La langue française

Pâte

Définitions du mot « pâte »

Trésor de la Langue Française informatisé

PÂTE, subst. fém.

A. −
1. Au sing.
a) Préparation alimentaire plus ou moins consistante et souple, à base de farine délayée, additionnée ou non de levain et d'autres ingrédients divers (beurre, oeufs, aromates) et pétrie, destinée à la cuisson pour faire du pain, des gâteaux ou divers mets salés ou sucrés. Malaxer, pétrir, travailler, laisser reposer, faire lever la pâte; aplatir, étendre la pâte au rouleau; pâte à pain, à pizza, à tarte, à beignets, à choux, à crêpes, à gaufres, à nouilles; pâte à frire; pâte brisée, feuilletée, sablée; pâte sans levain, crue, cuite, blanche, ferme, fine, homogène, légère, lourde. Céline permettait qu'il écornât discrètement la pâte de la tourte (Adam, Enf. Aust.,1902, p.7).Les tartes aux pommes (...) dont la pâte avait un goût fin de cannelle (Moselly, Terres lorr.,1907, p.42):
1. ... la farine (...) tombait dans des cuves où de larges mains d'acier la pétrissaient, et la pâte coulait dans des moules... A. France, Pierre bl.,1905, p.258.
b) Expr. et loc. fig., fam.
Une bonne pâte (d'homme, de fille...). Une personne bonne et accommodante; une personne docile. Il est trop bonne pâte; c'est une bonne pâte. Il n'est pas possible de voir une meilleure pâte de fille, une créature plus gaie, plus folle, plus ce qu'on appelle bonne enfant (Courier, Lettres Fr. et Ital.,1805, p.696).Un enfant, répète-t-il, un véritable enfant, une très bonne pâte (Bernanos, Soleil Satan,1926, p.156).
De pâte molle (péj.). Sans caractère et sans énergie, qui se laisse facilement influencer. Synon. mou.La cousine de Saint-Amand, bonne personne de pâte molle, toujours gémissante, malade, à l'entendre, treize mois sur douze (Pourrat, Gaspard,1922, p.108).Être une pâte, une cire molle. V. mou I B 2.
Mettre la main à la pâte. V. main 1resection I H 4 b.
Être comme un coq en pâte. V. coq1A 1 a γ.
2. Au plur. Pâtes (alimentaires). Petits morceaux de pâte séchée à base de semoule de blé dur, de formes diverses (et aux dénominations variées selon la forme, vendus prêts pour la cuisine). Pâtes fraîches; pâtes aux oeufs; paquet de pâtes; pâtes au gratin, en timbale; jeter des pâtes dans l'eau bouillante; pâtes boulangères, alsaciennes, italiennes, torsadées; pâtes à l'italienne; pâtes à potage; petites pâtes. Un ancien fabricant de vermicelles, de pâtes d'Italie et d'amidon, qui se laissait nommer le père Goriot (Balzac, Goriot,1835, p.15).Je suis trop fatigué pour cuisiner moi-même... Alors, je ne sors pas des conserves et des pâtes (Lenormand, Simoun,1921, 3etabl., p.18).V. lasagne ex. de T'Serstevens.
B. − [Sert à désigner des substances diverses, intermédiaires entre le solide et le liquide et des substances solides de consistance molle]
1. CONFIS., INDUSTR. ALIM.
a) Préparation comestible, à base de sucre, mélange plus ou moins mou. Pâte de fruits, de coings; pâte à la frangipane; pâte à meringues; pâte douce, onctueuse. Dans ce papier, (...) on met des loukoums aux pistaches, des pâtes d'abricots de Damas (Farrère, Homme qui assass.,1907, p.83).Le patron jouait de l'accordéon comme s'il tirait sur de la pâte à berlingot (Giono, Baumugnes,1929, p.10).Les huesos de santos, friandises en pâte d'amande qu'on vend dans toute l'Espagne, la semaine de la Toussaint (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p.230).
b) Masse interne d'un fromage. Fromage à pâte fraîche, molle, ferme, dure, pressée, bleue, persillée. Le bouquet final des fromages. Tous, à cette heure, donnaient à la fois. C'était une cacophonie de souffles infects, depuis les lourdeurs molles des pâtes cuites, du gruyère et du hollande, jusqu'aux pointes alcalines de l'olivet (Zola, Ventre Paris,1873, p.832).
2.
a) Substance molle, préparation ou produit de consistance pâteuse, dans de nombreux domaines techniques, industriels et commerciaux. La brave femme était en train d'astiquer avec frénésie le loquet de cuivre de ma porte. Elle employait une pâte appelée tripoli, qu'elle étendait sur un papier, et frottait, et frottait (Benoît, Atlant.,1919, p.143).De la pâte à phosphore pour les rats (Bernanos, M. Ouine,1943, p.1437):
2. Quand il m'eut dûment étrillé, il prit sur la coiffeuse un petit pot, et se mit à m'oindre le corps d'une pâte rose. Toute fatigue parut s'envoler de mes muscles rajeunis. Benoit, op.cit.,p.174.
SYNT. Pâte dentifrice, épilatoire, pectorale, réfractaire, à polir, à récurer, de guimauve, de jujube, de réglisse, de bois, de verre; colle* de pâte.
Pâte à papier. Matière à base de vieux papiers ou chiffons, servant à la fabrication du papier. On colle sur la tuyauterie (...) une couche de pâte à papier (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p.494).
Pâte dorée. Synon. de carton-papier (v. ce mot rem. s.v. carton-pâte).
Pâte (de porcelaine). Kaolin, argile naturelle servant à la fabrication des porcelaines. V. kaolin ex. de Pérès.Pâte tendre. Argile fragile servant à la fabrication des porcelaines ou des biscuits. Un petit service de thé complet en vieux Sèvres, pâte tendre (Balzac, Cous. Bette,1846, p.95).
Pâte à modeler. Argile colorée pour jeux de modelage, vendue en bâtons de diverses couleurs. Faire de la pâte à modeler; boîte, bonbons de pâte à modeler. Des régiments de monstres, de bêtes, de gnomes, modelés en pâte et peints à l'aquarelle (Loti, Rom. enf.,1890, p.213).
REPROGR. Pâte à polycopier. Substance gélatineuse sur laquelle on reproduit un manuscrit écrit avec une encre spéciale. Zaza lui prêta de la pâte à polycopier et de temps en temps, je collaborai; nous rédigions de sanglants pamphlets (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p.124).
b) P. ext., péj. [Sans déterminatif] Matière molle, collante; masse informe. Synon. bouillie, colle.Une vraie pâte, ce riz trop cuit; réduire en pâte qqc. Leur sucre changé en sirop, leur biscuit réduit à une pâte humide, leurs habits et leurs couvertures ruisselants de pluie (Verne, Enf. cap. Grant,t.3, 1868, p.87):
3. On piétinait dans une pâte gluante, dont il fallait, à chaque pas, ressortir. Le pied glissait; la main s'agrippait aux parois: elle aussi s'enfonçait dans la boue. Benjamin, Gaspard,1915, p.136.
IMPR. TYPOGR. Composition tombée en pâte. Composition dont les caractères sont brouillés ensemble. Synon. pâté (v. ce mot C 2).Un accident comme on allait mettre sous presse. Toute une forme en pâte! (Courteline, Client sér.,1897, i, p.7).
3. BEAUX-ARTS, PEINT.
a) Couleurs mêlées et travaillées sur la palette. Il s'emparait de la palette, s'amusant à voir rangés en rond dessus les petits entortillements de pâte, qu'il touchait du doigt avec respect (sachant que la couleur est chère) (Ramuz, A. Pache,1911, p.293).
b) Matière formée par les couleurs travaillées à même le tableau; p.méton., manière particulière d'un artiste de travailler et de mêler les couleurs. Pâte extraordinaire d'un peintre. Comme modelé et comme pâte, c'est incomparable; l'épaule nue vaut un Corrége (Baudel., Salon,1845, p.14):
4. ... la forme peinte est expressive par la couleur seulement, (...) cette pâte colorée doit être riche et profonde en ses dessous, afin de donner force d'objet à ce qui est fait naturellement des plus fugitives apparences. Alain, Beaux-arts,1920, p.250.
Peindre dans la pâte, en pleine pâte. Mettre une couche épaisse de couleurs sur la toile et les travailler, les fondre. Dédaigneux des chloroses de l'aquarelle, son unique procédé consistait à peindre à la gouache, en pleine pâte, en exaspérant la violence de ses reliefs de couleur par l'application d'un certain vernis (Bloy, Femme pauvre,1897, p.134).
Au fig. (Travailler) en pleine pâte. (Travailler) en profondeur, sans lésiner sur les moyens. Neuf chances contre une qu'ils parlent de la bouffe. Brunet ne s'en plaindrait pas: excellent point de départ, la bouffe; c'est simple et concret, c'est vrai: un type qui a faim, ça se travaille en pleine pâte (Sartre, Mort ds âme,1949, p.220).
4. GÉOL. Partie des roches microlithiques où apparaissent les cristaux. La nature de la pâte du silex n'était pas non plus une circonstance à dédaigner (Boucher de Perthes, Antiq. celt.,t.1, 1847, p.111).
Prononc. et Orth.: [pɑ:t]. Ac. 1694, 1718: paste; dep. 1740: pâte. Étymol. et Hist.1. 1174-78 «farine détrempée et pétrie» (Etienne de Fougères, Livre des manières, éd. Lodge, 703: pein de neire paste); spéc. 1778 pâtes d'Italie (Parmentier, Le Parfait Boulanger, p.384 ds Quem. DDL t.12); 1825 pâtes (Brillat-Sav., Physiol. goût, p.75); a) xiiies. en paste «entouré de pâte» (du poisson) (Des III Dames qui troverent l'anel au conte ds Montaiglon et Raynaud, Fabliaux, VI, 138, 56); 1672, 20 avril comme un coq en pâte «dans une situation confortable et agréable» (Mmede Sévigné, Lettres, éd. La Pléiade, I, 483); b) 1389 en parlant du travail du boulanger (Ph. de Mézières, Vieil Pelerin, 3, 300, 468 cité par G. Roques ds Z. rom. Philol. t.98, p.217: que tu mectes la main à la paste dont le pain soustiendra le jeune Moyse); d'où 1486 mettre les mains a la paste «entreprendre un travail» (Guillaume Alexis, Le Dialogue du crucifix et du Pelerin, éd. A. Piaget et E. Picot, III, 60); 2. p.anal. a) 1495 «préparation médicinale» pâte royale (R. des soc. savantes, t.III, 1878, 180 ds IGLF); b) 1520 «procédé de reproduction d'oeuvres en bas-relief» pate cuite (Inv. de Marguerite d'Autriche, no102-103 ds Gay); c) 1557 paste a papier (Secrets d'Alexis, part. 2, liv. 6, fol. 66 vo, ibid.); d) 1688 «composition d'eau et farine mêlées ensemble dont on se sert pour faire tenir les morceaux de cuir des talons» (Rich. t.2); e) 1690 «composition de matières broyées et mêlées utilisées en peinture» (Fur.); f) 1723 pâte molle «espèce de fromage» (Savary des Bruslons, Dict.univ. de commerce d'apr. FEW t.8, p.744b); g) 1803 typogr. tomber en pâte «se rompre, se mêler» (Boiste); 3. 1554 fig. bonne paste de gens «personne facile à vivre» (Bonaventure des Périers, Nouv. Récréations et Joyeux Devis, V, éd. Kr. Kasprzyk, p.32). Du lat. tardif pasta «pâte (de farine)», ives., Marcellus Empiricus, empr. au gr. τ α ̀ π α σ τ α ́ «mets constitué à partir d'un mélange de céréale et fromage» (Liddell-Scott), neutre subst. de l'adj. π α σ τ ο ́ ς «saupoudré». Fréq. abs. littér.: 758. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 702, b) 1127; xxes.: a) 1081, b) 1369.
DÉR.
Pâter, verbe intrans.,hortic. [Le suj. désigne un fruit] Avoir une consistance pâteuse, farineuse, n'être pas assez juteux. Poire qui pâte. (Dict.xixeet xxes.). [pɑte], (il) pâte [pɑ:t]. 1resattest. a) 1680 «coller ensemble des cuirs avec la colle appelée pâte» (Rich.), b) 1703 hortic. (Dict.général des termes propres à l'agriculture d'apr. FEW t.8, p.748a); de pâte, dés. -er.
BBG.Quem. DDL t.13. _ Sculpt. 1978, p.568 (s.v. pâte à modeler), p.572 (s.v. pâte cuite), p.661 (s.v. pâte gaufrée).

Wiktionnaire

Nom commun

pâte \pɑt\ ou \pat\ féminin

  1. (Cuisine) Préparation culinaire à base de farine consommée après cuisson sous forme de pain, gâteau, friandise, etc.
    • Faites une pâte à koulibiac, puis garnissez l'intérieur de tranches de saumon épluché et débarrassé des arêtes. — (Tante Marie, La véritable Cuisine de Famille, Paris : A. Taride, s.d., 30e éd., p.339)
    • (Par analogie)[…], je fus amené à goûter tous les mets étranges qui constituaient le repas. Il y avait […] du kaku, un mets délicieux qui est fait de la pâte de fruit à pain cuite dans du lait de coco, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Cuisine) Pâte alimentaire, aliment fait de petits morceaux de farine de blé dur, de blé tendre ou de riz, et parfois d’œuf et de sel, détrempée, pétrie, précuite et découpée sous diverses formes et tailles.
    • Il nous a fait une délicieuse recette de pâtes.
    • La nouille est une pâte alsacienne; le spaghetti est une pâte italienne.
  3. (Par extension) Substance ou mélange, plus ou moins mou, de divers ingrédients.
    • Pâte dentifrice, pâte à papier, pâte à modeler, pâte de verre.
    1. (En particulier) (Art) Masse de couleurs fraîches préparées sur la palette pour être posées sur la toile.
      Peindre en pleine pâte, charger sa toile d’une épaisseur de pâte qu’on modèle et étend quand elle est encore fraîche, ce qui permet des modelés plus souples et des tons plus fondus que ne pourraient faire des touches superposées.
      Les grands coloristes ont peint dans la pâte parce que ce moyen permet plus de richesse dans l’exécution et plus d’imprévu dans les modèles.
  4. (Figuré) personne au caractère facile.
    • Une bonne pâte.
    • C’est la meilleure pâte d’homme que l’on connaisse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÂTE. n. f.
Farine détrempée et pétrie pour faire du pain ou quelque autre mets, gâteau ou friandise. Pétrir la pâte. Faire lever la pâte. Pâte fine. Pâte sans levain. Cette pâte n'est pas assez légère. Fig. et fam., Mettre la main à la pâte, Ne pas s'en remettre à d'autres du soin de faire quelque chose, y travailler soi-même. On dit, dans un sens analogue, Avoir la main à la pâte. Mettre de la viande en pâte, La mettre dans la pâte préparée pour la faire cuire au four. Mettre un lièvre, des perdrix, des canards en pâte. Fig. et fam., Être comme un coq en pâte, Être dans une situation très agréable, par suite des soins dont on est entouré. Pâtes d'Italie, pâtes alimentaires, Pâtes faites de farine, auxquelles on donne différentes formes et dont on fait des potages, des timbales, des plats divers. Fig., C'est une bonne pâte d'homme, une excellente pâte d'homme, la meilleure pâte d'homme que l'on connaisse, C'est un homme doux, accommodant, plein de bonté.

PÂTE se dit aussi de Plusieurs choses qui sont mises en une masse et pétries ensemble. Pâte d'amandes. Pâte de guimauve. Pâte de fruits. Pâte de groseilles, d'abricots, de coings.

PÂTE se dit encore de Certaines matières broyées et mêlées dans les proportions convenables et qu'on emploie à différents usages dans les arts. Pâte de porcelaine. Cette porcelaine est d'une pâte très fine. Pâte dure. Pâte tendre. Pâte de verre. Pâte de papier. Pâte à papier. Pâte de carton. Carton-pâte, Pâte de carton dont on fait des objets, des ornements moulés, etc. En termes d'Imprimerie, Cette forme est tombée en pâte, Elle s'est brisée par accident, les caractères en sont tombés et se sont brouillés.

PÂTE, en termes de Peinture, se dit d'une Masse de couleurs fraîches préparées sur la palette pour être posées sur la toile. Peindre en pleine pâte, Charger sa toile d'une épaisseur de pâte qu'on modèle et étend quand elle est encore fraîche, ce qui permet des modelés plus souples et des tons plus fondus que ne pourraient faire des touches superposées. Les grands coloristes ont peint dans la pâte parce que ce moyen permet plus de richesse dans l'exécution et plus d'imprévu dans les modèles. Vélasquez peignait en pleine pâte et c'est à ce procédé aussi que Rembrandt a dû d'être le roi du clair-obscur.

Littré (1872-1877)

PÂTE (pâ-t') s. f.
  • 1Farine détrempée et pétrie pour faire du pain ou autre nourriture semblable. Pâte molle. Pâte dure. Pâte levée. Pâte sans levain.

    Fig. Mettre la main à la pâte, travailler soi-même à quelque chose. Ne perdons point de temps ; que l'on m'habille en hâte, Monsieur, mettez la main, s'il vous plaît, à la pâte, Regnard, le Lég. IV, 4.

    Fig. Avoir la main à la pâte, être en train de faire quelque chose. Messieurs, un petit mot : ne ferions-nous pas bien, tandis que nous avons la main à la pâte, de faire mourir tous les géomètres, qui prétendent que les trois angles d'un triangle sont égaux à deux droits ? Voltaire, Socrate, III, 1.

    Fig. Avoir la main à la pâte, être dans une bonne position où il y a profits à faire.

    Il n'y a ni pain ni pâte au logis, c'est-à-dire il n'y a rien à manger. Dès qu'on eut publié votre rescrit impérial dans la superbe ville de Gex, où il n'y a ni pain ni pâte, Voltaire, Lett. Choiseul, 9 janv. 1767.

    Je n'ai mangé aujourd'hui ni pain ni pâte, je n'ai rien mangé.

    Mettre de la viande en pâte, la mettre dans la pâte préparée pour la faire cuire au four. Mettre un lièvre en pâte.

    Fig. Être comme un coq en pâte, être dans son lit bien couché et bien couvert, être bien nourri, et aussi avoir toutes ses aises. (Un coq en pâte est un coq mis à la retraite, qu'on engraisse avec force pâtée, qu'on tient captif à cet effet pour le manger, et qui, ayant tout à souhait et étant en repos, profite rapidement, dit Ch. Nisard. Ce qui ajoute à la vraisemblance de cette explication, c'est que Despériers dit en ce sens coq au panier (voy. COQ) ; en Normandie on dit aussi : être heureux comme un coq dans un panier).

  • 2Pâtes d'Italie, pâtes faites de farine auxquelles on donne différentes formes et dont on fait des potages, des ragoûts. Le vermicelle, le macaroni sont des pâtes d'Italie.
  • 3Diverses choses qui sont mises en une masse et comme pétries ensemble. La pâte de ce fromage est fort bonne. Pâte d'amande. Les pâtes d'abricots, les essences et autres menues denrées d'amour arrivaient de Paris chaque semaine, Hamilton, Gramm. 6.

    Pâte à laver les mains, pâte faite d'amandes pilées.

  • 4 Terme de pharmacie. Nom donné à certaines préparations médico-alimentaires formées de gomme, de sucre, d'eau et d'un principe médicinal le plus souvent émollient. Pâte de jujube. Pâte de guimauve. Pâte de lichen. Pâte de réglisse.

    On a étendu le nom de pâtes à des composés qui ne contiennent ni sucre ni gomme, et qui n'ont de commun avec les vraies pâtes que leur consistance pâteuse. Pâte arsenicale. Pâte de Canquoin, faite de chlorure de zinc. Pâte caustique de Vienne : potasse caustique, 50 parties ; chaux vive, 60.

  • 5Diverses matières broyées et mêlées qu'on emploie à différents usages dans les arts. Pâte de carton. Cette porcelaine est d'une pâte très fine. La terre cuite translucide à glaçure composée, appelée pompeusement, en France et en Angleterre, porcelaine à pâte tendre, est une faïence translucide à la lumière, que les Allemands nomment Milchglass ou verre de lait ; la dénomination de pâte tendre provient de ce qu'elle supporte bien moins de chaleur de cuisson, qu'elle fond au feu avant que la vraie porcelaine ne cuise, et que l'émail peut s'entamer au couteau et être enlevé entièrement par le grattage, Demmin, Guide de l'amat. de faïen. et porcel. p. 117.

    Pâte longue, pâte qui possède à un haut degré la faculté de prendre toutes les formes sous la main de l'ouvrier.

    Pâtes doublées ou pâtes sur pâtes, nom donné à un nouveau procédé usité par les fabricants de porcelaine, qui consiste à appliquer, sur les fonds unis blancs ou de couleur, et en suivant les contours d'un dessin tracé d'avance, des pâtes colorées d'autres nuances, afin d'obtenir ainsi, sans le secours de la peinture, une décoration polychrome inaltérable.

    Pâte, le vieux linge détrempé, pilé, broyé dans l'eau avec lequel on fait le papier.

    Eau et farine de seigle mêlées ensemble dont les cordonniers se servent pour coller.

    Pâte de riz, pâte dont les Chinois font des vases très beaux et très solides.

    Pâte de fourneaux, nom que donnent les chimistes à la terre dont ils font leurs fourneaux.

    Pâte de la Chine ou du Japon, pâte que l'on obtient en imprégnant du papier mâché d'eau de gomme bien forte et dont on fait des vases de toute espèce.

    Pâte de reliques, pâte où il entre quelques particules de reliques.

  • 6Métal en pâte, métal qui est près de fondre.
  • 7Pâte se dit de la matière qui fait la partie essentielle d'une roche. Dans le granit, c'est le feldspath et le schorl qui sont colorés, et le quartz, que l'on peut regarder comme sa pâte, est toujours blanc, Buffon, Min. t. I, p. 124.
  • 8 Terme d'imprimerie. Cette forme est tombée en pâte, les caractères en sont tombés et se sont brouillés.
  • 9 Pâte cuite, nom donné à des ouvrages du moyen âge ainsi faits : un orfévre modelait en cire un bas-relief de petite dimension, prenait une empreinte de cette cire dans un mastic résistant et moulait dans ce creux, autant de fois qu'il voulait, ce bas-relief dans une pâte qu'on faisait sécher au four et qu'on appliquait ensuite sur de petits coffrets de bois ; une dorure générale confondait la pâte avec le fond du coffret de bois et donnait à ce travail léger et facile l'apparence d'une œuvre d'orfévrerie, De Laborde, Émaux, p. 431.
  • 10 Terme de peinture. L'ensemble des couleurs d'un tableau.

    Peindre dans la pâte, charger sa toile de masses épaisses de couleurs et les fondre ensuite les unes dans les autres. Les dessinateurs opèrent par couches successives, les coloristes peignent dans la pâte.

    On dit aussi : peint en pleine pâte.

    Tableau tout d'une pâte, tableau qui semble fait d'une seule haleine.

    Terme de gravure. Estampe de belle pâte, dont les tailles ont de la souplesse, et surtout du moelleux et de la couleur. Se dit surtout quand tous ces mérites ont été bien conservés dans l'opération du tirage.

  • 11 Fig. et familièrement. Complexion, constitution. Vous êtes d'une pâte à vivre jusques à cent ans, Molière, l'Av. II, 6. Vous voyez un vieillard d'une assez bonne pâte, Qui va voir ses aïeux, sans pourtant avoir hâte, Boursault, Ésope à la cour, IV, 5.

    Il se dit, d'une façon analogue, du caractère et des dispositions morales. Elle [Mme de Coligny] est bien votre fille… non-seulement par cette bonne pâte dont vous l'avez faite…, Sévigné, à Bussy, 28 déc. 1681. C'est une fort bonne pâte de femme, Dancourt, Cur. de Comp. sc. 3. Le vieux Marcos, qui était peut-être la meilleure pâte d'écuyer qu'on vit jamais, ne résista pas à un spectacle si touchant, Lesage, Gil Blas, II, 2. C'est un gentilhomme limousin ; la bonne pâte de mari ! il se laissera mener par une femme comme un Parisien, Lesage, Turcaret, IV, 12. Il faut que je sois une bonne pâte d'homme, bien faible, bien sotte, pour m'y intéresser encore, Voltaire, Lett. Thibouville, 16 déc. 1767.

    PROVERBE

    Quand on a la main à la pâte, il en demeure quelque chose aux doigts, c'est-à-dire quand les personnes ont un grand maniement d'argent, il leur en reste ordinairement quelque profit.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quar ma meson est trop deserte, Et povre et gaste ; Sovent n'i a ne pain ne paste, Rutebeuf, 9. Colons [pigeons] en rost, connins en paste, Fabl. BARBAZ. t. IV, p. 87. Et si doit [le fournier banal] porter et conduire loiaument de cascun le [la] paste au four à sen propre coust, Tailliar, Recueil, p. 525.

XIVe s. Jamais qui n'aroit paste le pain ne feroit-on, Baud. de Seb. XI, 16.

XVe s. Qu'il en porteroit la paste au four [qu'il payerait la sottise d'autrui], Du Cange, pasta.

XVIe s. Il se vanta de leur avoir faict manger un chat en paste, Montaigne, I, 101. Il estoit de cette bonne paste de gens, qui ne prennent point trop les matieres à cœur, Despériers, Contes, v. Une douzaine de saulmons du Rhin, et en paste à leur mode, tous entiers, Carloix, IV, 24. De fort bonnes pastes sont aussi faites de ces fruits-ci, specialement des peches, dont la maniere en estant venue des Grecs, recommande telle sorte de confiture, De Serres, 864. Sept coffres, que grans que petiz, faitz de paste cuyte, à la mode d'Italie, bien ouvrez et dorez, De Laborde, Émaux, p. 432. Puisque cette bonne mere [la nature]… nous a touts figurez en mesme paste, afin que chascun se peust mirer et quasi recognoistre l'un dans l'aultre, La Boétie, Servit. volont. Entrer en la paste jusqu'au coude [s'employer vivement en une affaire], Oudin, Curios. franç.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pâte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pâte pat

Citations contenant le mot « pâte »

  • C'est un riverain qui a donné l'alerte vers 22h30. Il signale l'étrange manège de quatre personnes, deux semblent guetter devant la boulangerie-pâtisserie, tandis que deux autres en sortent avec des sacs. A l'arrivée de la police nationale et de la police municipale les quatre jeunes ne se font pas prier pour prendre la fuite. Trois d'entre eux âgés de 19, 20 et 24 ans sont interpellés. A l'intérieur des sacs se trouve de la marchandise, notamment de la pâte surgelée. Le dépistage d'alcool s'avère positif. Le quatrième complice, lui, parvient à échapper aux forces de l'ordre. Il a été interpellé ce samedi matin à 6h05.  France Bleu, Ivres, ils cambriolent une boulangerie-pâtisserie pour voler de la pâte et divers ingrédients à Sens
  • Si la tranche de pâté croûte ne rivalise pas encore avec le Paris-Brest, il mobilise une communauté d'aficionados, prêts à mettre la main à la pâte et au porte-monnaie. Les Inrockuptibles, Et si le pâté en croûte avait sauvé 2020 ?
  • Enfin, comme tout le monde, le chef Jean-François Piège à parfois peu de temps pour faire la cuisine chez lui, pour cela, il a avoué utiliser une recette de pâté en croûte simple et efficace du chef Jacques Thorel. "Vous prenez une pâte feuilletée, dessus, vous déposez du pâté Hénaff puis vous dorer la pâte et vous enfournez. Ensuite vous laissez refroidir et vous dégustez cela avec une salade", conseille Jean-François Piège. Il ne vous reste plus qu'à choisir quelle recette de pâté en croûte vous allez réaliser pour les fêtes de fin d'année.  Europe 1, Le pâté en croûte de Jean-François Piège
  • La pâte feuilletée est l'une des pâtes la plus souvent utilisée en cuisine ! Mais connaissez-vous ses variantes ? Pâte levée, inversée, rapide, semi-rapide… Marmiton vous explique comment les réaliser et comment les utiliser pour que vous deveniez incollable sur le sujet ! Marmiton, Les différentes pâtes feuilletées : techniques et utilisations

Traductions du mot « pâte »

Langue Traduction
Anglais dough
Espagnol masa
Italien impasto
Allemand teig
Chinois 面团
Arabe عجينة
Portugais massa
Russe тесто
Japonais 生地
Basque orea
Corse impastatu
Source : Google Translate API

Pâte

Retour au sommaire ➦

Partager