La langue française

Liquidité

Définitions du mot « liquidité »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIQUIDITÉ1, subst. fém.

[Correspond à liquide1]
A. − Caractère de ce qui est liquide. Liquidité du mercure. Dans les corps qui tombent sous nos sens, la solidité et la rigidité, comme la flexibilité, la mollesse ou la liquidité, sont autant de phénomènes très dérivés et très complexes (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 179).Au-dessous de la surface glacée, puis, conduites par l'ancien déversoir, elles [les eaux] conservaient leur liquidité (Verne, Île myst.,1874, p. 188).
B. − Au fig.
1. Caractère de ce qui est imprécis, flou :
... cette impression continuerait à envelopper de sa liquidité et de son « fondu » les motifs qui par instants en émergent, à peine discernables (...), impossibles à décrire, à se rappeler, à nommer, ineffables... Proust, Swann,1913, p. 209.
2. Caractère de ce qui est limpide. Le vers de Valéry coule, a une indéfinissable liquidité avec des matériaux aussi denses, aussi solides, aussi minéraux que possible (Du Bos, Journal,1922, p. 149).
Prononc. et Orth. : [likidite]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Ca 1510 « caractère de ce qui est liquide » (J. Lemaire de Belges, Les Illustrations de Gaule, livre I ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. 1, p. 193). Empr. au lat.liquiditas « fluidité (de l'air) ».

LIQUIDITÉ2, subst. fém.

[Correspond à liquide2] ,,Aptitude d'un bien à se transformer plus ou moins rapidement en monnaie`` (Gestion fin. 1979).
Au plur. Somme disponible immédiatement. Les uns déclarent : « Face à l'inflation, prenons le taureau par les cornes. Opérons dans les liquidités une ponction radicale en décrétant tout à coup que les billets actuels n'ont plus cours, que les porteurs doivent sans délai les échanger aux caisses publiques (...) » (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 118).
Prononc. : [likidite]. Étymol. et Hist. 1873 (Lar. 19e). Dér. de liquide2* formé sur le modèle de liquidité1*. Fréq. abs. littér. : 24.

Wiktionnaire

Nom commun

liquidité \li.ki.di.te\ féminin

  1. (Physique) Qualité des substances liquides.
    • La liquidité du mercure.
  2. (Figuré) Et cette impression continuerait à envelopper de sa liquidité et de son « fondu » les motifs qui par instants en émergent, à peine discernables, pour plonger aussitôt et disparaître, […] — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, pages 31-32)
  3. (Économie) Quantité de monnaie disponible.
    • Lorsqu'on a étudié le comportement du fonds de roulement et, par conséquent, celui de la marge d’autofinancement et des liquidités pour une hypothèse d'exploitation, on dispose d'une base pour « échéancer » les investissements et les charges à option au cours de l'année, en vue de l'utilisation optimale des liquidités. — (Henri Roy, Analyse financière et méthode normative, collection L’Économie d'Entreprise, éd. Dunod, vol. 18, 1971, page 132)
  4. (Finance) Capacité d’un marché financier à acheter ou à vendre rapidement les actifs qui y sont cotés sans que cela n’ait d’effet majeur sur les prix.
  5. (Finance) Mesure de la capacité d’un débiteur à rembourser ses dettes dans l’hypothèse de la poursuite de ses activités.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIQUIDITÉ. n. f.
Qualité des substances liquides. La liquidité du mercure.

Littré (1872-1877)

LIQUIDITÉ (li-ki-di-té) s. f.
  • Qualité de ce qui est liquide. La liquidité du mercure disparaît à 33 degrés au-dessous de zéro.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIQUIDITÉ, (Chimie.) mode & degré de raréfaction. Voyez l’article Raréfaction & Rarescibilité, Chimie.

La liquidité est un phénomene proprement physique, puisqu’il est du nombre de ceux qui appartiennent à l’aggrégation, qui sont des affections de l’aggrégé comme tel (voyez à l’article Chimie, p. 411. col. 2. & suiv.) ; mais il est aussi de l’ordre de ceux sur lesquels les notions chimiques répandent le plus grand jour, comme nous l’avons déja observé en général, & du phénomene dont il est ici question, en particulier à l’article Chimie. p. 415. col. 10. Pour nous en tenir à notre objet présent, à la lumiere répandue sur la théorie de la liquidité par la contemplation des phénomenes chimiques ; c’est des événemens ordinaires de la dissolution chimique opérée dans le sein des liquides, que j’ai déduit l’identité de la simple liquidité & de l’ébullition, & par conséquent l’établissement de l’agitation tumultueuse des parties du liquide, des tourbillons, des courans, &c. qui représente l’essence de la liquidité d’une maniere rigoureusement démontrable. Voyez Menstrue, Chimie, & l’article Chimie, aux endroits déja cités.

Mais la considération vraiment chimique de la liquidité, est celle d’après laquelle Becher l’a distinguée en liquidité mercurielle, liquidité aqueuse & liquidité ignée. Ce célebre chimiste appelle liquidité mercurielle, celle qui fait couler le mercure vulgaire, & qu’il croit pouvoir être procurée à toutes les substances métalliques, d’après sa prétention favorite sur la mercurification. Voyez Mercurification.

La liquidité aqueuse est selon lui, celle qui est propre à l’eau commune, à certains sels, & même à l’huile. Il la spécifie principalement par la propriété qu’ont les liquides de cette classe, de mouiller les mains ou d’être humides, en prenant ce dernier mot dans son sens vulgaire.

Enfin, il appelle liquidité ignée, celles que peuvent acquérir les corps fixes, & chimiquement homogènes par l’action d’un feu violent, ou comme les Chimistes s’expriment encore, celle qui met les corps dans l’état de fusion proprement dite. Voyez Fusion, Chimie.

Quelque prix qu’attachent les vrais chimistes aux notions transcendantes, aux vûes profondes, aux germes féconds de connoissances fondamentales que fournissent les ouvrages de Bécher, & notamment la partie de sa physique souterraine, où il traite de ces trois liquidités, voyez Physic. subter. lib. I. sect. 5. c. iij. il faut convenir cependant qu’il étale dans ce morceau plus de prétentions que de faits, plus de subtilités que de vérités, & qu’il y montre plus de sagacité, de génie, de verve, que d’exactitude.

Je crois qu’on doit substituer à cette distinction, trop peu déterminée & trop peu utile dans la pratique, la distinction suivante qui me paroît précise, réelle & utile.

Je crois donc que la liquidité doit être distinguée en liquidité primitive, immédiate ou propre, & liquidité sécondaire, médiate ou empruntée.

La liquidité primitive est celle qui est immédiatement produite par la chaleur, dont tous les corps homogènes & fixes sont susceptibles, & qui n’est autre chose qu’un degré de raréfaction, ou que ce phénomène physique, dont nous avons parlé au commencement de cet article (voyez l’article Raréfaction & Rarescibilité, Chimie), n’importe quel degré de chaleur soit nécessaire pour la produire dans les différentes especes de corps ; qu’elle ait lieu sous le moindre degré de chaleur connue, comme dans le mercure qui reste coulant sous la température exprimée par le soixante & dixieme degré au-dessous du terme de la congélation du thermometre de Reaumur, qui est ce moindre degré de chaleur, ou l’extrème degré du froid que les hommes ont observé jusqu’à présent (voyez à l’article Froid, Physique, p. 317. col. 1. la table des plus grands degrés de froids observés, &c.), ou bien que comme certaines huiles, celle d’amande douce, par exemple, le froid extrème, c’est-à-dire la moindre chaleur de nos climats suffise pour la rendre liquide ; ou que comme l’eau commune, l’alternative de l’état concret & de l’état de liquidité, arrive communément sous nos yeux ; soit enfin qu’une forte chaleur artificielle soit nécessaire pour la produire, comme dans les substances métalliques, les sels fixes, &c. ou même que l’aptitude à la liquidité soit si foible dans certains corps, qu’ils en ayent passé pour infusibles, & qu’on n’ait découvert la nullité de cette prétendue propriété, qu’en leur faisant essuyer un degré de feu jusqu’alors inconnu, & dont l’effet fluidifiant auquel rien ne résiste, est rapporté à l’article Miroir ardent, voyez cet article. Car de même qu’un grand nombre de corps, tels que toutes les pierres & terres pures, avoient été regardées comme infusibles, avant qu’on eût découvert cet extrème degré de feu ; il y a très grande apparence que le mercure n’a été trouvé jusqu’à présent inconcrescible, que parce qu’on n’a pu l’observer sous un assez foible degré de chaleur ; & que si l’on pouvoit aborder un jour des plages plus froides que celles où on est parvenu, ou l’exposer à un degré de froid artificiel plus fort que celui qu’on a produit jusqu’à présent, le mercure essuyeroit enfin le même sort que l’esprit-de-vin, long-tems cru inconcrescible, & dont la liquidité trouva son terme fatal à un degré de chaleur encore bien supérieur au moindre degré connu. On peut poursuivre la même analogie jusque sur l’air. Il est très-vraissemblable qu’il est des degrés possibles de froid, qui le convertiroient premierement en liqueur, & secondement en glace ou corps solide. Voyez l’article Froid, Physique, à l’en droit déja cité.

La liquidité empruntée est celle qui est procurée aux corps concrets sous une certaine température, par l’action d’un autre corps qui est liquide sous la même température, c’est-à-dire, par un menstrue à un corps soluble. Voyez Menstrue.

C’est ainsi que les corps qui ne pourroient couler par leur propre constitution qu’à l’aide d’un extrème degré de chaleur, comme la chaux, par exemple, peuvent partager la liquidité d’un corps qui n’a besoin pour être liquide, que d’être échauffé par la température ordinaire de notre athmosphere ; le vinaigre par exemple.

Tous les liquides aqueux composés & chimiquement homogenes, tels que tous les esprits acides & alkalis, les esprits fermentés, les sucs animaux & végétaux, & même sans en excepter les huiles, selon l’idée de Becher, ne coulent que par la liquidité qu’ils empruntent de l’eau ; car il est évident, en exceptant cependant les huiles de l’extrème évidence, que c’est l’eau qui fait la vraie base de toutes ces liqueurs, & que les différens principes étrangers qui l’impregnent ne jouissent que de la liquidité qu’ils lui empruntent. Il est connu que plusieurs de ces principes, les alkalis, par exemple, & peut-être l’acide vitriolique (voyez sous le mot Vitriol) sont naturellement concrets au degré de chaleur qui les fait couler lorsqu’ils sont réduits en liqueur, c’est-à-dire dissous dans l’eau. On se représente facilement cet état de liquidité empruntée dans les corps où l’eau se manifeste par sa liquidité spontanée, c’est-à-dire dûe à la chaleur naturelle de l’athmosphere ; mais on ne s’apperçoit pas si aisément que ce phénomene est le même dans certains corps concrets auxquels on procure la liquidité par une chaleur artificielle très-inférieure à celle qui seroit nécessaire pour procurer à ce corps une fluidité immédiate. Certains sels, par exemple, comme le nître & le vitriol de mer crystallisés, coulent sur le feu à une chaleur legere & avant que de rougir, & on peut même facilement porter cet état jusqu’à l’ébullition : mais c’est-là une liquidité empruntée ; ils la doivent à l’eau qu’ils retiennent dans leurs crystaux, & que les Chimistes appellent eau de crystallisation. Ils ne sont susceptibles par eux-mêmes que de la liquidité ignée, & même, à proprement parler, le vitriol qui coule si aisément au moyen de la liquidité qu’il emprunte de son eau de crystallisation, est véritablement infusible sans elle, puisqu’il n’est pas fixe, c’est-à-dire qu’il se décompose au grand feu plûtôt que de couler. Quant au nitre, lorsqu’il est calciné, c’est-à-dire privé de son eau de crystallisation, il est encore fusible, mais il demande pour être liquefié, pour couler d’une liquidité propre & primitive, un degré de chaleur bien supérieur à celui qui le fait couler de la liquidité empruntée ; il ne coule par lui-même qu’en rougissant, en prenant le véritable état d’ignition. Voyez Ignition.

C’est par la considération de l’influence de l’eau dans la production de tant de liquidités empruntées, que les Chimistes l’ont regardée comme le liquide par excellence. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « liquidité »

Provenç. liquiditat ; ital. liquidità ; du lat. liquiditatem, de liquidus, liquide.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1510)[1] Du latin liquiditas, de liquidus (« liquide ») ; apparenté au catalan liquiditat, à l’italien liquidità[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « liquidité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
liquidité likidite

Citations contenant le mot « liquidité »

  • La mise en œuvre du contrat de liquidité est réalisée conformément à la Décision de l'AMF n° 2018-01 en date du 2 juillet 2018, instaurant des contrats de liquidité sur titres de capital au titre de pratique de marché admise. , Bluelinea : Bilan semestriel du contrat de liquidité et déclaration des transactions sur actions propres | Zone bourse
  • 1. Generix Group - Bilan semestriel du contrat de liquidité GENERIX contracté avec NATIXIS ODDO BHF , Generix : Bilan semestriel liquidité 30.06.2020 | Zone bourse
  • Au titre du contrat de liquidité confié par la société METABOLIC EXPLORER à Kepler Cheuvreux, à la date du 30 juin 2020, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité : Actusnews Wire, METABOLIC EXPLORER - Bilan semestriel du contrat de liquidité - 20/07/2020 - 18H00 - Actusnews Wire
  • Au titre du contrat de liquidité confié par la société GROUPE LDLC à la Société de Bourse Gilbert Dupont, à la date du 30 juin 2020, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité : , Groupe LDLC : BILAN SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2020 DU CONTRAT DE LIQUIDITÉ CONTRACTÉ AVEC LA SOCIÉTÉ DE BOURSE GILBERT DUPONT | Zone bourse
  • Cette évolution est clairement le signe d’une baisse de la liquidité du marché, un phénomène souvent observé en périodes de crise. Par suite des fortes variations des cours, les écarts entre cours acheteur et vendeur ont augmenté sur les plateformes de négociation, laissant de nombreux opérateurs complètement sous le choc, ce qui n’a fait qu’amplifier la baisse de la liquidité du marché. PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine, Pourquoi la liquidité est-elle si importante pour les investisseurs multi-actifs ? - PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine
  • Algérie Poste avait affirme que “la disponibilité des liquidités dans tous les bureaux de poste est garantie par notamment l’installation d’une cellule chargée du suivi quotidien de la disponibilité des fonds au niveau des bureaux de poste, composée des représentants du secteur de la poste et des télécommunications et de la Banque d’Algérie“. Observ'Algérie, Crise de liquidités à Algérie Poste : Les déclarations du ministre
  • Néanmoins, le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, et lors de son passage sur les ondes de la radio nationale dans  » Deif El Sabah » de la chaine 1, a révélé que le retrait des fonds  au niveau des distributeurs automatiques sera limité à 30 mille dinars, pour résoudre le problème du manque de liquidité et permettre à chacun d’obtenir des fonds et de retirer de l’argent pendant ces jours de l’Aïd El Adha (fête du sacrifice). , Manque de liquidité à Algérie Poste : Le ministre annonce de nouvelles mesures - Algerie360
  • Jusqu’à un passé récent, les fondamentaux et les perspectives étaient les principaux facteurs décisionnels des opérateurs de marché. Depuis quelques années, l’interventionnisme récurrent des banques centrales a modifié cette approche pour progressivement considérer la liquidité comme critère d’investissement quasi unique au risque de rendre la « raison » obsolète. Next Finance, Opinion - La liquidité enivre les marchés

Images d'illustration du mot « liquidité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « liquidité »

Langue Traduction
Anglais liquidity
Espagnol liquidez
Italien liquidità
Allemand liquidität
Chinois 流动性
Arabe السيولة
Portugais liquidez
Russe ликвидность
Japonais 流動性
Basque likidezia
Corse liquidità
Source : Google Translate API

Antonymes de « liquidité »

Liquidité

Retour au sommaire ➦

Partager