La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « massacre »

Massacre

Variantes Singulier Pluriel
Masculin massacre massacres

Définitions de « massacre »

Trésor de la Langue Française informatisé

MASSACRE, subst. masc.

A. − [Correspond à massacrer A]
1. Action de massacrer, de tuer avec sauvagerie et en grand nombre (des êtres qui ne peuvent se défendre). Synon. extermination.Le massacre des Innocents, de la Saint-Barthélémy; les massacres de septembre. Le massacre des blancs par les noirs (Delécluze,Journal, 1825, p.146).Il apprit tendrement le massacre des cailles, l'assassinat des biches (Giraudoux,Bella, 1926, p.111).La destruction de l'Amérique par le massacre et de l'Afrique par l'esclavage (S. Weil,Pesanteur, 1943, p.138):
1. ... cette Europe en pourriture, coalisée contre la miséricorde et l'équité, à plat ventre devant la force, regardait, en souriant, les massacres des Arméniens et les brigandages des Anglais au Transvaal... Huysmans,Oblat, t. 2, 1903, p.60.
Envoyer (des soldats) au massacre. Envoyer à une mort certaine presque sans combat. L'armée dès lors se trouvait en détresse, cent mille hommes étaient envoyés au massacre (Zola,Débâcle, 1892, p.120).
P. exagér. Synon. carnage, tuerie, boucherie.Il s'est trouvé pendant douze heures au milieu de l'épouvantable massacre de Borodino (J. de Maistre,Corresp., t. 4, 1812, p.239).Pour l'instant, pour deux ou trois minutes peut-être, ce pan de muraille était un abri; mais comment sortir de ce massacre? (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p.503).
SYNT. Massacre d'enfants, de femmes, de prisonniers, d'un peuple; épouvantable, horrible, infâme massacre; exécuter, faire un grand massacre, donner le signal du massacre, échapper au massacre; destruction, dévastation, guerre, incendie, pillage et massacre.
2. P. ext. Action, fait de tuer avec sauvagerie, d'une manière particulièrement odieuse. Synon. assassinat, crime.Quand elle [l'autorité légitime] envoie cinq ou six coupables à la mort pour le même crime, c'est un massacre (J. de Maistre,Consid. sur Fr., 1796, p.14).Attentat contre le petit roi d'Espagne. Dieu n'a pas permis le massacre de ce dégénéré (Bloy,Journal, 1905, p.258):
2. Je présageai le massacre du malheureux monarque et de sa noble et infortunée compagne; mais un assassinat juridique ne se présenta pas, je l'avoue, à mon esprit. Sénac de Meilhan,Émigré, 1797, p.1841.
3. VÉNERIE
a) Vx. Synon. curée.Sonner le massacre (Baudr.Chasses1834).
b) P. méton.
Tête d'un cervidé (cerf, chevreuil, daim) séparée du corps et placée sur la peau de l'animal pendant la curée. (Dict. xixeet xxes.).
Tête naturalisée ou dépouillée d'un animal, conservée comme trophée ou utilisée comme ornement. Les triglyphes séparent les caissons où des massacres de taureaux montrent leurs orbites vides, leurs mâchoires dénudées et leurs cornes festonnées de guirlandes (Du Camp,Hollande, 1859, p.212).C'était (...) une tanière de chasseur. Des hures monstrueuses, des peaux d'ours et de loups, des massacres d'aurochs en couvraient les murs (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p.16).
Bois de cerf (souvent muni de l'os frontal) conservé comme trophée ou utilisé comme ornement. Le «massacre» d'un cerf, c'est sa tête, ses ramures, que l'on coupe proprement quand il est mort, environ trois doigts derrière les meules (Vialar,Rendez-vous, 1952, p.252).V. cors ex. de Gautier, Fracasse, 1863, p.6.HÉRALD. ,,Figure stylisée, constituée par les deux bois du cerf réunis autour de l'os frontal`` (Past. 1979). V. cerf ex. 3.
P. ext. Crâne d'un animal à cornes. Je butai contre un massacre de bighorn: un crâne très blanc, deux massives cornes (...) annelées dans toute leur longueur (Genevoix,Laframboise, Couguar, 1942, p.154).
B. − [Correspond à massacrer B]
1. Action, fait de mettre à mal quelqu'un. Les yeux tuméfiés, le nez écrasé, toute la chair de sa face éclatait et se fendait. Ce n'était plus un combat, c'était le massacre d'une brute (Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p.128).
Bagarre violente et brutale. Cela se termina forcément par un massacre entre les hommes, comme toutes les querelles de femmes (Zola,Germinal, 1885, p.1471).Ils se sont rebiffés contre nous et de façon si agressive, si absolument rageuse, que j'ai cru un moment que ça finirait en massacre! (Céline,Mort à crédit, 1936, p.613).
Fam. [Précédé de l'art. partitif] Ils balançaient des graviers... C'était du massacre bientôt... Il a fallu qu'on se carre en trombe... (Céline,Mort à crédit, 1936, p.530).
2.
a) Action, fait d'abîmer, de détruire avec brutalité, avec violence. Synon. destruction, détérioration, déprédation, saccage.Je vais les étonner bien plus en leur demandant en justice des dommages et intérêts pour l'exécrable massacre de mon pauvre bois (Courier,Lettres Fr. et Ital., 1816, p.872).Elle se donna le régal d'un massacre, tapant les objets, prouvant qu'il n'y en avait pas un de solide en les détruisant tous (Zola,Nana, 1880, p.1436).
b) Action, fait de gâter de façon irréparable. Synon. destruction.Je ne vois aucun moyen pour ce malheureux, acharné au massacre de sa volonté d'échapper à l'abrutissement (Bloy,Journal, 1899, p.358).Alain dénonce la pensée en tant qu'elle est un «massacre d'impressions» (Benda,Fr. byz., 1945, p.18).
c) En partic. Attaque verbale, critique particulièrement violente. J'ai lu soigneusement tout ce que la critique a écrit sur Les Héritiers Rabourdin (...). J'avoue que, d'abord, cet accueil m'a émotionné. Ce n'était plus de la discussion, c'était du massacre (Zola,Hérit. Rabourdin, 1874, i, préf., p.1).[Il] lut une conférence-préambule, véritable massacre des poètes de l'époque, me laissant seul debout (Cocteau,Portr.-souv., 1935, p.163).
d) En partic. Action, fait de gâter involontairement par un travail maladroit ou brutal, par une interprétation ou une exécution très mauvaise. Le massacre d'une robe (Lar. 20e). Jamais (...) on ne vit pareil massacre des grands hommes grecs et romains [dans des dessins] (Champfl.,Bourgeois Molinch., 1855, p.106).Bien que Berlioz eût eu pendant quelques heures l'illusion d'une réussite, le massacre de la partition s'acheva (Bruneau,Mus. hier et demain, 1906, p.270).
P. méton.
Ce qui a été gâté par un travail maladroit ou brutal, une exécution ou une interprétation très mauvaise. Ce concert fut un massacre. Quant au jardin, n'en parlons pas, dit Mmede Cambremer. C'est un massacre. Ces allées qui s'en vont tout de guingois! (Proust,Sodome, 1922, p.945).Le petit lobe de son oreille portait une perle pour cacher le massacre véritable qu'avait fait un maladroit le perçant (Aragon,Beaux quart., 1936, p.309).
Vieilli. Artisan, artiste particulièrement maladroit. Notre profession [la coiffure] est gâtée par des massacres qui ne comprennent ni leur époque ni leur art (Balzac,Comédiens, 1846, p.339).Les médecins, c'est tous des massacres. Pour que celui-là ne sache quoi dire, ça doit être qu'il n'y a pas grand'chose (Zola,Joie de vivre, 1884, p.960).
Par antiphrase. [En parlant d'une oeuvre, d'un spectacle, d'un artiste] (Faire un) massacre. (Avoir un) très grand succès. Synon. faire un malheur.Son bouquin va faire un massacre (Hachette1980).
3. Jeu de massacre, p. ell. massacre (rare). Jeu forain qui consiste à renverser avec des balles des poupées grotesques placées à distance. Il avait une grande tête de jeu de massacre, les dents plantées de travers, quelques traces de petite vérole dans le visage (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.73).
P. méton.
Baraque de foire où l'on joue à ce jeu. Il souriait devant les loteries, devant les chevaux de bois, et surtout devant le jeu de massacre. Il y demeura longtemps, ravi quand un amateur abattait le gendarme ou le curé (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Père Amable, 1886, p.231).
Jouet d'enfant imitant ce jeu. Massacre en bois laqué décoré personnages excentriques (Catal. jouets [Bon Marché], 1936).
Au fig. Et lisez le pamphlet de Maistre sur le Jansénisme (...). Quel jeu de massacre allant et gaillard! (Thibaudet,Hist. litt. fr., 1936, p.80).Le temps s'amuse à jouer au massacre avec nous, pensait-il; il nous bombarde à coups de secondes (Morand,Homme pressé, 1941, p.194):
3. Sur le journal, je contemple, un instant, photographié à la sortie de l'Élysée, le jeu de massacre du ministère. Qui dira si c'est celui qui arrive ou celui qui s'en va? Mauriac,Journal 1, 1934, p.16.
Prononc. et Orth.: [masakʀ ̭]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. [Fin xies. «boucherie (abattoir et boutique)» macecre (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p.91)]; ca 1150 «mise à mort de beaucoup de gens» marçacre (Roman de Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 9842); 1588 machacres de bestes (Bougueville, Rech. de la Neustrie, II, 15 ds Gdf.); 2. fig. 1675, 31 juill. «action d'exécuter maladroitement une oeuvre» (Mmede Sévigné, Corresp., éd. La Pléiade, II, p.24); 3. 1816 «action de taillader, d'endommager» (Maine de Biran, Journal, p.872: l'exécrable massacre de mon pauvre bois); 4. 1889 jeu de massacre (Goncourt, Journal, p.1016) d'où id. tenir un massacre (Larch. Suppl., p.152). II. 1. 1520 «brigand, criminel» (Michel de Tours, Trad. de Suétone, VI, 210 rods Hug.); 2. 1740 «ouvrier qui travaille mal» (Ac.). III. 1. 1553-62 vén. «tête de cerf ou de daim, ou de chevreuil mise debout sur la peau de la bête, lorsqu'on fait la curée aux chiens» (Journal du sire de Gouberville, 23, 10, 51 ds Poppe, p.59); 2. 1573 «action de démembrer un cerf» (Dupuys); 1636 sonner le massacre (Monet); 3. 1581 hérald. «tête d'un animal lorsqu'elle est décharnée» (H. de Bara, Le Blason des Armoiries, 102 d'apr. FEW t. 6, 1, p.516b); 4. 1760 «bois de cerf avec l'os frontal qui le supporte» (Buffon, Hist. Nat. Quadrup., t. 5, p.373 ds IGLF). Déverbal de massacrer*. Fréq. abs. littér.: 836. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1161, b) 1111; xxes.: a) 1618, b) 995. Bbg. Dauzat (A.). Mots fr. d'orig. orientale... Fr. mod. 1943, t. 11, pp.241-251. _ Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p.13.

Wiktionnaire

Nom commun - français

massacre \ma.sakʁ\ masculin

  1. Action de massacrer.
    • Dans les salles cinématographiques de Mars, après les massacres de Kitnicheff, les scènes de la guerre balkanique récoltaient le plus d'applaudissements. Tout le monde s'efforçait de découvrir la signification de ces charivaris effarants. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les Réfractaires, n°1, janvier 1914)
    • Ici, les gens parlaient d’incendies et de massacres, de cruautés et de représailles, du meurtre d’inoffensifs Asiatiques par des tourbes que déchaînait la haine de race, de villes mises à sac et complètement brûlées. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 392 de l’édition de 1921)
    • S'ils se sont répandus, nombreux, à travers d'autres pays, c'est soit pour fuir des catastrophes (guerres, révolutions, massacres,) soit pour échapper aux inconvénients de la surpopulation. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J'avais des lettres de Gontier, qui n'étaient pas réconfortantes ; les batteries étaient à Verdun et les obus y faisaient des massacres. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 171, Hartmann, 1937)
    • Le mouvement pacifiste, au XXe siècle, a été très largement porté par les femmes, plus sensibles que les hommes à l'absurdité d'une puissance qui s'édifie en semant la mort, et qui appelle « champs d'honneur » les lieux des pires massacres. — (Marie Gratton, Côté cour, côté jardin : Voyage intérieur en 365 jours, Montréal (Canada) : éd. Médiaspaul, 2001, page 492)
    • Sans remonter à l’événement traumatique fondateur que furent les massacres de la Saint-Barthélemy, on rappellera que la minorité réformée fut l'objet, sous Louis XIV, d'un « mémoricide » sans précédent : […]. — (Chantal Bordes-Benayoun, Patrick Cabanel & Colette Zytnicki, Les musées protestants et juifs dans le midi de la France, dans Une histoire à soi: Figurations du passé et localités, sous la direction de Alban Bensa & Daniel Fabre, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015)
  2. Grande tuerie de gibier, d'animaux.
    • Cet enclos est une canardière ; ces massacres ont lieu presque journellement, et les victimes en sont d'innombrables canards, attirés par ce silence absolu, garantie menteuse d'une parfaite sécurité ! — (Maurice Engelhard, La chasse dans la vallée du Rhin (Alsace et Bade), Strasbourg, 1864, p. 10)
  3. (Chasse) Ramure, tête du gibier tué.
    • Les chasseurs accrochent à leurs murs des hures de sangliers et des massacres de cerfs : vous, vous devriez y épingler des pucelages. — (Amélie Nothomb, Mercure, Éditions Albin Michel, Paris, 1998, page 137)
    • On connaît ainsi plusieurs exemples où d’énormes massacres d’aurochs, qui ont été trouvés sur le sol des cavernes, semblent être tombés des parois. — (André Leroi-Gourhan, Histoire des religions, Hypothèses de la préhistoire, Encyclopédie de la Pléiade, volume 3, page 556, 1976)
  4. (Figuré) Discours, critique très sévère qui n’épargne rien ni personne.
    • Cet article est un véritable massacre.
  5. (Héraldique) Meuble représentant une ramure de cervidé attachée à un crâne complet ou non dans les armoiries. Il est représenté de front. À rapprocher de caboché, hure, massacre crucifère, rencontre et tête.
    • De sable au massacre de cerf d’argent, qui est de Venère de Haute-Saône → voir illustration « armoiries avec un massacre »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MASSACRE. n. m.
Action de massacrer. Horrible massacre. Le massacre des Innocents. Le massacre des Vêpres siciliennes. La ville fut prise d'assaut et on fit un grand massacre des habitants. Fig. et fam., C'est un massacre, se dit en parlant de Quelque chose de rare, de précieux, qui a été gâté par mégarde ou autrement. Il se dit aussi d'une Grande tuerie de bêtes. Les chasseurs ont fait un grand massacre de lièvres et de chevreuils. En termes de Chasse, il se dit, par extension, de la Tête du cerf, du daim, du chevreuil, mise debout sur la peau de la bête, ou sur une nappe étendue par terre, lorsqu'on fait faire curée aux chiens. On a rapporté le massacre. Jeu de massacre, Boutique de foire où sont réunies des poupées à têtes grotesques, que l'on abat à coups de balles. Il se dit aussi d'un Jouet d'enfant qui représente en réduction ces mêmes poupées. Il se dit, figurément, d'un Discours, d'une critique très sévère qui n'épargne rien ni personne. Cet article est un véritable jeu de massacre.

Littré (1872-1877)

MASSACRE (ma-sa-kr') s. m.
  • 1Mise à mort de beaucoup de gens, et, particulièrement, de gens qui ne se défendent pas ou se défendent mal. L'Europe fut un champ de massacre et d'horreur, Boileau, Sat. XI. Non, je ne serai jamais amie d'un homme qui a conseillé l'horrible massacre de Blois [le meurtre des Guise], Fénelon, Dial. des morts mod. dial. 13. Il faudrait que chacun eût au chevet de son lit un cadre où fussent écrits en grosses lettres : croisades sanglantes contre les habitants de la Prusse et contre le Languedoc, massacres de Merindol, massacres en Allemagne et en France au sujet de la réforme ; massacres de la Saint-Barthélemy ; massacres d'Irlande ; massacres des vallées de Savoie ; massacres juridiques ; massacres de l'inquisition, Voltaire, Pol. et lég. Paix perpét. XXVI. On vit alors un massacre effroyable [à la bataille de la Moskowa], et la valeur intelligente de nos artilleurs admira le courage immobile, aveugle et résigné de leurs ennemis, Ségur, Hist. de Nap. VII, 10.

    Fig. Que voient les gens du monde dans un bal… mais qu'est-ce que la lumière de la foi découvre dans ces assemblées profanes ?… elle leur découvre un massacre horrible d'âmes qui s'entre-tuent les unes les autres, Nicole, Essai mor. 3e traité, ch. III.

  • 2Grande tuerie de bêtes. Ils allèrent à la chasse et firent un grand massacre de sangliers, de chevreuils, etc.
  • 3 Fig. Action de gâter par mégarde ou autrement quelque chose de rare, de précieux. Il faut pâmer de rire de ce que vous dites de l'air italien ; le massacre que vos chantres en font…, Sévigné, 31 juill. 1675.

    Massacre d'un opéra, mauvaise exécution d'un opéra.

    Massacre d'une volaille, se dit d'une volaille mal découpée.

    Ouvrier qui travaille mal et qui gâte son ouvrage. Ne vous servez pas de cet ouvrier-là, c'est un massacre.

  • 4 Terme de vénerie. La tête du cerf, du daim, etc. séparée du corps, et mise debout sur la peau de la bête, ou sur une nappe, alors qu'on donne la curée aux chiens. On a rapporté le massacre. Ce n'est qu'en dernier lieu et en cherchant dans les différents cabinets que nous avons trouvé dans celui de M. Dupleix un massacre surmonté de deux cornes semblables, Buffon, Quadrup. t. V, p. 439.

    Sonner le massacre, appeler au son du cor les veneurs et les chiens pour faire la curée.

    Terme de blason. Se dit d'une tête de quelque animal lorsqu'elle est décharnée.

SYNONYME

MASSACRE, TUERIE, CARNAGE, BOUCHERIE. Tuerie indique seulement que l'on tue sans aucune idée accessoire. Dans carnage, il y a, suivant l'étymologie, l'idée que beaucoup de chair est mise en pièces ; c'est donc la mise à mort de beaucoup d'individus ; mais carnage n'indique pas si c'est dans un combat ou dans un massacre ; c'est pourquoi on ne dit pas le carnage de la Saint-Barthélemy. Le massacre implique que les massacrés n'opposent pas de résistance ou n'en opposent qu'une insuffisante : les Vêpres siciliennes sont un massacre. Boucherie (qui est ici pris au sens figuré, tandis que les autres le sont au sens propre) donne, soit à l'idée de massacre, soit à celle de carnage, la nuance que les personnes tuées le sont d'une façon comparable à la manière dont les bouchers tuent les animaux.

HISTORIQUE

XIIIe s. Portant du machacre [boucherie, à Caen], Le Héricher, Normandie scandinave, p. 96.

XVIe s. Le massacre de la St Barthelemi, D'Aubigné, Vie, XXIII. Et si on veut savoir le nom de ces deux monstres, l'un se nomme massacre, et l'autre picorée ; le premier jamais on ne l'a pu rassasier de sang, ni le second de richesses, Lanoue, 57. Es massacres qui en plusieurs lieux se commettoyent, Lanoue, 605. Du massacre et du sang, Montaigne, III, 109.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MASSACRE. - HIST. XIIIe s. Ajoutez : Out grant peür, quant oy dire La desverie et le martire, La cruauté et le maçacre Qu'il avoit fait du bon dyacre, Gautier de Coinsy, les Miracles de la sainte Vierge, p. 126, éd. abbé Poquet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « massacre »

Voy. MASSACRER. normand, un gigot de machacre [boucherie], Le Héricher, Normandie scandinave, p. 96. Il y a à Rouen une vieille rue encore aujourd'hui occupée par les bouchers, qui se nomme la rue Massacre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déverbal sans suffixe de massacrer. Attesté au XIe siècle sous la forme macecre, « boucherie » (dans les Gloses de Rachi, mot seul), au XIIe siècle maçacre et marçacre (« mise à mort de beaucoup de gens »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « massacre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
massacre masakr

Fréquence d'apparition du mot « massacre » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « massacre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « massacre »

  • Nous ne sommes que les pions insignifiants d'un grand jeu de massacres que se livrent des politiciens et des industriels fous, sans scrupule, avides de pouvoir et d'argent...
    Daniel Vranckx
  • Pour faire figure dans l'histoire, il faut massacrer par millions.
    Paul-Louis Courier — Conservations chez madame d'Albany
  • L'affreuse réalité qu'il faut peindre sans trembler, c'est que le Blanc victime est transparent, et qu'il ne peut prendre médiatiquement de sa couleur pâle que s'il est coupable. L'autre dure et ingrate vérité, c'est que, par une étrange perversion morale, qui requiert la spéculation intellectuelle, le massacre avéré d'un innocent blanc fait moins recette médiatique que les récriminations non prouvées d'un délinquant coloré. Cette vérité-là s'appelle racisme anti-Blancs. Et il nous faut l'écrire et même la crier puisqu'elle est indicible. * Gilles-William Goldnadel est avocat et chroniqueur.
    Valeurs actuelles — Le massacre d'un innocent fait moins recette que les plaintes d'un délinquant | Valeurs actuelles
  • Une lutte pour tout est forcément une lutte contre tout et ne peut se terminer tôt ou tard que par un massacre général.
    Vaclav Havel — L'anatomie du gag
  • Les idéologies sont aussi massacreuses que les religions.
    Claude Imbert — Ce que je crois
  • Le suicide. Une vendetta contre le coeur et ses lâchetés, une sorte de massacre de la Saint-Valentin.
    Régis Tremblay — Le voyeur fidèle
  • Tant que les hommes massacreront les Bêtes, ils s’entre-tueront.
    Pythagore — Vers d’or
  • Depuis l’apparition en 2015 de groupes armés, à commencer par celui de l’imam radical peul Amadou Koufa affilié à Al-Qaida, le Centre est le théâtre d’exactions en tous genres : attaques contre le peu qu’il reste de l’Etat, massacres, représailles et actes crapuleux. Les violences ont pris un caractère communautaire accru, surtout entre Dogon et Peuls, souvent assimilés aux djihadistes, le groupe d’Amadou Koufa recrutant prioritairement au sein de cette communauté.
    Le Monde.fr — Nouveau massacre dans des villages dogon dans le centre du Mali
  • Les classes et les nations et aussi les individus doivent savoir s'opposer sans se massacrer et se donner sans se sacrifier les uns aux autres.
    Marcel Mauss — Le Don, P.U.F.
  • Comme le rappelle le professeur d’histoire Kevin Bossuet, le massacre de 4000 officiers polonais par l’armée russe, il y a 80 ans dans la forêt de Katyn, rappelle le caractère intrinsèquement criminel de l’idéologie communiste.
    Valeurs actuelles — Il y a 80 ans, le massacre de Katyn, symbole effroyable de la barbarie communiste | Valeurs actuelles
Voir toutes les citations du mot « massacre » →

Traductions du mot « massacre »

Langue Traduction
Anglais massacre
Espagnol masacre
Italien massacro
Allemand massaker
Chinois 屠杀
Arabe مذبحة
Portugais massacre
Russe бойня
Japonais 虐殺
Basque sarraskia
Corse massacru
Source : Google Translate API

Synonymes de « massacre »

Source : synonymes de massacre sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot massacre au Scrabble ?

Nombre de points du mot massacre au scrabble : 12 points

Massacre

Retour au sommaire ➦