La langue française

Romance

Sommaire

  • Définitions du mot romance
  • Étymologie de « romance »
  • Phonétique de « romance »
  • Citations contenant le mot « romance »
  • Images d'illustration du mot « romance »
  • Traductions du mot « romance »
  • Synonymes de « romance »

Définitions du mot « romance »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROMANCE, subst. fém. et adj.

A. − HIST. LITTÉR. Poème espagnol en vers généralement octosyllabiques (les vers pairs étant assonancés et les impairs libres) et qui traite de sujets historiques, épiques, amoureux, etc. [Corneille] ne nous a fait connaître qu'une très-faible partie des dicts, faits et gestes du Cid contenus dans les quatre ou cinq premières romances (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 401):
1. ... on voit surgir l'épopée espagnole dans ces fameuses Romances, qui forment pour l'Espagne une gloire à part, (...) où sont enregistrées toutes les luttes et les beautés de son histoire (...) et qui ont réfléchi (...) l'élégance et la galanterie des Maures, sans jamais perdre ce sévère caractère catholique... Montalembert,Ste Élisabeth, 1836, p. LXXX.
Rem. Romance s'emploie aussi au masc. dans ce sens: Il y a un romance fameux du romancero espagnol, où un chevalier (...) cherche refuge sous un chêne. « Sur la branche la plus haute, il vit que se tenait une petite infante » (Montherl., Pte Inf. Castille, 1929, p. 604).
B. −
1. LITT., MUS. Pièce de vers, d'inspiration populaire, naïve, qui traite de sujets élégiaques, amoureux et qui peut être mise en musique. Ancienne romance. Te rappelles-tu les derniers vers de la romance de Zoé; (...) les voici: Puisque je trouve dans mon ame Et l'innocence et la vertu, Le bonheur peut m'être rendu (Genlis,Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 106).V. luth ex. 1:
2. ... Goethe nous conduit en Asie, par une romance pleine de charmes, La Bayadère (...). Zelter (...) a mis sur cette romance un air tour à tour voluptueux et solennel qui s'accorde singulièrement bien avec les paroles. (...) on se croit au milieu de l'Inde et de ses merveilles; et qu'on ne dise pas qu'une romance est un poëme trop court pour produire un tel effet. Staël,Allemagne, t. 2, 1810, pp. 185-187.
P. méton. Air sur lequel (peut) se chante(r) cette composition poétique. Mon père a fait sur son absence une romance très-remarquable comme musique (...): Octave, de te retrouver Ne reste-t-il plus d'espérance? C'est le seul morceau de musique qui me soit resté de lui (Sand,Hist. vie, t. 2, 1855, p. 85).Il (...) essaya quelques vieux airs et joua le Troubadour et l'antique romance du Croisé (...) les vieilles romances d'amour, de petits airs gais, mais toujours de l'amour (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz, 1864, p. 93).
2. MUSIQUE
a) Courte pièce vocale d'un style assez élevé, généralement divisée en couplets et refrains, et portant sur des sujets tendres, mélancoliques. Paroles de(s) romance(s). Dans un salon agréablement décoré, une jeune personne (...) prenait sa leçon de musique, et chantait d'une voix douce, en s'accompagnant sur le piano, la romance du beau pays de l'Ibérie (Jouy,Hermite, t. 4, 1813, p. 295).Martini (...). Compositeur de plusieurs opéras (...) est un de ceux qui ont créé le genre romance. Celle ayant pour titre Plaisir d'amour a popularisé son nom (Rougnon1935, p. 347).
b) Parfois péj. Chanson populaire, d'un caractère généralement sentimental, émouvant (jusqu'à l'excès). Romance plaintive, populaire, sentimentale; petite romance. Les romances d'amour à l'usage des ouvrières pauvres dont la vertu est en péril, et qui ont besoin des consolations de la musique (Bloy,Femme pauvre, 1897, p. 151).Les bras tendus dans des gestes emphatiques et maladroits, il chanta d'une voix forte une romance patriotique (Moselly,Terres lorr., 1907, p. 137).
Pop., iron. Pousser la romance. V. pousser V B 2 ex. de Camus.
c) Pièce instrumentale assez courte, de caractère mélodique. Romance en fa majeur pour violon et orchestre [de Beethoven] (Prod'homme,Symph. Beethoven, 1921, p. 174).On croit généralement que la forme-type de l'Andante est celle de la « Romance sans Paroles », composée de deux Expositions d'un premier thème, séparées par un milieu qui occupe la même place que dans le Trio ou le Menuet (Dupré,Improvis. orgue, 1925, p. 115).
C. − P. anal. Ce qui rappelle une romance par sa douce musicalité. Jamais sous cette voûte immense, ténébreuse, L'oiseau n'a soupiré sa romance amoureuse (Baour-Lormian,Veillées, 1827, p. 275).Tous ces braves gens qui n'admirent la nature que passés les poteaux frontières et trouvent aux omelettes italiennes je ne sais quelle romance dans la friture (Toulet,Notes art, 1920, p. 101).
P. iron., arg. Piquer une romance. Ronfler, dormir. On a bien pioncé. (...) on a piqué une romance (...). Heureusement qu'la dame-là nous a réveillés en criant sur le théâtre comme une perdue (G. Chepfer,Textes et chansons, La Marraine du poilu de Saizerais, 1983 [1917], p. 145).
D. − Au fig., gén. iron., péj.
1. Ce qui évoque une romance par une sentimentalité souvent excessive, une joliesse facile, un aspect désuet. Cinquante générations de notre pays (...) ont subi cette formation. Il n'y a pas à appeler cela une vieillerie, ou une sombre romance (Barrès,Cahiers, t. 5, 1906, p. 56).Yves se faisait de cet amour des représentations simples et précises; il imaginait des regards de langueur, des baisers furtifs, des mains longuement pressées, toute une romance qu'il méprisait (Mauriac,Myst. Frontenac, 1933, p. 67).
[Peut-être p. allus. à Chérubin chantant une romance à la Comtesse Almaviva dans Le Mariage de Figaro, II, 4] Chanter la romance (à Madame), roucouler sa romance. Courtiser une femme, lui débiter des propos galants, etc. Il se coucha à ses genoux et lui roucoula sa romance favorite, à savoir: qu'elle était charmante, pâle comme la lune, douce comme un mouton; mais qu'il l'aimait surtout à cause des beautés de son âme (Murger,Scènes vie boh., 1851, p. 255).L'amour doit être un rêve voluptueux, une parole troublante, un désir aigu, (...) pas plus... Ce qui m'a rendu implacable envers tous ceux qui sont venus me chanter la romance à Madame, c'est que le mâle, en eux, aimait la femelle en moi (Péladan,Vice supr., 1884, p. 73).
En loc. adj. De romance. Qui rappelle la romance par son penchant (un peu trop marqué) à l'amour, à la sentimentalité. Synon. à l'eau* de rose.Un gendre de romance, un chérubin qui eût enchanté l'amour conjugal par son art savant de dire tendrement les choses (Aymé,Bœuf cland., 1939, p. 28).Ce patriotisme de romance sentimental, voire pleurnichard, et (...) plein de jactance qui fait rigoler même les enfants de troupe (L'Œuvre, 28 févr. 1941).
Empl. adj. Qui est très/trop sentimental, mièvre, suranné. Oui!... c'est bête!... c'est vieux jeu!... c'est romance!... vous vous moquez de moi n'est-ce pas? (Gyp,Passionn., 1891, p. 268).Il est plus facile (...) de sentir le côté joli, romance, d'une phrase bien enjolivée, que la valeur d'une idée originale (Léautaud,Théâtre M. Boissard, 1943, p. 43).
2. Fam., vieilli
a) Discours inlassablement répété, discussion indéfiniment reprise. Synon. antienne, chanson, couplet2, refrain, rengaine, scie.J'y vais de ma petite romance. − Patron, j'y dis, je suis pas un mauvais diable, chacun sa chance sous le soleil. Je demande pas de soupe pour rien (Giono,Baumugnes, 1929, p. 62).Te fatigue pas... On connaît la romance... Trop jeune. Ça ne prend plus... Fini de nous empaumer (Aymé,Vogue, 1944, p. 131).
Faire romance. Susciter des discussions sans fin. Elle ne s'est convertie au catholicisme que pour son mariage avec Barrel. Même que c'était cela qui avait fait romance dans ce mariage (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 21).
b) Phénomène qui se reproduit régulièrement, au risque de lasser. On nous augmente le picon (...). Ça va faire, pour les clients, quatre sous par verre. Et l'anisette, même romance (Pagnol,Fanny, 1932, i, 1ertabl., 2, p. 46).
Rem. gén. Pour langue romance, v. roman2.
REM. 1.
Romancer, verbe trans.,rare. Chanter une romance. Je ne vous dirai donc point (...): « Je m'appelle Ruy Blas et je suis garçon de café. » Encore moins vous romancerai-je la sentimentale romance de jeune fille: « Je m'appelle Mignon » (Bernanos,Lettres inéd., 1904, p. 1723).Part. passé en empl. adj. [La comtesse] se mit à perler de petits rires fins, romancés (D'Esparbès,Dern. lys, 1898, p. 74).
2.
Romancier, -ière, subst.Chanteur, chanteuse spécialisé(e) dans la romance. Les artistes de café-concert se spécialisèrent dans des genres multiples: (...) parmi les femmes, les chanteuses réalistes, les « romancières » (MmeDuparc qui chante Les écrevisses) (Hist. spect., 1965, p. 1545).
3.
Romancine, subst. fém.a) Petite romance. Il suffisait de lui chanter bien doucement (...) une chanson plaisante, (...) je commençai à basse voix ma romancine: Gente pastourelle, Viens, ton pastoureau, T'appelle (Fabre,Chevrier, 1867, p. 53).b) Au fig., vx. Plainte, réprimande. Giton (...) m'accusa, non sans âpreté, de mener une vie scandaleuse. À l'entendre, le domestique tout entier se plaignait avec force de mes comportements. (...) Je conclus de la romancine qu'il était fort au courant de mes affaires (Pétrone,Le Satyricon, trad. par L. Tailhade, 1913, p. 296).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔmɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1599 subst. fém. « vieille chanson espagnole » (Brantôme, Rodomontades esp. ds Œuvres, éd. L. Lalanne, t. 7, p. 162); 1606 subst. masc. « composition poétique espagnole en vers octosyllabiques dont les vers pairs sont assonancés et les impairs libres » (Nicot, s.v. garite); 2. 1719 « chanson naïve et sentimentale » (N. Gueudeville, trad. des Comédies de Plaute, Le Curculion, t. 3, pp. 31-32 ds Quem. DDL t. 7); 1768 « id. » (Rousseau); 3. 1870 « court morceau instrumental sur un motif gracieux et chantant » (Littré: Mendelssohn a composé des romances sans paroles); 4. 1883 arg. piquer une romance « dormir » (Fustier, Suppl. dict. Delvau, p. 541); 5. 1929 « propos couramment répétés » (Giono, loc. cit.). Empr. à l'esp.romance, att. au sens 1 dep. la 1remoit. du xves. (marqués de Santillana ds G. Bleiberg et J. Marías, Dicc. de lit. esp., Madrid, 1964), d'abord « roman de chevalerie, en vers ou en prose » (dep. ca 1240, Berceo d'apr. FEW t. 10, p. 455b), prob. empr. à l'a. fr. ou à l'a. prov. romanz « œuvre narrative en langue vulgaire » (roman1*; v. FEW, loc. cit. et p. 457a, note 26). Le sens 3 représente une trad. du titre all. Lieder ohne Worte, pièces pour piano de Mendelssohn. Fréq. abs. littér.: 543. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 901, b) 928; xxes.: a) 784, b) 565.

Wiktionnaire

Nom commun

romance \ʁɔ.mɑ̃s\ féminin

  1. (Poésie) Poème espagnol en vers généralement octosyllabiques (les vers pairs étant assonancés et les impairs libres) et qui traite de sujets historiques, épiques, amoureux, etc. Note : en ce sens, il peut être masculin, comme le mot espagnol.
    • [Corneille] ne nous a fait connaître qu’une très-faible partie des dicts, faits et gestes du Cid contenus dans les quatre ou cinq premières romances. — (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, page 401)
    • […] on voit surgir l’épopée espagnole dans ces fameuses romances, qui forment pour l’Espagne une gloire à part […] où sont enregistrées toutes les luttes et les beautés de son histoire […] et qui ont réfléchi […] l’élégance et la galanterie des Maures, sans jamais perdre ce sévère caractère catholique. — (Montalembert, Sainte Élisabeth, 1836)
    • Il y a un romance fameux du romancero espagnol, où un chevalier (…) cherche refuge sous un chêne. « Sur la branche la plus haute, il vit que se tenait une petite infante ». — (Montherland, Pte Inf. Castille, 1929, page 604)
  2. (Musique) Chanson tendre ou plaintive.
    • Les actrices d’opéra-comique de ce temps-là ne se bornaient pas à roucouler un air ou une romance : on voulait encore qu'elles jouassent la comédie; […]. — (Eugène de Planard, « Théâtre : 1772. Mort de madame Favart, actrice », dans les Éphémérides universelles, ou tableau religieux, politique, littéraire, scientifique et anecdotique, tome 4 : Avril, 2e éd., Paris : chez Corby, 1834, p. 396)
    • Lorsque Julie se leva pour aller au piano chanter la romance de Desdémone, les hommes accoururent de tous les salons pour entendre cette célèbre voix, muette depuis si long-temps, et il se fit un profond silence. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Ce qu’elle chantait – ah ! la fatale et maudite chanson ! –, c’était une vieille romance larmoyante et tendre, pareille à celles que les aveugles nasillent dans les rues. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • — Tenez, voilà une chanson que j'ai écrite il y a trois ans. Un peu de romance sentimentale, ça ne saurait faire de mal à personne. — (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
  3. (Par extension) Air sur lequel se chante une romance.
    • Jouer une romance.
  4. (Figuré) Ce qui marque une certaine sensibilité banale.
    • Les jeunes lecteurs de romances et de ballades romantiques se rappelleront sans peine que, dans ces siècles obscurs, comme on les appelle, les femmes étaient initiées aux mystères de la chirurgie […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  5. (Anglicisme) Relation romantique.
    • Des histoires, des aventures, des flirts, des romances et des liaisons. Des amourettes sans importance et sans lendemain qui, avec du recul, ne semblaient exister qu’au pluriel. — (Ida Junker, Les Années fastes, chez l’auteur à Asnières, 2007, page 9)
    • Je n'ai aucune envie de tricher, d'inventer une romance où j'aurais le rôle flatteur de l'amoureux triomphant ; parallèlement, lui présenter mon idylle comme un foirage complet risquerait de voiler l'image du macho insubmersible à laquelle il est attaché. — (James Fillol, Une autre gloire : Souviens-toi d'où tu es tombé, Société des Écrivains, 2011, page 192)

Forme de verbe

romance \ʁɔ.mɑ̃s\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de romancer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de romancer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de romancer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de romancer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de romancer.

Nom commun

romance \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de romans.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROMANCE. n. f.
Chanson tendre ou plaintive. C'est un tel qui a fait les paroles, qui a composé l'air de cette romance. Une jolie romance. Chanter une romance. Il chante bien la romance. Il se dit aussi de l'Air sur lequel se chante une romance. Jouer une romance. Romance sans paroles, Morceau de musique instrumentale, court et sur un motif gracieux.

ROMANCE se dit, au figuré, de Tout ce qui marque une certaine sensibilité banale. C'est de la romance. On dit familièrement et par apposition : Avoir l'air romance, un air romance.

Littré (1872-1877)

ROMANCE (ro-man-s') adj. f.
  • Il n'est usité que dans cette locution : La langue romance, la langue qu'on a supposée avoir été intermédiaire entre le latin et les langues modernes, et qui n'a pas existé. La langue romance commençait à se former, Voltaire, Mœurs, 19. La langue italienne était un composé de la langue romance et du latin, Voltaire, ib. 51. Un jeune homme nommé Ilgebert, qui faisait des vers en langue romance [du temps de Charlemagne], Voltaire, Ann. de l'emp. Charlemagne, 781.

HISTORIQUE

XIIIe s. Lettres… l'une en roumanch [en langue d'oïl], l'autre en latin, Du Cange, romancia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROMANCE, s. f. (Littérat.) vieille historiette écrite en vers simples, faciles & naturels. La naïveté est le caractere principal de la romance. Ce poëme se chante ; & la musique françoise, lourde & niaise est, à ce me semble, très-propre à la romance ; la romance est divisée par stances. M. de Montgrif en a composé un grand nombre. Elles sont toutes d’un goût exquis, & cette seule portion de ses ouvrages suffiroit pour lui faire une réputation bien méritée. Tout le monde sait par cœur la romance d’Alis & d’Alexis. On trouvera dans cette piece des modeles de presque toutes sortes de beautés, par exemple, de récit ;

Conseiller & notaïre
Arrivent tous ;
Le curé fait son ministere,
Ils sont époux.

de description :

En-lui toutes fleurs de jeunesse
Apparoissoient ;
Mais longue barbe, air de tristesse
Les ternissoient.
Si de jeunesse on doit attendre
Beau coloris ;
Pâleur qui marque une ame tendre,
A bien son prix.

de délicatesse & de vérité :

Pour chasser de la souvenance
L’ami secret,
On ressent bien de la souffrance
Pour peu d’effet :
Une si douce fantaisie
Toujours revient
En songeant qu’il faut qu’on l’oublie,
On s’en souvient.

de poésie, de peinture, de force, de pathétique & de rithme :

Depuis cet acte de sa rage,
Tout effrayé,
Dès qu’il fait nuit, il voit l’image
De sa moitié ;
Qui du doigt montrant la blessure
De son beau sein,
Appelle avec un long murmure,
Son assassin.

Il n’y a qu’une oreille faite au rithme de la poésie, & capable de sentir son effet, qui puisse apprécier l’énergie de ce petit vers tout effrayé, qui vient subitement s’interposer entre deux autres de mesure plus longue.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « romance »

Voy. ROMAN 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1599) De l’espagnol romance équivalent à roman.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « romance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
romance rɔmɑ̃s

Citations contenant le mot « romance »

  • La romance historique est le seul type de livre dans lequel la chasteté est importante. De Barbara Cartland
  • On passe sa vie à romancer les motifs et à simplifier les faits. De Boris Vian / Boris Vian en verbe
  • Moi qui sais des lais pour les reines Les complaintes de mes années Des hymnes d'esclave aux murènes La romance du mal-aimé Et des chansons pour les sirènes. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Alcools, la Chanson du Mal-Aimé , Gallimard
  • La connais-tu, Dafné, cette ancienne romance. Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval, Les Chimères, Delfica
  • Derrière chaque romance se cache une tragédie. De John Galliano / L'Express - 2 Janvier 2003
  • Les stars vous donnent rendez-vous chaque jour dans "vos Films TV". Au programme : du suspense, de l'amour, de la romance, des destins brisés, des drames sur les antennes du groupe MYTF1, Films TV - TF1
  • Joyeux anniversaire à la romance culte entre Demi Moore et Patrick Swayze. Premiere.fr, Ghost : Une romance culte... mais remplie de faux raccords | Premiere.fr

Images d'illustration du mot « romance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « romance »

Langue Traduction
Anglais romance
Espagnol romance
Italien romanza
Allemand romantik
Chinois 浪漫
Arabe رومانسي
Portugais romance
Russe романс
Japonais ロマンス
Basque amodioa
Corse romance
Source : Google Translate API

Synonymes de « romance »

Source : synonymes de romance sur lebonsynonyme.fr
Partager