La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « lai »

Lai

Définitions de « lai »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAI1, LAIE, adj.

Vx. Synon. de laïque.Emploi subst. Les clercs et les lais (Ac.).
DR. ANC. Cour laie. Tribunal séculier. Traduire un ecclésiastique en cour laie (Ac.1798-1878).Avocat lai. Maître Jean Rabateau était avocat général lai; les causes criminelles lui appartenaient tandis que les causes civiles allaient à l'avocat général clerc (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 221).
RELIG. CATH. [Dans un couvent] Frère lai, sœur laie. Synon. de frère convers, sœur converse.Les prêtres égyptiens remplissaient les clepsydres (...) dès que leur dernière goutte s'était écoulée. Il en fut de même pour les diverses clepsydres plus perfectionnées : dans les couvents, jusque bien avant dans le Moyen Âge, un frère lai ou un moine était chargé de ce service (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend.,1964, p. 163).
Prononc. et Orth. : [lε]. Ac. 1694, 1718 lay, e, ensuite lai, e. Étymol. et Hist. Ca 1150 « illettré » (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 9 : Li un sunt lai, li un lectré); ca 1170 « qui n'appartient pas au clergé » (Rois, 83, éd. E. R. Curtius, p. 43). Du lat. eccl. laicus « commun, qui est du peuple » et « qui n'est pas clerc », gr. λ α ι κ ο ́ ς (de λ α ο ́ ς « peuple ») « qui concerne le peuple, du peuple » et « laïque (opposé à κ λ η ρ ι κ ο ́ ς v. clerc) ». Fréq. abs. littér. : 15.

LAI2, subst. masc.

HIST. LITT. (Moyen Âge)
A. − Lai (narratif). Conte relativement court en octosyllabes et souvent marqué par le merveilleux. Les lais de Marie de France. Vous rappelez-vous le lai du chevalier de Graëlent? (Druon, Louve Fr.,1959, p. 190):
Les lais narratifs sont des poèmes abrégés, en octosyllabes suivis, à rimes plates, prenant pour sujet une aventure merveilleuse, qui se rattache en général aux légendes arthuriennes ou au cycle de la Table Ronde. On les disait en s'accompagnant de la harpe ou de la rote. Morier1961.
B. − Forme poétique et musicale de longueur variable, en strophes plus ou moins complexes, en usage surtout aux xiveet xvesiècles. Les lais de Guillaume de Machaut, de Christine de Pisan. Moi qui sais des lais pour les reines Les complaintes de mes années (Apoll., Alcools,1913, p. 50).Les lais purement lyriques parviennent à leur perfection technique au cours des xiiieet xives. Ce sont alors des poèmes d'un nombre de vers variables, dépassant rarement 300, partagés en principe en 12 strophes hétérométriques (Mus.1976).
P. métaph. Lorsque le soir élevait une vapeur bleuâtre au carrefour des forêts, que les complaintes ou les lais du vent gémissaient dans les mousses flétries, j'entrais en pleine possession des sympathies de ma nature (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 130).
Prononc. et Orth. : [lε]. Ac. 1694, 1718 lay, ensuite lai. Étymol. et Hist. 1. 1155 « poème narratif ou lyrique, de longueur variable (ayant très souvent un accompagnement musical) » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 3699); ca 1170 en partic. avec réf. à une tradition « bretonne » (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner; v. p. ex. Guigemar, 20); 2. ca 1350 genre poétique, à forme fixe (Guillaume de Machaut, Lay de plour, éd. E. Hoepffner, t. 1, p. 283). L'hyp. communément admise est celle d'un empr. à un mot d'une lang. celtique (peut-être au bret. *laid̄ ) correspondant à l'irl. lôid, plus tard laid « chant des oiseaux, chanson; pièce de vers » attesté dep. ca 800 (Romania t. 8, p. 422), v. FEW t. 20, p. 11. Une nouvelle hyp. a été proposée par R. Baum (Beiträge zum romanischen Mittelalter, 1977, pp. 17-78) à partir de la constatation que le bret. n'est pas attesté, que l'a. prov. lais au sens de « chant des oiseaux » (ca 1140, Marcabru) est antérieur à l'a. fr., tandis qu'au sens de « mélodie, poésie chantée avec accompagnement musical » (dep. 1170-1200, Daurel et Beton, v. R. Baum ds Z. rom. Philol. t. 85, pp. 1-44) les attest. en a. prov. ne font pas réf. à la litt. « bretonne » : lai serait d'orig. lat. et remonterait à (versus) laicus (v. laïc) où laicus serait devenu subst. autonome pour désigner une forme d'expr. pop. (à côté de genres musicaux d'inspiration religieuse, créés par les clercs); cette hyp. a encore besoin d'être étayée et d'autre part la forme a. prov. lais fait difficulté. Fréq. abs. littér. : 23.

Wiktionnaire

Adjectif - français

lai \lɛ\[6] masculin

  1. Laïc, convers.
    • Un second frère lai conduisait une mule de rechange, chargée, selon toute probabilité, du bagage de son supérieur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Sœur laie, sœur converse.
    • — Nous le jurons ! dirent encore à genoux les deux jeunes sœurs laies en fondant en larmes, parce qu’elles n’étaient pas animées par une résolution aussi forte que celle de la supérieure. — (Alfred de Vigny, Cinq-Mars, Michel Lévy frères, 1863)
  2. Séculier.
    • Cour laie, tribunal séculier.

Nom commun 1 - ancien français

lai \lɛ\ masculin

  1. Laïc.
    • Qu’ele point nobles, laiz et clers.
      Et les clercs plus soudainnement.
      Pour quoy? Il vivent mains saintement.
      — (Bestiaire Marial tiré du Rosarius)

Adjectif - ancien français

lai masculin

  1. Laïc, civil, séculier.

Nom commun - français

lai \lɛ\ masculin

  1. (Littérature) Petit poème narratif, en vers octosyllabique, inspiré de sujets sérieux ou passionnés, empruntés le plus souvent à d’anciennes légendes.
    • Je fis jadis chansons et lais.
      Avec joie alors je chantais.
      Aujourd’hui mourant de regrets,
      C’est mon chant de mort que je fais.
      — (Creusé de Lesser, La Table ronde, ch. XIII)
    • Nous irons, mes frères et moi, dans les villes, nous nous tiendrons avec un luth sur la place publique, le jour du marché. Les bonnes gens s’approcheront de nous, et nous leur dirons : « Nous sommes les jongleurs du bon Dieu, et nous allons vous chanter un lai. Si vous en êtes contents, vous nous donnerez une récompense. » — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 210)
    • Moi qui sais des lais pour les reines
      Les complaintes de mes années
      Des hymnes d’esclave aux murènes
      La romance du mal aimé
      Et des chansons pour les sirènes.
      — (Guillaume Apollinaire, « La Chanson du mal aimé », dans Alcools, 1913)
    • Ce corniaud de chanteur y verrait, pourquoi pas ? l’occasion d’un lai. — (George R. R. Martin, Le Trône de fer, tome I, La Glace et le feu, 1996, traduction de Jean Sola)
    • C’est ainsi que dans le lai du dernier ménestrel, Walter Scott décrit les transformations que le célèbre magicien sir Michel Scott pouvait opérer, au moyen de son merveilleux grimoire comme des opérations de glamour. — (Le Comte de Résie, Histoire et traité des sciences occultes, Tome 2, Louis Vivès, Paris, 1857, page 469)

Nom commun 2 - ancien français

lai \Prononciation ?\ masculin

  1. (Poésie) Lai.
    • D’un dous lai d’amor De Blancheflor, Compains, [je] vous chanteroie. — (Romance, page 66, XIIe siècle)
    • Issi [ainsi] avient, cum dit vus ai
      Li Bretun en firent un lai
      De Equitan, cum il fina,
      E la dame qui tant l’ama.
      — (Marie de France, Equitan, XIIIe siècle)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAI, AIE. adj.
Laïque. Il n'est plus usité que dans cette expression Frère lai, Frère servant qui n'est point destiné aux ordres sacrés. On a dit aussi Sœur laie pour Sœur converse, qui est seul usité maintenant.

LAI s'employait aussi comme nom masculin. Les clercs et les lais.

Littré (1872-1877)

LAI (lè, lê) adj.
  • Laïque. Un conseiller lai. En France, il n'y avait pas alors de condamnation de dépens en cour laie, Montesquieu, Esp. XXVIII, 35.

    Frère lai, moine lai, frère servant qui n'est point destiné aux ordres sacrés.

    On a dit aussi, sœur laie, pour sœur converse, qui est seul usité maintenant.

    Autrefois, moine lai, se disait d'un laïque, ordinairement homme de guerre invalide que le roi plaçait dans une abbaye de nomination royale pour y être entretenu.

    S. m. pl. Les lais, les laïques. Les clercs et les lais.

HISTORIQUE

XIIe s. Sainte iglise en dreit li [quant à lui] abaissier [il] ne lerra, Ne à laie justise les clers ne liverra, Th. le mart. 27.

XIIIe s. Or vous faites amer de gent letrée et laie, Berte, VIII. Et aussi, quel que plet li lai voelent mouvoir contre clerc, la connoissance en apartient à sainte Eglise, Beaumanoir, XI, 7. Onques homme lay de nostre temps ne vesqui si saintement, Joinville, 191. L'omme lay, quant il ot [entend] mesdire de la loy crestienne, ne doit pas la deffendre, ne mais [si ce n'est] de l'espée, Joinville, 198.

XVe s. Je congnoys que pauvres et riches, Sages et folz, prebstres et laiz, Noble et vilain, larges et chiches, Petits et grans, et beaulx et laids… Mort saisit sans exception, Villon, Grand testament, XXXIX.

XVIe s. La bonne femme, ne sachant que vouloit dire un conseiller lai, entendit que ce dut estre un conseiller laid, Despériers, Contes, XLIV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAI, adj. (Théologie.) qui n’est point engagé dans les ordres ecclésiastiques : ce mot paroît être une corruption ou une abbréviation du mot laïque, & est principalement en usage parmi les moines, qui par le nom de frere lai, entendent un homme pieux & non lettré, qui se donne à quelque monastere pour servir les religieux. Voyez Frere.

Le frere lai porte un habit un peu différent de celui des religieux ; il n’a point de place au chœur, n’a point voix en chapitre ; il n’est ni dans les ordres, ni même souvent tonsuré, & ne fait vœu que de stabilité & d’obéissance.

Frere lai se prend aussi pour un religieux non lettré, qui a soin du temporel & de l’extérieur du couvent, de la cuisine, du jardin, de la porte, &c. Ces freres lais font les trois vœux de religion.

Dans les monasteres de religieuses, outre les dames de chœur, il y a des filles reçues pour le service du couvent, & qu’on nomme saurs converses.

L’institution des freres lais commença dans l’onzieme siecle : ceux à qui l’on donnoit ce titre, étoient des religieux trop peu lettrés pour pouvoir devenir clercs, & qui par cette raison se destinoient entierement au travail des mains, ou au soin du temporel des monasteres ; la plûpart des laïques dans ce tems-là n’ayant aucune teinture des Lettres. De-là vint aussi qu’on appella clercs, ceux qui avoient un peu étudié & qui savoient lire, pour les distinguer des autres. Voyez Clerc. (G)

Lai, s. m. (Littérat.) espece de vieille poésie françoise ; il y a le grand lai composé de douze couplets de vers de mesure différente, sur deux rimes ; & le petit lai composé de seize ou vingt vers en quatre couplets, & presque toûjours aussi sur deux rimes ; ils sont l’un & l’autre tristes ; c’étoit le lyrique de nos premiers poëtes. Au reste cette définition qu’on vient de donner du lai, ne convient point à la piece qu’Alain Chartier a intitulée lai ; elle a bien douze couplets, mais le nombre de vers de chacun varie beaucoup, & la mesure avec la rime encore davantage. Voyez Lai.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lai »

Forme ancienne et régulière représentant le lat. laïcus, où l'accent est sur la.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif) (XIIe siècle) Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »), forme populaire de laïc, remplacé en français par celui-ci.
(Nom) (XIIe siècle)[1] Étymologie discutée :
  1. Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »)[2] avec une évolution sémantique similaire à roman et romance : « littérature, poésie en langue vulgaire, populaire » ; contre cette hypothèse, la forme en -s de l’ancien occitan lais[2] ;
  2. Du gaulois, apparenté[1] au gallois llais (« son, mélodie »), au gaélique laoidh (« hymne »), à l’ancien occitan lais (« plainte, lai ») ; comparer avec le bas-latin leudus (« chant guerrier ») et l'allemand Lied (« chanson ») ; contre cette hypothèse « très improbable[3] », le fait qu’un équivalent breton manque[2] ;
  3. De l’ancien bas vieux-francique *laik, laih[4] (« jeu, mélodie, chant »), apparenté au gotique leih (« jeu, mélodie, chant ») et au vieux haut allemand leich[3] (« poésie chantée »).
  4. Du vieux breton *laid[5].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lai »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lai

Citations contenant le mot « lai »

  • Je n’ai pas aimé la pièce mais je l’ai vue dans de mauvaises conditions : le rideau était levé et, de plus, les acteurs articulaient parfaitement. De Groucho Marx
  • Une enquête a été ouverte. Menée par la compagnie de gendarmerie de Rivesaltes, elle est en cours. L'étude des caméras de vidéo surveillance de la ville de Pia, et le recueil de témoignages, pourraient-ils apporter des éclairages sur cette triste affaire ?   lindependant.fr, Pyrénées-Orientales - Nouveau-né découvert à Pia : "Je l'ai trouvé devant mon domicile" - lindependant.fr
  • Lai-Kane-Cheong propose une "nouvelle façon de faire de la politique à la Cinor", autour de trois principes fondamentaux : "écrire ce qu’on va faire, faire ce qu'on a écrit et faire évaluer ce qu'on a fait les citoyens". Il plaide pour "un programme d’entrepreneurs de projets pour les Citoyens - pas pour les élus !", un "nouveau pacte de gouvernance inclusif et de proximité" et "une organisation efficace garante de la réalisation effective des projets".  "Je suis pour une intercommunalité au service de ses citoyens, qui, avec la crise inédite qui arrive, doit être une plateforme d’énergies, d’activités, de projets, pour trouver des solutions durables de progrès et de valorisation de l’environnement, dans une relation de proximité", poursuit-il. 
 Avec Alexandre Lai-Kane-Cheong et Anaïs Singabrayen, elle aussi élue de Sainte-Suzanne, "Croire et Oser" comptera deux conseillers communautaires à la Cinor. Deux voix très courtisées ces derniers jours, puisque le scrutin de ce vendredi pourrait être très serré. Sur le papier, la droite, si elle trouve accord avec Maurice Gironcel, peut encore espérer arracher l'intercommunalité à la gauche. Clicanoo.re, [Politique] Lai-Kane-Cheong candidat à la présidence de la Cinor | Clicanoo.re
  • Agé de 31 ans, Alexandre Lai Kane Cheong représente une nouvelle génération d’hommes politiques. Titulaire d’un double master à la Sorbonne (philosophie politique et management des ressources humaines), il est difficile de situer le jeune homme sur l’échiquier politique. Il ne se revendique ni de droite, ni de gauche, mais porte avec beaucoup d’engagement la défense de l’identité réunionnaise. Ses prises de paroles se font d’ailleurs souvent en créole, afin de montrer son attachement à cette identité. Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, [LIVE] Koz ek le représentant de Croire et Oser : Alexandre Lai Kane Cheong : "nous n'avons pas vocation à fonctionner comme un parti traditionnel" | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos
  • CRCAM Ile et Vilaine CCI Le Telegramme, Partenariat gagnant entre l’Esat du Pigeon Blanc et la plateforme géranaise ITM Lai - Pontivy - Le Télégramme
  • Jean Castex a assuré que Gérald Darmanin n'aurait pas été nommé "si, en mon âme et conscience, ayant regardé le sujet, j'avais eu le moindre doute, la moindre interrogation", en soulignant que "pour des raisons politiques et aussi personnelles, tout ce qui touche aux violences comme on dit intraconjugales, aux questions de viol, (lui) sont particulièrement chers". Or, a fait valoir Jean Castex, "il y a déjà eu sur ces mêmes faits des actes d'instruction qui ont été clairement des actes de rejet", alors que l'enquête avait dans un premier temps été classée. Entendu à l'époque en audition libre, Gérald Darmanin avait confirmé avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, mais selon lui librement consentie.  ladepeche.fr, Jean Castex "assume totalement" la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur - ladepeche.fr

Traductions du mot « lai »

Langue Traduction
Anglais lai
Espagnol lai
Italien lai
Allemand lai
Chinois
Arabe لاي
Portugais lai
Russe лай
Japonais ライ
Basque lai
Corse lai
Source : Google Translate API

Synonymes de « lai »

Source : synonymes de lai sur lebonsynonyme.fr

Lai

Retour au sommaire ➦

Partager