La langue française

Impair, impaire

Sommaire

  • Définitions du mot impair, impaire
  • Étymologie de « impair »
  • Phonétique de « impair »
  • Citations contenant le mot « impair »
  • Traductions du mot « impair »
  • Synonymes de « impair »
  • Antonymes de « impair »

Définitions du mot « impair, impaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

IMPAIR, -AIRE, adj. et subst.

I. − Adj. et subst. Anton. de pair.
A. − MATH. Chiffre impair; polynôme impair; indice, degré impair; application, permutation, puissance impaire.
Nombre impair. Nombre entier non multiple de deux, qui n'est pas divisible en deux entiers égaux. Tous les mois reçurent un nombre de jours impair : les Romains superstitieux de cette époque croyaient que le nombre impair portait bonheur (Chauve-Bertrand, Question calendrier,1920, p. 61).Les structures dualistes indonésiennes semblent coexister avec des structures formées d'un nombre impair d'éléments : 3 le plus souvent, mais aussi 5, 7 et 9 (Lévi-Strauss, Anthropol. struct.,1958, p. 155).Emploi subst. masc. sing. L'impair. Les nombres impairs. L'être (...) en qui sont fondus tous les contrastes et toutes les harmonies, la variété et l'unité, le pair et l'impair (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin,1876, p. 25).Tel est incliné au pair, tel à l'impair, un autre aux nombres premiers, un autre aux divisibles (Arnoux, Chiffre,1926, p. 136).
Fonction impaire. Fonction dont la valeur change de signe en même temps que la variable. La fonction est impaire quand on a : F(x) = -F(-x) = -F(2π-x) (Bouasse, Acoust. gén.,1926, p. 2).
B. − P. ext. Qui est exprimé par un nombre impair; qui porte un numéro impair (dans une série, un nombre pair succédant à un nombre impair). Jours impairs (du mois); stationnement interdit jours impairs; années impaires; côté impair (= des numéros impairs, dans une rue). Les bateaux pour le Havre partent de Rouen dans le mois d'octobre tous les jours impairs, 1er, 3, 5, 7, etc., jusqu'au 15 (Flaub., Corresp.,1853, p. 314).Les principales divisions d'un ouvrage commencent toujours en belle page, c'est-à-dire en page impaire (E. Leclerc, Nouv. manuel typogr.,1932, p. 207).
C. − Dont les éléments sont en nombre impair.
1. VERSIF. En nombre impair de syllabes. Vers, rythme, mètre impair. Les vers ne voulaient point être beaux. Ils étaient simples, toutefois impairs, pour la légèreté (A. France, Lys rouge,1894, p. 276).
Emploi subst. masc. sing., littér. :
1. De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l'Impair Plus vague et plus soluble dans l'air, Sans rien en lui qui pèse ou qui pose. Verlaine, Œuvres compl., t. 1, Jadis, 1884, p. 206.
2. MUS. En nombre impair de temps. À trois, ils exécutent de véritables morceaux; rythme impair, bizarrement haché de syncopes, qui affole et provoque tous les bondissements de la chair (Gide, Feuilles de route,1896, p. 83).Chopin est le magicien du rythme impair (Levinson, Danse,1924, p. 119).
3. ANAT. Qui n'a pas son double symétrique. Nerf impair. On compte, dans l'homme, dix muscles différens, dont neuf pairs et un impair, par conséquent en tout dix neuf (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 523).− L'épiphyse, petit organe impair situé dans le plan de symétrie, en avant des tubercules quadrijumeaux (Camefort, Gama, Sc. nat.,1960, p. 205).
4. BOT. Foliole impaire ou p. ell. impaire, subst. fém. Foliole terminale unique de certaines fleurs pennées. Feuille ailée avec impaire, feuille ailée sans impaire (Ac.). Les feuilles de la clématite droite (...) sont pennées, terminées par une impaire (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 205).
5. CH. DE FER. Voie impaire. Sur une ligne à deux voies, voie suivie par les trains qui s'éloignent du point d'origine, appelés « trains impairs », qui portent un numéro impair. Synon. voie montante; anton. voie paire, voie descendante.Selon sa position par rapport à la gare initiale, on a la voie paire ou impaire, la voie montante ou la voie descendante (Albitreccia, Gds moyens transp.,1931, p. 45).
II. − Subst. masc.
A. − JEUX (de hasard). (L')impair, les impairs. L'ensemble des numéros impairs. Jouer les impairs. Ils (...) se retrouvèrent à deux mille francs, et les risquèrent sur pair, pour les doubler d'un seul coup; pair n'avait pas passé depuis cinq coups, ils y pontèrent la somme. Impair sortit encore (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 488) :
2. Mais on gagne presque toujours sur la dernière mise; et impair venait de sortir trois fois de suite. Depuis son arrivée, pourtant, impair sortait plus souvent que pair, puisqu'il perdait... Changer, jouer impair? Malraux, Cond. hum.,1933, p. 358.
Faire un double impair. Choisir l'impair deux fois de suite (à tort). (Dict. xixeet xxes., sauf Ac.).
En partic. Pair-impair, pair et/ou impair. Jeu consistant à deviner si les objets (des billes notamment) cachés dans la main de son partenaire sont en nombre pair ou en nombre impair. Jeu de pair ou impair, jouer à pair ou impair. Je te joue Fanny à pair ou impair ou aux dés (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 198).On peut aussi jouer aux épingles à la manière de pair et impair, c'est-à-dire que, l'un des joueurs ayant placé dans sa main deux épingles, son partenaire doit deviner si elles sont parallèles ou si elles sont croisées (D'Allemagne, Récr. et passe-temps,1904, p. 96).V. aussi bluff ex. 1.
B. − Au fig., fam. Maladresse ou manque de tact pouvant entraîner de fâcheuses conséquences. Synon. fam. bêtise, bourde, gaffe.Un impair énorme, regrettable; faire, commettre, éviter un impair; commettre impair sur impair, accumuler les impairs. Effaré qu'il est à l'appréhension des impairs que la môme peut commettre et voulant être là pour y parer (Feydeau, Dame Maxim's,1914, II, 1, p. 30).Lui donner, puisqu'elle est si bavarde, les conseils qui éviteront, du moins aujourd'hui, tout impair (Giraudoux, Ondine,1939, II, 7, p. 109) :
3. ... un mouvement s'était produit parmi ces dames; toutes changèrent de place comme au jeu de la « mer agitée », de sorte qu'au moment de prendre congé je ne fus plus capable de les reconnaître et serrant ou baisant des mains au hasard, ou négligeant d'en serrer d'autres, sans doute fis-je nombre d'impairs. Gide, Journal,1917, p. 624.
REM.
Impairement, adv.,rare. En nombre impair. Nombre impairement pair. ,,Nombre dont la moitié est un nombre impair`` (Lexis 1975).
Prononc. et Orth. : [ε ̃pε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1484 adj. nombre (...) impar (N. Chuquet, Triparty, 67); 1521 impair (Doc. cité par Baldinger ds Z. rom. Philol. t. 67, p. 27); b) 1765 subst. (Encyclop. t. 11, s.v. pair, p. 755a : [dans le jeu de pair ou non] soit en tas de 3 jettons [...] il y a deux impairs contre un pair, ou 2 contre 1 à parier pour l'impair); 2. 1858 subst. « maladresse, indélicatesse » (Augier, Jeunesse, III, p. 307). Empr. au lat.impar « inégal; dissemblable; qui n'est pas pair » adj. et subst. (ludere par impar « jouer à pair ou impair », attesté par Horace, v. TLL s.v., 518, 19); l'a. fr. avait traduit impar par non per (cf. (un jeu de dés) per ou nonper, xiiies., J. de Journi ds T.-L., s.v. nonper, jeu de per et de non per, xives., Oresme ds Gdf. Compl.). Selon Esn., le sens 2 s'expliquerait p. oppos. à pair « juste, franc, précis » que l'on peut tirer de la loc. parler pair « parler juste, sans équivoque, précisément » (1672, De Brieux, Origines de quelques coutumes anciennes et façons de parler triviales, Caen, p. 62; cf. Trév. 1704-52). Fréq. abs. littér. : 110. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 479.

Wiktionnaire

Adjectif

impair \ɛ̃.pɛʁ\

  1. (Mathématiques) Qui n’est pas pair, qui n’est pas divisible par deux, en parlant d’un nombre entier.
    • Cette étape est plausible , car NO est une espèce à nombre impair d'électrons, et deux molécules peuvent former une liaison covalente quand elle se rencontrent. Le fait que le dimère N202 existe aussi dans le solide rend la suggestion plausible. — (Peter William Atkins, , Éléments de chimie physique, traduit de l'anglais par Monique Mottet, révision scientifique par ‎Paul Depovere, De Boeck Supérieur, 1998, page 262)
    • ARGAN : Monsieur, combien est-ce qu'il faut mettre de grains de sel dans un œuf ?
      MONSIEUR DIAFOIRUS : Six, huit, dix, par les nombres pairs, comme dans les médicaments, par les nombres impairs.
      — (Molière, Le Malade imaginaire, acte II, scène 6)
  2. (Mathématiques) Qui caractérise une fonction mathématique dont la représentation graphique est symétrique par rapport à l’origine.
    • La fonction sinus est impaire.

Nom commun

impair \ɛ̃.pɛʁ\ masculin

  1. (Poésie) Vers ayant un nombre impair de pieds.
    • De la musique avant toute chose,
      Et pour cela préfère l’Impair
      Plus vague et plus soluble dans l’air,
      Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.
      — (Paul Verlaine, L’Art poétique, 1874))
  2. (Familier) Maladresse choquante ou préjudiciable.
    • Faire un impair.
    • Si le nombre pair de douze a été fixé pour chiffrer le total des membres d'un jury d'assises, c'est pour éviter à celui-ci de commettre un impair. — (Pierre Dac, Les Pensées, Éditions Saint-Germain-des Prés, 1972)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPAIR, AIRE. adj.
T. d'Arithmétique. Qui est opposé à Pair. Il se dit des Nombres entiers qu'on ne peut pas diviser en deux nombres entiers égaux. Trois, cinq, sept, etc., sont des nombres impairs. Tout nombre impair, étant divisé par deux, donne l'unité pour reste. Tout nombre est pair ou impair. Jouer à pair ou impair. Voyez PAIR. Années impaires, Celles qui sont exprimées par un nombre impair.

IMPAIR s'emploie familièrement comme nom masculin pour désigner une Maladresse choquante ou préjudiciable. Faire un impair. Commettre un impair. Il se dit, en termes de Botanique, comme nom féminin de la Foliole de certaines feuilles pinnées, et s'emploie principalement dans ces locutions : Feuille ailée avec impaire, feuille ailée sans impaire.

Littré (1872-1877)

IMPAIR (in-pêr, pê-r') adj.
  • 1 Terme d'arithmétique. Opposé à pair ; qu'on ne peut diviser en deux nombres entiers égaux. Trois, cinq, sept, etc. sont des nombres impairs.

    Années impaires, celles qui sont exprimées par un nombre impair. 1865 est une année impaire.

    Jours impairs, les jours de la semaine qui, sur les six ouvrables, occupent le premier, le troisième et le cinquième rang, savoir lundi, mercredi et vendredi.

  • 2 Terme d'anatomie. Organe impair, organe qui n'est pas double, qui n'a pas son semblable de l'autre côté du corps. Le foie est un organe impair. Terme de botanique. Foliole impaire, foliole unique qui termine la feuille composée. Feuille ailée avec impaire. Feuille ailée sans impaire.
  • 3 S. m. Se dit, à plusieurs jeux, de l'ensemble des nombres impairs. Jouer l'impair.

    Au jeu de la belle, l'impair, les nombres impairs qui sont rangés dans les six premières et dans les six dernières colonnes. Impair du grand côté, se dit, au même jeu, de la totalité des nombres impairs qui se trouvent dans les six dernières colonnes.

    Jouer à pair ou impair, donner à deviner si des objets qu'on tient dans la main fermée sont en nombre pair ou impair.

HISTORIQUE

XVIe s. Je laisse à part le nombre impair de leurs pilulles [des médecins], Montaigne, III, 213.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

IMPAIR.
3Ajoutez :

Un double impair, action, quand on joue à l'impair, de le prendre deux fois.

Fig. Il est inexact… que la préfecture de Seine-et-Oise soit décidément donnée à M. de K… [du parti républicain], qui serait remplacé à Marseille par M. V… [du même parti] ; ce serait là un double impair que ne fera pas le gouvernement, la Patrie, 25 avril 1872.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

1. IMPAIR, adj. (Arith.) c’est ainsi qu’on nomme par opposition à pair, un nombre qui ne se peut exactement diviser par 2.

2. Tout nombre impair est essentiellement terminé vers la droite par un chiffre impair, & c’est de ce chiffre seul qu’il prend son nom ; car ceux qui précedent étant tous des multiples de 10 = 2 × 5, sont conséquemment divisibles par 2 ; & jusques-là le nombre reste pair.

3. Il est évident que l’obstacle qui se rencontre à la division exacte d’un chiffre simple par 2, ne réside que dans une unité qui s’y trouve de trop ou de trop peu. Tout chiffre impair devient donc pair par l’addition ou la soustraction de l’unité, & par une suite (n°. 2.) le nombre même qu’il termine.

4. Un impair étant combiné avec un autre nombre quelconque b.

Si c’est par addition ou par soustraction, la somme ou la différence sont d’un nom différent de celui de b.

Si c’est par multiplication ou par division (on suppose celle-ci exacte), le produit ou le quotient sont de même nom que b.

S’il s’agit d’exaltation ou d’extraction, une racine exprimée par un nombre impair donne une puissance de même nom, & réciproquement.

5. Telles sont les principales propriétés du nombre impair pris en général ; mais le caprice & la superstition lui en ont attribué d’autres bien plus importantes. Il fut en grande vénération dans l’antiquité payenne. On le croyoit par préférence agréable à la divinité : numero Deus impare gaudet. C’est en nombre impair que le rituel magique prescrivoit ses plus mystérieuses opérations ; necte tribus nodis ternos, &c. Il n’étoit pas non plus indifférent dans l’art de la Divination ni des augures. Ne s’est-il pas assujetti jusqu’à la Medecine ? L’année climactérique est dans la vie humaine une année impaire ; entre les jours critiques d’une maladie (voyez Crise), les impairs sont les jours dominans, soit par leur nombre, soit par leur énergie. Au reste, en rejettant ce qu’il y a de chimérique dans la plûpart de ces attributions, nous ne laissons pas de reconnoître en certains impairs des propriétés très-réelles, mais numériques, c’est-à-dire du genre qui leur convient ; & nous en ferons mention dans leur article particulier. Voyez entre autres Neuf & Onze.

6. Si l’on conçoit les nombres impairs rangés par ordre à la suite l’un de l’autre, il résulte une progression arithmétique indéfinie, dont le premier terme est 1, & la différence 2 : c’est ce qu’on nomme la suite des impairs.

Cette suite a une propriété remarquable relative à la formation des puissances ; mais qui n’a jusque ici, du-moins que nous sachions, été connue ni développée qu’en partie. La voici dans toute son étendue.

7. A toute puissance numérique d’une racine r & d’un exposant e quelconques, répond dans la suite générale des impairs une suite subalterne des termes consécutifs, dont la somme est cette puissance même.

Il s’agit d’en déterminer généralement le premier terme p, & le nombre des termes n.

8. A l’égard des puissances d’un exposant pair, la chose a déjà été exécutée. On s’est apperçu que le premier terme de la progression subalterne ne differe point de celui de la suite principale, & que le nombre des termes est exprimé par la racine seconde de la puissance cherchée ; c’est-à-dire que pour ce cas-là

.
Faut-il élever 5 à la quatrieme puissance, on a
. dernier terme 49, somme des extrèmes 50 ;
somme totale .

9. Quant aux puissances d’un exposant impair, il n’a jusqu’ici rien été déterminé. Le premier terme de la progression subalterne dont elles sont la somme, est enfoncé plus ou moins dans la profondeur de la suite principale : mais il en sera toûjours tiré & comme montré au doigt par cette formule,

.
& le nombre des termes par cet autre

S’agit-il d’élever 3 à la septieme puissance ; on trouve

=55 dernier terme 107 ; somme des extr. 162 ; somme totale n =27

10. Les choses considérées sous ce point de vûe ; élever une racine quelconque à une puissance donnée, ce n’est que chercher la somme d’une progression arithmétique, dont, avec la différence constante 2, on connoît le premier terme & le nombre des termes (variables l’un & l’autre, mais déterminés par les formules.)

Pour faciliter l’opération ; comme en toute progression arithmétique qui a 2 pour différence (Voyez Progression arithmétique.), la somme est  ; en substituant au lieu de p & de n leurs valeurs indiquées par les formules, le résultat sera la puissance demandée.

Si p = 1, se réduit à  : mais (n°. 8.) quand l’exposant est pair, on a p = 1. Donc quand l’exposant est pair, la somme de la progression subalterne (égale à la puissance cherchée) est le quarré du nombre même de ses termes,

En effet, dans le premier exemple ci-dessus, .

11. Il n’est pas besoin de faire observer que quand ou (qui expriment le nombre des termes), sont des puissances elles-mêmes trop élevées, on peut les former par la même méthode, & rabaisser tant qu’on voudra de l’un en l’autre l’exposant de r, jusqu’à le réduire à l’unité.

12. Au reste il est facile de rappeller les puissances de l’une & de l’autre classe à une formule commune, qui aura même sur celles qu’on vient de voir, cet avantage, qu’outre la solution de tous les cas possibles, elle donnera de plus toutes les solutions possibles de chaque cas. (Car dès que e > 3, le problème devient indéterminé ; c’est-à-dire qu’il y a dans la suite générale des impairs plusieurs suites subalternes, dont la somme est la puissance cherchée).

m, dans la nouvelle formule ci-au-dessous, est un nombre quelconque < e pair, dans les puissances d’un exposant pair, où il peut même être 0, & impair dans celles d’un exposant impair. Autant que m aura de valeurs, autant le problème aura de solutions ; & m aura autant de valeurs que (pour les puissances de la premiere classe), ou (pour celles de la seconde), expriment d’unités.

On pourroit même absolument supprimer la formule de n, dont la valeur se produit toûjours dans la formule de p, où elle est le second facteur du premier terme.

13. Plus simplement encore & sans l’attirail d’aucune formule, partagez e en deux parties à volonté, & donnez à r chacune de ces deux parties pour exposant ; vous aurez deux puissances de r. Leur différence augmentée de l’unité sera la valeur de p ; celle des deux qu’on soustrait de l’autre sera la valeur de n.

14. Si les deux parties dans lesquelles e se trouve partagé sont le moins inégales qu’il se puisse ; ou (ce qui revient au même) si faisant usage de la formule, on y donne à m la plus petite valeur qu’elle puisse avoir ; ensorte qu’elle soit 0 pour les puissances d’un exposant pair, & 1 pour celles d’un exposant impair : on verra naître les formules des numéros 8 & 9.

15. Reprenant les exemples que nous avons donnés sous ces deux articles, pour former la quatrieme puissance de 5.

m = 0 donne la solution qui se trouve à l’endroit cité.
m = 2 donne d’où
n . . . . . . . . . . . = 5.
Pour former la septieme puissance de 3.
m = 1 donne la solution qui se trouve à l’endroit cité.
m = 3 donne d’où
n . . . . . . . . . . . = 9.
m = 5 donne d’où
n . . . . . . . . . . . = 3.

16. Si l’on vouloit une démonstration, on peut s’en procurer une fort simple. Pour cela, qu’on prenne dans celle qu’on voudra des formules l’expression de p & de n pour le premier terme & pour le nombre des termes d’une progression arithmétique dont la différence soit 2, & qu’on se donne la peine d’en faire la somme ; on trouvera pour dernier résultat , c’est-à-dire la puissance cherchée.

17. Ce qu’on connoissoit jusqu’à-présent de cette propriété de la suite des impairs ne pouvoit être d’un grand secours, & ne dispensoit pas de recourir à la pratique usitée pour former les puissances même d’un exposant pair, toutes les fois que exprimoit un nombre impair. Ayant à former par exemple la dixieme puissance de 7, il falloit préalablement trouver , qui indique le nombre des termes dont la somme est . En un mot on ne pouvois se passer de la méthode ordinaire que dans le seul cas (assez rare) où e est une puissance de 2.

De plus, on ne soupçonnoit pas que la progression subalterne, dont la somme est la puissance d’un exposant pair cherchée, se trouvât ailleurs qu’à l’origine de la suite principale. On tenoit, il est vrai, une solution de cette partie la plus exposée en vûe du problème ; mais on ne s’avisoit pas qu’il y en eût d’autres : or il y en a, comme on l’a vû, autant que exprime d’unités.

18. Nommant s le nombre des termes qui précedent p dans la suite générale des impairs, & qu’il faut sauter vers l’origine pour monter jusqu’à lui ; on aura (par la nature des progressions) 25 + 1 = p : & substituant cette valeur dans , on trouvera la somme de la progression ou . Mais on a aussi, comme il est évident,  ; & d’ailleurs (n°. 12.)  : donc . C’est-à-dire que

« Si au nombre des termes de la suite subalterne dont la somme est une puissance quelconque , on ajoûte le double du nombre de ceux qui en précédent le premier dans la suite générale ; il en résulte une puissance complette de r, dont l’exposant est invariablement  ».

Théorême assez singulier ! car il ne s’agit nullement ici de la valeur même des termes, mais simplement de leur nombre.

Dans l’exemple du n°. 9 n = . . . . . . . . . . . 27 or
 ; d’où 2 s = 54

Article de M. Rallier des Ourmes.


Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « impair »

Im… négatif, et pair, lat. impar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin impar (« inégal, dissemblable ; qui n’est pas pair »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « impair »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
impair ɛ̃pɛr

Citations contenant le mot « impair »

  • Une assemblée pour décider doit avoir une nombre impair, mais trois, c'est déjà trop. De Ferdinand Foch
  • Pour prendre une décision, il faut être un nombre impair de personnes, et trois c'est déjà trop. De Georges Clemenceau
  • Hier, quand le Premier Ministre ne voulait pas se mouiller, on lui donnait un parapluie. Aujourd’hui, quand il se mouille, on lui prête un impair ! De Jacques Faizant / Chaud devant !
  • Si le nombre pair de douze a été fixé pour chiffrer le total des membres d'un jury d'assises, c'est pour éviter à celui-ci de commettre un impair. De Pierre Dac
  • CAC 40 : Oups, les investisseurs hésitent, achat ou vente ? Jour pair achat, impair vente ? Guide Epargne, Jour impair, la Bourse de Paris hésitante (+0,04%) devrait être en hausse : Actualités des marchés
  • L’explication tient aux poids des villes les plus petites dans les conseils intercommunaux. Comme elles ne disposent que d’un siège au sein de ces instances, elles n’envoient qu’un représentant qui est généralement le maire. Lequel se trouve, tout aussi généralement, être un homme. La règle de l’alternance homme-femme est respectée dès qu’une ville dispose d’au moins deux sièges. Seul bémol, elle ne permet pas d’assurer la parité si elle envoie un nombre impair de représentants. Mediacités, Lille, métropole la plus macho de France | Mediacités
  • Ne soyez pas surpris de voir de nombreux véhicules techniques de tournage investir la place du Général-de-Gaulle et la rue des Processions à Bousbecque, à compter de ce vendredi, et pour une semaine. Le stationnement est d’ailleurs interdit du 17 au 24 juillet sur les places en épi de la rue des Processions et les places longitudinales, côté impair de la place. La Voix du Nord, La saison 2 de la série Têtard en tournage à Bousbecque
  • L’ancienne enseignante souligne aussi devoir veiller au moindre impair, notamment à l’étranger, en citant en exemple la commémoration de l’Appel du 18 juin à Londres : « Au dernier moment, j’ai dû me faire opérer des yeux, j’ai dû le dire à la princesse Camilla, sinon il y avait un petit souci diplomatique », explique-t-elle. , Brigitte Macron dénonce « les mensonges et les fantasmes » sur le couple présidentiel
  • [mise à jour le 13 mai] Les horaires d’ouverture des déchèteries sont étendus mais il y a des files d'attente. Les règles sont strictes : accès jour pair / jour impair en fonction des immatriculation des véhicules. Les gants et le masque sont obligatoires. MET', MET' – Déchèteries : lisez les conditions d’accès avant d’y aller
  • Le ministre de l’Intérieur a démenti une rumeur ayant circulé hier selon laquelle les FSI n’imposeront plus d’amendes aux infractions au règlement de la circulation alternée pair-impair, imposée dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Le règlement est toujours en vigueur, a-t-il dit. L'Orient-Le Jour, Pair-impair : ça marche toujours - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « impair »

Langue Traduction
Anglais odd
Espagnol impar
Italien dispari
Allemand seltsam
Chinois
Arabe غريب
Portugais ímpar
Russe странный
Japonais 奇数
Basque bakoitiak
Corse strano
Source : Google Translate API

Synonymes de « impair »

Source : synonymes de impair sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « impair »

Partager