La langue française

Pesant

Définitions du mot « pesant »

Trésor de la Langue Française informatisé

PESANT, -ANTE, part. prés., adj., subst. masc. et adv.

I. − Part. prés. de peser*.
II. − Adjectif
A. − Qui pèse, qui a un poids, du poids.
1. Qui est soumis à la pesanteur, aux lois de la gravitation. Nous savons faire voler (...) des corps pesants (Valéry,Variété V, 1944, p.25).
2. Vx. Qui a le poids requis par la loi. Espèces pesantes (Littré).
3. Qui est lourd, massif. Anton. léger.À leurs doigts les bagues et à leurs chevilles les pesants anneaux d'or (Barrès,Jard. Oronte, 1922, p.53).Les récolteurs de caoutchouc (...) furent condamnés à tourner autour de la factorerie sous un soleil de plomb et porteurs de poutres de bois très pesantes (Gide,Voy. Congo, 1927, p.741).
B. − Qui donne une impression de lourdeur.
1. Dans le domaine physique ou matériel
a) Dont le mouvement est lourd, embarrassé. Anton. agile, léger, souple, vif.Pas pesants; allure, marche pesante. Le cabriolet du médecin partait, avec le trot pesant du vieux cheval (Zola,Joie de vivre, 1884, p.1047).L'homme battait toujours la terre de sa danse pesante, ses mains blotties sous les aisselles et la figure enfouie (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p.268).Des blocs se soulèvent, se déplacent soit par bonds pesants, soit en roulant sur les pentes (Valéry,Variété III, 1936, p.108).
Expr. Avoir la main pesante. Manquer de dextérité. (Dict.xixeet xxes.).
b) [En parlant d'une partie du corps] Qui donne une impression désagréable de lourdeur. Synon. lourd.Tête pesante; jambes pesantes. Alors Bénin éprouvait une horrible envie d'uriner. Sa vessie devenait pesante et douloureuse (Romains,Copains, 1913, p.74).Chacun se mit à étouffer sous le sac, à traîner des pieds pesants et meurtris (Benjamin,Gaspard, 1915, p.53).Un visage de graisse tombante, jauni par la cirrhose, une paupière bouffie et pesante, les plis des mentons dans le col (Vercel,Cap. Conan, 1934, p.251).
c) [En parlant de la nourriture ou de la boisson] Qui est lourd, difficile à digérer, trop riche ou trop copieux. Un Hollandais blond et tirant sur le roux, (...) engraissé par de pesantes bières (Huysmans,Oblat, t.2, 1903, p.122).Toby-Chien ne dort pas, tourmenté par les mouches et par un déjeuner pesant (Colette,Dialog. bêtes, 1905, p.7):
1. ... le café (...) faisait passer la nourriture pesante de ces eating-houses anglaises, avec leurs viandes saignantes et leurs bières lourdes, vestiges gargantuesques de ces temps où le capitaine Kidd gavait ses prisonniers avant de les pendre à sa grande vergue... Morand,New-York, 1930, p.148.
d) [En parlant d'un état] Très profond. Ivresse pesante. Je dormais profondément de ce pesant sommeil si difficile à troubler (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Ruse, 1882, p.833):
2. ... après ces excès, il tombait, épuisé, en d'horribles sommes, en de pesants comas, semblables à ces sortes de léthargies qui accablèrent, après ses violations de sépulture, le sergent Bertrand. Huysmans,Là-bas, t.2, 1891, p.15.
e) Qui donne une impression d'oppression, d'étouffement. Atmosphère pesante. La terre chauffée tout le jour par un soleil pesant, par un «gras soleil», comme disent les moissonneurs du val de Vire (A. France,Bonnard, 1881, p.339).Un ciel gris, opaque, pesant, un ciel où le jour se navre où la lumière pleure de la suie (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.161).
f) Dont l'aspect, la forme sont massifs, dépourvus de légèreté. Architecture pesante; colonnes pesantes; homme lourd et pesant. Des landiers pesants, bas de pied, droits de tige (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p.113).Imagine une femme de quarante à cinquante ans (...) grande, large et même pesante, avec un énorme chapeau cloche tout alourdi de feuillages (Duhamel,Maîtres, 1937, p.242).De pesants verrous travaillés au marteau et qui ne peuvent se manier que des deux mains (T'Serstevens,Itinér. esp., 1963, p.312).
MAR. Navire pesant. Navire dont les formes sont lourdes, qui marche mal ou se meut malaisément (d'apr. Littré).
2. Dans le domaine intellectuel.[En parlant d'une pers. et, p.méton., de son comportement, ses propos, ses pensées] Dépourvu de vivacité, de légèreté, de pénétration. Synon. ennuyeux.Homme pesant; pesante ironie. Tomber dans un pesant réalisme (Renan,Avenir sc., 1890, p.478).Il s'empressait auprès de la chanteuse et lui prodiguait de pesantes galanteries (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.778).Ces romanciers pesants qui ne nous font grâce d'aucun commentaire (Gide,Journal, 1948, p.322).
En partic. Qui manque d'aisance, de légèreté dans l'expression. Style pesant. L'abbé avait bien une manière à lui, pesante et calme, d'appuyer sur certains mots (Martin du G.,Thib., Mort père, 1929, p.1262).Cette grave et lente lamentation, qui par trois fois appuie sur le mot: «peccata», est alourdie par le pesant unisson des cordes (Rolland,Beethoven, t.2, 1937, p.395):
3. Ses homélies [de saint Jean Chrysostome] et ses discours sont de mauvaises et pesantes déclarations de rhétorique (...). Ses lettres mêmes ont la même pesanteur. Les anciens faisaient toujours de la belle phrase et de la rhétorique. Vigny,Journ. poète, 1837, p.1066.
3. Au fig. Qui est pénible. Ennui, silence pesant; charge, corvée, présence pesante. Les gens du monde (...) croient, en général, qu'on ne quitte l'état ecclésiastique que pour échapper à des devoirs trop pesants (Renan,Souv. enf., 1883, p.359).La pesante monotonie d'une bureaucratie centrale (Jaurès,Ét. soc., 1901, p.147).Les derniers jours de ma vie auront été les plus pesants (Salacrou,Terre ronde, 1938, i, 4, p.164):
4. À quoi avait pu céder Fannie? Ni au vertige des sens, certes, ni à un besoin d'évasion et de libération comme ce fut le cas pour beaucoup de femmes subitement délivrées d'une tutelle maritale trop pesante. Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.41.
C. − Qui exerce une forte pression; qui est appliqué avec violence, force. Il lui ferma la bouche d'un baiser pesant (A. France,Lys rouge, 1894, p.245).Le maréchal laissait à petits coups pesants et clairs retomber son marteau sur l'enclume (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p.21).L'on eût dit qu'une main pesante courbait cette cohue sous le prêtre (Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p.111).
Expr. Avoir la main pesante, le bras pesant. ,,Être fort, robuste, donner de grands coups`` (Littré).
MAR. Mer pesante, vagues pesantes. Suite de vagues qui retombent avec violence et fracas. Quand les coups de la mer pesante ébranlent les longs rivages (Claudel,Tête d'Or, 1890, 2epart., p.85).Grain pesant, vent pesant. Grain, vent dont la violence tend à faire incliner le navire outre mesure. (Dict.xixeet xxes.).
Au fig. Une «mainmorte des complexes et des fixations» plus pesante que l'hérédité (Mounier,Traité caract., 1946, p.97).
III. − Subst. masc.
A. − [Dans certaines expr.] Poids. Il a gagné son pesant d'or! (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels, 1883, p.79).
Au fig., fam. [En parlant d'une pers. ou d'une chose]
Valoir son pesant d'or. Être d'une grande valeur, d'un grand intérêt. Savez-vous, cher ami, que cette petite Esther est précieuse! Le renseignement qu'elle m'a donné vaut pour moi son pesant d'or (Vogüé,Morts, 1899, p.163).
Avec souvent une valeur iron. Valoir son pesant de (+ nom de substance comestible de peu de prix). Être cocasse, amusant (d'apr. Rey-Chantr. Expr. 1979). Propos qui vaut son pesant de cacahuètes, de moutarde.
B. − ,,Morceau de fer ou de plomb que les tailleurs mettent sur leur ouvrage pour l'assujettir`` (Littré).
IV. − Adv., vx. De poids, en poids. Jambon de quinze livres pesant. Mille livres pesant (Littré).
Prononc. et Orth.: [pəzɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 adverbialement (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 1042); ca 1140 subst. «poids» (Geoffroi Gaimar, Hist. des Angl., éd. A. Bell, 4998: vint unces de pesant); 1160-74 sun pesant d'or «l'équivalent de son poids en or» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 1374); ca 1270 (Richars li Biaus, 2076 ds T.-L.: destrier Qui son pesant valoit d'or mier); 2. 1680 technol. (Rich.: Pesant. C'est un assez gros morceau de fer, ou de plomb envelopé de toile, ou d'étofe qu'on met sur la besogne pour la tenir lorsqu'on travaille). Part. prés. subst. de peser*. Fréq. abs. littér.: 1704. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2815, b) 1865; xxes.: a) 2374, b) 2416. Bbg. Barb. Misc. 28 1944-52, pp.345-347.

Trésor de la Langue Française informatisé

PESANT, -ANTE, part. prés., adj., subst. masc. et adv.

I. − Part. prés. de peser*.
II. − Adjectif
A. − Qui pèse, qui a un poids, du poids.
1. Qui est soumis à la pesanteur, aux lois de la gravitation. Nous savons faire voler (...) des corps pesants (Valéry,Variété V, 1944, p.25).
2. Vx. Qui a le poids requis par la loi. Espèces pesantes (Littré).
3. Qui est lourd, massif. Anton. léger.À leurs doigts les bagues et à leurs chevilles les pesants anneaux d'or (Barrès,Jard. Oronte, 1922, p.53).Les récolteurs de caoutchouc (...) furent condamnés à tourner autour de la factorerie sous un soleil de plomb et porteurs de poutres de bois très pesantes (Gide,Voy. Congo, 1927, p.741).
B. − Qui donne une impression de lourdeur.
1. Dans le domaine physique ou matériel
a) Dont le mouvement est lourd, embarrassé. Anton. agile, léger, souple, vif.Pas pesants; allure, marche pesante. Le cabriolet du médecin partait, avec le trot pesant du vieux cheval (Zola,Joie de vivre, 1884, p.1047).L'homme battait toujours la terre de sa danse pesante, ses mains blotties sous les aisselles et la figure enfouie (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p.268).Des blocs se soulèvent, se déplacent soit par bonds pesants, soit en roulant sur les pentes (Valéry,Variété III, 1936, p.108).
Expr. Avoir la main pesante. Manquer de dextérité. (Dict.xixeet xxes.).
b) [En parlant d'une partie du corps] Qui donne une impression désagréable de lourdeur. Synon. lourd.Tête pesante; jambes pesantes. Alors Bénin éprouvait une horrible envie d'uriner. Sa vessie devenait pesante et douloureuse (Romains,Copains, 1913, p.74).Chacun se mit à étouffer sous le sac, à traîner des pieds pesants et meurtris (Benjamin,Gaspard, 1915, p.53).Un visage de graisse tombante, jauni par la cirrhose, une paupière bouffie et pesante, les plis des mentons dans le col (Vercel,Cap. Conan, 1934, p.251).
c) [En parlant de la nourriture ou de la boisson] Qui est lourd, difficile à digérer, trop riche ou trop copieux. Un Hollandais blond et tirant sur le roux, (...) engraissé par de pesantes bières (Huysmans,Oblat, t.2, 1903, p.122).Toby-Chien ne dort pas, tourmenté par les mouches et par un déjeuner pesant (Colette,Dialog. bêtes, 1905, p.7):
1. ... le café (...) faisait passer la nourriture pesante de ces eating-houses anglaises, avec leurs viandes saignantes et leurs bières lourdes, vestiges gargantuesques de ces temps où le capitaine Kidd gavait ses prisonniers avant de les pendre à sa grande vergue... Morand,New-York, 1930, p.148.
d) [En parlant d'un état] Très profond. Ivresse pesante. Je dormais profondément de ce pesant sommeil si difficile à troubler (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Ruse, 1882, p.833):
2. ... après ces excès, il tombait, épuisé, en d'horribles sommes, en de pesants comas, semblables à ces sortes de léthargies qui accablèrent, après ses violations de sépulture, le sergent Bertrand. Huysmans,Là-bas, t.2, 1891, p.15.
e) Qui donne une impression d'oppression, d'étouffement. Atmosphère pesante. La terre chauffée tout le jour par un soleil pesant, par un «gras soleil», comme disent les moissonneurs du val de Vire (A. France,Bonnard, 1881, p.339).Un ciel gris, opaque, pesant, un ciel où le jour se navre où la lumière pleure de la suie (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.161).
f) Dont l'aspect, la forme sont massifs, dépourvus de légèreté. Architecture pesante; colonnes pesantes; homme lourd et pesant. Des landiers pesants, bas de pied, droits de tige (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p.113).Imagine une femme de quarante à cinquante ans (...) grande, large et même pesante, avec un énorme chapeau cloche tout alourdi de feuillages (Duhamel,Maîtres, 1937, p.242).De pesants verrous travaillés au marteau et qui ne peuvent se manier que des deux mains (T'Serstevens,Itinér. esp., 1963, p.312).
MAR. Navire pesant. Navire dont les formes sont lourdes, qui marche mal ou se meut malaisément (d'apr. Littré).
2. Dans le domaine intellectuel.[En parlant d'une pers. et, p.méton., de son comportement, ses propos, ses pensées] Dépourvu de vivacité, de légèreté, de pénétration. Synon. ennuyeux.Homme pesant; pesante ironie. Tomber dans un pesant réalisme (Renan,Avenir sc., 1890, p.478).Il s'empressait auprès de la chanteuse et lui prodiguait de pesantes galanteries (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.778).Ces romanciers pesants qui ne nous font grâce d'aucun commentaire (Gide,Journal, 1948, p.322).
En partic. Qui manque d'aisance, de légèreté dans l'expression. Style pesant. L'abbé avait bien une manière à lui, pesante et calme, d'appuyer sur certains mots (Martin du G.,Thib., Mort père, 1929, p.1262).Cette grave et lente lamentation, qui par trois fois appuie sur le mot: «peccata», est alourdie par le pesant unisson des cordes (Rolland,Beethoven, t.2, 1937, p.395):
3. Ses homélies [de saint Jean Chrysostome] et ses discours sont de mauvaises et pesantes déclarations de rhétorique (...). Ses lettres mêmes ont la même pesanteur. Les anciens faisaient toujours de la belle phrase et de la rhétorique. Vigny,Journ. poète, 1837, p.1066.
3. Au fig. Qui est pénible. Ennui, silence pesant; charge, corvée, présence pesante. Les gens du monde (...) croient, en général, qu'on ne quitte l'état ecclésiastique que pour échapper à des devoirs trop pesants (Renan,Souv. enf., 1883, p.359).La pesante monotonie d'une bureaucratie centrale (Jaurès,Ét. soc., 1901, p.147).Les derniers jours de ma vie auront été les plus pesants (Salacrou,Terre ronde, 1938, i, 4, p.164):
4. À quoi avait pu céder Fannie? Ni au vertige des sens, certes, ni à un besoin d'évasion et de libération comme ce fut le cas pour beaucoup de femmes subitement délivrées d'une tutelle maritale trop pesante. Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.41.
C. − Qui exerce une forte pression; qui est appliqué avec violence, force. Il lui ferma la bouche d'un baiser pesant (A. France,Lys rouge, 1894, p.245).Le maréchal laissait à petits coups pesants et clairs retomber son marteau sur l'enclume (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p.21).L'on eût dit qu'une main pesante courbait cette cohue sous le prêtre (Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p.111).
Expr. Avoir la main pesante, le bras pesant. ,,Être fort, robuste, donner de grands coups`` (Littré).
MAR. Mer pesante, vagues pesantes. Suite de vagues qui retombent avec violence et fracas. Quand les coups de la mer pesante ébranlent les longs rivages (Claudel,Tête d'Or, 1890, 2epart., p.85).Grain pesant, vent pesant. Grain, vent dont la violence tend à faire incliner le navire outre mesure. (Dict.xixeet xxes.).
Au fig. Une «mainmorte des complexes et des fixations» plus pesante que l'hérédité (Mounier,Traité caract., 1946, p.97).
III. − Subst. masc.
A. − [Dans certaines expr.] Poids. Il a gagné son pesant d'or! (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels, 1883, p.79).
Au fig., fam. [En parlant d'une pers. ou d'une chose]
Valoir son pesant d'or. Être d'une grande valeur, d'un grand intérêt. Savez-vous, cher ami, que cette petite Esther est précieuse! Le renseignement qu'elle m'a donné vaut pour moi son pesant d'or (Vogüé,Morts, 1899, p.163).
Avec souvent une valeur iron. Valoir son pesant de (+ nom de substance comestible de peu de prix). Être cocasse, amusant (d'apr. Rey-Chantr. Expr. 1979). Propos qui vaut son pesant de cacahuètes, de moutarde.
B. − ,,Morceau de fer ou de plomb que les tailleurs mettent sur leur ouvrage pour l'assujettir`` (Littré).
IV. − Adv., vx. De poids, en poids. Jambon de quinze livres pesant. Mille livres pesant (Littré).
Prononc. et Orth.: [pəzɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 adverbialement (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 1042); ca 1140 subst. «poids» (Geoffroi Gaimar, Hist. des Angl., éd. A. Bell, 4998: vint unces de pesant); 1160-74 sun pesant d'or «l'équivalent de son poids en or» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 1374); ca 1270 (Richars li Biaus, 2076 ds T.-L.: destrier Qui son pesant valoit d'or mier); 2. 1680 technol. (Rich.: Pesant. C'est un assez gros morceau de fer, ou de plomb envelopé de toile, ou d'étofe qu'on met sur la besogne pour la tenir lorsqu'on travaille). Part. prés. subst. de peser*. Fréq. abs. littér.: 1704. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2815, b) 1865; xxes.: a) 2374, b) 2416. Bbg. Barb. Misc. 28 1944-52, pp.345-347.

Wiktionnaire

Adjectif

pesant \pə.zɑ̃\

  1. Qui a du poids, qui est soumis à la force de la pesanteur.
    • Tous les corps sont pesants.
  2. Qui pèse ; qui est lourd.
    • Les étriers, larges et pesants, sont attachés à des anneaux de fer au moyen d’étrivières très courtes en soie ou en lanières de cuir tressées. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 85)
  3. (Figuré) Où l’on éprouve un sentiment de pesanteur.
    • Une atmosphère pesante et troublante régnait encore entre les murs aux boiseries sévères, sous le plafond à écussons […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Avoir la tête pesante,
    • Sommeil pesant.
    • Ivresse pesante.
  4. (Figuré) Ennuyeux, un peu bête. En parlant de l’esprit, du discours, du style, etc., Qui manque de vivacité, de légèreté, de grâce.
    • Il a l’esprit pesant.
    • Son style est pesant.
    • C’est un écrivain bien pesant.
    • Cet homme est pesant.
  5. Qui est tardif, lent.
    • Le bœuf est un animal pesant.
    • Une marche pesante.
    • Ce cheval est pesant à la main, il porte la tête basse et il s’appuie sur le mors.
    • Cheval pesant, cheval qui ne s’enlève pas facilement du devant.
  6. (Figuré) Qui est onéreux, fâcheux, fatigant, incommode.
    • C’est une charge pesante que d’avoir une nombreuse famille sur les bras.
    • C’est un pesant fardeau que l’héritage d’un nom fameux.
    • Un joug pesant.

Nom commun

pesant \pə.zɑ̃\ masculin

  1. Poids, ce que quelqu’un, quelque chose pèse.
    • Il vaut son pesant d’or se dit figurément d’un homme, d’une chose qui a toutes sortes de qualités.

Adverbe

pesant \pə.zɑ̃\

  1. S’emploie adverbialement.
    • Deux mille livres d’argent pesant.
    • Une livre pesant.
    • Deux kilogrammes pesant.

Forme de verbe

pesant \pə.zɑ̃\

  1. Participe présent de peser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PESANT (pe-zan, zan-t') adj.
  • 1Qui pèse. Laissez-là ces mousquets trop pesants pour vos bras, Boileau, Épître IV.

    Fig. Plier la tête sous le pesant joug de la nécessité, Rousseau, Lett. à M. D. Corresp. t. II, p. 10, dans POUGENS.

    Terre pesante, ancien nom de la baryte.

  • 2 Terme de physique. Qui est doué de la propriété de tendre vers le centre de la terre, et qui, même lorsqu'il est retenu par quelque obstacle, exprime encore sa tendance à tomber par la pression qu'il exerce contre cet obstacle, c'est-à-dire par son poids. On sait par toutes les expériences que les corps pesants tombent de quinze pieds dans la première seconde de leur chute, Fontenelle, Newton.
  • 3Qui est du poids réglé par la loi. Espèces pesantes.
  • 4 Terme de marine. Un grain est pesant, le vent est pesant, quand leur violence est dans le cas de faire incliner le navire outre mesure, ou, seulement, quand il y a danger pour la mâture et la voilure.

    La mer est pesante, quand la lame retombe sur elle-même avec fracas.

    Un navire est pesant, lorsqu'il a des formes trop renflées, ou qu'en général il marche mal ou se meut malaisément.

  • 5 Terme de manége. Cheval pesant, celui qui ne s'enlève pas facilement du devant.

    Ce cheval est pesant à la main, il porte la tête basse, il s'appuie sur le mors.

    Fig. Cet homme est pesant à la main, il est ennuyeux, incommode dans la conversation.

  • 6Il se dit des coups qui tombent avec poids, qui sont violents. Des coups pesants ébranlèrent la porte.

    Avoir la main pesante, le bras pesant, être fort et robuste. donner de grands coups. Et n'était que ses mains sont un peu trop pesantes, J'en serais fort satisfait, Molière, Amph. II, 1.

    Fig. Il a la main pesante, se dit de celui dont la vengeance est à craindre.

  • 7Qui manque d'agilité, de légèreté.

    Ce chirurgien, ce maître d'écriture, ce peintre a la main pesante, il opère, il écrit, il peint sans légèreté.

    Un pied pesant, une marche, une danse sans légèreté. Tous entonnent un hymne ; et, couronné de chêne, Chacun d'un pied pesant frappe gaiement la plaine, Delille, Géorg. I.

  • 8Lent, tardif. Il s'avança avec toute la diligence dont était capable une armée aussi pesante que la sienne, Vaugelas, Q. C. III, 7. Elle [Irène] lui demande [à Esculape] pourquoi elle devient pesante, La Bruyère, XI. Comme Catulus était âgé et pesant, tout roulait sur Sylla, Vertot, Révol. rom. x, p. 20. Le tétras a les ailes courtes, et, par conséquent, le vol pesant, Buffon, Ois. t. III, p. 308.
  • 9 Fig. Qui engourdit. Sommeil pesant. Ivresse pesante.

    Avoir la tête pesante, éprouver un sentiment comme d'un poids dans la tête.

  • 10 Fig. Qui manque de grâce, de prestesse, de vivacité, en parlant des personnes. Il n'est pas sans esprit ; mais, né triste et pesant, Il veut être folâtre, évaporé, plaisant, Boileau, Épît. IX. La Fontaine, si connu par ses Fables, et toutefois si pesant en conversation, Saint-Simon, 28, 73. Les grâces qu'il [Fontenelle] répandait sur la philosophie semblaient une profanation à ceux qui ne se croient solides que parce qu'ils sont pesants, Duclos, Œuv. t. IX, p. 319.

    Il se dit aussi des choses. Style pesant. Il n'oublia pas la fiole de Roland, qui était le sujet du voyage ; il eut assez de peine à la porter, car l'esprit de ce héros était de sa nature assez pesant, Fontenelle, les Mondes, 2e soir. Il méprise Racine, il insulte à Corneille, Lulli n'a point de sons pour sa pesante oreille, Voltaire, Ép. 50.

  • 11 Fig. À charge, qui semble peser, en parlant des personnes et des choses. Ne considérez point cette grandeur suprême, Odieuse aux Romains et pesante à moi-même, Corneille, Cinna, II, 1. La garde de deux filles est une charge un peu trop pesante pour un homme de mon âge, Molière, Préc. 5. Il n'y a personne qui ne connaisse quelque douleur d'estomac ; celle que vous sentez est plus piquante et plus pesante, Sévigné, 24 janv. 1680. Je ne crois point vous avoir été pesante, Sévigné, 7 juin 1675. Il me souvient encore comme il faut vivre pour n'être pas pesante, Sévigné, 21 juin 1671. Sa croix a été plus incommode que pesante, Fléchier, Mme de Mont. Soit qu'en le conjurant de ne rien dire je lui eusse rendu mon secret plus pesant et plus difficile à garder, Marivaux, Marianne, 5e part. Le fardeau de la vie est trop pesant pour moi, Voltaire, Sémiram. I, 5. Ou les douleurs du corps si pesantes à l'âme, Chénier, Élég. XXXIII. Vivant, du rang suprême on sent mal le fardeau ; Mais qu'un sceptre est pesant, quand on entre au tombeau ! Ducis, Hamlet, II, 3.
  • 12Onéreux. Je comprends fort bien… la dépense de votre voyage ; je l'avais dit à notre abbé comme une chose pesante pour vous, Sévigné, 20 mai 1672.
  • 13 Substantivement. Valoir son pesant d'or, avoir d'excellentes qualités, en parlant des personnes, une grande valeur, en parlant des choses. Otez-vous vitement, je tiens une pensée Qui vaut son pesant d'or…, Scarron, Jodelet ou le maître valet, III, 7. Il est vrai que les femmes [d'une certaine société] valent leur pesant d'or, Sévigné, 6 mai 1676. Cet homme-là vaut son pesant d'or, Dancourt, le Chev. à la mode, IV, 2.
  • 14 S. m. Morceau de fer ou de plomb que les tailleurs mettent sur leur ouvrage pour l'assujettir ; on dit aussi plomb.
  • 15Espèce de verroterie, qui sert à la traite, sur les côtes d'Afrique, et dont on distingue deux espèces, la jaune et la verte.
  • 16Adverbialement. Mille livres pesant.

HISTORIQUE

XIe s. La bataille est merveilluse et pesant, Ch. de Rol. CIX. Li adoubé [armés de toutes pièces] en sont li plus pesant [lourds], ib. CLXXVI.

XIIe s. Li cous fu mout pesant, le fit agenouiller, Ronc. 196.

XIIIe s. Du mautemps ert [était] sa robe un peu pesant et sale, Berte, XXVII. Et veoit que il estoit pesant et vius, et fist par conselgs que ses fius [son fils] fu coronés à Rains, Chron. de Rains, p. 10.

XIVe s. Toute eau pesante est malvese, Oresme, Eth. 182.

XVe s. Vous avez mort le fils du comte de Stafford ; pesantes nouvelles seront au pere quand il le saura, Froissart, II, II, 235. Le comte Guy de Blois, quoiqu'il ne fust pas bien haitié, mais tout pesant pour la forte et longue maladie qu'il avoit eue en l'esté, Froissart, II, II, 211. Si fut la chose moult bien discutée, comme il affiert [convient] à si pesante besongne, Bouciq. III, 4. Il [un vin] vaut bien vrayement Son pezant d'argent, Basselin, Vau de Vire, 39.

XVIe s. Il renvoya à Rome la plus pesante partie de son armée, retenant avec luy les plus dispos et legers, Amyot, Cam. 64. À pesant beuf il faut dur esguillon, Marot, J. V, 177. Une chaisne d'or pesante 25 063 marcz d'or, Rabelais, Garg. I, 8. Il ne trouve rien de trop chaud ny trop pesant, Cotgrave Que si Dieu prend à gré ces premices, je veux, Quand mes fruicts seront meurs, lui payer d'autres vœux, Me livrer aux travaux de la pesante histoire, D'Aubigné, Trag. Feux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PESANT, LOURD, (Synon.) voyez l’article Pesanteur.

Le mot de lourd regarde plus proprement ce qui charge le corps : celui de pesant a un rapport plus particulier à ce qui charge l’esprit. Il faut de la force pour porter l’un, de la supériorité de génie pour soutenir l’autre.

L’homme foible trouve lourd ce que le robuste trouve léger ; l’administration de toutes les affaires d’un état est un fardeau bien pesant pour un seul : mais on dit une lourde faute, pour signifier une grande imprudence, une faute qui ne pourroit être faite par un habile homme. (D. J.)

Pesant, Pesanteur, (Critiq. sacrée.) Ces mots au figuré signifient poids aggravant ; la pesanteur de la main de Dieu, dans l’Ecriture, est un terme métaphorique, qui marque la rigueur de ses châtimens. Un joug pesant, désigne l’esclavage sous un maître dur. Alligant onera gravia ; Matt. xxiij. 4. les Pharisiens attachent des fardeaux insupportables ; ces fardeaux étoient les fardeaux rigoureux de la loi, joints à ceux de leurs traditions. Populus gravis, marque un grand. Je te louërai, Seigneur, au milieu d’un peuple nombreux ; Ps. iv. 18. Muscæ gravissimæ ; Exod. viij. 24. une multitude de mouches très-incommodes. Væ populo gravi ; Is. j. 4. malheur au peuple chargé d’iniquités. Dormiebat sopore gravi ; Jon. j. 15. Jonas dormoit d’un profond sommeil. (D. J.)

Pesant, (Maréchallerie.) Un cheval pesant est celui qui marche grossierement, & court sans aucune légéreté.

Pesant ou Plomb, terme de Tailleurs, &c. & autres ouvriers qui travaillent en couture. C’est un morceau de fer ou de plomb couvert d’étoffe, qu’ils posent sur l’ouvrage qu’ils travaillent afin de l’assujettir. On l’appelle plus ordinairement un plomb, à cause de la matiere principale dont il est fait.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pesant »

Du participe présent de peser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pesant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pesant pœzɑ̃

Citations contenant le mot « pesant »

  • L'âme est un outil pesant. De Jean Giono / Angelo
  • C’est un poids bien pesant qu’un nom trop tôt fameux. De Voltaire / La Henriade
  • C'est un pesant fardeau d'avoir un gros mérite. De Jean-François Regnard / Le joueur
  • Un homme sûr vaut son pesant d'or et d'argent. De Théognis / Poèmes élégiaques
  • Il est dans les extrêmes plaisirs, un aiguillon qui nous éveille, comme pour nous avertir de profiter de ce moment rapide ; dans les grandes douleurs, au contraire, je ne sais quoi de pesant nous endort. De François René de Chateaubriand / Atala
  • « La dégradation des habitats, leur modification et leur perte compte pour environ la moitié des menaces pesant sur les poissons migrateurs, tandis que la surexploitation compte pour environ un tiers », calcule le rapport. Près d’une espèce de poissons d’eau douce sur trois est menacée d’extinction, mais les poissons migrateurs le sont dans une proportion encore plus grande, souligne le document. Parmi eux, les grands poissons comme le beluga (une espèce de la famille des esturgeons) ou le poisson-chat géant du Mékong sont particulièrement vulnérables. , La population de poissons migrateurs a baissé de 76 % depuis 1970
  • L’assemblage du réacteur devrait durer encore 4 ans, jusqu’en 2024 selon Bernard Bigot le directeur général d’Iter. Depuis le début de l’année, plusieurs composants du tokamak, hauts pour certains comme un immeuble de quatre étages et pesant plusieurs centaines de tonnes, ont été acheminés depuis la Chine, l’Inde, la Corée du Sud ou même le Japon. Au total, 2 300 salariés travaillent à l’assemblage de toutes ces pièces. www.lamarseillaise.fr, L’assemblage du réacteur Iter a débuté
  • Laeticia Hallyday a vécu une période de deuil très douloureuse après la mort de Johnny Hallyday en décembre 2017. La veuve du taulier a vécu une période qu'elle qualifie de "mystique" qui a été "pesante" pour ses deux filles Jade et Joy. Closermag.fr, Laeticia Hallyday "mystique" : ce rituel "pesant" pour Jade et Joy à Saint-Barth - Closer

Images d'illustration du mot « pesant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pesant »

Langue Traduction
Anglais heavy
Espagnol pesado
Italien pesante
Allemand schwer
Chinois
Arabe ثقيل
Portugais pesado
Russe тяжелый
Japonais ヘビー
Basque heavy
Corse pisanti
Source : Google Translate API

Synonymes de « pesant »

Source : synonymes de pesant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pesant »

Pesant

Retour au sommaire ➦

Partager