La langue française

Mercenaire

Sommaire

  • Définitions du mot mercenaire
  • Étymologie de « mercenaire »
  • Phonétique de « mercenaire »
  • Citations contenant le mot « mercenaire »
  • Traductions du mot « mercenaire »
  • Synonymes de « mercenaire »

Définitions du mot mercenaire

Trésor de la Langue Française informatisé

MERCENAIRE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1. [En parlant d'une pers.]
a) Vieilli. Qui perçoit un salaire en contrepartie d'un travail, d'un service. Quelquefois une nourrice mercenaire pose son nourrisson debout dans un trou en terre (...) pour n'être pas obligée de le porter elle-même (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 254).C'est [la classe ouvrière] celle qui (...) ne possède aucune initiative industrielle, et mérite à tous égard la qualification de mercenaire ou salariée (Proudhon,Révol. soc., 1852, p.15).Lola (...) embaucha (...) un certain nombre de cuisinières mercenaires, et les beignets furent (...) prêts à être livrés ponctuellement juteux, dorés et sucrés à ravir (Céline,Voyage, 1932, p. 64).
b) Armée, troupe mercenaire; corps mercenaire
HIST. Armée régulière formée de soldats de nationalité(s) différente(s) de l'autorité qui les emploie et qui font payer leurs services. Jean-Casimir avait inutilement fait des efforts auprès de la diète pour qu'elle l'autorisât à lever des troupes mercenaires, c'est-à-dire des soldats réguliers (Mérimée, Cosaques d'autrefois, 1865, p. 127).
Mod. Corps d'armée composé d'étrangers ou d'engagés volontaires. Il s'agit d'employer les corps mercenaires dans le travail contre-révolutionnaire. Les légionnaires acceptent avec enthousiasme la mission qui leur est confiée (Camus,Révolte Asturies, 1936, iii, 1, p. 422).
c) [P. méton. du déterminé] On acheta d'abord les Suisses, qui avaient des goûts mercenaires (Bainville,Hist. Fr., t.1, 1924, p. 142).Soit lassitude, soit recherche d'aise et de plaisir. Il [le maître] a livré son bien à des mains mercenaires (Pesquidoux,Livre raison, 1932, p. 230):
1. ... le talent d'un artiste peut être infini, mais (...) ses prétentions mercenaires sont nécessairement bornées; d'un côté, par l'utilité qu'il produit à la société qui le salarie; de l'autre, par les ressources de cette même société; en d'autres termes, que la demande du vendeur est balancée par le droit de l'acheteur. Proudhon, Propriété, 1840, p. 237.
2. [En parlant d'une activité] Qui est rémunéré; qui est effectué dans le but de recevoir un salaire, une rétribution. Comme enfant, on ne pouvait rien imaginer de plus crasseux. C'est vrai qu'il était livré aux soins mercenaires d'une souillon nommée Annette (Mauriac,Préséances, 1921, p. 170).[Un] bouquet de roses (...), la seule marque de souvenir pieux qu'il y eût sur cette dalle, visiblement confiée à un entretien mercenaire (Bourget,Enf. morte, 1928, p. 67).
3. Qui est relatif à un salaire, à une rétribution monétaire. Elle tient une enveloppe à la main. Prix du savoir, dès que je tiens l'enveloppe elle fait demi-tour s'en va très vite (...), comme s'il avait fallu qu'elle mette (...) un intervalle de temps et de distance entre l'enveloppe (...) et la reprise de nos rapports (...) après ce lien, ce contact mercenaire d'un instant (C. Simon,Le Sacre du printemps, Paris, Calmann-Lévy, 1974 [1954], p. 26).
B. − Gén. péj. [En parlant d'une pers., dans un domaine où les services, les actions devraient être désintéressés, non rétribués] Qui n'agit, ne travaille que pour en tirer un avantage financier. On s'était procuré, à bas prix, des critiques d'art (...) parmi la grande tribu mercenaire des écrivains à tout faire (Maupass.,Bel-Ami, 1885, p. 127).Une coutume irraisonnée (...) prive les demoiselles du monde de faire l'amour qu'elles feraient avec plaisir, tandis que les filles mercenaires le font trop, et sans goût (A. France,Île ping., 1908, p. 343).
[P. méton.] Âme, esprit mercenaire; amours, éloges mercenaires. Diderot, qui ne souille point ses mains d'un travail mercenaire et dédaigne les petits gains usuriers, est aux yeux de l'Europe entière un sage aussi vertueux que désintéressé (Guéhenno,Jean-Jacques, 1952, p. 308):
2. Ayant eu des amants plus âgés qu'elle et trop riches pour que même sa rétraction contre des désirs mercenaires ne gâtât pas désormais ses instants d'abandon, Gina, à vingt-six ans, avait besoin d'un amour désintéressé qui lui permît de jouer avec son propre coeur. Abellio, Pacifiques, 1946, p. 52.
II. − Substantif
A. −
1. Vieilli. Personne qui travaille afin de toucher un salaire. Créons à notre gré une femme parfaitement heureuse (...); ce sera celle qui, née d'une mère tendre, n'aura pas été livrée en naissant aux soins d'une mercenaire (Laclos,Éduc. femmes, 1803, p. 447).C'est curieux, tout de même, cette popularité inexplicable de cet homme [le général Boulanger] (...) chez les ouvriers, les mercenaires, les petites gens de la banlieue (Goncourt,Journal, 1889, p. 912).
Travailler comme un mercenaire. Travailler beaucoup, avec acharnement sans en tirer de grands profits. Il est temps de chercher à nos ennuis une solution pratique. Nous travaillons comme des mercenaires pour nous maintenir dans ces murs (Aymé,Cléramb., 1950, i, 6, p. 43).
2. HIST. Soldat à la solde d'un gouvernement étranger. Mod. Personne effectuant, pour de l'argent, des opérations de type militaire ou de maintien de l'ordre. Recruter des mercenaires. Aux âges qu'on dit barbares, les villes et les princes confiaient leur défense à des mercenaires qui faisaient la guerre en gens avisés et prudents (A. France,Lys rouge, 1894, p. 117).Nous aurions méprisé un mercenaire, il ne nous venait même pas à l'idée que quelqu'un de la Résistance pût être mercenaire (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p. 237).Il (...) a malgré son jeune âge un impressionnant passé de mercenaire en Afrique et au Liban. Dans ce dernier pays, il a combattu chez les phalangistes. En Rhodésie raciste, il fut «garde frontière». Aux Comores, il se retrouva brièvement, à l'issue d'une opération, «ministre de la justice» (L'Humanité, 12 oct. 1981, p. 14, col. 1).
B. − Gén. péj. Personne qui fait payer ses services. Un vil mercenaire (Ac.). Il lui manquait, pour éclaircir l'impassibilité de ces faces de mercenaires, l'indispensable reflet du pourboire (A. Daudet,Évangéliste, 1883, p. 237).Elle était celle que j'avais prise pour m'enseigner la psychologie de l'amour. (...) d'instinct, j'avais confié ce soin à une mercenaire (Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 185).
REM.
Mercenairement, adv.,rare. D'une façon mercenaire, bassement intéressée. (Dict. xixeet xxes.). Agir, écrire, servir qqn mercenairement (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [mε ʀsənε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694 Étymol. et Hist. 1. Adj. ca 1225 mercennaires «vénal, corrompu» (Gautier de Coinci, Mir. Vierge, éd. F. V. Koenig, I Mir 10, 863); ca 1250 Serjanz mercenneres «qui ne travaillent que pour un salaire» (Bible, B.N. 899, fo322a ds Gdf. Compl.); fin xives. oeuvre mercenaire «inspirée par le gain» (Oresme ds Meunier, p. 188); 2. subst. plur. fin xives. «ouvriers qui travaillent pour un salaire» (Oresme, loc. cit.); 1495 «étrangers qui servent dans une armée pour de l'argent» (Jeh. de Vignay, Mir. histor., 4evol., fo126b ds Gdf. Compl.); 1694 sing. «homme interessé, aisé à corrompre» (Ac.). Empr. au lat. mercenarius, adj. et subst. «mercenaire», «loué contre argent, payé». Fréq. abs. littér.: 366. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 533, b)1 095; xxes.: a) 332, b) 314.
DÉR. 1.
Mercenariat, subst. masc.État de mercenaire. L'assimilation du mercenariat militaire à un louage d'ouvrage me semble (...) plausible (Proudhon,Guerre et paix, 1861, p. 302). [mε ʀsənaʀja]. 1reattest. 1861 id.; du rad. lat. de mercenaire, suff. -at*.
2.
Mercenarité, subst. fém.,inus. ,,Caractère de ce qui est mercenaire; caractère d'une personne mercenaire`` (Lar. 20e). «Il n'est rien de si précieux que le temps puisqu'avec un seul moment on peut acheter la jouissance d'une glorieuse éternité», dit dans son langage de pieuse mercenarité le P. Nicolas du Sault (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 138). [mε ʀsənaʀite]. 1resattest. av. 1704 «qualité d'une personne mercenaire» (Bossuet, Passages éclaircis, XXIV ds Littré Add.), 1832 «qualité de ce qui est mercenaire» (Raymond); du rad. lat. de mercenaire, suff. -(i)té*.

Wiktionnaire

Adjectif

mercenaire \mɛʁ.sə.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Dont on trouve commode d’acheter le service, ou l’usage pour une période limitée. Salarié en contrat à durée limitée.
    • Pour qualifier une personne: une nourrice mercenaire. (Bernardin de Saint-Pierre)
    • (Au figuré) Il est des individus nés mercenaires qui ne font aucun bien à leurs amis ou à leurs proches, parce qu’ils le doivent ; tandis qu’en rendant service à des inconnus, ils en recueillent un gain d’amour-propre : plus le cercle de leurs affections est près d’eux, moins ils aiment ; plus il s’étend, plus serviables ils sont. — (Balzac, Le Père Goriot, 1835)
    • Lola, il faut le dire, n’avait jamais confectionné de beignets de sa vie. Elle embaucha donc un certain nombre de cuisinières mercenaires, et les beignets furent, après quelques essais, prêts à être livrés ponctuellement juteux, dorés et sucrés à ravir. Lola n’avait plus en somme qu’à les goûter avant qu’on les expédiât dans les divers services hospitaliers. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • Pour qualifier une chose: Qu’a-t-il été faire, un soir, […], en ce bouge à marins ? […] Quelle démission de sa fierté a pu le conduire en cette rue infâme, le jeter dans un lit mercenaire ? La fille avachie, hâtive, soucieuse d’autre clients. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Spécialement) (Militaire) Qualifie les troupes le plus souvent étrangères dont on se sert pour faire la guerre.
    • des bataillons, des compagnies mercenaires.
  3. (Péjoratif) Qui se laisse corrompre du fait de sa cupidité, et à qui on peut faire faire tout ce qu’on veut, en payant ce qu'il faut.
    • C’est une âme, un talent, un esprit mercenaire.
    • Une éloquence mercenaire.

Nom commun

mercenaire \mɛʁ.sə.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Ouvrier, un artisan, un homme de journée, intérimaire qui travaille pour gagner sa vie, sans contrat de longue durée.
    • Employer des mercenaires pour finir le travail à temps et honorer la commande.
    • (Figuré) Travailler comme un mercenaire, travailler beaucoup.
  2. Étranger qui s'engage dans une armée de métier par intérêt pécuniaire.
    • Fiers d’avoir fait plier la République, les Mercenaires croyaient qu’ils allaient enfin s’en retourner chez eux, avec la solde de leur sang dans le capuchon de leur manteau. — (Flaubert, Salammbô, 1862)
    • Le lendemain, il prend le château de Damville, à vingt kilomètres de Verneuil, et regagne ensuite Rouen, d’où il envoie aussitôt ses mercenaires en Bretagne, vers Fougères et Dol. — (J. Boussard, Les mercenaires au XIIe siècle : Henri II Plantegenet et les origines de l’armée de métier , dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1946, n°106-2, p.205)
  3. (Figuré) Homme intéressé et facile à employer si on y met le prix.
    • C’est un mercenaire sans honneur, un vil mercenaire à la solde de qui vous savez.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MERCENAIRE. adj. des deux genres
. Qui se fait seulement pour le gain, pour le salaire. Labeur mercenaire. Troupes mercenaires, Troupes étrangères dont on achète le service. Il s'emploie en mauvaise part et signifie Qui se laisse aisément corrompre par l'intérêt, à qui l'on fait faire tout ce qu'on veut pour de l'argent. C'est une âme, un esprit mercenaire. Par extension, Une éloquence mercenaire.

MERCENAIRE s'emploie comme nom et se dit d'un Ouvrier, d'un artisan, d'un homme de journée qui travaille pour de l'argent. Employer des mercenaires. Fig. et fam., Travailler comme un mercenaire, Travailler beaucoup.

MERCENAIRE se dit également des Étrangers qui servaient dans une armée pour de l'argent. Un corps de mercenaires. Il désigne au figuré un Homme intéressé et facile à corrompre pour de l'argent. C'est un mercenaire, un vil mercenaire.

Littré (1872-1877)

MERCENAIRE (mèr-se-nê-r') adj.
  • 1Qui se fait seulement pour le salaire. Œuvre mercenaire, Rotrou, Vencesl. III, 6. L'esprit mercenaire [suivant les quiétistes], c'est-à-dire le désir des récompenses, Bossuet, 5e écrit, 2. Et font d'un art divin [la poésie] un métier mercenaire, Boileau, Artp. IV. De là vint cet amas d'ouvrages mercenaires, Stances, odes, sonnets, épîtres liminaires, Boileau, Ép. IX.

    Fig. et en mauvaise part. Le véritable amour jamais n'est mercenaire, Il n'est jamais souillé de l'espoir du salaire, Il ne veut que servir, et n'a point d'intérêt Qu'il n'immole à celui de l'objet qui lui plaît, Corneille, Perth. I, 1. Loin de nous une piété faible et mercenaire ! attachons-nous à Dieu pour Dieu même, Fénelon, t. XVII, p. 347. Ici le cœur fait tout, ici l'on vit pour soi ; D'un mercenaire hymen on ignore la loi, Voltaire, Scyth. II, 2. Ils pourront aujourd'hui Vendre au fils de Pompée un mercenaire appui, Voltaire, Triumv. IV, 3.

  • 2En parlant des personnes, qui travaille pour de l'argent. N'employons point les mains d'un soldat mercenaire, Voltaire, Olymp. IV, 2.

    Troupes mercenaires, troupes étrangères dont on achète le service.

    Fig. À qui l'on fait faire tout ce qu'on veut pour de l'argent. Cet homme est mercenaire. C'est [une armée] une multitude d'âmes pour la plupart viles et mercenaires qui, sans songer à leur propre réputation, travaillent à celle des rois et des conquérants, Fléchier, Turenne. Gorgé de honte et d'or, un impudent Maurice, Du pouvoir, quel qu'il soit, adorant le caprice, De tout parti vaincu mercenaire apostat, Peut vendre ses amis comme il vendit l'État, Chénier M. J. Essai sur la satire.

  • 3 S. m. Ouvrier, artisan qui travaille pour de l'argent. Celui qui répand le sang et celui qui prive le mercenaire de sa récompense sont frères, Sacy, Bible, Ecclésiastiq. XXXIV, 27. Faire propriétaire, sans dépouiller personne, l'homme qui n'est que mercenaire, donner la terre au laboureur, c'est le plus grand bien qui se puisse faire en France, depuis qu'il n'y a plus de serfs à affranchir, Courier, Lettre V.

    Travailler comme un mercenaire, travailler beaucoup.

  • 4En général, tout homme qui travaille pour de l'argent, mais avec l'idée dépréciative qu'il n'a aucune indépendance de caractère. Dieu nous préserve de penser que vous sacrifiez la vérité à un vil intérêt ; que vous êtes du nombre de ces malheureux mercenaires qui combattent par des arguments, pour assurer et pour faire respecter les immenses fortunes de leurs maîtres, Voltaire, Philos. Cons. à M. Bergier, XX. Je ne vous ai point abandonné au soin du mercenaire ; je vous ai appris moi-même à parler, à penser, à sentir, Diderot, Père de famille, II, 6. Des esclaves et des mercenaires ne sont pas faits pour élever des Spartiates ; c'est la patrie elle-même qui remplit cette fonction importante, Barthélemy, Anach. ch. 43.
  • 5Nom donné aux étrangers qui servent dans une armée pour de l'argent. Pour t'en donner avis ce lâche mercenaire S'en vint dedans ton camp en faveur de la nuit, Mairet, Mort d'Asdr. III, 3.

    Guerre des mercenaires, guerre terrible que Carthage eut à soutenir contre les troupes étrangères à sa solde, entre la première guerre punique et la seconde.

  • 6 Fig. Homme intéressé et facile à corrompre pour de l'argent. C'est un vil mercenaire.

HISTORIQUE

XIIe s. Vus estes merceniers : des verais poi i a ; Li reis le veit très bien : plus vils vus en aura, Th. le mart. 29.

XIVe s. Mercenaires qui labourent pour loyer, comme sont recouvreurs de maisons, vignerons et teles gens, Oresme, Thèse de MEUNIER. Jehan Adam, prestre, chappellain mercemnaire de Rhetet, Du Cange, mercenarius. Le mercenaire est digne de son loyer, Songe du verg. I, 16.

XVe s. Là furent ordonnés le sire de… messire Henri de Kakeren, un chevalier mercenaire, Froissart, I, I, 139.

XVIe s. La vraye vertu ne demande aucun loyer mercenaire de ses actes louables, Amyot, Préf. VI, 31. Il ne fault pas s'en reposer et rapporter du tout à la discretion de quelques maistres mercenaires, Amyot, Comment il faut nourrir les enfants, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MERCENAIRE, s. m. (Gramm.) s’il est pris comme une modification de l’ame, il signifie un caractere inspiré par un intérêt sordide, soit dans les mêmes sens qu’on dit des actions, des discours, des amitiés, des amours mercenaires.

Mercenaire se dit de tout homme dont on paye le travail. Il y a dans l’état des métiers qui sembleroient ne devoir jamais être mercenaires ; ce sont ceux que récompense la gloire ou même la considération.

Machiavel prétend que les peuples sont corrompus sans ressource quand ils sont obligés d’entretenir des soldats mercenaires. Il est possible que les grands états s’en passent. Avant François I. il n’y avoit point eu en France des corps armés & stipendiés en tout tems. Si le citoyen ne veut pas être opprimé, il faut qu’il soit toujours en état de défendre lui-même ses biens & sa liberté. Depuis un siecle les troupes mercenaires ont été augmentées à un excès dont l’histoire ne donne pas d’idée. Cet excès ruine les peuples & les princes, il entretient en Europe entre les puissances une défiance qui fait plus entreprendre de guerres que l’ambition, & ce ne sont pas là les plus grands inconveniens du grand nombre des troupes mercenaires.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mercenaire »

(Env. 1225) Du latin mercēnārius «loué contre argent, payé, loué ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. mercenari ; esp. et ital. mercenario ; du lat. mercenarius, de merx, marchandise (voy. MARCHAND) ; mercenarius avait donné mercenier comme mercenaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mercenaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mercenaire mɛrsœnɛr

Citations contenant le mot « mercenaire »

  • En temps de paix, le mercenaire dérobe ; en temps de guerre, il déserte. De Nicolas Machiavel / Le prince
  • Pour pour les supporters, c'est l'occasion de rêver, de pleurer mais aussi d'haïr. Les émotions sont fortes et les jugements tout autant. Le joueur est perçu comme un mercenaire des temps modernes, vendant sa fidélité au plus offrant. Une telle caricature peut renfermer des vérités, certes, mais il est utile de rappeler le statut, parfois malheureux, d'un joueur professionnel. Un statut largement accouplé à un autre, celui du transfert. Club de Mediapart, Le transfert, forfaiture du « mercenaire » | Le Club de Mediapart
  • Un mercenaire n’est pas un militaire, il n’appartient pas à une armée régulière. Il ne porte pas le treillis que portent les militaires de son pays. Un mercenaire n’est pas le soldat d’une armée, c’est un civil qui porte des armes, spécialement recruté pour une mission et pour une période déterminée. Il se vend au plus offrant, peu importe la cause. Un mercenaire travaille pour lui, à son profit, ou pour les sociétés privées spécialisées. Corbeau News Centrafrique, RCA : qui sont les mercenaires présents en Centrafrique - Corbeau News Centrafrique Corbeau News Centrafrique
  • Au 19e siècle, de nombreux jeunes Suisses issus de milieux défavorisés ont combattu en Asie et en Afrique dans les troupes coloniales de puissances étrangères. Alors que le rôle des mercenaires suisses en Europe était déjà connu, des chercheurs ont maintenant découvert des documents qui mettent en évidence la contribution de combattants suisses à la domination coloniale.  SWI swissinfo.ch, Comment des mercenaires suisses ont participé à la colonisation - SWI swissinfo.ch
  • Pour que les Etats puissent se doter d'une puissance aérienne militaire, des prestataires privés ont vu le jour et vont jusqu'à fournir les pilotes qui participeront aux combats. Le Français Habib Boukahrouba est devenu une sorte de PDG de mercenaires pour Etats en quête de forces armées aériennes. France Culture, Habib Boukharouba, "Top Gun" privé pour pays sans escadrille
  • Pour Tehra Sinaly, il n’est pas question que les anciens membres du bureau de la jeunesse du PDCI tolèrent les agissements de quelqu’un qui «s’est constitué en mercenaire politique». Informateur.info, Présidentielle 2020 : «KKB est un mercenaire politique» (Anciens de la JPDCI) - Informateur.info
  • Quand on trouve facilement à boire et à manger dans un pays autre que le sien, on y reste. Mais, de là à s’y convertir en mercenaire aveuglé par l’argent sale et même à diffamer d’anciens présidents de la République, de ce même pays, c’est un pas que Mr Saïd, notre hôte indélicat vient de franchir. , Crise Socio-Politique au Mali : Paroles de mercenaire - Bamada.net

Traductions du mot « mercenaire »

Langue Traduction
Anglais mercenary
Espagnol mercenario
Italien mercenario
Allemand söldner
Chinois 雇佣兵
Arabe مرتزق
Portugais mercenário
Russe наемник
Japonais 傭兵
Basque mertzenarioak
Corse mercenari
Source : Google Translate API

Synonymes de « mercenaire »

Source : synonymes de mercenaire sur lebonsynonyme.fr
Partager