La langue française

Personnage

Sommaire

  • Définitions du mot personnage
  • Étymologie de « personnage »
  • Phonétique de « personnage »
  • Citations contenant le mot « personnage »
  • Images d'illustration du mot « personnage »
  • Traductions du mot « personnage »
  • Synonymes de « personnage »

Définitions du mot personnage

Trésor de la Langue Française informatisé

PERSONNAGE, subst. masc.

A. − Rôle tenu au théâtre ou dans la vie.
1. Chacune des personnes incarnées par un acteur ou une actrice dans une oeuvre théâtrale ou cinématographique. Caractère, choix, geste d'un personnage; composer, créer, mettre en scène un personnage; personnage d'une pièce, d'un drame, d'une comédie; personnage accessoire, central, principal, secondaire. La même scène réalisée en film parlant, avec des personnages qui s'analysent complaisamment et qui échangent des répliques travaillées au lieu de laisser le spectateur meubler le silence, devient artificielle (Arts et litt., 1935, p.78-7).Il n'y a pas de théâtre sans incarnation. Ce n'est pas le moindre charme des personnages de théâtre que de les savoir capables d'incarnations successives (Mauriac,Journal 2, 1937, p.169).Ces deux grandes familles des personnages de Shakespeare: les gens d'action et les irrésolus, que dans nombre de ses drames il oppose les uns aux autres (Gide,Journal, 1943, p.228).
Être son personnage; entrer, se mettre dans un personnage et, fam., se mettre dans la peau, coller à la peau d'un personnage. Incarner son rôle avec conviction, au point de s'y assimiler. L'acteur doit s'imposer un «silence intérieur» et obtenir concurremment, une déconcentration physique. Il ne pourra vraiment être son personnage que s'il est détendu (Arts et litt., 1936, p.64-11):
1. ... s'attarder aux beautés du texte et aux principes essentiels de l'interprétation, et (...) corriger certaines erreurs de distribution, avant que les acteurs ne soient entrés dans leurs personnages et ce, pendant qu'ils ont encore leur sang-froid. Arts et litt., 1936, p.64-2.
P. ext.
a) Chacune des personnes qui figurent dans une oeuvre littéraire. Personnage d'un poème, de légende, d'un livre; personnage fantastique. Nerval dira que certains conteurs ne peuvent inventer sans s'identifier aux personnages de leur imagination: ils arrivent à s'incarner dans le héros imaginaire, si bien que son existence devient la leur (Durry,Nerval, 1956, p.103):
2. ... cette évolution actuelle du personnage de roman (...) témoigne, à la fois chez l'auteur et chez le lecteur, d'un état d'esprit singulièrement sophistiqué. Non seulement ils se méfient du personnage de roman, mais, à travers lui, ils se méfient l'un de l'autre. Sarraute,Ère soupçon, 1956, p.59.
Personnage allégorique. Abstraction représentée sous les traits d'une personne dans une oeuvre littéraire ou artistique. L'introduction (...) des personnages allégoriques, (...) de tout ce qui représente les hommes en masse, et d'une manière abstraite, ne sauroit plaire aux spectateurs de nos jours (Staël,Allemagne, t.3, 1810, p.199).
P. anal. Oh, quels deux personnages de comédie moderne! ce vieux père, que j'écoutais comme la sagesse sociale jouée par Provost, et ce jeune fils, un utopiste seriné par des professeurs (Goncourt,Journal, 1864, p.116).Ce père qu'il n'a jamais vu est resté pour lui un personnage légendaire, tout juste distinct de millions d'autres héros (Bernanos,M. Ouine, 1943, p.1355):
3. ... je fis mon entrée en scène −et le spectacle commença. Pitoyable tragi-comédie! Que vous en dirai-je que vous ne connaissiez déjà? Je n'y ai jamais su faire qu'un personnage secondaire et des plus effacés (...). Rien n'est si malaisé que d'apprendre à jouer le principal rôle dans les événements de sa propre existence. Milosz,Amour. init., 1910, p.8.
b) Chacune des personnes représentées dans une oeuvre picturale ou sculpturale. Cette même personne avait poussé l'amour de l'art jusqu'à poser la jambe et une portion de la cuisse pour le personnage du même tableau (Delécluze,Journal, 1826, p.338).À l'intérieur une montagne de cristal de roche portait de petits personnages coloriés (Jouve,Paulina, 1925, p.14).
2. P. anal. Rôle tenu dans la vie, surtout par opposition à la personne véritable dont les sentiments ou la nature restent dissimulés ou par opposition à la personne privée. Jouer un (vilain) personnage; rester conforme à son personnage. Leur seul souci, c'était le personnage qu'ils se fabriquaient et la réussite de leur carrière (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.267):
4. ... je m'insurgeai tout d'un coup contre la docilité que j'avais mise à les suivre dans leurs conceptions, je commençai à imperceptiblement me distinguer du personnage qu'ils m'avaient obligé à incarner, j'objectivai ce personnage... J. Bousquet,Trad. du sil., 1936, p.150.
B. − Personne qui se distingue.
1. Personne considérée dans son rang social. Synon. dignitaire.Personnage haut placé, important, officiel, puissant; personnage de marque, de premier plan. Un ruban rouge était noué à la boutonnière de sa redingote. Nous reconnûmes à ce signe que, loin d'être un pauvre, ce monsieur comptait parmi les personnages les plus considérables de la société (A. France,Vie fleur, 1922, p.293):
5. ... chez tels personnages de la cour de Louis XIV, quand nous trouvons des marques de courtoisie dans des lettres écrites par eux à quelque homme de rang inférieur (...) elles nous révèlent tout à coup chez ces grands seigneurs tout un monde de croyances qu'ils n'expriment jamais directement mais qui les gouvernent, et en particulier la croyance qu'il faut par politesse feindre certains sentiments et exercer avec le plus grand scrupule certaines fonctions d'amabilité. Proust,Guermantes 2, 1921, p.417.
Personnage historique. Personne qui a pris rang dans l'histoire en raison de son action et de sa notoriété. Jamais un historien n'a pu attribuer à un personnage historique une telle candeur de sottise (Goncourt,Journal, 1860, p.747).Hakem, personnage historique, s'était changé en personnage mythique quand les Druses avaient fait de lui un dieu. Nerval s'empare de ce mortel divinisé et transforme à son tour le personnage historique que lui fournit Silvestre de Sacy (Durry,Nerval, 1956, p.121).
Loc. verb. Être un personnage, se prendre pour, se croire un personnage. Se considérer comme quelqu'un d'important. Synon. se prendre pour, se croire qqn.Il se croit un personnage; un grand personnage (Ac.1798-1935).
2. Personne qui attire l'attention par son comportement, par son apparence, par ce qui lui est arrivé. Le personnage le plus intéressant de notre colonie était sans contredit John Harris (...). La première fois que j'ai dîné avec cet étrange garçon, j'ai compris l'Amérique (About,Roi mont., 1857, p.16).Meaulnes, avec précaution, allait poser d'autres questions, lorsque parut à la porte un couple charmant; une enfant de seize ans avec corsage de velours et jupe à grands volants; un jeune personnage en habit à haut col et pantalon à élastiques (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p.92).Clemenceau? Un personnage pittoresque, impulsif, cherchant l'effet (Romains,Hommes bonne vol., 1932, p.158).
En partic.
a) Personne qui se distingue et qui s'attire l'admiration ou l'estime. L'épouse de ce personnage solennel et délicieux, immensément riche, lui remettait méticuleusement chaque matin son argent de poche (Fargue,Piéton Paris, 1939, p.202).C'est un personnage extraordinaire. C'est lui qui nous a fait apprendre, entre parenthèses, le peu de latin que nous savons (Duhamel,Suzanne, 1941, p.98).
b) Péj. Personne qui se distingue par une apparence, un comportement singulier ou critiquable. Synon. individu.Personnage grossier, inquiétant, singulier. C'est un drôle de personnage. Je connais le personnage (Ac.1935).Un curieux personnage, par ma foi! Gentilhomme aux façons d'adepte pipeur aux dés, au demeurant fort agréable de sa personne (Milosz,op.cit., 1910, p.45):
6. ... cette lucidité, ce don surnaturel de pénétration, qui ne sont pas seulement le privilège de ceux qu'éclaire l'amour chrétien, mais de tous ces personnages louches, de ces parasites au langage sucré et âcre, de ces larves qui fouillent sans cesse et remuent les bas-fonds de l'âme et flairent avec délices la boue nauséabonde. Sarraute,Ère soupçon, 1956, p.37.
Prononc. et Orth.: [pε ʀsɔna:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) a/) dr. canon. ca 1223 «situation (religieuse) importante» (G. de Coinci, Miracles ND, éd. V. F. Koenig, I Mir 41, 338); b/) 1226 «étendue d'un bénéfice» (doc. ds Du Cange, personagium, s.v. persona); c/) 1250 «dignitaire ecclésiastique» (doc. ds Gdf.); 1285 «dignité ecclésiastique» (Mir. de St Eloi, p.66, ibid.); b) 1566 «personne qui occupe une certaine situation» (H. Estienne, Apologie pour Hérodote, I, 16, p.225); 2. a) 1384 «personne fictive mise en action dans un ouvrage dramatique» (doc. ds Du Cange, s.v. Ludus Christi); 1461 «représentation théâtrale de sujets tirés de l'histoire ou de l'imagination» (Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t.4, p.73); 1754 «personnage qui figure dans un ouvrage narratif» (Montesquieu, Quelques réflexions sur les Lettres Persanes ds OEuvres, éd. 1769, p.5); 1878 personnage de roman (Ac.); b) 2equart du xves. jouer/faire le personnage «se composer un rôle pour tromper quelqu'un» (Quinze joies de mariage, éd. J. Rychner, p.15 et 21); c) ca 1500 «rôle que l'on joue dans la vie» (Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, t.2, p.51); 3. 1422 «image ou statue représentant une personne» (doc. ds Havard); 1719 personnage allégorique (Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture ds Encyclop.). Dér. de personne*, suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 6504. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7504, b) 8716; xxes.: a) 9103, b) 11112.

Wiktionnaire

Nom commun

personnage \pɛʁ.sɔ.naʒ\ masculin

  1. Personne ; avec une certaine idée de grandeur, d’autorité, d’importance sociale.
    • D’ailleurs, ce qui est particulier à la politique de l’histoire sainte, c’est que, chaque fois qu’un personnage marquant fait quelque chose de mal, c’est toujours le pauvre peuple qui écope. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 131, Fischbacher, 1896)
    • Et nous autres, les gens du peuple, nous sommes des imbéciles. On se figurait que les personnages de la haute savaient où ils voulaient en venir, et ils ne savaient rien du tout. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 369 de l’éd. de 1921)
    • Il se fabriquait une étrange réputation, personnage de légende qui voyait à travers le brouillard, savait se rendre invisible aux gabelous, capable de tout ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Bagambiki, je l’apprendrai plus tard, est un personnage influent venant du MRND, le parti du président assassiné, dont il est l’un des durs. — (Jacques Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, page 937, 2010)
  2. (Péjoratif) Personne dont le sujet de dénigrement est alors qualifié par une épithète.
    • Je le répète, il n’entre pas dans ma pensée, ni dans mon sujet, d’insister particulièrement sur ce personnage […] qui, d’ailleurs, vient d’être frappé durement par un rigoureux arrêt de cour d’assises. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
    • Il discernait qu’il avait affaire à un personnage exceptionnellement distrait, mais il n’était pas responsable d’une pareille balourdise chez cet hurluberlu qui visait à l’élégance. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • (Absolument)Je connais le personnage.
  3. Personne mise en action dans un ouvrage dramatique ; en ce sens, il s’applique aux femmes comme aux hommes.
    • La poésie de la renaissance ne peut pas se contenter de cette simplicité biblique, et, pour célébrer cette nuit de réparation, elle appelle la Joie, personnage allégorique... — (Saint-Marc Girardin, L’Épopée chrétienne, dans la Revue des deux mondes, V.6, 1850, page 156)
    • Loin de s'occuper des jappements indicatifs du chien, notre personnage se plaisait à suivre loisireusement le sentier tortueux dans lequel il marchait. — (Angelo de Sorr, Le Châtiment, dans la Revue Parisienne, mai 1856, p.2)
    • Alors que le romancier, riche de son don d’ubiquité, peut se dédoubler en autant de personnages que son humeur daigne susciter au fil des pages, le poète reste fixé à la finitude de son expérience, à la racine de son cri. — (Jean-Pol Madou, Édouard Glissant: de mémoire d’arbres, 1996, page 16)
    • Euphorique n'est pas précisément l’épithète que l'on peut impunément accoler aux personnages houellebecquiens. — (Murielle Lucie Clément, Michel Houellebecq revisité: l'écriture houellebecquienne, éd. L'Harmattan, 2007, p. 14)
  4. (Par extension) (Théâtre) (Cinéma) (Audiovisuel) Ces mêmes personnes, par rapport aux comédiens qui les représentent.
    • Il joue le premier personnage, le principal personnage. — Il joue bien son personnage.
  5. (Par extension) Personne qui figure dans un ouvrage narratif ou dans un roman.
    • Nos grands-parents inventaient des personnages à faire peur. Des personnages se rapprochant du Père Fouettard et destinés à effrayer les enfants. En quelque sorte des croquemitaines. — (Jean-Marie Jeudy, Les mots pour dire la Savoie: et demain, j'aurai autre chose à vous raconter, Montmélian : La Fontaine de Siloë, 2006, p. 160)
    • Ce romancier a trop multiplié les personnages secondaires.
  6. (Figuré) Manière dont on se conduit.
    • Cet homme-là est destiné à jouer un grand personnage.
    • Il a joué dans cette affaire un étrange personnage.
    • Il fait un triste, un sot, un plat personnage.
    • Il joue bien, il soutient bien son personnage.
    • Un intrigant est obligé de jouer bien des personnages à la fois.
    • Un fripon ne fait pas longtemps le personnage d’homme de bien.
  7. (Beaux-Arts) Figure d’une composition.
    • Un personnage placé au premier plan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERSONNAGE (pèr-so-na-j') s. m.
  • 1Dignité ecclésiastique, cure, etc. (sens du bas-latin personaticum, perdu complétement en français, et conservé dans l'anglais parsonage, cure), s. m.
  • 2Aujourd'hui, par extension, personne considérable, célèbre, en parlant des hommes. Vous dirai-je les noms de ces grands personnages ? Corneille, Cinna, I, 3. Se croire un personnage est fort commun en France, La Fontaine, Fabl. VIII, 15. Je vous dis que mon fils n'a rien fait de plus sage Qu'en recueillant chez soi ce dévot personnage, Molière, Tart. I, 1. Que faites-vous, grand homme d'affaires, homme qui êtes de tous les secrets, et sans lequel cette grande comédie du monde manquerait d'un personnage nécessaire ? Bossuet, Sermons, Impénit. 2. Vous ne me parlez point de M. le cardinal de Nerli ; on dit que c'est un personnage, Bossuet, Lett. quiét. 156. La princesse des Ursins tâta, autant qu'elle put, tout ce qui était ou pouvait devenir personnage, Saint-Simon, 122, 92.

    En mauvaise part. Voilà un impudent, un plaisant personnage. Je ne sors pas d'admiration et d'étonnement à la vue de certains personnages que je ne nomme point, La Bruyère, III. Le peuple a souvent le plaisir de la tragédie : il voit périr sur le théâtre du monde les personnages les plus odieux, La Bruyère, VI. M. du Maine faisait le bon personnage en plaignant une sœur avec qui la haine de l'autre sœur l'avait étroitement lié, Saint-Simon, 309, 43. Pourquoi donc m'inviter avec ce personnage ? Delavigne, la Popular. I, 6.

  • 3Personne fictive, homme ou femme, mise en action dans un ouvrage dramatique. Tous les personnages qu'il [Molière] représente sont des personnages en l'air, Molière, Impromptu, 3. D'un nouveau personnage inventez-vous l'idée, Boileau, Art p. III. Il faut que tous ceux qui assistent à une pièce de théâtre connaissent tout d'un coup les personnages qui se présentent, excepté ceux dont l'intérêt est de cacher leur nom, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Héracl. I, 1. Dans cette tragédie d'un patriote et d'un philosophe [Addison], le rôle de Caton me paraît surtout un des plus beaux personnages qui soient sur aucun théâtre, Voltaire, Mél. litt. Trag. anglaise.

    Il se dit aussi des personnages d'un poëme narratif, d'un roman. À peine ai-je parcouru quelques pages de Clarisse, que je compte déjà quinze ou seize personnages ; bientôt le nombre se double, Diderot, Éloge de Richards. On imprimerait aujourd'hui le chapitre de Gil Blas sur les comédiens, que chacun voudrait reconnaître tous les personnages, Delavigne, les Coméd. Prolog.

    Par extension, rôle que joue un acteur, une actrice. Pour moi, je vous déclare que je ne me souviens pas d'un mot de mon personnage, Molière, Impromptu, I. Je voulais vous envoyer la Champmeslé pour vous réchauffer la pièce ; le personnage de Bajazet est glacé…, Sévigné, 126.

  • 4Rôle que l'on joue dans la société, dans le monde, dans la vie. Il sut jusqu'à la fin jouer son personnage, Régnier, Sat. XI. L'intérêt parle toutes sortes de langues, et joue toutes sortes de personnages, même celui de désintéressé, La Rochefoucauld, Réflex. 39. Un loup qui commençait d'avoir petite part Aux brebis de son voisinage, Crut qu'il fallait s'aider de la peau du renard, Et faire un nouveau personnage, La Fontaine, Fabl. III, 3. Que vous jouez au monde un petit personnage De vous claquemurer aux choses du ménage ! Molière, F. sav. I, 1. Par la chaleur de montrer ses ouvrages, On s'expose à jouer de mauvais personnages, Molière, Mis. I, 2. Souvenez-vous, dit-il [Épictète], que vous êtes ici [dans la vie] comme un acteur, et que vous jouez le personnage d'une comédie, tel qu'il plaît au maître de vous le donner, Pascal, Entretien avec M. de Saci. C'est en vérité [Mme de Chaulnes] une très aimable amie, et qui s'acquitte divinement de tous les personnages que la Providence lui fait faire, Sévigné, 25 mai 1689. Il [M. de Marsillac] remplit parfaitement le personnage du meilleur fils qui fut jamais, Sévigné, 5 avr. 1680. Songez au plaisir qu'aura votre fils… d'avoir été à la première occasion où Monseigneur a commencé le personnage de conquérant, Sévigné, 3 nov. 1688. Il ne fit qu'un seul personnage dans sa vie, c'est le personnage d'un saint, Fléchier, Panég. II, 502. Il est encore fort délicat d'en soutenir longtemps le personnage [d'un bon plaisant], La Bruyère, V. Il a dessein d'élever auprès de soi un fils naturel, sous le nom et le personnage d'un valet, La Bruyère, XI. Crésus ne fait pas ici un beau personnage : il n'est pas dit un mot de lui dans le combat, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 221, dans POUGENS. Le personnage d'une femme n'est que de se défendre, Fontenelle, Dial. 2e, morts anc. mod. Dans le cours ordinaire des actions de la vie, l'homme est, pour ainsi dire, rendu à lui-même ; c'est lui qu'on voit ; il quitte le personnage et ne montre plus que sa personne, Massillon, Or. fun. Conti. Nous nous disposions à faire nos personnages, Lesage, Gil Blas, I, 5. Craignons, monsieur, les gens qui font si volontiers deux personnages, dans la même affaire ; il est rare que ces deux en fassent un bon, Rousseau, Lett. à M. D. Corresp. t. I, p. 279, dans POUGENS.
  • 5Personnage allégorique, être métaphysique ou inanimé que la poésie ou la peinture personnifie.
  • 6 Terme de peinture. Se dit des figures, dans un tableau historique.
  • 7Tapisseries à personnages, tapisseries où il y a des figures d'hommes et de femmes, et des histoires représentées. Manufacture de toutes sortes de tapisseries de verdures et personnages de haute et basse lisses, Lett. pat. août 1664.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nul clerc, s'il n'est prelat ou establis en personnage ou dignité…, Du Cange, personatus.

XIVe s. Patrons de plusieurs cures, chappeleries, personnages et autres benefices, Du Cange, ib.

XVe s. Comme la veille de la St-Fremin les jeunes gens de la ville d'Amiens ont accoustumé de soy jouer et esbatre et faire jeux de personnages, Du Cange, personagium. Un homme assez puissant de personnage [de corps, de stature], Monstrelet, t. I, ch. 79, p. 133, dans LACURNE. C'est grant dommaige ; car il avoit bien personnaige d'homme qui eust peu encores monter à très grant honneur, Lancelot du Lac, t. III, f° 118, dans LACURNE. Puisque Noë, un si grant personnage, De boire bien nous a appris l'usage, Basselin, LIV. Il usoit de ceste parolle au personnage propre [il disoit à la personne même], Commines, I, 10. Des deux princes il advient souvent que l'ung a le personnage plus honneste et plus agreable aux gens que l'autre, Commines, II, 8. Le seigneur Durfé, Poncet et Riviere et plusieurs autres petits personnages, Commines, III, 8.

XVIe s. Quelque personnage que l'homme entreprenne, il joue tousjours le sien parmy, Montaigne, I, 69.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERSONNAGE, s. m. (Gramm.) il est synonyme à homme, mais toujours avec une idée accessoire favorable ou défavorable, énoncée ou sous-entendue. C’est un personnage de l’antiquité. Il se croit un personnage. C’est un sot personnage. Avez-vous vû le personnage ?

Personnage se dit encore du rôle qu’on fait sur la scene ou dans le monde. Il fit dans cette occasion un assez mauvais personnage. Le principal personnage fut mal joué dans cette tragédie. Il est presque impossible à un méchant de faire long-tems sans se démentir le rôle ou le personnage d’homme de bien : il vient un moment critique qui leve le masque & montre la chose. Le masque étoit beau, mais dessous la chose étoit hideuse.

Personnage allégorique, (Poésie.) c’est tout être inanimé que la Poésie personnifie. Les personnages allégoriques que la Poésie emploie, sont de deux especes ; il y en a de parfaits, & d’autres que nous appellons imparfaits.

Les personnages parfaits sont ceux que la Poésie crée entierement, auxquels elle donne un corps & une ame, & qu’elle rend capables de toutes les actions & de tous les sentimens des hommes. C’est ainsi que les Poëtes ont personnifié dans leurs vers la Victoire, la Sagesse, la Gloire, en un mot tout ce que les Peintres ont personnifié dans leurs tableaux.

Les personnages allégoriques imparfaits sont les êtres qui existent déja réellement, auxquels la Poésie donne la faculté de penser & de parler qu’ils n’ont pas, mais sans leur prêter une existence parfaite, & sans leur donner un être tel que le nôtre. Ainsi la Poésie fait des personnages allégoriques imparfaits, quand elle prête des sentimens aux bois, aux fleuves, en un mot quand elle fait parler & penser tous les êtres inanimés, ou quand élevant les animaux au-dessus de leur sphere, elle leur prête plus de raison qu’ils n’en ont, & la voix articulée qui leur manque.

Ces derniers personnages allégoriques sont le plus grand ornement de la Poésie, qui n’est jamais si pompeuse que lorsqu’elle anime & qu’elle fait parler toute la nature : c’est en quoi consiste la beauté du pseaume in exitu Israël de Egypto, & de quelques autres. Mais ces personnages imparfaits ne sont point propres à jouer un rôle dans l’action d’un poëme, à-moins que cette action ne soit celle d’un apologue. Ils peuvent seulement, comme spectateurs, prendre part aux actions des autres personnages, ainsi que les chœurs prenoient part aux tragédies des anciens.

Les personnages allégoriques ne doivent pas jouer un des rôles principaux d’une action, mais ils y peuvent seulement intervenir, soit comme des attributs des personnages principaux, soit pour exprimer plus noblement, par le secours de la fiction, ce qui paroîtroit trivial s’il étoit dit simplement. Voilà pourquoi Virgile personnifie la Renommée dans l’Enéïde.

Quant aux actions allégoriques, elles n’entrent guere avec succès que dans les fables & autres ouvrages destinés à instruire l’esprit en le divertissant. Les conversations que les fables supposent entre les animaux, sont des actions allégoriques, mais ces actions allégoriques ne sont point un sujet propre pour le poëme dramatique, dont le but est de nous toucher par l’imitation des passions humaines : ce pié-d’estal, dit l’abbé du Bos, n’est point fait pour la statue. (D. J.)

Personnage allégorique, (Peinture.) Les personnages allégoriques sont des êtres qui n’existent point, mais que l’imagination des Peintres a conçus, & qu’elle a enfantés en leur donnant un nom, un corps & des attributs. C’est ainsi que les Peintres ont personnifié les vertus, les vices, les royaumes, les provinces, les villes, les saisons, les passions, les vents & les fleuves. La France représentée sous une figure de femme, le Tibre sous une figure d’homme couché, & la Calomnie sous une figure de satyre, sont des personnages allégoriques.

Ces personnages allégoriques sont de deux especes : les uns sont nés depuis plusieurs années ; depuis long-tems ils ont fait fortune. Ils se sont montrés sur tant de théâtres, que tout homme un peu lettré les reconnoît d’abord à leurs attributs. La France représentée par une femme la couronne fermée en tête, le sceptre à la main, & couverte d’un manteau bleu semé de fleurs-de-lis d’or ; le Tibre représenté par une figure d’homme couché, ayant à ses piés une louve qui allaite deux enfans, sont des personnages allégoriques inventés depuis long-tems, & que le monde reconnoît pour ce qu’ils sont : ils ont acquis, pour ainsi dire, le droit de bourgeoisie par le genre humain.

Les personnages allégoriques modernes sont ceux que les Peintres ont inventés depuis peu, & qu’ils inventent encore pour exprimer leurs idées ; ils les caractérisent à leur mode, & ils leur donnent les attributs qu’ils croient les plus propres à les faire reconnoître : ce sont des chiffres dont personne n’a la clé, que peu de gens cherchent, & qu’on méprise. Ainsi je ne parlerai que des personnages allégoriques de la premiere espece, c’est-à-dire des anciens, & je remarquerai d’abord que les peintres qui passent aujourd’hui pour avoir été les plus grands poëtes en peinture, ne sont pas ceux qui ont mis au monde le plus grand nombre de personnages allégoriques. Il est vrai que Raphaël en a produit de cette espece ; mais ce peintre si sage ne les emploie que dans les ornemens qui servent de bordure ou de soutien à ses tableaux dans l’appartement de la signature. Il a même pris la précaution d’écrire le nom de ces personnages allégoriques sous leur figure.

Le sentiment des gens habiles est que les personnages allégoriques n’y doivent être introduits qu’avec une grande discrétion, puisque ces compositions sont destinées à représenter un évenement arrivé réellement, & dépeint comme on croit qu’il est arrivé ; ils n’y doivent même entrer dans les occasions où l’on peut les introduire, que comme l’écu des armes ont les attributs des personnages principaux, qui sont des personnages historiques. C’est ainsi qu’Harpocrate, le dieu du silence, ou Minerve, peuvent être placés à côté d’un prince, pour désigner sa discrétion & sa prudence. Je ne pense pas que les personnages allégoriques y doivent être eux-mêmes des acteurs principaux : des personnages que nous connoissons pour des phantômes imaginés à plaisir, à qui nous ne saurions prêter des passions pareilles aux nôtres, ne peuvent pas nous intéresser beaucoup à ce qui leur arrive. D’ailleurs la vraissemblance ne peut être observée trop exactement en Peinture : or des personnages allégoriques employés comme acteurs dans une composition historique, doivent en altérer la vraissemblance. Du Bos, reflexions sur la Peinture. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « personnage »

(Date à préciser) De personne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. personatge ; espagn. personage ; ital. personaggio ; du bas-lat. personatioum, qui vient de persona, personne. Bien que persōna, signifiant masque, tienne d'abord au théâtre, néanmoins le premier sens que la langue française en ait tiré est celui de personne ecclésiastique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « personnage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
personnage pɛrsɔnaʒ

Citations contenant le mot « personnage »

  • Le parasite est un personnage à gratter. De José Artur
  • Quel est votre personnage historique préféré ? Dieu. De Jacques Audiberti
  • Un confrère est un personnage sans aucun talent qui fait, inexplicablement le même métier que vous. De Pierre Daninos
  • Le désir est, à ce que je crois, un très petit personnage... De Alain / Les aventures du coeur
  • On place souvent dans les tableaux quelque personnage difforme pour faire ressortir la beauté des autres. De François René de Chateaubriand / Aventures du dernier Abencérage
  • […] Ces êtres vulgaires m'intéressent plus qu'ils ne vous intéressent. Je les grandis, je les idéalise en sens inverse, dans leur laideur ou leur bêtise. Je donne à leurs difformités des proportions effrayantes ou grotesques. Honoré de Balzac, Confidences rapportées par George Sand dans Histoire de ma vie
  • Il est facile de faire dire aux personnages ce qu'on pense d'eux. Louis Jouvet, Témoignages sur le théâtre, Flammarion
  • Se croire un personnage est fort commun en France. Jean de La Fontaine, Fables, le Rat et l'Éléphant
  • Un personnage n'est pas un individu en mieux. André Malraux, Les Chênes qu'on abat, Gallimard
  • Ton affaire, c'est de jouer correctement le personnage qui t'a été confié ; quant à le choisir, c'est celle d'un autre. Épictète, Manuel, XVII (traduction J. Pépin)
  • Sans personnage, pas de roman. De Anthony Burgess / Entretien avec Pierre Assouline - Juin 1988
  • Les personnes sans personnalité jouent un personnage. De Gilbert Cesbron / Journal sans date
  • Le personnage est d'abord un texte. De Louis Jouvet
  • Plus un personnage a de pouvoir, plus il devient caricature. De Lindsay Anderson / Jeune cinéma
  • Dieu : le plus grand personnage littéraire de tous les temps. De Erri De Luca / Acide arc-en-ciel
  • En enfer le diable est un personnage positif. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • C’est un personnage blâmable qui use mal de ses moments. De Ptahhotep
  • Décrire un personnage, c'est un peu lui donner la vie. De Anonyme / Un jour... la mer...
  • On ne peut pas être écrivain tant qu'on est un personnage. De Jean-Marie Poirier / Le prix du souvenir
  • Les fans d'Outlander connaissent Claire comme l'héroïne de la série de livres à succès qui voyagent dans le temps. Elle est apparue pour la première fois dans la saison d'ouverture en tant qu'infirmière renouant avec son mari Frank Randall après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elle s'est vite retrouvée aspirée dans le passé lorsqu'elle a touché les pierres de Craigh Na Dun. Atterrissant dans les années 1700, elle a rencontré Jamie Fraser alors que leur histoire d'amour épique commençait. Claire est indéniablement une grande héroïne de la série, ce qui a conduit certains à s'interroger un peu plus sur son inspiration. Certains personnages de l'univers Outlander sont basés sur de vraies personnes de l'histoire. Mais alors, Claire est-elle inspirée d'une véritable personne dans Outlander ? , Outlander : Le personnage de Claire est-il basé sur une véritable personne ? | melty
  • De nouvelles images de la deuxième partie de la saison 6 de Vikings annoncent le retour d'un personnage emblématique que l'on croyait mort. Attention, spoilers. AlloCiné, Vikings saison 6 : ce personnage qu'on croyait mort de retour dans la deuxième partie [SPOILERS] - News Séries à la TV - AlloCiné
  • Zack fait régner la terreur dans Les Feux de l’amour. Après avoir enlevé deux héros de Genoa City, le personnage de Ryan Ashton va disparaître dans des conditions tragiques sur TF1... Toutelatele, Les Feux de l’amour (spoilers) : la mort d’un personnage, Abby et Crystal piégées | Toutelatele
  • Aurions-nous pu avoir un renard des étoiles où les humains vivaient et aimaient aux côtés de faucons, de renards et de lapins anthropomorphes qui roulaient sur des barils ? Plus important encore, aurions-nous pu avoir le premier personnage féminin noir de Nintendo en 1995 au lieu d’attendre, selon qu’un jeu Game Freak se qualifie ou non, Lenora dans Pokémon Noir/Blanc une quinzaine d’années plus tard ? (Est-ce que j’oublie quelqu’un ? J’aimerais bien qu’on me corrige ici). 45 Secondes.fr, Star Fox 2 : de vieilles artworks revèle la présence d'un personnage oublié
  • Cela fait plus de trente ans que les Simpson animent nos soirées télé ! Si depuis ses débuts, la série a su se réinventer tout en s'adaptant à notre époque et à notre actualité, son avenir est aujourd'hui incertain. Et le traitement de l'un des personnages des Simpson pourrait en être responsable... Bart, Lisa, Maggie ou encore Homer n'ont presque pas changé de traits de caractère au fil des années, mais on ne peut malheureusement pas en dire autant de la mère de famille ! Le déclin de la série pourrait-il être lié au changement progressif de Marge ? En effet, si l'on regarde l'attitude de cette dernière dans les épisodes des années 90, on se rend compte qu'elle avait tout d'une mère et d'une femme exemplaire ! Avec un fils casse-cou, un mari pas très intelligent et une fille perfectionniste, il fallait bien quelqu'un pour faire remonter le niveau de la famille. Et cette personne, c'était Marge, mais ça, c'était avant. , Les Simpson : Le déclin de la série pourrait être lié au changement soudain de ce personnage | melty
  • La saison 3 de Dark a offert une conclusion tout aussi complexe que satisfaisante. Diffusée à partir de 2017 sur Netflix, la série créée par Baran bo Odar et Jantje Friese suivait au travers de différentes temporalités, une palette de personnages. Plus ou moins âgés selon les époques et les mondes, tous étaient cependant liés au couple formé par Jonas et Martha. Si la première saison suivait plus en détails le parcours de Jonas, celles qui suivirent se concentrèrent davantage sur Martha, le destin de cette dernière étant finalement intimement lié à celui du jeune homme. L'importance du personnage incarné par Lisa Vicari pris d'ailleurs tout son sens dès la fin de la saison 2 de Dark, la Martha du monde de Jonas mourant, avant que celle de l'univers parallèle n'embarque ce dernier dans un autre monde. , Dark saison 3 : Pourquoi Martha est-elle le personnage le plus important de la série ? | melty
  • Son nom et sa tenue effrayante peuvent donner une impression un peu menaçante, mais le docteur Voodoo a en fait été très utile chaque fois que les Avengers auraient besoin de l’aide de la magie de son homonyme. Jericho Drumm, d’origine haïtienne, est essentiellement le sorcier suprême dans le domaine du vaudou, et détenait ce titre avant Stephen Strange, dont on dit qu’il se battra aux côtés de Doctor Strange de Sam Raimi dans le multivers de la folie sous son ancien alias de Brother Voodoo. Le rôle n’a pas encore été joué, donc en supposant que ce personnage se présente effectivement, Daveed Diggs a encore une chance de travailler sa magie dans la salle d’audition. Urban Fusions, 6 personnages Marvel Daveed Diggs seraient parfaits pour jouer | TV

Images d'illustration du mot « personnage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « personnage »

Langue Traduction
Anglais character
Espagnol personaje
Italien carattere
Allemand charakter
Chinois 字符
Arabe شخصية
Portugais personagem
Russe персонаж
Japonais キャラクター
Basque pertsonaia
Corse caratteru
Source : Google Translate API

Synonymes de « personnage »

Source : synonymes de personnage sur lebonsynonyme.fr
Partager