La langue française

Manoeuvre

Sommaire

  • Définitions du mot manoeuvre
  • Étymologie de « manoeuvre »
  • Phonétique de « manoeuvre »
  • Citations contenant le mot « manoeuvre »
  • Traductions du mot « manoeuvre »
  • Synonymes de « manoeuvre »
  • Antonymes de « manoeuvre »

Définitions du mot manoeuvre

Trésor de la Langue Française informatisé

MANOEUVRE1, subst. fém.

A. −
1. Action manuelle individuelle ou collective nécessaire pour utiliser un appareil, un mécanisme, une machine; résultat de cette action. Manoeuvre d'une arme, d'une serrure; câble, levier de manoeuvre; exécuter, diriger une manoeuvre. Jean entreprend toute une série de manoeuvres: ouverture du capot, dévissage des bougies, injection d'essence, etc. (Romains,Knock, 1923, i, p. 2):
1. Le prince ne se hâtait nullement, très intéressé, s'attardant au contraire à regarder la manoeuvre des machinistes. On venait de descendre une herse, et cette rampe de gaz, suspendue dans ses mailles de fer, éclairait la scène d'une raie large de clarté. Zola, Nana, 1880, p. 1205.
Action effectuée par un dispositif technique remplaçant la main de l'homme. Manoeuvre automatique, électrique, électronique, hydraulique. Les deux ingénieurs (...) tâchèrent d'intéresser les visiteurs (...) en leur expliquant le jeu des pompes et la manoeuvre du pilon qui enfonçait les pieux (ZolaGerminal, 1885, p. 1557):
2. ... si je réduis le moteur de gauche il me faudra compenser la traction latérale du moteur de droite, laquelle tendra évidemment à faire pivoter l'avion vers la gauche. Il me faudra résister à cette rotation. Or, le palonnier, dont dépend cette manoeuvre, est lui aussi, entièrement gelé. Saint-Exup.,Pilote guerre,1942, p. 303.
2. Spécialement
a) MARINE
MAR. À VOILES. Action manuelle exercée sur la voilure au moyen d'un cordage pour régler le mouvement d'un navire. Les matelots se précipitèrent à leur poste de manoeuvre; les drisses furent larguées, les cargues pesées, les focs halés bas avec un bruit qui dominait celui du ciel (Verne,Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 52).
P. méton. Cordage, filin appartenant au gréement et servant aux manoeuvres. Manoeuvres courantes. Le vent (...) sifflait dans des manoeuvres dormantes avec une extrême violence (Verne,Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 51).
P. ext. [Quel que soit le type de navire] Action destinée à diriger la marche et les mouvements d'un navire. Manoeuvre à quai; manoeuvre d'appareillage. Les pilotes (...) criaient leurs ordres, indiquant les manoeuvres nécessaires pour se diriger à travers le dédale mouvant des embarcations (Gautier,Rom. momie, 1858, p. 208):
3. On reconnaissait à la propulsion électrique [des paquebots] des avantages de sécurité, de silence, de souplesse de manoeuvre, d'économie aux allures réduites par rapport aux autres installations. Le Masson, Mar., 1951, p. 83.
b) P. anal. Opérations, règles à observer pour diriger un véhicule, une voiture. Un ingénieur adroit et audacieux, tel que Cyrus Smith, saurait bien conduire un aérostat. S'il eût connu la manoeuvre, lui, Pencroff, il n'aurait pas hésité à partir (Verne,Île myst., 1874, p. 14).Un accident (...) avait eu lieu en gare. Une fausse manoeuvre. Un cheminot écrasé (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 105).
Au fig.
Fausse manoeuvre. Démarche, initiative maladroite et inopportune. Les bourgeois de Paris font une fausse manoeuvre, en se soulevant contre l'acte additionnel et la réélection des deux tiers, acceptés par la province (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 405).
Fam. Connaître la manoeuvre. Être au courant de ce qu'il faut faire. Synon. connaître la musique*:
4. Roubaud circule, distribuant de grandes feuilles timbrées de bleu au coin gauche, et des pains à cacheter. Nous connaissons toutes la manoeuvre: il faut écrire au coin son nom, avec celui de l'école où nous avons fait nos études, puis replier et cacheter ce coin. Colette,Cl. école, 1900, p. 194.
c) ART MILIT., souvent au plur.
Exercice exécuté en temps de paix par des soldats ou des marins pour les familiariser avec le maniement des armes, le mouvement des troupes ou celui des bâtiments. Champ de manoeuvres, aller à la manoeuvre; manoeuvre de garnison; exempté de manoeuvre; manoeuvre d'une escadre. Des élèves de la marine descendant en chaloupe, allaient aux leçons de manoeuvre, à bord du vaisseau amiral (Chateaubr.,Mém., t. 4, 1848, p. 359).Pendant l'été de 1883, le capitaine Hector de Fontenne prit part aux grandes manoeuvres du 32ecorps d'armée (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Confess., 1884, p. 950).La Guillaumette (...) coupa encore à la manoeuvre ce matin-là (Courteline,Train 8 h 47, 1888, p. 7).
Opération, mouvement stratégique exécuté en temps de guerre par une armée. Manoeuvre enveloppante, de débordement, de repli. Les alliés attendaient un troisième corps russe qui n'était plus qu'à huit marches de distance. Kutuzof soutenait qu'on devait éviter de risquer une bataille; Napoléon par ses manoeuvres force les Russes d'accepter le combat (Chateaubr.,Mém., t. 2, 1848, p. 378).La Woëvre a été évacuée par manoeuvre stratégique (Bordeaux,Fort de Vaux, 1916, p. 38).
P. anal. Ensemble des mouvements exécutés par une personne ou un animal pour réaliser une action déterminée. Léopard et Saigneur [deux chiens] après de prudentes manoeuvres d'approches s'étaient jetés l'un sur l'autre en grondant (Aymé,Vouivre, 1943, p. 129).Il s'agenouillait devant l'autel et bredouillait de confiance le galimatias qu'il se rappelait (...) puis il montait à l'autel où s'accélérait la manoeuvre, − l'essentiel étant de lever les bras, de ne pas manquer les inclinaisons, de changer de place (Queffélec,Recteur, 1944, p. 21).
3. MÉD. Action ou opération exercée sur une personne. Manoeuvres opératoires; manoeuvres abortives. Un contact de la main met fin quelquefois aux contractures et rend la parole au malade, et la même manoeuvre, devenue rite, suffira dans la suite à maîtriser de nouveaux accès (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p. 190):
5. La sage-femme, afin de rassurer Pauline, lui expliquait à demi-voix (...) les douleurs de la dilatation du col étaient parfois plus intolérables que les grandes douleurs de l'expulsion (...). Ce qu'elle redoutait, c'était la rupture des eaux, avant l'arrivée du médecin; car la manoeuvre qu'il allait être obligé de faire, serait alors dangereuse. Zola,Joie de vivre, 1884, p. 1087.
B. − Moyen ou ensemble de moyens mis en oeuvre pour obtenir un résultat recherché. Manoeuvre diplomatique; manoeuvre de persuasion. La manoeuvre de dissuasion qui s'appuie sur la crainte de la guerre nucléaire doit aussi se fonder sur le refus de la guerre nucléaire (Beaufre,Dissuasion et strat., 1964, p. 81):
6. ... il n'avait rien d'un séducteur, le brave Alain. Ses premières manoeuvres d'approche eurent un singulier résultat. Juliette ne se défendit pas, sembla consentir, mais comme on consent un sacrifice de soi-même. Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 241.
Péj. Synon. de agissement(s), combinaison, machination, menée.Manoeuvre dilatoire, machiavélique, partisane; manoeuvre habile, subtile; manoeuvres de coulisses; basses manoeuvres; être victime d'une manoeuvre. Je cours au collège électoral... je dévoilerai tout haut les manoeuvres, les intrigues que l'on a fait jouer... car il y en a eu... je le sais... j'en ai les preuves (Scribe,Camaraderie, 1837, v, 7, p. 335).
En partic.
Liberté de manoeuvre. Liberté d'agir, d'entreprendre à sa guise. Entre deux maisons, celle de la ville et celle des champs, il retrouverait plus aisément sa liberté de manoeuvre, des prétextes pour s'absenter, des occasions toutes naturelles de s'évaporer, de s'enfuir (Duhamel,Désert Bièvres, 1937, p. 206).
Masse de manoeuvre. Ce dont on peut disposer pour agir. Il était temps qu'il se démerde pour gagner sa croûte, car il ne lui restait pas grands fonds en poche et sa masse de manoeuvre pour le P.M.U. avait été anéantie la veille même par l'imbécile emballement d'un trotteur à grosse cote (Queneau,Pierrot, 1942, p. 148).
DR. Manoeuvres (frauduleuses). Procédé destiné à induire un tiers en erreur. Le dol est une cause de nullité de la convention lorsque les manoeuvres pratiquées par l'une des parties sont telles, qu'il est évident que sans ses manoeuvres l'autre partie n'aurait pas contracté (Code civil, 1804, art. 1115, p. 202).
Prononc. et Orth.: [manoe:vʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1180 anc. prov. «ouvrage» (Girart de Roussillon, éd. W. Mary Hackett, 1803: Set ans n'estui faidis en bos espes, Qu'en ovra(r)e manevres de quei visques, Quant nien a trait reis Carles per ses marces); 2. 1248 «opération impliquant le mouvement de la main» ici «corvée manuelle» manuevres (Réglem. des droits de la ville d'Aumes, Cart. blanc de Corbie, Richel. 1. 17759, fo74 rods Gdf.); 1309 maneuvre d'homme «travail manuel» (Charte, Reg. 5o, Chartoph. reg. ch. 35 ds Du Cange t. 5, p. 225b); 3. 1616 «opération servant à diriger un navire» (D'Aubigné, Histoire Universelle, X, 21, éd. A. de Ruble, 6, 320); p. ext. 1643 «cordages servant à manoeuvrer un navire» (G. Fournier, Hydrographie, Paris, p. 39); 1678 manoeuvres coulantes ou courantes et manoeuvres dormantes (Guillet, 3epart., p. 224); 4. 1876 manoeuvres des trains (Huysmans, Marthe, p. 83). II. 1694 (Ac.: Manoeuvre. Il se dit aussi, en parlant des mouvements qu'un General ou un autre homme de commandement fait à la guerre); 1772, 14 août les manoeuvres militaires (D'Alembert, Lettre au roi de Prusse ds Littré); 1805 les grandes manoeuvres (Napoléon Ier, Lettres Joséph., p. 95); 1830 champ de manoeuvre (Michelet, Journal, p. 72). III. 1690 (Fur.: Manoeuvre, se dit aussi figurément en Morale, en parlant de la conduite qu'on observe pour faire réussir quelque affaire ou entreprise; il ne se dit gueres qu'en mauvaise part); 1792 manoeuvres ministérielles (Robesp., Discours, Sur la guerre, t. 8, p. 136); 1802 manoeuvres politiques (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, p. 10); 1835 manoeuvres électorales (Michelet, op. cit., p. 205). Du lat. pop. manuopera, littéralement «travail fait avec la main», formé du lat. manū , ablatif de manus «main» et de opera «activité», dér. de opus, operis «oeuvre, ouvrage». Manuopera se rencontre au sens de «corvée» dans un Capitulaire de Charlemagne (ca 800). Bbg. Mack. t. 2 1939, p. 100, 196. _ Quem. DDL t. 6.

MANOEUVRE2, subst. masc.

A. − Ouvrier exécutant des travaux qui n'exigent aucune qualification professionnelle. Je me couche tous les soirs exténué comme un manoeuvre qui a cassé du caillou sur les grandes routes (Flaub.,Corresp., 1858, p. 276).Trop heureux jusque-là d'avoir trouvé ce travail de bagne, acceptant la brutale hiérarchie du manoeuvre et du maître ouvrier (Zola,Germinal, 1885, p. 1169).Pour un ouvrage donné, les tâches préparatoires pouvant être confiées à un manoeuvre seront distinguées des tâches d'exécution qui sont à attribuer à des ouvriers qualifiés (Villemer,Organ. industr., 1947, p. 36).
Manoeuvre spécialisé. Manoeuvre chargé d'un travail particulier. Le manoeuvre spécialisé qui répète indéfiniment le même geste stéréotypé (Ricoeur,Philos. volonté, 1949, p. 271).
Fam. Manoeuvre balai. Salarié sans aucune qualification employé aux tâches les plus simples et qui est à la base de la hiérarchie des salaires. Le Général K. ne tient pas à ce que ses hommes deviennent des hommes à tout faire, sous prétexte que la main d'oeuvre militaire est gratuite (...). Le soldat n'a pas à se muer en manoeuvre balai (Le Monde, 2 janv. 1968ds Gilb. Mots contemp. 1980).
B. − Péj. Homme qui exécute un ouvrage d'art ou un travail intellectuel par simple routine, sans effort créatif. Synon. tâcheron.Sauf deux ou trois exceptions (...) la plupart des artistes sont, il faut bien le dire, des brutes très adroites, de purs manoeuvres (Baudel.,Curios. esthét., 1867, p. 330):
. La plupart des Grecs émigrés qui ont joué un rôle si important dans le développement de l'esprit européen étaient des hommes plus que médiocres, de vrais manoeuvres, qui tiraient parti, per alcuni denari, de la connaissance qu'ils possédaient de la langue grecque. Renan,Avenir sc., 1890, p. 120.
Prononc. et Orth. V. manoeuvre1. Étymol. et Hist. 1. 1387 «ouvrier manuel sans qualification, travaillant souvent à la journée» (G. Fagniez, Études sur l'industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIeet au XIVes., 349 d'apr. B. von Gemmingen-Obstfelder, p. 132); 2. 1752 fig. manoeuvre littéraire (Voltaire, Philos. Trad. d'une lettre de mil. Bolingbroke ds Littré). Déverbal de manoeuvrer*. Bbg. Mack. t. 2 1939, p. 100.
STAT.Manoeuvre1 et 2. Fréq. abs. littér.: 1821. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1749, b) 1754; xxes.: a) 2890, b) 3573.

Wiktionnaire

Nom commun

manoeuvre (Royaume-Uni) ou maneuver (États-Unis)

  1. Manœuvre.

Verbe

manoeuvre (Royaume-Uni) ou maneuver (États-Unis)

  1. Manœuvrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANŒUVRE. n. f.
Action par laquelle la main fait mouvoir un appareil. La manœuvre du canon. La manœuvre d'une pompe. Il se dit spécialement, en termes de Marine, de l'Action de gouverner, de conduire un vaisseau, de régler ses mouvements, de lui faire faire toutes les évolutions nécessaires, soit pour la route, soit pour le combat. La manœuvre du gouvernail, la manœuvre des ancres, etc. Commander la manœuvre.

MANŒUVRES, au pluriel, se dit de Tous les cordages destinés à manier les voiles et à faire les autres services du vaisseau. On appelle Manœuvres courantes Les cordages mobiles qui servent à tout moment pour manœuvrer le vaisseau; et Manœuvres dormantes Les cordages fixes dont on ne fait usage que rarement. On dit, au singulier, Amarrer une manœuvre, etc. Il se dit, en termes de Stratégie, des Mouvements qu'on fait exécuter à des troupes en campagne. Il fit une manœuvre qui déconcerta les ennemis. Une manœuvre hardie. Les savantes manœuvres de ce général ont décidé la victoire. Par analogie, il se dit de ces Mouvements exécutés en temps de paix pour exercer les troupes. Les manœuvres se sont faites cette année dans la région de l'Est. Les grandes manœuvres. Le thème des manœuvres. La critique des manœuvres. Il se dit, figurément, des Moyens qu'on emploie pour arriver à ses fins; et alors il se prend le plus souvent en mauvaise part. Une habile, une fine, une prudente manœuvre. Une manœuvre coupable, déloyale. Il lui a fallu beaucoup d'adresse pour déjouer les manœuvres de son adversaire. C'est à force de manœuvres qu'il s'est rendu maître de cette affaire. Fausse manœuvre, Démarche maladroite. Manœuvres abortives. Voyez ABORTIF.

MANŒUVRE est aussi un nom masculin et se dit de l'Ouvrier qui travaille sous les ordres d'un maçon, d'un couvreur, etc. Il se dit, figurément et par mépris, de Celui qui exécute grossièrement et par routine un ouvrage d'art. Ce n'est qu'un manœuvre. Fig., Travail, ouvrage de manœuvre, se dit des Ouvrages d'art ou de littérature qui n'exigent que du temps et de la patience. Compiler est un ouvrage de manœuvre.

Littré (1872-1877)

MANOEUVRE (ma-neu-vr') s. f.
  • 1Opération de la main.

    Terme de construction. Mouvement des ouvriers et des machines. Il faut laisser de la place pour la manœuvre.

  • 2 Terme de chirurgie et d'obstétrique. Action composée, ensemble des mouvements pour faire quelque opération. La manœuvre du forceps.
  • 3Il se dit des mouvements concertés des animaux. La manœuvre du chat pour prendre une souris. Un insecte inutile dont nos observateurs admirent les manœuvres, une herbe sans vertu dont nos botanistes observent les étamines, n'étaient pour eux [les anciens] qu'un insecte ou une herbe, Buffon, Hist. nat. 1er disc. t. I, p. 71.
  • 4 Terme de peinture. Manière dont les couleurs d'un tableau sont fondues et agencées. La manœuvre de ce tableau est bonne.
  • 5 Terme de marine. Mouvement, opération qui nécessite un changement d'allure ou de direction dans le cap ; tels sont l'action de gouverner, les virements de bord, l'appareillage et le mouillage. Vous voyez assez, monseigneur, par le compte que je vous rends de la manœuvre de chaque vaisseau, qu'ils ont fait tous parfaitement leur devoir, Rapport de Jean Bart, 1694, dans JAL. Personne ne conservait assez de présence d'esprit, ni pour ordonner les manœuvres, ni pour les faire, Fénelon, Tél. IV. L'art de la navigation consiste en deux parties : le pilotage qui regarde principalement l'usage de la boussole, et la manœuvre qui regarde la disposition des voiles, du gouvernail et du vaisseau par rapport à la route qu'on veut faire et aux avantages qu'on peut tirer du vent, Fontenelle, Renau. La manœuvre est principalement fondée sur les lois de la résistance des fluides, et ces lois n'étaient encore que peu connues, D'Alembert, Éloges, Bernoulli.

    Faire une fausse manœuvre, faire une manœuvre à contre-temps et mal à propos.

    Service des matelots et usage que l'on fait de tous les cordages. Il s'agit de payer mon passage : vous y aviez pourvu en me faisant apprendre la manœuvre, Rousseau, Ém. V.

    Manœuvre basse, celle que l'on peut faire de dessus le pont. Manœuvre haute, celle qui se fait de dessus les hunes, les vergues et les cordages.

    Grosse manœuvre, travail qu'on fait pour embarquer les câbles et les canons, et pour mettre les ancres à leur place.

  • 6Nom général signifiant les cordages qui servent à manœuvrer un navire, excepté les câbles. Amarrer une manœuvre.

    Manœuvre haute, toute manœuvre appliquée aux parties supérieures de la mâture, par opposition aux autres qu'on nomme manœuvres basses. Lors du départ, il [le contre-maître] verra lever l'ancre ; et, pendant le voyage, il visitera chaque jour toutes les manœuvres hautes et basses, Ord. août 1681.

    Manœuvre courante, toute manœuvre libre, courant dans une poulie, et servant à plier, déplier, étendre et diriger les voiles.

    Manœuvre dormante, toute manœuvre qui sert à l'établissement d'un mât et reste fixe à la place où on l'attache.

    Manœuvre de hune, cordage amarré au grand mât de hune.

    Manœuvres à queue de rat, celles qui vont en diminuant, et qui par conséquent sont moins garnies de cordons vers le bout que dans toute leur longueur.

    Manœuvres en bandes, celles qui, n'étant ni tenues ni amarrées, ne travaillent point.

    Manœuvres passées à contre, celles qui sont passées de l'arrière du vaisseau à l'avant, comme celles du mât d'artimon.

    Manœuvres passées à tours, celles qui sont passées de l'avant du vaisseau à l'arrière, comme les cordages du grand mât et ceux des mâts de beaupré et de misaine.

  • 7Mouvements qu'on fait faire à des troupes, soit sur le champ de revue, soit en campagne. L'exercice prussien s'était perfectionné pendant cinquante ans ; on avait voulu l'imiter en France… on avait même changé les manœuvres presque à chaque revue, de sorte que les officiers et les soldats, ayant mal appris des exercices nouveaux… n'avaient rien appris du tout, Voltaire, Comm. Œuvr. aut. Henr. Les manœuvres de guerre firent évanouir le fruit des manœuvres de politique, Voltaire, Louis XIV, 21. Il a voulu dire seulement que les Prussiens n'auraient pas eu tant de succès s'ils n'eussent été que braves, et s'ils n'eussent eu à leur tête un général aussi consommé dans les manœuvres militaires, devenues aujourd'hui plus nécessaires que jamais, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 14 août 1772. Par le succès de cette première manœuvre, les deux corps français et italien n'avaient pas encore conquis le droit de continuer leur retraite, mais seulement la possibilité de la défendre, Ségur, Hist. de Nap. IX, 10.
  • 8Manière de conduire une assemblée délibérante. Ils ne connaissent point, tous tant qu'ils sont, la manœuvre des états [de la Bretagne], Sévigné, 21 août 1689.
  • 9 Fig. Moyens que l'on emploie pour gouverner certaines affaires. Ce n'est pas tout de briller par vos œuvres : Il faut encor des ressorts, des manœuvres, Rousseau J.-B. Épît. I, 5. S'il a fait quelque mauvaise manœuvre, vous avez la voie de la justice, Lesage, Turcaret, III, 5. Tant de précipitation nous nuirait peut-être et sentirait la manœuvre, Marivaux, Marianne, 10e part. Encore une fois, le soin que je prends de rendre Sémiramis moins indigne du public éclairé est ma meilleure réponse, est ma meilleure manœuvre, Voltaire, Lett. d'Argental, 11 oct. 1748. Seriez-vous mal reçu, monseigneur, à dire au roi qu'en dix jours de temps il y a eu cinq éditions de sa gloire [le poëme de Fontenoy] ? n'oubliez pas, je vous en prie, cette petite manœuvre de cour, Voltaire, Lett. d'Argenson, 29 mai 1745. Il fut témoin des manœuvres des principaux satrapes qui firent ce qu'ils purent pour faire battre leur chef, Voltaire, Babouc. Louis ignorait que le plus fort obstacle à ses desseins était la perfidie du cardinal Balue, qui trahissait sa confiance, et dont le hasard découvrit les manœuvres, Duclos, Louis XI, Œuvr. t. II, p. 369, dans POUGENS. Le célèbre Prior avait, par les plus sages moyens, préparé cette paix d'Utrecht, si désirée des peuples et si retardée par les manœuvres ou l'ineptie des politiques, D'Alembert, Éloges, Destouches. Je lui parlai des indignes manœuvres de Mme d'Épinay pour surprendre les lettres très innocentes que sa belle-sœur m'écrivait, Rousseau, Conf. IX.

    Faire une fausse, une mauvaise, une méchante manœuvre, se comporter d'une manière malhabile, faire une démarche qui gâte les affaires. M. de Saint-Malo est revenu ; il a été mal reçu aux états [de Bretagne] ; on l'accuse fort d'avoir fait une méchante manœuvre à Saint-Germain [où était la cour], et qu'il devait au moins demeurer, après avoir mandé ce malheur en Bretagne, pour tâcher de ménager quelque accommodement, Sévigné, 235.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et toutes les manœuvres [service de bras] que Robers d'Amiens y avoit chacun an, Du Cange, manopera.

XIVe s. Le dit bois coustivé [cultivé] par maneuvre d'homme, Du Cange, manopera.

XVIe s. Le principal pilotte du marquis connutau maneuvre des deux navires qui estoient avec Sainte-Souline, qu'ils ne vouloient point estre de la partie, D'Aubigné, Hist. II, 467. Les chevaux ne pouvant prendre pied, il fallut faire cette maneuvre avec les bras des hommes, D'Aubigné, ib. III, 404. Qu'ainsi ils se mesleroient avec les vrais païsans qui alloient à la maneuvre, D'Aubigné, ib. III, 417. Ceux qui ont prins bois à couppe et à layer sont tenus le coupper et abattre dedans le premier jour de may et vuider la maneuvre dedans le jour de la Magdeleine prochainement luisant, Coust. génér. t. I, p. 603. Maneuvre de bras en temps d'esté six deniers, en temps d'hiver quatre deniers, ib. t. II, p. 467.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. MANŒUVRE. Ajoutez :
10 Terme de fortification. Manœuvres d'eaux, mouvements et chasses qu'on peut produire à l'aide des eaux dans les fossés d'un ouvrage de fortification.
11 Terme d'artillerie. Manœuvres de force, ensemble des opérations nécessaires pour le mouvement des pièces et du matériel.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANŒUVRE, s. m. (Architect.) dans un bâtiment, est un homme qui sert au compagnon mâçon, pour lui gâcher le plâtre, nettoyer les régles & calibres, à apporter sur son échaffaut les moëllons & autres choses nécessaires pour bâtir.

Manœuvre, terme dont on se-sert dans l’art de bâtir pour signifier le mouvement libre & aisé des ouvriers, des machines, dans un endroit serré ou étroit pour y pouvoir travailler.

Manœuvre, (Peinture) se dit d’un tableau qui est bien empâté, où les couleurs sont bien fondues, hardiment & facilement touché ; on dit la manœuvre de ce tableau est belle.

Manœuvre se dit encore, lorsqu’on reconnoît dans un tableau que le peintre a préparé les choses dans son tableau différemment de ce qu’elles sont restées ; c’est-à-dire, qu’il a mis du verd, du rouge, du bleu en certaines places, & qu’on n’apperçoit plus qu’un reste de chacune de ces couleurs, au travers de celles qu’il a mise ou frottée dessus. On dit, le peintre a une singuliere manœuvre.

Manœuvre & Manœuvres, (Marine) ces termes ont dans la marine des significations très-étendues, & fort différentes.

1°. On entend par la manœuvre, l’art de conduire un vaisseau, de régler ses mouvemens, & de lui faire faire toutes les évolutions nécessaires, soit pour la route, soit pour le combat.

2°. On donne le nom général de manœuvres à tous les cordages qui servent à gouverner & faire agir les vergues & les voiles d’un vaisseau, à tenir les mâts, &c.

Manœuvre ; art de soumettre le mouvement des vaisseaux à des lois, pour les diriger le plus avantageusement qu’il est possible ; toute la théorie de cet art, consiste dans la solution des six problèmes suivans. 1°. Trouver l’angle de la voile & de la quille ; 2°. déterminer la derive du vaisseau, quelque grand que soit l’angle de la voile avec la quille ; 3°. mesurer avec facilité cet angle de la derive ; 4°. trouver l’angle le plus avantageux de la voile avec le vent, l’angle de la voile & de la quille étant donné ; 5°. l’angle de la voile & de la quille donné, trouver l’angle de la voile avec la quille, le plus avantageux pour gagner an vent ; 6°. déterminer la vitesse du vaisseau, selon les angles d’incidence du vent sur les voiles, selon les différentes vitesses du vent, selon les differentes voilures ; & enfin, suivant les différentes dérives.

La maniere de résoudre ces six problèmes seroit d’un trop grand détail ; il suffit d’indiquer où l’on peut les trouver, & d’ajouter un mot sur les discussions que la théorie de la manœuvre a excitées entre les savans. Les anciens ne connoissoient point cet art. André Doria génois, qui commandoit les galeres de France sous François I, fixa la naissance de la manœuvre par une pratique toute nouvelle : il connut le premier qu’on pouvoit aller sur mer par un vent presque opposé à la route. En dirigeant la proue de son vaisseau vers un air de vent, voisin de celui qui lui étoit contraire, il dépassoit plusieurs navires, qui bien loin d’avancer ne pouvoient que rétrograder, ce qui étonna tellement les navigateurs de ce tems, qu’ils crurent qu’il y avoit quelque chose de surnaturel. Mrs. les chevaliers de Tourville, du Guay-Trouin, Bart, du Quesne pousserent la pratique de la manœuvre à un point de perfection, dont on ne l’auroit pas cru susceptible. Leur capacité dans cette partie de l’art de naviger, n’étoit cependant fondée que sur beaucoup de pratique & une grande connoissance de la mer. A force de tâtonnement, ces habiles marins s’étoient fait une routine, une pratique de manœuvrer d’autant plus surprenante, qu’ils ne la devoient qu’à leur génie. Nulle regle, nul principe proprement dit ne les dirigeoit, & la manœuvre n’étoit rien moins qu’un art.

Le pere Pardies jésuite, est le premier qui ait essayé de la soumettre à des lois : cet essai fut adopté par le chevalier Renau, qui, aidé d’une longue pratique à la mer, établit une théorie très-belle sur ces principes ; elle fut imprimée par ordre de Louis XIV. & reçûe du public avec un applaudissement géneral.

M. Huyghens attaqua ces principes & forma des objections, qui furent repoussées avec force par le chevalier Renau ; mais ce dernier s’étant trompé dans les principes, on reconnut l’erreur, & les marins savans virent avec douleur tomber par ce moyen une théorie qu’ils se préparoient de réduire en pratique.

M. Bernouilli prit part à la dispute, reconnut quelques méprises dans M. Huyghens, sçut les éviter, & publia en 1714. un livre intitulé, essai d’une nouvelle théorie de la manœuvre des vaisseaux. Les savans accueillirent cet ouvrage, les marins le trouverent trop profond, & les calculs analytiques dont il étoit chargé le rendoit d’un accès trop difficile aux pilotes.

M. Pitot de l’académie des sciences, travaillant sur les principes de M. Bernouilli, calcula des tables d’une grande utilité pour la pratique, y ajouta plusieurs choses neuves, & publia son ouvrage en 1731, sous le titre de la théorie des vaisseaux réduite en pratique. Enfin, M. Saverien connu par plusieurs ouvrages, a publié en 1745 une nouvelle théorie à la portée des pilotes. MM. Bouguer & de Gensane l’ont critiquée, & si a répondu ; c’est dans tous ces ouvrages qu’on peut puiser la théorie de la manœuvre, que les marins auront toujours beaucoup de peine à allier avec la pratique.

Manouvres, (Marine) On appelle ainsi en général toutes les cordes qui servent à faire mouvoir les vergues & les voiles, & à tenir les mâts.

On distingue les manœuvres en manœuvres coulantes ou courantes, & manœuvres dormantes.

Mamœuvres courantes, sont celles qui passent sur des poulies, comme les bras, les bousines, &c. & qui servent à manœuvrer le vaisseau à tout moment.

Manœuvres dormantes, sont les cordages fixes, comme l’itaque, les haubans, les galoubans, les étais, &c. qui ne passent pas par des poulies, ou qui ne se manœuvrent que rarement.

Manœuvres à queue de rat qui vont en diminuant, & qui par conséquent sont moins garnies de cordon vers le bout, que dans toute leur longueur.

Manœuvres en bande, manœuvres qui n’étant ni tenues, ni amarées, ne travaillent pas.

Manœuvres majors, ce sont les gros cordages, tels que les cables, les haussieres, les étais, les grelins, &c.

Manœuvres passées à contre, manœuvres qui sont passées de l’arriere du vaisseau à l’avant, comme celle du mat d’artimon.

Manœuvres passées à tour, manœuvres passées de l’avant du vaisseau à l’arriere, comme les cordages du grand mât & ceux des mâts de beaupré & de misaine. Voyez Pl. I. de la Marine, le dessein d’un vaisseau du premier rang avec ses mâts, vergues & cordages, &c.

Manœuvre, (Marine.) c’est le service des matelots, & l’usage que l’on fait de tous les cordages pour faire mouvoir le vaisseau.

Manœuvre basse, manœuvre qu’on peut faire de dessus le pont.

Manœuvre haute, qui se fait de dessus les hunes, les vergues & les cordages.

Manœuvre grosse, c’est le travail qu’on fait pour embarquer les cables & les canons, & pour mettre les ancres à leur place.

Manœuvre hardie, manœuvre périlleuse & difficile.

Manœuvre fine, c’est une manœuvre prompte & délicate.

Manœuvre tortue, c’est une mauvaise manœuvre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « manoeuvre »

Picard, menœuvre ; provenç. manovra ; espagn. maniobra ; ital. manovra ; bas-lat. manuopera, de manus, main, et opera, œuvre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « manoeuvre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
manoeuvre manœyvr

Citations contenant le mot « manoeuvre »

  • Les hommes, si lassants à voir dans les manœuvres de l'ambition, combien sont-ils attrayants dans l'action pour une grande cause ! Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, l'Unité , Plon
  • Un mari n'est qu'une espèce de manoeuvre qui tracasse le corps de sa femme, ébauche son esprit et dégrossit son âme. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • On marie les femmes avant qu’elles soient rien et qu’elles puissent rien être. Un mari n’est qu’une espèce de manoeuvre qui tracasse le corps de sa femme, ébauche son esprit et dégrossit son âme. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Celui qui ne sait pas manoeuvrer un bateau déteste les méandres du fleuve. De Proverbe chinois
  • Le sommeil est à la mort ce que les grandes manoeuvres sont à la guerre. De Tristan Bernard / Le Satyre intermittent
  • Il est possible que les manoeuvres ne servent pas à gagner les batailles, mais les exercices forment le caractère. De Graham Greene / La Puissance et la gloire
  • Les manoeuvres inconscientes d'une âme pure sont encore plus singulières que les combinaisons du vice. De Raymond Radiguet / Le Bal du comte d'Orgel
  • Il ne faut pas trop forcer le destin. L'avenir est moins facile à manoeuvrer que le passé. Il faut attendre tel qu'il est prévu. De François Hertel / Un canadien errant
  • Ce sera une mesure symbolique, on est encore dans la manoeuvre politique. L'article 1er, comme son nom l’indique, c'est le premier article de la Constitution. Il contient les premiers mots qui vont marquer la Constitution. C’est un symbole fort, c'est incontestable, mais ça reste un symbole. La lutte contre le réchauffement climatique, la biodiversité ne figurent pas en tant que tel dans la Charte de l'environnement. Cependant, dedans, on y retrouve deux articles, l’un concernant le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé, et le devoir de prendre part à la protection et à l'amélioration de l’environnement. Selon une décision du Conseil Constitutionnel rendue jeudi 10 décembre, le législateur ne peut aller contre ces deux articles et ne peut pas prendre des mesures qui ne participeraient pas à cette amélioration de l'environnement. Ce qui veut dire qu'en réalité, la protection et l'amélioration de l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique, figurent déjà dans la Constitution. Franceinfo, Le référendum sur l'environnement proposé par Emmanuel Macron, une "manœuvre politique" pour le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier

Traductions du mot « manoeuvre »

Langue Traduction
Anglais maneuver
Espagnol maniobra
Italien manovra
Allemand manöver
Chinois 演习
Arabe مناورة
Portugais manobra
Russe маневрировать
Japonais 操縦
Basque maniobra
Corse manuvra
Source : Google Translate API

Synonymes de « manoeuvre »

Source : synonymes de manoeuvre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « manoeuvre »

Partager