage, car les voyageurs les plus conscients ont été de tout temps les écrivains. Il y a une philosophie du voyage (Defert, Pol. tour. Fr.,1960, p.43).Toute la philosophie des rapports mutuels [entre l'entreprise privée et le syndicat], leur loi d'équilibre, repose sur l'établissement de procédures très minutieuses qui restreignent les épreuves de force (Traité sociol.,1967, p.484).Ces pays-là [les pays anglo-saxons] ont toujours eu la même philosophie fiscale. Ils ont bâti leur équilibre de recettes à une époque où l'impôt ne drainait pas encore les masses considérables d'argent qu'il représente aujourd'hui dans les États modernes (Le Nouvel Observateur,17 mars 1975, p.53, col. 3):
11. ... ce qui a été dit sur la philosophie de la bataille et sur les arguments qu'elle met en oeuvre reste vrai quant au fond, puisque c'est le même être moral, l'homme, qui la livre toujours... Foch, Princ. guerre,1911, p.309.
Loc. Chercher, dégager, faire, formuler la philosophie de qqc. Le monde, l'humanité, les capitaux, l'industrie, la pratique des affaires, existent: il ne s'agit plus que d'en chercher la philosophie, en d'autres termes de les organiser (Proudhon, Syst. contrad. écon.,t.1, 1846, p.255).La grande presse (...) dégagea la philosophie de cet attentat monstrueux qui révoltait les consciences (A. France, Révolte anges,1914, p.381):
12. Sans doute veulent-ils [les socialistes] nationaliser, mais l'une de leurs pensées dominantes est déjà la méfiance envers les communistes. Ils laissent venir à eux toute une clientèle de hauts fonctionnaires et de polytechniciens; s'ils faisaient la philosophie de leur comportement, ils reprendraient la dialectique de Léon Blum, au temps du Front Populaire: leur mandat n'est pas de faire une révolution mais de construire le secteur nationalisé dans une certaine harmonie des relations sociales et politiques. Chenot, Entr. national.,1956, p.20.
En partic. Idée directrice suivant laquelle on procède à l'établissement d'un plan, d'un projet dans le domaine économique, financier, technologique. La mode est aujourd'hui à la pierre apparente [dans les églises] (...). C'est la philosophie de la maison de campagne qui envahit nos sanctuaires (Le Monde,7 juill. 1974, p.11, col. 5).Pour le Conservatoire [du littoral], ouvrir au public un espace tout en le protégeant cela signifie qu'on y trace quelques sentiers, une aire de pique-nique (...). Cette philosophie a été rappelée lors du dernier conseil d'administration (Le Monde,5 juill. 1978, p.28, col. 2 et 3).Le gouvernement dans cette philosophie des «petits délais» [pour le versement des payes des agents de l'État] qui font les bonnes gestions, pourrait être moins innocent qu'il ne l'affirme (Libération,31 janv. 1985, p.14, col. 5).
B. − [Sans fondement théorique explicite, en tant qu'attitude spontanée ou raisonnée de l'esprit]
1.
a) Attitude ou qualité morale d'une personne qui connaît la juste valeur des choses et accepte la vie telle qu'elle est. Synon. raison, sagesse.Pauvre garçon, l'aimait-il! Allons, mon gendre, de la philosophie (...). Faut-il que ce soit moi qui vous console (...), moi qui perds ma fille! (Dumas père, Noce et enterrement,1826, 9, p.101).Léopold se voyait notaire à Paris: sa vie était devant lui comme un de ces grands chemins qui traversent une plaine de France, il l'embrassait dans toute son étendue avec une résignation pleine de philosophie (Balzac, A. Savarus,1842, p.36).La dureté de Joseph, tempérée d'humanisme et de philosophie, deviendrait peut-être de la vigueur, de la grandeur (Duhamel, Maîtres,1937, p.93):
13. ... je le voyais vieux et exilé, et meurtri de l'ingratitude des hommes, mais ferme et gai dans le malheur, et plein de cette philosophie naturelle qui fait supporter patiemment l'infortune à ceux qui ont leur fortune dans leur coeur... Lamart., Voy. Orient,t.2, 1835, p.330.
Loc., vieilli. Avoir de la philosophie; montrer de la philosophie dans (une situation). −«Voilà une douce morale!» lui dis-je. −C'est celle de la nature. −Vous avez de l'esprit et de la philosophie! (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p.12).Ma soeur Élisa était une tête mâle, une âme forte: elle aura montré beaucoup de philosophie dans l'adversité (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.2, 1823, p.270).
b) Souvent fam. Attitude, qualité d'une personne qui reste sereine, calme, patiente quelles que soient les circonstances. Synon. sérénité.Il vient à moi, son tablier retroussé, les deux mains dans les poches de pantalon, et tranquillement, avec philosophie, le regard voyageur, il me dit: −Elle m'a f... à la porte (Frapié, Maternelle,1904, p.73).Hubert était mobilisé dans les services auxiliaires. Les conseils de révision, qu'il subissait avec philosophie, te donnaient de l'angoisse (Mauriac, Noeud vip.,1932, p.155).
2. Conception générale de la vie et du monde qu'une personne manifeste dans ses idées et dans sa conduite. Dans la vie il est aimable, affectueux, voyant les choses de haut et ne les prenant jamais par les angles; d'une philosophie d'artiste, un peu épicurien, bien vivant, toujours amoureux (Sainte-Beuve, Poisons,1869, p.95).Bien peu d'hommes ont une philosophie; l'instinct et le délire, le goût féroce de frapper, voilà les forces qui les mènent (Barrès, Cahiers,t.2, 1898, p.11).Robert Empeaux, parvenu au terme de sa carrière [de magistrat], avait eu à se prononcer sur tant de misères humaines qu'il en avait acquis une philosophie sereine où le désir de comprendre l'emportait, de loin, sur la volonté de châtier (Ch. Exbrayat, Tout le monde l'aimait,1982 [1969], p.99).V. génération ex. 5, inverse ex. 4:
14. Qu'avait-il à dire en effet à ce misérable enfant? Qu'il faut accepter l'inévitable dans le monde intérieur comme dans le monde extérieur, accepter son âme comme on accepte son corps? Oui, c'était là le résumé de toute sa philosophie. Bourget, Disciple,1889, p.220.
[Suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif indiquant le sens particulier d'une conduite] Tosh est, avec Marley, le chantre de la philosophie rasta. Une étrange religion qui prône le port des cheveux nattés et le retour à la mère Afrique, vénère feu Hailé Sélassié et (...) la marijuana (L'Express,28 juill. 1979, p.14, col. 1).Sous sa houlette énergique [de Jane Fonda], ces dames acquièrent l'entraînement [sportif] exact et la philosophie nouvelle: celle de l'effort (Le Figaro Magazine,11 févr. 1984, p.65, col. 1):
15. Les gars qui allaient se coucher [après la relève de la garde] filaient d'un pas lourd (...). Les autres, encore tout pleins de tiédeur et de sommeil, s'apprêtaient à subir le froid, la pluie, l'attente (...). Encore si cela avait servi à quelque chose... Mais pour garder une porte, de pacifiques tôlards, des officiers que personne ne songeait à toucher de l'ongle et trois caisses de grenades... La philosophie de l'absurde est née sous l'uniforme français. R. Fallet, Pigalle,Paris, Le Livre de poche, 1981 [1979], p.70.
II. − Arg., vx. Art de voler au jeu ou vol au jeu. Il se mit à jouer au hasard, ce que la philosophie appelle jouer au flan (C. des Perrières, [18]85 dsLarch. Nouv. Suppl.1889, p.105).
REM.
Philosophier (se), verbe pronom.,plaisant. Se fier à la philosophie développée dans tel ou tel système. V. encyclopédier rem., s.v. encyclopédie.
Prononc. et Orth.: [filɔzɔfi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) Ca 1175 «ensemble de disciplines spéculatives, comprenant la logique, la morale, la physique et la métaphysique, dont l'enseignement et l'étude, fondés sur les Auctores, succédaient à ceux des arts libéraux» (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 31216); 1370-72 philosophie moral (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p.157); 1379 philosophie naturelle (J. de Brie, Bon Berger, 6 ds T.-L.); 1637 philosophie spéculative, philosophie pratique (Descartes, Discours de la méthode, sixième partie ds OEuvres, éd. F. Alquié, t.1, p.634); 1647 philosophie première (Descartes, Méditations métaphysiques touchant la première philosophie); 1765 philosophie théorique (Encyclop.); b) 1553 la philosophie «les spéculations et les raisonnements de la science humaine, par opposition à la foi» (Bible, impr. J. Gérard, Coloisiens, 2, 8); 1580 «la science, sous son aspect supérieur et général, recherche de la vérité universelle des choses naturelles, humaines et divines» (Montaigne, Essais, I, 26, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, t.1, p.160); c) ca 1756 philosophie de l'histoire (Voltaire, Mél. hist. Fragm. hist., X ds Littré); 2. 1225-50 «sagesse profonde consistant dans l'amour de la vérité et la pratique de la vertu» (H. d'Andeli, Lai d'Aristote, éd. H. Héron, 336); 1655 «haute sagesse, fondée sur le raisonnement et la méditation de la vie, et donnant une grande force d'âme dans les vicissitudes» (La Rochefoucauld, Max. 22 OEuvres, éd. A. Régnier, t.1, p.39); 3. xve-xvies. «nom donné à leur art par les alchimistes» (Petit traité d'alchimie, éd. Méon, p.207); 1573 philosophie chimique «nom donné aux opérations de l'alchimie» (J. Liébault, Le livre des secrets de medecine et de la philosophie chimique); 1721 philosophie hermétique (Trév., s.v. hermétique); 4. 1588 «manière particulière à telle époque, telle école, tel Maître, d'envisager les grands problèmes du monde et de l'âme» (Montaigne, Essais, II, 12, éd. citée, t.1, p.578); 1588 «l'attitude intellectuelle particulière à laquelle quelqu'un se range, l'opinion qu'il professe quant aux problèmes de la philosophie» (Montaigne, Essais, III, 5, op. cit., t.2, p.842); 5. 1622 [date d'éd.] typogr. (E. Binet, Merveilles de nature, p.299 ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. philosophia, lui-même empr. au gr. φ ι λ ο σ ο φ ι ́ α . Fréq. abs. littér.: 7072. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 11466, b) 6882; xxes.: a) 7704, b) 11971. Bbg. Gohin 1903, p.299. _Sckomm. 1933, pp.103-106. _Zumthor (P.). Cf. bbg. philosophe.

PHILOSOPHIE2, subst. fém.

IMPR., vieilli. Caractère de corps dix. Une philosophie et un petit romain font celle [la force de corps] du gros parangon (Momoro, Impr., 1793, p.94).
Prononc. et Orth.: [filɔzɔfi]. Att. ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. V. philosophie1.

Wiktionnaire

Nom commun

philosophie \fi.lɔ.zɔ.fi\ féminin

  1. (Philosophie) Discours rationnel et critique sur l’univers, cela afin de mieux orienter l’action individuelle et collective.
    • Ces personnes ont craint, en pénétrant trop avant dans le système de l’homme, de voir disparaître ses plus brillantes attributions ; et, si elles ont été portées à applaudir à la sagacité du philosophe, elles ont été sur le point de condamner la philosophie. — (Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, etc, volume 35, 1816, page 376)
    • C’est une chose extraordinaire que toute la philosophie consiste dans ces trois mots : « Je m’en fous. » — (Montesquieu, Mélanges inédits : Essai sur les causes qui peuvent affecter les esprits et les caractères, 1892)
    • J’ai la passion de la philosophie et de la science qui vont cherchant l’inconnu du cœur de l’homme et le pourquoi des lois de la vie. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Les positivistes, qui représentent, à un degré, éminent, la médiocrité, l’orgueil et le pédantisme, avaient décrété que la philosophie devait disparaître devant leur science ; mais la philosophie n’est point morte et elle s’est réveillée avec éclat, grâce à Bergson […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre IV, La Grève prolétarienne, 1908, pages 193–194)
    • […] car il y a une philosophie bourgeoise ésotérique qui exprime le travail intime de la bourgeoisie, son opération de soi sur soi, par quoi elle édifie les modèles auxquels elle doit se conformer. Et il y a une philosophie bourgeoise exotérique, qui est tournée vers le dehors, qui exprime en quelques formules réduites ce qu’on doit savoir de la Philosophie. — (Paul Nizan, Les Chiens de garde, 1932)
    • Engagées sur cette voie, les affaires conduisent forcément à la philosophie : il n’y a plus guère aujourd’hui que les criminels qui osent nuire à autrui sans recourir à la philosophie. — (Robert Musil, L’Homme sans qualités, 1930-1932 ; traduction de Philippe Jaccottet, 1956, tome 1, page 242)
    • Vivre comme un dieu exige que l’on cesse de croire aux dieux. Ainsi, la leçon des épicuriens est que la philosophie change les hommes en dieux en leur enseignant qu’il n’y a pas sur cette terre d’autres dieux qu’eux-mêmes dès lors qu’ils auront cessé de croire et vainement d’espérer. — (Robert Redeker, Les Épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne du 5 au 11 février 2011, pages 72–73)
    • Dans un sens, il n’y a pas de philosophie plus linguisticiste que celle du second Wittgenstein : ne prétend-il pas que toute la philosophie consiste en des fourvoiements dus à des abus de langage et à des images trompeuses charriées par la langue et le discours […]. — (Gilbert Hottois, Pour une métaphilosophie du langage, J. Vrin, 1981, page 66)
  2. Doctrine, système de pensée, façon de voir le monde, de l’exprimer.
    • Ce principe de la philosophie cartésienne, je pense, donc je suis, est ce que les adversaires du cartésianisme ont attaqué avec le plus de persévérance ; et cela se conçoit, car ce principe admis, l’autorité de la conscience et de la raison s’ensuit nécessairement. — (Jules Simon, Introduction de : « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • Il demandait pour Locke une formule qui fût pour cette philosophie ce qu’est le « Je pense, donc je suis » de Des-cartes. Je répondis par un horrible calembour. « Je penche, donc je suis » […] — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, page 167)
    • Quelle est l’importance de la théorie de Pavlov sur l’activité nerveuse supérieure pour la philosophie marxiste-léniniste ? — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953, page 164)
    • (Par extension) La philosophie de Molière, de Corneille, d’Alfred de Vigny.
  3. Système d’idées générales que l’on cherche à dégager de l’étude d’une science, d’un art.
    • Il y a une philosophie de la chimie, une philosophie de la physique.
    • La philosophie de l’histoire : Les faits historiques considérés dans leur généralité et leur enchaînement.
  4. Ouvrage composé sur une science ou un art en particulier et en renfermant les vérités premières, les principes fondamentaux.
    • La philosophie de la botanique, de la chimie, de l’art de la guerre.
  5. (Éducation) Enseignement portant sur la philosophie en général au lycée (France) ou au cégep (Québec).
    • Faire son cours de philosophie.
    • Questions, interrogations de philosophie.
  6. (Éducation) Classe où se fait cet enseignement.
    • Être en philosophie.
  7. (Éducation) En France, a longtemps désigné l’actuelle classe de terminale.
    • Être en philosophie.
  8. Sorte de fermeté et élévation d’esprit par laquelle on se met au-dessus des intérêts individuels, des accidents de la vie et des fausses opinions du vulgaire.
    • Il méprise par philosophie les honneurs que recherchent la plupart des hommes.
    • Il a montré beaucoup de philosophie dans cette circonstance.
  9. (Par extension) Ligne de pensée qu’on se fixe pour la conduite de sa vie.
    • Ma femme ne voulait rien entendre à cette philosophie résignée, se prétendait la plus misérable des femmes, m’invectivait, réclamant toujours quelque argent, que je ne pouvais lui donner. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Savinet, s’asseyant près d’elle, sur une chaise. — Allons donc ! Ah ! Vous êtes fâchée après lui ?
      Angèle. — Oh ! Fâchée ! Ce mot est aimable !
      Savinet. — Tenez, vous n’avez pas de philosophie ! Non, madame, vous n’en avez pas !
      — (Georges Feydeau, Le Système Ribadier, 1892, acte III, scène 5)
    • Les coups ne m’ont jamais rien fait. Au contraire, je leur dois de m’être créé tout jeune une philosophie qui me permet aujourd’hui d’apprécier de suite et sans arrière-pensée les bons et les mauvais moments. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
  10. (Typographie) (Vieilli) Caractère de corps dix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PHILOSOPHIE (fi-lo-zo-fie) s. f.
  • 1Étude des principes et des causes, ou système des notions générales sur l'ensemble des choses. Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il ne s'y trouve encore aucune chose dont on ne dispute et par conséquent qui ne soit douteuse, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres, Descartes, Méth. I, 12. Ces neuf années s'écoulèrent avant que j'eusse pris aucun parti touchant les difficultés qui ont coutume d'être disputées entre les doctes, ni commencé à chercher les fondements d'aucune philosophie plus certaine que la vulgaire, Descartes, ib. III, 7. La foi tient lieu de philosophie aux chrétiens, Bossuet, 6e avert. 107. Et comment puis-je me fier à toi, ô pauvre philosophie ? que vois-je dans tes écoles, que des contentions inutiles qui ne seront jamais terminées ? on y forme des doutes, mais on n'y prononce point de décisions, Bossuet, Sermons, Quinquagés. I. Les barbares sont bien loin d'avoir même une fausse philosophie, Voltaire, Russie, I, 1. La philosophie, ou la portion de la connaissance humaine qu'il faut rapporter à la raison, est très étendue ; il n'est presque aucun objet aperçu par les sens dont la réflexion n'ait fait une science, D'Alembert, Explic. Conn. hum. Œuv. t. I, p. 331. La philosophie est un océan, et les philosophes ne sont souvent que des pilotes, dont les naufrages nous font connaître les écueils que nous devons éviter, Condillac, Art de rais. IV, 2. Cicéron a défini la philosophie la science des choses divines et humaines et de leurs causes ; l'école de Leibnitz a dit que la philosophie est une science des raisons suffisantes ; selon Wolf, la philosophie est une science de toutes les choses possibles, comment et pourquoi elles sont possibles ; suivant Reinhold, la philosophie est la science de la liaison déterminée des choses, indépendamment de l'expérience, Villers, Kant, p. 29.

    Philosophie première, s'est dit, dans l'école péripatéticienne, de la partie qui depuis a été appelée métaphysique.

  • 2Système particulier de philosophie. Jamais philosophie ne fut moins entendue et plus calomniée que celle d'Épicure, Diderot, Opin. des anc. philos. (Épicurisme) Le défaut de la philosophie d'Aristote était d'employer comme causes tous les effets particuliers ; celui de Descartes est de ne vouloir employer comme causes qu'un petit nombre d'effets généraux, en donnant l'exclusion à tout le reste ; il me semble que la philosophie sans défaut serait celle où l'on n'emploierait pour causes que des effets généraux, mais où l'on chercherait en même temps à en augmenter le nombre, en tâchant de généraliser les effets particuliers, Buffon, Nat. des anim. ch. III.
  • 3Philosophie naturelle, par opposition à philosophie morale, ensemble des sciences astronomique, physique, chimique et biologique. Il faut dire en gros : cela se fait par figure et mouvement… mais de dire quels… cela est ridicule… et, quand cela serait vrai, nous n'estimons que toute la philosophie vaille une heure de peine, Pascal, Pens. XXIV, 100 bis, éd. HAVET. La mort de Tycho mit Kepler en possession de la collection précieuse de ses observations ; et il en fit l'emploi le plus utile, en fondant sur elles trois des plus importantes découvertes que l'on ait faites dans la philosophie naturelle, Laplace, Exp V, 4. Toute la philosophie naturelle, dit Newton, consiste en trois choses : trouver et déterminer d'abord les phénomènes, puis leurs lois, puis enfin les forces qui les produisent, Biot, Instit. Mém. acad. scienc. t. III, p. 178.

    Philosophie corpusculaire, synonyme de philosophie mécanique (voy. MÉCANIQUE, n° 2).

  • 4Système des idées générales qui appartiennent à une science, à un art. La philosophie de la chimie, de l'art de la guerre.

    Philosophie de l'histoire, théorie des faits historiques telle qu'elle fasse saisir l'enchaînement des phases de la civilisation et des époques du genre humain. Nous tâchâmes, dans un discours préliminaire [à l'Essai sur les mœurs] qu'on intitula philosophie de l'histoire, de démêler comment naquirent les principales opinions qui unirent des sociétés, qui ensuite les divisèrent, qui en armèrent plusieurs les unes contre les autres ; nous cherchâmes toutes ces origines dans la nature, elles ne pouvaient être ailleurs, Voltaire, Mél. hist. Fragm. hist. X. La philosophie de l'histoire néglige les changements eux-mêmes, et ne voit que le fait général de la mobilité humaine dont ils sont la manifestation ; elle cherche la cause et la loi de cette mobilité, Jouffroy, Prem. mél.

    Nom donné à des ouvrages composés sur la philosophie d'une science (avec une majuscule). La Philosophie de la botanique.

  • 5Cours de philosophie qui se fait dans les colléges. Professeur de philosophie.

    La classe où l'on enseigne la philosophie. Faire sa philosophie. Quand il fut en philosophie, il prit peu de goût pour celle qu'on lui enseignait ; il n'y trouvait point la nature qu'il se plaisait tant à observer, mais des idées vagues et abstraites, qui se jettent, pour ainsi dire, à côté des choses, et n'y touchent point, Fontenelle, Tournefort.

  • 6Nom donné aux doctrines d'un certain nombre de penseurs du XVIIIe siècle qui attaquaient les opinions traditionnelles en religion et en politique. Une affreuse philosophie se répand en secret, Massillon, Carême, Avenir. La superstition met le monde en flammes ; la philosophie les éteint, Voltaire, Dict. phil. Superstition. On aura beau faire, cette chienne de philosophie sera, comme le prince d'Orange, souvent battue et jamais défaite, D'Alembert, Lett. à Volt. 5 nov. 1776. Dans ce pays-là, on dit à toutes les sottises qui se font : c'est la philosophie ; comme Crispin dit : c'est votre léthargie, D'Alembert, ib. 12 janvier 1763.
  • 7Étude de la société et de la morale. Un ministre… étant appelé au gouvernement en ces temps fâcheux… doit passer de la philosophie des paroles à celle des actions, Guez de Balzac, Des ministres et du ministère. Écoutons donc la philosophie qui prêche dans le désert une petite troupe d'auditeurs qu'elle a choisis, parce qu'ils savaient déjà une bonne partie de ce qu'elle peut leur apprendre, Fontenelle, Bonh. Œuv. t. III, p. 249, dans POUGENS. Socrate est regardé comme le fondateur de la philosophie morale chez les Grecs, Rollin, Hist. anc. liv. XXVI, I, 1. Défions-nous d'une philosophie en paroles, défions-nous d'une fausse vertu qui sape toutes les vertus, et s'applique à justifier tous les vices pour s'autoriser à les avoir tous, Rousseau, Hél. III, 18.
  • 8Fermeté et élévation d'esprit par laquelle on se met au-dessus des événements et des préjugés. La philosophie triomphe aisément des maux passés et des maux à venir ; mais les maux présents triomphent d'elle, La Rochefoucauld, Max. 22. Et, comme vous dites, ma belle, toutes les philosophies ne sont bonnes que quand on n'en a que faire, Sévigné, 25 mai 1680. Il y a de certaines philosophies qui sont en pure perte et dont personne ne nous sait gré, Sévigné, 28 juillet 1677. Il y a une philosophie qui nous élève au-dessus de l'ambition et de la fortune, La Bruyère, XII. Bonne ou mauvaise santé Fait notre philosophie, Chaulieu, La première attaque de goutte. La philosophie est bonne à quelque chose, elle console, Voltaire, Lett. à Mme du Deffant, 21 oct. 1770. Il croit être un sage, parce qu'il prend son mécontentement pour un noble détachement des grandeurs humaines, et son humeur pour de la philosophie, Genlis, Mères riv. t. I, p. 4, dans POUGENS.

    Philosophie païenne ou naturelle, philosophie fondée sur les lumières naturelles. Elle [sainte Catherine] n'emploie sa science que pour faire connaître la vérité ; mais, afin qu'elle paraisse comme triomphante, elle met à ses pieds la philosophie [païenne], qui est son ennemie capitale, Bossuet, Panég. Ste Cather. 2.

    Philosophie chrétienne, philosophie fondée sur les croyances du christianisme.

    Philosophie naturelle, se dit aussi d'un certain caractère naturel de raison, de modération et de force d'âme.

  • 9Système particulier qu'on se fait pour la conduite de la vie. Sa philosophie consiste à ne se tourmenter de rien. Est-il permis de s'abandonner à une philosophie sauvage, de se préférer à tout le reste du genre humain ? Fénelon, Tél. XI. Il est bon d'être philosophe, mais il est triste d'être toujours oblige de se servir de sa philosophie, Voltaire, Lett. Damilaville, 27 mars 1767. La vraie philosophie est de voir les choses telles qu'elles sont, Buffon, De la vieill. et de la mort.
  • 10 Terme d'imprimerie. Caractère de dix points entre le cicero et le petit romain.

HISTORIQUE

XIIIe s. Philosophie est verais encerchemenz des choses naturels et des divines et des humaines, tant comme à homme est pooir d'entendre, Latini, Trésor, p. 4. Ki de cest siecle se consire [se sépare], Il est de l'autre rois et sire ; C'est la vraie phylosophye, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 88. Elle [la théologie] laisse la droite clergie, Et tourne à la philosophie, Bataille des sept arts.

XIVe s. Car, selonc la philosophie, Gentilleche [noblesse] ne senefie Fors que bien ouvrer et bien faire, Jean de Condé, t. III, p. 98.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PHILOSOPHIE, s. f. Philosophie signifie, suivant son étymologie, l’amour de la sagesse. Ce mot ayant toujours été assez vague, à cause des diverses significations qu’on y a attachées, il faut faire deux choses dans cet article ; 1°. rapporter historiquement l’origine & les différentes acceptions de ce terme ; 2°. en fixer le sens par une bonne définition.

1°. Ce que nous appellons aujourd’hui Philosophie, s’appelloit d’abord sophie ou sagesse ; & l’on sait que les premiers philosophes ont été décorés du titre de sages. Ce nom a été dans les premiers tems ce que le nom de bel esprit est dans le nôtre ; c’est-à-dire qu’il a été prodigué à bien des personnes qui ne méritoient rien moins que ce titre fastueux. C’étoit alors l’enfance de l’esprit humain, & l’on étendoit le nom de sagesse à tous les arts qui exerçoient le génie, ou dont la société retiroit quelque avantage ; mais comme le savoir, l’érudition est la principale culture de l’esprit, & que les sciences étudiées & réduites en pratique appportent bien des commodités au genre humain, la sagesse & l’érudition furent confondues ; & l’on entendit par être versé ou instruit dans la sagesse, posséder l’encyclopédie de ce qui étoit connu dans le siecle où l’on vivoit.

Entre toutes les Sciences, il y en a une qui se distingue par l’excellence de son objet ; c’est celle qui traite de la divinité, qui regle nos idées & nos sentimens à l’égard du premier être, & qui y conforme notre culte. Cette étude étant la sagesse par excellence, a fait donner le nom de sages à ceux qui s’y sont appliqués, c’est-à-dire aux Théologiens & aux Prêtres. L’Ecriture elle-même donne aux prêtres chaldéens le titre de sages, sans doute parce qu’ils se l’arrogeoient, & que c’étoit un usage universellement reçu. C’est ce qui a eu lieu principalement chez les nations qu’on a coutume d’appeller barbares ; il s’en falloit bien pourtant qu’on pût trouver la sagesse chez tous les dépositaires de la religion. Des superstitions ridicules, des mysteres puériles, quelquefois abominables ; des visions & des mensonges destinés à affermir leur autorité & à en imposer à la populace aveugle, voilà à quoi se réduisoit la sagesse des prêtres de ces tems. Les philosophes les plus distingués ont essayé de puiser à cette source : c’étoit le but de leurs voyages, de leur initiation aux mysteres les plus célebres ; mais il s’en sont bientôt dégoûtés, & l’idée de la sagesse n’est demeurée liée à celle de la Théologie que dans l’esprit de ces prêtres orgueilleux & de leurs imbécilles esclaves.

De sublimes génies se livrant donc à leurs méditations, ont voulu déduire des idées & des principes que la nature & la raison fournissent, une sagesse solide, un système certain & appuyé sur des fondemens inebranlables ; mais s’ils ont pu secouer par ce moyen le joug des superstitions vulgaires, le reste de leur entreprise n’a pas eu le même succès. Après avoir détruit, ils n’ont sû édifier, semblables en quelque sorte à ces conquérans, qui ne laissent après eux que des ruines. De-là cette foule d’opinions bisarres & contradictoires, qui a fait douter s’il restoit encore quelque sentiment ridicule, dont aucun philosophe ne se fut avisé. Je ne puis m’empêcher de citer un morceau de M. de Fontenelle, tiré de sa dissertation sur les anciens & sur les modernes, qui revient parfaitement à ce sujet. « Telle est notre condition, dit-il, qu’il ne nous est point permis d’arriver tout-d’un-coup à rien de raisonnable sur quelque matiere que ce soit : il faut avant cela que nous nous égarions long-tems, & que nous passions par diverses sortes d’erreurs, & par divers degrés d’impertinences. Il eût toujours dû être bien facile de s’aviser que tout le jeu de la nature consiste dans les figures & dans les mouvemens des corps ; cependant avant que d’en venir-là, il a fallu essayer des idées de Platon, des nombres de Pythagore, des qualités d’Aristote ; & tout cela ayant été reconnu pour faux, on a été réduit à prendre le vrai système. Je dis qu’on y a été réduit, car en vérité il n’en restoit plus d’autre ; & il semble qu’on s’est défendu de le prendre aussi long-tems qu’on a pû. Nous avons l’obligation aux anciens de nous avoir épuisé la plus grande partie des idées fausses qu’on se pouvoit faire ; il falloit absolument payer à l’erreur & à l’ignorance le tribut qu’ils ont payé, & nous ne devons pas manquer de reconnoissance envers ceux qui nous en ont acquittés. Il en va de même sur diverses matieres, où il y a je ne sai combien de sottises que nous dirions si elles n’avoient pas été dites, & si on ne nous les avoit pas pour ainsi dire enlevées. Cependant il y a encore quelquefois des modernes qui s’en ressaisissent, peut-être parce qu’elles n’ont pas encore été dites autant qu’il le faut ».

Ce seroit ici le lieu de tracer un abrégé des divers sentimens qui ont été en vogue dans la Philosophie ; mais les bornes de nos articles ne le permettent pas. On trouvera l’essentiel des opinions les plus fameuses dans divers autres endroits de ce Dictionnaire, sous les titres auxquels elles se rapportent. Ceux qui veulent étudier la matiere à fond, trouveront abondamment de quoi se satisfaire dans l’excellent ouvrage que M. Brucker a publié d’abord en allemand, & ensuite en latin sous ce titre : Jacobi Bruckeri historia critica Philosophiæ, à mundi incunabulis ad nostram usque ætatem deducta. On peut aussi lire l’histoire de la Philosophie par M. Deslandes.

L’ignorance, la précipitation, l’orgueil, la jalousie, ont enfante des monstres bien flétrissans pour la Philosophie, & qui ont détourné les uns de l’étudier, ou jetté les autres dans un doute universel.

N’outrons pourtant rien. Les travers de l’esprit humain n’ont pas empêché la Philosophie de recevoir des accroissemens considérables, & de tendre à la perfection dont elle est susceptible ici bas. Les anciens ont dit d’excellentes choses, sur-tout sur les devoirs de la morale, & même sur ce que l’homme doit à Dieu ; & s’ils n’ont pû arriver à la belle idée qu’ils se formoient de la sagesse, ils ont au-moins la gloire de l’avoir conçue & d’en avoir tenté l’épreuve. Elle devint donc entre leurs mains une science pratique qui embrassoit les vérités divines & humaines, c’est-à-dire tout ce que l’entendement est capable de découvrir au sujet de la divinité, & tout ce qui peut contribuer au bonheur de la société. Dès qu’ils lui eurent donné une forme systématique, ils se mirent à l’enseigner, & l’on vit naître les écoles & les sectes ; & comme pour faire mieux recevoir leurs préceptes ils les ornoient des embellissemens de l’éloquence, celle-ci se confondit insensiblement avec la sagesse, chez les Grecs sur-tout, qui faisoient grand cas de l’art de bien dire, à cause de son influence sur les affaires d’état dans leurs républiques. Le nom de sage fut travesti en celui de sophiste ou maitre d’éloquence ; & cette révolution fit beaucoup dégénérer une science qui dans son origine s’étoit proposée des vûes bien plus nobles. On n’écouta bientôt plus les maîtres de la sagesse pour s’instruire dans des connoissances solides & utiles à notre bien-être, mais pour repaître son esprit de questions curieuses, amuser ses oreilles de périodes cadencées, & adjuger la palme au plus opiniâtre, parce qu’il demeuroit maître du champ de bataille.

Le nom de sage étoit trop beau pour de pareilles gens, ou plutôt il ne convient point à l’homme : c’est l’apanage de la divinité, source éternelle & inépuisable de la vraie sagesse. Pythagore qui s’en apperçut, substitua à cette dénomination fastueuse le titre modeste de philosophe, qui s’établit de maniere qu’il a été depuis ce tems-là le seul usité. Mais les sages raisons de ce changement n’étoufferent point l’orgueil des Philosophes, qui continuerent de vouloir passer pour les dépositaires de la vraie sagesse. Un des moyens les plus ordinaires dont ils se servirent pour se donner du relief, ce fut d’avoir une prétendue doctrine de réserve, dont ils ne faisoient part qu’à leurs disciple, affidés, tandis que la foule des auditeurs étoit repue d’instructions vagues. Les Philosophes avoient sans doute pris cette idée & cette méthode des prêtres, qui n’initioient à la connoissance de leurs mysteres qu’après de longues épreuves ; mais les secrets des uns & des autres ne valoient pas la peine qu’on se donnoit pour y avoir part.

Dans les ouvrages philosophiques de l’antiquité qui nous ont été conservés, quoiqu’il y regne bien des défauts, & sur-tout celui d’une bonne méthode, on découvre pourtant les semences de la plûpart des découvertes modernes. Les matieres qui n’avoient pas besoin du secours des observations & des instrumens, comme le sont celles de la morale, ont été poussées aussi loin que la raison pouvoit les conduire. Pour la Physique, il n’est pas surprenant que favorisée des secours que les derniers siecles ont fournis, elle surpasse aujourd’hui de beaucoup celle des anciens. On doit plutôt s’étonner que ceux-ci aient si bien deviné en bien des cas où ils ne pouvoient voir ce que nous voyons à-présent. On en doit dire autant de la Médecine & des Mathématiques ; comme ces sciences sont composées d’un nombre infini de vûes, & qu’elles dépendent beaucoup des expériences que le hasard seul fait naître, & qu’il n’amene pas à point nommé, il est évident que les Physiciens, les Medecins & Mathématiciens doivent être naturellement plus habiles que les anciens.

Le nom de Philosophie demeura toujours vague, & comprit dans sa vaste enceinte, outre la connoissance des choses divines & humaines, celle des lois, de la Médecine, & même des diverses branches de l’érudition, comme la Grammaire, la Rhétorique, la Critique, sans en excepter l’Histoire & la Poésie. Bien plus : il passa dans l’Eglise ; le Christianisme fut appellé la philosophie sainte ; les docteurs de la religion qui en enseignoient les vérités, les ascetes qui en pratiquoient les austérités, furent qualifiés de philosophes.

Les divisions d’une science conçue dans une telle généralité, furent fort arbitraires. La plus ancienne & la plus reçue a été celle qui rapporte la Philosophie à la considération de Dieu & à celle de l’homme.

Aristote en introduisit une nouvelle ; la voici. Tria genera sunt theoreticarum scientiarum, Mathematica, Physica, Theologica. Un passage de Séneque indiquera celle de quelques autres sectes. Stoïcii vero Philosophiæ tres partes esse dixerunt, moralem, naturalem, & rationalem : prima componit animum, secunda rerum naturam scrutatur, tertia proprietatis verborum exigit & structuram & argumentationes, ne pro veris falsa subrepant. Epicurei duas partes Philosophiæ putaverunt esse, naturalem atque moralem ; rationalem removerunt. Deinde cum ipsis rebus cogerentur ambigua secernere, falsa sub specie veri latentia coarguere, ipsi quoque locum, quem de judicio & regula appellant, alio nomine rationalem induxerunt : sed eum accessionem esse naturalis partis existimant… Cyrenaïci naturalia cum rationalibus sustulerunt, & contenti fuerunt moralibus, &c. Seneca, epist. 89.

Les écoles ont adopté la division de la Philosophie en quatre parties, Logique, Métaphysique, Physique & Morale.

2°. Il est tems de passer au second point de cet article, où il s’agit de fixer le sens du nom de la Philosophie, & d’en donner une bonne definition. Philosopher, c’est donner la raison des choses, ou du moins la chercher, car tant qu’on se borne à voir & à rapporter ce qu’on voit, on n’est qu’historien. Quand on calcule & mesure les proportions des choses, leurs grandeurs, leurs valeurs, on est mathématicien ; mais celui qui s’arrête à découvrir la raison qui fait que les choses sont, & qu’elles sont plutôt ainsi que d’une autre maniere, c’est le philosophe proprement dit.

Cela posé, la définition que M. Wolf a donnée de la Philosophie, me paroit renfermer dans sa brieveté tout ce qui caractérise cette science. C’est, selon lui, la science des possibles en tant que possibles. C’est une science, car elle démontre ce qu’elle avance. C’est la science des possibles, car son but est de rendre raison de tout ce qui est & de tout ce qui peut être dans toutes les choses qui arrivent ; le contraire pourroit arriver. Je hais un tel, je pourrois l’aimer. Un corps occupe une certaine place dans l’univers, il pourroit en occuper une autre ; mais ces différens possibles ne pouvant être à-la-fois, il y a donc une raison qui détermine l’un à être plutôt que l’autre ; & c’est cette raison que le philosophe cherche & assigne.

Cette définition embrasse le présent, le passé, & l’avenir, & ce qui n’a jamais existé & n’existera jamais, comme sont toutes les idées universelles, & les abstractions. Une telle science est une véritable encyclopédie ; tout y est lié, tout en dépend. C’est ce que les anciens ont senti, lorsqu’ils ont appliqué le nom de Philosophie, comme nous l’avons vû ci-dessus, à toutes sortes de sciences & d’arts ; mais ils ne justifioient pas l’influence universelle de cette science sur toutes les autres. Elle ne sauroit être mise dans un plus grand jour que par la définition de M. Wolf. Les possibles comprennent les objets de tout ce qui peut occuper l’esprit ou l’industrie des hommes : aussi toutes les sciences, tous les arts ont-ils leur philosophie. La chose est claire : tout se fait en Jurisprudence, en Médécine, en Politique, tout se fait, ou du-moins tout doit se faire par quelque raison. Découvrir ces raisons & les assigner, c’est donc donner la Philosophie des sciences susdites ; de même l’architecte, le peintre, le sculpteur, je dis plus, un simple fendeur de bois, a ses raisons de faire ce qu’il fait, comme il le fait, & non autrement. Il est vrai que la plûpart de ces gens travaillent par routine, & emploient leurs instrumens sans sentir quel en est le méchanique, & la proportion avec les ouvrages qu’ils exécutent ; mais il n’en est pas moins certain que chaque instrument a sa raison, & que s’il étoit fait autrement, l’ouvrage ne reussiroit pas. Il n’y a que le philosophe qui fasse ces découvertes, & qui soit en état de prouver que les choses sont comme elles doivent être, ou de les rectifier, lorsqu’elles en sont susceptibles, en indiquant la raison des changemens qu’il veut y apporter.

Les objets de la Philosophie sont les mêmes que ceux de nos connoissances en général, & forment la division naturelle de cette science. Ils se réduisent à trois principaux, Dieu, l’ame, & la matiere. A ces trois objets répondent trois parties principales de la Philosophie. La premiere, c’est la Théologie naturelle, ou la science des possibles à l’égard de Dieu. Les possibles à l’égard de Dieu, c’est ce qu’on peut concevoir en lui & par lui. Il en est de même des définitions des possibles à l’égard de l’ame & du corps. La seconde, c’est la Psychologie qui concerne les possibles à l’égard de l’ame. La troisieme, est la Physique qui concerne les possibles à l’égard des corps.

Cette division générale souffre ensuite des sous-divisions particulieres ; voici la maniere dont M. Wolf les amene.

Lorsque nous réfléchissons sur nous-mêmes, nous nous convainquons qu’il y a en nous une faculté de former des idées des choses possibles, & nous nommons cette faculté l’entendement ; mais il n’est pas aisé de connoître jusqu’où cette faculté s’étend, ni comment on doit s’en servir, pour découvrir par nos propres méditations, des vérités inconnues pour nous, & pour juger avec exactitude de celles que d’autres ont déjà découvertes. Notre premiere occupation doit donc être de rechercher quelles sont les forces de l’entendement humain, & quel est leur légitime usage dans la connoissance de la vérité : la partie de la Philosophie où l’on traite cette matiere, s’appelle logique ou l’art de penser.

Entre toutes les choses possibles, il faut de toute nécessité qu’il y ait un être subsistant par lui-même ; autrement il y auroit des choses possibles, de la possibilité desquelles on ne pourroit rendre raison, ce qui ne sauroit se dire. Or cet être subsistant par lui-même, est ce que nous nommons Dieu. Les autres êtres qui ont la raison de leur existance dans cet être subsistant par lui-même, ont le nom de créatures ; mais comme la Philosophie doit rendre raison de la possibilité des choses, il convient de faire précéder la doctrine qui traite de Dieu, à celle qui traite des créatures : j’avoue pourtant qu’on doit déjà avoir une connoissance générale des créatures ; mais on n’a pas besoin de la puiser dans la Philosophie, parce qu’on l’acquiert dès l’enfance par une expérience continuelle. La partie donc de la Philosophie, où l’on traite de Dieu & de l’origine des créatures, qui est en lui, s’appelle Théologie naturelle, ou doctrine de Dieu.

Les créatures manifestent leur activité, ou par le mouvement, ou par la pensée. Celles-là sont des corps, celles-ci sont des esprits. Puis donc que la Philosophie s’applique à donner de tout des raisons suffisantes, elle doit aussi examiner les forces ou les opérations de ces êtres, qui agissent ou par le mouvement ou par la pensée. La Philosophie nous montre donc ce qui peut arriver dans le monde par les forces des corps & par la puissance des esprits. On nomme pnéumatologie ou doctrine des esprits, la partie de la Philosophie où l’on explique ce que peuvent effectuer les esprits ; & l’on appelle physique ou doctrine de la nature cette autre partie où l’on montre ce qui est possible en vertu des forces des corps.

L’être qui pense en nous s’appelle ame ; or comme cette ame est du nombre des esprits, & qu’elle a outre l’entendement, une volonté qui est cause de bien des évenemens ; il faut encore que la Philosophie développe ce qui peut arriver en conséquence de cette volonté ; c’est à quoi l’on doit rapporter ce que l’on enseigne du droit de la nature, de la morale, & de la politique.

Mais comme tous les êtres, soit corps, ou esprits, ou ames, se ressemblent à quelques égards, il faut rechercher aussi ce qui peut convenir généralement à tous les êtres, & en quoi consiste leur différence générale. On nomme onthologie, ou science fondamentale, cette partie de la Philosophie qui renferme la connoissance générale de tous les êtres ; cette science fondamentale, la doctrine des esprits, & la théologie naturelle, composent ce qui s’appelle métaphysique ou science principale.

Nous ne nous contentons pas de pousser nos connoissances jusqu’à savoir par quelles forces se produisent certains effets dans la nature, nous allons plus loin, & nous mesurons avec la derniere exactitude les degrés des forces & des effets, afin qu’il paroisse visiblement que certaine force peut produire certains effets. Par exemple, il y a bien des gens qui se contentent de savoir, que l’air comprimé avec force dans une fontaine artificielle, porte l’eau jusqu’à une hauteur extraordinaire ; mais d’autres plus curieux font des efforts pour découvrir de combien s’accroît la force de l’air, lorsque par la compression il n’occupe que la moitié, le tiers ou le quart de l’espace qu’il remplissoit auparavant, & de combien de piés il fait monter l’eau chaque fois ; c’est pousser nos connoissances à leur plus haut degré, que de savoir mesurer tout ce qui a une grandeur, & c’est dans cette vûe qu’on a inventé les mathématiques.

Le véritable ordre dans lequel les parties de la Philosophie doivent être rangées, c’est de faire précéder celles qui contiennent les principes, dont la connoissance est nécessaire pour l’intelligence & la démonstration des suivantes ; c’est à cet ordre que M. Wolf s’est religieusement conformé, comme il paroît par ce que je viens d’extraire de lui.

On peut encore diviser la Philosophie en deux branches, & la considérer sous deux rapports ; elle est théorique ou pratique.

La Philosophie théorique ou spéculative se repose dans une pure & simple contemplation des choses ; elle ne va pas plus loin.

La Philosophie pratique est celle qui donne des regles pour opérer sur son objet : elle est de deux sortes par rapport aux deux especes d’actions humaines qu’elle se propose de diriger : ces deux especes sont la Logique & la Morale : la Logique dirige les opérations de l’entendement, & la Morale les opérations de la volonté. Voyez Logique & Morale. Les autres parties de la Philosophie sont purement spéculatives.

La Philosophie se prend aussi fort ordinairement pour la doctrine particuliere ou pour les systèmes inventés par des philosophes de nom, qui ont eu des sectateurs. La Philosophie ainsi envisagée s’est divisée en un nombre infini de sectes, tant anciennes que modernes ; tels sont les Platoniciens, les Péripatéticiens, les Epicuriens, les Stoïciens, les Pythagoriciens, lès Pyrrhoniens, & les Académiciens ; & tels sont de nos jours les Cartésiens, les Newtoniens. Voyez L’origine, le dogme de chaque secte, à l’article qui lui est particulier.

La Philosophie se prend encore pour une certaine maniere de philosopher, ou pour certains principes sur lesquels roulent toutes les recherches que l’on fait par leur moyen ; en ce sens l’on dit, Philosophie corpusculaire, Philosophie méchanique, Philosophie expérimentale.

Telle est la saine notion de la Philosophie, son but est la certitude, & tous ses pas y tendent par la voie de la démonstration. Ce qui caractérise donc le philosophe & le distingue du vulgaire, c’est qu’il n’admet rien sans preuve, qu’il n’acquiesce point à des notions trompeuses, & qu’il pose exactement lés limites du certain, du probable, & du douteux. Il ne se paye point de mots, & n’explique rien par des qualités occultes, qui ne sont autre chose que l’effet même transformé en cause ; il aime beaucoup mieux faire l’aveu de son ignorance, toutes les fois que le raisonnement & l’expérience ne sauroient le conduire à la véritable raison des choses.

La Philosophie est une science encore très-imparfaite, & qui ne sera jamais complette ; car qui est-ce qui pourra rendre raison de tous les possibles ? L’être qui a tout fait par poids & par mesure, est le seul qui ait une connoissance philosophique, mathématique, & parfaite de ses ouvrages ; mais l’homme n’en est pas moins louable d’étudier le grand livre de la nature, & d’y chercher des preuves de la sagesse & de toutes les perfections de son auteur : la société retire aussi de grands avantages des recherches philosophiques qui ont occasionné & perfectionné plusieurs découvertes utiles au genre humain.

Le plus grand philosophe est celui qui rend raison du plus grand nombre de choses, voilà son rang assigné avec précision : l’érudition par ce moyen n’est plus confondue avec la Philosophie. La connoissance des faits est sans contredit utile, elle est même un préalable essentiel à leur explication ; mais être philosophe, ce n’est pas simplement avoir beaucoup vû & beaucoup lû, ce n’est pas aussi posséder l’histoire de la Philosophie, des sciences & des arts, tout cela ne forme souvent qu’un cahos indigeste ; mais être philosophe, c’est avoir des principes solides, & surtout une bonne méthode pour rendre raison de ces faits, & en tirer de légitimes conséquences.

Deux obstacles principaux ont retardé long-tems les progrès de la Philosophie, l’autorité & l’esprit systématique.

Un vrai philosophe ne voit point par les yeux d’autrui, il ne se rend qu’à la conviction qui naît de l’évidence. Il est assez difficile de comprendre comment il se peut faire que des gens qui ont de l’esprit, aiment mieux se servir de l’esprit des autres dans la recherche de la vérité, que de celui que Dieu leur a donné. Il y a sans doute infiniment plus de plaisir & plus d’honneur à se conduire par ses propres yeux que par ceux des autres, & un homme qui a de bons yeux ne s’avisa jamais de se les fermer ou de se les arracher, dans l’espérance d’avoir un conducteur, c’est cependant un usage assez universel : le pere Malebranche en apporte diverses raisons.

1°. La paresse naturelle des hommes, qui ne veulent pas se donner la peine de méditer.

2°. L’incapacité de méditer dans laquelle on est tombé, pour ne s’être pas appliqué dès la jeunesse, lorsque les fibres du cerveau étoient capables de toutes sortes d’inflexions.

3°. Le peu d’amour qu’on a pour les vérités abstraites, qui sont le fondement de tout ce qu’on peut connoître ici bas.

4°. La sote vanité qui nous fait souhaiter d’être estimés savans ; car on appelle savans ceux qui ont plus de lecture : la connoissance des opinions est bien plus d’usage pour la conversation & pour étourdir les esprits du commun, que la connoissance de la vraie Philosophie, qui est le fruit de la réflexion.

5°. L’admiration excessive dont on est prévenu pour les anciens, qui fait qu’on s’imagine qu’ils ont été plus éclairés que nous ne pouvons l’être, & qu’il n’y a rien à faire où ils n’ont pas réussi.

6°. Un je ne sais quel respect, mêlé d’une sote curiosité, qui fait qu’on admire davantage les choses les plus éloignées de nous, les choses les plus vieilles, celles qui viennent de plus loin, & même les livres les plus obscurs : ainsi on estimoit autrefois Héraclite pour son obscurité. On recherche les médailles anciennes, quoique rongées de la rouille, & on garde avec grand soin la lanterne & la pantouffle de quelques anciens ; leur antiquité fait leur prix. Des gens s’appliquent à la lecture des rabbins, parce qu’ils ont écrit dans une langue étrangere, très-corrompue & très-obscure. On estime davantage les opinions les plus vieilles, parce qu’elles sont les plus éloignées de nous ; & sans doute si Nembrot avoit écrit l’histoire de son regne, toute la politique la plus fine, & même toutes les autres sciences y seroient contenues, de même que quelques-uns trouvent qu’Homere & Virgile avoient une connoissance parfaite de la nature. Il faut respecter l’antiquité, dit-on ; quoi, Aristote, Platon, Epicure, ces grands hommes se seroient trompés ? On ne considere pas qu’Aristote, Platon, Epicure étoient des hommes comme nous, & de même espece que nous, & de plus, qu’au tems où nous sommes, le monde est âgé de plus de deux mille ans ; qu’il a plus d’expérience, qu’il doit être plus éclairé ; & que c’est la vieillesse du monde & l’expérience qui font découvrir la vérité.

Un bon esprit cultivé & de notre siecle, dit M. de Fontenelle, est pour ainsi dire compose de tous les esprits des siecles précédens, ce n’est qu’un même esprit qui s’est cultivé pendant tout ce tems-là : ainsi cet homme qui a vécu depuis le commencement du monde jusqu’à présent ; a eu son enfance, où il ne s’est occupé que des besoins les plus pressans de la vie ; sa jeunesse, où il a assez bien réussi aux choses d’imagination, telles que la poésie & l’éloquence, & où même il a commencé à raisonner, mais avec moins de solidité que de feu, & il est maintenant dans l’âge de virilité, où il raisonne avec plus de forces & plus de lumieres que jamais. Cet homme même, à proprement parler, n’aura point de vieillesse, il sera toujours également capable des choses auxquelles sa jeunesse étoit propre, & il le sera toujours de plus en plus de celles qui conviennent à l’age de virilité, c’est-à-dire pour quitter l’allégorie : les hommes ne dégénerent jamais, & les vues saines de tous les bons esprits, qui se succederont, s’ajouteront toujours les unes aux autres.

Ces réflexions solides & judicieuses devroient bien nous guérir des préjugés ridicules que nous avons pris en faveur des anciens. Si notre raison, soutenue de la vanité qui nous est si naturelle, n’est pas capable de nous ôter une humilité si mal entendue, comme si en qualité d’hommes nous n’avions pas droit de prétendre à une aussi grande perfection ; l’expérience du-moins sera assez forte pour nous convaincre, que rien n’a tant arrêté le progrès des choses, & rien n’a tant borné les esprits, que cette admiration excessive des anciens. Parce qu’on s’étoit dévoué à l’autorité d’Aristote, dit M. de Fontenelle, & qu’on ne cherchoit la vérité que dans ses écrits énigmatiques, & jamais dans la nature, non-seulement la Philosophie n’avançoit en aucune façon, mais elle étoit tombée dans un abyme de galimathias & d’idées inintelligibles, d’où l’on a eu toutes les peines du monde à la retirer. Aristote n’a jamais fait un vrai philosophe, mais il en a beaucoup étouffé qui le fussent devenus, s’il eût été permis. Et le mal est qu’une fantaisie de cette espece une fois établie parmi les hommes, en voilà pour long-tems ; on sera des siecles entiers à en revenir, même après qu’on en aura connu le ridicule. Si l’on alloit s’entêter un jour de Descartes, & le mettre à la place d’Aristote, ce seroit à-peu-près le même inconvénient.

Si ce respect outré pour l’antiquité a une si mauvaise influence, combien devient-il encore plus contagieux pour les commentateurs des anciens ? Quelles beautés, dit l’auteur ingénieux que nous venons de citer, ne se tiendroient heureuses d’inspirer à leurs amans une passion aussi vive & aussi tendre, que celle qu’un grec ou un latin inspire à son respectueux interprete ? Si l’on commente Aristote, c’est le génie de la nature : si l’on écrit sur Platon, c’est le divin Platon. On ne commente guere les ouvrages des hommes tout court ; ce sont toujours les ouvrages d’hommes tout divins, d’hommes qui ont été l’admiration de leur siecle. Il en est de même de la matiere qu’on traite, c’est toujours la plus belle, la plus relevée, celle qu’il est le plus nécessaire de savoir. Mais depuis qu’il y a eu des Descartes, des Newtons, des Léibnitzs, & des Wolfs, depuis qu’on a allié les Mathématiques à la Philosophie, la maniere de raisonner s’est extrèmement perfectionnée.

7°. L’esprit systématique ne nuit pas moins au progrès de la vérité : par esprit systématique, je n’entends pas celui qui lie les vérités entre elles, pour former des démonstrations, ce qui n’est autre chose que le véritable esprit philosophique, mais je désigne celui qui bâtit des plans, & forme des systèmes de l’univers, auxquels il veut ensuite ajuster, de gré ou de force, les phénomènes ; on trouvera quantité de bonnes réflexions là-dessus dans le second tome de l’histoire du ciel, par M. l’abbé Pluche. Il les a pourtant un peu trop poussées, & il lui seroit difficile de repondre à certains critiques. Ce qu’il y a de certain, c’est que rien n’est plus louable que le parti qu’a pris l’académie des Sciences, de voir, d’observer, de coucher dans ses registres les observations & les expériences, & de laisser à la postérité le soin de faire un système complet, lorsqu’il y aura assez de matériaux pour cela ; mais ce tems est encore bien éloigné, si tant est qu’il arrive jamais.

Ce qui rend donc l’esprit systématique si contraire au progrès de la vérité, c’est qu’il n’est plus possible de détromper ceux qui ont imaginé un système qui a quelque vraissemblance. Ils conservent & retiennent très-chérement toutes les choses qui peuvent servir en quelque maniere à le confirmer ; & au contraire ils n’appercevoient pas presque toutes les objections qui lui sont opposées, ou bien ils s’en défont par quelque distinction frivole. Ils se plaisent intérieurement dans la vûe de leur ouvrage & de l’estime qu’ils esperent en recevoir. Ils ne s’appliquent qu’à considérer l’image de la vérité que portent leurs opinions vraissemblables. Ils arrêtent cette image fixe devant leurs yeux, mais ils ne regardent jamais d’une vûe arrêtez les autres faces de leurs sentimens, lesquelles leur en découvriroient la fausseté.

Ajoutez à cela les préjugés & les passions. Les préjugés occupent une partie de l’esprit & en infectent tout le reste. Les passions confondent les idées en mille manieres, & nous sont presque toujours voir dans les objets tout ce que nous desirons d’y trouver : la passion même que nous avons pour la vérité nous trompe quelquefois, lorsqu’elle est trop ardente. Mallebranche.

Philosophie, s. f. septieme corps des caracteres d’Imprimerie ; sa proportion est d’une ligne 5 points, mesure de l’échelle ; son corps double est le gros parangon. V. Proportion des caracteres d’Imprimerie.

La philosophie est un entre corps ; on emploie ordinairement pour le faire, l’œil de cicero sur ledit corps de philosophie qui est de peu de chose plus foible, Voyez Mignonne & l’exemple à l’article Caracteres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « philosophie »

Prov. philosophia ; esp. et ital. filosofia ; du grec φιλοσοφία (voy. PHILOSOPHE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1160) Du latin philosophia emprunté au grec ancien φιλοσοφία, philosophía (« état de celui qui est philosophe ») → voir philosophe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philosophie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philosophie filɔzɔfi

Citations contenant le mot « philosophie »

  • La poésie n'a de rôle à jouer qu'au-delà de la philosophie. André Breton, Les Pas perdus, Gallimard
  • La philosophie de l'artillerie : Cogito ergo boum. De Susan Sontag
  • La meilleure philosophie, relativement au monde, est d'allier, à son égard, le sarcasme de la gaieté avec l'indulgence du mépris. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées
  • La philosophie a cela d'utile qu'elle sert à nous consoler de son inutilité. Jean Commerson, Pensées d'un emballeur
  • La philosophie donne moyen de parler vraisemblablement de toutes choses, et se faire admirer des moins savants. René Descartes, Discours de la méthode
  • Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie. William Shakespeare, Hamlet, I, 5, Hamlet
  • Chaque philosophie aspire à devenir la philosophie. De Henri Gouhier / L’histoire et sa philosophie
  • Notre philosophie ? Thèse, antithèse, charentaises. De Vincent Roca / Nous sommes tous des frilosophes
  • Bonne ou mauvaise santé fait notre philosophie. De Guillaume de Chaulieu
  • Une philosophie doit être portative. De Paul Valéry
  • Il faut atteindre sans la philosophie le but qu'elle devrait s'assigner. Joë Bousquet, Langage entier, Rougerie
  • La vraie méthode pour former la notion de philosophie, c'est de penser qu'il y eut des philosophes. Émile Chartier, dit Alain, Éléments de philosophie, Gallimard
  • Toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines sont la métaphysique ; le tronc est la physique, et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences, qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale ; j'entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui présupposant une entière connaissance des autres sciences est le dernier degré de la sagesse. René Descartes, Principes de la philosophie
  • On est surpris et peut-être fâché de se voir conduit par la seule philosophie aux plus rigoureuses obligations du christianisme ; on croit communément pouvoir être philosophe à meilleur marché. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Éloges des académiciens
  • Toute la philosophie n'est fondée que sur deux choses : sur ce qu'on a l'esprit curieux et les yeux mauvais. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes
  • Ce n'est pas avec la philosophie qu'on soutient les ministères. Anatole François Thibault, dit Anatole France, La Vie littéraire, Calmann-Lévy
  • Une philosophie meurt nécessairement avec son philosophe... Une philosophie qui reste devient une religion. De Pierre Michel Duffieux / Dissertations pour Monique
  • La philosophie antique nous apprenait à accepter notre mort. La philosophie moderne, la mort des autres. De Michel Foucault
  • On ne se compose pas plus une sagesse en introduisant dans sa pensée les divers résidus de toutes les philosophies humaines qu'on ne se ferait une santé en avalant tous les fonds de bouteille d'une vieille pharmacie. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Aucune philosophie n’a jamais pu mettre fin à la philosophie et pourtant c’est là le voeu secret de toute philosophie. De Georges Gusdorf / Mythe et métaphysique
  • Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher. De Blaise Pascal / Pensées
  • La philosophie est l'hôpital de la poésie. De Novalis
  • La philosophie est une méditation de la mort. De Érasme
  • Toute science commence comme philosophie et se termine en art. De Will Durant / Histoire de la philosophie
  • La morale n'est pas une branche de la philosophie mais la philosophie première. De Emmanuel Levinas
  • À Paris, le métier est un art, et l'art une philosophie. Elizabeth Barrett, Mrs. Browning, Aurora Leigh, VI
  • Trouver de mauvaises raisons à ce que l'on croit en vertu d'autres mauvaises raisons - voilà la philosophie. Aldous Huxley, Brave New World, 17
  • La mort est le génie qui inspire le philosophe, l'Apollon musagète de la philosophie S'il n'y avait pas la mort, on ne philosopherait guère. Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et représentation Die Welt als Wille und Vorstellung
  • La philosophie éclaire comme la lanterne sourde et ne jette de la lumière en avant qu'à la condition de faire de l'ombre derrière elle. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • La philosophie n'est autre chose que l'effort de l'esprit pour se rendre compte de l'évidence. Jules Lagneau, In Revue philosophique février 1880
  • Les jugements sur la poésie ont plus de valeur que la poésie. Ils sont la philosophie de la poésie. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Poésies, II
  • La philosophie n'est pas une illusion : elle est l'algèbre de l'histoire. Maurice Merleau-Ponty, Éloge de la philosophie, Gallimard
  • Quand on est réduit à faire de la philosophie religieuse, c'est qu'il n'y a plus de religion ; quand on fait de la philosophie de l'art, c'est qu'il n'y a plus d'art. Charles Forbes, comte de Montalembert, Mélanges d'art et de littérature
  • C'est une chose extraordinaire que toute la philosophie consiste dans ces trois mots : Je m'en fous. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Mes pensées
  • [La philosophie] est comme la Russie : pleine de marécages et souvent envahie par les Allemands. Roger Nimier, Le Hussard bleu, Gallimard
  • Il n'est nul art au monde auquel soit requis une plus grande philosophie qu'à l'agriculture. Bernard Palissy, Recette véritable par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs trésors
  • Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher. Blaise Pascal, Pensées, 4 Pensées
  • La douleur sous sa forme radicale et dépouillée - celle qui fait l'essence du supplice - est la pierre d'achoppement et le tombeau de toutes les philosophies. Raymond Queneau, Les Enfants du limon, Gallimard
  • On peut considérer l'homme comme un animal d'espèce supérieure qui produit des philosophies et des poèmes à peu près comme les vers à soie font leurs cocons et comme les abeilles font leurs ruches. Hippolyte Adolphe Taine, La Fontaine et ses Fables, Préface
  • En philosophie, il faut se défier de ce qu'on croit entendre trop aisément, aussi bien que des choses qu'on n'entend pas. François Marie Arouet, dit Voltaire, Lettres philosophiques, XV
  • La philosophie, elle aussi, est œuvre de la providence divine. Clément, d'Alexandrie, Stromates, I, 18, 4
  • Tous ceux qui se livrent à la philosophie combattent pour l'ombre d'un âne. Lucien, de Samosate, Hermotime ou les Sectes, 71 (traduction E. Talbot)
  • La philosophie consiste à veiller sur le dieu intérieur. Marc Aurèle en latin Marcus Annius Verus, puis Marcus Aurelius Antoninus, Pensées, II, 17 (traduction A. I. Trannoy)
  • La philosophie ne sert qu'à réfuter la philosophie. Willem Bilderdijk, Lettre à Kinter
  • Ne croire que ce qui est possible, ce n'est pas foi, mais simple philosophie. Thomas Browne, Religio Medici, I, 9
  • Mon expérience personnelle et ma pratique m’ont montré que chacun est à la recherche du bonheur et en même temps, il ne peut éviter la vérité et ce n’est pas toujours facile. Je n’enseigne pas la philosophie à mes élèves, je les apprends plutôt à philosopher, c’est à dire à réfléchir par eux-mêmes en s’appropriant le sujet et en lui apportant une réponse personnelle et cohérente. Je leur donne un certain nombre de clés propres à les aider dans cette réflexion d’où j’en ai tiré un petit recueil "Petite méthodologie de philosophie" (2019) chez Larousse. ladepeche.fr, Nérac. Roman et philosophie avec Xavier Moreau - ladepeche.fr
  • Comment une initiation à la philosophie mène-t-elle à une réflexion sur la modernité ? Fort de l’héritage hégélien, l’enseignement de Dominique Pagani — retranscrit par Alexis Manago —, qui fut proche de Michel Clouscard, ne dissocie pas pratique de la philosophie et intelligence de son histoire. De la Grèce antique, où naît l’antagonisme de l’empirisme et du rationalisme, à la modernité, la question de la possibilité de la connaissance aboutit à l’idée d’un sujet actif dans la construction de la réalité perçue. La philosophie de la connaissance ouvre alors à la philosophie des valeurs sa problématique : comment ce sujet, individu libre et autonome, s’articule-t-il à la communauté ? L’enjeu moderne sera de montrer qu’il en est le fruit : la liberté est la lutte d’une communauté pour l’indépendance individuelle (par la libération matérielle et le développement des forces productives) vis-à-vis de la contrainte naturelle, et pour son accroissement, par la connaissance des déterminations sociales et historiques, en vue de la transformation rationnelle du monde des hommes. Le Monde diplomatique, Pagani sans détours. Initiation à la philosophie, par Luca Pomioli (Le Monde diplomatique, août 2020)
  • Un essai important d’un maître anglo-saxon de la philosophie morale, à la fois accessible et subtil, est enfin disponible en français. Le Monde.fr, « L’Homme, cet animal rationnel dépendant », d’Alasdair MacIntyre : la chronique « philosophie » de Roger-Pol Droit
  • Les séries sont-elles philosophiques ? Oui, a répondu dès 2009 Thibaut de Saint-Maurice dans son livre « Philosophes en séries » (éd. Ellipses). « Il est temps […] qu'on les prenne au sérieux comme ressource et modèle en philosophie morale », ajoutait, dans un entretien au Monde, le 9 décembre, Sandra Laugier, professeur à la Sorbonne. « Dispatches from Elsewhere », « Tales from the Loop » et « Devs » le confirment. leparisien.fr, «Devs», «Dispatches from Elsewhere»... quand les séries ont une portée philosophique - Le Parisien
  • Enseignant en philosophie au cégep de Rimouski Le Devoir, Pour une philosophie au service du bien commun | Le Devoir
  • Le penseur grec est un bon recours quand rien ne va plus. Pour Ilaria Gaspari, sa conception des plaisirs, du temps et de la mort nous guide vers un équilibre heureux. La simplicité de sa philosophie en fait aussi la beauté et l’efficacité. , Philosophie magazine n°141 - août 2020 • Sommaire • Philosophie magazine
  • C'est un postulat au centre de nombreuses philosophies : nous sommes les créateurs de notre vie. Cette idée, l'Ho'oponopono, philosophie venue d'Hawaï la partage. Seulement voilà, créer une vie alignée n'est pas si simple. Car selon cette croyance, nous porterions en nous le poids de nos mémoires. La nôtre, celle que nous nous forgeons depuis la naissance, mais aussi celle de nos ancêtres, des précédentes générations qui inconsciemment pèsent sur nous. Une entrave à notre liberté qui génère souffrance, blocages, croyances faussées ou limitantes. The Body Optimist, L'Ho'oponopono, l'art de vivre pour trouver la paix intérieure

Images d'illustration du mot « philosophie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « philosophie »

Langue Traduction
Anglais philosophy
Espagnol filosofía
Italien filosofia
Allemand philosophie
Chinois 哲学
Arabe فلسفة
Portugais filosofia
Russe философия
Japonais 哲学
Basque filosofia
Corse filosofia
Source : Google Translate API

Synonymes de « philosophie »

Source : synonymes de philosophie sur lebonsynonyme.fr
Partager