La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ordonnance »

Ordonnance

Variantes Singulier Pluriel
Féminin ordonnance ordonnances

Définitions de « ordonnance »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORDONNANCE, subst. fém.

A. − Disposition selon un ordre, mise en ordre.
1. [Correspond à ordonner I A] Ordonnance de la nature, du relief, de l'univers. L'ordonnance des armées liégeoises était-elle la même que celle des flamandes? (Michelet, Journal, 1840, p.348).Elle regardait en bas dans la plaine: les arbres, les bosquets, les fontaines, les champs, les vergers. Toute l'ordonnance des formes et des couleurs était à sa place sur la terre, comme d'habitude (Giono, Eau vive, 1943, p.248):
1. Le sol lorrain est constitué par des affleurements de couches de moins en moins anciennes, à mesure qu'on s'éloigne des Vosges vers l'Ouest. C'est la disposition par zones qui se continue ensuite dans le bassin de Paris. L'ordonnance générale des terrains, les principales lignes de relief obéissent à cette disposition fondamentale. Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.199.
En partic. Ordre dans lequel se succèdent les éléments d'un ensemble, les phases d'une cérémonie. Ordonnance d'un congrès, d'une cérémonie, d'une fête, d'un enterrement. Le Grand-Veneur de Charles X fut le Napoléon des forêts (...). Il sut assigner à l'équipage du prince de Loudon sa place dans l'ordonnance de la journée (Balzac, Modeste Mignon, 1844, p.295).Un somptueux repas (...) attendait les hôtes, qui furent charmés de sa belle ordonnance (Gautier, Fracasse, 1863, p.495).
− Dans le domaine de l'art
a) Dans le domaine de l'archit.
Disposition d'ensemble d'un édifice, des éléments d'un édifice. Ordonnance carrée, majestueuse; ordonnance de pilastres. Ce qu'on ne saurait admettre en aucun cas, ce sont ces ordonnances symétriques de baies sur une façade, que les services intérieurs obligent de couper par des planchers, des cloisons, des limons d'escaliers (Viollet-Le-Duc, Archit.1872, p.280).Tout, dans l'ordonnance carrée, dans l'unité de la matière, (...) dans le système symétrique, indique l'ordre, la mesure dans la force, la règle harmonieuse (Psichari, Voy. centur., 1914, p.116):
2. L'hospice de Chelsea fut d'abord un collège théologique; Wren, en 1689, lui conféra la belle ordonnance classique qu'il possède encore, avec ses colonnes crème qui tranchent si heureusement sur l'arrière-plan, ses deux ailes de briques noircies, mangées de vigne vierge, sa chapelle à aigles d'or. Morand, Londres, 1933, p.153.
Disposition des pièces d'une habitation, d'un logement. La salle à manger, qui, dans l'ordonnance du rez-de-chaussée, formait le pendant du salon (Balzac, Lys, 1836, p.52).
Application d'un ordre à la décoration d'un édifice. Ordonnance corinthienne, dorique. (Dict. xixeet xxes.).
Disposition des colonnes (selon leur nombre, leur ordre, leur espacement, etc.). Ordonnance tétrastyle, composite (Dict. xixeet xxes.).
b) Dans le domaine de la littér.Composition d'une oeuvre, manière de l'organiser. L'ordonnance extérieure du monument [le Génie du Christianisme] a donc une certaine régularité, une symétrie satisfaisante à l'oeil (Sainte-Beuve, Chateaubr., t.1, 1860, p.277).V. anthologie ex. 4 et forme I A 2 a ex. de Lemaitre, Contemp., 1885, p.75.
c) Dans le domaine de la mus.Composition d'une pièce musicale, manière de disposer, d'équilibrer les masses et les plans sonores. Certains morceaux leur sont inaccessibles, ils [les auditeurs dont l'éducation musicale est incomplète] n'en apprécient (...) ni l'ordonnance, ni la beauté mélodique, ni la richesse harmonique, ni le coloris (Berlioz, Grotesques mus., 1869, p.167):
3. Le poème est le point de départ; mais c'est le mouvement intérieur, le «Musizieren», qui gouverne; la mélodie s'organise selon sa propre ordonnance rythmique en groupes musicaux. (...) dès le premier lied, la mesure poétique qui est en trochées est subordonnée au rythme de l'émotion musicale (...). L'ensemble forme une libre méditation musicale, construite selon ses lois propres sur un poème qui l'a évoquée, mais qu'elle absorbe. Rolland, Beethoven, t.1, 1937, p.168.
d) Dans le domaine de la peint.Composition d'un tableau, manière de disposer, d'équilibrer les masses. Une toile de Ruysdael est un tout où l'on sent une ordonnance, une vue d'ensemble, une intention maîtresse (Fromentin, Maîtres autrefois, 1876, p.402).Il est des virtuoses de l'harmonie; d'autres du contre-point. Celui-ci appartient éminemment aux classiques; ils calculent savamment les rappels et les échos de tons, l'ordonnance équilibrée des taches, l'alternance des chauds et des froids (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p.222).
P. méton. Ensemble des masses composant le tableau. Conservant de son art antérieur l'indépendance du contour et de la couleur, ainsi que son écriture déliée, il [Dufy] abandonne ses ordonnances polyphoniques et peint tout le tableau dans une harmonie unique (Dorival, Peintres XXes., 1957, p.66).
2. [Correspond à ordonner I B] La jeune Française, dont parle Bodley, qui, au confessionnal, «développait un thème tranquillement préparé, modèle d'ordonnance lumineuse et de clarté, où tout ce qui devait être dit était rangé en bon ordre, et classé en catégories distinctes» (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p.741):
4. ... toutes les méditations du philosophe et les années pendant lesquelles il a retardé, retenu ses pensées, attendant qu'il en aperçoive et en accepte l'ordonnance définitive, tous ces actes de choix, toutes ces transactions mentales viennent enfin à l'état d'oeuvre faite, frapper, étonner, éblouir ou déconcerter l'esprit de l'autre... Valéry, Variété V, 1944, p.306.
3. [Correspond à ordonner I C] Il avait résolu de ne pas changer l'ordonnance extérieure de sa vie, de vivre et de mourir en prêtre (Bernanos, Imposture, 1927, p.444).
B. − [En tant que chose ordonnée]
1. Vx. Prescription émanant d'une autorité supérieure. Les ordonnances du Seigneur. On gêne (...) les communications des évêques avec leur chef (...); on ne leur permet pas de s'assembler selon les ordonnances de l'Église (Lamennais, Religion, 1825, p.70).Elle se bornait à adorer les ordonnances de la Providence divine et à en admirer les oeuvres (Gobineau, Pléiades, 1874, p.119).
2. DROIT
a) ANC. DR. Texte législatif, règlement général émanant du roi. Le peuple avait vu les rois motiver leurs ordonnances par la formule: Car tel est notre plaisir; il voulut à son tour goûter le plaisir de faire des lois (Proudhon, Propriété, 1840, p.149):
5. La Charte de 1830 ne représentait rien d'autre que le texte de 1814 amendé, et elle maintenait les mêmes institutions. Le pouvoir exécutif du roi y était quelque peu amoindri: les ordonnances qu'il avait le droit de prendre devaient se limiter à l'exécution des lois en vigueur, la suspension d'une loi par ordonnance était absolument écartée. Lidderdale, Parlement fr., 1954, p.23.
Au plur. [Gén. avec une majuscule] Les Ordonnances (de juillet). Les trois ordonnances de Charles X qui provoquèrent la révolution de 1830. Les (...) membres du corps diplomatique, ennemis de la cause populaire, avaient plus ou moins poussé Charles X aux ordonnances, et cependant, quand elles parurent, ne firent rien pour sauver le monarque (Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.640).Une cascade de lois, de décrets, d'arrêtés, tantôt hostiles (Ministère de Villèle), tantôt libéraux (Ministère de Martignac), dont les ordonnances de Juillet furent l'aboutissement fatal (Coston, A.B.C. journ., 1952, p.16).
[En fonction de déterm.] Compagnie d'ordonnance. Compagnie de cavalerie créée par ordonnance royale. C'est le temps [règne de Charles VII] de la formation des milices permanentes, des compagnies d'ordonnance, comme cavalerie, des francs archers, comme infanterie (Guizot, Hist. civilis., leçon 11, 1828, p.11).
P. ell. du déterminé. Escouade de l'ordonnance du roi. Ce jeune cavalier portait le brillant habit de capitaine des archers de l'ordonnance du roi (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.277).
Loc. fam., vx. Être meublé suivant, selon l'ordonnance. N'avoir que les meubles que la loi défend de saisir; être peu ou mal meublé. (Dict. xixeet xxes.).
b) DR. CONSTIT. Texte législatif émanant du pouvoir exécutif en vertu d'une délégation expresse du pouvoir législatif et généralement pour une durée limitée. Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis du Conseil d'État, entrent en vigueur dès leur publication, mais deviennent caduques si le projet de loi de ratification n'est pas déposé devant le Parlement avant la date fixée par la loi d'habilitation (Barr.1967).
c) DR. ADMIN. Arrêté du préfet de police de Paris. Ordonnance de police (Cap. 1936).
d) PROCÉDURE. Décision prise par un juge unique. Ordonnance d'acquittement; ordonnance de justice; ordonnance de référé, de renvoi; ordonnance sur requête; ordonnance de non-conciliation, de non-lieu. Lorsque le juge d'instruction croira devoir prescrire, à l'égard d'un inculpé, une interdiction de communiquer, il ne pourra le faire que par une ordonnance qui sera transcrite sur le registre de la prison (Code instr. crim., 1808, p.791).
Ordonnance pénale. ,,Ordonnance rendue par un juge de police et portant condamnation, s'il y a lieu, d'un contrevenant qui n'a pas été admis au préalable à se défendre, mais qui garde la faculté, après que l'ordonnance lui a été notifiée, d'y former opposition afin d'être jugé contradictoirement`` (Cap. 1936).
Ordonnance de prise de corps. ,,Disposition obligatoirement insérée dans l'arrêt de mise en accusation et en vertu de laquelle l'accusé doit être, s'il ne l'est déjà, mis en état d'arrestation`` (Cap. 1936).
Ordonnance de soit-communiqué. ,,Ordonnance du président du tribunal prescrivant la communication au Ministère public de certaines requêtes, notamment celles adressées à la Chambre du Conseil, pour qu'il prenne ses conclusions avant que le tribunal ne statue`` (Cap. 1936).
3. LÉGISL. FINANCIÈRE
Ordonnance de paiement. Ordre de paiement décerné par un ministre (d'apr. Cap. 1936).
Ordonnance de délégation. Autorisation donnée à une personne de disposer de crédits par des mandats de paiement (d'apr. Cap. 1936).
4. Prescription, ensemble des prescriptions d'un médecin. Je suis forcé de prendre deux ou trois jours de repos par ordonnance de médecin (Balzac, Corresp., 1835, p.712).
En partic. Prescription écrite portant le cachet et la signature du médecin. Médicament délivré uniquement sur ordonnance; exécution d'une ordonnance. L'ordonnance aux doigts, elle alla, avec une moue de doute, retrouver ma soeur, que nous avions laissée endormie et murmurante dans la fièvre (Colette, Mais. Cl., 1922, p.122).
5. Loc. À l'ordonnance, d'ordonnance. Réglementaire, conformément au règlement. Képi, revolver d'ordonnance; cheveux tondus à l'ordonnance. Son sabre, ses pistolets d'ordonnance, son casque et les plaques dorées des brides de son cheval qui brillent suspendus par un clou à la muraille (Lamart., Confid., 1851, p.51).Les regards d'Henriette venaient de tomber sur une paire de gants d'ordonnance, des gants d'homme oubliés sur un guéridon (Zola, Débâcle, 1892, p.260).Je sais que vous êtes un homme discret et de bon jugement. Vous avez tort seulement de porter la moustache de cette façon qui n'est pas à l'ordonnance (Claudel, Soulier, 1929, 1rejournée, 13, p.704).
C. −
1. Vx. Cavalier servant de messager à un officier supérieur. (Dict. xixeet xxes.).
2. Soldat attaché au service domestique d'un officier. Le lunch fut presque semblable à ceux du bon vieux temps (car il y avait déjà un bon vieux temps de cette guerre, qui n'était plus dans la fraîcheur de sa jeunesse). Les ordonnances apportèrent des pommes de terre bouillies et du mouton sauce à la menthe (Maurois, Sil. Bramble, 1918, p.243).Enfin, un matin, le colonel cherchait sa monture, son ordonnance était partie avec, on ne savait où, dans un petit endroit sans doute où les balles passaient moins facilement qu'au milieu de la route (Céline, Voyage, 1932, p.16).
Rem. Ordonnance, dans ce sens, s'emploie soit au masc. soit au féminin.
Officier d'ordonnance. Officier remplissant auprès d'un officier général, d'un chef d'État, les fonctions d'aide de camp. La division courait depuis une heure, quand des officiers d'ordonnance arrivèrent au galop, criant de retourner à Mayence (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t.2, 1870, p.104).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀdɔnɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1287 ordrenance «volonté, décision émanant d'un supérieur» (Fieffes, Arch. SS 5059, pièce 3 ds Gdf.); xives. ordenance de la divine pourveance (St Evroul, 1 ds Rom. Forsch. t.32, p.769); 2. a) xives. «texte législatif émanant directement de l'exécutif sans vote parlementaire» par l'ordenance roial (Isopet I, éd. J. Bastin, Fable, XXXVII, 19); b) 1260 «prescription, règlement fait par des personnes qui ont droit et pouvoir de le faire» (Etienne Boileau, Métiers, éd. R. de Lespinasse et Fr. Bonnardot, p.1: esclairer [...] touz les Métiers de Paris, leur ordenance, la manière des entrepresures de chascun mestier...); c) 1729 d'ordonnance «conforme à ce qui est prescrit réglementaire» ici milit. habit d'ordonnance (Marivaux, Fausse servante, acte I, scène I ds Théâtre compl., éd. M. Arland, p.333); 3. 1462 fin. ordonnance [de gage] (Ordonnances des rois de France, XV, 485); 4. 1510 «décision prise par un juge» une ordonnance du juge (Les Coutumes génér. du haut et bas pays d'Auvergne, II ds Nouv. Coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, IV, 1161); 1804 ordonnance du tribunal (Code civil, art. 245, p.46); 5. 1558 «prescription d'un médecin» (Des Périers, Nouv. Récréations et joyeux devis, éd. Kr. Kasprzyk, 59, p.221); 6. 1755 «arrêté du préfet de police» des ordonnances de police (Mirabeau, L'Ami des hommes, p.415: il y a à Paris des Ordonnances de police). II. 1. a) 1269-78 «disposition des éléments d'un ensemble selon un certain ordre» [etre] en ordenance (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 6308); b) ca 1393 «ordre dans lequel se déroulent les phases d'une cérémonie, les êtres ou choses qui comportent une suite» l'ordonnance des nopces... l'ordenance du souper (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, II, IV, p.182); 2. 1548 archit. «dispositions des éléments d'un édifice les uns par rapport aux autres» (Pièces justificatives, 20 avril, après Pâques ds M. Roy, Artistes et monuments de la Renaissance en France, Paris, 1929, I, 214: arrachement et ordonnance des doubleaux et ogives); 3. 1622 [éd.] peint. «esquisse d'un tableau» (R. François, Merveilles nat. ds IGLF: on appelle ordonnance et dessein, ces premiers traicts et pourtraires); 1676 «manière de disposer les masses d'un tableau» (Félibien, Principes, 675, ibid.). III. 1. 1752 «cavalier servant de messager à un officier supérieur (Trév.); 2. 1812 officier d'ordonnance (Mozin-Biber t.2); 3. 1836 «soldat attaché au service domestique d'un officier» (Balzac, Vieille fille, p.281). Dér. de ordonner*; suff. -ance*. Fréq. abs. littér.: 1473. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2935, b) 1405; xxes. a) 1865, b) 1884.
DÉR. 1.
Ordonnancer, verbe trans.a) Donner l'ordre de payer (le montant d'un état). Ricard, préfet de l'Isère (..) lui fit allouer cinq cents francs pour un travail qu'il avait fait, il les refusa d'abord (...). Enfin le préfet dit: «Mais les fonds sont ordonnancés, je ne sais qu'en faire» (Stendhal, Journal, 1805, p.332).[Ledru-Rollin] s'imaginait (...) qu'un ministre n'avait qu'à ordonnancer une dépense pour que l'argent fût à sa disposition (Delacroix, Journal, 1854, p.202).b) [Le suj. désigne une autorité médicale] Vx. Prescrire par une ordonnance. On lui fit même ordonnancer par un médecin un système de vie moins sédentaire (Sand, Pauline, 1841, p.233).c) Disposer dans un certain ordre. Leur répétition symétrique [des blancs], leur emploi judicieux en rapport avec le caractère, ainsi que leur harmonique continuité, concourent à la beauté de l'ensemble et donnent seuls l'impression d'unité que doit procurer l'ouvrage correctement ordonnancé (E. Leclerc, Nouv. manuel typogr., 1932, p.205).Empl. pronom. Dans Rythmes (...) les courbes s'ordonnancent et se répondent (Mauclair, De Watteau à Whistler, 1905, p.263).Au part. passé. Mis en place, instauré. Il ne laissa s'établir entre elle et lui que les points de contact strictement ordonnancés par la politesse, et ceux qui existent nécessairement entre des personnes vivant sous le même toit (Balzac, Curé Tours, 1832, p.183).[ɔ ʀdɔnɑ ̃se], (il) ordonnance [ɔ ʀdɔnɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1resattest. a) 1571 «donner ordre de payer le montant d'un état» la somme de 491 liv. [...] à luy ordonnancer (Comptes des bâtiments du roi, éd. L. de Laborde, II, 348 ds Rom. Philol. t.4, p.259), attest. isolée, à nouv. 1784 (Necker, Adm. Financ., t.V, p.129 ds Brunot t.9, p.1092, note 2), b) 1801 «disposer dans un certain ordre; organiser de manière harmonieuse» cérémonies... ordonnancées (Guilbert de Pixer., Coelina, II, 4, p.31), 1905 pronom. (Mauclair, loc. cit.), c) 1841 «prescrire par ordonnance» (Sand, loc. cit.); de ordonnance, dés. -er.
2.
Ordonnancier, subst. masc.,pharm. Registre sur lequel doivent être obligatoirement inscrits par les pharmaciens les préparations magistrales, les médicaments délivrés sur ordonnance et qui ne sont pas en vente libre, ainsi que les noms et adresses des personnes à qui ils ont été prescrits. (Dict. xxes.). L'ordonnancier doit être coté et paraphé par le commissaire de police (Rob.Suppl.1970).[ɔ ʀdɔnɑ ̃sje]. 1reattest. 1951 (Dalloz, Pt dict. de dr.); de ordonnance étymol. I, 5, suff. -ier*.
BBG.Barbier (P.). Nouv. ét. de lexicol. fr. Rom. Philol. 1950-51, t.4, pp.257-267 (s.v. ordonnancer). _Dauzat Ling. fr. 1946, p.49. _Quem. DDL t.10, 16, 18, 20. _Raymondis (L.M.), Le Guern (M.). Le Lang. de la justice pénale. Paris, 1976, p.52.

ordonnance « prescription, ce qui est ordonné »

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

ordonnance \ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\ masculin et féminin identiques

  1. (Militaire) Soldat attaché à la personne d’un officier pour l’entretien de ses effets, de ses armes et de son cheval.
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Mais pour tous il n'est pas miséricordieux ; et je ne puis séparer dans mon esprit les paroles tranquilles de ce Dunkerquois, du récit dramatique que deux heures après, dans le train qui m’emmenait, j’entendis de la bouche d’un ordonnance, qui accompagnait sa maîtresse, une femme d’officier. — (René Benjamin, La guerre sous le ciel de France, A. Fayard, Paris, 1916)

Nom commun 1 - français

ordonnance \ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\ féminin (parfois masculin au pluriel)

  1. Disposition des choses selon l’ordre, la convenance.
    • […], le narrateur, momentanément interrompu, n’en avait pas moins continué son récit, comprenant cette nécessité dans laquelle se trouve un maître de maison de suivre des yeux l’ordonnance de la fête qu’il donne, afin que rien ne manque de ce qui peut la rendre agréable aux convives invités. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Galatée vérifiait de la main l'ordonnance de sa coiffure. — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le portail encadré dans une ordonnance de colonnes ioniques est surmonté d'un fronton, […] — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • Depuis longtemps déjà j’étais soucieux de ma mise, attachant une importance presque maniaque à l’ordonnance de mon vêtement. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 183)
  2. Prescription, règlement fait par une ou plusieurs personnes qui ont droit et pouvoir de le faire.
    • La Chambre ordonne les poursuites. […]. Mais la justice n'est pas cruelle aux panamistes : le juge d'instruction Franqueville rend une ordonnance de non-lieu en faveur de Jules Roche, d'Emmanuel Arène et de Thévenet ; la Chambre des mises en accusation met hors de cause Rouvier, Devès, Albert Grévy et Léon Renault. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, page 350)
    • En 1539, François ier promulgua l'ordonnance de Villers-Cotterêts. — (Anne-Marie Beaudouin-Bégin, La langue affranchie, se raccommoder avec l’évolution linguistique, Québec, Éditions Somme toute, 2017, page 51)
  3. (Droit) Décision judiciaire qui soit tend à mettre fin précocement à la procédure, soit règle une question de procédure, soit présente un caractère urgent et provisoire.
    • Ordonnance de référé.
    • L'ordonnance de non-lieu ne peut être rendue, il y a un fait nouveau. — (François Mauriac, Thérèse Desqueyroux, Grasset, 1927)
    • Le président de la section du contentieux, les présidents adjoints de cette section, les présidents de chambre, le président de la formation spécialisée et les autres conseillers d’État que le président de la section du contentieux désigne à cet effet peuvent, par ordonnance, régler les affaires dont la nature ne justifie pas l’intervention d’une formation collégiale. — (Code de justice administrative, art. L.122-1)
    • Lorsque une question posée à titre préjudiciel est identique à une question sur laquelle la Cour a déjà statué, [...] la Cour peut à tout moment [...] décider de statuer par voie d’ordonnance motivée. — (Règlement de procédure de la Cour de justice de l’Union européenne, art. 99)
  4. (Droit, Histoire) Règlement et acte qui était fait par le roi pour l’exécution des lois ou pour des objets d’administration qui ne doivent pas être la matière d’une loi.
    • En cas d'infraction aux lois réglementaires, les bénéficiers étaient condamnés par les archidiacres à aumôner de grosses sommes à la boete des pauvres, expression souvent employée dans les ordonnances des rois de France et les arrêts du parlement. — (Jacques-Paul Migne, Encyclopédie théologique, t.6, 1855, page 559)
    • Le Recueil authentique des anciennes ordonnances de Lorraine, par François de Neufchâteau (Nancy, C. S. Lamort. 1784. In-4°), mentionne, à la page 77, une ordonnance ducale du 27 octobre 1599, qui a dû être imprimée par Blaise Andréa. Elle porte défense aux papetiers de s'expatrier, et, à toutes personnes, d’exporter les drapeaux, frapouilles, drilles, etc. — (M. Beaupré, « Nouvelles recherches de bibliographie lorraine : 1550-1600 » dans les Mémoires de l'Académie de Stanislas, année 1853, Nancy : chez Grimblot & Veuve Brabois, 1854, note 1 page 285)
    • […], certainement il sera puni comme banqueroutier frauduleux, parce qu'il y a dans son fait un divertissement véritable, et que par cette raison il se trouve littéralement compris dans l'art. 10 du tit. II de l’ordonnance de 1673. — (Philippe Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonnée de jurisprudence, volume 5, page 74, 1812)
    • Le pauvre n'est plus tout à fait l'image du Christ sur terre mais un profiteur sans vergogne et paresseux, dont la paresse est fortement combattue ; une ordonnance de 1351 de Jean II condamne les vagabonds qui refusent de poursuivre une activité salariée. — (Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la dîme et le denier: Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, Presses Univ. du Septentrion, 2010, page 82)
  5. (Législation) (France) Acte législatif pris par le gouvernement, sous habilitation du Parlement et ratifié par ce dernier.
    • Depuis le début des années 2000, la législation par ordonnances contribue pour une part très importante à la production législative. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Attendu qu’ayant souverainement estimé que la communication commerciale et la publicité via un site Internet n’entraient pas dans le champ de l’activité principale de Mme X., architecte, la cour d’appel n’a pu qu’en déduire que celle-ci bénéficiait du droit de rétractation prévu par l’article L. 121-21 du code de la consommation, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016 ; que le moyen n’est pas fondé ;[1]
    1. Acte législatif du Comité français de libération nationale puis du Gouvernement provisoire de la République française (1943-1945).
  6. (Législation) (Belgique) Acte législatif voté par le Parlement de la région de Bruxelles-Capitale.
  7. (Administration) Avis donné de payer une certaine somme, mandat de paiement.
    • Ordonnance de trois cents francs, de mille francs.
  8. Chose conforme à ce qui est prescrit.
    • Revolver d’ordonnance.
  9. (Médecine) Prescription d’un médecin, soit pour le régime à suivre, soit pour les remèdes à prendre.
    • A défaut de médecin j'emportai une petite pharmacie, c'était une précaution sage et elle me fut d'un grand secours. J'avais pris une ordonnance d'un jeune médecin de mes amis en cas d'attaque de vomito-négro : la prudence est la mère de sûreté. — (Anacharsis Brissot de Warville, Voyage au Guazacoalcos, aux Antilles et aux États-Unis, Paris : chez Arhus Bertrand, 1837, page 3)
    • Il me rassura immédiatement en me précisant que je n'avais qu'un problème de préservatif inadapté à mes attributs. […].
      Il me fit une ordonnance et me prescrivit une pommade adoucissante et des préservatifs
      king size. — (Bertrand Jeanne, Perle: Une fée kidnappée par Kadhafi, Société des Écrivains, 2014, page 62)
  10. (Médecine) (Par extension) Écrit par lequel le médecin ordonne quelque chose.
    • Porter l’ordonnance chez le pharmacien.
    • Les médicaments sont des arcanes, que pénètrent, après de longues années d’expérience, quelques véritables sorciers. La rédaction d’une ordonnance parfaite exige autant de génie que de bons sens. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 131)
    • Aucun des clients de M. Potain n’a pu oublier le souci extraordinaire avec lequel, son examen terminé, il posait les grandes lignes et les détails du traitement. Ce travail lui prenait quelquefois trois quarts d’heure, une heure de silence, d’immobilité complète, et contrastait singulièrement avec les ordonnances bâclées ou insouciantes des premiers parmi ses confrères. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 134)
    • Cette fois, le traitement de Lucile n’avait pas dressé autour d’elle l’incontournable forteresse sur ordonnance dans laquelle elle avait été si longtemps murée. Peut-être était-ce une question de lithium et de molécules. Mais au-delà de la chimie, j’aime à croire que quelque chose en elle avait ressurgi, était entré en résistance. — (Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, J.-C. Lattès, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORDONNANCE. n. f.
Disposition des choses selon l'ordre, la convenance. L'ordonnance d'une bataille. L'ordonnance d'un poème, d'un bâtiment. Ce dessin, ce tableau sont d'une belle ordonnance. L'ordonnance d'un banquet, d'un ballet. Il signifie aussi Prescription, règlement fait par une ou plusieurs personnes qui ont droit et pouvoir de le faire. Ordonnance de police, Les règlements, les arrêtés d'un préfet de police. Ordonnance de non-lieu. Voyez NON-LIEU. Il s'est dit particulièrement, sous l'ancien régime, des Lois et constitutions des rois de France. Les ordonnances des rois de France. Les ordonnances de saint Louis. On disait au masculin pluriel, en termes de Palais, Ordonnances royaux. Ordonnance s'est dit ensuite des Règlements et actes faits par le roi pour l'exécution des lois ou pour des objets d'administration qui ne doivent pas être la matière d'une loi. Toute ordonnance du roi devait être contresignée par un ministre, qui en était responsable. Dans ce sens on dit aujourd'hui Décret. Compagnies d'ordonnance se disait autrefois de Certaines compagnies de cavalerie qui ne faisaient partie d'aucun régiment et dont les premières avaient été créées par une ordonnance de Charles VII. La compagnie des gendarmes du roi était la première compagnie d'ordonnance. D'ordonnance se dit d'une Chose conforme à ce qui est prescrit. Revolver d'ordonnance. Officier d'ordonnance, Officier détaché d'un corps de troupes, qui remplit auprès d'un général ou du chef de l'État les fonctions d'aide de camp. Le président de la République, le ministre de la Guerre ont leurs officiers d'ordonnance.

ORDONNANCE se dit encore d'un Soldat attaché à la personne d'un officier pour l'entretien de ses effets, de ses armes et de son cheval. Dans ce sens, il s'emploie quelquefois au masculin. Cet ordonnance est très actif.

ORDONNANCE, en termes d'Administration publique, signifie Avis donné de payer une certaine somme, mandat de paiement. Ordonnance de trois cents francs, de mille francs. Contrôler, viser, réformer une ordonnance. Il signifie aussi Prescription d'un médecin, soit pour le régime à suivre, soit pour les remèdes à prendre. Il a bien suivi l'ordonnance du médecin. Il se dit aussi de l'Écrit par lequel le médecin ordonne quelque chose. Porter l'ordonnance chez le pharmacien.

Littré (1872-1877)

ORDONNANCE (or-do-nan-s') s. f.
  • 1Mise en ordre, en arrangement. La cavalerie en ordonnance de bataille, Perrot D'Ablancourt, Tac. 210. Les apôtres, assemblés autour de leur maître, lui montraient le temple et les bâtiments d'alentour ; ils en admiraient les pierres, l'ordonnance, la beauté, la solidité, Bossuet, Hist. II, 9. Tous mes sots, à l'instant changeant de contenance, Ont loué du festin la superbe ordonnance, Boileau, Sat. III. Là d'un enterrement la funèbre ordonnance D'un pas lugubre et lent vers l'église s'avance, Boileau, ib. VI. Pour former ce vif coloris, cette belle ordonnance de figures en si grand nombre, Fénelon, Exist. 8. Votre peinture chinoise n'a ni correction, ni dessin, ni ordonnance, ni noblesse dans les figures, Fénelon, t. XIX, p. 155. Ce que j'ai eu l'honneur d'envoyer à Votre Excellence n'est qu'une première et légère esquisse du grand tableau dont vous me fournissez l'ordonnance [l'histoire du czar Pierre], Voltaire, Lett. Schouvalof, 17 juill. 1758. Il me paraît prouvé que Racine a puisé toute l'ordonnance de la tragédie d'Andromaque dans le second acte de Pertharite, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Perth. II, 1. La sagesse et la grandeur de l'ordonnance, l'intelligence de la lumière et des ombres, Diderot, Salon de 1765, Œuvr. t. XIII, p. 102, dans POUGENS. On a prétendu que l'ordonnance était inséparable de l'expression ; il me semble qu'il peut y avoir de l'ordonnance sans expression, Diderot, Essai sur la peint. ch. 5. Dans les ouvrages d'Homère, une ordonnance toujours savante, toujours variée, Barthélemy, Anach. ch. 26. Tel qu'un peintre, arrêtant ses indiscrets pinceaux, D'avance en sa pensée ébauche ses tableaux, Ainsi de vos dessins méditez l'ordonnance, Delille, Jard. II. Des travaux et des jours tu chantas l'ordonnance, Millevoye, Élég. liv. II. Pompeuses ordonnances, charmes flatteurs du coloris, balancement des masses, enchaînement des groupes, et tant d'autres coquetteries du métier qui ne disent rien à l'âme, Lévesque, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 467.

    Terme d'architecture. Se dit de la manière dont les trois ordres sont employés, et de l'effet qui en résulte. Ordonnance dorique, ionique, corinthienne.

    Se dit aussi du nombre des colonnes d'une façade, et de la manière dont ces colonnes sont disposées. Ordonnance tétrastyle, décastyle, pycnostyle.

    Terme d'artificier. Intervalle uniforme de temps qu'on doit laisser entre le jeu des pièces d'artifice.

  • 2Acte, prescription émanée de l'autorité supérieure. Vous savez du sénat l'ordonnance dernière, Mairet, Sophon. V, 2. Mais de ce grand sénat les saintes ordonnances Eussent peu fait pour vous, seigneur, sans vos finances, Corneille, Pomp. III, 2. J'abhorre l'ordonnance et redoute la peine, Rotrou, Antig. III, 5. Heureux ceux qui gardent les ordonnances du Seigneur ! Ps. CXVIII, dans RICHELET. Ce n'est pas à un pécheur de raconter vos justices et de publier vos ordonnances, Massillon, Carême, Jeûne. Lothaire fit cette célèbre et inutile ordonnance, que, pour éviter les séditions trop fréquentes, le pape ne sera plus élu par le peuple, Voltaire, Mœurs, 24.
  • 3 Particulièrement. Dans l'ancien régime, lois et constitutions des rois de France. L'ordonnance, les ordonnances de saint Louis. Les rois de France avaient perdu leur chartrier ; ils sentaient la nécessité d'avoir un dépôt d'archives qu'on pût consulter aisément, la cour prit insensiblement l'usage de déposer au greffe du parlement ses édits et ses ordonnances, Voltaire, Hist. parl. X.

    Ordonnances de Louis XIV, se dit spécialement des grands règlements par lesquels Louis XIV régularisa en France l'administration de la justice ; ce sont l'ordonnance civile, l'ordonnance criminelle, l'ordonnance des eaux et forêts, l'ordonnance sur les évocations, le code de commerce, le code de marine, et le code noir.

    Ordonnances du Louvre, le recueil des ordonnances imprimées à l'imprimerie royale. C'est lui qui dressa le plan du recueil des ordonnances ; ouvrage immense, qui signale le règne de Louis XIV… un recueil d'ordonnances n'est que l'histoire des variations, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Laurière.

    On disait au pluriel, en termes de palais, ordonnances royaux (voy. LETTRES, rem. 2, pour l'explication de royaux).

  • 4Aujourd'hui, règlements et actes faits par le souverain pour l'exécution des lois ou pour des objets d'administration. Le mode d'exécution de cette loi a été réglé par une ordonnance. On dit présentement décret.

    S. f. pl. Se dit, absolument, des trois ordonnances rendues par Charles X en juillet 1830.

    Fig. Pas d'entraves à la pensée Par ordonnance de Bacchus, Béranger, Ma républ.

  • 5En un sens collectif, au singulier, l'ensemble des ordonnances. Cela est contraire à l'ordonnance.

    Familièrement. Être meublé suivant l'ordonnance, n'avoir que les meubles que la loi défend de saisir et, par conséquent, être mal meublé. À ce jardin était jointe une guinguette assez jolie, qu'on meubla suivant l'ordonnance, Rousseau, Confess. V.

    Ordonnances de police, ordonnances que rend la police pour la tranquillité, la propreté, la salubrité, etc. des villes.

  • 6 Terme de jurisprudence. Ordonnance du juge, décision d'un juge sur une question qui lui est soumise ; ordre qu'il donne au bas d'une requête qui lui est présentée ou d'un procès-verbal.

    Ordonnances de la chambre du conseil, décisions rendues par la chambre du conseil en matière criminelle.

  • 7Se dit, en général, de tout ce que le médecin prescrit au malade, par rapport tant aux médicaments qu'au régime. Taisez-vous, ignorante ; ce n'est pas à vous à contrôler les ordonnances de la médecine, Molière, Mal. im. I, 2. Je fais des lavages à mes mains, de l'ordonnance du vieux de l'Orme, Sévigné, 11 mars 1676. Nous voyons avec quelle exactitude il [le malade] obéit à toutes les ordonnances du médecin qui le gouverne, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 392. Le sage médecin ne donne pas des ordonnances à la première vue, Rousseau, Ém. II. En me rendant ses soins qu'il appelle des visites, en me donnant ses conseils qu'il nomme des ordonnances, il [le médecin] remplit dignement et sans faste la plus noble fonction d'une âme éclairée et sensible, Beaumarchais, Barbier de Sév. Préface.

    Ordonnance est souvent synonyme de formule.

    Le papier sur lequel le médecin a écrit la prescription. Porter l'ordonnance chez le pharmacien.

  • 8 Terme militaire. Compagnie d'ordonnance, compagnie qui ne fait partie d'aucun régiment.

    Sous l'ancienne monarchie, compagnies d'ordonnances, nom qu'on donnait aux troupes qui n'entraient point en corps de régiment et qui consistaient en gendarmes, chevau-légers, etc.

  • 9Habit d'ordonnance, habit d'uniforme. L'infanterie était sans habits d'ordonnance ni rien d'uniforme, Voltaire, Charles XII, 3. Son habit d'ordonnance avait deux épaulettes, Voltaire, Tactique.

    L'expression habit d'ordonnance est abandonnée et remplacée par habit d'uniforme.

    D'ordonnance, se dit de même de tous les insignes attachés à une fonction. Ils [les démons] les faisaient parer [leurs idoles] des robes et des ornements dont se revêtaient les magistrats, et porter devant eux les faisceaux et les bâtons d'ordonnance, Bossuet, 1er sermon, Démons, 2.

  • 10Nom donné à un planton de cavalerie employé près d'un officier général, et qui monte à cheval pour porter des dépêches.

    En ce sens, bien que le féminin soit la règle, on emploie quelquefois le masculin : L'ordonnance s'est mal conduit. Tous les ordonnances seront réunis à six heures.

    On dit dans un sens analogue : officier d'ordonnance.

  • 11 Terme de finances. Mandement à un trésorier de payer certaine somme. On m'a donné pour vous une ordonnance de voyage ; j'irai la recevoir quand je serai à Paris, et je vous en tiendrai bon compte, Racine, Lett. à son fils, XXIV.

    Ancien terme de palais. Une ordonnance de dernière volonté, un testament.

  • 12 Au plur. Les derniers sacrements et particulièrement l'extrême-onction.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nostre intention est à esclairer tous les mestiers de Paris, leurs ordenances, la maniere des entrepresures de chascun mestier, Liv. des mét. 2. Mes de ce monde l'ordenance, Que Diex par sa grant porveance Volt [voulut] establir et ordener, la Rose, 17700. Puisque l'ancienne ordrenance de la legion a esté dicte, J. de Meung, Végèce, II, 7.

XIVe s. De la maniere et de l'ordenance quielle evacuation doit estre premierement faite o [avec] flobothomie ou medecine laxative, H. de Mondeville, f° 44. Tu qui sces jugier des coulours Et des amoureuses doulours, Dois savoir la signifiance Et de son habit l'ordonnance, Machaut, p. 46. L'ordonnance du souper est telle pour dix escuelles [couverts], Ménagier, II, 4. La monnoie n'a pas son pris et son cours par nature, mes par la loy et par ordenance humaine, Oresme, Eth. 152.

XVe s. Si entendirent les dessus dits seigneurs aux ordonnances de la ville, qui pour le temps n'estoit point fermée, et aussi à faire armer chascun, Froissart, I, I, 265. Si singlerent ce premier jour à l'ordonnance de Dieu, du vent et des mariniers, Froissart, I, I, 264. Depuis que icellui Porchier fu feru, il vesqui l'espace de neuf jours, et après mort s'en ensuy, et eust toutes ses ordonnances [sacrements], Du Cange, ordinare. Il faut tenir pour seur que la grant prosperité des princes, ou leurs grandes adversitez procedent de sa divine ordonance [de Dieu], Commines, V, 9. Et y estoient [avec le roy] toutes les ordonnances du royaulme qui povoient bien estre XXIII cens hommes d'armes environ, Commines, I, 3. Et estoit l'armée très puissante et plus belle que jamais eut ; car il y avoit douze cens lances d'ordonnance qui avoient trois archiers pour hommes d'armes, et le tout bien en poinct et bien montez, Commines, III, 8.

XVIe s. Je y veidz six mille et seze oyseaulx seleucides, marchans en ordonnance, et devorans les saulterelles parmy les bledz, Rabelais, Pant. v, 30. À nouveau prince il fault neufve ordonnance, Rabelais, V, 33. L'ordonnance que Cyrus faict à ses enfants que…, Montaigne, I, 17. Aprez qu'il eut recogneu l'ordonnance de l'armée que les Romains luy envoyoient au devant, Montaigne, I, 230. Je voudrois estre roy pour faire une ordonnance, Que chacun deust la nuict au logis se tenir ; Sans plus les amoureux auroient toute licence, Desportes, Diverses amours, XIV, Contre une nuict trop claire. Quatre regimens d'infanterie se doyvent, par raison, entretenir en temps de paix, reglez à six cens hommes chacun, pour bien correspondre avec les forces des ordonnances [la cavalerie], Lanoue, 262. Et quand il a baillé son ordonnance à quelqu'un, après qu'il aille où il voudra, tousjours sera-il payé : car telles dettes sont merveilleusement privilegiées, Lanoue, 302.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ordonnance »

(Nom commun 1) (1287) Dérivé de ordonner, avec le suffixe -ance.
(Nom commun 2) (1752) Ellipse de la locution officier d’ordonnance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ordonner ; prov. ordenansa, ordonnansa ; esp. ordenanza ; ital. ordinanza.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ordonnance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ordonnance ɔrdɔnɑ̃s

Fréquence d'apparition du mot « ordonnance » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « ordonnance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ordonnance »

  • Qu'est-ce que la composition sinon l'ordonnance de la matière sonore ?
    Edgar Varèse — Lettre à André Jolivet - 29 août 1936
  • Un beau désordre vaut mieux qu'une inerte ordonnance.
    Eugène Savitzkaïa
  • Vous pouvez toujours arriver à lire la note d'honoraires d'un médecin, mais jamais son ordonnance.
    Peter Dunn
  • Un médecin qui vous guérit par une ordonnance vous donne une rechute par sa note d'honoraires.
    Henry de Montherlant
  • Le meilleur remède ne s'achète pas à une pharmacie et sur ordonnance. Le meilleur remède, vous l'avez en vous et il s'appelle l'instinct de vivre.
    Paul Toupin — La Nouvelle Inquisition
  • Penser que le monde est sans ordonnance divine ne paraît pas possible.
    Maurice Druon — Entretien avec Bernard Pivot - Avril 1977
  • Pompiers, secouristes, aides-soignants et étudiants en santé sont désormais autorisés à réaliser les prélèvements pour tester le Covid-19, afin de pallier le manque de bras dans les laboratoires, selon un arrêté publié samedi au Journal officiel. Cet arrêté prévoit également que les tests, qui coûtent 54 euros, seront intégralement pris en charge par l'Assurance maladie même sans ordonnance.
    Europe 1 — Coronavirus : les tests PCR remboursés, même sans ordonnance
  • Pompiers, secouristes, aides-soignants et étudiants en santé sont désormais autorisés à réaliser les prélèvements pour tester le Covid-19, afin de pallier le manque de bras dans les laboratoires, selon un arrêté publié samedi au Journal officiel. Cet arrêté prévoit également que les tests, qui coûtent 54 euros, seront intégralement pris en charge par l’Assurance maladie même sans ordonnance.
    SudOuest.fr — Coronavirus : les tests sans ordonnance désormais remboursés, les pompiers autorisés à les réaliser
  • Des tests PCR pour tous, gratuits et sans ordonnance : c'était la promesse d'Emmanuel Macron le 14 juillet. En Sarthe, les laboratoires en ont-ils les moyens ? Pas vraiment, répond Laborizon, le plus important laboratoire du département, qui atteint déjà ses capacités maximales de diagnostic.
    France Bleu — Tests Covid sans ordonnance : "Faire tout le monde, tout de suite, c'est impossible" en Sarthe
  • Y a-t-il donc vraiment, tel que le disent les fanatiques du destin réglé par les astres, une ordonnance préalable de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous serons ?
    Yves Thériault — Valérie
Voir toutes les citations du mot « ordonnance » →

Traductions du mot « ordonnance »

Langue Traduction
Anglais order
Espagnol orden
Italien ordine
Allemand auftrag
Chinois 订购
Arabe طلب
Portugais ordem
Russe порядок
Japonais 注文
Basque ordena
Corse ordine
Source : Google Translate API

Synonymes de « ordonnance »

Source : synonymes de ordonnance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ordonnance »

Combien de points fait le mot ordonnance au Scrabble ?

Nombre de points du mot ordonnance au scrabble : 13 points

Ordonnance

Retour au sommaire ➦