Citation : définition de citation


Citation : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CITATION, subst. fém.

I.− Domaine du dr.Action de citer en justice.
A.− Spéc. Sommation, signifiée à quelqu'un par exploit d'huissier, de comparaître dans un délai fixé, devant un juge de paix, un tribunal correctionnel ou de simple police pour être jugé ou pour témoigner. Notifier, recevoir, annuler une citation; cédule* de citation; citation en conciliation*; citation pour contravention :
1. Le délai pour comparaître sera réglé par le juge de paix à jour fixe, mais de manière qu'il y ait toujours, entre la citation notifiée et le jour indiqué pour la réunion du conseil, un intervalle de trois jours au moins... Code civil,1804, p. 76.
2. ... tandis que la porte d'entrée s'ouvrait directement sur le large couloir, garni de banquettes, où attendaient les témoins. Dès une heure et demie, bien que la citation ne fût que pour deux heures, les Roubaud étaient là. Zola, La Bête humaine,1890, p. 75.
Rem. Les quasi-synon. ajournement et assignation s'emploient pour une convocation devant des tribunaux civils ou de commerce.
DR. PÉNAL. Citation directe. Sommation, faite à l'auteur d'un délit par la victime, de comparaître sans instruction préalable devant un tribunal correctionnel. Abus de citation directe :
3. ... soit que le demandeur assigne des agents qui ne sont pas couverts par la qualité d'officier de police judiciaire en se constituant partie civile ou par citation directe de manière à mettre en marche l'action publique... G. Belorgey, Le Gouvernement et l'admin. de la France,1967, p. 190.
Vx. [Devant un tribunal eccl.] Procès, citation devant l'official (Hugo, La Légende des siècles,t. 6, 1883p. 110).
B.− P. méton. Citation en justice. Acte écrit, exploit d'huissier assignant quelqu'un à comparaître devant le juge d'instance et précisant le délai fixé. Copie de citation :
4. On comprend dès lors comment Asie put se trouver dans la salle des Pas-perdus du Palais-de-Justice, une citation à la main, se faisant guider dans les corridors et dans les escaliers qui mènent chez les juges d'instruction... Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1846, p. 405.
5. ... on leur envoya une citation à comparaître devant le tribunal de simple police, pour injures envers le garde, et s'y entendre condamner à 100 francs de dommages et intérêts « sauf le recours du ministère public, vu les contraventions par eux commises : coût 6 francs 75 centimes. Tiercelin, huissier ». Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 179.
II.− Domaine didact. et autres.Action de citer les paroles, les écrits d'un auteur.
A.− Domaine didact.
1. Action de citer un passage d'auteur, de reproduire exactement ce qu'il a dit ou écrit, oralement ou dans un texte. Des règles sont prévues pour la citation d'un texte ou d'un fragment de texte dans un nouvel ouvrage imprimé (J. Prinet, La Phot. et ses applications,1945, p. 115).
2. P. méton.
a) Paroles, ou phrase, passage, texte empruntés à un auteur et que l'on reproduit textuellement, de vive voix ou par écrit, pour illustrer, éclairer ou appuyer ce que l'on veut dire. Faire des citations; recueil, choix, rapprochement de citations; le goût des citations; une citation exacte, tronquée. Synon. emprunt, extrait.Je prépare longuement le discours où j'intercale à propos quelques citations latines (Renard, Poil de Carotte,1894, p. 166):
6. Je vis d'abord, au-dessous d'une date et entre guillemets, cette citation de l'Évangile : « Celui qui est fidèle dans les petites choses le sera aussi dans les grandes » ... Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1020.
7. ... il relut son article d'un bout à l'autre. À le voir ainsi imprimé, avec les nombreux alinéas et les citations en italique, il lui parut bien meilleur que la nuit précédente. Druon, Les Grandes familles,t. 1, 1948, p. 90.
SYNT. Une belle, longue, fausse citation; une citation bien choisie, à propos, biblique, latine, classique, littéraire, sacrée, juridique; d'abondantes, de nombreuses citations; des citations variées; emprunter une citation; multiplier les citations; orner, émailler un discours de citations; terminer par une citation; une erreur de citation; à coups de, à grand renfort de citations; appuyer, étayer une opinion sur des citations; la référence d'une citation; mettre une citation entre guillemets.
b) Phrase, passage, texte d'auteur ou l'auteur lui-même que l'on indique simplement, auquel on se réfère. Synon. évocation.Faits, circonstances que l'on rapporte, que l'on avance à l'appui de son opinion. Synon. allégation :
8. Comme une pareille proposition ne sauroit être admise que sur des preuves, et non sur sa simple énonciation, essayons de la mettre en évidence par la citation des principaux faits connus qui en constatent le fondement. Lamarck, Philos. zool.,t. 1, 1809, p. 240.
B.− ARM. Récompense honorifique décernée à un militaire ou à une unité pour un fait d'armes, un acte glorieux, et consistant dans l'énonciation écrite et lue à haute voix de ce haut fait. Citation à l'ordre du jour, de l'armée, du corps d'armée, de la division, de la brigade, du régiment. Le Comité de la libération nationale décidait de lui conférer la médaille militaire avec une très belle citation (De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 168):
9. Derrière lui, Gilbert railla, du ton qu'il aurait pris pour lire une citation à l'armée : − « A toujours fait preuve de la plus courageuse initiative, donnant à ses camarades l'exemple d'une incomparable bravoure.» Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 174.
P. ext. Le texte même de cette distinction honorifique :
10. Il tira de sa poche une liasse de citations. − « Celle-là : deux Buls esquintés, celle-là quatre, celle-là six, celle-là une compagnie avec ses officiers. (...) » Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 219.
P. anal. Inscription, mention honorifique. Citation d'un élève au tableau d'honneur. Une amie qui donnait une fête (...) aurait bien voulu une citation dans les Échos de la vie française (Maupassant, Bel-Ami,1885, p. 134).
Prononc. et Orth. : [sitasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) xives. [date ms.] « action de citer en justice » (Bers., Tite Live, B.N. 20312ter, fo64 vods Gdf. Compl.); b) 1567 « assignation » (Junius ds Lar. Lang. fr.); 1577 (Junius, Nomenclator omnium rerum propria nomina variis linguis explicata indicans); 2. 1671 citation d'un Autheur (Pomey); 3. ca 1790 citation à l'ordre « mention honorable décernée pour un haut fait » (ds Brunot t. 9, p. 671). Empr. au b. lat. citatio « proclamation (contexte juridique) », puis en lat. médiév. « action de citer en justice » (viie-ixes.) et « écrit par lequel on cite en justice » (xiiies. ds Mittellat. W. s.v.). Fréq. abs. littér. : 775. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 936, b) 912; xxes. : a) 1 166, b) 1 306.

Citation : définition du Wiktionnaire

Nom commun

citation \si.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. (Justice) Acte notifié à la partie qu’on veut obliger à comparaître devant un juge ou devant un tribunal.
    • Citation devant le juge de paix.
    • Cédule de citation.
    • citation en conciliation.
    • Acte de citation.
    • citation pour contravention de police.
    • Donner, notifier une citation à un prévenu.
    • Annuler une citation.
  2. Action de rapporter avec exactitude, oralement ou par écrit, les propos ou textes d'une personne.
    • Silvestre de Sacy était surtout préoccupé des citations de l’Ancien Testament qui sont faites dans le Nouveau. Il trouvait tant de difficultés à les justifier, lui si exact en fait de citations, qu’il avait fini par admettre en principe que les deux Testaments, chacun de leur côté, sont infaillibles, mais que le Nouveau n’est pas infaillible quand il cite l’Ancien. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 169.)
    • — Mais je vous parle latin, excusez-moi. C’est le professeur qui l’emporte sur le jardinier. Les citations latines sont comme des oiseaux qui s’ébattent et pépient dans mon esprit. On n’empêche pas les oiseaux de voler. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, pages 293-294.)
    • Quelque citation latine banale de ci, de là, un aphorisme philosophique ou pédagogique, une ironie forcée mais acerbe, rehaussent son prestige. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • D’une certaine façon, toute citation est malhonnête, car elle extrait une phrase d’un ensemble dont le rythme et les contrastes contribuent à lui donner une valeur. — (Charles Dantzig, Dictionnaire égoïste de la littérature française. Paris, Grasset, 2005, p.179)
    • Dans tous les articles, les auteurs s'attachent scrupuleusement aux faits, aux données brutes et concrètes : pas de bavardage, pas d'interprétations oiseuses, mais des informations précises étayées par des citations sourcées. — (Bulletin critique du livre français, nº666-669, Association pour la diffusion de la pensée française, 2005, p.5)
  3. Passages écrit ou oral rapporté exactement.
    • Si une seconde citation est comprise à l’intérieur de la première, chaque ligne de la citation incluse sera précédée d’un guillemet ouvrant. — (Jean Girodet, Dictionnaire des pièges et difficultés de la langue française, 2012)
    • Nous avons aussi présenté les meilleures façons de faire pour inclure des citations et examiné des cas bien précis de plagiat afin de montrer comment on peut les éviter, et indiqué comment utiliser les sources Internet. — (Éric Ouellet, ‎Adam Chapnick, ‎Pierre Pahlavi, Manuel de rédaction à l’usage des militaires, 2013)
  4. (Militaire) Mention honorifique accordée à un soldat pour faits d'armes.
    • Ses citations ?
      – Je ne les ai pas sur moi, mon général, avait répondu Conan, mais ça va chercher dans les cinquante-deux Fritz esquintés en dix-huit coups de main.
      — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 19.)
    • Juin ne se fait pas prier. La camaraderie cyrarde l'explique, autant sans doute que le respect inspiré par les huit citations et les cinq blessures accumulées par son visiteur durant la guerre, commencée à cheval, terminée à pied. — (Jean-Christophe Notin, Maréchal Juin, Éditions Tallandier, 2015, chap. 1)

Nom commun

citation féminin

  1. Citation, assignation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Citation : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CITATION. n. f.
T. de Procédure. Acte notifié à la partie qu'on veut obliger à comparaître devant un juge ou devant un tribunal. Citation devant le juge de paix. Cédule de citation. Citation en conciliation. Acte de citation. Citation pour contravention de police. Donner, notifier une citation à un prévenu. Annuler une citation. Il signifie encore Allégation d'un passage, d'une autorité, etc., soit que l'on rapporte le passage, etc., soit que l'on se contente d'indiquer où il se trouve. Remplir un discours de citations. Multiplier les citations. Longue citation. Des pages chargées de citations. Citation de Virgile, de Cicéron. Mettre les citations en note, en marge, à la marge. En Termes militaires, il signifie aussi Mention honorable. Citation à l'ordre de l'armée, de la division, du régiment, etc.

Citation : définition du Littré (1872-1877)

CITATION (si-ta-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1 Terme de droit. Ajournement par acte notifié par huissier, pour comparaître devant le juge. Cédule de citation. Citation en conciliation devant le juge de paix.

    L'acte qui constate la citation. Les témoins doivent représenter la citation qui leur a été donnée.

  • 2L'ordre que le grand maître envoyait à tous les chevaliers de se rendre à Malte, en certaines occasions.
  • 3Passage emprunté à un auteur qui peut faire autorité. Des citations multipliées. Je justifierai dans cette lettre la vérité de mes citations contre les faussetés que vous m'imposez, Pascal, Prov. 13. Jamais Lise à souper ne prie Un pédant à citations, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 81.

HISTORIQUE

XIVe s. Un tribun a cité Ceson devant le peuple ; laquelle citation…, Bercheure, f° 54, verso.

XVe s. Paisibles soit sans mouvoir guerre, Citacion, contempt, ryote, Deschamps, Poésies mss. f° 557, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Citation : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CITATION, s. f. (Gramm.) c’est l’usage & l’application que l’on fait en parlant ou en écrivant, d’une pensée ou d’une expression employée ailleurs : le tout pour confirmer son raisonnement par une autorité respectable, ou pour répandre plus d’agrément dans son discours ou dans sa composition.

Dans les ouvrages écrits à la main, on soûligne les citations pour les distinguer du corps de l’ouvrage. Dans les livres on les distingue, soit par un autre caractere, soit par des guillemets. Voyez Guillemets.

Les citations doivent être employées avec jugement : elles indisposent, quand elles ne sont qu’ostentation : elles sont blâmables, quand elles sont fausses. Il faut mettre le lecteur à portée de les vérifier. En matiere grave, il est à propos de citer l’édition du livre dont on s’est servi.

Quelques modernes se sont fait beaucoup d’honneur en citant à propos les plus beaux morceaux des anciens, & par-là ils ont trouvé l’art d’embellir leurs écrits à peu de frais. Nos prédicateurs citent perpétuellement l’Ecriture & les Peres, moins cependant qu’on ne faisoit dans les siecles passés. Les Protestans ne citent guere que l’Ecriture. Quoi qu’il en soit, s’il est d’heureuses citations, s’il est des citations exactes, il en est aussi beaucoup d’ennuyeuses, de fausses, & d’altérées ou par l’ignorance, ou par la mauvaise foi des écrivains ; souvent aussi par la négligence de ceux qui citent de mémoire. La mauvaise foi dans les citations est universellement reprouvée ; mais le défaut d’exactitude & d’intelligence n’y sont guere moins repréhensibles, & peuvent être même de conséquence suivant l’importance des sujets.

Le projicit ampullas & sesquipedalia verba d’Horace, de même que le scire tuum nihil est de Perse, sont cités communément dans un sens tout contraire à celui qu’ils ont dans l’auteur. Cette application détournée qui n’est pas dangereuse en des sujets profanes, peut devenir abusive, quand il s’agit des passages de l’Ecriture, & il en peut résulter des erreurs considérables. En voici entr’autres un exemple frappant, & qui mérite bien d’être observé.

C’est le multi vocati, pauci vero electi (Mat. ch. xx.), passage qu’on nous cite à tous propos comme une preuve décisive du grand nombre des damnés & du petit nombre des élûs ; mais rien, à mon avis, de plus mal entendu ni de plus mal appliqué. En effet, à quelle occasion Jesus-Christ dit-il, beaucoup d’appellés, mais peu d’élûs ? C’est particulierement dans la parabole du pere de famille qui occupe plusieurs ouvriers à sa vigne, où l’on voit que ceux qui n’avoient travaillé que peu d’heures dans la journée, gagnerent tout autant que ceux qui avoient porté le poids de la chaleur & du jour ; ce qui occasionna les murmures de ces derniers, lesquels se plaignirent de ce qu’après avoir beaucoup fatigué, on ne leur donnoit pas plus qu’à ceux qui n’avoient presque rien fait. Sur quoi le pere de famille s’adressant à l’un d’eux, lui répond : Mon ami, je ne vous fais point de tort ; n’êtes-vous pas convenu avec moi d’un denier pour votre journée ? Prenez ce qui vous appartient, & vous-en allez. Pour moi je veux donner à ce dernier autant qu’à vous. Ne m’est-il pas permis de faire des libéralités de mon bien, & faut-il que votre œil soit mauvais, parce que je suis bon ? C’est ainsi, continue le Sauveur, que les derniers seront les premiers, & les premiers les derniers, parce qu’il y en a beaucoup d’appellés, mais peu d’élûs.

J’observe d’abord sur ces propositions du texte, Sic erunt novissimi primi & primi novissimi, multi enim sunt vocati, pauci vero electi ; j’observe, dis-je, qu’elles sont absolument relatives à la parabole ; & c’est ce que l’on voit avec une pleine évidence par ces conjonctions connues sic, enim, qui montrent si bien le rapport nécessaire de ces propositions avec ce qui précede : elles sont comme le résultat & le sommaire de la parabole ; & si elles ont quelque obscurité, c’est dans la parabole même qu’il en faut chercher l’éclaircissement.

Je dis donc que les élûs dont il s’agit ici, ce sont les ouvriers que le pere de famille trouva sur le soir sans occupation, & qu’il envoya, quoique fort tard, à sa vigne : ouvriers fortunés, qui n’ayant travaillé qu’une heure, furent payés néanmoins pour la journée entiere. Voilà, dis-je, les élûs, les favoris, les prédestinés.

Les simples appellés que la parabole nous présente, ce sont tous ces mercenaires que le pere de famille envoya dès le matin à sa vigne, & qui après avoir porté toute la fatigue du jour furent payés néanmoins les derniers, & ne reçûrent que le salaire convenu, le même en un mot que ceux qui avoient peu travaillé. Ce sont tous ceux-là qui, suivant la commune opinion, nous figurent les non-élus, les prétendus réprouvés.

Mais que voit-on dans tout cela qui suppose une réprobation ? Le traitement du pere de famille à l’égard des ouvriers mécontens, a-t-il quelque chose de cruel ou d’odieux, & trouve-t-on rien de trop dur dans le discours sage & modéré qu’il leur adresse ? Mon ami, je ne vous fais point de tort ; je vous donne tout ce que je vous ai promis : je veux faire quelque gratification à un autre, pourquoi le trouvez-vous mauvais ?

On ne voit rien là qui doive nous faire sécher de crainte, rien qui sente les horreurs d’une réprobation anticipée. J’y vois bien de la prédilection pour quelques-uns ; mais je n’y apperçois ni injustice ni dureté pour les autres : nul n’éprouve un sort funeste ; ceux même qui ne sont qu’appellés sans être élus, doivent être satisfaits du maître qui les employe, puisqu’il les récompense tous, & qu’il les traite avec humanité. Mon ami, dit-il, je ne vous fais point de tort ; appellé au travail de ma vigne, vous avez reçû le salaire de vos peines ; & quoique vous ne soyez pas du nombre des élus ou des favoris, vous n’avez pourtant pas sujet de vous plaindre. Paroles raisonnables, paroles même affectueuses, qui me donnent de l’espoir, & nullement de l’épouvante.

Je conclus de ces réflexions si simples, que le multi vocati, pauci vero electi, dont il s’agit, est cité mal-à-propos dans un sens sinistre, & qu’on a tort d’en tirer des inductions desespérantes ; puisqu’enfin ce passage bien entendu, & déterminé comme il convient par les circonstances de notre parabole, inspirera toûjours moins d’effroi que de confiance en la divine bonté, & qu’il indique tout au plus les divers degrés de béatitude que Dieu prépare dans le ciel à ses serviteurs : erunt novissimi primi, & primi novissimi. Ibid.

Le multi vocati, pauci vero electi, se trouve encore une autre fois dans l’Ecriture ; c’est au xxij. chap. de S. Matthieu ; mais il n’a rien là de plus sinistre & de plus concluant que ce qu’on a vû ci-dessus.

J’ai aussi un mot à dire sur le fameux ô altitudo de S. Paul, & je montrerai sans peine que l’on abuse encore de ce passage dans les applications qu’on en fait : on le cite presque toûjours en parlant du jugement de Dieu, & il semble que ce soit pour couvrir ce qui paroît trop dur dans le mystere de la prédestination, ou pour calmer les fideles effrayés des célestes vengeances. Mais ce passage au sens qu’il est cité, loin d’éclairer ou de calmer les esprits, inspire au contraire une frayeur ténébreuse, & nous montre un Dieu plus terrible qu’aimable.

Néanmoins admirez ici le mal-entendu de cette citation : ce passage si peu satisfaisant de la maniere qu’on le présente, est véritablement dans le texte sacré un sujet d’espérance & de consolation, puisqu’il exprime le ravissement où est l’apôtre à la vûe des thrésors de sagesse & de miséricorde que Dieu reserve pour tous les hommes.

Dieu, dit S. Paul aux Romains, a permis que tous fussent enveloppés dans l’incrédulité, pour avoir occasion d’exercer sa miséricorde envers tous. Conclusit enim Deus omnia in incredulitate, ut omnium misereatur. Sur quoi l’apôtre s’écrie transporté d’admiration : « O profondeur des thrésors de la sagesse & de la science de Dieu ; que ses jugemens sont impénétrables, & ses voies incompréhensibles » ! S. Paul par conséquent, loin de nous annoncer ici la rigueur des jugemens de Dieu, nous rappelle au contraire les effets ineffables de sa bonté : O altitudo divitiarum sapientia & scientia Dei ! Le dogme de la prédestination n’a donc rien d’effrayant dans ce passage de S. Paul.

Quoi qu’il en soit, certains prédicateurs abusant de ces expressions, & outrant les vérités évangéliques, n’ont que trop souvent allarmé les consciences, & jetté la terreur, le desespoir, où ils devoient inspirer au contraire les plus tendres sentimens de la reconnoissance pour le Dieu des miséricordes. Mais hélas que ce prétendu zele, que ce zele outré a causé de maux !

Les auditeurs épouvantés, méconnoissant leur créateur & leur pere dans le Dieu foudroyant qu’on leur prêchoit, ont secoué pour la plûpart le joug de la foi, & se sont livrés à l’incrédulité ; disposition funeste qui sape le fondement des vertus, & qui assûre le triomphe des vices. Art. de M. Faiguet, maître de pension à Paris.

Citation, (Théolog.) Les citations sont la base de la Théologie. Les citations de l’ancien Testament qu’on trouve dans le nouveau, ont donné lieu à des doutes, des disputes, & des objections spécieuses de la part des ennemis de la religion Chrétienne. Julien, Porphyre, les Juifs, & les esprits forts modernes, reprochent aux Chrétiens que les apôtres citent souvent des passages de l’ancien Testament, & des prophéties, comme accomplies dans la personne de Jesus-Christ ; que cependant il arrive fréquemment, ou que ces passages ainsi cités ne se trouvent point dans l’ancien testament, ou ne sont point employés dans le sens littéral & naturel qu’ils semblent présenter dans l’ancien Testament : ce qui paroît évidemment, ajoûte-t-on, par ce passage de S. Matthieu, chap. xj. vers. 15. Ex Ægypto vocavi filium meum, qui pris à la lettre se rapporte à la sortie des Israélites d’Egypte.

Cette difficulté a paru insurmontable à quelques auteurs ; d’autres pour la résoudre ont pris différentes routes. Quelques-uns ont recours à un double accomplissement, & prétendent que quoique les prophéties ayent été accomplies une premiere fois dans certains événemens, elles peuvent l’être encore une fois dans la personne du Messie. Mais d’autres rejettent ce double accomplissement, à moins que le prophete lui-même ne le déclare, rendant par ce moyen toute la prophétie inutile.

Entre ces deux extrémités presque également vicieuses, quelques-uns ont embrassé une opinion fort raisonnable, & qui paroît fondée ; c’est de dire qu’il y a des prophéties typiques sur le Messie, lesquelles ont deux objets ; l’un prochain & immédiat, qui est comme l’ombre ou la figure du Messie contenue dans l’ancienne loi, & qui a eu un accomplissement imparfait & commencé ; l’autre éloigné, mais principal, savoir le Messie, en qui ces prophéties ont eu leur plein & entier accomplissement : le premier n’étoit que le type du second, & par conséquent celui-ci étoit le principal ; & de ce genre est le passage cité dans l’objection, qui pour avoir été accompli en figure par la sortie des Israélites d’Egypte, n’en a pas moins été une prophétie bien appliquée & pleinement accomplie dans le retour de J. C. d’Egypte après la mort d’Hérode.

Pour lever le reste de la difficulté, on observe que les Juifs rabbins prennent beaucoup de libertés en citant ou en interprétant les Ecritures, & l’on suppose que les apôtres ont suivi la même méthode dans leurs citations ; mais cette supposition n’est pas fondée : en effet, les apôtres instruits immédiatement par J. C. & inspirés par le S. Esprit, n’avoient aucun besoin de recourir aux regles des docteurs Juifs dans leurs citations.

Néanmoins en conséquence de cette supposition, M. Surenhusius professeur en Hébreu à Amsterdam, a tâché de retrouver ces regles perdues depuis si long-tems, & a donné à cet effet un savant traité intitulé sepberhamechawe, ou ΒΙΒΛΟΣ ΚΑΤΑΛΛΑΤΗΣ, in quo secundùm veterem theologorum Hebræorum formulam allegandi & modos interpretandi, conciliantur loca ex veteri in novo testamento allegata. Il y remarque d’abord quantité de différences qui se trouvent dans les différentes manieres de citer usitées dans les Ecritures ; comme il a été dit ; il est écrit, afin que ce qu’ont dit les prophetes fût accompli, l’Ecriture dit, voyez ce qui est dit, l’Ecriture a prédit, il n’est point dit, &c. Il ajoûte que les livres de l’ancien Testament ayant été arrangés différemment en divers tems & sous différens noms, c’est pour cela qu’un livre ou un auteur sont souvent confondus avec un autre.

Pour ce qui regarde les regles de citation & d’interprétation pratiquées par les rabbins, il en rapporte dix, qu’il a recueillies après une étude profonde du talmud & des anciens docteurs Juifs, dont il donne des exemples tirés des écrits des apôtres ; & par ces regles il tâche d’expliquer & de justifier toutes les citations de l’ancien Testament employées dans le nouveau. Ces regles sont 1°. de lire les mots, non pas suivant les points qui sont placés au-dessous, mais suivant d’autres qu’on leur substitue, comme ont fait S. Pierre, act. ch. iij. vers. 3. S. Etienne, act. ch. vij. vers. 47. & S. Paul, 1. Corinth. ch. xv. vers. 54. & 2. Corinth. ch. viij. vers. xv. La seconde est de changer les lettres, comme a fait S. Paul, Rom. ch. jx. vers. 33. I. Corinth. ch. xj. vers. 9. & ch. x. vers. 5. & S. Etienne, act. vij. vers. 43. La troisieme est de changer les lettres & les points, comme a fait S. Paul, act. ch. xiij. vers. 41. & II. Corinth. ch. viij. vers. 15. La quatrieme est d’ajoûter quelques lettres & d’en retrancher d’autres. La cinquieme est de transposer les mots & les lettres. La sixieme est de partager un mot en deux. La septieme, d’ajoûter d’autres mots pour rendre le sens plus clair. La huitieme, de changer l’ordre des mots. La neuvieme, de changer l’ordre des mots & d’en ajoûter d’autres : c’est ce qu’ont fait les apôtres, dit M. Surenhusius, par rapport aux deux dernieres regles. Et la dixieme enfin, c’est de changer l’ordre des mots, d’en ajoûter quelques-uns, & d’en retrancher d’autres ; & c’est selon le même auteur la méthode que S. Paul a suivie fort souvent.

D’autres auteurs, comme l’évêque Kidder, M. Leclerc, & M. Sike, levent la difficulté d’une maniere satisfaisante à certains égards, mais dangereuse à d’autres. Selon eux, cette forme ordinaire de citation dont se servent les évangélistes, afin que ce que les prophetes ont annoncé fût accompli, ne signifie rien de plus qu’une maniere d’adapter les passages des prophetes au cas présent par un sens d’accommodation : principe trop général, & qui demande des exceptions ; on en verra un exemple ci-dessous. Le mot πληρωθὴ, accompli, ne nous détermine pas, ajoûtent-ils, à un tel sens, comme si les évangélistes avoient dessein de dire que la prédiction des évenemens futurs est accomplie ; mais il exprime seulement qu’on a ajusté les termes qu’on a cités. Si cette raison avoit lieu, il n’y a point de prophétie qu’on ne pût nier avoir été accomplie à la lettre dans Jesus-Christ. Mais pour la faire passer, l’évêque Kidder remarque qu’on peut dire que l’Ecriture est accomplie en deux manieres ; proprement, comme quand la chose prédite arrive ; & improprement, dans un sens d’accommodation, comme quand il arrive dans quelque lieu à quelqu’un quelque chose qui est déjà arrivé quelque tems auparavant, ailleurs & à une autre personne. C’est ainsi, ajoûte-t-il, que S. Matthieu dit à l’occasion du massacre des Innocens, qu’alors fut accompli ce qui avoit été dit par le prophete Jéremie : Une voix se fit entendre dans Rama, &c. L’exemple est bien choisi, mais le principe est trop vague, & n’est pas applicable aux prophéties littéralement accomplies dans Jesus-Christ ; & il s’en trouve un très-grand nombre de cette espece dans l’Evangile.

Cette interprétation de l’évêque Kidder est confirmée par M. Leclerc, qui remarque que les Juifs ont coûtume de dire dans leur langue qu’un passage de l’Ecriture est accompli, toutes les fois qu’il arrive une chose à laquelle on peut l’appliquer ; de sorte que S. Matthieu qui étoit Hébreu, & qui écrivit (comme on le suppose communément) en cette langue, ne vouloit dire autre chose dans le passage qu’on vient de citer, sinon qu’il étoit arrivé une chose à laquelle on pouvoit appliquer ce que Jéremie avoit dit dans une autre occasion. M. Sike abusant du principe de M. Leclerc, avance qu’en citant ce passage d’Isaïe, une Vierge enfantera, &c. les évangélistes ne se proposent que de rapporter ces mots du prophete, qui conviennent fort bien à la naissance de J. C. mais non comme une prophétie de sa naissance. Ce sentiment de M. Sike n’est pas nouveau ; Grotius l’avoit imaginé, & M. Richard Simon l’a soûtenu : mais M. Bossuet en a pleinement démontré la fausseté, aussi-bien que le P. Balthus Jésuite, dans le savant ouvrage intitulé défense des prophéties, qui parut en 1738, & auquel nous renvoyons le lecteur. On peut encore consulter à ce sujet Maldonat, dans son commentaire sur le ij. ch. de S. Matthieu, où il donne quatre regles pour juger des citations, & discerner les prophéties accomplies littéralement dans Jesus-Christ, d’avec celles qui n’y ont été accomplies que dans un sens d’accommodation : regles simples, beaucoup plus sûres, & moins équivoques que celles des trois derniers auteurs Protestans dont nous venons de parler. (G)

Il ne sera pas inutile de rapporter ici quelques usages en matiere de citations, soit théologiques, soit de jurisprudence.

Parmi les livres sapientiaux de l’Ecriture sainte, il y en a un qui a pour titre l’ecclésiaste, ἐκκλησιαστὴς, concionator, & un autre appellé l’ecclésiastique, ἐκκλησιαστικὸς, ecclesiasticus, concionalis : quand on cite le premier, on met en abregé eccle. au lieu que quand on rapporte un passage du second, on met eccli. ensuite on ajoûte le chap. & le vers.

Comme la somme de S. Thomas est souvent citée par les Théologiens, il faut observer que cette somme contient trois parties, & que la deuxieme partie est divisée en deux parties, dont la premiere est appellée la premiere de la deuxieme, & la deuxieme s’appelle la deuxieme de la deuxieme. Chaque partie est divisée en questions, chaque question en articles ; chaque article commence par les objections, ensuite vient le corps de l’article, qui contient les preuves de l’assertion ou conclusion ; après quoi viennent les réponses aux objections, & cela par ordre, une réponse à la premiere objection, &c. Il est facile maintenant de comprendre la maniere de citer S. Thomas : s’il s’agit d’un passage de la premiere partie, après avoir rapporté le passage, on met par ex. I. p. q. 1. a. j. c’est-à-dire, primâ parte, quæstione prima, articulo primo. Si le passage est tiré du corps de l’article où sont contenues les preuves, on ajoûte in c. ce qui signifie in corpore articuli.

Si le passage est pris de la réponse aux objections, on cite ad 1. c’est-à-dire à la réponse à la premiere objection ; ainsi de la deuxieme objection, de la troisieme, &c.

A l’égard de la deuxieme partie de la somme de S. Thomas, comme elle est divisée en deux parties, si le passage est tiré de la premiere partie, on met un I, & un 2. c’est-à-dire, in primâ parte secundæ partis.

Si le passage est tiré de la seconde partie de cette seconde partie, on met II. 2. c’est-à-dire, secundâ secunda, dans la soû-division ou deuxieme partie de la deuxieme partie de la somme de S. Thomas. (F)

Citations de Droit, (Jurisprud.) sont les textes de droit que l’on indique pour appuyer ce qui est avancé.

Les citations fréquentes en plaidant furent introduites sous le président de Thou. Pasquier, en parlant des avocats de ce tems, dit que erubescebant sine lege loqui : ils citoient non-seulement des textes de droit, mais aussi les historiens, les orateurs, les poëtes, & la plûpart de ces citations étoient souvent inutiles & déplacées.

Les jurisconsultes du xvj. siecle sont tombés dans le même excès par rapport aux citations ; leurs écrits en sont tellement chargés, que l’on y perd de vûe le fil du discours, & l’on y trouve beaucoup plus de citations que de raisonnement.

Quelques-uns tombent présentement dans un autre excès, soit en plaidant, soit en écrivant ; ils ont honte de citer, & sur-tout des textes Latins, qui semblent être aujourd’hui moins familiers qu’autrefois. Ce genre d’érudition est regardé par certaines gens comme un bagage d’antiquité dont on ne doit plus se charger : c’est une opinion que l’ignorance a enfantée, & que la paresse nourrit. On ne doit pas recourir à des citations peu convenables au sujet, ni s’arrêter à prouver ce qui n’est pas contesté ; mais il est toûjours du devoir de l’avocat & du jurisconsulte de citer les lois & autres textes qui établissent une proposition controversée ; il doit seulement user modérément des citations, ne pas en surcharger son discours, & faire choix de celles qui sont les plus précises & les plus frappantes.

Comme les citations de Droit sont ordinairement écrites en abregé, nous les allons exposer ici pour en donner l’intelligence.

Citations du Droit civil.
Ap. Justin. ou institut., signifie aux institutes.
D. ou ff. aux digestes.
Code ou c. au code.
Cod. Théod. au code Théodosien.
Cod. repet. prælect. repetitæ prælectiones.
Authent. ou auth. dans l’authentique.
Leg. ou l. dans la loi.
§. ou parag. au paragraphe.
Novel. dans la novelle.
Novel. Leon. novelles de l’empereur Léon.
Argum. leg. par argument de la loi.
Glos. dans la glose.
H. t. en ce titre.
Eod. tit. au même titre.
In p. ou in princ. au commencement.
In f. à la fin.
Citations du Droit canon.
C. ou can. au canon.
Cap. au chapitre.
Caus. dans une cause de la seconde partie du decret de Gratien.
De cons. dans la troisieme partie du decret qui traite de la consécration.
De pan. au traité de la pénitence qui est dans la seconde partie du decret.
Dist. dans une distinction du decret de Gratien.
Ex. ou extra. c’est dans les decrétales de Grégoire IX.
Ap. Greg. IX. dans les mêmes decrétales.
Extrav. Joan. dans une des extravagantes, ou constitutions de Jean XXII.
Extrav. comm. dans les extravagantes communes.
In sexto ou in 6. dans la collection de Boniface VIII. appellée le sexte.
Ap. Bon. ou appendix Bonifacii, dans le sexte.
Q. qu. ou quæst. question.
℣. ou vers. au verset. (A)

Citation en jugement, (Jurisp.) que l’on appelloit chez les Romains in jus vocatio, revenoit à-peu-près à ce que l’on appelle parmi nous ajournement ou assignation. On ne voit point de quelle maniere se faisoient ces sortes de citations du tems des rois & des premiers consuls ; mais on voit que par la loi des douze tables il étoit ordonné au défendeur de suivre le demandeur lorsqu’il vouloit le conduire devant le juge. Dans la suite cette procédure changea de forme ; car long-tems avant Justinien il n’étoit plus permis de citer verbalement son adversaire en jugement : il falloit dès-lors que l’assignation fût libellée, comme cela s’observe parmi nous, & l’on convenoit du jour auquel on devoit se présenter devant le juge.

Il n’étoit pas permis de citer en jugement toutes sortes de personnes ; on en exceptoit les magistrats de Rome, sur-tout les consuls, les préteurs, le préfet de la ville, & autres qui étoient qualifiés magistratus urbani. Il en étoit de même des magistrats de province tant qu’ils étoient en charge, d’un pontife, & des juges pedanées, pendant qu’ils exerçoient leurs fonctions ; de ceux qui gardoient quelque lieu consacré par la religion : ceux qui recevoient les honneurs du triomphe, ceux qui se marioient, ceux qui faisoient les honneurs d’une pompe funebre, ne pouvoient être inquiétés pendant la cérémonie ; enfin ceux qui étoient sous la puissance d’autrui, ne pouvoient être cités en jugement qu’ils ne fussent jouissans de leurs droits.

Les peres, les patrons, les peres & les enfans des patrons, ne pouvoient, suivant le droit naturel, être cités en jugement par leurs enfans ou leurs affranchis sans une permission du juge, autrement le demandeur étoit condamné à payer cinquante sesterces.

Il falloit même, suivant le droit civil, une semblable permission du préteur pour citer en jugement quelque personne que ce fût, sans quoi le défendeur avoit action à ce sujet contre le demandeur ; mais si le préteur autorisoit dans la suite la citation, il n’y avoit plus d’action contre le demandeur.

La citation en jugement étoit quelque chose de plus fort qu’une simple action. Voyez le titre du digeste de in jus vocando. Le thrésor de Brederode au mot citare. L’hist. de la jurisprud. Rom. par M. Terraison, p. 94. & 95.

Citation, (Jurisprud.) est aussi un ajournement qui se donne par un appariteur, pour comparoître devant un juge d’église.

Les citations générales sont abusives ; elles doivent être libellées, & les causes exprimées.

Un laïc cité devant un juge d’église, pour une cause qui n’est pas de sa compétence, peut interjetter appel comme d’abus de la citation. Voyez Appariteur, & Tournet, let. c. n. 75. Stokmans, décis. 116. Bibliot de Bouchel, aux mots appellations, citations, violences, & roi des ribauds. Bibliotheque canonique, tome I. p. 250. col. 1. & 263. col. 2. Dufail, liv. I. ch. clxxxxvj. Basset, tome I. liv. I. tit. viij. chap. j. & iij. Filleau, jv. part. quæst. 49. Le dixieme plaidoyer de Gautier, tome II.

Les sujets du Roi ne peuvent être cités en cour de Rome. Mémoires du clergé, premier édit. tome I. part. I. p. 908. Bouchel, au mot citation. Tournet, let. c. n. 74. tome I. des preuves des libertés, chap. jx. n. 8. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « citation »

Étymologie de citation - Wiktionnaire

Du latin citationem, accusatif de citatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de citation - Littré

Provenç. citation ; espagn. citacion ; ital. citazione ; du latin citationem, de citare, citer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de citation - Wiktionnaire

Du latin citatio, de citare (« pousser, faire sortir, (pousser un cri >) appeler, citer, mentionner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « citation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
citation sitasjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « citation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « citation »

  • Le 8 juin 1903 naît à Bruxelles Marguerite Yourcenar qui deviendra la première femme à entrer à l'Académie Française pour ses mots qui ont sublimé la littérature. Vogue revient sur ses 10 plus belles citations. Vogue Paris, Marguerite Yourcenar : ses 10 plus belles citations | Vogue Paris
  • Problème : la citation utilisée pour fustiger la porte-parole du gouvernement est tronquée. Sibeth Ndiaye a en effet d’abord rappelé que « la justice doit s’exercer de manière normale, comme pour n’importe quel citoyen », avant de préciser : L'Obs, Une citation tronquée de Sibeth Ndiaye provoque la colère des policiers et de la droite
  • Une citation dans un discours, un article ou un livre est comme un fusil dans les mains d’un soldat. Cela parle avec autorité. De Brendan Francis Brown
  • Se méfier des penseurs dont l'esprit ne fonctionne qu'à partir d'une citation. De Emil Michel Cioran / Aveux et anathèmes
  • Réfuter le discours de l'autre sous prétexte de la citation, c'est priver l'autre de ses icônes. De Antoine Compagnon
  • C'est le travail des poètes d'avoir assez d'idées pour fournir une citation à toutes circonstances. De John Wyndham / The Kraken Wakes
  • L'art de la citation est l'art de ceux qui ne savent pas réfléchir par eux-même. De Voltaire
  • La citation donne une fausse idée de ce qu’est la poésie. De Olivier Cadiot / Evene.fr - Juin 2010
  • Une citation sans références est à peu près aussi utile qu'une horloge sans aiguilles. De Paul Desalmand
  • La citation classique est le mot de passe des lettrés du monde entier. De Samuel Johnson
  • La citation c'est l'art du bluff en philosophie. De Anonyme
  • Le moyen infaillible de rajeunir une citation est de la faire exacte. De Emile Faguet
  • A elle seule, la vie est une citation. De Jorge Luis Borges
  • Citation de citation de citation. Ainsi s’écrivent les livres. De Gilles Leroy / Champsecret
  • Un livre qui ne fournit pas de citations n'est, me judice, nullement un livre : c'est un jouet. Thomas Love Peacock, Crotchet Castle, 9
  • Citation. Action de répéter de façon erronée les mots d'un autre. Mots cités de façon erronée. Ambrose Gwinnet Bierce, The Devil's Dictionary
  • Votre fils ne sait rien ? Que vous êtes heureux, il ne citera pas ! Anne, dite Ninon de Lenclos, Lettres
  • Je répugne à me lire dans les citations. Pierre Jean Jouve, En miroir, Mercure de France
  • De quelque mot profond tout homme est le disciple. Victor Hugo, Les Contemplations, Suite, I, 8
  • Citer peu et fondre toujours la citation dans le discours, de peur d'en couper le fil et de le refroidir. Marie Jean Hérault de Séchelles, Théorie de l'ambition, Codicille politique et pratique d'un jeune habitant d'Épône
  • Une chose m'excède maintenant après m'avoir ébloui : ce sont les citations et les références. Jean Grenier, La Vie quotidienne, Gallimard
  • Ne fais donc jamais de citations classiques : tu exhumes ta grand-mère en présence de ta maîtresse. Léon-Paul Fargue, Sous la lampe, Gallimard

Images d'illustration du mot « citation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « citation »

Langue Traduction
Portugais citação
Allemand zitat
Italien citazione
Espagnol cita
Anglais quote
Source : Google Translate API

Synonymes de « citation »

Source : synonymes de citation sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires