Perception : définition de perception


Perception : définition du Wiktionnaire

Nom commun

perception \pɛʁ.sɛp.sjɔ̃\ féminin

  1. (Philosophie) Acte par lequel le sujet prend connaissance des objets qui ont fait impression sur ses sens.
    • Toutefois, les perceptions populaires de la version, plus mythique, de l'histoire islamique, sont solidement ancrées dans les masses. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 109)
    • Le sens haptique résulte de l'activité simultanée et coordonnée des récepteurs tactiles et kinesthésiques qui fournissent de l'objet une perception unique en trois dimensions. — (Robert Rigal, Motricité humaine: fondements et applications pédagogiques, vol. 1, Presses de l’Université du Québec, 2002, p. 213)
    1. (Par extension) Connaissance que prend le sujet de ses états de conscience.
      • La perception interne ou intérieure.
    2. (Par extension) Ce que l’esprit perçoit.
      • Les perceptions sensibles.
  2. (Finance) Recette, recouvrement des impositions.
    • Il faudrait, avant tout, un système de perception mieux approprié à nos besoins et à nos ressources; il faudrait une administration qui fût basée sur les véritables intérêts du Brésil. Notre système d’impôts est barbare; tout le monde le sait. — (Anonyme, Brésil. - situation financière, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    1. (Par extension) Emploi de percepteur.
      • Il a obtenu une perception.
    2. (Par extension) Bureau du percepteur.
      • La commune de Belval-Bois-des-Dames est disjointe de la perception de Brieulles-sur-Bar et rattachée à la perception de Buzancy. — (Journal officiel de la République française, 1964, volume 96, page 9263)
      • Pas question de toucher à la perception de Santa-Maria-Siché, qui gère 65 budgets de collectivités et est considérée comme une excellente agence, lui ont-ils affirmé. Mais le 1er février, un poste a été supprimé et la perception ne traite plus le service des impôts aux particuliers. — (Antoine Albertini, En Corse, le village de Santa-Maria-Siché souffre de l’emploi supprimé à l’agence des impôts, Le Monde. Mis en ligne le 15 février 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Perception : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PERCEPTION. n. f.
Recette, recouvrement des impositions. La perception des impôts, des contributions. Il se dit aussi d'un Emploi de percepteur. Il a obtenu une perception. Il désigne également le Bureau du percepteur. Adressez-vous à la perception.

PERCEPTION désigne, en termes de Philosophie, l'Acte par lequel le sujet prend connaissance des objets qui ont fait impression sur ses sens. Perception distincte, confuse, imparfaite. Perception du son, de la couleur, de la saveur, de l'odeur, de la solidité. Par extension, on appelle Perception interne ou intérieure la Connaissance que prend le sujet de ses états de conscience.

PERCEPTION désigne aussi, par extension, Ce que l'esprit perçoit. Les perceptions sensibles.

Perception : définition du Littré (1872-1877)

PERCEPTION (pèr-sè-psion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de recueillir des deniers, des impôts, etc.
  • 2Charge de percepteur. Il a fait avoir une perception à son fils.
  • 3 Terme de philosophie. Acte par lequel l'esprit aperçoit l'objet qui fait impression sur les sens. Toute sensation, tout phénomène de sensibilité spéciale ou générale se compose de trois actes différents : l'impression, la transmission, la perception. Nos jugements ont plus d'étendue que nos perceptions, Malebranche, Rech. vér. III, II, 9. Nos sensations sont purement passives, au lieu que toutes nos perceptions ou idées naissent d'un principe actif qui juge, Rousseau, Ém. II, Il. [Epicure] a su démêler deux choses dans nos sensations : la perception qui est toujours vraie, parce qu'elle n'assure que ce que nous sentons ; le jugement qui peut être faux, lorsque, d'après nos perceptions, nous jugeons de ce que les choses sont en elles-mêmes, Condillac, Hist. anc. III, 25. Le sentiment d'une perception n'est que l'être pensant existant d'une certaine manière, Bonnet, Ess. psych. ch. 35. Les perceptions de nos cinq sens ne sont que des modifications intérieures de notre être, qui ne nous donnent aucune connaissance de ce qui les cause, Destutt-Tracy, Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. I, p. 315.

    Résultat de cet acte. Sa mollesse et son indolence laissaient comme endormie au fond de sa pensée une foule de perceptions délicates, fines et justes…, Marmontel, Mém. IX.

    La faculté de percevoir. Doué d'une facilité de perception et d'intelligence qui démêlait dans un instant le nœud le plus compliqué d'une affaire, Marmontel, Mém. XI.

SYNONYME

PERCEPTION, RECOUVREMENT. Dans l'administration de l'enregistrement, comme dans plusieurs autres régies, on fait une distinction entre la perception et le recouvrement. La perception s'entend d'un produit inconnu jusqu'au moment où s'effectue la perception, c'est-à-dire où a lieu, de la part de l'agent, l'action de percevoir. La recette, au contraire, qui s'effectue sur un produit précédemment reconnu et liquidé, est appelée recouvrement, Pasquel, Organ. et service de l'administration financière de la France, in-8°, Paris, 1866.

HISTORIQUE

XIIe s. La perception del saint espir [l'action de recevoir le Saint-Esprit], Job, p. 477.

XIVe s. La perception des fruiz et le labeur ne sont pas equals, Oresme, Thèse de MEUNIER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Perception : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERCEPTION, s. f. (Métaphysiq.) la perception, ou l’impression occasionnée dans l’ame par l’action des sens, est la premiere opération de l’entendement : l’idée en est telle, qu’on ne peut l’acquérir par aucun discours ; la seule réflexion sur ce que nous éprouvons quand nous sommes affectés de quelque sensation, peut la fournir. Les objets agiroient inutilement sur les sens, & l’ame n’en prendroit jamais connoissance, si elle n’en avoit pas la perception. Ainsi le premier & le moindre degré de connoissance, c’est d’appercevoir.

Mais puisque la perception ne vient qu’à la suite des impressions qui se font sur les sens, il est certain que ce premier degré de connoissance doit avoir plus ou moins d’étendue, selon qu’on est organisé pour recevoir plus ou moins de sensations différentes. Prenez des créatures qui soient privées de la vûe, d’autres qui le soient de la vûe & de l’ouie, & ainsi successivement ; vous aurez bientôt des créatures qui étant privées de tous les sens, ne recevront aucune connoissance. Supposez au contraire, s’il est possible, de nouveaux sens dans des hommes plus parfaits que nous ne le sommes : que de perceptions nouvelles ! par conséquent combien de connoissances à leur portée, auxquelles nous ne saurions atteindre, & sur lesquelles même nous ne saurions former des conjectures !

Nos recherches sont quelquefois d’autant plus difficiles, que leur objet est plus simple ; les perceptions en sont un exemple. Quoi de plus facile en apparence que de décider si l’ame prend connoissance de toutes celles qu’elle éprouve ? Faut-il autre chose que réfléchir sur soi-même ? Pour résoudre cette question, que les philosophes ont embarrassée de difficultés, qui certainement n’y ont pas été mises par la nature, nous remarquerons que, de l’aveu de tout le monde, il y a dans l’ame des perceptions qui n’y sont pas à son insu. Or ce sentiment qui lui en donne connoissance, je l’appellerai conscience. Si, comme le veut M. Locke, l’ame n’a point de perception dont elle ne prenne connoissance, ensorte qu’il y ait contradiction qu’une perception ne soit pas connue, la perception & la conscience ne doivent être prises que pour une seule & même opération. Si au contraire le sentiment opposé étoit le véritable, elles seroient deux opérations distinctes ; & ce seroit à la conscience, & non à la perception, que commenceroit proprement notre connoissance.

Entre plusieurs perceptions dont nous avons en même tems conscience, il nous arrive souvent d’avoir plus conscience des unes que des autres, ou d’être plus vivement avertis de leur existence. Plus même la conscience de quelques-unes augmente, plus celle des autres diminue. Que quelqu’un soit dans un spectacle où une multitude d’objets paroissent se disputer ses regards ; son ame sera assaillie de quantité de perceptions, dont il est constant qu’elle prend connoissance : mais peu-à-peu quelques-unes lui plairont & l’intéresseront davantage ; il s’y livrera donc plus volontiers. Dès-là il commencera à être moins affecté par les autres. La conscience en diminuera même insensiblement jusqu’au point que, quand il reviendra à lui, il ne se souviendra pas d’en avoir pris connoissance. L’illusion qui se fait au théatre en est la preuve. Il y a des momens où la conscience ne paroît pas se partager entre l’action qui se passe & le reste du spectacle. Il sembleroit d’abord que l’illusion devroit être d’autant plus vive, qu’il y auroit moins d’objets capables de distraire. Cependant chacun a pu remarquer qu’on n’est jamais plus porté à se croire le seul témoin d’une scene intéressante, que quand le spectacle est bien rempli. C’est peut-être que le nombre, la variété & la magnificence des objets remuent les sens, échauffent, élevent l’imagination, & par là nous rendent plus propres aux impressions que le poëte veut faire naître. Peut-être encore que les spectateurs se portent mutuellement, par l’exemple qu’ils se donnent, à fixer la vûe sur la scène. Quoi qu’il en soit, cette opération par laquelle notre conscience par rapport à certaines perceptions, augmente si vivement, qu’elles paroissent les seules dont nous ayons pris connoissance, je l’appelle attention. Ainsi être attentif à une chose, c’est avoir plus conscience des perceptions qu’elle fait naître, que de celles que d’autres produisent, en agissant comme elle sur nos sens ; & l’attention a été d’autant plus grande, qu’on se souvient moins de ces dernieres.

Je distingue donc de deux sortes de perceptions parmi celles dont nous avons conscience ; les unes dont nous nous souvenons au-moins le moment suivant, les autres que nous oublions aussi-tôt que nous les avons eues. Cette distinction est fondée sur l’expérience que je viens d’apporter. Quelqu’un qui s’est livré à l’illusion se souviendra fort bien de l’impression qu’a fait sur lui une scène vive & touchante ; mais il ne se souviendra pas toujours de celle qu’il recevoit en même tems du reste du spectacle.

On pourroit ici prendre deux sentimens différens de celui-ci. Le premier seroit de dire, que l’ame n’a point éprouvé, comme je le suppose, les perceptions que je lui fais oublier si promptement ; ce qu’on essayeroit d’expliquer par des raisons physiques. Il est certain, diroit-on, que l’ame n’a des perceptions qu’autant que l’action des objets sur les sens se communique au cerveau. Or on pourroit supposer les fibres de celui-ci dans une si grande contention par l’impression qu’elles reçoivent de la scène qui cause l’illusion, qu’elles résisteroient à toute autre. D’où l’on concluroit que l’ame n’a eu d’autres perceptions que celles dont elle conserve le souvenir.

Mais il n’est pas vraissemblable que quand nous donnons notre attention à un objet, toutes les fibres du cerveau soient également agitées ; ensorte qu’il n’en reste pas beaucoup d’autres capables de recevoir une impression différente. Il y a donc lieu de présumer qu’il se passe en nous des perceptions dont nous ne nous souvenons pas le moment d’après que nous les avons eues.

Le second sentiment seroit de dire qu’il ne se fait point d’impression dans les sens qui ne se communique au cerveau, & ne produise par conséquent une perception dans l’ame. Mais on ajoûteroit qu’elle est sans conscience, ou que l’ame n’en prend point connoissance. Mais il est impossible d’avoir l’idée d’une pareille perception. J’aimerois autant qu’on dît que j’apperçois sans appercevoir.

Je pense donc que nous avons toujours conscience des impressions qui se font dans l’ame, mais quelquefois d’une maniere si légere, qu’un moment après nous ne nous en souvenons plus. Quelques exemples mettront ma pensée dans tout son jour.

Qu’on réfléchisse sur soi-même au sortir d’une lecture, il semblera qu’on n’a eu conscience que des idées qu’elle a fait naître ; il ne paroîtra pas qu’on en ait eu davantage de la perception de chaque lettre, que de celle des ténebres, à chaque fois qu’on baisse involontairement la paupiere. Mais on ne se laissera pas tromper par cette apparence, si l’on fait réflexion que sans la conscience de la perception des lettres, on n’en auroit point eu de celle des mots, ni par conséquent des idées.

Cette expérience conduit naturellement à rendre raison d’une chose dont chacun a fait l’épreuve ; c’est la vitesse étonnante avec laquelle le tems paroît quelquefois s’être écoulé : cette apparence vient de ce que nous avons oublié la plus considérable partie des perceptions qui se sont succédées dans notre ame.

C’est une erreur de croire que tandis que nous fermons des milliers de fois les yeux, nous ne prenions point connoissance que nous sommes dans les ténebres. Cette erreur provient de ce que la perception des ténebres est si prompte, si subite, & la conscience si foible, qu’il ne nous en reste aucun souvenir. Mais que nous donnions notre attention au mouvement de nos yeux, cette même perception deviendra si vive, que nous ne douterons plus de l’avoir eue.

Non-seulement nous oublions ordinairement une partie de nos perceptions, mais quelquefois nous les oublions toutes, quand nous ne fixons point notre attention ; ensorte que nous recevons les perceptions qui se produisent en nous, sans être plus avertis des unes que des autres ; la conscience en est si légere, que si l’on nous retire de cet état, nous ne nous souvenons pas d’en avoir éprouvés. Je suppose qu’on me présente un tableau fort composé, dont à la premiere vûe les parties ne me frappent pas plus vivement les unes que les autres, & qu’on me l’enleve avant que j’aie eu le tems de le considérer en détail ; il est certain qu’il n’y a eu aucune de ses parties sensibles qui n’ait produit en moi des perceptions : mais la conscience en a été si foible, que je ne puis m’en souvenir : cet oubli ne vient pas de leur durée. Quand on supposeroit que j’ai eu pendant long-tems les yeux attachés sur ce tableau, pourvu qu’on ajoûte que je n’ai pas rendu tour-à-tour plus vive la conscience des perceptions de chaque partie, je ne serai pas plus en état, au bout de plusieurs heures, d’en rendre compte, qu’au premier instant.

Ce qui se trouve vrai des perceptions qu’occasionne ce tableau, doit l’être par la même raison de celles que produisent les objets qui m’environnent : si agissant sur les sens avec des forces presque égales, ils produisent en moi des perceptions toutes à-peu-près dans un pareil degré de vivacité ; & si mon ame se laisse aller à leur impression, sans chercher à avoir plus conscience d’une perception que d’une autre, il ne me restera aucun souvenir de ce qui s’est passé en moi. Il me semblera que mon ame a été pendant tout ce tems dans une espece d’assoupissement, où elle n’étoit occupée d’aucune pensée. Que cet état dure plusieurs heures, ou seulement quelques secondes, je n’en saurois remarquer la différence dans la suite des perceptions que j’ai éprouvées, puisqu’elles sont également oubliées dans l’un & l’autre cas. Si même on le faisoit durer des jours, des mois, ou des années, il arriveroit que, quand on en sortiroit par quelque sensation vive, on ne se rappelleroit plusieurs années que comme un moment.

Concluons que nous ne pouvons tenir aucun compte du plus grand nombre de nos perceptions ; non qu’elles aient été sans conscience, mais parce qu’elles sont oubliées un instant après. Il n’y en a donc point dont l’ame ne prenne connoissance. Ainsi la perception & la conscience ne sont qu’une même opération sous deux noms : en tant qu’on ne la considere que comme une impression dans l’ame, on peut lui conserver celui de perception ; entant qu’elle avertit l’ame de sa présence, on peut lui donner celui de conscience. Voyez l’Essai sur l’origine des connoissances humaines, de qui ces réflexions sont tirées.

Perception, (Gram.) se dit encore de la recolte ou recette des fruits d’un bénéfice, & de la maniere de rassembler les impôts assis sur le peuple.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Perception : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « perception » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « perception »

Étymologie de perception - Littré

Lat. perceptionem, de perceptum, supin de percipere, percevoir (voy. PERCEVOIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de perception - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin perceptio, lui-même issu du latin perceptum, supin de latin percipio (« saisir, percevoir ») avec le suffixe -io.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « perception »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
perception pɛrsɛpsjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « perception »

  • Les réponses portent sur plusieurs points, la satisfaction globale, la perception du logement et du quartier, la relation avec le bailleur et les évolutions constatées. Les réponses de cette enquête ont permis de déceler les besoins en termes d’action de la part des bailleurs pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vue en HLM. LE BLOG DES INSTITUTIONNELS, Focus – Perception de la qualité de vie en HLM @TMHabitat @UnionHlm | LE BLOG DES INSTITUTIONNELS
  • Selon les chercheurs, ces différences de perception ont des répercussions importantes sur la pratique de la médecine, de la technologie, de la conduite automobile et des sports, entre autres domaines où une localisation visuelle précise est essentielle. "Ce qui est important, c'est la façon dont nous nous adaptons à ces déficiences et compensons nos erreurs », conclut la chercheuse. www.pourquoidocteur.fr, Vision : la perception de l’emplacement et de la taille des choses varie d’une personne à l’autre
  • […] À lire aussi: Reprise de la perception dans les autobus du RTL […] Le Courrier du Sud, Reprise de la perception dans les autobus du RTL - Le Courrier du Sud
  • Dans ce troisième épisode, nous recevons Virginie van Wassenhove pour comprendre comment mesurer notre perception du temps totalement subjective, de façon objective. The Conversation, Podcast : Mesurer notre perception du temps en confinement
  • L’organisme profite de la période estivale pour sonder les usagers et les consommateurs sur la perception qu’ils ont de la principale artère commerciale de Louiseville. Ce sondage s’inscrit dans le cadre du plan d’action 2020-2021 du CRCL. «Cet exercice-là avait déjà été fait en 2017 et ça avait donné des résultats intéressants. Nous voulions répéter l’expérience et mesurer l’évolution. On veut valider dans un premier temps la satisfaction des usagers. Ensuite, c’est un moyen de collecter de nouvelles idées. Ça nous permet aussi de comprendre les besoins des utilisateurs, de découvrir leur perception envers notre centre-ville et d’en apprendre un peu plus sur leurs expériences chez nous. Les résultats vont guider nos actions», confie Karell Desaulniers, coordonnatrice à la vitalité du milieu à la Ville de Louiseville. L'Écho de Maskinongé, Le CRCL s'intéresse à la perception des gens envers le centre-ville - L'Écho de Maskinongé
  • Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) informe sa clientèle d’un retour à la normale dans ses autobus avec la reprise de l’embarquement par la porte avant ainsi que la pleine validation des titres de transport à bord des véhicules dès le 1er août. Ainsi, le chauffeur pourra s’assurer de la perception du paiement pour le passage, comme c’était le cas avant la pandémie. Afin d’assurer une meilleure fluidité et d’éviter que les clients se croisent en circulant dans l’autobus, le RTL invite les usagers à sortir par la porte arrière. La clientèle à mobilité réduite ou ayant des besoins d’accessibilité particuliers pourra cependant continuer à utiliser la rampe de la porte avant pour sortir. Nous rappelons que les autobus du RTL seront maintenant équipés d’une paroi de protection pour le chauffeur. Le port du masque est obligatoire dans les transports collectifs et dans les lieux publics fermés et partiellement couverts, tels les terminus. La perception pour la clientèle du transport adapté a repris le 1er juillet dernier. Nouvelle offre de service à compter du 24 août Une nouvelle offre de service entrera en vigueur à compter du 24 août prochain. Le service demeurera réduit en raison du contexte actuel entourant la pandémie de la COVID-19 et la baisse d’achalandage, mais prendra en considération la reprise graduelle des activités dans l’agglomération de Longueuil et vers Montréal. Le RTL suivra de près l’évolution de la situation au cours des prochaines semaines et ajustera au mieux de sa capacité son service selon les besoins, l’achalandage et la reprise dans certains secteurs. Les lignes qui seront en service sont les suivantes : 1, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 13, 14, 15, 16, 17, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 28, 29, 32, 34, 35, 39, 41, 42, 43, 44, 45, 47, 49, 50, 54, 55, 59, 60, 61, 71, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 80, 81, 83, 84, 88, 90, 98, 99, 121, 123, 125, 132, 161, 170, 180, 185, 410, 417, T20, T21, T22, T48, T77, T89, T92 et T93. Les lignes qui ne seront pas en service sont les suivantes : 2, 9, 30, 31, 33, 37, 38, 46, 82, 85, 86, 87, 91, 92, 106, 115, 120, 128, 135, 142, 144, 150, 192, 199, T18, T19, T23, T90 et T94. La ligne estivale 261 (Bus des îles) ne sera également plus en service. Afin de mieux répondre aux besoins actuels des clients, des ajustements de temps de parcours sont prévus sur les lignes 1, 3, 4, 5, 6, 8, 13, 14, 15, 16, 19, 20, 21, 25, 28, 29, 32, 34, 35, 39, 41, 42, 43, 44, 47, 49, 50, 54, 55, 59, 60, 61, 71, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 88, 125, 132, 161, 180, 185, 410 et 417. Les lignes scolaires seront également de retour avec des modifications de service. La ligne 121, prolongement de la ligne 21, offrira 4 départs par jour dans le parc industriel de Saint-Hubert. Notez que les horaires papiers ne seront pas disponibles. Pour toute l’information sur les modifications des horaires et des trajets, nous vous invitons à surveiller le site du RTL. Tous les détails sur les modifications seront bientôt mis en ligne. De plus, pour mieux planifier vos déplacements, nous vous invitons à consulter notre fil d’actualité Twitter (@RTL_info) ou encore, à vous abonner aux alertes Chrono. Pour plus d’informations à propos de l’application Chrono, visitez le www.rtl-longueuil.qc.ca/chrono. La Relève, Retour de l'embarquement par la porte avant et de la perception dans les bus du RTL - La Relève
  • A mesure que nous vieillissons, les jours semblent devenir plus courts, et notre familiarité avec le temps diminue pour nous la perception de sa durée. De Oliver Goldsmith / The vicar of Wakefield
  • La perception n'est pas le constat d'une réalité objective, elle est la négociation d'une présence au monde. De Derrick de Kerckhove / Libération - 29 septembre 2001
  • La perception du temps est sans doute liée aux moyens techniques dont l'homme se sert pour gagner du temps ou le tuer. De Hubert Aquin / Neige noire
  • Si nous examinons les lois générales de la perception, nous voyons qu'une fois devenues habituelles, les actions deviennent aussi automatiques. De Vaclav Havel / L'Anatomie du gag
  • Savez-vous ce que j'ai vu sur un écriteau accroché dans une perception : Défense de cracher. Faudrait tout de même s'entendre ! De Robert Rocca
  • Arrêter de fumer brusquement peut provoquer des troubles de la perception. Aux Etats-Unis ils ont voté Bush. De Kad et Olivier / 100 bonnes raisons de continuer à fumer
  • C'est cela écrire, élargir le champ de la conscience en agissant sur la perception même des choses. De Nadine Gordimer / Entretien avec Catherine Argand - Juin 1996
  • Les paysages nous attirent dans la mesure où ils sont le miroir de notre perception intérieure. De Hélie de Saint Marc / Les sentinelles du soir
  • Le langage est notre corps et notre air, notre monde et notre pensée, notre perception et notre inconscient même. De Philippe Sollers / Logique
  • La réalité est une chose mystérieuse et fluctuante, car la perception que nous en avons ne reste jamais la même. De Joe Tan
  • J'appelle plaisir toute perception que l'âme aime mieux éprouver que de ne pas éprouver. De Stendhal / De l'amour
  • La perception d’un film dépend de l’instant où vous le voyez. De David Cronenberg / Studio Magazine - Mai 2002
  • La beauté même, et la perception qu'on en a, est source de mélancolie. De Gilles Archambault / Les choses de la vie
  • Le passé est l’intervalle qui sépare la perception du souvenir. De Louis Lavelle / Du temps et de l’éternité
  • L'écriture féminine apporte des changements dans la perception du monde et sa restitution. De Monique Laederach
  • On n'a pas encore découvert ce langage qui pourrait exprimer d'un seul coup ce qu'on perçoit en un clin d'il. Nathalie Sarraute, Le Planétarium, Gallimard
  • La volupté même et le bonheur ne se perçoivent point sans vigueur et sans esprit. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 42
  • La perception dispose de l'espace dans l'exacte proportion où l'action dispose du temps. Henri Bergson, Matière et mémoire, P.U.F.
  • Toute douleur veut être contemplée, ou bien elle n'est pas sentie du tout. Émile Chartier, dit Alain, Propos sur le bonheur, Gallimard

Traductions du mot « perception »

Langue Traduction
Corse percezzione
Basque pertzepzioa
Japonais 知覚
Russe восприятие
Portugais percepção
Arabe المعرفة
Chinois 知觉
Allemand wahrnehmung
Italien percezione
Espagnol percepción
Anglais perception
Source : Google Translate API

Synonymes de « perception »

Source : synonymes de perception sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires