Interroger : définition de interroger


Interroger : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INTERROGER, verbe trans.

A. − Qqn interroge qqn (sur, au sujet de qqc.; dans tel domaine).
1. Poser à quelqu'un une ou plusieurs questions exigeant une réponse. Synon. questionner.Interroger un candidat, un élève; interroger sur le compte de, les motifs de; interroger directement, habilement, longuement; cesser, continuer, essayer d'interroger. Il fut surpris de l'étendue de son savoir. Son étonnement augmenta quand il l'interrogea en particulier sur les Saintes Écritures (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 172).Une enfant coupable qui tremble qu'on ne l'interroge et ne la confonde (Loti, Mariage,1882, p. 47):
1. Son air grave et le presque constant froncement de ses sourcils, qui plissait légèrement son beau front, semblaient indiquer une tension de volonté singulière, une attention... j'aurais voulu savoir à quoi, car ce n'était certes pas au cours. Lorsqu'il arrivait qu'on l'interrogeât, on se rendait compte qu'elle n'avait rien écouté... Gide, Geneviève,1936, p. 1352.
En partic. Soumettre à un interrogatoire (v. ce mot A). Synon. fam. cuisiner.Interroger un accusé, un inculpé, un témoin. On m'interrogeait à la Préfecture de police sur mes nom, prénoms, qualités (Courier, Pamphlets pol., Pamphlet des pamphlets, 1824, p. 208).L'attitude des prisonniers que j'ai vu interroger, et dont aucun (...) ne renonce à manifester son orgueil d'être Allemand (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 131):
2. ... comme il [le juge] devait se piquer de remplir ses fonctions avec beaucoup de conscience, il continuait à m'interroger, tandis que son greffier mettait le plus grand soin à transcrire mes réponses. Bosco, Mas Théot.,1945, p. 209.
2. Poser à quelqu'un une ou plusieurs questions pour obtenir une information, un renseignement. Synon. sonder, interviewer.Interroger avidement, doucement; oser, craindre d'interroger; interroger un acteur, une célébrité. Je l'interrogerai sans en avoir l'air et je saurai (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 147).On m'interrogera comme on interroge un voyageur qui revient de loin (Green, Journal,1933, p. 125).
Emploi pronom. réciproque. Émilie (...) remontait vers la rue des Fripiers, au milieu d'une cohue de gens qui passaient, traînaient, parlaient et riaient. Des masses de curieux, des flâneurs s'interrogeaient (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 423).
ANTIQ. Interroger les haruspices, les mânes, les oracles. Les anciens se réunissaient pour chuchoter des noms, pour interroger les oracles, gros de secrets qu'ils ne disaient pas (Vogüé, Morts,1899, p. 285).
3. Emploi pronom. réfl. Se poser à soi-même une ou plusieurs questions. Il n'est raisonnable de s'interroger sur les fondements métaphysiques de la magie que s'il y a une objectivité − c'est-à-dire une expérience − magique (G. Marcel, Journal,1923, p. 288).Nous sommes si pressés de vivre que nous ne nous interrogeons presque jamais sur le mode d'existence qui est le nôtre (Green, Journal,1940, p. 48):
3. Au temps de la négation, il pouvait être utile de s'interroger sur le problème du suicide. Au temps des idéologies, il faut se mettre en règle avec le meurtre. Camus, Homme rév.,1951, p. 14.
Emploi abs. Il n'avait rien regretté, rien désiré, rien envié. Et même, en ce moment, il s'interrogeait, il ne trouvait en lui aucun sujet d'amertume (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1306).Je m'interrogeais, je m'analysais, et je me félicitais de ma transformation (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 187).
Rem. On rencontre parfois la constr. interroger qqn si : L'ami de Talleyrand, que son curé, à son lit de mort, interroge s'il a blasphémé, attaqué l'Église (Goncourt, Journal, 1858, p. 471).
B. − Au fig. Qqn interroge qqc.Examiner avec attention pour trouver un enseignement, une réponse à une question que l'on se pose.
1. [L'obj. est intérieur à la pers.] Interroger sa mémoire, sa conscience, ses sentiments, ses souvenirs. Elle cherchait, interrogeait ses désirs, ne trouvait plus rien de sérieux qui la tentât (Zola, Assommoir,1877, p. 411).Il est difficile d'interroger son âme et de reconnaître sa petite voix d'enfant au milieu des clameurs inutiles qui l'entourent (Maeterlinck, Trésor humbles,1896, p. 146).
2. [L'obj. est extérieur à la pers.] Interroger l'horizon, la nature, l'avenir, l'heure, l'histoire, le passé, le présent. L'idée de devoir être vu par elle, qui (...) m'aimait sans me voir − cette idée me cause une gêne intolérable (...). Pour la première fois de ma vie j'interroge anxieusement les miroirs (Gide, Symph. pastor.,1919, p. 925):
4. Au lieu d'interroger la langue française, d'étudier le jeu de ses suffixes, le mécanisme de ses mots composés, on a recours à un lexique dont la tolérance est infinie et qui se prête aux combinaisons agglutinatives les plus illogiques et les plus inutiles. Gourmont, Esth. lang. fr.,1899, p. 30.
[P. méton.] Nos sens interrogent les choses et (...) elles leur répondent (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 369).
REM.
Interrogeant, -ante, part. prés. en emploi adj.Les yeux noirs, écouteurs, interrogeants de la mère Archambauld (A. Daudet, Jack, t. 1, 1876, p. 239).M. Lerond qui, ayant appartenu à la magistrature, était curieux et interrogeant (France, Anneau améth.,1899, p. 54).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tε ʀ ɔ ʒe] ou [ε ̃te-], (il) interroge [-ɔ:ʒ]. [-ε ʀ ʀ-] ds Mart. Comment prononce 1913, p. 297. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1355, 12 mars interroguer cont. jur. (Ordonnance ds Isambert, Rec. des anc. lois fr., t. 4, p. 767 : demanderont et interrogueront le vaillant et l'estat des personnes et de leurs mesnies); 1399 interroger (Lille, Recueil des anc. coutumes de Belgique, I, II, 203 d'apr. K. Baldinger ds R. Ling. rom. t. 20, p. 82); 1690 (Fur. : un examinateur interroge un enfant); 2. 1532 se interroguer + interrogative indir. « se demander » (Rabelais, Gargantua, XXIII, éd. R. Calder et M.A. Screech, p. 165); av. 1784 empl. absol. « se poser des questions à soi-même » (Diderot, Essai sur la peinture, éd. R. Desné, p. 63); 3. 1674 « examiner qqc. avec attention pour y trouver réponse à une question » (Racine, Iphigénie, I, 2 : Des victimes vous-même interrogez le flanc). Empr. au lat.interrogare « interroger, questionner »; a évincé la forme pop. a. fr. enterver (ca 1165 ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 4 185. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 359, b) 4 889; xxes. : a) 7 406, b) 7 001. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 56. - Lüdi (G.). Konfrontative Semanalyse und Übersetzungsvergleich. Beitr. rom. Philol. 1975, t. 14, pp. 169-196.

Interroger : définition du Wiktionnaire

Verbe

interroger \ɛ̃.te.ʁɔ.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Poser des questions à quelqu’un soit pour s’informer de quelque chose, soit pour s’assurer que la personne questionnée possède ou a acquis une certaine connaissance.
    • Sur une invitation du commissaire, ils s'étaient présentés au poste de la rue de la Gaîté où on les avait longuement interrogés. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Les interrogatoires vont bon train. […]. Les arguments frappants sont de rigueur. Ils veulent les noms des meneurs, le reste ne les intéresse pas. J'apprends par ceux qui ont été interrogés que ce n'est pas de la tarte.
      — Les plus visés sont ceux de la deuxième cour, m'avertit Pénoche. Avant même de t'interroger, ils commencent par te filer une douille, histoire de te mettre dans l'ambiance.
      — (Jean-Guy Le Dano, La Mouscaille, éd.Flammarion, 1973, p. 82)
  2. (Figuré) Consulter, examiner attentivement, la nature, les faits, sa conscience, l’histoire ….
    • D’un autre côté, Réaumur et ses émules interrogèrent les eaux douces, et les bryozoaires de nos étangs, les planaires et les nais de nos ruisseaux, les vers de terre eux-mêmes se montrèrent à divers degrés insensibles à des mutilations qui ne faisaient que les multiplier. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • La Moussotte allait de temps à autre jusqu'au seuil de la porte, interrogeant le coin du bois d'où la route s'échappait de la forêt, la main en abat-jour sur les yeux, […]. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ce radicalisme et cette intransigeance lui vaudront des critiques de tous bords. Côté laïque, où l'on vit en lui un apologète chrétien et où l'on interrogea le caractère scientifique de son travail.— (Élodie Maurot -René Girard, décrypteur du sacré – Journal La Croix, page 2, 6 novembre 2015)
  3. (Pronominal) (au sens réfléchi) S’examiner ; se consulter.
  4. (En particulier) Se questionner soi-même à propos de telle ou telle pensée, de tel ou tel acte pour en apprécier la valeur morale.
    • Cette hypothèse n'a pu naître que dans la conscience d'hommes qui s'interrogeaient, ici et maintenant, sur la réalité de l'univers. Mais ils avaient une conscience moderne car il fallait que leurs prédécesseurs aient déjà rompu avec des conceptions d'un réalisme statique au profit d'une dynamique de l'évolution. — (Jean Moussé, Se libérer dans le monde qui passe: le réel, l'imaginaire et le sens, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières 1998, page 39)
  5. (Pronominal) (au sens réciproque) Se poser mutuellement des questions.
    • Nous nous interrogions l’un l’autre sur ce qui était arrivé à chacun de nous pendant cette séparation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Interroger : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTERROGER. v. tr.
Questionner quelqu'un sur une chose ou des choses précises qu'il doit connaître ou qu'il est présumé connaître et sur lesquelles il est obligé de répondre. Interroger un accusé. Interroger des témoins. Interroger un candidat à un examen. Interroger un élève dans une classe. Interroger un enfant sur sa conduite. S'interroger mutuellement pour mieux se préparer à subir un examen. Interroger sa conscience ou s'interroger signifie particulièrement Se questionner soi-même à propos de telle ou telle pensée, de tel ou tel acte pour en apprécier la valeur morale.

INTERROGER signifie aussi, d'une façon plus générale, Poser une ou des questions à quelqu'un sur tel ou tel fait. Nous l'interrogeâmes sur les causes de cet accident sans obtenir de réponse. Nous nous interrogions l'un l'autre sur ce qui était arrivé à chacun de nous pendant cette séparation. Il signifie aussi, figurément, en parlant des Choses, Consulter, examiner. Interroger la nature. Interroger les faits. Interroger l'histoire. Interroger l'Écriture sainte.

Interroger : définition du Littré (1872-1877)

INTERROGER (in-tè-ro-jé. Le g prend un e devant a et o : interrogeant, interrogeons) v. a.
  • 1Faire des questions avec une certaine idée d'autorité, ou du moins avec une certaine idée d'importance dans la question. Interrogez-le sur ce fait. Mais vous qui me parlez d'une voix menaçante, Oubliez-vous ici qui vous interrogez ? Racine, Iph. IV, 6. Une seconde fois interrogeons Oenone, Racine, Phèdre, V, 4. Un enfant est peu propre à trahir sa pensée… Laissez-moi, cher Nathan, le voir, l'interroger, Racine, Ath. II, 6. [Dieu] Juge tous les mortels avec d'égales lois, Et du haut de son trône interroge les rois, Racine, Esth. III, 4.

    Interroger de, faire des questions sur ; emploi qui n'a lieu qu'en poésie. Permettez que mon cœur, en voyant vos beaux yeux, De l'état de son sort interroge ses dieux, Racine, Théb. II, 1.

    Absolument. Oubliant que ce ton léger Dans un étranger est blâmable, Et que l'amitié seule a droit d'interroger, Delille, Convers. II.

  • 2Faire des questions à quelqu'un pour s'assurer qu'il a bien appris certaines choses, qu'il possède certaines connaissances. Le candidat a été interrogé sur la géométrie et l'algèbre.
  • 3 Fig. Consulter, examiner, en parlant des choses. Des victimes vous-même interrogez le flanc, Racine, Iphig. I, 2. Interrogez ses œuvres [de Jésus-Christ] que personne avant lui n'avait faites, Massillon, Carême, Passion. Je crains de rechercher s'il est vrai que je l'aime, D'interroger mon cœur, Voltaire, Irène, III, 1. J'interroge mon cœur, j'interroge ma vie, Ducis, Osc. IV, 2. La nature fut interrogée, au nom d'un seul homme [Linné], de la cime des montagnes de la Norvége aux sommets des Cordillères et de l'Atlas, Condorcet, Linné. Pénétrer dans le passé, interroger le cœur humain à travers les siècles, Staël, Corinne, XI, 4. Dans leur longue solitude ils interrogent le silence, Staël, ib. XIII, 4. Des pieds des voyageurs j'interrogeais la trace, Delavigne, Paria, I, 1.
  • 4S'interroger, v. réfl. Se faire mutuellement des questions. Nous nous interrogions l'un l'autre sur ce qui était arrivé. Ces jeunes gens s'interrogeaient réciproquement pour se préparer à leur examen.

    Fig. S'examiner, se consulter. Interrogez-vous à l'aspect d'un homme ou d'une femme, et vous reconnaîtrez que c'est toujours l'image d'une bonne qualité ou l'empreinte plus ou moins marquée d'une mauvaise qui vous attire ou vous repousse, Diderot, Essai sur la peint. ch. 4.

HISTORIQUE

XVIe s. Il l'interrogua premierement combien ilz estoient logez ensemble pour chaque chambrée, Amyot, Lucull. 17.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

INTERROGER. Ajoutez : - REM. Le lat. interrogare avait donné dans l'ancienne langue enterver, provenç. entervar (voy. BURGUY, Gramm. de la langue d'oïl, t. III, p. 330, au mot rover). C'est enterve qu'il faut lire dans BENOIT DE SAINTE MORE, Roman de Troie, V. 26614 : Tote sole [Cassandre] s'en vait fuiant, Que riens ne la conuist ne treve [lisez n'enterve, n'interroge], Enz el riche temple Minerve.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « interroger »

Étymologie de interroger - Littré

Bourg. étarrôgai ; provenç. interrogar, enterrogar ; espagn. interrogar ; ital. interrogare ; du lat. interrogare, de inter, entre, et rogare, demander (voy. ROGATION).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de interroger - Wiktionnaire

Du latin interrogare lui même composé de inter entre et rogare : demander.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « interroger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
interroger ɛ̃terɔʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « interroger »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe interroger

Citations contenant le mot « interroger »

  • Le problème n’est pas tant de pouvoir s’interroger que de tenter de communiquer les résultats de sa propre réflexion, surtout s’ils se heurtent aux hurlements dominants. Mais pourquoi devrait-on à toutes forces dire ce qu’on pense ? Une pensée propre n’a t-elle de valeur que si elle convainc ? Je ne crois pas. De toutes façons, le problème ne se pose pas car il n’est pas possible de convaincre une foule en rage. Elle ne pense pas, elle n’écoute pas, elle ne débat pas, elle se contente d’éructer des slogans. Une note d’optimisme : les manifestations et les cris d’aujourd’hui ne servent à rien, pas plus que ceux d’hier. Les bon sentiments actuels tartinés par les marques passent et seront balayés comme les précédents. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’Histoire : y-a t’il eu dans notre pays un seul mouvement de protestation populaire qui ait réussi à faire changer brutalement et durablement la vie des citoyens ? Je ne crois pas, du moins depuis la révolution (s’il s’agissait bien d’un mouvement populaire de protestation). On peut bien protester contre le racisme, contre les mauvais traitements infligés aux femmes/enfants/vieillards/handicapés (rayer les mentions inutiles), contre le patriarcat, contre l’assassinat des bébés-phoques, contre la vie chère, contre les centrales nucléaires, contre les énergies vertes, contre ci-contre ça… ce n’est que du bruit qui se dispersera dans le vent sans laisser d’autres traces que les souvenirs émus de ceux qui ont battu le pavé les plateaux de télévisions. Le Point, Peggy Sastre – Peut-on s'interroger sur la lutte contre le racisme ? - Le Point
  • Tribune. Depuis un mois, les images du meurtre de George Floyd aux Etats-Unis ont créé une énorme émotion dans le monde entier. Elles agissent aussi comme un révélateur de problèmes occultés. Car ce n’est pas l’émotion de l’instant qui dans tous les pays pousse les foules à réinterroger les symboles d’un passé colonial ou esclavagiste. Le Monde.fr, Sue Peabody : « S’interroger sur le nom d’une salle parlementaire n’est en rien une insulte à l’histoire »
  • Après le temps des réflexions individuelles, vient celui de la confrontation. Le Pavillon de l’Arsenal lance une série d’émissions pour interroger les différentes propositions recueillies dans le cadre de son appel à contribution Et demain, on fait quoi ?, initié durant le confinement. tema.archi, Au Pavillon de l'Arsenal, une série d'émissions pour interroger le monde d'après - tema.archi
  • Il n'est nul besoin d'apparence pour aimer. C'est une foi qui accepte de ne pas interroger. De André Langevin / Evadé de la nuit
  • Ne peut s'interroger sur le sens de l'univers que celui qui est capable de s'étonner devant la marche des événements. De Max Weber / Le Judaïsme antique
  • La connaissance n'est pas réservée aux seuls vieillards : un enfant qui sait interroger peut l'acquérir. De Massa Makan Diabaté / Kala Jata
  • Ce sont les enfants et les oiseaux qu’il faut interroger sur le goût des cerises et des fraises. De Johann Wolfgang von Goethe
  • Dans la stratégie du coup de pied au cul, il faut toujours s'interroger sur la responsabilité des fesses. De Anonyme
  • Malheur au livre qu'on peut lire sans s'interroger tout le temps sur l'auteur ! De Emil Michel Cioran / Ecartèlement
  • Veut-on savoir ce qui se passe dans les montagnes, il faut interroger ceux qui en viennent. De Proverbe chinois
  • Lorsqu’un homme ne ment pas, c’est que sa femme est trop fatiguée pour l’interroger. De Anonyme
  • S’interroger, cela ne vaut-il pas mieux que marcher au pas ? De Roland Moreno / Théorie du bordel ambiant
  • Danser, c’est s’interroger, aller au plus profond de soi. De Marie-Claude Pietragalla
  • Connaître, c'est interroger l'inconnaissable pour s'en étonner. De Michel Random
  • A force d'interroger l'homme, on attend la réponse de Dieu. De Henri Petit / Le bonheur
  • Si elles ne savaient pas interroger, que de femmes ne sauraient rien dire ! De Emile Henriot
  • À force d'interroger l'homme, on attend la réponse de Dieu. Henri Petit, Le Bonheur, Grasset
  • Inutile d'interroger le Ciel, il a réponse à tout. Claude Aveline, Avec toi-même, etc., Mercure de France

Traductions du mot « interroger »

Langue Traduction
Corse quistione
Basque galdera
Japonais 質問
Russe вопрос
Portugais questão
Arabe سؤال
Chinois
Allemand frage
Italien domanda
Espagnol pregunta
Anglais question
Source : Google Translate API

Synonymes de « interroger »

Source : synonymes de interroger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « interroger »



mots du mois

Mots similaires