Intrigue : définition de intrigue


Intrigue : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INTRIGUE, subst. fém.

A. −
1. Vieilli. Affaire complexe, situation embarrassante, complication. Me voilà sorti d'intrigue; il s'est tiré d'intrigue (Ac.1835, 1878).
2. En partic. [Dans une pièce dramatique, un roman, un film] Combinaison de circonstances et d'incidents, enchaînement d'événements qui forment le nœud de l'action. Intrigue confuse, compliquée; dénouement de l'intrigue. Tout doit être action dans un drame et surtout dans la tragédie, non que chaque scène doive être un événement mais chaque scène doit servir à nouer ou à dénouer l'intrigue (Bussy, Art dram.,1866, p. 347).Rien que des heures d'Alberto Cavalcanti est souvent considéré comme la première manifestation du courant documentaire dans l'avant-garde. Une intrigue assez fluide y servait de prétexte à évoquer les heures d'une grande ville, de l'aube à la nuit (Sadoul, Cin. des orig. à nos jours,1949, p. 193):
1. Je me crus autorisée moi aussi à considérer mon goût pour les livres, mes succès scolaires, comme le gage d'une valeur que confirmerait mon avenir. Je devins à mes propres yeux un personnage de roman. Toute intrigue romanesque exigeant des obstacles et des échecs, je m'en inventai. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 90.
Comédie d'intrigue. Celle qui amuse par les nombreuses aventures compliquées, la variété des incidents. Les Fourberies de Scapin, le Barbier de Séville sont des comédies d'intrigue (Ac.).
B. −
1. Aventure galante, liaison amoureuse souvent illicite et secrète. Julie : (...) Ton mari a une intrigue? Cascadou : Chut!... il en a sept! pour tous les jours de la semaine (...) même le dimanche! (Labiche, Gros mot,1860, 13, p. 337).Il soupçonnait Thérèse d'avoir eu déjà deux intrigues, l'une avec un jeune député (...), l'autre avec un écrivain célèbre (Bourget, Cruelle énigme,1885, p. 119):
2. Dans ma famille on a toujours tenu très serré les domestiques. Ma mère, qui se croyait volontiers une responsabilité morale sur ceux à qui elle s'intéressait, n'aurait souffert aucune intrigue qu'un hymen ne vînt consacrer. Gide, Si le grain,1924, p. 385.
Intrigue amoureuse. L'intrigue amoureuse, comme la guerre, veut des hommes jeunes et assez agiles pour capter l'occasion unique au moment où elle surgit (Jankél., Je-ne-sais-quoi1957, p. 132).
2. P. ext. Action occulte savamment combinée en vue d'assurer le succès d'une entreprise, d'obtenir quelque avantage, de nuire à quelqu'un. Intrigue scélérate, sournoise, ténébreuse; intrigue politique, de cour; homme, femme d'intrigue; conduire, mener, nouer, ourdir, tramer une intrigue; déjouer; démêler, dénouer une intrigue. Tout se fait par intrigue et rien par loyauté (Hugo, Ruy Blas,1838, III, 2, p. 395).Les intrigues des conclaves sont célèbres; quelques-unes eurent des suites funestes (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 497):
3. ... le peuple ne se sent guère concerné par les intrigues de couloirs et de comités d'où sort la nomination du chef du gouvernement en démocratie « médiatisée ». Traité sociol.,1968, p. 9.
Prononc. et Orth. : [ε ̃tʀig]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1578 genre indéterminé « affaire compliquée » (H. Estienne, Deux dialogues du nouveau lang. fr. italianizé, éd. P. Ristelhuber, t. 1, p. 6 : aussi tost que je seray sorty de quelque intrigue, où je me suis trouvé); 2. 1636 fém. « relations galantes plus ou moins secrètes » (Mairet, Les Galanteries du duc d'Ossone, IV, 3, éd. G. Dotoli, p. 192); 3. 1647 masc. « machination habile et secrète, parfois déloyale » (J. Rotrou, La Sœur, V, 3 ds Œuvres, éd. 1820, p. 732); 4. 1637 fém. « enchaînement des événements qui constitue la trame de l'action d'une œuvre littéraire ». (Scudéry, Observations sur le Cid, ds P. Corneille, Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 12, p. 443). Empr. à l'ital.intrigo, attesté aux sens 1 dep. le mil. du xives. (L'Urbano ds Batt.), 2 dep. 1555-62 (P. Fortini, ibid.), 3 dep. 1537-55 (L'Arétin, ibid.), 4 dep. 1564 (Razzi, ibid.), déverbal de intrigare (intriguer*). Cf. intrique, attesté au xviies. (v. FEW t. 4, p. 778b), déverbal de intriquer*. Fréq. abs. littér. : 1 499. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 164, b) 1 976; xxes. : a) 1 625, b) 1 637. Bbg. Hope 1971, p. 203. - Wind 1928, p. 37, 179.

Intrigue : définition du Wiktionnaire

Nom commun

intrigue \ɛ̃t.ʁiɡ\ féminin

  1. Pratique secrète qu’on emploie pour faire réussir ou pour faire manquer une affaire.
    • C’est un homme de talent, qui connaît la Grèce, ses ressources, ses intrigues, qui peut tirer parti des unes et faire bientôt disparaître les autres. — (Anonyme, Grèce. - Administration intérieure, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Des chansons et des quolibets populaires, se joignant aux intrigues de la cour, ruinèrent auprès du roi le crédit d’un homme de bien. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Pour moi, j'ai horreur de ces plates intrigues qui finiront par des mariages, des sous-préfectures, des recettes générales. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • La reine prit ce conseil en bonne part, et Frédégonde se mit à préparer sourdement, à force d’intrigues, le piège qu’elle voulait lui dresser. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Ce coin perdu de Jan-Mayen n'est pas à l'abri des cancans, des mystères, des intrigues et même des complications diplomatiques. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Parmi les voyageurs, il n’y avait pas de comédiennes et des écrivains. Mais aussi des diplomates et des espions. […] À l’époque, les intrigues allaient bon train. — (C’est pas sorcier, Istanbul, c’est Byzance !, 2002)
  2. Commerce secret de galanterie.
    • Que faire donc ? je ne fume jamais ; la fidélité matrimoniale est bien ennuyeuse ; dans une intrigue où le cœur n'est que chatouillé on ne vise qu'au dénoûment : la promenade est mon unique plaisir ; triste plaisir à vingt ans ! — (Évariste de Parny, « Lettre à Bertin, du Cap de Bonne-Espérance, octobre 1777 », dans le recueil Œuvres d'Évariste Parny, tome 1, Paris : chez Debray, impr. Didot l'aîné, 1808, p. 219)
    • Dans Malhação par exemple, comme d'ailleurs dans toute télénovela, il y a une famille centrale autour de laquelle se greffent des intrigues amoureuses, mêlant tour à tour les thèmes de la santé, la jeunesse, la joie et la sexualité, et surtout l’adultère. — (Stéphane Malysse, « Ce que la beauté fait faire : Sociétés et corps en transformations. Études brésiliennes », chap. 11 de Quête de beauté, pratiques culturelles et risques, dirigé par Bernard Cadet & Gérard Chasseigne, Éditions Publibook Université, 2012, p. 205)
  3. (Littérature) (Cinéma) Ensemble des différents incidents qui forment le nœud d’une pièce ou d'un film.
    • Le premier correspond à l’intrigue, dans laquelle on se laisse entraîner d'autant plus facilement que la feuilletonisation du récit est parfaitement maîtrisée grâce à un découpage et un rythme qui ménagent suspense, dévoilements et rebondissements. — (Bernard Leconte & Érika Thomas, Écrans et politique, L'Harmattan, 2004, page 106)

Forme de verbe

intrigue \ɛ̃.tʁiɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de intriguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de intriguer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de intriguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de intriguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de intriguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Intrigue : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTRIGUE. n. f.
Pratique secrète qu'on emploie pour faire réussir ou pour faire manquer une affaire. Intrigue difficile à démêler, à débrouiller. Démêler, dénouer une intrigue. Conduire, mener une intrigue. Des intrigues de cour, de cabinet. Pénétrer les secrets d'une intrigue. Absolument, Esprit d'intrigue. Vivre d'intrigue. Aimer l'intrigue. Il signifie spécialement Commerce secret de galanterie. Il a une intrigue qui l'empêche de partir. Cette femme a eu plusieurs intrigues. Il signifie, dans la Littérature dramatique, les Différents incidents qui forment le nœud d'une pièce. L'intrigue de cette comédie est bien conduite. Intrigue compliquée. Le fil de l'intrigue. Le nœud de l'intrigue. Le dénouement de l'intrigue. Comédie d'intrigue, Celle où l'auteur s'occupe surtout d'intéresser et d'amuser par la multiplicité et la variété des incidents. Les Fourberies de Scapin, le Barbier de Séville sont des comédies d'intrigue.

Intrigue : définition du Littré (1872-1877)

INTRIGUE (in-tri-gh') s. f.
  • 1Embarras, difficulté où l'on se trouve ; sens primitif qui ne s'emploie guère qu'avec : hors, sortir de. Je suis fort aise que vous approuviez le mariage de Grignan ; il est vrai que c'est un très bon et un très honnête garçon, qui a… de l'estime et de la considération dans le monde ; que faut-il davantage ? je trouve que nous sommes fort bien sortis d'intrigue, Sévigné, Lett. à Bussy, 7 janv. 1669. … Ne recevant aucune réponse j'étais tout prêt à me plaindre de vous, quand j'ai appris que vous aviez failli à mourir ; sur cela j'ai bien changé de ton, et, au lieu des reproches que je vous préparais, je n'ai eu que de la tendresse et de la joie de vous savoir hors d'intrigue, Bussy-Rabutin, Lett. à Mme de Sév. 9 mars 1676. Sans un peu d'effronterie, j'aurai peine à sortir d'intrigue, Dancourt, Été des coquettes, sc. 21.
  • 2Combinaison et série de pratiques secrètes pour faire réussir une affaire. Il perçait dans tous les secrets, démêlait toutes les intrigues, Bossuet, Le Tellier. Un homme me disait autrefois que nos chagrins venaient des intrigues où nous nous engagions, encore plus que de nos fautes, Maintenon, Lett. à Mme de la Viefville, 20 juin 1708. Celle [la sagesse] du siècle, qui s'empresse et qui s'inquiète, qui conduit des intrigues, qui démêle des intérêts, Fléchier, Dauphine. Ne descendons jamais dans ces lâches intrigues, N'allons point à l'honneur par de honteuses brigues, Boileau, Art p. IV. La dispensation des honneurs sacrés ne fut plus une intrigue de cour, mais une affaire de religion, Massillon, Panég. St Louis. Les intrigues des cours, les cris des factions…, Voltaire, Olymp. III, 2. Ce qu'un savant gagne en intrigues, il le perd en génie ; de même que, dans la mécanique, ce qu'on gagne en temps on le perd en forces, Voltaire, Facéties, Diatr. doct. Akakia. Par quels ressorts secrets ? par quelle heureuse intrigue ? Voltaire, Brutus, III, 2. Le cri public est la plus infaillible des intrigues et la meilleure des protections, Voltaire, Lett. Tressan, 3 févr. 1758.

    Absolument. L'intrigue, les combinaisons, le jeu des pratiques secrètes. L'intrigue est plus puissante à la cour que les liaisons du sang, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 6 déc. 1717. Un homme qui a vécu dans l'intrigue un certain temps ne peut plus s'en passer, La Bruyère, VIII. Ne pouvant faire usage d'une beauté passée, elle se tourna du côté de l'intrigue, à quoi son esprit était naturellement porté, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 144, dans POUGENS. Balue avait plus de finesse dans l'esprit que d'élévation ; souple, adroit, plus faux que politique, plus propre à l'intrigue qu'à la négociation, il s'attachait moins à persuader qu'à séduire, Duclos, Hist. Louis XI, Œuv. t. II, p. 362, dans POUGENS. Dans le vaste champ de l'intrigue, il faut savoir tout cultiver, jusqu'à la vanité d'un sot, Beaumarchais, Mar. de Fig. III, 11. Renonçant aux plaisirs, au repos, à l'amitié, pour se livrer entièrement à l'intrigue et aux affaires, Genlis, Théât. d'éduc. l'Intrigante, I, 1. Il aimait l'intrigue comme un jeu, même quand le but ne l'intéressait pas, Staël, Corinne, XII, 2.

  • 3Habileté à intriguer. Vous ployez sous des plus puissants que vous, et vous opprimez de tout votre petit crédit ceux qui ont moins d'intrigue que vous dans le monde, Pascal, Pens. Jés. 35, éd. FAUGÈRE. La Femme d'intrigue, titre d'une comédie de Dancourt, en cinq actes et en prose, 1692. Ce Langemet avait beaucoup d'esprit, quelque petite intrigue et de la valeur, Saint-Simon, 199, 154. être homme d'intrigue, Rousseau, Confess. IX.
  • 4Différents incidents qui forment le nœud d'une pièce dramatique. L'intrigue de cette comédie est bien conduite. Le fil de l'intrigue. Le nœud de l'intrigue. Et qui, débrouillant mal une pénible intrigue, D'un divertissement me fait une fatigue, Boileau, Art p. III. Avez-vous les Trois sultanes ? on dit que cela est charmant ; point d'intrigue, mais beaucoup d'esprit et de gaieté, Voltaire, Lett. d'Argental, 15 juin 1761.

    Comédie d'intrigue, celle où l'auteur s'occupe surtout d'intéresser et d'amuser par la multiplicité et la variété des incidents qui se croisent. Les Fourberies de Scapin, le Barbier de Séville sont des comédies d'intrigue. Corneille lui-même avait donné le Menteur, pièce de caractère et d'intrigue prise du théâtre espagnol comme le Cid ; et Molière n'avait encore fait paraître que deux de ses chefs-d'œuvre, lorsque le public avait la Mère coquette de Quinault, pièce à la fois de caractère et d'intrigue, et même modèle d'intrigue, Voltaire, Louis XIV, 32.

    Dans un roman, combinaison de circonstances et d'incidents qui éveillent et soutiennent la curiosité du lecteur.

  • 5Commerce secret de galanterie. Cette femme a eu plusieurs intrigues. Vous pensiez bien trouver quelque jeune coquette, Friande de l'intrigue et tendre à la fleurette, Molière, Éc. des mar. II, 9. Une femme d'esprit est un diable en intrigue ; Et, dès que son caprice a prononcé tout bas L'arrêt de notre honneur, il faut passer le pas, Molière, Éc. des femmes, III, 3. Comme elle savait toutes les intrigues de la cour, elle les contait naturellement à Mlle Jennings, et les siennes tout aussi naïvement que les autres, Hamilton, Gramm. 10. Elle [Catherine de Médicis] fut accusée d'avoir eu des intrigues avec le vidame de Chartres, mort à la Bastille, et avec un gentilhomme breton nommé Moscouët, Voltaire, Henr. II, note 7. Une intrigue qu'il [Mazeppa] eut dans sa jeunesse avec la femme d'un gentilhomme polonais ayant été découverte, le mari le fit lier tout nu sur un cheval farouche et le laissa aller en cet état, Voltaire, Charles XII, 4.

REMARQUE

1. On a dit, dans le XVIIe siècle, intrique en le faisant masculin : Si tu n'es homme à te contenter de la naïveté du style et de la subtilité de l'intrique, je ne t'invite point à la lecture de cette pièce, Corneille, la Veuve, au lecteur. … Mais enfin ces pratiques Vous peuvent engager en de fâcheux intriques, Corneille, le Ment. I, 6. (corrigé par Th. Corneille en : Mais enfin ces pratiques Vous couvriront de honte en devenant publiques). Quel intrique jamais a valu celui-ci ? Th. Corneille, le Feint astrologue, III, 4.

2. On disait aussi intrigue au masculin. Car ce beau mignon fait la figue à quiconque dit un intrigue, Ménage, Req. des dict. à l'Académie.

SYNONYME

INTRIGUE, CABALE, BRIGUE. Une intrigue est la réunion des moyens employés par une ou plusieurs personnes pour un objet quelconque. Une brigue est la réunion combinée des démarches de plusieurs personnes en faveur d'une seule. Une cabale est l'association de plusieurs personnes, pour ou contre une chose ou une personne, Guizot.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce prince vouloit que d'Aubigné fut son entremetteur dans cette intrigue [amoureuse], D'Aubigné, Vie, XXXIX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Intrigue : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INTRIGUE, s. f. (Morale.) conduite détournée de gens qui cherchent à parvenir, à s’avancer, à obtenir des emplois, des graces, des honneurs, par la cabale & le manege. C’est la ressource des ames foibles & vitieuses, comme l’escrime est le métier des lâches.

Intrigue, (Belles-Lettres.) assemblage de plusieurs évenemens ou circonstances qui se rencontrent dans une affaire, & qui embarrassent ceux qui y sont intéressés.

Ce mot vient du latin intricare, & celui-ci, suivant Nonius, de triæ, entrave qui vient du grec τρίχες, cheveux : quod pullos gallinaceos involvant & impediant capilli. Tripand adopte cette conjecture, & assure que ce mot se dit proprement des poulets qui ont les piés empêtrés parmi des cheveux, & qu’il vient du grec ἐν, Θρίξ, cheveux.

Intrigue, dans ce sens, est le nœud ou la conduite d’une piece dramatique, ou d’un roman, c’est-à-dire, le plus haut point d’embarras où se trouvent les principaux personnages, par l’artifice ou la fourbe de certaines personnes, & par la rencontre de plusieurs événemens fortuits qu’ils ne peuvent débrouiller. Voyez Nœud.

Il y a toujours deux desseins dans la tragédie, la comédie ou le poëme épique. Le premier & le principal est celui du héros ; le second comprend tous les desseins de ceux qui s’opposent à ses prétentions. Ces causes opposées produisent aussi des effets opposés, savoir, les efforts du héros pour l’exécution de son dessein, & les efforts de ceux qui lui sont contraires.

Comme ces causes & ces desseins sont le commencement de l’action, de même ces efforts contraires en sont le milieu, & forment une difficulté & un nœud qui fait la plus grande partie du poëme ; elle dure autant de tems que l’esprit du lecteur est suspendu sur l’événement de ces efforts contraires. La solution ou dénouement commence, lorsque l’on commence à voir cette difficulté levée & les doutes éclaircis. Voyez Action, Fable, &c.

Homere & Virgile ont divisé en deux chacun de leurs trois poëmes, & ils ont mis un nœud & un dénouement particulier en chaque partie.

La premiere partie de l’iliade est la colere d’Achille, qui veut se venger d’Agamemnon par le moyen d’Hector & des Troïens. Le nœud comprend le combat de trois jours qui se donne en l’absence d’Achille, & consiste d’une part dans la résistance d’Agamemnon & des Grecs ; & de l’autre, dans l’humeur vindicative & inexorable d’Achille, qui ne lui permet pas de se reconcilier. Les pertes des Grecs & le desespoir d’Agamemnon disposent au dénouement, par la satisfaction qui en revient au héros irrité. La mort de Patrocle, jointe aux offres d’Agamemnon, qui seules avoient été sans effet, levent cette difficulté, & font le dénouement de la premiere partie. Cette même mort est aussi le commencement de la seconde partie, puisqu’elle fait prendre à Achille le dessein de se venger d’Hector ; mais ce héros s’oppose à ce dessein, & cela forme la seconde intrigue, qui comprend le combat du dernier jour.

Virgile a fait dans son poëme le même partage qu’Homere. La premiere partie est le voyage & l’arrivée d’Enée en Italie ; la seconde est son établissement. L’opposition qu’il essuie de la part de Junon dans ces deux entreprises, est le nœud général de l’action entiere.

Quant au choix du nœud & à la maniere d’en faire le dénouement, il est certain qu’ils doivent naître naturellement du fond & du sujet du poëme. Le P. le Bossu donne trois manieres de former le nœud d’un poëme ; la premiere est celle dont nous venons de parler ; la seconde est prise de la fable & du dessein du poëte ; la troisieme consiste à former le nœud, de telle sorte que le dénouement en soit une suite naturelle. Voyez Catastrophe & Dénouement.

Dans le poëme dramatique, l’intrigue consiste à jetter les spectateurs dans l’incertitude sur le sort qu’auront les principaux personnages introduits dans la scene ; mais pour cela elle doit être naturelle, vraissemblable & prise, autant qu’il se peut, dans le fond même du sujet. 1°. Elle doit être naturelle & vraissemblable ; car une intrigue forcée ou trop compliquée, au lieu de produire dans l’esprit ce trouble qu’exige l’action théatrale, n’y porte au contraire que la confusion & l’obscurité, & c’est ce qui arrive immanquablement, lorsque le poëte multiplie trop les incidens ; car ce n’est pas tant le surprenant & le merveilleux qu’on doit chercher en ces occasions, que le vraissemblable ; or rien n’est plus éloigné de la vraissemblance que d’accumuler dans une action, dont la durée n’est tout au plus supposée que de 24 heures, une foule d’actions qui pourroient à peine se passer en une semaine, ou en un mois. Dans la chaleur de la représentation ces surprises multipliées plaisent pour un moment, mais à la discussion on sent qu’elles accablent l’esprit, & qu’au fond le poëte ne les a imaginées que faute de trouver dans son génie les ressources propres à soutenir l’action de sa piece par le fond même de sa fable. De-là tant de reconnoissances, de déguisemens, de suppositions d’état dans les tragédies de quelques modernes dont on ne suit les pieces qu’avec une extrème contention d’esprit ; le poëte dramatique doit à la vérité conduire son spectateur à la pitié par la terreur, & réciproquement à la terreur par la pitié. Il est encore également vrai que c’est par les larmes, par l’incertitude, par l’espérance, par la crainte, par les surprises & par l’horreur, qu’il doit le mener jusqu’à la catastrophe ; mais tout cela n’exige pas une intrigue pénible & compliquée. Corneille & Racine, par exemple, prodiguent-ils à tout propos les incidens, les reconnoissances & les autres machines de cette nature, pour former leur intrigue ? L’action de Phedre marche sans interruption, & roule sur le même intérêt, mais infiniment simple, jusqu’au troisieme acte où l’on apprend le retour de Thesée. La présence de ce prince, & la priere qu’il fait à Neptune, forment tout le nœud, & tiennent les esprits en suspens. Il n’en faut pas davantage pour exciter l’horreur pour Phedre, la crainte pour Hyppolite, & ce trouble inquiétant dont tous les cœurs sont agités dans l’impatience de découvrir ce qui doit arriver. Dans Athalie, le secret du grand-prêtre sur le dessein qu’il a formé de proclamer Joas roi de Juda, l’empressement d’Athalie à demander qu’on lui livre cet enfant inconnu, conduisent & arrêtent comme par degré l’action principale, sans qu’il soit besoin de recourir à l’extraordinaire & au merveilleux. On verra de même dans Cinna, dans Rodogune, & dans toutes les meilleures pieces de Corneille, que l’intrigue est aussi simple dans son principe, que féconde dans ses suites. 2°. Elle doit naître du fond du sujet autant qu’il se peut ; car lorsque la fable ou le morceau d’histoire que l’on traite, fournit naturellement les incidens & les obstacles qui doivent contraster avec l’action principale, qu’est-il besoin de recourir à des épisodes qui ne font que la compliquer, ou partager & refroidir l’intérêt ? Princip. pour la lect. des Poëtes. tom. II.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « intrigue »

Étymologie de intrigue - Littré

Ital. intrigo (voy. INTRIGUER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de intrigue - Wiktionnaire

(Milieu du XIVe siècle) De l’italien intrigo → voir intrique et intriquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « intrigue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
intrigue ɛ̃trig play_arrow

Citations contenant le mot « intrigue »

  • Les photos d’une créature marine bien étrange intriguent les internautes, mais pas que. Si les scientifiques l’ont identifiée, c’est son apparition dans le Queensland qui étonne. , Échouée sur une plage australienne, cette créature intrigue les scientifiques - photos - Sputnik France
  • Allociné vient de dévoiler quelle allait être la future intrigue dans la série Demain nous appartient. La famille Moreno est concernée MCE TV, Demain nous appartient: nouvelle intrigue autour des Moreno !
  • Ghislaine Maxwell : sa fortune colossale intrigue les enquêteurs Gala.fr, Ghislaine Maxwell : sa fortune colossale intrigue les enquêteurs - Gala
  • L’intrigue familiale tourne autour d’un cirque plutôt malmené, où les propriétaires espèrent restaurer sa popularité en utilisant les craquelins d’animaux magiques. Chesterfield, qui est le clown explique que chaque fois que vous mangez un cookie animal, un cookie humain apparaît dans la boîte. Maintenant, pour le changer, il vous suffit de le manger. le directeur l’a dit plus tôt dans une interview. JAPANFM, Crackers d’animaux: date de sortie, distribution, intrigue et autres détails – JAPANFM
  • Il y a une interrogation constante pour les femmes écrivains : est-il préférable d’avoir une vie heureuse ou un stock d’intrigues tragiques ? De Wendy Cope
  • Ce ne sont ni les brigands ni les incendies qui détruisent le monde, mais la haine, l'hostilité, les petites intrigues... De Anton Tchekhov / Oncle Vania
  • Dévoiler les intrigues de la Bourse et des courtiers, c'est entreprendre un des travaux d'Hercule. De Charles Fourier
  • On a beau se tenir à l'écart, les gens finissent toujours par vous mêler à leurs intrigues. De August Strindberg / La Danse de mort
  • Comment la femme pourrait-elle échapper à ses penchants serviles et perfides quand l'éducation l'a façonnée dès l'enfance à étouffer son caractère pour se plier à celui du premier venu que le hasard, l'intrigue ou l'avarice lui choisiront pour époux ? De Charles Fourier
  • Quand on écrit, on peut faire tout ce qu'on veut : les personnages, les détails, l'intrigue... Au cinéma, il n'y a que des contraintes : problème d'argent, de sensibilité, de taille. De Jean-Christophe Grangé / Evene.fr - Avril 2007
  • Ce qui intrigue le plus les gens mariés, c’est de savoir ce que les célibataires peuvent bien faire de leur argent. De Jean Rigaux
  • Dans le vaste champ de l'intrigue, il faut savoir tout cultiver, jusqu'à la vanité d'un sot. De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Mariage de Figaro
  • Là où commence le caractère dégradant de l'intrigue, c'est quand on fait la cour à ceux que l'on méprise. De Ferdinand Bac / La Flûte et le tambour
  • L'unité d'action consiste, dans la comédie, en l'unité d'intrigue. De Pierre Corneille / Discours des trois unités
  • Rien n'intrigue davantage d'un certain langage, et l'accent qu'on met dedans. De Victor-Lévy Beaulieu / L'Héritage
  • Un homme qui a vécu dans l'intrigue un certain temps ne peut plus s'en passer. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Le droit est pour le mérite, et le succès pour l'intrigue. De J. Sanial Dubay / Pensées sur les moeurs
  • La plus petite intrigue fait dans un temps ce que les plus grands ressorts ne peuvent opérer dans un autre. François Marie Arouet, dit Voltaire, Le Siècle de Louis XIV

Images d'illustration du mot « intrigue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « intrigue »

Langue Traduction
Corse trama
Basque lur-
Japonais プロット
Russe участок
Portugais enredo
Arabe قطعة
Chinois 情节
Allemand handlung
Italien tracciare
Espagnol trama
Anglais plot
Source : Google Translate API

Synonymes de « intrigue »

Source : synonymes de intrigue sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires