La langue française

Mouler

Définitions du mot « mouler »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOULER, verbe trans.

A.− Qqn moule qqc. (dans qqc.)
1.
a) Mouler qqc.Obtenir ou reproduire (un objet) à l'aide d'un moule creux, en coulant une matière dans ce moule. Synon. jeter en moule; synon. usuel (pour les métaux) couler, fondre.Mouler des caractères d'imprimerie, des poteries, une pièce de fonte, une statue; pièce en bronze moulé; mouler à creux perdu, à bon creux, à bon fond (v. moulage2A). Ma passion fut : les médailles moulées en plâtre sur des moules ou creux de soufre (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 215).L'homme qui moulait sa petite brique de boue pour perpétuer la vie de ce village (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 113).
Emploi abs. Mouler en plâtre, en terre; machine à mouler. Elles sont toutes dans les arts. Adeline moule avec du mastic, et Gertrude fait le portrait de la cuisinière (Flaub., Corresp.,1842, p. 126).
En partic. Donner une forme à, à l'aide d'un moule creux; faire prendre à (quelque chose) la forme d'un moule. Mouler du beurre, du pain, une pâte; fromage moulé à la louche. Un gros pain rond, bien enfariné, moulé dans un de ces paniers plats qui servent à boulanger en Anjou (Balzac, E. Grandet,1834, p. 86):
1. D'autres jours, fouillant, de sa pelle, le terreau des plates-bandes, puis le moulant à la forme du petit seau, il se louait de construire les maisons de vastes cités, de reprendre la tâche d'Osiris en Égypte... Adam, Enf. Aust.,1902, p. 113.
[Le suj. désigne un agent inanimé] Les aliments accumulés dans la panse, passent progressivement dans le bonnet, qui les moule en petites masses successives (E. Perrier, Zool.,t. 4, 1932, p. 3457).
b) Au fig. Mouler dans.Faire entrer dans (un cadre déterminé, une forme fixe). Les premiers faits de l'humanité ne furent que le développement d'un ensemble de lois physiques et psychologiques posées une fois pour toutes, sans que jamais l'agent supérieur, qui moule son action dans ces lois, ait interposé une volonté spécialement intentionnelle dans le mécanisme des choses (Renan, Avenir sc.,1890, p. 169).
Se mouler dans.Entrer dans (une forme prédéterminée). Synon. se couler dans.L'esprit humain, enchanté de la découverte de ces casiers réguliers de la pensée que révèle la dialectique, (...) crut naïvement que toute pensée pouvait avec avantage se mouler dans ces formes (Renan, Avenir sc.,1890p. 114).V. choroïde ex. et coquille A 1 b ex. de Proust.
c) Mouler qqn/qqc. à qqc. (vieilli).Façonner suivant un modèle; au fig., adapter à. On eût dit que Jacques, en la serrant contre sa poitrine, la moulait à son image (Zola, M. Férat,1868, p. 179).Quand on lit les premiers romantiques, on a l'impression de les suivre facilement, de mouler à chaque instant sa pensée à la leur (Aymé, Confort,1949, p. 26).
Se mouler à.[Le suj. désigne une pers. ou un trait de son comportement] Synon. s'accommoder à, s'adapter à, se plier à.Sa voix et son visage (...) ne se moulaient à aucun souvenir (Proust, Sodome,1922, p. 822).V. coûter B 1 ex. de Maine de Biran.
2. P. anal. Former des caractères d'écriture de façon soignée et régulière. Mouler un mot, son écriture, ses lettres. Il nous distribue d'autres feuilles pour l'épreuve d'écriture et s'en va mouler au tableau noir, d'une « belle main », quatre vers (Colette, Cl. école,1900, p. 197):
2. On ne lui connaît pas d'égal dans l'art d'écrire des entêtes pour cahiers, tels que : Cahiers d'exercices grecs appartenant à... Les majuscules sont moulées comme des lettres d'enseigne. Renard, Poil carotte,1894, p. 142.
B.− Qqn moule qqc. (sur qqc.)
1.
a) Mouler qqc.Reproduire (un objet plein) en y appliquant une substance plus ou moins liquide qui en prenne la forme, l'empreinte en creux, en se solidifiant. Mouler un bas-relief, une sculpture, une inscription gravée; mouler un visage en plâtre; plâtre à mouler.
ARTS PLASTIQUES, SCULPT. Reproduire (un original) par moulage, à l'aide d'une empreinte en plâtre, en cire, ou d'une autre matière prise sur l'original et servant de moule. Mouler un masque mortuaire, un bas-relief, un buste; mouler à cire perdue (v. moulage2B). Son esquisse en terre, après son premier travail, il la moule et établit son médaillon fini sur une suite d'épreuves semblables à des états d'eaux-fortes; et quelquefois, il va jusqu'à six moulages (Goncourt, Journal,1894, p. 586).Nous ferons mouler pour le musée du Trocadéro les parties intéressantes de celles [les églises] qui doivent disparaître (Barrès, Cahiers,t. 9, 1912, p. 304):
3. Chez un sculpteur, moulée en plâtre, J'ai vu l'autre jour une main D'Aspasie ou de Cléopâtre, Pur fragment d'un chef-d'œuvre humain. Gautier, Émaux,1852, p. 11.
À mouler (vieilli, fam., rare).Très beau, de forme harmonieuse, parfaite. Synon. à ravir, bien fait, fait au moule, fait au tour, fait à peindre.Des petits pieds, je n'en ai jamais vu de pareils (...) des oreilles à mouler (...) c'est un bijou de femme (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 113).
b) Mouler (qqn, qqc.) sur.Former sur (un modèle). Synon. ajuster à.Au Palais où il plaide avec une furie cavalière, moulant ses périodes sur la mesure de la chanson (Arnoux, Suite var.,1925, p. 93).Les écoliers et les étudiants moulent leur esprit sur la stupidité des programmes radiophoniques et cinématographiques auxquels ils sont habitués. Non seulement le milieu social ne favorise pas le développement de l'intelligence, mais il s'y oppose (Carrel, L'Homme,1935, p. 180).
Se mouler sur.Prendre la forme de; au fig., se conformer à, prendre pour modèle. Synon. se modeler sur, se régler sur.Un chancre se moule parfaitement sur le membre qu'il a dissous, et en perpétue la forme hideuse (Bernanos, Imposture,1927, p. 446).
2. P. anal. Qqc. moule qqc.[Le suj. désigne le plus souvent un vêtement, une partie de vêtement; l'obj. désigne qqn, le corps ou une partie du corps] Épouser étroitement les contours de, marquer les formes de. Mouler étroitement, exactement, parfaitement; mouler le buste, la taille, les formes, les lignes. Plus jolie ce soir-là, toute sa mise soigneusement attifée lui donnait un air de coquetterie provocante. Son torse se moulait sur un corsage de soie (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 222).Un long manteau ample qui découvrait ses longues jambes, étroitement moulées dans une robe claire (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 300).V. fourreau ex. 3 :
4. Un rayon de soleil, glissant sur la rondeur de l'épaule que moulait la toile de la blouse, jouait, à chacun de ses mouvements, dans les plis de son voile... Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 860.
REM.
Moulant, -ante, adj.Qui moule bien le corps ou une partie du corps. Robe moulante. Ces exquises Parisiennes (...) qui bougent dans de moulantes armures de satin et de soie (Huysmans, Art mod.,1883, p. 13).Toujours avec une jupe noire courte, moulante, un minuscule tablier rose (Céline, Mort à crédit,1936, p. 470).
Prononc. et Orth. : [mule], (il) moule [mul]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1 100 « qui semble fait au moule (d'une personne) » (Roland, éd. J. Bédier, 3159 : belement est mollet); ca 1210 « reproduire un objet à l'aide d'un moule creux » (Dolopathos, 425 ds T.-L.); 2. 1484 livre maulé « imprimé » (Invent. de relig., S.-Amé, Arch. Nord ds Gdf.); 1668 lettre moulée (Molière, Georges Dandin, III, 1); 1691 écriture moulée (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, II, 267); 1857 part. passé fém. subst. « genre d'écriture » (Flaub., MmeBovary, t. 1, p. 82); 3. 1580 fig. « former, façonner selon un modèle » Montaigne, Essais, éd. P. Villey, I, XXVIII, p. 194); 4. 1669 « prendre l'empreinte d'un objet au moyen d'une substance qui en épouse les formes » (Colbert, Lettr. ds DG); 1767 « épouser, souligner les formes (en parlant de vêtements) » (Diderot, Salon, p. 141); 5. 1415 « mesurer au moule » (Réglem. gén. pour la jurid. du prév. des march., Ord., X, 285 ds Gdf.); 1868 part. passé fém. subst. « bois à brûler qu'on mesure au moule » (Littré, s.v. moule); 1963 id. « groupe d'objets en matière plastique moulés en une seule opération de presse » (Lar. encyclop.). Dér. de moule*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 161.
DÉR.
Moulerie, subst. fém.,métall. Atelier de fonderie, où sont coulées dans des moules les pièces de fonte, de métal. (Ds Chesn. 1858 et dict. xixeet xxes.). [mulʀi]. 1resattest. a) 1580 « action de mouler » (B. Palissy, Disc. admirable, p. 375), b) 1765 « atelier où l'on coule des pièces de fonte dans des moules » (Encyclop.); de mouler, suff. -erie*.

Wiktionnaire

Verbe 1

mouler \mu.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se mouler)

  1. Jeter en moule, faire au moule.
    • Mouler une figure, des médailles.
    • Mouler en plâtre, en terre. Quand il s’agit des Métaux, on dit plutôt
    • Son buste a été fait d’après le masque qu’on avait moulé sur son visage.
  2. Épouser les contours.
    • Les femmes, très coquettes, revêtent en général le costume traditionnel ; la petite veste très serrée moulant le torse et les bras, passe dans la ceinture d'une culotte flottante. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • […], elle était à son habitude sanglée dans un étroit casaquin boutonné jusqu'au menton qui la moulait sans pli, avantageait son buste, et telle qu'on l'eût dite en uniforme. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 40-41)
  3. (Figuré) (Pronominal) Prendre modèle sur quelqu’un.
    • Là aussi je « me moule », pour ainsi dire, sur l’attaquant afin d’en épouser les modes. — (O. Lemarié, Esquisse d’une philosophie, Alcan, 1927, page 133)
    • Je me moule dans la locale attitude, bon gré, mal gré. — (Jean-François Samlong, La crise de l’Outre-mer français, L’Harmattan, 2009, page 116)
    • Redevenir des enfants de douze ans et le suivre sans nous poser de questions. Comme je suis face à lui, je me moule à ses mouvements, à son rythme, essayant de ne point intervenir par moi-même. — (Gregorio Manzur, L’Art du combat avec son ombre, Albin Michel, 2010)
  4. (Argot) Quitter précipitamment, laisser en plan.
    • - Excusez-moi, tranche-t-il. Je suis en conférence.
      Et il me moule net au mitan des classeurs qui ont l’air de se gondoler devant ma poire.
      — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, page 47)

Verbe 2

mouler \mu.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Repasser sur la meule.
    • Pour aiguiser mon couteau j'utilise une pierre à mouler.

Verbe

mouler \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Manger du pain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOULER. v. tr.
Jeter en moule, faire au moule. Mouler une figure, des médailles. Mouler en plâtre, en terre. Quand il s'agit des Métaux, on dit plutôt Fondre ou Couler. Mouler un bas-relief, une statue, etc., Y appliquer une matière propre à en recevoir l'empreinte en creux et à servir de moule pour les reproduire exactement. On dit aussi Mouler une chose sur une autre, La former sur une autre, faire qu'elle en reçoive l'empreinte. Son buste a été fait d'après le masque qu'on avait moulé sur son visage. Fig. et fam., Se mouler sur quelqu'un, Se former sur lui, le prendre pour modèle.

MOULER signifie aussi Épouser les contours. Elle a une robe qui lui moule le buste. Elle est moulée dans son corsage. Lettre moulée, Lettre imprimée. Il ne sait lire que la lettre moulée. Il signifie aussi Écriture à la main, dont les caractères sont de la même forme que ceux des livres imprimés. Cet écrivain public faisait très bien la lettre moulée. Écriture moulée, Écriture régulière et bien formée.

Littré (1872-1877)

MOULER (mou-lé) v. a.
  • 1Jeter en moule, faire au moule. Mouler une figure. Mouler des ornements en plâtre, en terre pour les frises. On ne saurait douter que, depuis l'époque où les anciens ont commencé à fabriquer des monnaies, jusqu'au siècle de Constantin, on n'ait moulé les médailles sans les frapper, ou qu'on ne les ait moulées et ensuite frappées, sauf quelques exceptions peu nombreuses, Mongez, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 201. (Quand il s'agit de métaux, on dit plutôt fondre ou couler).

    Par extension. La nature n'a pas craint de mouler la croix sur une multitude de ses ouvrages, Chateaubriand, Génie, IV, I, 2.

    Terme de sculpture. Mouler à creux perdu, couler du plâtre dans un moule, sans le soutenir par une garniture intérieure ; il se dit par opposition à mouler à bon fond.

    Mettre de la terre dans le moule à potier.

    Pot à mouler, vase pour verser le suif fondu dans les moules à chandelle.

    Terme de fausse monnaie. Jeter des pièces fausses dans du sable bien préparé et mis avec des planches entre deux châssis ou moules.

  • 2Mouler un bas-relief, une statue, etc. y appliquer une matière propre à en recevoir l'empreinte en creux et à servir de moule pour les reproduire exactement.

    Mouler la figure d'une personne, appliquer sur son visage des couches de plâtre pour en avoir la ressemblance ; opération qui se pratique sur les morts et même sur les vivants.

  • 3Il se dit des vêtements qui expriment la forme du corps. Elle [une robe de chambre] moulait tous les plis de mon corps sans le gêner ; j'étais pittoresque et beau, Diderot, Sur sa robe de chambre. L'Asiatique prétendait que les longs plis d'une tunique qui moulerait ses membres, en descendant mollement jusqu'à ses pieds, auraient infiniment plus de grâce, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 190, dans POUGENS.
  • 4Chez les cartiers, appliquer la feuille sur le moule.
  • 5 Terme de jardinage. Mouler des ifs, des orangers, des arbrisseaux à fleurs, les tailler en boules, en pyramides, etc.

    Terme de pêche. Mouler le hareng, le presser fortement entre les doigts pour en détacher les corps étrangers et en ôter les écailles.

  • 6 Terme de tailleur de pierre. Mouler une pierre, y tracer des panneaux pour l'usage des tailleurs de pierre.
  • 7Mouler du bois, le mesurer dans le moule ; locution aujourd'hui vieillie ; on dit : corder du bois.
  • 8Il se fait mouler, se disait d'un homme qui faisait imprimer quelque chose de lui.
  • 9 Fig. Former sur un certain modèle. Quand on a une fois l'entendement ouvert par l'habitude de réfléchir, il vaut toujours mieux trouver de soi-même les choses qu'on trouverait dans les livres ; c'est le vrai secret de les bien mouler à sa tête et de se les approprier, Rousseau, Hél. I, 12. Elle cherchait à mouler son âme sur la sienne, Rousseau, ib. VI, 14.
  • 10Se mouler, v. réfl. Être moulé. Ils [les excréments du dindon] ont assez de consistance pour se mouler en sortant par l'anus, Buffon, Ois. t. III, p. 207, dans POUGENS.
  • 11Être appliqué exactement sur. Cet habit serrait si bien le corps et s'y moulait de façon qu'il en était indécent, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvr. t. IV, p. 114, dans POUGENS.
  • 12 Fig. Se conformer. Les grands en toutes choses se forment et se moulent sur de plus grands, La Bruyère, XIV. Certains particuliers, qui… se moulent sur les princes pour leur garde-robe et pour leur équipage, La Bruyère, VII.

HISTORIQUE

XIe s. Gros a le piz [la poitrine], belement est mollet, Ch. de Rol. CCXXVII.

XIIe s. Sur celes dis bases furent dis vaissels posez, e d'une entaille e à une furme furent mollez, Rois, p. 256.

XIIIe s. …cil qui a le cuer dolent, Sachiés de voir [vrai], il n'a talent De doneier [servir des dames], ne karoler, Ne nus [nul] ne se porroit moller, Qui duel [deuil] eüst, à joie faire ; Car duel et joie sont contraire, la Rose, 336.

XIVe s. Il [Clodomir] tourna envers ses anemis, puis se moula en armes, et s'acesma [se disposa] à combattre, Du Cange, molare 4.

XVIe s. Il defendit que l'on ne feist ny peindre ny mouler aucune image de son corps, Amyot, Agésil. 2. Il avoit son esprit moulé au patron d'aultres siecles que ceulx-cy, Montaigne, I, 221.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOULER, v. act. (Gramm. & Art méchanique.) c’est l’action d’exécuter par le moyen d’un moule. Voyez les articles Moules & les suivans.

Mouler, (Chandelier.) burette ou pot à mouler, c’est un vase de fer blanc fait à-peu près comme une theyere ou arrosoir de jardin, avec lequel les Chandeliers prennent du suif fondu qu’ils versent ensuite par le gouleau de cette burette dans les moules. Voyez les Pl. du Chandelier.

Mouler les plaques, en terme d’Epinglier, c’est l’action de couler les plaques d’étain qui servent au blanchissage des épingles. On emploie pour cela une planche penchée couverte d’un coutil ; & à mesure que l’on verse la matiere sur ce tapis, un autre ouvrier qui s’y met à cheval sans y toucher néanmoins, descend un morceau de bois (un chassis) de la largeur de la planche, qui ne pose sur elle qu’à ses deux bouts, & est plan par-tout ailleurs de maniere qu’il n’y a de distance de lui au coutil que l’épaisseur que doivent avoir les plaques. Quand elles ont été ainsi coulées, on les trace au compas, & on les coupe sur le trait qu’il a décrit. Voyez les Pl. & les fig de l’Epinglier.

Mouler, (Jardinage.) se dit des ifs, des orangers, & des arbrisseaux de fleurs que l’on taille en boules, en pyramides & autres figures, en les tondant aux cheaux. On dit encore mouler des ormes en boules, que l’on tond pareillement aux ciseaux.

Mouler, en terme de Potier, c’est donner la forme à une piece sur des moules de la hauteur dont on veut la faire. Voyez Moules.

Mouler les ances, (Potier d’etain.) ou autres parties qui sont nécessaires à une piece d’étain pour la finir, est un terme du métier, qui veut dire que l’ance n’a pas été jettée sur la piece. Voyez

Pour mouler, on jette des ances ou autres choses dans un moule particulier qui est fait pour cela, ensuite on les ajuste, suivant la grandeur de la piece où on les applique, en les attachant avec une ou deux gouttes d’étain qu’on y met avec le fer à souder pour les tenir en place seulement. Si c’est des ances à charniere, on emplit d’abord les têtes des ances avec du sable un peu mouillé ; on a de la terre glaise qu’on a paîtrie auparavant, dont on enveloppe le haut & le bas de l’ance, en laissant un endroit où elle doit souder, c’est-à-dire s’attacher, pour y jetter de l’étain bien chaud. On emplit son pot de son, comme pour jetter sur la piece, & on jette de l’etain sur le bas de l’ance, versant son étain jusqu’à ce qu’on s’apperçoive que l’ance doit être très-fondue, c’est-à-dire soudée & attachée : le surplus de cet étain qu’on verse coule dans une sebille de bois qu’on tient sur ses genoux, par une coulure qu’on fait de terre ou de carte. Après avoir jetté tous les bas d’ances, on fait de même pour les hauts, en posant le drapeau à sable comme pour jetter les ances sur la piece : & quand tout est jetté, on ôte la terre & le sable des têtes, & on essuie la piece avec un linge. Cette maniere de mouler étoit fort en usage autrefois avant l’invention des moules à jetter sur la piece : on s’en sert lorsqu’on n’a pas des moules convenables aux différentes grandeurs des pieces qu’on est obligé de faire. Mais la façon de jetter sur la piece est infiniment plus diligente. Voyez

Mouler en plaster, (Sculpture.) le meilleur plâtre dont on puisse se servir pour mouler, c’est celui qu’on tire des carrieres de Montmartre. On le prend en pierres cuites & tel qu’il sort du fourneau : on le bat, & on le passe au tamis de soie : on le délaie dans l’eau plus ou moins, suivant la fluidité qu’on veut lui donner. Mais avant que de l’employer, il faut avoir disposé le modele ou la figure à recevoir le moule. Si ce n’est qu’une miédaille ou ornement de bas-relief qu’on veut mouler, on se contente d’en inibiber toutes les parties avec un pinceau & de l’huile ; puis on jette le plâtre dessus qui en prend exactement l’empreinte, & qui forme ce qu’on appelle un moule : mais si c’est une figure de ronde-bosse qu’on veut mouler, il faut prendre d’autres précautions. On commence par le bas de la figure, qu’on revêt de plusieurs pieces, & par assises, comme depuis les piés jusqu’aux genoux, selon néanmoins la grandeur du modele ; car quand les pieces sont trop grandes, le plâtre se tourmente. Après cette assise, on en fait une autre au-dessus, dont les pieces sont toujours proportionnées à la figure, & ainsi on continue jusqu’au haut des épaules, sur lesquelles on fait la derniere assise qui comprend la tête.

Il est à remarquer que si c’est une figure nue, & dont les pieces qui ferment le moule, étant assez grandes, puissent se dépareiller aisément, elles n’ont pas besoin d’être recouvertes d’une chape ; mais si ce sont des figures drapées, ou accompagnées d’ornemens qui demandent de la sujétion, & qui obligent à faire quantité de petites pieces, pour être dépouillées avec plus de facilité, il faut alors faire de grandes chapes ; c’est-à-dire, revêtir toutes ces petites pieces avec d’autre plâtre par grands morceaux qui renferment les autres, & huiler tant les grandes que les petites pieces par-dessus & dans les joints, afin qu’elles ne s’attachent pas les unes aux autres.

On dispose les grandes pieces ou chapes de façon que chacune d’elles en renferment plusieurs petites, auxquelles on attache des petits annelets de fer pour servir à les dépouiller plus facilement, & à les faire tenir dans les chapes par le moyen de petites cordes ou ficelles qu’on attache aux annelets, & qu’on passe dans les chapes. On marque aussi les grandes & les petites pieces par des chiffres, par des lettres & avec des entailles pour les reconnoître, & pour les mieux assembler.

Quand le creux ou moule de plâtre est fait, on le laisse reposer, & lorsqu’il est sec, on en imbibe toutes les parties avec de l’huile. On les rassemble les unes & les autres chacune en sa place, puis on couvre le moule de sa chape, & on y jette le plâtre d’une consistance assez liquide pour qu’il puisse s’introduire dans les parties les plus délicates du moule ; ce que l’on peut aider en balançant un peu le moule, après y avoir jetté à discrétion une certaine quantité de plâtre ; on acheve de le remplir, & on le laisse reposer. Quand le plâtre est sec, on ôte la chape, & toutes les parties du moule l’une après l’autre, & l’on découvre la figure moulée.

Mouler une faucille, (Taillandier.) ou une autre piece de la même nature, c’est lorsqu’elle est dentée & trempée, la passer sur la meule pour faire paroître les dents.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mouler »

(Verbe1) De moule et du suffixe -er
(Verbe2) De meule (instrument destiné à affûter les outils)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Moule 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mouler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mouler mule

Citations contenant le mot « mouler »

  • La glaise ne devient terre à mouler qu'après avoir été pétrie. De Proverbe grec antique
  • On finit toujours par se mouler dans les costumes que les autres nous taillent. De André Brink / Le vallon du diable, 2002
  • Le plan novateur et moderne d’Utzon était basé sur le mouvement expressionniste, une forme d’architecture utopique qui a fleuri dans l’Allemagne de l’après-guerre. Le toit, désormais célèbre, comportait des panneaux de béton préfabriqués appelés vaguement «coquilles», recouverts de carreaux de céramique. Mais comme Utzon n’avait pas spécifié la forme précise, les méthodes suggérées pour les mouler se sont avérées problématiques. Betanews.fr, Construction de l'Opéra de Sydney: 10 ans de retard et 1 457% de dépassement du budget (1957-1973) - . - Betanews.fr
  • Sur-mesure : Pour supporter les soubresauts de son IMOCA neuf, le skipper de LinkedOut a fait mouler un fauteuil à la forme de son corps, orienté dos à la route. Toute l’ergonomie a été repensée face au défi de la vitesse. Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère, IMOCA - Vendée Arctique Les Sables 2020 - Les indiscrétions des skippers de la Vendée – ArctiqueAdonnante.com – Surfez sur l'Actualité Voile Sportive – Course au Large – America's Cup – Voile Légère | Surfez sur l'actualité voile sportive

Images d'illustration du mot « mouler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mouler »

Langue Traduction
Anglais mold
Espagnol molde
Italien muffa
Allemand schimmel
Chinois 模子
Arabe قالب
Portugais mofo
Russe форма
Japonais
Basque moldea
Corse muffa
Source : Google Translate API

Synonymes de « mouler »

Source : synonymes de mouler sur lebonsynonyme.fr

Mouler

Retour au sommaire ➦

Partager