La langue française

Nègre

Sommaire

  • Définitions du mot nègre
  • Étymologie de « nègre »
  • Phonétique de « nègre »
  • Citations contenant le mot « nègre »
  • Images d'illustration du mot « nègre »
  • Traductions du mot « nègre »
  • Synonymes de « nègre »

Définitions du mot nègre

Trésor de la Langue Française informatisé

NÈGRE, subst. masc. et adj.

I. − Subst. masc.
A. − Homme de race noire. Nègres et mulâtres! (...) Viens-tu ici nous insulter avec ces noms odieux, inventés par le mépris des blancs? Il n'y a ici que des hommes de couleur et des noirs (Hugo,Bug-Jargal, 1826, p.152).L'appareil phonatoire varie-t-il d'une race à l'autre? Non, guère plus que d'un individu à un autre; un nègre transplanté dès sa naissance en France parle le français aussi bien que les indigènes (Sauss.1916, p.202).Si nous pensons que les nègres sentent mauvais, nous ignorons que pour tout ce qui n'est pas l'Europe, c'est nous, blancs, qui sentons mauvais (Artaud,Théâtre et son double, 1938, p.14):
1. Des morceaux de la nuit tournés hystériques! Voilà ce que c'est les nègres, moi j'vous le dis! Enfin, des dégueulasses... des dégénérés quoi!... −Viennent-ils souvent pour vous acheter? −Acheter? Ah! rendez-vous compte! Faut les voler avant qu'ils vous volent... Céline,Voyage, 1932, p.208.
Rem. Nègre, employé en parlant des pers. a eu des connotations péj. et, à ce titre, s'est trouvé concurrencé par noir qui est moins marqué (voir Hugo, loc. cit.). Actuellement nègre semble en voie de perdre ce caractère péj., probablement en raison de la valorisation des cultures du monde noir (v. négritude). Et comme le mot soleil est un claquement de balles / et comme le mot nuit un taffetas qu'on déchire / le mot nègre / dru savez-vous / du tonnerre d'un été / que s'arrogent / des libertés incrédules (Césaire, Corps perdu ds Aimé Césaire, Paris, Seghers, 1979 [1949], p.138). Je ne voulais pas être le plus grand des nègres qui ait jamais vécu, pas plus Toussaint Louverture que Walter White. Parce que, tout au fond de moi, là où les Blancs ne peuvent pas regarder, ça n'avait plus de signification (Ch.Himes, S'il braille, lâche-le..., trad. de l'angl. par R. Vavasseur et M.Duhamel, Paris, Gallimard, 1972, p.235).
Nègre blanc. Albinos de race noire. (Dict. xixes.).
Nègre pie. Albinos de race noire, dont l'albinisme n'est pas complet. (Dict. xixeet xxes.).
Loc. fam. Un combat de nègres dans un tunnel. Action, événement qui se déroule dans l'obscurité; au fig. chose obscure, incompréhensible, inintelligible. Elle l'aide à trouver ses mots... (...) il s'exerce péniblement au langage des jeunes rats de cinémathèque. Ça devient tout à fait le fameux combat de nègres dans un tunnel (A. Boudard,Cinoche, 1975, p.261 ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
Vulg. (Il fait) noir* comme dans le cul d'un nègre.
Proverbe. pop. À vouloir blanchir* la tête d'un nègre, on perd sa lessive.
B. − P.anal. (de couleur)
1. Couleur brun foncé. Synon. tête-de-nègre.Le vigne-vierge, le patounia et mon nouveau pourpre. Ces couleurs sont foncées et remplacent avantageusement le noir, le marine et le nègre (Femina, oct. 1926, p.17 ds Quem. DDL t.16).
2. CUIS. Nègre en chemise*.
3. INDUSTR. CHIM. ,,Solution dans laquelle se fait la liquidation de la pâte de savon et qui devient brune`` (Rob. Suppl. 1970).
4. CIN. Panneau noir qui intercepte la lumière des projecteurs. C'est un des réflecteurs qui s'est détaché. Nous les appelons «nègres» au studio (M. Rémon,L'Araignée mâle, 1930, p.269, in Giraud ds Quem. DDL t.6).
C. − En partic.
1. [P.réf. à la traite des Noirs et à leur situation d'esclaves dans le Nouveau Monde jusqu'au xixes.] Synon. bois d'ébène (v. bois II C 3).Esclavage, traite des nègres. «Ce vieillard,» disoit un colon, en frappant le sachem de son bambou, «ne vaut pas une pièce d'or (...)» «D'ailleurs», disoit un autre colon (...) «ces sauvages sont des brutes qui ne valent pas le quart d'un nègre: ils aiment mieux se laisser mourir, que de travailler pour un maître (...)» (Chateaubr.,Natchez, 1826, p.344).Des nègres se sont fait tuer au service de la cause esclavagiste, dans la grande guerre civile américaine. On vit des nègres narguer John Brown qui montait à l'échafaud pour avoir voulu délivrer la race noire de ses chaînes (Clemenceau,Iniquité, 1899, p.350):
2. Je possède en ce moment cinquante mille francs qui me donneraient à peine quarante nègres. J'ai besoin de deux cent mille francs, parce que je veux deux cents nègres, afin de satisfaire mon goût pour la vie patriarcale. Des nègres, voyez-vous? C'est des enfants tout venus dont on fait ce qu'on veut (...). Avec ce capital noir, en dix ans j'aurai trois ou quatre millions. Balzac,Goriot, 1835, p.126.
Nègre marron*.
(Faire) bûcher, piocher, travailler (qqn) comme un nègre. (Faire) travailler (quelqu'un) très durement. Je bûche comme un nègre, je ne lis rien, je ne vois personne, j'ai une existence de curé, monotone, piètre et décolorée (Flaub.,Corresp., 1861, p.454).Traiter qqn comme un nègre. Traiter quelqu'un avec dureté et mépris. La Crécy le traite comme un nègre, et l'appelle Bibi!... Il en est fou naturellement (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p.193).
2. [P.réf. au fr. sommaire parlé par certains Noirs des colonies francophones] Nègre, petit (-) nègre. Français approximatif. Je pouvais couramment parler le «tahitien de la plage» qui est au tahitien pur ce que le petit-nègre est au français (Loti,Mariage, 1882, p.134).
3. [P.réf. aux Noirs employés autrefois, en tant que domestiques] Mon papa avait un nègre qui l'a défendu tant qu'il a pu (Sénac de Meilhan,Émigré, 1797, p.1674).Sa voiture était neuve et ses chevaux admirables: ses nègres, un peu trop battus, obéissaient sur un coup d'oeil (Taine,Notes Paris, 1867, p.100).
4. P.anal. (de fonction)
a) Auxiliaire qui prépare le travail de quelqu'un et en partic. personne anonyme qui rédige pour une personnalité, qui compose les ouvrages d'un auteur connu. Tu sais que ce n'est pas le jeune Blaise Delmuter qui fait les livres de Joseph. Delmuter ne lui fait que ses discours. Pour les livres, je ne connais pas le nègre de Joseph (Duhamel,Passion J. Pasquier, 1945, p.116):
3. Un éditeur lui ayant demandé de le traduire en russe, [Le Capital] il se mit à la tâche, mais au cours du travail, il se sentit saisi d'un insurmontable ennui, la plume lui tomba des mains, et il passa la traduction à des nègres qui l'achevèrent pour lui. Tharaud,Cruelle Esp., 1937, p.58.
b) Homme à tout faire; personne exploitée sans limites. Ce que c'est qu'un nègre [chez les chiffonniers] (...) La fillette [du chiffonnier] a des soupirants (...) l'un d'eux se résigne à devenir [pour un an] l'employé, l'ouvrier, l'esclave (...) le nègre du père (Grison,Paris, 1882, p.117).
II. − Adjectif
A. −
1.
a) [En parlant d'une pers. ou d'un groupe] De race noire, qui appartient à la race noire. Synon. noir.Tribus nègres. Un serviteur nègre qui ronflait bruyamment et que nous tirâmes du sommeil, courut avertir son maître (Tharaud,Fête arabe, 1912, p.166):
4. ... des femmes nègres, en chantant au clair de lune des paroles barbares, lui piquèrent la peau du front avec des stylets d'or... Flaub.,Salammbô, t.1, 1863, p.33.
b) [En parlant d'un inanimé] Propre aux gens de race noire, aux populations noires. Danse, masque, sculpture nègre. Les admirables vases géométriques crétois (si près de l'art nègre et des motifs de vannerie des Indiens Hopi) (Morand,New-York, 1930, p.227).
Air, musique nègre. Air, musique africain(e). Synon. vieilli de jazz.On annonça le film africain. L'obscurité se fit. L'orchestre entama un air nègre (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p.998).
2. Qui a les caractéristiques physiques propres à la race noire. Il n'avait pas le type nègre autant que sa soeur (Michelet,Journal, 1861, p.571).
À la nègre. À la manière des gens de race noire. La chevelure frisée à la nègre (Goncourt,Journal, 1858, p.523).
B. − P.anal. (de couleur). Brun foncé. Jupe-culotte en beau shetland marine ou nègre (Catal. jouets [B.H.V.], 1936).
En compos., au fig. Nègre-blanc. [En parlant d'une motion, d'un texte] Rédigé en des termes ambigus qui ménagent chacune des parties. Mais si (...) un ordre du jour «nègre-blanc» était adopté, alors serait remise en cause l'utilité du déplacement de M. Laniel aux Bermudes (Le Combat, 17 nov. 1953, p.1, col. 2).
REM. 1.
Nègrerie, subst. fém.a) Vieilli. Lieu où étaient enfermés les nègres. b) Hapax. La nègrerie pue sa misère, ses vanités interminables, ses résignations immondes (Céline,Voyage, 1932, p.178).
2.
Négrescent, -ente, adj.Dont le type physique se rapproche de celui du nègre. Pour l'instant, les justes étaient tous noirs, noir d'ivoire, mulâtres olive, quarterons foncés, (...) métis bistres, créoles négrescents (Morand,Magie noire, 1930, p.59).Les puants du cinéma et du porte-plume, tous métèques, négrescants [sic], macaques épouillés de l'avant-veille (Aymé,Travelingue, 1941, p.127).
3.
Négrifier, verbe trans.Rendre nègre (par un apport de population noire). Back Britain not Black Britain: soutenez la Grande-Bretagne, ne la négrifiez pas. C'était une des pancartes brandies par un millier de dockers londoniens (Le Nouvel Observateur, 30 avr. 1968, p.18, col. 3).Au part. passé. Hitler, dans Mein Kampf, parlant de la race française comme abâtardie et négrifiée, prétendit qu'il ne fallait pas essayer de comprendre les Français (J. Lantier,Le Temps des mercenaires, Paris, Marabout, 1969, p.57).
4.
Négro-, élém. de compos.représentant le subst. nègre, entrant dans la constr. de quelques mots.a)
Négro-africain*. , adj.-
b)
Négro-américain, -aine, adj.Relatif aux Noirs d'Amérique. Le jazz est apparu, au lendemain de la Première Guerre mondiale, comme le mode d'expression privilégié du groupe négro-américain (Encyclop. univ.t.91971, p.408, s.v. jazz).
c)
Négro-chamitique, adj.Relatif aux peuples d'Afrique Orientale provenant du métissage des Noirs et des populations supposées issues de Cham, c'est-à-dire les Éthiopiens et les Libyens. (Ds Lar. encyclop., Lar. Lang. fr., Lexis 1975).
5.
Négrité, subst. fém.Négrité, vietnamité et francité, autant de néologismes qui firent un temps leur apparition en ce monde (Thai Van Kiem, inLe Monde,23 avr. 1974, p.9 ds Quem. DDL. t.24).
6.
Négritie, subst. fém.Je bûche, je pioche, (...) comme la négritie en personne (Flaub.,Corresp., 1876, p.360).
7.
Négrure, subst. fém.,rare. Caractère de celle, de celui qui a la peau foncée. Il est brun, terriblement brun, jusqu'à la négrure, comme on dit dans le Midi (L. Daudet,Mésentente, 1911, p.48).
Prononc. et Orth.: [nε:gʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. a) 1529 «personne de race noire» (Parmentier, Voyage à Sumatra, éd. Ch. Schefer, p.112 ds Gdf. Compl.); b) 1704 «noir employé autrefois dans certains pays chauds comme esclave» (Trév.); c) α) 1740-55 traiter comme un nègre (Saint-Simon, Mémoires, éd. A. de Boislile, t.6, p.412); β) 1812 travailler comme un nègre (Courier, Lettres Fr. et Ital., p.857); 2. 1757 fig. «personne qui ébauche ou écrit entièrement les ouvrages signés par un écrivain célèbre» (Collé, Journ., II, 108, juillet ds Brunot t.6, p.1382); 3. a) α) 1611 neigre adj. «brun foncé» (Cotgr.); β) 1924 subst. «couleur brun foncé» (Gazette du bon ton, no4, 181 ds Quem. DDL t.16); b) 1822 tête de nègre «couleur brun foncé» (Michelet, Mémor., p.211); 4. a) 1857 parler nègre «parler en mauvais français» (Goncourt, Journal, t.1, p.308); b) 1877 petit nègre subst. «mauvais français» (Le Charivari, 6juill. 1 a ds Quem. DDL t.3); 5. 1932 cuis. nègre en chemise (Je sais cuisiner, Paris, Albin Michel, p.469). B. Adj. 1. a) 1759 «qui appartient à la race noire» (Voltaire, Candide, chap. XIV, éd. A. Morize, p.86: esclaves Négres); b) 1814 race nègre (Nysten); 2. 1922 art nègre (Proust, Prisonn., p.237). Empr. à l'esp. negro «personne de race noire» (xves., v. Cor.-Pasc. et Al.), proprement «noir» (ca 1140 ds Cor.-Pasc.), du lat. niger, v. noir. Cf. FEW t.7, p.134a-b et p.136a. Fréq. abs. littér.: 1935. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2616, b) 4008; xxes.: a) 1936, b) 2684. Bbg. Arv. 1963, p.363 s.v. négrerie. _Brasseur (P.). Le Mot nègre dans les dict. encyclop. fr. du xixes. Cultures et développement. 1976, t.8, pp.579-594. _Delesalle (S.), Valensi (L.). Le Mot nègre dans les dict. fr. d'anc. régime. Lang. fr. 1972, no15, pp.79-104. _Quem. DDL t.6, 16, 25. _Spitzer (L.). Z. fr. Spr. Lit. 1917, t.44, p.221 (s.v. négro-).

Wiktionnaire

Nom commun

nègre \nɛɡʁ\ masculin (pour une femme on dit : négresse)

  1. (Histoire) (Emploi à manier avec précaution) Esclave noir.
    • Le morceau d'or le plus grand qui ait été trouvé au Choco, pesait vingt-cinq livres. Le nègre qui en fit la découverte, il y a quinze ans, n'obtint pas même sa liberté. Son maître offrit la pépite au cabinet du roi, […]. — (Alexander von Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Livre 4, chap. 11, 2e éd., Paris : chez Jules Renouard, 1827, vol. 3, p. 390)
    • La forme de l’esclavage était celle de l’esclavage domestique et le sort des esclaves était certainement moins dur que celui des nègres qui travaillaient dans les plantations d’Amérique ou même les coolies chinois ou canaques qui les ont remplacés. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 34)
    • « Oh non. Mais ces nègres… Ils ont des pieds à la place des mains.
      — Et des mains à la place des pieds… Comme tous les singes madame. »
      — (Case départ, 2011)
  2. (Histoire) (Injurieux) (Anthropologie) Homme de race noire, généralement afrodescendant. Note : Entre la majuscule initiale et la minuscule initiale, l'usage hésite et il n'y a pas de norme incontestée.
    • Il n’y a pas de nègres hors de la zone torride, et il est constant que plus on s’éloigne de cette région, où le soleil envoie ses rayons presque perpendiculairement, et plus le teint devient de moins en moins noir. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Plus loin, Marx nous fait voir comment l’aurore des temps modernes fut marquée par la conquête de l’Amérique, l’esclavage des nègres et les guerres coloniales. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 243)
    • Dans les rues se croisaient des Panamanéens bronzés de pure descendance espagnole, des nègres de la Jamaïque, de pittoresques Mexicains avec leur immense sombreros de paille multicolore. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le long des boutiques éclairées, des ombres se succédaient sans hâte. Il y avait des nègres, quelques Chinois, des blancs. Tous reluquaient les filles. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 41)
  3. Écrivain payé pour écrire un livre pour une personne qui le signe de son nom.
    • Cet auteur a fait appel à un nègre pour écrire son roman.
    • Dumas ? Un mulâtre qui a des nègres. — (Eugène de Mirecourt, dans un pamphlet contre Alexandre Dumas).
  4. (Littérature) (Par extension) Spécialiste de l'écriture qui, dans l'ombre, révise abondamment ou réécrit des textes d'auteur pour les maisons d'édition.
    • Je commence aussi à comprendre que, sur des airs de collaboration, je supplée aux lacunes des auteurs officiels, ce qui revient à dire que je fais « un travail de nègre ». Il semble que l'expression « prête-plume », plus convenable, pourrait remplacer celle de « nègre littéraire », mais elle n'apporte pas plus de droits d'auteur et de reconnaissance. — (Ginette Duphily, Mon ami Pierrot, Linguatech éditeur, Montréal, 2016, page 80)
  5. Meilleur élève d’une promotion militaire.
    • Ah c’est vous le nègre ? Très bien, continuez ! — (Patrice de Mac-Mahon, à Camille Mortenol)

Adjectif

nègre \nɛɡʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif aux nègres ou aux arts africains
    • Quatre chevaux splendides, tout sellés et bridés, marchent aux deux côtés de la route, tenus en main par des palefreniers nègres. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 118)
    • Un écriteau portait les mots : "Tribunal indigène". Autour, la foule nègre stationnait. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VI, Gallimard, 1937)
    • Ce fut alors la période où je passai la plupart de mes nuits à Montmartre, traînant les boîtes telles que le Zelli’s et affectionnant par-dessus tout les endroits nègres. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 188.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NÈGRE, NÈGRESSE. n.
Homme ou femme de la race noire. La traite des nègres est abolie. Elle a pris une négresse pour domestique. Fam., Traiter quelqu'un comme un nègre, Le traiter avec beaucoup de dureté et de mépris. Fam., Travailler comme un nègre, Travailler sans relâche. Il se dit, en langage d'atelier, d'un Auxiliaire qu'on emploie pour préparer Un travail, pour en exécuter la partie en quelque sorte mécanique. Ce mot est employé aussi comme adjectif. Il a alors pour féminin Nègre. Art nègre. Danse nègre. Musique nègre.

Littré (1872-1877)

NÈGRE (nè-gr') s. m.
  • 1Nom qu'on donne en général aux habitants noirs de l'Afrique. Louis XIII se fit une peine extrême de la loi qui rendait esclaves les nègres de ses colonies ; mais, quand on lui eut bien mis dans l'esprit que c'était la voie la plus sûre pour les convertir, il y consentit, Montesquieu, Esp. XV, 4. Depuis qu'on transporte des nègres en Amérique, c'est-à-dire depuis environ 250 ans, l'on ne s'est pas aperçu que les familles noires qui se sont soutenues sans mélange aient perdu quelques nuances de leur teinte originelle, Buffon, Quadrup. t. VII, p. 196. On ne trouve des nègres que dans les climats de la terre où toutes les circonstances sont réunies pour produire une chaleur constante et excessive, Buffon, Hist. nat. Homme, Œuvr. t. v, p. 225.

    Il se dit aussi de populations noires qui habitent l'Australie ; on les nomme encore nègres mélanésiens, océaniens.

  • 2Esclave noir. Je voudrais bien, dit-il [Sénèque], que Caton rencontrât un de nos élégants, précédé de ses coureurs, de ses postillons, de ses nègres, tous enveloppés dans le même tourbillon de poussière… on se croirait presque sur la route de Versailles, Diderot, Claude et Nér. II, 31.

    Particulièrement, esclave noir employé aux travaux des colonies. La première concession [en France] pour la traite des nègres est du 11 novembre 1673, Voltaire, Dict. phil. Lois (Esprit des). Les nègres sont bornés, parce que l'esclavage brise tous les ressorts de l'âme ; ils sont méchants, pas assez avec vous, Raynal, Hist. phil. XI, 24.

    Familièrement. Traiter quelqu'un comme un nègre, le traiter avec beaucoup de dureté et de mépris. Il [le duc de Gesvres] l'a traité [le marquis de Gesvres] lui et sa femme comme des nègres toute sa vie, Saint-Simon, 73, 195. La duchesse de Berry traitait son père comme un nègre, tellement qu'il ne songeait plus qu'à l'apaiser, Saint-Simon, 309, 38.

    Faire travailler quelqu'un comme un nègre, exiger de lui un travail pénible, le faire travailler sans relâche.

    On dit de la même façon : travailler comme un nègre.

  • 3 Adj. Qui appartient à la race des nègres. Nation, race nègre. Peuple nègre. Bétancourt vit la chaumière de la femme nègre se changer en un hôpital magnifique, Chateaubriand, Génie, IV, VI, 2.
  • 4 S. m. Nègre blanc, nom qu'on a donné aux albinos, à cause qu'on a cru d'abord que l'albinisme était particulier aux nègres, et formait parmi eux une race distincte.

    Nègres pies, nègres produits par le croisement d'une négresse blanche avec un nègre noir (BUFFON, Suppl. à l'hist. nat. Œuvr. t. XI, p. 390).

  • 5Poisson du genre scombre.

    Papillon du genre satyre.

SYNONYME

NÈGRE, NOIR. Quand les Portugais découvrirent la côte occidentale de l'Afrique, ils donnèrent aux peuples noirs qui l'habitent le nom de negro, qui signifie noir. De là vient notre mot nègre. L'usage a gardé quelque chose de cette origine. Tandis que noir se rapporte à la couleur, nègre se rapporte aussi au pays ; et l'on dit plutôt les nègres, en parlant des habitants de la côte occidentale d'Afrique que les noirs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « nègre »

(1529) De l’espagnol negro (« noir, personne de couleur noire »), du latin niger (« noir ») ; (1704) « noir employé comme esclave » ; (1757) « écrivain dont les ouvrages sont signés par un autre » ; (1759) emploi adjectival « de race noire » ; (1812) « travailleur acharné ou exploité » travailler comme un nègre ; (1857) « créole, mauvais français » parler nègre, petit nègre ; (1922) « africain » art nègre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Esp. et ital. negro, du latin niger, noir (voy. NOIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « nègre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nègre nɛgr

Citations contenant le mot « nègre »

  • L'art nègre ? Connais pas. De Pablo Picasso
  • Les pauvres sont les nègres de l'Europe. De Chamfort
  • Je deteste le racisme, l'intolérance et les nègres ! De David Lossmann
  • Donnez le pied à un nègre, il prend la main. De Proverbe martiniquais
  • Le métier de nègre consiste à donner des idées aux cons et à fournir un style aux impuissants. De Bruno Tessarech / La Machine à écrire
  • Moi, déjà que je n'aime pas les racistes, mais alors les nègres... De Romain Bouteille / L'Echappée belle
  • Ecrire un livre avec un chien demande plus de travail qu’avec un nègre. De José Artur / Pensées
  • Traite des nègres : l’esclavage. Traite des blanches : le mariage. De Victor Hugo / Océan prose, 1856
  • Que j'aime ces peuples jeunes et noirs qui n'ont jamais eu l'indécence ni l'indiscrétion de nous envoyer des religieux nègres ou chinois pour nous convertir à leur dieux. De Maurice Sachs / Derrière cinq barreaux
  • Je l’imagine le cartable énorme et la table de travail jonchée de livres et de papiers. Je l’imagine avec plusieurs passeports, plusieurs langues et plusieurs accents. Je n’imagine pas ses nuits sans citations pleines d’actions nègres ou créoles, politiques et majestueuses, faisant du pied aux citations hugoliennes ou hégéliennes, faut-il tout déboulonner ? RFI, Romuald Fonkoua, du Cameroun au nègre fondamental - En sol majeur

Images d'illustration du mot « nègre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nègre »

Langue Traduction
Anglais negro
Espagnol negro
Italien negro
Allemand neger
Chinois 黑人
Arabe زنجي
Portugais negro
Russe негр
Japonais 黒人
Basque negro
Corse negru
Source : Google Translate API

Synonymes de « nègre »

Source : synonymes de nègre sur lebonsynonyme.fr
Partager