La langue française

Liquide

Définitions du mot « liquide »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIQUIDE1, adj. et subst.

I. − Emploi adj.
A. −
1. Qui coule ou a tendance à couler en raison de la faible cohésion des molécules. Corps, masse, milieu, substance liquide. Le mercure, par sa propriété d'être liquide à la température ordinaire (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 337).Remplacement du combustible solide : le charbon, par un combustible liquide : le mazout (M. Benoist, Pettier, Transp. mar.,1961, p. 79).P. métaph. :
1. Pas de mélodie, pas de mesure, pas de travail thématique; une sorte de noyau liquide, de matière de fusion qui n'est pas refroidie, qui prend toutes les formes et qui n'en a aucune; ça ne ressemble à rien : des lueurs dans un chaos. Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1426.
,,Métal liquide. Métal en fusion`` (Ac.).
Air liquide (v. air1).
État liquide. État de la matière présenté par les corps qui n'ont pas de forme propre et dont le volume est invariable :
2. ... elle [la nature vivante] use de l'état liquide ou fluide dont toute substance vivante est constituée, et en sépare lentement les éléments solides de sa construction. Tout ce qui vit ou qui a vécu résulte des propriétés et des modifications de quelques liqueurs. D'ailleurs, tout solide actuel a passé par la phase liquide, fonte ou solution. Valéry, Variété V,1944, p. 30.
Littéraire
La plaine liquide. La mer. Tel, quand le vent changeant sur la plaine liquide Fait frissonner le flot d'une première ride (Lamart., Chute,1838, p. 1052).
L'élément liquide. L'eau. L'eau devint l'élément obsédant. Nous avons déjà noté, dans notre travail sur le haschisch, cette étonnante prédilection du cerveau pour l'élément liquide (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 428).
2. P. anal. Qui est de faible consistance. Sur le moule il versait du plâtre liquide fait à l'instant (Stendhal, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 225).Les carreaux (...) que mouchetaient les gerbes de boue liquide (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 313).
[En parlant d'un aliment] Même sens. Lier une sauce liquide. Des écuelles de bois orné ou d'argent, avec deux oreilles, servent aux convives pour les aliments liquides (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 166).V. épinard ex. 1.
3. Au fig., littér. Clair, limpide. Le bleu pâle de sa prunelle, ce bleu liquide comme de l'eau, se découvrait (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Fou? 1882, p. 786).
B. − PHONÉTIQUE
1. Consonne liquide; p. ell., liquide, subst. fém. ,,Consonne combinant une occlusion et une ouverture du chenal buccal, de manière simultanée comme les latérales, ou de manière successive comme les vibrantes`` (Ling. 1972). On appelle souvent les vibrantes (r) et les latérales (l) des liquides, terme hérité des grammairiens de l'Antiquité (B. Malmberg, La Phonét., Paris, P.U.F., 1962, p. 55).
2. Groupe liquide. ,,Groupe consonantique formé de deux consonnes dont la deuxième est une liquide`` (Rob. Suppl. 1970).
II. − Emploi subst. masc.
A. −
1. Corps qui se présente à l'état liquide. Synon. vx liqueur.Propriétés physiques des liquides. L'un et l'autre s'y superposent sans se mêler, comme deux liquides de densité différente (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1031).Si l'on a la contrariante habitude de se laver tous les jours, et le vice impardonnable de boire de l'eau, il est prudent de se munir de ce liquide précieux (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 16):
3. Tout corps plongé dans un liquide éprouve de bas en haut une pression égale au poids du liquide déplacé, c'est une loi; au même titre que cette assertion : si je m'enfonce les doigts dans la gorge, j'aurai envie de vomir. La seule différence entre ces deux faits constants est que le premier, plus simple, est traduisible par un chiffre. Claudel, Art poétique,1907, p. 134.
SYNT. Liquide clair, effervescent, incolore, onctueux, visqueux; ébullition, évaporation d'un liquide; baigner, délayer, dissoudre, plonger dans un liquide; injecter un liquide.
2. BIOL. Solution organique. Liquide céphalo-rachidien, excrémentiel, intracellulaire. Elle [l'abeille] ne garde, dans sa spermathèque, que le liquide séminal où nagent les millions de germes (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 228).Ponction lombaire (...). On peut toujours courir la chance que ce soit une méningite cérébro-spinale (...). Je n'y crois guère. Le microscope dira si le liquide a le bacille de Koch ou s'il ne l'a pas (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 220).
Liquide amniotique*.
Liquide(s) organique(s). Synon. vx humeurs, liqueur.Pasteur, en 1863, publie une note (...). Il y montre sans réplique que des liquides organiques frais, comme le sang ou l'urine, liquides éminemment putrescibles (...) peuvent (...) demeurer aussi longtemps qu'on le désire en présence d'un air privé de germes (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 129).
B. − P. anal.
1. Aliment non consistant. Ce malade a la fièvre, il ne doit vivre que de liquides (Ac.1935).
Péj. Quand la glace apparut, ce fut un désastre. C'était une sauce, une soupe, un liquide clair, flottant dans un compotier (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 477).
2. Fam. Boisson (alcoolisée surtout). Droits sur les liquides. Il rote, il soupire... il repose un peu son joujou... il se verse un grand coup de liquide... il sirote ça tout doucement... je le revois alors le whisky! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 310).
En partic., au sing. Vin. (Dict. xxes.).
REM.
Liquidement, adv.,rare. [Correspond à supra I A] . Avec limpidité. Liquidement, (...) tintent ces notes [les cloches]. La grave, les grêles − à tous les étages de l'espace (Valéry, Tel quel II,1943, p. 14).
Prononc. et Orth. : [likid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Adj. 1. ca 1265 « qui coule ou tend à couler » (Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, I, CXXVIII, 2, p. 125); 2. 1690 « qui est peu épais, de faible consistance » (Fur.). II. Subst. 1. 1392 phonét. (E. Deschamps, Art de dictier ds Œuvres complètes, éd. G. Raynaud, t. 7, p. 272); 2. 1549 « caractère de ce qui est liquide » (Du Bellay, Deffence et illustration, éd. H. Chamard, p. 160); 3. 1695 « corps se présentant à l'état liquide » (Journ. ds Trév. 1732); 4. 1762 « aliment liquide » (Ac.); 5. 1808 biol. « parties liquides qui circulent dans l'organisme » (Encyclop. Méthod., Méd. t. 8); 6. 1828-29 « boisson spiritueuse » (Vidocq, Mém., t. 3, p. 161). Empr. au lat.liquidus, adj., au sens I 1. Au sens II 1, empr. au lat. de l'époque impériale liquidae (litterae) « (consonnes) liquides ».

LIQUIDE2, adj.

[En parlant d'une somme d'argent]
A. − Qui est déterminé dans son montant. Créance, dette liquide. Des Lupeaux ne possédait guère au moment où cette scène commence que trente mille francs de dettes franches et liquides (Balzac, Employés,1837, p. 35).
B. −
1. Qui est clair, dégagé de toute hypothèque ou charge; qui peut être intégralement réalisé. M. Audry m'avait demandée, parce que le million qui constituait ma fortune était, comme on dit, net et liquide (Bourget, 2eamour,1884, p. 208).
2. Disponible immédiatement. Argent liquide. Celui-ci se disait que de longtemps peut-être son père n'aurait pas dix mille francs liquides à lui rendre (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 65).Avec ce petit pognon liquide, il allait se payer quelque chose de bien franc, bien net (Céline, Mort à crédit,1936, p. 683).
Emploi subst. masc. sing., fam. Synon. de espèces.C'est (...) pas compliqué, et bien payé, avec du liquide (Vialar, Rose mer,1939, p. 32).
Prononc. et Orth. : [likid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1539 biens liquides « biens qui ne sont pas sujets à contestation » (Test. de Jeh. de Poyctiers ds Guiffrey, Procès criminel de Jehan de Poyctiers, p. 186); 2. 1634 adj. au superl., p. plaisant. « dont on peut immédiatement disposer (d'un bien) » (Songe arrivé à un homme d'importance sur les affaires de ce temps ds Chansons de Gaultier Garguille, éd. E. Fournier, p. 199 : Je donne et laisse à prendre à madamoiselle de Beaupré [...] une rente viagère sur le plus liquide de l'hostel de Bourgongne); 1651 subst. (Scarron, Roman comique, p. 388 ds IGLF : cent livres de rente qu'elle m'assigna sur le liquide de son revenu). Empr. à l'ital.liquido, attesté comme adj. terme de fin. dep. le xves. (av. 1471, Macinghi Strozzi ds Batt.), proprement « qui coule, fluide » (dep. xives., Simintendi, ibid.; v. liquide1).
STAT. − Liquide1 et 2. Fréq. abs. littér. Adj. : 663. Subst. : 641. Fréq. rel. littér. Adj. : xixes. : a) 622, b) 1 190; xxes. : a) 904, b) 1 106. Subst. : xixes. : a) 598, b) 1 151; xxes. : a) 869, b) 1 076.

Wiktionnaire

Adjectif

liquide \li.kid\ masculin et féminin identiques

  1. Fluide, qui tend à couler.
    • Ce breuvage n’est pas assez liquide.
    • (Physique) La phase liquide est un état de la matière compris entre l'état gazeux et l'état solide.
    1. (En particulier) Liquéfié.
      • L’extrême petitesse de l’amortissement aux températures de la neige carbonique et de l’air liquide oblige à beaucoup de circonspections dans l’interprétation des résultats. — (Archives des sciences physiques et naturelles, Institut de physique de l'Université, 1919, vol. 1 & 2, page 352)
  2. De faible consistance.
    • Cette sauce est trop liquide.
  3. (Linguistique) Relatif aux consonnes « l, r », qui, étant employées à la suite d’une autre consonne dans une même syllabe, sont coulantes et se prononcent aisément.
    • Une consonne liquide.
  4. (Finance) Rapidement disponible, en parlant d’actifs financiers.
    • Un portefeuille d’actif assez liquide.
  5. (Finance) Qui est net et clair, qui n’est point sujet à contestation, qui n’est point chargé de dettes.
    • On ne peut saisir que pour une dette liquide et certaine.

Nom commun 1

liquide \li.kid\ masculin

  1. Fluide qui peut couler, et possède son volume propre, qui ne varie (peu) qu’avec la température.
    • Il est de fait que le mercure sur lequel on fait bouillir de l'eau, communique à ce liquide la vertu la plus vermifuge ; néanmoins, l'expérience rigoureuse a prouvé à Lemery que ce métal ne perdoit pas sensiblement de son poids, […]. — (Jean Antoine Chaptal,Élémens de chimie, vol.2, page 373, Deterville à Paris, 2e éd., an III, (1794 ou 1795))
    • Tout corps plongé dans un liquide éprouve de bas en haut une pression égale au poids du liquide déplacé.
  2. (Vieilli) Liqueur, boisson alcoolisée.
    • Droits sur les liquides.
  3. (Anatomie) Solution organique.
    • Le liquide amniotique.
  4. Argent disponible immédiatement.
    • Une nénette enceinte, c’est pas l’Himalaya, et un contrôle fiscal, c’est pas un mardi noir à Wall Street. D’abord tu largues la nénette, je te file l’oseille en liquide pour les formalités. Ensuite, tu disparais du bureau, […]. — (Marie-Thérèse Cuny, Une garce, Paris : Editions Fixot, 1987)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIQUIDE. adj. des deux genres
. Qui coule ou qui tend à couler. Ce breuvage n'est pas assez liquide. Substantivement, Les liquides. Métal liquide, Métal en état de fusion. En Poésie, La plaine liquide, La mer. Il se dit, substantivement et particulièrement, des Boissons spiritueuses, acides ou fermentées. Droits sur les liquides. Il se dit également, surtout en termes de Médecine de Quelques autres boissons, ou aliments liquides, tels que le lait, le bouillon, les consommés, etc. Couper du lait avec un autre liquide. Ce malade a la fièvre, il ne doit vivre que de liquides. En termes de Grammaire, Consonnes liquides ou, substantivement, Liquides, Les quatre lettres L, M, N, R, qui, étant employées à la suite d'une autre consonne dans une même syllabe, sont coulantes et se prononcent aisément.

LIQUIDE se dit figurément en parlant de Bien et d'argent et signifie Qui est net et clair, qui n'est point sujet à contestation, qui n'est point chargé de dettes. On ne peut saisir que pour une dette liquide et certaine. Il a vingt mille francs d'argent liquide.

Littré (1872-1877)

LIQUIDE (li-ki-d') adj.
  • 1Qui coule et tend toujours à se mettre de niveau. Les substances liquides.

    Métal liquide, métal en fusion.

    En poésie, le liquide empire, la plaine liquide, la mer. Cependant sur le dos de la plaine liquide, Racine, Phèd. V, 6.

    Le liquide élément, l'eau. Deux seaux alternativement Puisaient le liquide élément, La Fontaine, Fabl. XI, 6.

  • 2Il est quelquefois opposé à épais, à qui ne coule pas. Cette encre n'est pas assez liquide. Ce breuvage est trop épais, il n'est pas assez liquide.

    Confitures liquides, conserves, gelées, confitures qui sont dans du sirop. Car de tous mets sucrés, secs, en pâte, ou liquides, Les estomacs dévots furent toujours avides, Boileau, Sat. X.

  • 3En parlant de bien et d'argent, net et clair, qui n'est point sujet à contestation. Il lui reste dix mille écus de bien clair et liquide. Quarante mille écus d'argent sec et liquide, De la succession voilà le plus solide, Regnard, Légat. II, 8. Cependant, avec toute son expérience, il dissipait ce que nous avions de plus liquide, Lesage, Guzm. d'Alf. VI, 3.

    En matière de dettes, la compensation ne doit se faire que de liquide à liquide, c'est-à-dire d'une somme liquide à une autre qui le soit aussi.

  • 4 Terme de grammaire. Consonnes liquides, les consonnes l et r, parce qu'elles se joignent aux autres avec une grande facilité, et coulent pour ainsi dire.

    Substantivement. Une liquide. Les deux liquides.

  • 5 S. m. Substance liquide. Les solides, les liquides et les fluides. Les liquides du corps humain.
  • 6Boisson spiritueuse, acide ou fermentée. Droits sur les liquides. Les liquides taxés.

    Les liquides, partie de l'administration des contributions indirectes qui concerne l'impôt sur les liquides.

  • 7Service des liquides, se dit des employés chargés de distribuer les liquides aux soldats, et des équipages qui transportent ces liquides.

    On dit aussi elliptiquement : Il est dans les liquides. Un employé des liquides.

  • 8 Terme de médecine. Boisson ou aliment liquide, tels que le lait, le bouillon, les consommés, etc. Couper le lait avec un autre liquide.

HISTORIQUE

XIVe s. Faire incision pour traire humours liquides ou boe [pus], H. de Mondeville, f° 100, verso.

XVe s. Et sont les dictes liquides, comme l, m, n, r, qui font la sillabe brieve, Deschamps, Poésies mss. f° 396, col. 2.

XVIe s. Compensation n'a lieu, si la dette n'est liquide et par escrit, Loysel, 705. Usez hardiment de l'adjectif substantivé, comme le liquide des eaux, le vuyde de l'air, etc. Du Bellay, J. I, 32, verso. Ravy parmi l'air liquide Le grand prophete voloit, Du Bellay, J. II, 47, verso. Ceulx qui se trouverent avoir de revenu annuel jusques à la quantité de 500 minots, et au dessus, tant en grains qu'en fruicts liquides, Amyot, Solon, 30.

SYNONYME

1. LIQUEUR, LIQUIDE., Autrefois on appelait liqueur toute substance liquide ; c'est ainsi que Pascal a écrit un livre de l'équilibre des liqueurs ; nous dirions aujourd'hui des liquides, c'est le terme générique ; liqueur ne s'emploie que pour certains liquides déterminés.

2. LIQUIDE, FLUIDE., Tout liquide est fluide ; mais tout fluide n'est pas liquide. Fluide s'applique aussi au gaz, tandis que liquide ne se dit que des corps qui restent comme l'eau dans le vase où on les met.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIQUIDE, adj. f. (Gram.) on appelle articulations & consonnes liquides, les deux linguales l & r. Voyez Linguales.

Liquide, adj. pris subst. (Phys.) corps qui a les propriétés de la fluidité, & outre cela la qualité particuliere d’humecter ou mouiller les autres corps qui y sont plongés. Cette qualité lui vient de certaine configuration de ses parties qui le rend propre à adhérer facilement à la surface des corps qui lui sont contigus. Voyez Fluide, Humide, & Fluidité.

M. Mariotte au commencement de son traité du mouvement des eaux, donne une idée un peu différente du corps liquide. Selon lui liquide, est ce qui étant en quantité suffisante, coule & s’étend au-dessous de l’air, jusqu’à ce que sa surface se soit mise de niveau ; & comme l’air & la flamme n’ont pas cette propriété, M. Mariotte ajoute que ce ne sont point des corps liquides, mais des corps fluides. Au lieu que l’eau, le mercure, l’huile, & les autres liqueurs, sont des corps fluides & liquides. Tout liquide est fluide, mais tout fluide n’est pas liquide ; la liquidité est une espece de fluidité.

Les liquides, selon plusieurs physiciens, sont dans un mouvement continuel. Le mouvement de leurs parties n’est pas visible, parce que ces parties sont trop petites pour être apperçues ; mais il n’est pas moins réel. Entre plusieurs effets qui le prouvent, selon ces philosophes, un des principaux est la dissolution & la corruption des corps durs causée par les liquides. On ne voit, par exemple, aucun mouvement dans de l’eau-forte qu’on a laissé reposer dans un verre ; cependant si l’on y plonge une piece de cuivre, il se fera d’abord une effervescence dans la liqueur : le cuivre sera rongé visiblement tout-autour de sa surface, & enfin il disparoîtra en laissant l’eau-forte chargée par-tout & uniformément de ses parties devenues imperceptibles, & teintes d’un bleu tirant sur le verd de mer. Ce que les eaux fortes font à l’égard des métaux, d’autres liquides le font à l’égard d’autres matieres ; chacun d’eux est dissolvant par rapport à certains corps, & plus ou moins, selon la figure, l’agitation, & la subtilité de ses parties. Or il est clair que la dissolution suppose le mouvement, ou n’est autre chose que l’effet du mouvement. Ce n’est pas le cuivre qui se dissout de lui-même ; il ne donne pas aussi à la liqueur l’agitation qu’il n’a pas ; le repos de ses parties, & le repos des parties du liquide joints ensemble, ne produiront pas un mouvement. Il faut donc que les parties du liquide soient véritablement agitées, & qu’elles se meuvent en tous sens, puisqu’elles dissolvent de tous côtés & en tous sens des corps sur lesquels elles agissent. Quoiqu’il y ait des corps tels que la flamme, dont les parties sont extrèmement agitées de bas en haut, ou du centre vers la circonférence par un mouvement de vibration ou de ressort, ils ne sauroient néanmoins être appellés liquides, & ce ne sont que des fluides, parce que le mouvement en tous sens, le poids, & peut-être d’autres circonstances qui pourroient déterminer leurs surfaces au niveau, leur manquent.

Un liquide se change en fluide par l’amas de ses parcelles lorsqu’elles se détachent de la masse totale, comme on voit qu’il arrive à l’eau qui se résout en vapeurs : car les brouillards & les nuages sont des corps ou des amas fluides, quoique formés de l’assemblage de parcelles liquides ; de même un fluide proprement dit, peut devenir liquide, si l’on insere dans les intervalles des parties qui le composent, quelque matiere qui les agite en tous sens, & les détermine à se ranger de niveau vers la surface supérieure.

Les parties intégrantes des liquides sont solides, mais plus ou moins, disent les Cartésiens, selon que la matiere subtile les comprime davantage, ou par la liberté & la vîtesse avec laquelle elle se meut entre elles, ou par la quantité & la qualité des surfaces qui joignent entre eux les élémens ou parties encore plus petites, qui composent les premieres. Ces parties intégrantes sont comme environnées de toute part de la matiere subtile ; elles y nagent, y glissent, & suivent en tous sens les mouvemens qu’elle leur imprime, soit que le liquide se trouve dans l’air, soit qu’il se trouve dans la machine pneumatique. C’est le plus ou le moins de cette matiere enfermée dans un liquide, selon qu’elle a plus ou moins d’agitation & de ressort, qui fait principalement, selon ces philosophes, le plus ou le moins de liquidité : mais le plus ou le moins d’agitation de cette matiere dépend de la grosseur, de la figure, de la nature des surfaces planes ou convexes, ou concaves, polies ou raboteuses, & de la densité des parties intégrantes du liquide. Si dix personnes autour d’une table peuvent y être rangées de 3628800 manieres différentes, ou faire 3628800 changemens d’ordre, on doit juger, ajoutent les Cartésiens, quelle prodigieuse quantité de liquides différens pourront produire toutes les combinaisons & toutes les variétés de circonstances dont on vient de parler.

On demande comment se peut-il que les parties intégrantes des liquides étant continuellement agitées par la matiere subtile, elle ne les dissipe pas en un moment : soit, par exemple, un verre à demi-plein d’eau, on voit bien que cette eau est retenue vers les côtés & au-dessous, par les parois du verre ; mais qu’est-ce qui la retient au-dessus ? Si l’on dit que le poids de l’atmosphere ou la colonne d’air, qui appuie sur la surface de cette eau, la retient en partie ; le même liquide qui se conserve dans l’air, ne se conservant pas moins dans la machine pneumatique, après qu’on en a pompé l’air, il faut avoir recours à une autre cause. D’où vient encore la viscosité qu’on remarque dans tous les liquides plus ou moins : cette disposition que les gouttes qu’on en détache ont à se rejoindre, & cette legere résistance qu’elles apportent à leur séparation ? De plus, il n’y a point d’apparence que la matiere subtile enfermée dans les interstices d’un liquide, non plus que les parties qui le composent, se meuve avec la même vîtesse, que la matiere subtile extérieure, de même à-peu-près que les vents qui pénetrent jusques dans le milieu d’une forêt, s’y trouvent considérablement affoiblis, les feuilles & tout ce qu’ils y rencontrent y étant beaucoup moins agitées qu’en rase campagne. Or comment se conserve l’équilibre dans ces différens degrés de vîtesse, des parties intégrantes d’un liquide, de la matiere subtile du dedans, & de la matiere subtile du dehors ?

Voici les réponses que l’on peut faire à ces questions selon les Cartésiens. 1°. Les parties d’un liquide ne sont pas exemptes de pesanteur, & elles en ont de même que tous les autres corps, à raison de leur masse & de leur matiere propre ; cette pesanteur est une des puissances qui les assujettit dans le vase où elles sont contenues. 2°. Il ne faut pas croire que la matiere subtile environne les parties intégrantes d’un liquide, de maniere qu’elles ne se touchent jamais entre elles, & ne glissent jamais les unes sur les autres, selon qu’elles ont des surfaces plus ou moins polies, & qu’elles sont mûes avec plus ou moins de vîtesse. Il est très-probable au contraire que les parties intégrantes des liquides, telles que l’eau, l’huile & le mercure ne se meuvent guere autrement. Or ces parties présentent d’autant moins de surface à la matiere subtile intérieure, qu’elles se touchent par plus d’endroits ; & celles qui se trouvent vers les extrémités lui en présentent encore moins que les autres. Elles en présentent donc davantage à la matiere subtile extérieure, & comme cette matiere a plus de liberté, & se meut avec plus de vîtesse que l’intérieure, il est clair qu’elle doit avoir plus de force pour repousser les parties du liquide vers la masse totale, que la matiere subtile intérieure n’en a pour les séparer. Ainsi le liquide demeurera dans le vaisseau qui le contient, & de plus il aura quelque viscosité, ou resistera un peu à la division. Pour les liquides fort spiritueux, dont les parties intégrantes sont apparemment presque toutes noyées dans la matiere subtile, sans se toucher entr’elles que rarement, & par de très-petites surfaces, ils sont en même tems & l’exception & la preuve de ce que nous venons de dire, puisqu’ils s’exhalent & se dissipent bientôt d’eux-mêmes, si l’on ne bouche exactement le vaisseau qui les renferme. 3°. Enfin pour comprendre comment les parties des liquides se meuvent avec la matiere subtile qu’ils contiennent, & comment l’équilibre se conserve entr’elles, cette matiere & la matiere subtile extérieure, il faut observer que, quoique chaque partie intégrante de certains liquides soit peut-être un million de fois plus petite que le plus petit objet qu’on puisse appercevoir avec un excellent microscope, il y a apparence que les plus grosses molécules de la matiere subtile sont encore un million de fois, si l’on veut, plus petites que ces parties ; l’imagination se perd dans cette extrème petitesse, mais c’est assez que l’esprit en apperçoive la possibilité dans l’idée de la matiere, & qu’il en conclue la nécessité par plusieurs faits incontestables. Or, cent de ces molécules qui viennent, par exemple, heurter en même tems, selon une même direction & avec une égale vîtesse, la partie intégrante d’un liquide un million de fois plus grosse que chacune d’elles, ne lui communiquent pourtant que peu de leur vîtesse ; parce que leur cent petites masses sont contenues dix mille fois dans la grosse masse, & qu’il faut pour y distribuer, par exemple, un degré de vîtesse, qu’elles fassent autant d’efforts contr’elle, que pour en communiquer dix mille degrés à cent de leurs semblables ; car cent de masse multiplié par dix mille de vîtesse, & 1 de vîtesse multiplié par un million de masse, produisent également de part & d’autre un million de mouvemens. Mais ces cent molécules de matieres subtiles sont bientôt suivies de cent autres, & ainsi de suite, peut-être de cent millions, & comme celles qui viennent les dernieres sur la partie du liquide, lui trouvent déja une certaine quantité de mouvemens que les premieres lui ont communiqué, elles l’accélerent toujours de plus en plus, & à la fin elles lui donneroient autant de vîtesse qu’elles en ont elles-mêmes, si la matiere subtile pouvoit toujours couler sur cette partie avec la même liberté, & selon la même direction. Mais la matiere subtile se mouvant en divers sens dans les liquides, & la vîtesse que plusieurs millions de ces molécules peuvent avoir donné à une partie intégrante du liquide, par une application continue & successive de cent en cent, vers un certain côté, étant bientôt détruite ou retardée par plusieurs millions d’autres qui viennent choquer la même partie, selon des directions différentes ou contraires ; il est évident que cette partie intégrante du liquide n’aura jamais le tems de parvenir à leur degré d’agitation, & qu’ainsi la supériorité de vîtesse demeurera toujours à la matiere subtile. Cependant il n’est pas possible que cette vîtesse ne soit fort diminuée par-là, & ne se trouve bientôt au-dessous de ce qu’elle est dans la matiere subtile du dehors, qui rencontre bien moins d’obstacles à ces divers mouvemens ; obstacles d’autant plus considérables, que la densité du liquide est plus grande, que ses parties intégrantes sont plus grosses, qu’elles ont plus de surface, & que ces surfaces sont moins glissantes. Mais ce que la matiere subtile perd de vîtesse entre les interstices d’un liquide, est compensé par une plus grande tension du ressort de ces molécules, lequel augmente sa force, à mesure qu’il est plus comprimé ; & c’est par-là que l’équilibre se conserve entre les parties intégrantes du liquide, la matiere subtile intérieure, & la matiere subtile du dehors. C’est par l’action & la réaction continuelles & reciproques entre les parties du liquide, & la matiere subtile qu’il contient, & entre ce tout & la matiere subtile extérieure, que les vîtesses, les compressions & les masses multipliées de part & d’autre, donneront toujours un produit égal de force ou de mouvement : ce mouvement & cet équilibre subsisteront tant que le liquide perséverera dans son état de liquidité.

On voit donc que les parties intégrantes d’un liquide sont ce qui s’y meut avec le moins de vîtesse, ensuite c’est la matiere subtile qui coule entre elles, & qui est plus agitée qu’elles ; & enfin vient la matiere subtile extérieure, dont l’agitation passe celle de tout le reste, & de la vîtesse de laquelle on peut se faire une idée par les effets qu’elle produit dans la poudre à canon & dans le tonnerre.

Ceci est tiré de la Dissertation sur la glace par M. de Mairan, imprimée dans le Traité des vertus médicinales de l’eau commune, Paris, 1730. tome II. pag. 523 & suiv. Article de M. Formey.

Nous n’avons pas besoin de dire que tout ceci est purement hypothétique & conjectural, & que nous le rapportons seulement, suivant le plan de notre ouvrage, comme une des principales opinions des Physiciens sur la cause & les propriétés de la liquidité. Car nous n’ignorons pas que ce mouvement prétendu intestin des particules des fluides, est attaqué fortement par d’autres physiciens. Voyez Fluide & Fluidité.

Liquide, (Jurisprud.) se dit d’une chose qui est claire, & dont la quantité ou la valeur est déterminée ; une créance peut être certaine sans être liquide. Par exemple, un ouvrier qui a fait des ouvrages, est sans contredit créancier du prix ; mais s’il n’y a pas eu de marché fait à une certaine somme, ou que la quantité des ouvrages ne soit pas constatée, sa créance n’est pas liquide, jusqu’à ce qu’il y ait eu un toisé, ou état des ouvrages & une estimation.

On entend aussi quelquefois par liquide ce qui est actuellement exigible ; c’est pourquoi, quand on dit que la compensation n’a lieu que de liquide à liquide, on entend non-seulement qu’elle ne peut se faire qu’avec des sommes ou quantités fixes & déterminées, mais aussi qu’il faut que les choses soient exigibles, au tems où l’on veut en faire la compensation. Voyez Compensation. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « liquide »

Du latin liquidus.
(Finance) De l’italien liquido.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. liquid ; catal. lliquid, espagn. et ital. liquido ; du lat. liquidus (voy. LIQUEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « liquide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
liquide likid

Citations contenant le mot « liquide »

  • Principe d’Archimède : tout corps plongé dans un liquide en ressort mouillé. De Jean-Charles / La Foire aux cancres
  • Tout corps plongé dans un liquide éprouve une bonne satisfaction. De Maurice Fombeure
  • Tout corps plongé dans un liquide finit par avouer. De Jean-Pierre Cuny
  • Tout corps plongé dans un liquide reçoit un coup de téléphone. De Maurice Roche / Mémoire
  • A l’échelle cosmique, l’eau liquide est plus rare que l’or. De Hubert Reeves
  • Verre d’eau - Quantité de liquide dans laquelle les autres se noient. De Pierre Daninos / Le Jacassin
  • Les curés épongent les péchés comme les mouchoirs épongent les larmes, liquide du repentir. De Francis Picabia / Ecrits
  • Une vieille épouse, un vieux chien et de l'argent liquide - voilà trois amis fidèles. De Benjamin Franklin / Almanach du pauvre Richard
  • L'eau, liquide si impur, qu'une seule goutte suffit pour troubler l'absinthe. De Alfred Jarry
  • L'avenir est liquide Le passé est solide. Le chagrin est une carpe Le bonheur une anguille. De Jean-Louis Aubert / Le long de l'eau
  • Traduire : transvaser un liquide d'un vase à col large dans un vase à col étroit. Il s'en perd toujours. De Victor Hugo
  • Dans le Sud-Est, les inondations continuent. Les autorités locales prient instamment les Français de cesser d’envoyer leurs dons en liquide. De Jean-Jacques Peroni / Les Carnets d'un malfaisant
  • Pourquoi est-ce que le sirop de citron est fait avec des produits chimiques alors que le liquide pour laver la vaisselle est à base de vrai citron ? De Jerry Seinfeld
  • Principe d’Archimède : tout corps plongé dans un liquide, s’il n’est pas revenu à la surface au bout d’une demi-heure, doit être considéré comme perdu. De Jean-Charles / La Foire aux cancres
  • L'image virtuelle, c'est la machine qui voit, qui sent à votre place et vous liquide en tant qu'être actif au profit d'un être passif. De Paul Virilio / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Dans des conditions extrêmes, l'eau liquide à la limite de la glace peut exister sous deux configurations moléculaires. Sciences et Avenir, Les deux états de l'eau liquide - Sciences et Avenir
  • Les agents découvrent qu'il n'a pas de permis de conduire et que le véhicule ne lui appartient pas. Sur lui, ils vont saisir un couteau, neuf pochons d'herbe, soit 94g de produit et 890€ en liquide. En garde à vue, il déclare que la drogue est à lui, un stock pour son usage personnel. Ce qui n'a pas convaincu les enquêteurs de la sûreté départementale. Était-ce plutôt un livreur de cannabis à domicile? Une question à laquelle le mis en cause devait répondre ce lundi devant le parquet de Montpellier.  midilibre.fr, Montpellier : le pilote de scooter fuit le contrôle de police, avec près de 100 g d'herbe et 900€ en liquide - midilibre.fr
  • «Vu d'Ailleurs» N°34 - Le vaccin, nouvel «or liquide» LEFIGARO, «Vu d'Ailleurs» N°34 - Le vaccin, nouvel «or liquide»
  • Air liquide ne se contente plus de purifier et de liquéfier le biogaz de ses clients. Le gazier se veut aussi producteur et fournisseur de bioGNL. Il opère déjà six sites de méthanisation en Europe et aux États-Unis. Certains injectent dans les réseaux de gaz. Mais la plupart alimentent directement, par camion, des stations d’avitaillement de logisticiens et d’enseignes de la grande distribution qui veulent réduire l’empreinte carbone de leur logistique. usinenouvelle.com/, Air Liquide aussi producteur de biométhane - Gaz renouvelable
  • Si  les  médias  annoncent  fréquemment  la  disparition imminente  des  espèces,  la circulation  de  monnaie  fiduciaire  (les  pièces  et  les  billets)  n’a  jamais  été  aussi importante. En dépit de l’essor des paiements numériques, l’argent liquide n’a pas dit son dernier mot. , Terra Nova | Le grand paradoxe – ou pourquoi le règne du cash est loin de s’achever

Traductions du mot « liquide »

Langue Traduction
Anglais liquid
Espagnol líquido
Italien liquido
Allemand flüssigkeit
Chinois 液体
Arabe سائل
Portugais líquido
Russe жидкость
Japonais 液体
Basque likidoa
Corse liquidu
Source : Google Translate API

Synonymes de « liquide »

Source : synonymes de liquide sur lebonsynonyme.fr

Liquide

Retour au sommaire ➦

Partager