La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « labour »

Labour

Variantes Singulier Pluriel
Masculin labour labours

Définitions de « labour »

Trésor de la Langue Française informatisé

LABOUR, subst. masc.

[Correspond à labourer II]
A. − AGRIC. [Correspond à labourer II A 1]
1. Travail de la terre qui consiste à l'ouvrir et à la retourner en profondeur pour la culture. Synon. labourage (v. ce mot A 1).Labour à la bêche, à la charrue, avec un attelage, avec un tracteur. La crosse de leur labour ne fait qu'effleurer la terre, et n'a pu même élever un sillon (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 308).Jean achevait son labour, lorsque Delhomme, qui revenait à pied d'une ferme voisine, s'arrêta au bord du champ (Zola, Terre,1887, p. 438).
SYNT. Labour et sarclages, sulfatage, ensemencement, semailles, moissons, fenaison; labour d'été, d'automne, d'hiver, de printemps.
Animaux, bêtes de labour. Bœufs ou bêtes de trait destinés à être attelés à la charrue pour labourer. Synon. vx bœufs-laboureurs (v. laboureur A).Il faut, comme un cheval de labour, être à suer sang et eau! Quel collier de misère! (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 140).
Garçon, valet de labour (vx). Ouvrier agricole employé au labour. Synon. mod. garçon, valet de ferme; vx valet laboureur (v. laboureur A).On distinguait la voix des valets de labour qui stimulaient les attelages (Fromentin, Dominique,1863, p. 172).Deux garçons de labour, en blouse, sortaient alors avec la charrue attelée (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 44).
Champs, terres de labour. Champs, terres labourables et labouré(e)s. Enclos dans la ville, de vastes jardins et même des champs de labour (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 251).Bois taillis, prairies, pâtures, terres de labour, fermes et métairies (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 80).
2. Façon donnée à la terre en la labourant. Synon. labourage (v. ce mot A 2).Augmenter, diminuer les labours; champ, terre en labour; labour superficiel, léger, croisé. Ils donnaient, dit Pline, jusqu'à neuf labours à leurs champs (Michelet, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 32).Il faut, comme un semeur sur un profond labour, Répandre hors de soi son âme avec largesse Afin que le blé germe où le soc a passé (Ch. Guérin, Cœur solit.,1904, p. 179).
SYNT. Labour(s) de déchaussage, de défoncement, de défrichement, de déchaumage, d'enfouissement; labour de niveau, en billons, en planches.
3. P. ext., souvent au plur. Sol, champ, terre labouré(e). Synon. vx ou région. labouré(e) (v. ce mot II A et B).Les labours engraissés attendaient le maïs, Dont le grain a copié l'intérieur du lis (Jammes, Géorgiques, Chant 4, 1911, p. 36):
... Françoise eut l'idée d'aller faucher un paquet de luzerne pour ses vaches. (...) elle se décidait en songeant qu'elle trouverait là-haut son homme, au labour; car elle n'aimait guère s'y hasarder seule... Zola, Terre,1887, p. 443.
B. − P. anal. Le labour de + subst.Synon. de sillon.
[Correspond à labourer II A 2] Je crus à jamais les roses Mortes au brutal labour du canon (Cros, Coffret santal,1873, p. 78).
[Correspond à labourer II B 2 b] Quand on regarde le teint de bile de l'homme, le dur labour dans sa figure des rides (Goncourt, Journal,1895, p. 826).
Prononc. et Orth. : [labu:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1160-74 « produit, rapport du travail de la terre » (Wace, Rou, éd. J. Holden, II, 308); 2. ca 1180 « travail de la terre, des champs » (Marie de France, Fables, 95, 6 ds T.-L. : Menot ses humes en labur); 1532 terres de labeur (Compte de S. Ladre, p. 205, Hosp. Clerm.-sur-Oise ds Gdf.); 1680 donner un labour à la vigne (Rich.); 3. ca 1180 « terre cultivée, labourée » (Jeu d'Adam, éd. W. Noomen, 669). Déverbal de labourer*. Les sens de labour sont exactement rendus dès le viiies. par le lat. médiév. labor (Nierm.), les sens 2 et 3 étant déjà attestés en b. latin. Fréq. abs. littér. : 414. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 194, b) 412; xxes. : a) 1 180, b) 663.

Wiktionnaire

Nom commun - français

labour \la.buʁ\ masculin

  1. Façon qu’on donne à la terre en la remuant et la retournant en formant des sillons.
    • À l'origine, le labour des sols a pour objectifs de limiter le développement des adventices, de faciliter la levée des semis et le développement des racines par le décompactage de la couche de surface et de favoriser la circulation de l’eau et de l’air dans le sol. — (Marion Bardy, Laëtitia Citeau, Dominique King, Antonio Bispo, Gestion durable des sols, 2008)
    • L’on ne s’y servait pas déjà de mauvais coutres, comme en certaines parties de la France, et la houe suffisait au peu de labours qui s’y faisaient. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre premier)
    • La terre destinée à recevoir des betteraves doit être préparée par deux ou trois labours très profonds. — (Jean-Antoine Chaptal, Mémoire sur le sucre de betterave, Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 1, 1818, pages 347-388)
  2. Pièce de terre labourées.
    • Ce sont ces conditions climatiques qui ont déterminé, au début du XIXe siècle, la transformation des modes agriculturaux. En effet, jusqu’à ce moment, le village était essentiellement composé de labours ; or, il est certain que ce climat doux et humide, les terres étant périodiquement balayées par des vents de dominante ouest, n’était guère favorable au murissement des récoltes. — (Géraud de Féral, Un Village normand à travers les siècles: recherches historiques sur Beuzeville-la-Bastille, O.C.E.P., 1974, page 15)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LABOUR. n. m.
Façon qu'on donne aux terres en les labourant. Il faut donner un seul labour, deux labours à cette terre. Labour superficiel, léger, profond. Cheval de labour. Cette pièce de terre est en labour, Elle est préparée pour recevoir la semence.

LABOUR se dit aussi des Pièces de terre labourées. Il est allé visiter les nouveaux labours.

Littré (1872-1877)

LABOUR (la-bour) s. m.
  • 1Travail de labourage. Donner un seul labour, deux labours à cette terre. Je diminuai le nombre des labours, crainte de trop dessécher la terre, Buffon, Hist. nat. introd. part. exp. Œuv. t. VIII, p. 403.

    Terres labourées. Sa haute silhouette noire [du semeur] Domine les profonds labours ; On sent à quel point il doit croire à la fuite utile des jours, Hugo, Chansons des rues et des bois, Saison des semailles.

  • 2 Terme de plombier. Sorte de pelle pour ramener le sable du moule.

HISTORIQUE

XIIIe s. S'auscuns me preste son ceval por fere mon labor ou por cevaucier, Beaumanoir, XXXVIII, 4.

XIVe s. Pour gaigner parmi son labour du blé pour lui, sa femme et enfans, Du Cange, augustare. Toutes labours de charrues qu'il feront, Du Cange, aragium.

XVe s. Mauvais labour et semence pourrie, Foibles chevaux, et le laboureur crie, Deschamps, Chacun ne pense qu'à soi.

XVIe s. Recompensant les nuicts et jours passez, Où du labour [travail] avoient eu plus qu'assez, Marot, J. V, 150. Les mechantes herbes qui, par le labour arrachées de terre, ne s'y pourront reprendre, De Serres, 112.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LABOUR, s. m. (Econom. rust.) c’est le remüement de la terre, fait avec un instrument quelconque. On laboure les champs avec la charrue, les jardins avec la bêche, les vignes avec la houe, &c. les bienfaits de la terre sont attachés à ce travail ; mais sans l’invention des instrumens, & l’emploi des animaux propres à l’accélérer, un homme vigoureux fourniroit à peine à sa nourriture ; la terre refuseroit l’aliment à l’homme foible ou malade ; la société ne seroit point composée de cette variété de conditions dont chacune peut concourir à la rendre heureuse & stable. L’inégalité entre les forces ne feroit naître entre les hommes que différens dégrés d’indigence & d’abrutissement.

Labourer la terre, c’est la diviser, exposer successivement ses molécules aux influences de l’air ; & de plus c’est déraciner les herbes stériles, les chardons, &c. qui sans les labours couvriroient nos champs. Il faut donc, pour que le labour remplisse son objet, qu’il soit fait dans une terre assez trempée pour être meuble, mais qui ne soit pas trop humide. Si elle est trop seche, elle se divise mal ; si elle est trop humide on la corroye, le hâle la durcit ensuite, & d’ailleurs les mauvaises herbes sont mal déracinées. La profondeur du labour doit être proportionnée à celle de l’humus ou terre végétable, aux besoins de la graine qu’on veut semer, & aux circonstances qui déterminent à labourer, premierement à la profondeur de l’humus. Il y a un assez grand nombre de terres propres à rapporter du bled, quoiqu’elles n’ayent que six à sept pouces de profondeur. Si vous piquez plus avant, vous amenez à la superficie une sorte d’argille qui, sans être inféconde, rend votre terre inhabile à rapporter du bled. Je dis sans être inféconde ; car l’orge, l’avoine, & les autres menus grains n’en croîtront que plus abondamment dans cette terre. Elle ne se refuse à la production du bled que par une vigueur excessive de végétation. La plante y pousse beaucoup en herbe, graine peu, & sur-tout mûrit tard, ce qui l’expose presque infailliblement à la rouille. La perte des années de bled est assez considérable pour que les cultivateurs ayent à cet égard la plus grande attention. Ils ne sauroient trop se précautionner, quant à cet objet, contre leur propre négligence, ou l’ignorance de ceux qui menent la charrue.

Les terres sujettes à cet inconvénient sont ordinairement rougeâtres & argilleuses. Lorsqu’on y leve la jachere pendant l’été, après une longue sécheresse, la premiere couche soulevée en grosses mottes, entraîne avec elle une partie de la seconde ; & on dit alors que la terre est dessoudée. Les fermiers fripons qu’on force à quitter leur ferme, dessoudent celles de leurs terres qui peuvent l’être pendant les deux dernieres années de leur bail. Par ce moyen ils recueillent plus de menus grains, & nuisent en même tems à celui qui doit les remplacer.

Il faut en second lieu que le labour soit proportionné aux besoins de la graine qu’on veut semer. Si vous préparez votre terre pour de menus grains, tels que l’orge & l’avoine, un labour superficiel est suffisant. Le blé prend un peu plus de terre ; ainsi le labour doit être plus profond. Mais si on veut semer du sainfoin ou de la luserne, dont les racines pénetrent à une grande profondeur, on ne peut pas piquer trop avant. Cela est nécessaire, afin que les racines de ces plantes prennent un prompt accroissement, & acquierent le dégré de force qui les fait ensuite s’enfoncer d’elles-mêmes dans la terre qui n’a pas été remuée.

Enfin le labour doit être proportionné aux circonstances dans lesquelles il se fait. Si vous défrichez une terre, la profondeur du labour dépendra de la nature de la friche que vous voulez détruire. Un labour de quatre pouces suffit pour retourner du gazon, exposer à l’air la racine de l’herbe de maniere qu’elle se desseche & que la plante périsse ; mais si la friche est couverte de bruyeres & d’épines, on ne sauroit en essarter trop exactement toutes les racines, & le plus profond labour n’y suffit pas toujours. La levée des jacheres est dans le cas du défrichement léger. Ce premier labour doit être peu profond, mais il faut enfoncer par degrés proportionnels ceux qui le suivent : par ce moyen les différentes parties de la terre se mêlent, & sont successivement exposées aux influences de l’air : les hersages, comme nous l’avons dit, ajoûtent à l’effet du labour, & en sont comme le complément. Voyez Herser.

Les campagnes offrent dans les différens pays un aspect différent, par les variétés introduites dans la maniere de mener les labours. Ici une plaine d’une vaste étendue vous présentera une surface unie, dont toutes les parties seront également couvertes de grains. Là vous rencontrerez des sillons relevés, dont les parties basses ne produisent que de la paille courte & des épis maigres. Ces variétés naissent de la nature & de la position du sol, & & il seroit dangereux de suivre à cet égard une autre méthode que celle qui est pratiquée dans le pays où on laboure. Si les sillons plats donnent une plus grande superficie, les sillons relevés sont nécessaires par-tout ou l’eau est sujette à séjourner : il faut alors perdre une partie du terrain pour conserver l’autre. Au reste, dans quelque terre que ce soit, si l’on veut qu’elle soit bien remuée, les différens labours doivent être croisés & pris par différens côtés. Voyez Jachere. Voyez aussi sur les détails du labour & du labourage, nos Planches & leurs explications à l’Economie rustique.

Labour (la terre de) Géog. en latin Laboriæ ; en italien terra di Lavoro, grande province d’Italie, au royaume de Naples, peuplée, fertile, & la premiere du royaume.

Elle est bornée au nord par l’Abruzze ultérieure & citérieure ; à l’orient par le comté de Molisse & par la principauté ultérieure ; au midi par la même principauté & par le golfe de Naples ; au couchant par la mer Tyrrhène & par la campagne de Rome.

Son étendue le long de la mer est d’environ 140 milles sur 32 dans sa plus grande largeur ; mais cette contrée est d’autant plus importante, que Naples, sa capitale, donne le nom à tout le royaume.

Entre ses principales villes on compte trois archevêchés & divers évêchés. Ses rivieres les plus considérables sont le Gariglan (Liris), le Livigliano (Savo), le Volturne, le Clanio, le Sarno, &c. Ses lacs sont, le lac Laverne, le lago di Collucia (Acherusius des Latins). Ses montagnes sont, le Vésuve, le Pausilipe, monte Cistello, monte Christo, monte Dragone, &c. Il y a des bains sans nombre dans cette province.

On y voit deux fameuses grotes ; l’une est la grote de la sibyle, en latin Baiana ou cumana Crypta, dont les Poëtes ont publié tant de merveilles imaginaires ; mais Agrippa, le gendre d’Auguste, ayant fait abattre le bois d’Averne & poussé la fosse jusqu’à Cumes, dissipa les fables que le peuple avoit adoptées sur les ténebres de ce lieu là ; l’autre grote est celle de Naples ou de Pouzzolles, dont nous parlerons au mot Pausilipe.

Cette province est nommée la campagne heureuse, campania felix, à cause de la bonté de son air, de l’aménité de ses bords, & de l’admirable fertilité de son terroir, qui produit en abondance tout ce qu’on peut souhaiter de meilleur au monde.

Si cette contrée est si délicieuse de nos jours, quoique ravagée par les foudres terribles du Vésuve, quoique couverte de cailloux & de pierres ferrugineuses, sa beauté doit avoir été incomparable dans les siecles passés, lorsque, par exemple, sur la fin de la république, les Romains, vainqueurs du monde, sans craindre des feux imprévus, aimoient tant à la fréquenter. Cicéron, qui y avoit une maison de plaisance, parle d’elle comme du grenier de l’Italie ; mais Florus, l. I. c. xvj. en dit bien d’autres choses. Lisez ces paroles : Omnium non modo Italiæ, sed toto orbe terrarum pulcherrima Campania, plaga est. Nihil molliùs cœlo. Bis floribus vernat. Nihil aberiùs solo. Ideò Liberi, Cœrisque certamen, dicitur. Voilà comme cet historien sait peindre. Pline ajoute que les parfums de la Campanie ne le cedent qu’à ceux d’Egypte. Enfin personne n’ignore que ce furent les délices de ce pays enchanteur, qui ramollirent le courage d’Annibal, & qui causerent sa défaite. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « labour »

Autre forme de labeur. Labour a été, comme labeur, quelquefois féminin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Xe siècle) Déverbal sans suffixe de labourer, il vient du latin labor (« travail », « labeur », « peine »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « labour »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
labour labur

Citations contenant le mot « labour »

  • Ceux qui professent vouloir la liberté et déplorent l'agitation sont comme le paysan qui voudrait récolter sans avoir labouré. De Frederick Douglass / Autobiographie
  • Vous me demandez de labourer la terre ! Comment pourrai-je prendre un couteau pour lacérer la poitrine de ma mère ? De Wovoka
  • Défense de mélanger les choses : tu ne laboureras pas avec un boeuf et un âne. De Paul Claudel / Journal
  • Qui apprend la science et ne pratique pas ce qu'elle enseigne, ressemble à celui qui laboure et qui ne sème pas. De Proverbe oriental
  • Sa haute silhouette noire Domine les profonds labours. On sent à quel point il doit croire À la fuite utile des jours. Victor Hugo, Les Chansons des rues et des bois, Saison des semailles, le Soir
  • Celui qui laboure le champ le mange. De Proverbe français
  • Qui laboure la nuit perd un pain à chaque sillon. De Proverbe suédois
  • Les grands boeufs ne font pas les grands labours. De Proverbe savoyard
  • Faute de boeuf, on fait labourer par son âne. De Proverbe auvergnat
  • Celui qui sert une révolution laboure la mer. De Simon Bolivar
  • Y penser sans cesse ne labourera pas le champ. De Proverbe irlandais
  • Qui s'instruit sans agir, laboure sans semer. De Proverbe arabe
  • L'homme adultère laboure le champ d'autrui et laisse le sien inculte. De Plaute / Asimaria
  • Un sillon linguistique trop fortement labouré se transforme vite en ornière grammaticale. De Georges Kleiber
  • Si la fortune vient en dormant, le blé ne lève qu'en labourant. De Proverbe français
  • L’un laboure, l’autre sème, qui récoltera, personne ne le sait. De Proverbe anglais
  • Pour pallier ces problématiques, les agriculteurs se tournent vers « l’agriculture sans labour ». www.euractiv.fr, Cultiver sans labour : les méthodes traditionnelles et les nouvelles technologies pour surmonter les défis actuels – EURACTIV.fr
  • Cette manifestation accueille chaque année plus de 5 000 visiteurs et de nombreuses animations comme la finale départementale de labours avec ses près de quarante concurrents en planche et à plat. Pour 2020, il n’y aura donc pas de qualifications aux concours de labours, les finales régionale, nationale et mondiale étant elles aussi reportées à 2021. , Economie | Magni’Vrai Labour reporté à 2021

Traductions du mot « labour »

Langue Traduction
Anglais plowing
Espagnol arada
Italien aratura
Allemand pflügen
Chinois 耕作
Arabe الحرث
Portugais arar
Russe вспашка
Japonais 耕す
Basque plowing
Corse arattu
Source : Google Translate API

Synonymes de « labour »

Source : synonymes de labour sur lebonsynonyme.fr

Labour

Retour au sommaire ➦

Partager