La langue française

Luès

Sommaire

  • Définitions du mot luès
  • Phonétique de « luès »
  • Traductions du mot « luès »
  • Antonymes de « luès »

Définitions du mot luès

Trésor de la Langue Française informatisé

LIRE1, verbe trans.

I.
A −
1. Établir la relation entre les séquences de signes graphiques (alphabétiques, idéographiques) d'un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales).
Fréq. en emploi abs. Monsieur Grandet (...) était en 1789 un maître-tonnelier fort à son aise, sachant lire, écrire et compter (Balzac, E. Grandet,1834, p. 10):
1. Le peuple est un éternel mineur, et il sera toujours (dans la hiérarchie des éléments sociaux) au dernier rang, puisqu'il est le nombre, la masse, l'illimité. Peu importe que beaucoup de paysans sachent lire et n'écoutent plus leur curé; mais il importe infiniment que beaucoup d'hommes, comme Renan ou Littré, puissent vivre et soient écoutés. Flaub., Corresp.,1871, p. 228.
2. Il y a aussi la question de la lecture. Nous lisons de deux manières : le mot nouveau ou inconnu est épelé lettre après lettre; mais le mot usuel et familier s'embrasse d'un seul coup d'œil, indépendamment des lettres qui le composent; l'image de ce mot acquiert pour nous une valeur idéographique. F. de Saussure, Cours de ling. gén., Paris, Payot, 1965, p. 57.
Lire + compl. désignant une langue.Lire l'anglais, le chinois, le grec.
Lire + compl. désignant les signes graph. ou ling.Lire firme au lieu de ferme. La veuve Dominé n'a rien compris à la lettre de sa fille. Quand on lit de l'écriture, ce n'est pas comme quand on parle (Aymé, Jument,1933, p. 99):
3. ... il était tout naturel que l'employé du télégraphe eût lu les boucles d's ou d'y de la ligne supérieure comme un « ine » finissant le mot de Gilberte. Proust, Fugit.,1922, p. 656.
En partic. Accéder à une langue écrite par un autre sens que la vue. Lire en braille.
SYNT. Apprendre à lire; savoir, ne pas savoir lire; lire tout bas, tout haut, à haute voix; lire des yeux; lire bien, mal, couramment, péniblement; lire en donnant, en mettant le ton.
2. Accéder à une information non linguistique par le biais de signes graphiques (lettres, chiffres, symboles). Lire l'heure, une température.
Lire une partition, de la musique. Nous ne pouvons nous concevoir connaissant avec certitude la suite des événements futurs de notre vie, et la vivant, avant que de la vivre, comme on lirait la partition d'un ouvrage de musique avant que de l'entendre (Valéry, Variété IV,1938, p. 193):
4. ... moi aussi [dit Beethoven], j'aime la musique; mais, vous vous en êtes aperçus, je suis sourd au point de n'entendre aucun son. Permettez-moi de lire cette musique qui vous fait éprouver une si vive et si douce émotion. Karr, Sous tilleuls,1832, p. 281.
Lire une carte, un graphique. C'est dommage que je ne t'aie pas enseigné à lire la carte d'état-major (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 238).Nous avons donc combiné une représentation graphique très simple permettant de « lire » un lavoir (Ratel, Prépar. mécan. minerais,1908, p. 13).
3. Rare. Reconnaître un graphisme, une forme. Sur le manteau de la cheminée, dans la salle à manger, on lit encore les armes émoussées des Guise (Nizan, Conspir.,1938, p. 132):
5. ... tous ses gestes, volte des hanches, flexion de la nuque, bref haussement d'un bras vers la chevelure, balancement orbiculaire de la taille assise, tracent des courbes si voisines du cercle que je lis le dessin, anneaux entrelacés, spirales parfaites des coquilles marines, qu'ont laissés, écrits dans l'air, ses mouvements doux. Colette, Cl. ménage, Paris, Mercure, 1902, p. 99.
B. −
1. Prendre connaissance du contenu d'un texte écrit.
a) Lire qqc. (dans, sur, chez, etc.).Le surlendemain de la mort de Bernard, Laforgue, qui en avait lu la nouvelle dans le Temps, arriva (Nizan, op. cit.,p. 195).Tu m'embêtes. On lit ces histoires-là dans les manuels (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1380).
Lire que.Ce matin, en ouvrant le Figaro, je lis que Paul Margueritte s'est noyé près de Fontainebleau (Goncourt, Journal,1888, p. 813).
Lire, verbe introducteur du texte lu.Sur une porte vitrée, avec de la lumière orange venant de l'intérieur, on pouvait lire : Bar, entrée des fournisseurs (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 78).
Qqc. se lit (dans, à).Mon oncle Tom est connu des savants, de tous ceux, par exemple, qui s'occupent de la glyptique grecque ou de la bulle Unigenitus; son nom se lit au catalogue des bibliothèques publiques (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 189).
b) Lire + compl. désignant notamment le type d'écrit, d'œuvre, la partie d'une œuvre, le titre, l'auteur.Lire une lettre, un livre, un journal, un roman, le Capital, tout Flaubert, une notice, un poème, la préface, le dernier chapitre. [Clemenceau] Journaliste célèbre que personne ne lit. Écrivain détestable dont on vante le style (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 159):
6. Voilà certes une édition modèle. Mais savez-vous l'effet le plus sûr de ce luxe intelligent d'explications et de commentaires? On lit l'introduction, on parcourt les notes, on effleure les notices (...). Et puis... on oublie de lire les Oraisons funèbres, car ce n'est presque plus la peine... Lemaitre, Contemp.,1885, p. 186.
7. Il a connu Annie à la bibliothèque de la faculté; ils se sont trouvés deux jours de suite assis l'un en face de l'autre. Il lisait un gros Durkheim, elle feuilletait distraitement les Dialogues de Platon, elle a posé sur lui son regard profond... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 102.
Lire (une œuvre, un auteur) dans le texte. Lire dans la langue d'origine. M. Dubois dédia sa vie aux arts et aux lettres. Il apprit le grec pour lire Homère dans le texte (France, Vie fleur,1922, p. 411).
Lire à livre ouvert. V. livre1I B 2 b.
Lire + compl. désignant le support matériel de l'écrit.Ils lançaient les paniers sans lire les étiquettes. Des « Paris » tombaient dans les « Est via Hirson » (Hamp, Marée,1908, p. 45).
Lire en diagonale*. Synon. feuilleter, parcourir, survoler.
Qqc. se lit
Se lire comme un roman. Algebra, analyse éblouissante de la puissance des grandeurs et de la vie des nombres, (...) ouvrage qui se lit comme un roman (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 80).
Se lire, se laisser lire.[P. oppos. à être illisible] Mériter d'être lu. Le jour je suis avec le Siècle de Louis XIV. On m'a dit que cet ouvrage de Voltaire pouvait se lire. C'est vrai, mais Voltaire s'y retrouve souvent, chaque fois d'abord qu'il est question de religion (E. de Guérin, Journal,1834, p. 26).
c) Emploi abs. Synon. de s'adonner à la lecture, bouquiner (fam.).Lamiel était abonnée à deux cabinets littéraires et passait sa vie à lire (Stendhal, Lamiel,1842, p. 183).Un garçon qui ne fait que lire... Il a été reçu le troisième, cette année, à l'École des Chartes. Où ça le mènera-t-il? Je vous le demande (Goncourt, Journal,1864, p. 116).Oui, c'est exact; maintenant les hommes jouent et ne lisent plus; ce sont les femmes dites du monde qui achètent les livres et déterminent les succès ou les fours (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 108):
8. Il désigna son roman posé en évidence sur un guéridon. − Tu l'as lu? − Je l'ai regardé. Elle hésita : « C'est bête, je ne sais pas lire. − Ça t'ennuie? − Non; mais je me retrouve tout de suite en train de rêver à autre chose. Je pars sur un mot (...) ». Beauvoir, Mandarins,1954, p. 279.
2. Dire à haute voix le contenu d'un texte qu'on lit. Il a envoyé chercher un volume de Racine; il a d'abord commencé la comédie des Plaideurs; mais après une ou deux scènes il nous a lu Britannicus (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 432).Cet ami, ce vieil ami qui a formé ma jeunesse, qui me lisait Baudelaire quand j'avais quatorze ans (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 287).
Synon. de proclamer, donner lecture :
9. Des portes ont claqué. Des gens couraient dans des escaliers dont je ne savais pas s'ils étaient proches ou éloignés. Puis j'ai entendu une voix sourde lire quelque chose dans la salle. Camus, Étranger,1942, p. 1199.
[En incise, sur le modèle de dit-il ] :
10. − (...) Lisez-nous encore un peu de ce livre, messiou. Aurelle tourna quelques pages. « Les autres peuples, lut-il, accusent les Anglais d'incivilité (...) » Maurois, Silences Bramble,1918, p. 58.
3. Attribuer une signification par-delà le sens littéral. Synon. interpréter, comprendre.M. Rouvier ne devait pas être « indifférent » (lisez hostile) aux intrigues de l'étranger contre son ministre (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 223).
Lire entre les lignes (au fig.). Deviner la réalité, la pensée non formulée par-delà le sens littéral. Serait-il tellement classique de ne pas désirer la femme qu'on aime? Les romanciers, même Stendhal, donnent peu de renseignements sur ce point capital; j'essaie pourtant de lire entre les lignes (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 88):
11. Ce que Nore lui disait l'intéressait toujours infiniment moins que ce qu'elle croyait découvrir par l'emploi de certaines expressions, par l'arrangement de certaines phrases, par la marche plus ou moins pressée, plus ou moins lente de l'écriture. Elle lisait entre les lignes des choses désolantes souvent, consolantes quelquefois, et, ça et là, poignantes par le bonheur qu'elles lui causaient. Gobineau, Pléiades,1874, p. 135.
[En parlant d'une œuvre littér.] Interpréter, comprendre. Qu'il y ait des clefs profondes de la pensée et de l'action selon lesquelles lire tout le spectacle, cela ne regarde pas en général le spectateur, qui ne s'y intéresse pas. Mais encore faut-il qu'elles y soient; et cela nous regarde (Artaud, Théâtre et son double,1938, p. 111):
12. Lire cependant n'est pas un geste parasite, le complément réactif d'une écriture que nous parons de tous les prestiges de la création et de l'antériorité (...). Lire, en effet, est un travail de langage. Lire, c'est trouver des sens, et trouver des sens, c'est les nommer. R. Barthes, S/Z, Paris, Éd. du Seuil, 1970, p. 17.
En partic., vieilli. Faire l'explication d'un texte (v. leçon) :
13. Lire un texte, c'était au temps d'Abélard l'étudier et le commenter. Le maître, après un cours d'introduction sur l'auteur qu'il allait lire, son ouvrage, les circonstances de sa composition, passait à l'exposition, c'est-à-dire au commentaire proprement dit. R. Pernoud, Héloïse et Abélard, Paris, Albin Michel, 1980 [1970], p. 19.
II. − Au fig.
A. − Deviner les événements à partir de signes. Lire l'avenir dans le marc de café; lire les lignes de la main, les cartes. Comme on cherche à lire l'avenir dans les boules du cristal le plus transparent (Gracq, Syrtes,1951, p. 39).
B. − Deviner les sentiments ou les pensées informulés ou cachés d'après l'expression des yeux, du visage p. ex. Pour cette fois, ni le président ni le duc n'osèrent se fâcher, quoique Julien crût lire dans leurs yeux qu'ils en avaient bonne envie (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 377).Puis il ramène son regard sur moi; je lis sur son visage une interrogation muette (Sartre, Nausée,1938, p. 152):
14. Gérard lisait dans les lueurs orageuses de ses yeux gris et les lignes rigides de ses lèvres pâles les signes précurseurs d'une grande colère. Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 180.
Lire dans le cœur, dans les pensées. Mais au bout de quinze jours, elle avait lu clairement dans mon cœur; elle comprit qu'en la voyant sincère, je l'étais devenu à mon tour (Musset, Confess. enf. s.,1836, p. 286).Il me connaît, il lit dans mes pensées, il devine que moi aussi je suis à bout (Mauriac, Mal Aimés,1945, III, 4, p. 236).
Lire qqn.Je te lis à livre ouvert, va. D'ailleurs, tu ne te donnes pas la peine de cacher ce que tu penses (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 32).
Lire dans le jeu de qqn. V. jeu I C 2.
Rem. Rare, au sens de « espionner ». Ensuite [dans un libelle contre Napoléon] c'était une combinaison d'espions et d'agents, à l'aide desquels l'Empereur lisait dans l'intérieur de toutes les familles en France, et perçait dans l'obscurité de tous les cabinets de l'Europe (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 263).
Qqc. se lit dans, sur.Se deviner, se voir sur. Malgré ses joues et ses pommettes roses, il y avait autour de ses yeux, à son front, par endroits, une pâleur violente où se lisait tout son trouble (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 262).La proposition et l'acceptation simultanées se lisent sur ces hautes dents luisantes de salive et toutefois menaçantes, se lisent dans ces yeux pleins d'étincelles et de larmes (Jouve, Scène capit.,1935, p. 223).
C. − Deviner, comprendre à partir d'indices. Il est allé guetter le renard (...). Si on sait lire dans les bruits de l'air on apprend qu'il couche là, qu'il va de là à là (Giono, Regain,1930, p. 99).Je me serre contre ma fenêtre. J'essaie de lire sous moi. J'essaie de découvrir des feux, des signes (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 216):
15. Elle a dû tomber une première fois; son panier a roulé dans des buissons où on l'a retrouvé. Oh! on a pu tout lire, disent-ils, toute son histoire, comme si elle l'avait écrite exprès pour nous. Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 160.
[Le compl. d'obj. direct désigne ce qui est déchiffré] Pour comprendre et lire la ville de Londres, il faut connaître la littérature anglaise (L. Daudet, Entre-deux-guerres,1915, p. 291).À contempler de telles images, à lire les images du livre de Bachelin, on rumine de la primitivité (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 47).
Qqc. se lit.Se comprendre, s'interpréter :
16. La composition peut se lire comme une combinaison rythmique de lignes et de couleurs, où le rouge chaud de Nicodème balance le bleu froid de la Vierge, selon la même harmonie qui oppose les rousses frondaisons de l'automne à l'azur pâle du crépuscule. Mais elle peut exprimer aussi, avant tout, l'écrasante lourdeur du corps divin abandonné irrémédiablement par son âme... Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 99.
III.
A. − ÉLECTRON. Parcourir un enregistrement et restituer les sons. Écoutez le son, tel que le lit une cellule de lecture, un enfant dira : « C'est une tierce, au piano » (Schaeffer, Rech. mus. concr.,1952, p. 53).
B. − INFORMAT. ,,Reconnaître et extraire des données inscrites sur un support d'information`` (Le Garff 1975). Lire une carte, une bande magnétique, un fichier (Le Garff 1975).
C. − TEXT. Lire un dessin. Percer dans un ordre déterminé les cartons nécessaires pour transposer le dessin sur le tissu. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Lisotter, verbe trans.Lire en parcourant, sans une attention soutenue. Beaucoup lisotté sans but (philosophie, histoire, érudition, critique, etc.) (Amiel, Journal,1866, p. 39).En faisant un paquet de tous les journaux qui ont parlé de La Fille Élisa, je les lisotte en les pliant (Goncourt, Journal,1877, p. 1194).
Prononc. et Orth. : [li:ʀ], (il) lit [li]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 « suivre des yeux les caractères d'une écriture et pouvoir les identifier » (Alexis, éd. Chr. Storey, 374); 2. a) ca 1050 « énoncer à haute voix » (ibid., 377); b) 1642 « expliquer un auteur (en parlant d'un professeur) » (La Mothe Le Vayer, De la vertu des payens, p. 124); 3. a) ca 1119 « prendre connaissance d'un livre pour s'instruire » (Philippe de Thaon, Comput, 2579 ds T.-L.); b) ca 1165 « prendre connaissance du contenu (ici d'une inscription) par la lecture » (Benoît de Sainte-Maure, Troie, 16811); 4. 1306 lire quelqu'un (Joinville, Vie de Saint Louis, éd. N. Corbett, p. 223, § 668); 5. av. 1630 lire aux langues « avoir l'intelligence d'une langue étrangère » (A. D'Aubigné, Sa vie. A ses enfants ds Œuvres, éd. H. Weber, p. 385); 1694 lire le grec (Ac.); 6. 1764 « adopter telle ou telle leçon (dans une édition de textes) » (Voltaire, Dictionnaire philos. ds Littré). B. Fig. 1. 1592 lire dans les yeux « discerner, reconnaître comme par un signe » (Montaigne, Essais, I, 1, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 9); 2. 1636 « déchiffrer, comprendre le sens de certains signes » (Corneille, Cid, IV, 1, 1131). C. Technol. 1. 1723 text. lire un dessein (Savary); 2. 1765 mus. (Encyclop. t. 9). Du lat. legere « ramasser, recueillir, lire des yeux, lire à haute voix ». Fréq. abs. littér. Lire : 20 674. Lisant : 1 688. Lu : 8 385. Fréq. rel. littér. Lire : xixes. : a) 27 249, b) 34 604; xxes. : a) 30 590, b) 27 725. Lisant : xixes. : a) 2 696, b) 3 016; xxes. : a) 2 176, b) 1 952. Lu : xixes. : a) 12 717, b) 13 955; xxes. : a) 11 245, b) 10 567. Bbg. Busse (W.). Klasse, Transitivät... München, 1974, 273 p. - Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du xviiies. Fr. mod. 1969, t. 37, pp. 113-131 (s.v. lisotter).

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIRE. (Je lis; nous lisons, etc. Je lus. Je lirai. Lis. Que je lise.) v. tr.
Suivre des yeux ce qui est écrit ou imprimé, avec la connaissance des sons que les lettres figurent; soit en ne proférant pas les mots, soit en les proférant à haute voix. Apprendre à lire. Lire couramment. Il ne sait ni lire ni écrire. Il lit bien le grec, l'hébreu. Il s'est fatigué la vue à lire de vieux manuscrits. Une écriture difficile à lire. Il signifie quelquefois Comprendre ce qui est écrit ou imprimé dans une langue étrangère. Il ne parle pas l'anglais, mais il le lit avec assez de facilité. Par analogie, Lire la musique, Parcourir des yeux une musique notée, avec la connaissance des sons que les notes figurent et des diverses modifications que ces sons doivent recevoir. Il signifie aussi Prononcer à haute voix, avec l'intonation voulue, ce qui est écrit ou imprimé. Il lit bien, il lit mal. Il lit distinctement. Il ne sait pas lire. Il nous a lu un long discours. Je vais vous lire mes vers. Ce prince avait l'habitude de se faire lire quelque bon livre pendant ses repas. Il se dit encore en parlant des Lectures qu'on fait pour s'instruire, pour s'amuser, pour s'informer, etc. Lire un volume de vers. Lire un roman. Lire un billet, une lettre. Lire la messe. Lire une dépêche chiffrée. Dans le premier sens, on l'emploie souvent absolument. C'est un homme qui a beaucoup lu. Il passe son temps à lire. Fig., C'est un ouvrage qu'on ne peut lire, se dit d'un Ouvrage ennuyeux, ou mal écrit, ou surtout licencieux. Fig. et fam., Ce livre, cet ouvrage se laisse lire, On le lit sans fatigue, sans ennui.

LIRE se dit encore en parlant de Quelque livre qu'un professeur explique ou fait expliquer à ses auditeurs et qu'il prend pour sujet des leçons qu'il leur donne. Notre professeur nous lisait Homère. Il signifie au figuré Pénétrer quelque chose d'obscur ou de caché. Lire dans la pensée, dans le cœur, dans les yeux de quelqu'un. Je lis sur votre visage que vous êtes mécontent. Lire dans les astres, dans l'avenir.

Phonétique du mot « luès »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
luès lyɛ

Traductions du mot « luès »

Langue Traduction
Anglais luès
Espagnol luès
Italien lue
Allemand luès
Chinois 路易斯
Arabe زهري
Portugais lues
Russe сифилис
Japonais ルエス
Basque luès
Corse luès
Source : Google Translate API

Antonymes de « luès »

Partager