La langue française

Pelé

Définitions du mot « pelé »

Trésor de la Langue Française informatisé

PELÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de peler*.
II. − Adjectif
A. −
1. [Corresp.à peler I A] Dont la peau a été enlevée. Des oranges, des pommes de terre, des asperges pelées. Le gingembre blanc, le plus employé, est obtenu à partir des racines pelées (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.105).Quelques tranches de citron pelées à vif (Gdes heures cuis. fr.,Éluard Valette,1964, p.191).
2. [Corresp. à peler I B 1]
a) [En parlant d'une peau, d'une fourrure] Dont les poils ont été enlevés ou sont tombés. Le veau mégis, c'est-à-dire non pelé et passant par une dizaine de préparations (Closset, Trav. artist.cuir, 1930, p.5).
b) [En parlant d'un animal vivant] Qui a perdu ses poils. Des ânes pelés; le cou pelé d'un chien qui porte un collier. Un vieux chat noir, maigre, pelé comme un manchon hors d'usage et dont le poil tombé laissait voir par places la peau bleuâtre (Gautier, Fracasse, 1863, p.10).C'était une vraie forêt de pierres, qu'habitait un peuple de grands singes. (...) les femelles se sauvaient, montrant leur derrière pelé (Maupass., Contes et nouv., t.2, Châli, 1884, p.448).
3. [En parlant de qqn, de son crâne] Qui a perdu ses cheveux. Synon. chauve, nu, déplumé (fam.), dégarni, épilé; anton. chevelu.Le ridicule que le duc supposait à son crâne pelé, le rendait le plus maussade des hommes (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.192).
Empl. subst. Harponné de dos, et soumis pendant trente secondes au plus accablant massage, le pelé de la Charente se dégagea pourtant encore une fois (Cladel, Ompdrailles, 1879, p.228).
P. métaph. [P. allus. à la fable de La Fontaine, Les Animaux malades de la peste] V. galeux II A ex. de L. Febvre.
Fam. Quatre (trois) pelés et un (deux, trois) tondu(s). Très peu de monde. Un village de quatre pelés et trois tondus (Mille, Barnavaux, 1908, p.1).Oh! vous!... Il suffit que quatre pelés et deux tondus vous disent une chose en l'air pour que vous la croyiez dur comme fer! (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p.275).
4. P. anal. Dépourvu de végétation. Synon. dénudé, nu; anton. herbeux, broussailleux, luxuriant, touffu.On ne voit, autour du golfe d'Ajaccio, que sombre maquis, et derrière, des montagnes pelées (Mérimée, Colomba, 1840, p.32).Le paysage autour d'elle est terrible, d'une aridité mortelle, des mamelons pelés pleins d'ombre dans les creux (Faure, Hist. art, 1921, p.66):
. Les collines à zones de végétation étagée qui caractérisent la topographie parisienne ont fait place à de véritables Downs, croupes à demi pelées ou tapissées de maigre gazon... Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.176.
Empl. subst.
Pop. Chemin, sentier battu. Arpenter le pelé (France 1907).
Région. (Canada). Endroit déboisé, endroit sans végétation. Les tueurs de grande race qui relancent le caribou sur le pelé des monts (F.-A. Savard, Menaud, maître-draveur, 1937, p.125 ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t.11 no1 1973, p.277).
B. − [Corresp.à peler I B 2] Synon. galeux, rapé, teigneux, usé.Un vieux vêtement tout pelé. Des bonnets à poil pelés, des shakos défoncés (Erck.-Chatr., Conscrit 1813, 1864, p.81).
C. − [Corresp.à peler II] Avoir le nez pelé. La «petite», fendue au genou, pelée au coude, saignait tranquillement sous des emplâtres de toiles d'araignée et de poivre moulu (Colette, Mais. Cl., 1922, p.14).
Prononc.: [pəle]. Fréq. abs. littér.: 169. Bbg. Möhren (F.). Zur Funktionsweise der Synonymableitung. In: [Mél. Baldinger (K.)] Tübingen, 1979, t.2, p.471. _Quem. DDL t.19. _Sain. Arg. 1972 [1907] p.4, 77.

Trésor de la Langue Française informatisé

PELÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de peler*.
II. − Adjectif
A. −
1. [Corresp.à peler I A] Dont la peau a été enlevée. Des oranges, des pommes de terre, des asperges pelées. Le gingembre blanc, le plus employé, est obtenu à partir des racines pelées (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.105).Quelques tranches de citron pelées à vif (Gdes heures cuis. fr.,Éluard Valette,1964, p.191).
2. [Corresp. à peler I B 1]
a) [En parlant d'une peau, d'une fourrure] Dont les poils ont été enlevés ou sont tombés. Le veau mégis, c'est-à-dire non pelé et passant par une dizaine de préparations (Closset, Trav. artist.cuir, 1930, p.5).
b) [En parlant d'un animal vivant] Qui a perdu ses poils. Des ânes pelés; le cou pelé d'un chien qui porte un collier. Un vieux chat noir, maigre, pelé comme un manchon hors d'usage et dont le poil tombé laissait voir par places la peau bleuâtre (Gautier, Fracasse, 1863, p.10).C'était une vraie forêt de pierres, qu'habitait un peuple de grands singes. (...) les femelles se sauvaient, montrant leur derrière pelé (Maupass., Contes et nouv., t.2, Châli, 1884, p.448).
3. [En parlant de qqn, de son crâne] Qui a perdu ses cheveux. Synon. chauve, nu, déplumé (fam.), dégarni, épilé; anton. chevelu.Le ridicule que le duc supposait à son crâne pelé, le rendait le plus maussade des hommes (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.192).
Empl. subst. Harponné de dos, et soumis pendant trente secondes au plus accablant massage, le pelé de la Charente se dégagea pourtant encore une fois (Cladel, Ompdrailles, 1879, p.228).
P. métaph. [P. allus. à la fable de La Fontaine, Les Animaux malades de la peste] V. galeux II A ex. de L. Febvre.
Fam. Quatre (trois) pelés et un (deux, trois) tondu(s). Très peu de monde. Un village de quatre pelés et trois tondus (Mille, Barnavaux, 1908, p.1).Oh! vous!... Il suffit que quatre pelés et deux tondus vous disent une chose en l'air pour que vous la croyiez dur comme fer! (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p.275).
4. P. anal. Dépourvu de végétation. Synon. dénudé, nu; anton. herbeux, broussailleux, luxuriant, touffu.On ne voit, autour du golfe d'Ajaccio, que sombre maquis, et derrière, des montagnes pelées (Mérimée, Colomba, 1840, p.32).Le paysage autour d'elle est terrible, d'une aridité mortelle, des mamelons pelés pleins d'ombre dans les creux (Faure, Hist. art, 1921, p.66):
. Les collines à zones de végétation étagée qui caractérisent la topographie parisienne ont fait place à de véritables Downs, croupes à demi pelées ou tapissées de maigre gazon... Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.176.
Empl. subst.
Pop. Chemin, sentier battu. Arpenter le pelé (France 1907).
Région. (Canada). Endroit déboisé, endroit sans végétation. Les tueurs de grande race qui relancent le caribou sur le pelé des monts (F.-A. Savard, Menaud, maître-draveur, 1937, p.125 ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t.11 no1 1973, p.277).
B. − [Corresp.à peler I B 2] Synon. galeux, rapé, teigneux, usé.Un vieux vêtement tout pelé. Des bonnets à poil pelés, des shakos défoncés (Erck.-Chatr., Conscrit 1813, 1864, p.81).
C. − [Corresp.à peler II] Avoir le nez pelé. La «petite», fendue au genou, pelée au coude, saignait tranquillement sous des emplâtres de toiles d'araignée et de poivre moulu (Colette, Mais. Cl., 1922, p.14).
Prononc.: [pəle]. Fréq. abs. littér.: 169. Bbg. Möhren (F.). Zur Funktionsweise der Synonymableitung. In: [Mél. Baldinger (K.)] Tübingen, 1979, t.2, p.471. _Quem. DDL t.19. _Sain. Arg. 1972 [1907] p.4, 77.

Wiktionnaire

Adjectif

pelé

  1. Dépourvu de peau.
    • Il a le corps tout pelé à la suite de cette maladie.
  2. Dépourvu de poils.
  3. (Par extension) Dépourvu de végétation.
    • Un roc pelé, une montagne pelée, un roc, une montagne où il n’y a ni végétation, ni verdure.

Forme de verbe

pelé \pə.le\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe peler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PELER. v. tr.
Dépouiller du poil. Peler des peaux, des cuirs. Ce velours se pèle promptement.

PELER signifie aussi Ôter la peau d'un fruit, l'écorce d'un arbre, et en général la surface des choses qui ont une sorte de peau. Peler une poire, une pomme. Fig., Un roc pelé, une montagne pelée, Un roc, une montagne où il n'y a ni végétation, ni verdure.

PELER s'emploie aussi intransitivement, en parlant du Corps de l'homme et des animaux, quand l'épiderme s'exfolie et se détache de la peau. Tout son corps a pelé, tout le corps lui a pelé à la suite de cette maladie. Le participe passé s'emploie aussi substantivement en parlant des Personnes. Il y avait quatre pelés et un tondu se dit en parlant d'une Réunion peu nombreuse et peu intéressante. Il est familier.

Littré (1872-1877)

PELÉ (pe-lé, lée) part. passé de peler 1
  • 1Dégarni de poil. Et rendit… Tant de galants pelés, Régnier, Sat. VI. Chemin faisant, il vit le cou du chien pelé, La Fontaine, Fabl. I, 5. Un habit de velours cramoisi tout pelé, Lesage, Diabl. boit. ch. 19. Et tandis qu'un troupeau zélé De pèlerins, au front pelé, Voltaire, Ép. 69.

    Tête pelée, tête chauve. Ce haut rang n'admet pas un poëte pelé, Boileau, Chapel. décoiffé, 2.

    Substantivement. Un pelé, celui qui n'a plus de poils, de cheveux. C'est un vieux pelé qui porte un méchant manteau tout rompu et rapetassé, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Dial. Diogène et Pollux. Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal, La Fontaine, Fabl. VII, 1.

    Populairement. Il y avait quatre pelés et un tondu, il n'y avait que peu de personnes, et des gens peu considérés.

  • 2 Fig. Il se dit de sommets, de coteaux dépourvus d'arbres et de verdure. Il est ridicule de croire que Romulus ait célébré des jeux dans un misérable hameau, entre trois montagnes pelées, Voltaire, Philos. déf. mil. Bolingbr. 1.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PELÉ, (Géog. anc.) nom de deux villes de Thessalie, dont l’une obéissoit à Euripyle, & l’autre à Achille. Pelé est encore une île sur la côte d’Ionie, proche de la ville de Clazomene, selon Pline, liv. XXXII. ch. ij.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pelé »

Dérivé du verbe peler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pelé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pelé pœle

Citations contenant le mot « pelé »

  • Plus le singe s’élève, plus il montre son cul pelé. De Proverbe français
  • On a dit à juste titre que, ce jour-là, le « carré magique » avait reculé d’une ligne : Battiston, Bossis, Tigana et Fernandez le composent. Et c’est encore faire abstraction de la performance, appelée à devenir légendaire, de Joël Bats. Pas de quoi retirer au panache du groupe, chaque joueur de champ, hormis Battiston, ayant tiré au but [5]. Une balle dans le pied, Revoir Guadalajara – Une balle dans le pied

Images d'illustration du mot « pelé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pelé »

Langue Traduction
Anglais peeled
Espagnol pelado
Italien pelato
Allemand geschält
Chinois 去皮
Arabe مقشر
Portugais descascado
Russe очищенные
Japonais 皮をむいた
Basque zuritu
Corse sbuchjulatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « pelé »

Source : synonymes de pelé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pelé »

Pelé

Retour au sommaire ➦

Partager