La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « optimisme »

Optimisme

Variantes Singulier Pluriel
Masculin optimisme optimismes

Définitions de « optimisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

OPTIMISME, subst. masc.

Anton. pessimisme.
A. − PHILOS. Doctrine qui soutient que Dieu étant parfait, tout est nécessairement pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles (optimisme absolu), et plus généralement que, dans le monde, le bien l'emporte sur le mal, ou que le mal n'y a de sens qu'en fonction du bien (optimisme relatif). L'optimisme des stoïciens, de Spinoza; l'optimisme absolu de Leibniz; l'optimisme relatif de Fénelon; partisans de l'optimisme. Leibnitz, après avoir annoncé, au commencement du siècle dernier, la révolution qui en menaçoit la fin, dit: «Tout, à la fin, doit tourner pour le mieux» (...). Voltaire a ridiculisé cet optimisme qu'il n'a pas compris, parce qu'il a appliqué à l'homme ce qu'il ne faut entendre que de la société (Bonald,Législ. primit.,t.1, 1802, p.328).[Le] principe familier de l'optimisme: (...) l'ordre du monde ne peut être connu et jugé comme tel que dans le tout; (...) les maux particuliers sont des conséquences nécessaires d'une loi générale qui est le bien même (Renouvier,Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p.189).
Optimisme chrétien:
1. OEuvre d'un Dieu bon, le monde ne saurait s'expliquer comme le résultat d'une erreur initiale, d'une chute, d'une ignorance ou d'une défection quelconques. Bien plus, Irénée comprend et dit très clairement que l'optimisme chrétien est une suite nécessaire de l'idée chrétienne de création. Un Dieu bon (...) ne souffre aucune cause intermédiaire et par conséquent inférieure entre lui et son oeuvre. Comme il en est le seul auteur, il en assume la pleine responsabilité. Et il le peut, car elle est bonne... Gilson,Espr. philos. médiév.,1931, p.113.
B. − [À propos d'une pers.]
1. Disposition d'esprit qui consiste à voir le bon côté des choses, à trouver que tout est pour le mieux, à ne pas s'inquiéter des embarras présents et à bien augurer de l'avenir. Synon. contentement, satisfaction.Optimisme béat, stupide; tempérament porté à l'optimisme. Il n'avait rien du découragement et de la morosité de l'âge avancé. (...) Il ne voyait que le côté favorable des choses et des caractères. (...) Optimisme vivant, sa philosophie (...) était celle du dix-huitième siècle, tempérée par un grand sentiment de la Providence (Lamart.,Nouv. confid.,1851, p.103).J'ai vécu dans l'optimisme. (...) Cet état d'intuition joyeuse, de confiance active, qui m'a perpétuellement soulevé et soutenu (Martin du G.,Thib.,Épil., 1940, p.965):
2. Chez l'individu vraiment supérieur, cet optimisme est calme, mesuré, comme une sorte de puissance de fond, de confiance en la bonté et en l'ordre de ce qui est, qui n'exclut ni la sensibilité du coeur ni le sens dramatique de la vie. L'optimisme bon-garçon de l'émotif-actif-primaire (...) est déjà de moindre qualité. Mounier,Traité caract.,1946, p.269.
2. [Dans une circonstance partic.] Confiance dans l'issue, le dénouement favorable d'une situation inquiétante, embarrassante. Synon. espoir.Inspirer l'optimisme; porter à l'optimisme; attendre avec optimisme qqc.; partager l'optimisme de qqn. Pendant les semaines de vacances le succès du concours général avait allumé en lui un feu de paille d'optimisme (Malègue,Augustin,t.1, 1933, p.107).Tout ce qu'un gaillard comme Sénac pouvait rêver dans ses moments d'optimisme (Duhamel,Maîtres,1937, p.103).V. collapsus ex. de Hugo.
Prononc. et Orth.: [ɔptimism̭]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1737 «doctrine philosophique qui soutient que tout ce qui existe est le mieux possible» (Memoires de Trévoux, p.207 [à propos des Essais de Théodicée de Leibnitz]); 2. 1788 «disposition à prendre les choses du bon côté» (Collin d'Harleville, L'Optimiste, II, 7 ds Littré). Dér. sav. de l'adj. lat. optimus «le meilleur» (superl. de bonus «bon»); suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 440. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 79, b) 182; xxes.: a) 699, b) 1284.

Wiktionnaire

Nom commun - français

optimisme \ɔp.ti.mism\ masculin

  1. (Didactique) Doctrine philosophique qui soutient que tout ce qui existe est le mieux possible.
  2. (Ordinairement) Une certaine disposition à voir les choses en beau, à ne pas s’inquiéter des embarras présents et à bien augurer de l’avenir.
    • Ses ouvrages […] contiennent nombre de pensées inspirées par ce vaillant optimisme matérialiste et orientées contre l’agnosticisme, le relativisme et d'autres variétés d'idéalisme. — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, p.147, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
  3. (Par extension) Impression qu’on a, dans une circonstance particulière, de voir les choses prendre bonne tournure.
    • Je sens mes intestins qui ronronnent légèrement. La digestion sans heurts est le plus grand facteur d’activité. Le cerveau s’emplit avec le ventre et l’optimisme a sa source dans la béatitude des tripes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 191)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OPTIMISME. n. m.
T. didactique. Doctrine philosophique qui soutient que tout ce qui existe est le mieux possible. Il se dit, dans le langage ordinaire, d'une Certaine disposition à voir les choses en beau, à ne pas s'inquiéter des embarras présents et à bien augurer de l'avenir. Il se dit encore, par extension, de l'Impression qu'on a, dans une circonstance particulière, de voir les choses prendre bonne tournure. Je voudrais pouvoir partager votre optimisme.

Littré (1872-1877)

OPTIMISME (o-pti-mi-sm') s. m.
  • 1Système de philosophie où l'on enseigne que Dieu a fait les choses suivant la perfection de ses idées, c'est-à-dire le mieux, et que le monde est le meilleur des mondes possibles. L'optimisme de Platon, renouvelé par Shaftesbury, Bolingbroke, Leibnitz, et chanté par Pope en beaux vers, est peut-être un système faux ; mais ce n'est pas assurément un système impie, comme des calomniateurs l'ont dit, Voltaire, 3e disc. Candide ou l'Optimisme, conte de Voltaire, où il réfute l'optimisme. Qu'est-ce qu'optimisme ? disait Cacambo. - Hélas ! dit Candide, c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal, Voltaire, Candide, 19. Il [Leibnitz] est le fondateur de l'optimisme, Diderot, Opin. des anc. philos. Leibnitzianisme. Il [Sénèque] expose [Lettre LXV : Dieu a fait le monde le meilleur possible] les opinions de Platon, d'Aristote et des stoïciens sur le monde : on voit ici que le système de l'optimisme n'est pas d'hier, Diderot, Claude et Nér. II, 21. Le trouble de nos cœurs s'oppose à l'optimisme ; Le cri des malheureux en détruit le sophisme, Bernis, Relig. vengée, V.
  • 2Se dit, dans le langage ordinaire, d'une tendance à voir tout en beau, surtout en fait de politique. Un tel optimisme, à parler franchement, ressemble à l'égoïsme, Collin D'Harleville, Optimiste, II, 7.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « optimisme »

(1737) Du latin optimus (« meilleur »), avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. optimus, très bon (voy. OPTIMÈ).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « optimisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
optimisme ɔptimism

Fréquence d'apparition du mot « optimisme » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « optimisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « optimisme »

  • Je me sens très optimiste quant à l'avenir du pessimisme.
    Jean Rostand — Carnet d'un biologiste, Stock
  • Les Optimistes écrivent mal.
    Paul Valéry — Mauvaises Pensées et autres, Gallimard
  • Ceux qui ont avancé que tout est bien ont dit une sottise : il fallait dire que tout est au mieux.
    François Marie Arouet, dit Voltaire — Candide
  • L'optimisme, c'est voir la vie à travers un rayon de soleil.
    Carmen Sylva
  • Autant l’optimisme béat, c’est-à-dire inactif, est une sottise, autant l’optimisme, compagnon de l’effort, est légitime.
    Léon Daudet — Souvenirs
  • L'optimisme est une forme supérieure de l'égoïsme.
    Alexandru Philippide — Pensée
  • Le pessimisme est d'humeur ; l'optimisme est de volonté.
    Émile Chartier, dit Alain — Propos sur le bonheur, Gallimard
  • Mon pessimisme n'est qu'une forme de l'optimisme.
    Jean Cocteau — Lettre aux Américains, Stock
  • Le pessimisme, quand on s'y habitue, est tout aussi agréable que l'optimisme.
    Enoch Arnold Bennett — Things that have Interested Me
  • L'optimisme est la foi des révolutions.
    Jacques Bainville — Lectures
Voir toutes les citations du mot « optimisme » →

Traductions du mot « optimisme »

Langue Traduction
Anglais optimism
Espagnol optimismo
Italien ottimismo
Allemand optimismus
Chinois 乐观
Arabe التفاؤل
Portugais otimismo
Russe оптимизм
Japonais 楽観
Basque baikortasuna
Corse ottimisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « optimisme »

Source : synonymes de optimisme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « optimisme »

Combien de points fait le mot optimisme au Scrabble ?

Nombre de points du mot optimisme au scrabble : 15 points

Optimisme

Retour au sommaire ➦