La langue française

Mandement

Sommaire

  • Définitions du mot mandement
  • Étymologie de « mandement »
  • Phonétique de « mandement »
  • Citations contenant le mot « mandement »
  • Images d'illustration du mot « mandement »
  • Traductions du mot « mandement »
  • Synonymes de « mandement »

Définitions du mot mandement

Trésor de la Langue Française informatisé

MANDEMENT, subst. masc.

A. − Ordre écrit qu'on fait tenir à quelqu'un. Le 7 juillet, le Duc quitta Pontoise avec une suite nombreuse de gens d'armes et de gentilshommes qui s'étaient rendus à mon mandement (Barante,Hist. ducs Bourg., t 4, 1821-24, p. 234).
HIST. Ordre royal aux autorités locales. On exigeait, pour authentifier ce privilège de franc salé, un mandement du roi vérifié par la Chambre des comptes (R. Doucet, Les Instit. de la Fr. au XVIes., Paris, Picard, t. 2, 1948, p. 581).
P. ext. Ordre donné par une autorité. En règle générale, on avait une entière confiance en son esprit familier qu'on considérait comme son «père», et ce lien constituait la base de la foi d'un individu. Mais l'esprit était d'humeur capricieuse et retirait sa faveur dès que l'on enfreignait ses mandements (Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 341).
RELIG. CATHOL. Ordonnance ou notification qu'un évêque fait publier dans son diocèse. Les évêques écrivent des mandements en prenant possession de leur siège, et tous les ans au commencement du Carême; on les lit au Prône. Bossuet et Fénelon nous en ont laissé d'admirables (Bach.-Dez.1882):
. Il avisa un coin de mur où était placardée la plus pacifique feuille de papier du monde, une permission de manger des oeufs, un mandement de carême adressé par l'archevêque de Paris à ses «ouailles». Bahorel s'écria: − Ouailles, manière polie de dire oies. Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 304.
B. − DROIT
1. Vieilli. ,,Ordonnance d'un juge supérieur`` (Lep. 1948). Mandement à comparaître. Le Procureur du Roi adressera les réquisitions nécessaires aux agents de la force publique chargés de l'exécution des mandements de justice (Code pêche fluv., 1875, p. 32).
Mandement d'exécution. Formule conclusive qui rend exécutoires les grosses des jugements (d'apr. Lar. Lang. fr.).
2. ADMIN. ANC. ,,Circonscription territoriale qui groupait dans les Alpes du Dauphiné plusieurs paroisses ayant des alpages et des forêts en commun`` (Fén. 1970). Elle [la vie sociale dans les vallées des Alpes] s'est constituée peu à peu, par de sages règlements. De l'esprit d'association qu'elle favorise sont nés ces mandements, ces syndicats d'irrigation, ces coutumes (Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 264).
Prononc. et Orth.: [mɑ ̃dmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. «ordre» (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, CXVIII, 6 [lat. mandata]); 1155 (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 6721); 1367 mendement «ordre écrit d'une autorité administrative» (Règlement de Charles V ds Ordonnances des rois de France, t. 5, p. 81); fin xves. «citation devant un tribunal» (Georges Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 3, p. 84). Dér. de mander*; suff. -ment1*; cf. le lat. médiév. mandamentum «ordre» (1079 ds Nierm.), «notification d'un ordre en vertu du pouvoir judiciaire» (1103, ibid.).

Wiktionnaire

Nom commun

mandement \mɑ̃d.mɑ̃\ masculin

  1. Écrit qu’un évêque fait publier dans l’étendue de son diocèse et par lequel il donne aux fidèles des instructions ou des ordres relatifs à la religion.
    • Aussi les prêtres ne chantaient-ils point le "Domine salvum", malgré le mandement de l’évêque. — (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, La Revue des Deux Mondes T.1, 1831)

Nom commun

mandement \Prononciation ?\ masculin

  1. Commande, demande.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANDEMENT. n. m.
Écrit qu'un évêque fait publier dans l'étendue de son diocèse et par lequel il donne aux fidèles des instructions ou des ordres relatifs à la religion. Mandement de l'archevêque de Paris, de l'évêque de Meaux.

Littré (1872-1877)

MANDEMENT (man-de-man) s. m.
  • 1Ordre par lequel on mande, on fait venir. Les vieilles cohortes des Caninefates et des Bataves, dont la garnison était à Mayence, mais qui avaient pris leur marche pour aller à Rome au mandement de Vitellius, Mézerai, Hist. de France avant Clovis, II, 6. Le monde cependant se rit de mes excuses, Croit que, pour m'inspirer sur chaque événement, Apollon doit venir au premier mandement, Boileau, Ép. VI.
  • 2Ordre publié de la part d'une personne qui a autorité et juridiction. Au milieu de la nuit et du temps du sommeil, Je vois de mon trépas le honteux appareil ; J'en ai devant les yeux les funestes ministres ; On me lit du sénat les mandements sinistres, Corneille, l'Illus. com. IV, 7.

    Si donnons en mandement, formules que contenaient les lois, les lettres patentes, etc.

    Aujourd'hui on emploie une injonction analogue : Donnons en mandement à nos cours et tribunaux, préfets, etc.

  • 3 Particulièrement. Écrit qu'un évêque fait publier dans l'étendue de son diocèse, et par lequel il donne aux fidèles des instructions ou des ordres relatifs à la religion. On a été très content du mandement que M. le cardinal a fait pour les prières publiques, Maintenon, Lett. au duc de Noailles, 9 juin 1709. Vous avez su que l'archevêque de Paris a donné un mandement violent contre Jean-Jacques, Voltaire, Lett. d'Argence, 22 avr. 1763. Déjà un Anglais en France, un Berwick, évêque de Soissons, avait osé dire dans son célèbre mandement de 1757 que les Turcs sont nos frères ; ce que ni Bossuet, ni Massillon n'avaient jamais eu le courage de dire, Voltaire, Philos. Sermon de Josias Rossette. On n'avait jamais vu auparavant des chansons dans un mandement d'évêgue ; celui d'Arles fit voir cette nouveauté ; il y avait dans ce mandement une chanson contre le parlement de Paris, Voltaire, Hist. parl. ch. 64. Il [Lamotte] a fait jusqu'à des mandements d'évêques, à qui, comme de raison, il a bien gardé le secret, et qui ont encore eu plus de soin de le lui garder, D'Alembert, Éloges, Lamotte.
  • 4La lettre, le billet qu'on donne à quelqu'un portant ordre à un receveur ou fermier de payer quelque somme (acception vieillie).

HISTORIQUE

XIIe s. Quant il aura oï cel nostre mandement, Saxons, XX. E qu'à pape Alissandre de rien n'obeïreient, Ne pur ses mandemens nule rien ne fereient, Th. le mart. 66.

XIIIe s. Noz avons dit que mandement oblige celi qui le mandement fet, envers celi à qui il fet le mandement, Beaumanoir, XXIX, 7.

XVe s. Et là y devoient estre tous les seigneurs dessus nommés avec leur mandement de chevaliers et d'escuyers, et le pouvoir des bonnes villes, Froissart, I, I, 225. Venant devers luy à son mandement, Commines, VII, 11. Moy qui suis nature appellée, J'ay donc la terre environnée Defors, dedans et au milieu ; En toute chose ay pris mon lieu Par mandement de Dieu le pere, La Fontaine, 379.

XVIe s. Il ne faudroit qu'une couple de chevres abandonnées pour gaster tous les jardins et vignobles d'un mandement [canton], De Serres, 328.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANDEMENT, (Géog.) en latin, madamentum. Ce mot, dans les chartulaires & dans les actes du moyen âge, qui regardent le Dauphiné, la Provence, la Bresse, le Lyonnois, & autres cantons, signifie la même chose que district, territoire, jurisdiction. C’est ce qu’on nommeroit ailleurs bailliage. (D. J.)

Mandement, s. m. (Théolog.) écrit qui se publie de la part d’un évêque dans l’étendue de son diocese ; par lequel l’évêque enjoint aux fideles quelques précautions relatives aux mœurs ou à la religion.

Les mandemens des évêques ne sont point soumis à l’examen des censeurs ; cependant l’expérience a montré plus d’une fois que cette attention du gouvernement n’auroit pas été superflue. L’objet d’un mandement est communément important. Un évêque est censé avoir beaucoup d’autorité sur l’esprit des peuples ; les peuples soumis à l’instruction des évêques, doivent l’être aussi à l’autorité du souverain. Il ne peut donc pas être indifférent au souverain de connoître d’avance ce que l’évêque qui peut être par hasard un fanatique, un mauvais esprit, un factieux, enjoindra à ses sujets dans un ouvrage qu’il va publier : cela est d’autant plus raisonnable que tout ouvrage de religion, composé ou par un curé, ou même par un docteur de Sorbonne, ne s’imprime point sans la permission du chancelier & l’approbation du censeur royal.

Mandement, (Jurisprud.) signifie quelquefois la même chose que mandat ou procuration ; quelquefois on entend par ce terme un ordre ou commission de faire quelque chose, ou une injonction de venir ; comme quand on donne à un officier un veniat, ou qu’un accusé est mandé par le juge, soit pour être blâmé ou pour être admonesté. Voyez Mandat, Mandataire, Procuration & Veniat. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mandement »

 Dérivé de mander avec le suffixe -ment[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. mandamen ; catal. manament ; espagn. mandamiento ; ital. mandamento ; du lat. mandare, mander.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mandement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mandement mɑ̃dmɑ̃

Citations contenant le mot « mandement »

  • 1- la cadence de 15 min doit être une priorité. 2- la halte de Châtelaine serait un succès immédiat lors de son ouverture, c'est un échec majeur de n'avoir pas réussi à inclue se projet dans les investissements à venir 3- il faut ouvrir aussi le tunnel de Châtelaine au trafic de voyageurs. Il serait possible d'avoir une ligne supplémentaire et directe entre le mandement et Annemasse, voir entre Annemasse et l'aéroport Tribune de Genève, Ferroviaire – La ligne du Mandement inaugure ses nouvelles gares | Tribune de Genève

Images d'illustration du mot « mandement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mandement »

Langue Traduction
Anglais payment
Espagnol pago
Italien pagamento
Allemand zahlung
Chinois 付款
Arabe دفع
Portugais forma de pagamento
Russe оплата
Japonais 支払い
Basque ordainketa
Corse pagamentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « mandement »

Source : synonymes de mandement sur lebonsynonyme.fr
Partager