La langue française

Embûche

Sommaire

Définitions du mot embûche

Trésor de la Langue Française informatisé

EMBÛCHE, subst. fém.

A.− Vx. Stratagème employé pour attaquer par surprise l'ennemi, un adversaire. Découvrir, déjouer, dresser, échapper à, se sauver d(e), tomber dans une embûche. Synon. usuels embuscade, guet-apens, piège.Découvrir les traces d'un ennemi, lui tendre des embûches, (...) le forcer dans sa retraite (Chateaubr., Natchez,1826, p. 124).Ils [deux officiers] ne savaient s'ils étaient les maîtres du château, ou s'ils y avaient été attirés dans une embûche (Balzac, Chouans,1829, p. 179).Il avait craint une surprise, une embûche de rôdeurs (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Rois, 1887, p. 293).
B.− Au fig., usuel (gén. au plur.). Manœuvre secrète et déloyale destinée à compromettre quelqu'un, à lui nuire dans sa vie privée ou publique. Déjouer, dresser des embûches. Synon. machination, traquenard.C'est lui [M. Pitt] qui a (...) commencé ce système de délation, d'embûches et de démoralisation de toute espèce (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 850).Et ce sourire fait de miel et de poison, Où déjà les baisers menteurs, la trahison, Le meurtre, le courroux, les embûches, la ruse Naissent (Banville, Exilés,1874, p. 67).Les méchants, qui existent, sont nés pour abuser de la conscience des bons. Leurs embûches auront d'autant plus de succès qu'elles pourront agir sur des esprits troublés et des caractères irrésolus (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. LXXX).
P. métaph. et p. ext. Manœuvres suscitées par une force obscure; difficulté, obstacle rencontrés dans une démarche, une entreprise pouvant en compromettre la réussite. C'est moi qui ai tranché cette vie, qui ai réduit à néant ce monument d'amour, de larmes, d'embûches surmontées qu'est une existence humaine (Benoit, Atlant.,1919, p. 272).Défendre une jeune femme contre les atteintes et les embûches du monde (Mauriac, Asmodée,1938, III, 6, p. 106).L'histoire accumule à plaisir les embûches, les problèmes insolubles, les solutions absurdes et sanglantes, qui ne concluent rien (Arnoux, Roy. ombres,1954, p. 35).
En partic.
Manœuvre de séduction galante. Ces trois millions de célibataires s'en vont dressant perpétuellement des embûches pour faire tomber ce million de femmes honnêtes (Balzac, Physiol. mar.,1826, p. 78).C'est une grande misère à une jeune femme de bien qui n'a que son innocence (...) de ne pouvoir jamais se dérober à la malice et aux embûches des séducteurs (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 111).
RELIG. CHRÉT. Tentation du diable. Je me rappelai les embûches que Satan m'avait déjà tendues. La créature qui était sous mes yeux avait cette beauté surhumaine qui ne peut venir que du ciel ou de l'enfer (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 375).À l'épitre, saint Paul donne l'« armature » de Dieu pour résister aux embûches du diable (Bloy, Journal,1894, p. 146).
Rem. La docum. atteste embûcher (s'), verbe pronom., vén. [Le suj. désigne une bête poursuivie] Se réfugier dans un bois, un fourré. Si vous saviez ce que c'est une course de nuit dans les bois, voir luire un fusil qui vous cherche, se terrer, s'embûcher, aux aguets comme un lièvre (A. Daudet, Obstacle, 1891, p. 269).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃byʃ]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme embusche; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Fér. Crit. t. 2 1787 souligne que ,,des imprimeurs peu instruits écrivent ambuche``. (Même rem. pour embuscade/ambuscade). Étymol. et Hist. 1360 enbusque « embuscade » (Chevalier Cygne, éd. de Reiffenberg, 17146); ca 1460 « machination secrète » (Cent nouvelles nouvelles, éd. Fr. P. Sweetser, XXIV, 27). Dér. de l'a. fr. embuschier « mettre en embuscade; se mettre en embuscade », attesté dep. ca 1150 (Charroi Nîmes, éd. D. Mac Millan, 228 : enbuchier), dér., à l'aide du préf. en-*, dés. -er, du lat. vulg. *buska « bois, bosquet », d'orig. germ. (v. bûche). Embûcher est resté dans la lang. mod. comme terme de vén. v. rem. supra. Fréq. abs. littér. : 224. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 299, b) 484; xxes. : a) 332, b) 238. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 321. − Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, p. 101.

Wiktionnaire

Nom commun

embûche \ɑ̃.byʃ\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. (Plus usité au pluriel qu’au singulier ) Entreprise secrète pour surprendre quelqu’un, pour lui nuire.
    • …il se demandait s’il avait bien réellement le droit d’associer à cette vie de périls et d’embûches continuelles une jeune fille de l’âge de sa nièce, […] qui probablement ne pourrait pas s’accoutumer à ces dangers incessants et à ces agitations. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Pour avoir raison d’une embûche parlementaire, on est souvent contraint de biaiser, de ne pas heurter de front, de faire mine au contraire d’appuyer tel projet auquel les mots magiques qui le dénomment valent une faveur particulière sur les bancs d’une assemblée. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Mon Dieu, en quel martyre vous m’avez condamnée à vivre, enveloppée de duplicités, environnée d’embûches, cernée de chausses-trapes. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  2. (Figuré) Piège, difficulté.
    • Quelle est la cruauté de l'homme le meilleur s'il ne veille à la démarche de son discours, s'il ne se garde des embûches des mots! — (Maurice Bedel, Le mariage des couleurs, 1951, I, 2)
    • Mercredi 27 novembre, l’ex-ministre allemande de la défense a franchi la dernière étape d’un parcours semé d’embûches : le Parlement de Strasbourg a donné son aval à son collège, avec une large majorité – 461 voix pour, 157 contre et 89 abstentions. — (Virginie Malingre, Le long chemin européen d’Ursula von der Leyen, Le Monde. Mis en ligne le 27 novembre 2019)

Forme de verbe

embûche \ɑ̃.byʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de embûcher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de embûcher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de embûcher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de embûcher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de embûcher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMBÛCHE. n. f.
Entreprise secrète pour surprendre quelqu'un, pour lui nuire. Ils tombèrent dans l'embûche qu'on leur avait tendue. Il lui avait dressé une embûche qui a été découverte. Il est plus usité au pluriel qu'au singulier. Dresser, tendre des embûches. Échapper à des embûches. Il a échappé aux embûches semées sur sa route.

Littré (1872-1877)

EMBÛCHE (an-bû-ch') s. f.
  • Sorte de guet-apens que l'on dispose pour prendre ou tuer quelqu'un. Dresser des embûches, une embûche à quelqu'un. Elle-même leur dresse une embûche au passage, Corneille, Rodog. I, 6. De qui se rend trop tôt on doit craindre une embûche, Corneille, ib. IV, 5. Va-t'en faire venir ceux que je viens de dire, Pour les mettre en embûche aux lieux que je désire, Molière, Fâch. III, 5. Quand j'y devrais trouver cent embûches mortelles, Molière, Dépit, V. 2. Peut-être que les amants de Pénélope le feront tomber dans les embûches qu'ils me préparaient, Fénelon, Tél. XXIV.

    Par extension, toute espèce de piége. Nous verrons dès ce soir sur une criminelle Si ce présent nous cache une embûche mortelle, Corneille, Médée, IV, 4. Ils tomberont toujours dans vos embûches, Pascal, Prov. 17.

REMARQUE

L'embûche étant proprement une embuscade, une manière de se cacher pour attaquer à l'improviste, en surprise et à son avantage, et non pas un piége, il est clair que tendre ne va pas avec embûche. Mais, dans ces extensions de sens et d'emploi, c'est l'usage qui décide et non le raisonnement ; et l'on dit : tendre, dresser une embûche.

HISTORIQUE

XIVe s. Que il se meist en embuche repostement avec assez pou de gens, Bercheure, f° 31, verso. Il yssit de son embusche et courit sus aus anemis, Bercheure, ib.

XVe s. Toutesfois qu'ils chevauchoient, ils estoient en grant peril pour les embusches que on mettoit sur eux, Froissart, I, I, 211. Et messire Jehan manda ses gens qui estoient en embusque, Fenin, 1420. Ils se devisoient comment celle leur joie non pareille continuer surement pourroient, sans que l'embusche [le secret] de leur dangereuse entreprinse fut decouvert au mari, Louis XI, Nouv. 13. Le petit Saintré n'osoit descouvrir l'embusche [cachette] de ses cent soixante escuz, J. de Saintré, p. 143, dans LACURNE.

XVIe s. Le monde est après pour me troubler, mon corps me greve, le diable est aux embusches pour me surprendre, Calvin, Instit. 594. Romulus leur dressa embusche sur le chemin, Amyot, Rom. 37. Avoir l'œil au guet, l'oreille aux escoutes, pour descouvrir les embusches, Montaigne, IV, 385.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « embûche »

Voy. EMBUSQUER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1360) enbusque (« embuscade ») ; (Vers 1460) « machination secrète ». Déverbal de l’ancien français embuschier (« mettre en embuscade, se mettre en embuscade ») dérivé de buschier avec le préfixe em- → voir bûche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « embûche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
embûche ɑ̃byʃ

Évolution historique de l’usage du mot « embûche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « embûche »

  • Le monde est un repère semé de pièges et d'embûches. De Marc Gendron / Les Espaces glissants
  • La vie ne dévoile jamais ses embûches et ses fatalités. De Chantal Michaud-Dubuc / Plus loin que le jour
  • Il y a trop d'embûches, trop de gens sur votre chemin qui ont intérêt à glisser sous vos pas la peau de banane. De Paul Vialar / La Mort est un commencement
  • Aimer c'est une longue, très longue route semée d'embûches ; au moment où on croit enfin aimer, on s'aperçoit que tout ce temps c'est soi-même qu'on aimait. De Paul Boudreau / Le Dernier Choix
  • Le chemin qui mène à la sagesse et aux joies de l'esprit est un parcours dangereux, semé d'embûches. mais quelle récompense pour celui qui s'acharne et atteint la vérité ! De Carolyn Bergeron / Torrent de passions

Traductions du mot « embûche »

Langue Traduction
Anglais pitfall
Espagnol trampa
Italien trappola
Allemand falle
Chinois 陷阱
Arabe مأزق
Portugais armadilha
Russe западня
Japonais 落とし穴
Basque pitfall
Corse pitfall
Source : Google Translate API

Synonymes de « embûche »

Source : synonymes de embûche sur lebonsynonyme.fr
Partager