La langue française

Molle

Sommaire

Définitions du mot molle

Trésor de la Langue Française informatisé

MOU, MOL, MOLLE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − [En parlant d'une chose]
1. [Par propriété naturelle ou transformation]
a) Qui enfonce au toucher, qui est malléable. Anton. dur.Il va à tâtons chercher la molle argile jusque sous le lit des rivières (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.227):
1. La terre, où l'homme errait sous la tente, inquiet Des empreintes de pieds de géants qu'il voyait, Était encor mouillée et molle du déluge. Hugo,Légende,t.1, 1859, p.83.
SYNT. Boue, bouillie, cire, fange, glaise, graisse, neige, pâte, terre, vase molle; corps, fruit, sable, sol mou.
Spécialement
ANATOMIE Chancre* mou.
Parties molles. Ensemble des chairs, des viscères (par opposition aux os et aux cartilages). Les cicatrices qu'ils obtiennent à la suite des plaies ou entamures des parties molles, sont presque toutes défectueuses (Voy. La Pérouse,t.4, 1797, p.58).Au fig. Toutes les oeuvres meurent; mais celles qui avaient un squelette durent bien plus par ce reste que les autres qui n'étaient qu'en parties molles (Valéry,Tel quel II,1943, p.159).
ART CULIN.
Caramel mou (p. oppos. au caramel* dur). Le ministre prit dans un tiroir de son bureau une boîte de caramels mous, et la tendit à la ronde (Malraux,Cond. hum.,1933, p.421).
Fromage mou. Fromage (demi-sel, petit-suisse, fromage blanc etc.) n'ayant subi que la fermentation lactique et qui est consommé frais. La servante apporta pour dessert le fameux fromage mou de la Touraine et du Berry, fait avec du lait de chèvre (Balzac,Rabouill.,1842, p.440).
Fromage à pâte molle. Fromage (camembert, brie, coulommiers, munster, livarot, pont-l'évêque, etc.) ayant subi d'autres fermentations, indépendamment de la fermentation lactique, et dont la pâte n'est ni cuite ni pressée (d'apr. Mont. 1967).
TECHNOLOGIE
Bronze mou. Bronze malléable obtenu par chauffage au rouge et trempe dans l'eau. Marteau percuteur en bronze mou (Catal. instrum. chir. [Collin], 1935, p.341).
Savon mou. Savon* noir. Normalement on prépare la lessive en faisant dissoudre par litre d'eau 10 à 20 grammes de sel Solvay et 5 à 10 grammes de savon mou (Lar. mén.1926, p.194).
[Antéposé, il a souvent une valeur positive] Qui est d'un confort agréable; doux, moelleux. Anton. raide.Son nom [Grenade] attire l'univers, mais elle n'est qu'une tente dans une oasis, et, sous un parasol délicieusement brodé, un des plus mols oreillers du monde (Barrès,Sang,1893, p.54):
2. J'aime nonchalamment, sur la molle ottomane, M'étendre, demi-nu, quand darde la chaleur; Prolonger jusqu'au soir la sieste favorite; Fumer le calumet, l'odorant cigarite, Et d'un thé délicat égayer ma douleur. Borel,Rhapsodies,1832, p.36.
[Postposé, il a souvent une valeur péj.] Mollasse, flasque. Quoique son teint blafard et ses chairs molles pussent faire croire à une constitution maladive, Sibilet était robuste (Balzac,Paysans,1844, p.85).On a l'œil hagard et c'est parce que le pain est mou (Montherl.,Olymp.,1924, p.244).
b) Qui plie facilement; souple. Éros m'a frappé d'une tige molle D'œillets odorants récemment cueillis (Leconte de Lisle,Poèmes ant.,1874, p.166).
[En parlant d'un vêtement ou d'une partie d'un vêtement]
Chapeau, feutre mou. Le maire sortit à son tour, prit son chapeau, un grand chapeau mou, de feutre gris, à bords très larges (Maupass.,Contes et nouv.,t.2, Pte Roque, 1885, p.1022).
Col mou. Un col mou blanc, un noeud papillon en toile blanche, noué avec une négligence étudiée (Montherl.,Célibataires,1934, p.769).
[Antéposé, il a souvent une valeur positive] Léger, souple. Sa large tunique blanche se courbait en molles draperies, jusqu'à ses pieds, suivant les inflexions de sa taille (Flaub.,Salammbô,t.1, 1863, p.88).Son bras qui apparaissait frêle, nerveux et duveté de blond à travers la transparence de la molle étoffe rouge (Bourget,Cosmopolis,1893, p.141).
[Postposé, il a souvent une valeur péj.] Avachi, sans tenue. Leurs vêtements pendaient en plis mous, las comme eux, le long de leurs corps (R. Bazin,Blé,1907, p.339).Il [Mussolini] était vêtu (...) d'une façon plutôt négligée: une veste quelconque, une chemise molle, une cravate noire assez lâche (Tharaud,Passant Éthiopie,1936, p.226).
c) [En parlant d'une corde, d'un lien, d'une chaîne, etc. (v. supra A 1)] Lâche, détendu. Anton. tendu.Les guides molles battaient sur sa croupe en s'y trempant d'écume (Flaub.,MmeBovary,t.1, 1857, p.62).
d) [En parlant d'un bois, d'une roche] Tendre, que l'on entame facilement. Anton. dense, résistant.Un de ces hommes qui descendent dans les marnières pour extraire cette sorte de pierre molle, blanche et fondante, qu'on sème sur les terres (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Bécasses, 1885, p.208).
2. P. anal. [Marquant, antéposé, une atténuation et, postposé, une diminution]
a) [En parlant de la forme d'une chose] Qui possède des lignes douces, sans tranchant. L'enseigne rose et épinard [d'un caboulot] décorée de molles arabesques, portait cette belle raison sociale: À l'amitié (Arnoux,Paris,1939, p.182):
3. Laure remercia, partit d'un pas vif dans la direction qu'on venait de lui indiquer. Le chemin suivait les vignes, tout droit, au-dessus de la pente molle qui descendait jusqu'à la vallée. Daniel-Rops,Mort,1934, p.447.
Par hypallage. Ces jolies épaules dont la molle blancheur flatte l'œil! (Stendhal,L. Leuwen,t.2, 1836, p.132).
b) [En parlant de la force ou du mouvement qui anime une chose] Sans vigueur, sans ampleur. Je regardais les molles ondulations des pins faiblement agités (Sand,Lélia,1833, p.9):
4. C'était sous eux le mol bercement de l'hélice, le mol balancement de l'eau, et l'air glissait à leurs visages, plein de promesses de bonheur. Ramuz,A. Pache,1911, pp.216-217.
Spécialement
ÉLECTRONIQUE
Tube mou. Tube mal vidé de ses ions. Lorsqu'un tube à vide devient de plus en plus mou, c'est-à-dire lorsque le degré du vide et la tension cathodique diminuent... (Le Radium,1905, p.396).
Rayon, rayonnement mou. Rayon, rayonnement peu pénétrant dont les fréquences se rapprochent de l'ultra-violet. Anton. dur, pénétrant.Les rayons x constituent une gamme assez étendue dont les plus grandes longueurs d'onde sont appelées, dans le langage médical, rayons mous ou peu pénétrants (Roussy dsNouv. Traité Méd.fasc. 2 1928, p.484).
MARINE
Mer molle. ,,Mer étale`` (Bonn.-Paris 1859).
Navire mou. Un navire à voiles est mou lorsqu'il a tendance à tomber sous le vent, c'est-à-dire à abattre, par opposition à ardent lorsqu'il a tendance à venir au vent (Gruss1952).
Vent mou. Mais, dans les trois journées suivantes, les vents sont si mous, que nous faisons à peine vingt lieues en route (Dumont d'Urville,Voy. autour du monde,t.5, 1832-34, p.236).
MÉD. Pouls mou. Pouls faible, difficilement perceptible. Le pouls est accéléré, mou (Roger dsNouv. Traité Méd.fasc.2 1928, p.484).
PHONÉTIQUE
Consonne molle. ,,Consonne dont l'articulation est caractérisée par un relâchement des muscles de la langue, tel que la surface de contact approximatif entre la partie supérieure de la langue et le palais se trouve élargie et se prête ainsi à un écoulement diffus de l'air expiré`` (Mar. Lex. 1951).
Voyelle molle. [En slave] Voyelle qui détermine une prononciation molle [lâche] de la consonne précédente (d'apr. Mar. Lex. 1951). Signe mou. On appelle en slave (...) signe mou le caractère d'écriture qui sert à noter (...) [la] prononciation [molle de la consonne précédente] (Mar.Lex.1933, p.121).
Palais* mou.
[En partic., en parlant de perceptions sensorielles autres que celles du toucher]
[En parlant d'une lumière, d'une couleur] Pâle, peu intense. Une belle nuit claire et transparente, inondée de la molle clarté de la lune (Sue,Atar-Gull,1831, p.25):
5. La belle matinée d'automne! Un air transparent, un lever du jour radieusement calme, des nuages en monceaux, du nord au midi, des nuages d'un éclat, d'une couleur molle et vive, du coton d'or sur un ciel bleu. C'était beau, c'était beau! E. de Guérin,Journal,1839, p.294.
[En parlant d'un son, d'un bruit] Faible, peu sonore. Le lit craque et voilà le bruit mou des pieds nus sur les dalles (Giono,Gd troupeau,1931, p.29).
B. − [En parlant d'une pers.]
1. Qui manque de force, d'énergie, de résistance. Être mou, se sentir mou. J'étais un peu molle d'avoir bu trop de vin de Saumur (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.153).Se sentir un peu bête, agitée et facile, et molle comme une jeune fille qui vient de recevoir sa première lettre d'amour (Colette,Entrave,1913, p.15):
6. Je commençais à reprendre conscience, et la désolation de grand-père, qui se reprochait de m'avoir appris la nouvelle trop brusquement, me faisait beaucoup de peine. Mais j'étais molle et sans force, je ne pouvais pas parler. Gyp,Souv. pte fille,1928, p.79.
P. méton.; [en parlant d'une partie du corps ou d'une manifestation du comportement] Il alla à la fenêtre avec des pas mous, essaya de l'ouvrir (E. de Goncourt,Faustin,1882, p.332).
Main, jambe molle. Sa main, si molle, si fluide, maniait un pistolet, un fusil, avec la vigueur d'un chasseur exercé (Balzac,Tén. affaire,1841, p.76).Pourquoi donc mes mains sont-elles molles et mes genoux brisés? (Flaub.,Tentation,1849, iii, p.424).Elle craignait de tomber tant ses jambes étaient devenues molles (Maupass,Une Vie,1883, p.264).
Voix molle. Voix faible, sourde, sans inflexion. Une voix molle au bout du fil, celle d'un homme qui en est à sa cinquième ou sixième heure de bridge et à son sixième petit verre pour le moins (Simenon,Vac. Maigret,1948, p.81).
2. Qui manque de caractère, de vigueur morale. Être mou comme plâtre. Ces hommes mous et faciles à décourager se mouraient de fatigue et de sommeil (Michelet,Hist. romaine,t.2, 1831, p.18).Je suis un bien bon homme. Doux, doux, flasque. Mou comme une purée de citrouille (Claudel,Pain dur,1918, i, 3, p.423):
7. Puis, dit un autre, Manerville est un pauvre sire, sans esprit, mou comme du papier mâché, se laissant manger la laine sur le dos, incapable de quoi que ce soit. Balzac,Contrat mar.,1835, p.324.
Être mou comme une chiffe*, une chique*.
Être une pâte, une cire molle. Être malléable, sans caractère. Moi, j'étais une cire molle qui recevais toutes les empreintes (Sand,Lélia,1833, p.59).
3. Qui dénote ou suggère la mollesse.
[En parlant de la morphologie d'une pers. ou d'une manifestation de son comportement] Un long corps souple, un visage imberbe, des gestes mous, un air de fille (Tharaud,Dingley,1906, p.23).La flamme d'un briquet éclaira un instant ses mains unies, son menton mou, sa bouche épaisse (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.177).Le visage était charnu, les traits mous, un peu bouffis, comme ceux d'un noctambule qui n'a pas dormi son content (Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.28):
8. ... une jeune fille grasse et blanche, un peu caséeuse, comme les personnes qui vivent à l'ombre et parmi les laitages, ficelait lymphatiquement les paquets, interrogeait avec une malice molle le bonhomme... Arnoux,Chiffre,1926, p.21.
[En parlant du style, de l'exécution d'une oeuvre plastique, littér. ou mus.] Puis il reprit la page et se mit à lire. «C'est bien, me dit-il (...) mais un peu mou (...)» (Fromentin,Dominique,1863, p.57).Il [l'orchestre du Conservatoire] a été mou, très mou (Willy,Bains de sons,1893, p.102).
Avoir une touche molle, un pinceau mou. M. Coulmann a une nature morale assez riche, et c'est assurément un homme d'esprit, mais son pinceau est mou (Sainte-Beuve,Nouv. lundis,t.9, 1864, p.138).
4. Qui amollit, qui invite à la mollesse.
[En parlant d'une perception sensorielle (une musique, une odeur, etc.)] La molle odeur vineuse qui s'exhale des pressoirs et embaume l'air invite encore à ce laisser-aller familier (Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.194).Et voici qu'en ce moment elle ne pouvait plus se défaire d'une de ces musiques molles qui traînait en elle (Noailles,Nouv. espér.,1903, p.314):
9. À Chartres (...) une bouffée de cave très douce, alanguie par une senteur molle et presque étouffée d'huile, vous souffle au visage lorsqu'on pénètre dans les solennelles ténèbres de la forêt tiède [la cathédrale]. Huysmans, Cathédr.,1898, p.7.
[En parlant d'une condition climatique chaude et humide] Temps, air mou. L'air en est si relâché, si mou, qu'on ne peut se traîner (Sand,Corresp.,t.2, 1839, p.120).
[En parlant d'un mode de vie, d'un système éducatif] Une vie de pleurs, d'extases, de rêveries, une vie molle et paresseuse (Flaub.,Smarh,1839, p.109).Cette culture générale, tant vantée jadis, ne nous fait plus l'effet que d'une discipline molle et relâchée (Durkheim,Divis. trav.,1893, p.5).Une éducation trop molle et confortable développe ici les mêmes effets qu'une éducation rigide (Mounier,Traité caract.,1946, p.354).
[Déterm. un nom propre de pays] La molle Asie, la molle Ionie. L'astre aimé de la molle Italie (Barbier,Ïambes,1840, p.172).
C. − Emploi adv.
1. Sans vigueur ni fermeté. Vous parlez mou, Monsieur Rudler, et vous parlez vulgaire (Péguy,Argent,1913, p.1171).Nos acteurs jouent mou. Les leurs ont du naturel, un dynamisme inouï (Morand,New-York,1930, p.174).
2. Pop. et fam. Doucement, avec précaution. Vas-y mou! Vas-y mollo*! Vas-y mou! Il ne faut pas que cela se voit de trop (H. Bazin,Vipère,1948, p.152).
II. − Subst. masc.
A. − [Désignant une chose]
1. État, caractère de ce qui est mou. Je dédaigne et je hais les hommes; et mon pied Sent le mou de la fange en marchant sur leurs nuques (Hugo,Légende,t.2, 1859, p.413).Mon regard s'accouple avec la couleur, ma main avec le dur et le mou (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception,1945, p.248).
En partic. Tension plus ou moins grande (d'un cordage, d'un filin, d'une chaîne, etc.).
Avoir, prendre du mou. Être détendu, se détendre. Les chaînes [de la barre du gouvernail] qui s'enroulent sur les tourteaux à empreintes prennent du mou au bout d'un certain temps (Croneau,Constr. nav. guerre,t.2, 1892, p.398).La transmission par chaîne sera bonne s'il y a du mou dans la chaîne (Champly,Nouv. encyclop. prat.,t.6, 1927, p.195).
Donner, lâcher, laisser du mou. Détendre. L'ensemble des fils et des cordages [d'une antenne de T.S.F.] ne doit pas être trop tendu: il faut laisser un peu de mou, afin d'éviter la rupture en cas de retrait (Coustet,T.S.F. prat.,1924, p.47):
10. ... de mon côté, je tirais de mon mieux, m'arc-boutant, me raidissant sur les pieds, écrasant les ripatons du Bulgare qui gueulait, lui disant: − Donne du mou, sacré diable! Cendrars,Bourlinguer,1948, p.174.
Au fig. L'espace et le temps ne nous contraignent pas tyranniquement, nous concèdent du mou et des marges: rien n'interrompt notre carrière vagabonde, confuse (Arnoux,Roy. ombres,1954, p.23).
2. Chose molle, partie molle d'une chose.
a) Rare. L'été, dit-il, c'est du poison. Le soleil, le chaud, le mou des arbres de la terre, ça pourrit. Mais l'hiver... (Giono,Eau vive,1943, p.109).
b) Poumon des animaux de boucherie vendu souvent comme viande de moindre qualité pour l'alimentation des chats. Va chercher du mou au petit chat, dit Gérard (Champfl.,Avent. MlleMariette,1853, p.75).Il demeurait en extase, en face des grands mous pendus aux crocs de la criée (Zola,Ventre Paris,1873, p.776):
11. Quand je rentrai, après trois heures de queue et de hurlements devant les cuisines, et que tous eurent vu, de leurs yeux vu, en quoi consistait au juste la distribution: cinq litres environ de bouillon liquide où nageaient trois morceaux de mou gros comme des noisettes, il y eut sur tous les visages une telle expression d'atterrement que j'en fus plus triste que de ma propre déception. Ambrière,Gdes vac.,1946, p.39.
c) Pop. Partie charnue du corps, le corps dans son ensemble.
Rentrer dans le mou (de qqn). Attaquer (quelqu'un) sans ménagement. Synon. rentrer dans le chou (v. ce mot D), dans le lard (de qqn) (v. lard B 2). (Dict. xxes.).
Se magner le mou. Se dépêcher. Synon. se magner* le train (pop.).Dans son langage nous trouvons ces expressions (...) magne-toi le mou (...) expressions qui n'étaient jamais prononcées d'une façon claire, mais plutôt murmurées d'une voix un peu sourde, et comme en dedans, sans les voir (J. Genet,Querelle de Brest,III, 1947, p.209 ds Cellard-Rey 1980).
Crâne, cervelle.
Bourrer le mou (à/de qqn). Tromper, abuser (quelqu'un). Oh! On la connaît! dit Gaspard. Nous bourre pas l'mou, va, fais ton service (Benjamin,Gaspard,1915, p.84).Elle me reluquait indécise... Elle croyait que je lui bourrais le mou... (Céline,Mort à crédit, 1936, p.493).
C'est du mou! Ça ne vaut rien. Il n'y a qu'une liberté, que je te dis moi, rien qu'une: c'est de voir clair d'abord, et puis ensuite d'avoir du pognon plein les poches, le reste c'est du mou!... (Céline,Voyage,1932, p.482).
B. − [Désignant une pers.]
1. Personne faible, sans énergie ni esprit de décision. Toi, tu es un mou, tu es un faible! (Achard,J. de la Lune,1929, i, 6, p.12).
2. Personne modérée, hésitante, qui se rallie aux opinions les plus modérées. Mais il y a les autres, les socialistes, les radicaux, tous les types plus ou moins vaguement «de gauche», les sympathisants comme toi. Schneider a un sourire froid: «les mous.» «Disons: les tièdes» (Sartre,Mort ds âme,1949, p.241).
Prononc. et Orth.: [mu], [mɔl]. Homon. moue, moût, mole. Style poét. masc. mol, devant voyelle ou consonne (v. supra ex. et beau, fou, etc.). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj 1. ca 1150 «de consistance non dure» terre mole (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 5015); 2. a) ca 1170 «doux, confortable» (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 693); b) 1174-76 «qui est dit avec ménagement» (Guernes de Pont Ste Maxence, St Thomas, 3362 ds T.-L.); c) ca 1190 (vent) «doux, faible, non agressif» (Renard, éd. M. Roques, VIII, 7361); d) ca 1200 (la chair) «tendre, fragile» (Simon de Freine, St Georges, 1126 ds T.-L.); e) 1690 (Fur.: On dit aussi du langage, qu'il est mol et affecté, quand on choisit certains mots doucereux, et quand on les prononce d'un ton languissant et effeminé); 3. a) ca 1200 «faible, sans caractère ferme, lâche» (Poème moral, 85d ds T.-L.); b) 1erquart xiiies. «trop souple, manquant de fermeté» (Reclus de Molliens, Charité, 36, 7, ibid.); 4. 1587 «qui a le caractère de la mollesse ou porte à la mollesse» mols plaisirs (Lanoue, Discours politiques et militaires, p.210 ds Littré). B. Subst. 1. 1324 mol de la jambe (Arch. JJ 62, fo92 rods Gdf.); 2. 1393 «poumon (d'un animal de boucherie)» (Ménagier, II, 126 ds T.-L.); 3. 1640 (Oudin Curiositez, p.351: l'un veut du Mol l'autre du dur); 4. 1821 (Will.: Mou. Portion lâche d'une manoeuvre: on dit: donner du mou; larguer, mollir, diminuer la tension à volonté). Du lat. mollis, -e «mou, souple». Fréq. abs. littér. Mou: 2036. Mol: 746. Fréq. rel. littér. Mou: xixes.: a) 1848, b) 3167; xxes.: a) 3625, b) 3203. Mol: xixes.: a) 926, b) 1293; xxes.: a) 1399, b) 846. Bbg. Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromso/, 1972, p.224, 227; pp.237-239, 247-248. _ Quem. DDL t.16.

Wiktionnaire

Nom commun 1

molle \mɔl\ féminin

  1. (Géologie) (Industrie minière) Poudre de charbon mélangée avec de la stérile.
    • Le plus souvent, le charbon se présentait sous forme de poudre, la molle. On le brûlait alors dans un poêle en fonte Grenoblois n°5. — (Société Géologique et Minière du Briançonnais, Les Mines paysannes, page 18)
    • Les contraintes subies par les veines ont eu de nombreuses conséquences : Écrasement de certaines veines donnant un charbon pulvérulent (« la molle »). — (http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/05_carbonifere_briancon/05_carbonifere_briancon_roches_carbone.htm).
    • Le pétri était un mélange de poudre de charbon la molle et d’eau. Il était enfourné dans les poêles. — (http://sgmb.fr/productionsdelas/prosp-mine3.pdf)

Nom commun 2

molle \mɔl\ féminin

  1. Botte d'osier fendu.

Forme d’adjectif

molle \mɔl\

  1. Féminin singulier de mou.
    • Que je me résigne point à me désaffirmer transparente aqueuse et molle — (Laure Vernière, Poémes, 1971)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOL, OLLE. adj.
Voyez MOU.

Littré (1872-1877)

MOLLE (mo-l') s. f.
  • Botte d'osier fendu dont se servent les vanniers et les tonneliers. Presque tout l'osier que les vanniers emploient à Paris, vient de Champagne et d'Orléans, en paquets de quatre pieds de long qu'on appelle molles, Dict. des arts et mét. Vannier. Pour une voie de cinquante-deux molles de cercles à muids, entrant par cou, est dû, 3 livres 13 sous 6 deniers, Déclaration, 22 oct. 1715, Tarif.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOLLE ou Lentisque du Pérou, genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond, dont le pistil devient un fruit qui ressemble à un grain de poivre. Tournefort, Inst. rei herb. Appendix. Voyez Plante.

Molle, (Botan. exot.) c’est un arbre, grand & rameux, de l’Amérique méridionale, très-commun au Pérou & au Chili. Il est appellé lentiscus Peruana dans C. B. aroeira dans Marcgrave, & molle par le plus grand nombre des Botanistes. Nos François le nomment poivrier du Pérou, parce que son fruit ressemble à un grain de poivre.

Les rameaux du molle, suivant l’exacte description de cet arbre par le P. Feuillée, sont garnis de longues côtes, chargées de feuilles nombreuses, alternes, plus grandes & plus étroites que celles du lentisque, polies, terminées en pointe, sans queue & dentelées d’ordinaire à leur contour ; car il y a de ces arbres dont les feuilles ne sont pas dentelées.

Les fleurs sont très-nombreuses, petites, attachées à des rameaux particuliers : elles sont en rose, composées de cinq pétales pointus, de couleur jaune blanchâtre.

Il leur succede des grains ou baies, disposées en grappes comme le raisin ; ces grains sont presque ronds, ayant 3 à quatre lignes de diametre, & 4 de longueur. Ils renferment à leur centre deux petits noyaux qui ont le goût du poivre. La substance qui les environne est un peu gommeuse, d’une saveur douce, couverte d’une pellicule mince, & d’un beau rouge.

Lorsque ces fruits & grappes sont mûres, les Indiens en font une boisson assez délicate : pour cela, ils mettent en infusion dans de l’eau commune ces petits grains, séparés de leur grappe, qu’ils pressent dans la même eau pour leur faire rendre leur suc, lequel se mêlant avec l’eau, sont ensemble une belle couleur de vin ; les gens du pays se servent de cette liqueur pour se rafraichir. Garsilaso de la Vega, liv. VIII. ch. xij. & François Ximenez, vous en diront davantage sur les usages que les Indiens tirent de ce fruit.

Cet arbre s’éleve dans nos climats tempérés à la hauteur de 7 ou 8 piés ; mais rarement ses jets sont réguliers, de sorte qu’il est très-difficile de lui donner une belle tête : d’ailleurs il vient rarement à fleurir. On ne le trouve aussi que dans quelques jardins de Botanistes, plus curieux que les autres en plantes étrangeres. (D. J.)

Molle, s. f. en terme de Tonnelerie, ce sont des bottes d’osier fendu, dont ces ouvriers se servent pour lier le cerceaux : la molle contient 300 brins.

Molle se dit aussi des paquets ou bottes de cerceaux dont se servent les Tonneliers. Les molles de cerceaux sont plus ou moins grosses, selon la grandeur des cerceaux qu’elles contiennent. Les molles de cerceaux à futaille en contiennent ordinairement 25, & 16 quand ils sont plus forts : celles des cuviers n’en ont que 12 ; & celles des cuves sont pour l’ordinaire de 3 cerceaux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « molle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
molle mɔl

Traductions du mot « molle »

Langue Traduction
Anglais soft
Espagnol suave
Italien morbido
Allemand sanft
Chinois 柔软的
Arabe ناعم
Portugais suave
Russe мягкий
Japonais 柔らかい
Basque biguna
Corse dolce
Source : Google Translate API

Synonymes de « molle »

Source : synonymes de molle sur lebonsynonyme.fr
Partager