La langue française

Pair

Sommaire

  • Définitions du mot pair
  • Étymologie de « pair »
  • Phonétique de « pair »
  • Citations contenant le mot « pair »
  • Traductions du mot « pair »
  • Synonymes de « pair »
  • Antonymes de « pair »

Définitions du mot pair

Trésor de la Langue Française informatisé

PAIR1, subst. masc.

A. −
1. Personne de même situation sociale, de même titre, de même fonction qu'une autre personne. Être condamné, jugé par ses pairs; être, se trouver parmi ses pairs. Nul ne vous ressemble dans nos lettres françaises. Vous n'avez pas de pair. Vous comparer à quelqu'un, c'est vous fausser ou fausser l'autre. Ce qu'il y a de certain, c'est que vous êtes un maître (Loti,Journal, 1878-81, p.217).Henri de Régnier est le pair de ces grands poètes [Lamartine, Vigny] et siègera dans notre admiration bien au-dessus des Parnassiens en apparence inaccessibles (Proust,Chron., 1922, p.176).Gauss −appelé par ses pairs prince des mathématiciens (Gds cour. pensée math., 1948, p.90).
Empl. adj., rare. Deux lutteurs à peu près pairs (Cladel,Ompdrailles, 1879, p.276).
Vieilli. De pair à compagnon. D'égal à égal. Parler de pair à compagnon avec qqn. Je ne me soucie pas que vous m'attiriez la société de ce vieil ivrogne, qui vit de pair à compagnon avec les paysans (Sand,Péché de M. Antoine, t.1, 1845, p.86):
1. ... Catherine eut à entrer dans les appartements du grand-duc pour remettre la paix et le bon ordre parmi ses gens, avec qui il avait l'habitude de boire, qu'il traitait de pair à compagnon, et qu'ensuite il rossait à coup de bâton ou de plat de sabre sans pouvoir les réduire... Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.2, 1862, p.200.
2. Spécialement.
a) HIST. INSTIT.
α) FÉOD. ET ANC. RÉGIME. Chacun des vassaux d'un même suzerain obligés au service de sa cour et de sa justice.
Être jugé par ses pairs; jugement par les pairs. (Avoir le) droit, pour le vassal, d'être jugé par les autres vassaux de même rang que lui. L'exigence des féodaux «d'être jugés par leurs pairs» s'applique à tous les milieux (Traité sociol., 1968, p.200).
Les douze pairs de Charlemagne. Les douze seigneurs (dont Roland) constituant, dans la tradition des chansons de geste, la garde d'honneur de Charlemagne. [Charlemagne] a le coeur triste, il s'écrie: −Roncevaux! Roncevaux! ô traître Ganelon! Car son neveu Roland est mort dans ce vallon Avec les douze pairs et toute son armée (Hugo,Légende, t.1, 1859, p.185).Charlemagne demande à ses pairs de marcher contre Renaut (Barrès,Cahiers, t.11, 1914, p.119).
Les pairs (de France). Titre surtout honorifique, donnant accès au conseil du roi, accordé aux douze principaux seigneurs du royaume, six ecclésiastiques (trois ducs et trois comtes) et six laïcs (trois ducs et trois comtes), dont le nombre s'éleva à trente-huit à la veille de la Révolution. En 1702, le maître de chapelle de musique était: «M. Charles Maurice le Tellier, archevêque duc de Reims, premier pair ecclésiastique de France, commandeur de l'ordre du St Esprit (...)» (Grillet,Ancêtres violon, t.2, 1901, p.40).Le comte de Flandre était du reste vassal du roi, et l'un des six pairs laïcs qui l'assistaient à son sacre, ayant l'honneur de lui porter l'épée (Toulet,Notes art, 1920, p.105).
β) Membre de la haute assemblée législative, entre 1814 et 1848. L'ancien secrétaire général de M. le comte de Vaize dans la dernière préfecture qu'il avait occupée avant que Louis XVIII l'appelât à la Chambre des Pairs était à Paris (Stendhal,L. Leuwen, t.3,1835,p.248).la Chambre des Pairs de 1830 comprend des membres nommés par le roi et pris obligatoirement parmi les titulaires de certains titres ou fonctions, ou grands industriels, ou grands propriétaires (Vedel,Dr. constit., 1949, p.173):
2. ... en 1815, Napoléon prononça la dissolution des deux Chambres de la monarchie restaurée, et établit un comité pour rédiger de nouvelles dispositions constitutionnelles. Celles-ci furent incorporées dans un Acte additionnel aux Constitutions de l'Empire (...). L'acte prévoyait des institutions qui ressemblaient en de nombreux points à celles de la monarchie restaurée. Le législatif comprenait une Chambre des pairs et une Chambre des représentants. Lidderdale,Parlement fr., 1954, p.20.
b) [En Grande-Bretagne] Membre de la Chambre haute du Parlement ou Chambre des Lords. Quel beau rêve n'était-ce pas pour un juge de village de se voir élever en France à une dignité pareille à celle des pairs d'Angleterre? (Sénac de Meilhan,Émigré, 1797, p.1591).
B. − [Dans des loc.]
1. Loc. verb.
a) Tirer qqn du pair, se tirer du pair (vieilli). Élever quelqu'un, s'élever au-dessus de ses semblables. Ce que je lui dois est immense: j'eusse été sans lui un coquin subalterne, et pas assez coquin pour n'être pas haï et persécuté par les autres. Il m'a fait un homme du monde (...). Je lui dois cette croix et l'apparence de services diplomatiques qui me tirent du pair (Stendhal,Rouge et Noir, 1830, p.433).
b) Mettre, ranger qqn ou qqc. de pair (avec qqn ou qqc.). Mettre au même niveau, au même rang que. Ce bon chef-d'oeuvre [Manon Lescaut] échappé en un jour de bonheur à l'abbé Prévost (...) soutient à jamais son nom au-dessus du flux des années, et le classe de pair, en lieu sûr, à côté de l'élite des écrivains et des inventeurs (Sainte-Beuve,Portr. littér., 1831, p.262).Il reste encore beaucoup à faire pour mettre l'administration postale française de pair avec les administrations étrangères: il importe notamment de remédier aux lenteurs du service dans les régions rurales et montagneuses (Pradelle,Serv. P.T.T. Fr., 1903, p.227).
c) Aller, marcher au pair/de pair (avec qqn ou qqc.). [Vieilli avec un suj. animé] Être sur un pied d'égalité (avec quelqu'un ou quelque chose). Il faut que je m'habille. Je ne veux pas aller de pair avec vos belles dames, mais il ne faut pas être ridicule (Picard,Manie de briller, 1806, p.396).Parmi les jeunes filles à la mode, nulle mieux qu'elle ne savait (...) déverser son impertinence sur tous ceux qui essayaient de marcher au pair avec elle (Balzac,Bal Sceaux, 1830, p.90).La concentration des habitations marche le plus souvent de pair avec la concentration des voies de circulation. Plus une ville est grande, plus le réseau des routes qui l'entoure est touffu (Brunhes,Géogr. hum., 1942, p 85).
2. Loc. adj.
a) Loc. adj. inv. Hors de pair, hors du pair (vieilli), hors pair. Sans égal, exceptionnel, hors du commun. On sait son histoire [de Georges de La Tour], la même que celle de Vermeer, ou du Greco. Son originalité hors pair sur le plan plastique pur l'a mis à l'abri du succès, et trop longtemps de la gloire (Faure,Hist. art, 1921, p.89).Darwin poursuivit sans relâche son effort et publia encore une série d'ouvrages, qui lui assurent une place hors de pair dans la biologie du XIXesiècle (Hist. gén. sc., t.3, vol. 1, 1961, p.546).
b) Loc. adj. variable, vieilli. Sans pair. Sans égal. On avait négligé de former son caractère [de Louis XIII] et d'élever ses idées à la hauteur du rang sans pair qu'il devait occuper (Balzac,OEuvres div., t.3, 1836, p.45).Cette autorité salutaire dont la vertu, la beauté et le mérite sans pairs constituent le privilège irréfragable (Gobineau,Pléiades, 1874, p.165).[Il est des îles de bonheur dont on garde] Mieux encor que la cité Prospère, Un souvenir de volupté Sans paire (Richepin,Paradis, 1894, p.211).
C. − Spécialement
1. ÉCON. POL.
a) Valeur nominale d'une action ou d'une obligation fixée lors de l'émission. Comme cette valeur [le cinq pour cent] dépassait le pair, l'avocat les prêcha [les Rogron] pour en opérer le remplacement en terres, leur promettant, à l'aide du notaire, de ne pas leur faire perdre un liard d'intérêt au change (Balzac,Pierrette, 1840, p.78).
Action, obligation, etc. émise, remboursée au pair. Action, obligation, etc. dont le prix d'émission ou de remboursement est égal à la valeur nominale. Cet emprunt, d'une valeur de 60 millions de francs suisses, au taux de 4 %, et d'une durée de vingt-trois ans, sera émis au pair (Le Monde, 19 janv. 1952, p.11, col. 4).Le décret du 3 messidor an III, qui vint au secours des propriétaires fonciers, maintint le paiement des loyers en assignats au pair (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.563).
b) ,,Rapport qui définit la valeur de l'unité d'une monnaie en fonction d'un bien réel (un poids d'or par exemple) ou d'une autre monnaie`` (Gestion fin. 1979).
Change au pair. Change entre monnaies étrangères, fondé sur le poids d'or fin qu'elles contiennent légalement (d'apr. Graw. 1981). On faisait le change au pair, c'est-à-dire en comptant strictement le poids du métal précieux contenu dans la monnaie. Par exemple on changeait 100 dollars contre 3952,38F. Il y a dans 100 dollars et dans 3952,38F exactement le même poids d'or (Lesourd, Gérard,Hist. écon., 1968, p.64).
2. Locutions
a) Être, se mettre au pair (vieilli). Être, se mettre à jour; ne pas avoir de retard dans son travail, dans ses occupations. Mon traité avec elle [la Revue des Deux Mondes] est expiré, je suis à peu près au pair dans mes comptes, ou tout au moins très à même de payer la différence (Sand,Corresp., 1858, p.143).
b) Être, travailler au pair. Recevoir la nourriture et le logement en échange d'un travail fourni. Jeune fille au pair. Sylvie Rogron fut envoyée à cent écus de pension en apprentissage (...). Deux ans après, elle était au pair: si elle ne gagnait rien, ses parents ne payaient plus rien pour son logis et sa nourriture (Balzac,Pierrette, 1840, p.17).
Prononc. et Orth.: [pε:ʀ]. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 980 souvent employé avec l'adj. poss. peer «semblable» (Jonas, éd. G. de Poerck, vo, 28), ne survit guère que dans des loc.: ca 1170 Sanz Per «sans égal» (Marie de France, Lais, Milon, éd. J. Rychner, 340); 1534 hors du per «id.» (Marot, Rondeaux, éd. C. A. Mayer, LXIV, 22 var. M); 1718 hors de pair (Ac.); 1896 hors pair (Verlaine, OEuvres posthumes, Voyages en France, VI, t.3, p.121); ca 1580 aller du pair avec «être sur un pied d'égalité avec» (Du Vair, Medit. sur Job, ch. 9 ds Hug.); av. 1615 aller de pair avecques (Pasquier, Recherches, éd. d'Amsterdam, 1723, 650); 2. 1578 comm. pair «valeur du change d'une monnaie» (J. Bodin, Disc. sur le rehaussement et diminution des monnaies, Paris ds Gdf.); 3. a) 1835 fig. (Ac.: Être au pair, N'avoir point de travail en arrière); 1875 se mettre au pair «se mettre à jour (dans ses affaires)» (Lar. 19e); b) 1840 être au pair (Balzac, loc. cit.). B. 1. Ca 1050 per «personne de même condition» (Alexis, éd. Chr. Storey, 18); 1160-74 en liaison avec compagnon (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 4063: en seronz et compaingnon et per); 1549 per a compaignon «d'égal à égal» (Est., s.v. compaignon); 1668 de per à compagnon «en se considérant comme l'égal de qqn» (La Fontaine, Fables, livre IV, fable 5, 13); 2. ca 1100 les douze pairs (de Charlemagne) (Roland, éd. J. Bédier, 262); ca 1100 «grands vassaux de la couronne» (ibid., 2865); 1258 per de France «celui qui possédait des terres érigées en pairies et qui avait droit de séance au Parlement de Paris» (28 mai Tr. d'Abbev., A.N. J 629, pièce 4 ds Gdf. Compl.); 3. 1704 (Trév.: Pair, en Angleterre est un Seigneur qui a droit de seance et de suffrage à la Chambre haute du Parlement); 1814 Pair «en France, membre de la Chambre des pairs instituée par la Charte de 1814» (Charte constitutionnelle du 4 juin, art. 28 ds M. Duverger, Constitutions et documents politiques, p.83); 1814 Pair de France, Chambre des Pairs (ibid., art. 27, p.83 et art. 24, p.82). Du lat. par, paris «égal (en quantité, dimension, valeur)», att. comme subst. au sens de «compagnon, personne de même rang» et en lat. médiév. «homme du même seigneur» 856 ds Nierm. Au sens A 1 pair a été supplanté par pareil* et égal*. B 3 par l'intermédiaire de l'angl. peer «id.» (1382 ds NED), lui-même empr. au fr. pair. Fréq. V. pair2.

PAIR2, PAIRE, adj. et subst. masc.

I. − Adj. Anton. impair.
A. − MATH. Qui est divisible par deux en donnant deux entiers égaux. Indice pair. 5 sera le nombre du mariage, somme du premier nombre pair qui est 2 et du premier nombre impair qui est 3 (l'unité demeurant hors série) (Gds cour. pensée math., 1948, p.524).La majorité est la moitié plus un des membres en exercice; lorsque ce nombre est impair elle se calcule sur le chiffre pair immédiatement inférieur. Ainsi, si ce nombre est de 11, la majorité sera de 6 (Fonteneau,Conseil munic., 1965, p.108):
. Comme le total de ces mois donnait 354 jours [dans le calendrier des Anciens Romains] et que le nombre pair était réputé fatal, on voulut, pour la même raison qu'on avait fait les mois impairs, donner aussi à l'année 355 jours. Pour cela, on en ajouta un au dernier mois qui, de 27, en eut forcément 28, et dès lors, à cause de ce chiffre pair, fut réputé mois fatal. Chauve-Bertrand,Question calendrier, 1920, p.61.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. V. impair ex. de Ch. Blanc et d'Arnoux.
Fonction paire. Fonction dont la valeur ne change pas lorsqu'on change le signe de la variable. La fonction est paire quand on a: F(x) = F(-x) (Bouasse,Acoust. gén., 1926, p.2).
B. − Qui est représenté par un nombre pair, qui porte un nombre pair. Jours pairs. Je souligne 34, parce qu'ici les nosse ressemblent, sans se suivre par pairs et par impairs, mais papillonnent scandaleusement au gré du vent (Verlaine,Corresp., t.1, 1872, p.85).Sur les épreuves en pages, elles [les corrections] s'inscrivent de préférence dans la marge extérieure: droite pour les pages impaires, gauche pour les pages paires (Gouriou,Mémento typogr., 1961, p.7).Certaines duites sont tendues et d'autres sont lâches. Les duites tendues séparent les fils de chaîne pairs des fils impairs et le divisent [le tapis] en deux rangées, l'une supérieure, l'autre inférieure (Thiébaut,Fabric. tissus, 1961, p.119).
[P.méton. du subst.] Nous entrâmes successivement dans tous les bars de la rue, en commençant par le côté pair (Fargue,Piéton Paris, 1939, p.141).
MUS. Tons, modes pairs. Tons, modes plagaux figurés dans les tables par des nombres pairs. Les modes plagaux ou pairs ont leur finale à peu près au milieu de l'échelle (Bouasse,Acoust. gén., 1926, p.67).
CH. DE FER. Voie paire. Sur une ligne à deux voies, voie dont le sens de circulation se dirige vers l'origine de la ligne. Synon. voie descendante*; anton. voie impaire*, voie montante*.V. impair C 5 ex. de Albitreccia.
C. − Dont les éléments sont en nombre pair.
1. ANAT. Qui a son double symétrique. Nerf pair. [Le larynx] est formé de trois muscles, l'un impair horizontal et les deux autres pairs, allant de la base d'un aryténoïde au sommet de l'autre (Baratoux,La Voix, 1912, p.8).[Le sac impair] devient énorme chez les Alouates (...) où il coexiste avec des sacs pairs qui se dirigent dorsalement (E. Perrier,Zool., t.4, 1932, p.3465).En 1950-53, Gabe met en évidence dans le céphalon de certains crustacés une glande endocrine paire, l'organe Y ou glande de mue (Hist. gén. sc., t.3, vol. 2, 1964, p.675).
2. MUS. En nombre pair de temps. Si la mesure est paire l'appoggiature s'attribue la moitié de la valeur de la note qu'elle est destinée à orner (Garcia,Art chant, 1840, p.73).
II. − Subst. masc., JEUX (de hasard). Le(s) pair(s). L'ensemble des numéros pairs. Anton. impair.Jouer (les) pair(s). V. impair II A ex. de Balzac.
En partic. Pair et/ou impair (v. impair II A). Synon. (jouer) à pair ou non.L'existence même de la Russie se joue en ce moment à pair ou non (J. de Maistre,Corresp., 1812, p.225).Tu as des écus, tant mieux pour toi!... Tiens, je te joue dix sous à pair ou non (Kock,Pucelle, 1834, p.9).
REM.
Pairement, adv.,rare, math. Nombre pairement pair. ,,Nombre pair, dont la moitié est aussi un nombre pair, ou, ce qui revient au même, nombre divisible par quatre. Huit, douze sont des nombres pairement pairs`` (Ac.).
Prononc. et Orth.: [pε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Mil. xiiies. «divisible par deux» (Algorisme, éd. E. G. R. Waters ds Isis, vol. 11, 1, p.76); 1288 per ou nonper «jeu de dé» (Jehan de Journi, Dîme de pénitence, 2594 ds T.-L., s.v. nonper). Du lat. par, paris «id.».
STAT.Pair1 et 2, paire adj. fém., paire subst. fém. Fréq. abs. littér.: 1076. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3308, b) 1000; xxes.: a) 671, b) 812.

Wiktionnaire

Nom commun

pair \pɛʁ\ masculin

  1. Personne de même condition et de même rang dans l’état.
    • Le trisaïeul de son trisaïeul était l’égal, le compagnon, le pair du roi ; à ce titre il est lui-même d’une classe privilégiée, celle des gentilshommes […] — (Hippolyte Taine, Philosophie de l’art, Germer Baillière, Paris, 1865, page 134)
    • Je crois que je tiens monseigneur. L’algarade de cette nuit où j’ai fait coup double m’a mis hors de pair. — (Michel Zévaco, Le Capitan, ch. XLVIII, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907) → voir hors pair
    • Être jugé par ses pairs. — Ses pairs ont approuvé sa décision.
    • Elle l’appelait « chef » pour la première fois, entrevoyant que la substitution des contrats lui ouvrait la voie à une position nouvelle, où elle traiterait désormais avec lui de pair à compagnon. — (Christophe Carlier, L’Euphorie des places de marchés, Serge Safran Éditeur, Paris, 2013, p. 169)
  2. (Histoire) (Noblesse) Titre de dignité porté au Moyen Âge par les grands vassaux du roi.
    • Il y avait six pairs ecclésiastiques. — Les douze pairs de France.
  3. (Histoire) Seigneur qui possédait des terres érigées en pairies et qui avaient droit de séance au parlement de Paris.
    • La cour des pairs. — Le roi fit tel seigneur duc et pair.
  4. (Histoire) Membre de la Chambre des pairs en France de 1815 à 1848.
    • Je vais aller prendre des leçons près d’elle : elle a su faire d’un mari bien médiocre un pair de France, d’un homme nul une capacité politique. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ansch. III, Paris, 1832 ; p. 81)
    • […] l’assassinat de la duchesse de Praslin, par son mari, pair de France, accrurent l’irritation publique. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
  5. Membre de la Chambre des Lords en Angleterre.
    • Aussi l’Angleterre admet-elle les majorats dans les grandes familles, chez les pairs du royaume, tandis que la France défend aux parents d’exhéréder leurs enfants, ne leur laisse la libre disposition de ce qu’ils possèdent que dans de certaines limites […] — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, E. Juven, Paris, 1908, p. 22)
  6. Mâle ou femelle de certains oiseaux, et particulièrement de la tourterelle, en parlant de l’un par rapport à l’autre.
    • Quand la tourterelle a perdu son pair.
  7. (Économie) Parité de change qui résulte de la comparaison du prix d’une espèce dans un pays avec le prix de la même espèce dans un autre pays.
    • Le change est au pair.

Adjectif

pair \pɛʁ\

  1. Qui est égal, semblable, pareil.
    • C’est un homme sans pair.
  2. (Mathématiques) Dont la division par deux résulte en un nombre entier.
    • Le nombre deux est le seul nombre pair qui soit premier.
    • La série paire, la série impaire des numéros.
    • Années paires.
    • ARGAN : Monsieur, combien est-ce qu’il faut mettre de grains de sel dans un œuf ?
      MONSIEUR DIAFOIRUS : Six, huit, dix, par les nombres pairs, comme dans les médicaments, par les nombres impairs.
      — (Molière, Le Malade imaginaire, acte II, scène 6, 1673)
  3. (Mathématiques) Un nombre entier est dit pair quand il est divisible par deux. Par exemple, dix est un nombre pair.
  4. (Mathématiques) Se dit d’une fonction à variable réelle qui prend la même valeur en un réel donné qu’en l’opposé de ce réel donné.
    • La fonction cosinus est paire.
  5. (Anatomie) Qui présente une symétrie bilatérale.
    • Le cerveau, constitué de deux hémisphères peu ou prou identiques, est un organe pair.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PAIR. adj. m.
Qui est égal, semblable, pareil. C'est un homme sans pair. Il se dit substantivement des Hommes de même condition et de même rang dans l'État. Vivre avec ses pairs. Être jugé par ses pairs.

DE PAIR, loc. adv. D'égal, d'une manière égale, sur le même rang. Il marchait de pair avec les grands seigneurs. Il va de pair avec les plus savants. Vivre avec quelqu'un, traiter quelqu'un de pair à compagnon, Le traiter comme si on était son égal. Cela se dit plus ordinairement en parlant d'un Inférieur qui vit trop familièrement avec une personne qui est au-dessus de lui.

HORS DE PAIR, loc. adv. Au-dessus de ses égaux. Il s'est mis, il s'est tiré hors de pair.

PAIR se dit, en termes d'Arithmétique, de Tout nombre qui peut se diviser exactement par le nombre deux. Deux, quatre, six sont des nombres pairs. Dans ce sens, Pair a un féminin. La série paire, la série impaire des numéros. Années paires. Pair et impair, Sorte de jeu qui se joue avec trois dés.

PAIR se dit encore substantivement du Mâle ou de la femelle de certains oiseaux, et particulièrement de la tourterelle, en parlant de l'un par rapport à l'autre. Quand la tourterelle a perdu son pair. Il désigne, en termes de Commerce, l'Égalité de change qui résulte de la comparaison du prix d'une espèce dans un pays avec le prix de la même espèce dans un autre pays. Le change est au pair. En termes de Bourse,

PAIR se dit de l'Égalité entre le capital nominal d'une valeur et son cours actuel. Acheter une valeur au pair. La rente est au pair. Fig., Être au pair, N'avoir point d'arriéré dans ses occupations. J'étais en retard dans mon travail, maintenant je suis au pair, je me suis mis au pair. Figurément et adverbialement, Prendre quelqu'un au pair, Employer quelqu'un sans lui donner d'autre rémunération que son logement et sa nourriture.

PAIR était aussi un Titre de dignité que portaient les Grands vassaux du roi. Il s'est dit plus tard de Ceux qui possédaient des terres érigées en pairies et qui avaient droit de séance au parlement de Paris. Il y avait six pairs ecclésiastiques. L'archevêque de Reims était le premier duc et pair. La cour des pairs. Le roi fit tel seigneur duc et pair. Il s'est dit encore des Membres de la Chambre qui, sous la monarchie constitutionnelle, exerçait la puissance législative avec le roi et la Chambre des députés. La chambre des pairs. Les pairs de France. Les Douze pairs de France ou de Charlemagne, se dit, dans les Chansons de geste, de Douze preux que l'on suppose attachés à la personne de Charlemagne, comme ses lieutenants et les plus braves chevaliers de ses armées.

Littré (1872-1877)

PAIR (pêr, pê-r') adj.
  • 1Égal, semblable, pareil ; ne se dit plus, en ce sens, que dans la locution : sans pair. Elles [deux chèvres] avaient la gloire De compter dans leur race, à ce que dit l'histoire, L'une certaine chèvre au mérite sans pair…, La Fontaine, Fabl. XII, 4. Paris sans pair n'avait en son enceinte Rien dont les yeux semblassent si ravis Que de la belle, aimable et jeune Aminte, La Fontaine, Aveux indiscrets. Pour ce seul point croirais qu'on l'a nommée Paris sans pair…, Rousseau J.-B. Allég. II, 1.
  • 2 Terme d'arithmétique. Nombre pair, nombre divisible par deux.

    Qui est d'un rang pair, en arithmétique. Les tranches paires des chiffres d'un nombre, c'est-à-dire la deuxième, la quatrième, etc. Des années paires. Cela fit 57 jours, dont ils [les Romains] composèrent deux nouveaux mois, janvier de 29 et février de 28, qui, parce qu'il était le seul qui fût pair, devint un mois malheureux ; on le dédia aux morts, il fut le mois des expiations, Bailly, Hist. astr. anc. p. 436.

    Pair ou non, jeu où l'on donne à deviner si le nombre des objets qu'on tient dans la main est pair ou impair. On te propose pair ou non ; tu choisis pair, et tu n'en vois pas le motif, Voltaire, Newt. I, 4. B : Quoi ! lorsque je joue à pair ou non, j'ai une raison de choisir pair plutôt qu'impair ! - A : Oui, sans doute, Voltaire, Dict. phil. Liberté.

    Pair et impair, sorte de jeu qui se joue avec trois dés.

    Sur le turf, pair ou impair, pari consistant à choisir, d'après les chances des chevaux engagés, la série paire ou la série impaire.

    Se dit, à la belle, de la totalité des nombres pairs des six premières et six dernières colonnes droites. Pairs du grand côté, nombres pairs que contiennent les six dernières colonnes droites.

    Terme de plain-chant. Ton ou mode pair, se dit des quatre tons plagaux.

    Terme d'histoire naturelle. Qui est divisible en deux parties ayant entre elles des rapports marqués de disposition et placées des deux côtés d'un plan. Des folioles paires.

  • 3S. m pl. Dans le régime féodal, les pairs, ceux qui étaient de même condition. On devait être jugé par ses pairs. Il faut même que les juges soient de la condition de l'accusé, ou ses pairs, Montaigne, Esp. XI, 6. Il ne vous appartient point de décider ; si vous le faites, je me pourvoirai devant mes pairs, Voltaire, Mœurs, 51. Quels juges, dites-moi, pourrais-je reconnaître ? Où sont mes pairs ici ? les rois seuls peuvent l'être, P. Lebrun, Marie Stuart, I, 7.

    Aujourd'hui, les pairs, les égaux. Vivre avec ses pairs. Il est équitable, il juge ses pairs, Rousseau, Ém. IV. Il est agréable d'être jugé par ses pairs, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 22 août 1772.

    Au sing. Ne se dit que dans cette locution : pair et compagnon. La Vienne était un gros homme, frais, rustre, très volontiers brutal, pair et compagnon avec tout le monde, Saint-Simon, 52, 123.

    De pair à compagnon, sur le pied de l'égalité, surtout en parlant d'un inférieur qui vit trop familièrement avec une personne qui est au-dessus de lui. Ce chien, parce qu'il est mignon, Vivra de pair à compagnon Avec monsieur, avec madame ! La Fontaine, Fabl. IV, 5. Me voilà donc côte à côte de mon ami de qualité, et de pair à compagnon avec un homme à qui par hasard j'aurais fort bien pu cinq mois auparavant tenir la portière ouverte de ce carrosse, Marivaux, Pays. perv. part. V.

  • 4Le mâle ou la femelle de certains oiseaux, et particulièrement de la tourterelle. La tourterelle a perdu son pair.
  • 5Dans le régime féodal, les principaux vassaux d'un seigneur, qui avaient entre eux également droit de juger avec lui. Les pairs du comte de Toulouse. Si le seigneur n'avait point de pairs, ou n'en avait point assez, il pouvait, à ses frais, emprunter des pairs de son seigneur suzerain, Montesquieu, Esp. XXVIII, 27.

    Chacun des grands vassaux du roi. Il y avait six pairs ecclésiastiques. Il faut remarquer que ces six pairs ecclésiastiques furent les seuls de leur ordre qui eurent le nom de pairs depuis Louis le Jeune, par la seule raison que, sous ce prince, ils étaient les seuls évêques qui tinssent de grands fiefs immédiatement de la couronne, Voltaire, Hist. parl. IX.

    Les douze pairs de France ou de Charlemagne, se dit, dans les romans de chevalerie, de douze paladins que l'on suppose avoir été attachés à la personne de Charlemagne, comme les plus braves chevaliers de ses armées. Les faits d'un roi [Louis XIV] plus grand en sagesse, en vaillance, Que Charlemagne aidé des douze pairs de France, Boileau, Ép. X.

    Plus tard, ceux qui possédaient des terres érigées en pairies et qui avaient droit de séance au parlement de Paris. Les douze pairs de France. Ceux qui disent que les pairs du royaume ne peuvent être jugés par les pairs et par le roi, sans le parlement de Paris, me paraissent ignorer l'histoire de France, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 8 août 1770. On sait que le duc d'Alençon a été le premier pair de France au jugement duquel le parlement ait pris part, Boissy D'Anglas, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 568. " Loin de nous la pensée de casser et de regarder comme frivole le jugement des douze pairs, par lequel le roi d'Angleterre [Jean sans terre] a été jugé et dépouillé de la Normandie (paroles de la noblesse française, en réponse à Louis IX, en 1252) ; " telle est la circonstance où, pour la première fois, les douze pairs sont cités dans l'histoire ; vainement chercherait-on l'indication de cette dignité dans un acte public, ou dans une charte particulière, antérieure à ce procès, Beugnot, Olim, Préface, p. XLIX.

    Fig. Satan dit un jour à ses pairs : On en veut à nos hordes, Béranger, Miss.

    Duc et pair, seigneur qui avait le titre de duc et celui de pair. Il [Mopse] entre dans une assemblée, se place où il se trouve… on l'ôte d'une place destinée à un ministre, il s'assied à celle du duc et pair, La Bruyère, II. J'ai fait plus que maint duc et pair Pour mon pays que j'aime, Béranger, Vivand.

    Membre de la chambre haute en Angleterre. Les pairs, en Angleterre, sont depuis longtemps des gentilshommes comme en France ; mais ils n'ont point de pairie, point de terre à laquelle ce titre soit attaché, Voltaire, Hist. parl. VIII. Ministres suprêmes des lois dans la chambre des pairs, quelquefois même législateurs, nous rendons également justice au peuple et au roi, et nous ne souffrons point que personne dise, Dieu et mon épée, mais seulement Dieu et mon droit, Rousseau, Hél. I, 62.

    Membre de la chambre haute en France sous la Restauration, pendant les Cent-Jours, et sous le règne de Louis-Philippe.

  • 6 Terme de commerce. Le pair, l'égalité de change des espèces de différents pays. Lorsque le change est plus bas que le pair, un négociant peut, sans diminuer sa fortune, remettre ses fonds dans les pays étrangers, Montesquieu, Esp. XXII, 10. Le pair du change entre deux pays est la somme de monnaie de l'un qui est, en valeur intrinsèque, précisément égale à une somme de monnaie de l'autre, c'est-à-dire qui contient un poids égal d'or ou d'argent au même titre, De Waru, Enquête sur la banque, 1867, p. 177.

    Pair réel, celui qui résulte de la comparaison du titre, du poids et du cours d'une espèce d'un pays, avec le titre, le poids et le prix d'une autre espèce dans un autre pays.

    Pair politique, celui qui résulte de la combinaison des prix de change de plusieurs places, et par le moyen duquel les banquiers découvrent des prix d'égalité qui les déterminent dans leurs opérations.

    Le change est au pair, il est égal de part et d'autre, en sorte que, pour une somme qu'on donne en un endroit, on reçoit pareille somme dans un autre. Lorsque même titre et même poids d'argent en France me rendent même poids et même titre en Hollande, on dit que le change est au pair, Montesquieu, Esp. XXII, 10.

  • 7 Terme de bourse. Le pair, parité entre le capital d'une action, ou d'une obligation, ou d'une rente, et le prix vénal de cette action, de cette obligation, de cette rente à un moment donné.

    La rente est au pair, elle se vend et s'achète au prix indiqué par son nom. Le 3 p. 100 est au pair quand on donne 100 francs pour avoir 3 francs de rente.

  • 8Au pair, au courant de la besogne. Je n'ai pas de besogne arriérée, je suis au pair.
  • 9De pair, loc. adv. Sur le même rang. La postérité fait marcher de pair l'excellent poëte et le grand capitaine, Racine, Réponse au disc. de réception de Th. Corneille. L'homme coquet et la femme galante vont assez de pair, La Bruyère, III. Assez coquette pour ne rebuter personne, assez magnifique pour vouloir aller de pair avec celles qui l'étaient le plus, Hamilton, Gramm. 6. La petite ridicule ! une nièce vouloir aller de pair avec sa tante ! Dancourt, Chev. à la mode, I, 3. Vous êtes Grand Seigneur, et moi je suis jolie, On peut aller de pair, Favart, Soliman II, II, 3. Là [dans une maison de jeu], sans distinction on voit aller de pair Le laquais d'un commis avec un duc et pair, Regnard, le Joueur, III, 6. Passer de chez un petit maître au service d'une héroïne de théâtre, c'est être toujours dans le même monde ; nous allons de pair avec les gens de qualité, Lesage, Gil Bl. III, 9. Cherchant les courtisans et les gens du bel air, Imitant leur exemple et les traitant de pair, Campistron, Jaloux désabusé, I, 1. Rien dans la nature ne peint mieux la puissance et les droits du courage, que de voir ce petit oiseau [la pie-grièche], qui n'est guère plus gros qu'une alouette, voler de pair avec les éperviers, les faucons et tous les autres tyrans de l'air, sans les redouter, et chasser dans leur domaine sans craindre d'être puni, Buffon, Ois. t. II, p. 68.

    Il se dit aussi des choses. La mollesse et le plaisir ont trouvé le secret d'aller de pair avec la valeur et le courage, Massillon, Or. fun. Louis XI. Oh ! je ne sache point d'aventure qui aille de pair avec la vôtre, Marivaux, Surpr. de l'amour, I, 8.

    Dans la première moitié du XVIIe siècle, on préférait du pair. …C'était un Nabis qui pourlors était tyran de Lacédémone, mais qui, si on le laissait faire, le serait bientôt de toute la Grèce, et tel qu'il irait du pair avec les plus cruels et les plus avares dont on eût jamais ouï parler aux siècles passés, Malherbe, Le XXXIIIe livre de T. Live, ch. 44. Que se peut-il ajouter à cette impudence, sinon qu'ouvertement ils se plaignent que les dieux sont au-dessus de l'homme, et qu'ils ne l'ont pas fait aller du pair avec eux ? Malherbe, le Traité des bienf. de Sénèque, II, 29. Je vous dis ceci afin que… vous descendiez quelquefois de votre Angoulême, où vous allez du pair avec nos tours et nos clochers, Guez de Balzac, liv. I, lett. 6. Dès vos premiers exploits, vous ayant mis avec raison du pair avec Alexandre et voyant que de jour en jour vous vous élevez davantage ; en vérité, monseigneur, nous ne saurions où vous mettre…, Voiture, Lett. 181. Il n'y a rien qui mette plus subitement un homme à la mode, et qui le soulève davantage que le grand jeu : cela va du pair avec la crapule, La Bruyère, XIII.

  • 10Hors de pair, hors du pair, loc. adv. Au-dessus de ses égaux, au-dessus des choses semblables. J'aime bien mes autres enfants, comme vous aimez fort M. de Sévigné, mais assurément nos deux filles sont hors du pair, Bussy-Rabutin, Let. à Mme de Sév. 3 janv. 1676. Dès lors il ne fut plus question du chœur en intermède, jusqu'à l'Athalie de Racine, pièce unique dans son genre et absolument hors de pair, Marmontel, Élém. de litt. t. VI, p. 125.

    Tirer du pair ou de pair, distinguer. Elle tirera particulièrement hors du pair et mettra au-dessus de toutes choses la personne de monseigneur le duc d'Orléans, Guez de Balzac, Discours à la régente. La reine traita Monsieur de perfide, et elle ne me tira de pair que pour me faire encore plus sentir qu'elle ne me traitait pas mieux, Retz, III, 322. J'ai cherché les moyens… De pouvoir garantir mon front de tous affronts, Et le tirer de pair d'avec les autres fronts, Molière, Éc. des f. IV, 7.

    Il s'est tiré du pair, il est hors du pair, se dit d'un homme qui s'est élevé au-dessus des autres. Si je résiste à chose si gentille, J'atteins le comble et me tire du pair, La Fontaine, Diable. Ils [les pharisiens] se tiraient hors du pair ; et, comme s'ils eussent été les seuls impeccables, ils parlaient toujours des pécheurs et des publicains, Bossuet, Serm. Jugem. hum. 1. Ô homme puissant et superbe, qui pensiez par votre grandeur vous être tiré du pair, Bossuet, Serm. Ambition, 1. S'aller tirer du pair de ses patients compatriotes, Hamilton, Gramm. 9.

REMARQUE

L'Académie ne donne l'adjectif pair qu'au masculin ; mais, comme on voit, il s'emploie aussi au féminin.

HISTORIQUE

Xe s. Ne aiet niuls [nul] male voluntatem contra sem peer, Fragm. de Valenc. p. 469.

XIe s. Si home volt derainer covenant de terre vers soun seignor par ses pers de la tenure meimes que il apeled à testimoines…, Lois de Guill. 27. Li douze per mar i seront jugez, Ch. de Rol. XVIII. Et Pinabel mon ami et mon per, ib. XXVI. [Il a] Ceinte Joyeuse [épée de Charlemagne], onque ne fut sa per, ib. CLXXIX. Qui me jura comme sa per [femme] à prendre, ib. CCLXX.

XIIe s. Dunc ad fait l'aspotolies [le pape] al rei Henri aler L'arcevesque Willame de Sanz qui mult ert ber ; De bunté e d'onur n'out en France sun per, Th. le mart. 113.

XIIIe s. Sire, car faites mander Vos barons et accorder [mettre d'accord] ; Et viennent avant li per, Qui suelent France guier, Hues de la Ferté, Romancero, p. 191. Car cele [je] veuil avoir à moillier et à per, Berte, III. Et s'assamblerent li per et li baron de France pour faire roi del ainsné frere, Chr. de Rains, p. 2. Zephirus, li dous vens sans per, la Rose, 6113. Li meres [maire] et la commune d'une vile establirent que là où il avoient douze pers, que il n'en i auroit que deus, Liv. de just. 12. Et por ce, qui prent arbitres, il les doit penre non pers, car l'opinion du plus doit passer, Beaumanoir, XLI, 5. Au mangier estoit droiz serjenz, Après mangier estoit compains, De toutes bones teches plains, Pers aus barons, aus povres peires, Et aus moiens compains et freres, Rutebeuf, 44.

XVe s. Chascun se doit à son per assembler, Pour vivre jà non dissemblablement, Deschamps, Fou est vieux homme. Par ce point ilz eurent du vin Par fine force de tromper, Sans aller parler au devin, Ilz repurent per ou non per, Villon, Repues fr.

XVIe s. Vous et moy ferons ung nouveau pair d'amitié, telle que feut entre Enée et Achates, Rabelais, Pant. II, 9. Pythagoras, par le numbre par ou impar des syllabes d'ung chascun nom propre, expousoit…, Rabelais, ib. IV, 37. J'entreprends d'aller à pair quand et eulx…, Montaigne, I, 156. Les causes qui appartiennent à la jurisdiction des pairs, Montaigne, I, 322. Nous les voyons aller à pair de vaillance avecques la noblesse, Montaigne, III, 50. En ce pair [parallèle] il se trouveroit une plus vraysemblable disparité à l'advantage du Romain, Montaigne, I, 155. Qui les eust attaquez pair à pair, et d'armes et de nombre…, Montaigne, IV, 19. Je hais la pauvreté à pair de la douleur, Montaigne, IV, 77. Par l'ancien establissement, il y avoit en France douze pairs, six ecclesiastiques et six laïcs, Loysel, 16. Pairs sont compagnons tenans fief d'un mesme seigneur, l'un desquels est nommé par le seigneur, et l'autre par le vassal ; et, s'ils ne s'accordent, ils en prennent un tiers, Loysel, 565. Une ville qui contestoit de per à per avec celle de Rome, Amyot, Cam. 14. Ceux-ci respondirent qu'ils vouloient prendre leur pair sur le jeu du mareschal [voir ce qu'il ferait pour agir en conséquence], D'Aubigné, Hist. II, 313. Ils ne demandent autre chose que cette couleur et bonne occasion pour se tirer du pair et en couvrir ou colorer leur repentance, Sat. Mén. p. 92. Vous commençastes à marcher du pair avec vostre maistre, ib. p. 136.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PAIR. - REM. Ajoutez :
2Tirer du pair, a eu, au XVIIe siècle, outre le sens de distinguer, celui de mettre hors de péril en une circonstance dangereuse. Quoique ce dernier [le prince de Longueville] ne m'eût pas rendu, dans la dernière occasion de ce procès criminel, tous les bons offices auxquels je croyais qu'il était obligé, je n'oubliai rien pour le tirer du pair [faire qu'il ne fût pas emprisonné avec les princes de Condé et de Conti], Retz, Œuvres, t. III, p. 14, éd. Feillet et Gourdault.

HISTORIQUE

XVIe s. Ajoutez : … Tous ceux qui n'entendent le pair, comme parlent les banquiers, c'est-à-dire la valeur de la monnaie de change d'un lieu à un autre ; c'est pourquoy on dit encores d'un homme rompu aux affaires, qu'il entend le pair, comme chose bien difficile, Jean Bodin, Discours sur le rehaussement et diminution des monnoyes, Paris, 1578, feuille S jjj (il n'y a pas de pagination).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PAIR, (Arithm.) adj. c’est une des branches de la division la plus simple & la plus générale des nombres. Un nombre pair est celui qui se peut exactement diviser par 2.

Tout nombre pair est essentiellement terminé vers la droite par un chiffre pair ou par 0 ; car ceux qui précedent étant tous des multiples de , sont conséquemment divisibles par 2, & jusque-là le nombre est pair. Pour qu’il reste tel, il faut donc que le dernier chiffre ait lui-même la propriété, ou du-moins qu’il ne l’altere point, c’est-à-dire qu’il soit pair ou 0.

Un nombre pair devient impair par l’addition ou par la soustraction de l’unité ; car dès-là la division exacte par 2 ne peut plus avoir lieu.

Deux nombres sont dits de même nom, quand ils sont tous deux pairs ou tous deux impairs ; & de différent nom, quand l’un étant pair l’autre est impair. Un nombre pair étant combiné avec un autre nombre quelconque a ; si c’est par addition ou par soustraction, la somme ou la différence sont de même nom que a.

Si c’est par multiplication, le produit est toujours pair.

De-là même il suit qu’un nombre pair ne peut diviser exactement un nombre pair, car il ne peut diviser que ce qu’il a produit.

S’il s’agit d’exaltation & d’extraction, une racine exprimée par un nombre pair donne une puissance de même nom, & réciproquement.

Telles sont les principales propriétés du nombre pair pris en général.

On pourroit demander ici à quel nom il convient de rapporter 0 . . . . Il est certain qu’il n’est ni nombre pair ni nombre impair, puisqu’il n’est point nombre ni grandeur ; mais à le considérer purement comme signe ou chiffre, on ne peut s’empêcher de reconnoître que tous les caracteres de pair lui conviennent parfaitement.

1°. Il détermine à être pair le nombre qu’il termine.

2°. Il devient impair, & même nombre impair par l’addition ou par la soustraction de l’unité.

3°. Il est, par lui-même, & sans être associé à d’autres chiffres, habile à figurer en certaines progressions arithmétiques, comme dans celle-ci (0m. 2m. 3m, &c.) & il y figure toujours comme terme pair. En effet, si m est pair, les termes de la progression le sont tous, & par conséquent celui que représente 0 : si m est impair, les termes de la progression ne sont pairs que de deux-en-deux, mais 0 appartient invariablement à la suite des termes pairs.

Mais Œ∞, ou l’infini, de quel nom sera-t-il ? Dans cette suite, par exemple, (0. 1. 2. . . . . . . ∞Œ) le nombre des termes est-il pair ou impair ? On ne peut prendre parti ni d’un ni d’autre côté, qu’on ne s’expose à des objections accablantes. On pourroit dire qu’il n’est ni l’un ni l’autre en particulier, & qu’il est tous les deux ensemble. Si cela n’est pas clair, qu’on fasse attention qu’il s’agit de l’infini.

Ce qu’on ne peut au reste déterminer pour le moins, se détermine avec la plus grande facilité pour le plus. Cette autre suite (-Œ∞ . . . .-2.-1. 0. 1. 2. . . . Œ), infinie des deux côtés, est plus grande que la premiere. Or il est évident que le nombre des termes y est impair, puisqu’elle a un terme du milieu, autour duquel deux termes quelconques, pris à égales distances chacun de son côté, donnent des sommes égales entr’elles.

Il suit que, si l’on supprime le terme 0, les termes restans seront en nombre pair ; mais on n’en peut rien conclure pour le nom particulier de chacune des deux suites opposées prises séparément, parce qu’une somme paire est tout aussi-bien celle des deux impairs que de deux pairs. Article de M. Rallier des Ourmes.

Pair ou non, (Jeux d’hasard.) s’il y a quelque chose qui paroissoie communément contestable, c’est qu’au jeu de pair ou non, lorsqu’on vous présente une main fermée pleine de jettons, & que l’on vous demande si le nombre en est pair ou non-pair, il vaut autant répondre l’un que l’autre ; car certainement il y a autant de nombres pairs que d’impairs ; cette raison si simple déterminera tout le monde. Cependant à y regarder de plus près, cela ne se trouve plus ainsi, tant ces sortes de questions sur les probabilités sont délicates. M. de Mairan a trouvé qu’il y avoit de l’avantage à dire non-pair plûtôt que pair.

Les jettons, cachés dans la main du joueur qui propose le pari, ont été pris au hasard dans un certain tas, que le joueur a pû même prendre tout entier. Supposons que ce tas ne puisse être qu’impair. S’il est 3, le joueur n’y peut prendre que 1 ou 2, ou 3 jettons ; voilà donc deux cas où il prend des nombres impairs, & un seul où il prend un nombre pair. Il y a donc 2 à parier contre 1 pour l’impair, ce qui fait un avantage de  ;. Si le tas est 5, le joueur y peut prendre trois impairs & seulement deux pairs ; il y a 3 à parier contre 2 pour l’impair, & l’avantage est d’un tiers. De même si le tas est 7, on trouvera que l’avantage de l’impair est , de sorte que tous les tas impairs, les avantages de l’impair correspondans à chaque tas, seront la suite d’, , , , , où l’on voit que le tas 1 donneroit un avantage infini ; y ayant 1 à parier contre 0, parce que les dénominateurs de toutes ces fractions diminuées de l’unité, expriment le sort du pair contre l’impair.

Si on suppose au contraire que les tas ne puissent être que pairs, il n’y aura aucun avantage ni pour le pair ni pour l’impair, il est visible que dans tous les tas pairs il n’y a pas plus de nombres pairs à prendre que d’impairs, ni d’impairs que de pairs.

Quand on joue, on ne sait si les jettons ont été pris dans un tas pair ou impair, si ce tas a été 2 ou 3, 4 ou 5, &c. & comme il a pu être également l’un ou l’autre, l’avantage de l’impair est diminué de moitié à cause de la possibilité que le tas ait été pair. Ainsi la suite , , , , &c. devient , , , , &c.

On peut se faire une idée plus sensible de cette petite théorie. Si on imagine un toton à 4 faces, marquées 1, 2, 3, 4, il est évident que quand il tournera, il y a autant à parier qu’il tombera sur une face paire que sur une impaire ; s’il avoit 5 faces il en auroit donc une impaire de plus, & par conséquent il y auroit de l’avantage à parier qu’il tomberoit sur une face impaire ; mais s’il est permis à un joueur de faire tourner celui de ces deux totons qu’il voudra, certainement l’avantage de l’impair, est la moitié moindre qu’il n’étoit dans le cas où le seul toton impair auroit tourné ; ce qui fait précisément le cas du jeu de pair ou non.

On voit par la suite , , , , &c. ou par l’autre , , , , que l’avantage de l’impair va toujours en diminuant, selon que les tas ou le nombre de jettons qu’on peut prendre est plus grand. La raison essentielle en est, que 1 étant toujours la différence dont le nombre des impairs excede celui des pairs dans un impair quelconque, cet 1 est toujours moindre par rapport à un plus grand nombre. Ces joueurs si rafinés, qui ont soupçonné quelque avantage pour l’impair, n’y eussent certainement pas soupçonné cette diminution.

Si l’on vouloit jouer à jeu égal, il faudroit que le joueur qui présente le pari dît si le tas où il a pris les jettons est pair ou impair ; & dans ce second cas quel impair il est. S’il est dit qu’il est pair, il n’en faut pas davantage pour savoir que le pari est égal, quelque pair que ce soit. S’il dit que le tas est impair, il faut qu’il le détermine ; par exemple 7, afin qu’on sache qu’il y a de plus à parier pour l’impair, & que celui qui prend ce parti, mette ce de plus que l’autre, qu’il mette 4 contre 1, alors le jeu est parfaitement égal. Nous prenons ici , avantage de l’impair, dans la premiere suite, & non dans la seconde, où il seroit , parce que cette seconde suppose que le tas puisse être également pair ou impair, ce qui n’est pas ici.

On voit donc que si au-lieu de l’alternative d’un tas pair ou impair, on supposoit plus de possibilité à l’un qu’à l’autre, ou, ce qui revient au même, 3 tas au-lieu de 2, l’avantage du joueur qui dit non-pair, pourroit diminuer dans un cas, & augmenter dans l’autre. Il diminueroit dans le cas où il pourroit y avoir un seul des 3 tas impair contre 2 pairs ; & il augmenteroit au contraire, s’il y avoit possibilité de deux tas impairs contre un pair ; par exemple, si le joueur qui présente le pari vous disoit, que le tas sur lequel il va prendre des jettons, & où vous avez à dire pair ou non, est 6, 7, ou 8, il est évident que la seule possibilité d’un tas qui seroit 7, où l’avantage qui s’ensuivroit à dire impair, doit être divisé par 3 à cause des trois cas possibles, ce qui donneroit plus petit que  ; comme au contraire si les 3 tas possibles étoient 5, 6, & 7, l’avantage étant alors dans le premier cas, 0 dans le second, dans le troisieme, on auroit plus 0, plus , qui font à diviser par 3, ce qui donneroit , avantage plus grand que , & par conséquent que .

De sorte que l’avantage qu’il y a à dire non-pair dans un nombre de tas possibles quelconques, ou pairs avec non-pairs, ou seulement impairs, sera toujours exprimé par la somme des avantages de chacun des cas possibles, divisée par le nombre des tas, en y comprenant les pairs, s’il y en a, lesquels donnent toujours 0 d’avantage : c’est-là la formule ou la regle générale.

On fait encore cette question, si le joueur qui présente le pari disoit, le tas dans lequel j’ai à prendre ne passera pas un certain nombre de jettons, par exemple 7 ou 12, &c. mais il pourra être plus petit à mon choix ; quel est l’avantage qu’il y a alors à dire non-pair ? Il est évident qu’il sera composé du sort ou de l’avantage de tous les tas possibles, depuis 7 ou 12 jusqu’à un inclusivement : ainsi dans la condition qu’il ne peut passer 7, la regle donnera , plus 0, plus , divisés par 7, ce qui fait en tout , près d’un tiers de la mise de celui qui dit impair. Si le plus grand tas possible avoit été 12, l’avantage eût été moindre, non-seulement parce que le nombre des tas possibles, où le diviseur eût été plus grand, mais encore parce qu’il auroit pû y avoir autant de tas pairs que d’impairs ; il y auroit donc , ou environ d’avantage à dire impair dans cette supposition.

Entre toutes les objections qu’on peut faire contre l’inégalité du jeu de pair ou non, & la maniere ci donnée de l’évaluer, une des plus spécieuses est celle-ci : soit le tas de 3 jettons, selon ce qui a été dit ci-dessus, il y a deux impairs contre un pair, ou 2 contre 1 à parier pour l’impair, & partant d’avantage. Cela est vrai, dit-on, à l’égard d’un toton à 3 faces, marquées 1, 2, 3 ; mais il n’en est pas de même du tas des 3 jettons, car je puis prendre chacun de ces jettons seul, ce qui fait trois cas, ou tous les trois ensemble, ce qui fait un quatrieme cas, & toujours pour l’impair ; & parce que trois choses peuvent être prises deux-à-deux de trois manieres différentes, il y aura en même tems trois cas favorables pour le pair, ce qui donne à parier 4 contre 3, ou d’avantage, & non , comme il avoit été trouvé.

Mais on doit prendre garde, que de ce que le joueur porte sa main sur le premier, le second, ou le troisieme des jettons du tas, il n’en résulte pas trois évenemens différens, en faveur de l’impair, comme de ce qu’il aura pris le second & le troisieme, ou le premier & le second, n’en fait pas deux en faveur du pair, mais un seul & même évenement, & une même attente pour les joueurs ; car dès que le hasard ou le caprice, ou quelque raison de prudence, a déterminé celui qui porte sa main sur le tas de 3 jettons, pour y en prendra un ou deux, il n’importe lequel des trois il prenne, cela ne change rien au jeu : & pour rendre ceci plus sensible, il n’y a qu’à remarquer que dans le cas où le joueur prendroit sur un tas de 2 jettons, & où l’on convient que le jeu est parfaitement égal, il y auroit inégalité, & 2 contre 1 pour l’impair, si l’objection avoit lieu, puisque par le même raisonnement il pourroit prendre seul l’un ou l’autre des deux jettons pour l’impair, & seulement tous les deux ensemble pour le pair. Le tas de 3 jettons ne donne donc pas quatre possibilités pour l’impair, par rapport au sort & à l’attente des joueurs, mais deux seulement. Les combinaisons, les changemens d’ordre, & les configurations des nombres, sont des spéculations applicables en tout ou en partie, aux questions du hasard & du jeu, selon l’hypothèse, & la loi qui en fait le fondement, & il est clair qu’ici la droite ou la gauche, & le premier & le second jetton, ne m’engagent pas plus l’un que l’autre à les prendre seuls ou accompagnés : ce sont donc des circonstances étrangeres au sort des joueurs dans la question présente.

Il y auroit plusieurs manieres d’introduire l’égalité dans le jeu de pair ou non ; celles qu’on pratique quelquefois se réduisent toutes au cas de 2 jettons, l’un blanc & l’autre noir, comme si le joueur qui présente le pari demandoit blanc ou noir. Hist. de l’acad. des Sciences, année 1728. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pair »

(Date à préciser) De l’adjectif (également substantif) latin pār (« égal, rival, conjoint, couple, paire ») dont dérivent parens (« parent »), parentela (« parentèle »), parilis (« pareil »), parare (« rendre égal ») dont la descendance préfixée est nombreuse en français : comparer, séparer, imparable, etc. (Vers 980) peer (adjectival).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prov. et esp. par ; ital. pare ; du lat. par. On rattache par au sanscrit para, autre, qui est en face ; comparez le grec παρὰ, à côté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pair »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pair pɛr

Citations contenant le mot « pair »

  • Les progrès de la civilisation vont de pair avec ceux de la cuisine. De Fannie Farmer
  • Ignorance et arrogance ne riment pas seulement, ils vont souvent de pair. De Jacques Sternberg / Dictionnaire des idées revues
  • L'injustice environnementale va de pair avec l'injustice sociale. De Noël Mamère / Ma république
  • L’irrévérence va de pair avec la culture, l’intelligence, la morale. Seule, elle devient gratuite. De Abd al Malik / Télérama, 18 février 2015
  • Le mensonge est une forme de talent, alors que le respect de la vérité, va de pair avec la grossièreté et la lourdeur. De Emil Michel Cioran
  • Coeurs durs et cerveaux ramollis vont de pair. De John Macnaughton /
  • L'autorité doit aller de pair avec la responsabilité. De James O. McKinsey
  • Le bonheur et la chance vont de pair. De Alice Parizeau / Blizzard sur Québec
  • La sérénité et l'oubli vont parfois de pair. De Allan Gurganus / Lucy Marsden raconte tout
  • Le bonheur et la tristesse vont de pair. De George Hagen / La Famille Lament
  • La liberté va de pair avec la responsabilité. De Will Self / Télérama, 4 février 2015
  • L'excentricité et la force de caractère marchent toujours de pair. De John Stuart Mill / La Liberté
  • La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. De Elizabeth Goudge / L'Arche dans la tempête
  • Soif et concupiscence vont de pair ; partage et jalousie font mauvais ménage. De Jacques Lamarche / Les Montagnes noires
  • Dans les affaires, l'esprit de décision va de pair avec le succès. De Claire France / Autour de toi, Tristan
  • Accessible au plus grand nombre (coupures de 1.000 euros), cette obligation remboursable dans cinq ans présente également l’avantage de se traiter, pour l’heure, légèrement sous le pair. , La nouvelle obligation Daimler 2,625% par 1.000 euros disponible sous le pair | OBLIS
  • A titre d’exemple, l’obligation remboursable dans cinq ans par le groupe peut être achetée ce lundi matin à 89,50% du nominal (rendement annuel de 3,10%), contre un cours encore supérieur au pair en début d’année. , Renault : une obligation par 1.000 euros franchement sous le pair | OBLIS
  • Afin de répondre à tous les usagers et d'assurer la continuité du service public, en cas d'urgence uniquement veuillez contacter la mairie au 02 33 50 06 50 ou par mail : mairie.stpair@wanadoo.fr. Le week-end, au 06 84 52 23 34. Ces nouvelles dispositions peuvent évoluer en fonction des prochaines directives de l'État. lamanchelibre.fr, Saint-Pair-sur-Mer. Coronavirus : la mairie communique
  • Je tire mon plaisir autant de la connaissance des objets que j’acquiers, que de leur possession. Je voyage ainsi dans le monde entier. De plus, la collection va souvent de pair avec une certaine inventivité. Les logements n’étant pas extensibles, le collectionneur doit trouver mille astuces de rangement. L’imagination est donc sans cesse mise à l’épreuve. Artistikrezo, Emmanuel Pierrat : "La collection va souvent de pair avec une certaine inventivité" - Artistikrezo
  • L'étonnant parcours du duo franco-italien, associé pour la première fois, s'est même prolongé jusqu'aux 8es de finale et une élimination ce lundi face à la paire Kontinen/Struff. « Le double, c'est important mais ça n'a jamais été ma priorité. Je le jouais à fond parce que je m'étais engagé auprès de Bolelli donc forcément je me tenais de bien faire les choses », avouait-il après coup. leparisien.fr, Open d’Australie : tennis, cocktails, visa… la drôle de quinzaine de Benoît Paire - Le Parisien
  • Originaire du nord de la France, Cassandra avait été engagée comme responsable dans une boulangerie à son arrivée à Paris en 2016. Deux ans plus tard, elle est débauchée par le médecin qui lui propose de devenir jeune fille au pair afin de s'occuper de ses deux enfants en bas âge. Le docteur assorti sa proposition d'une offre de logement, à titre gratuit, dans un studio. « Je devais être payée 1200 euros net par mois et ne plus avoir de loyer à payer, c'était très intéressant, reconnaît aujourd'hui la jeune femme. J'ai commencé par faire quelques heures de baby-sitting le week-end avant d'être engagée à plein temps. » leparisien.fr, Paris : une jeune fille au pair harcelée sexuellement par le médecin qui l’employait - Le Parisien
  • Au croisement des communs, du pair-à-pair et de la manufacture, le CBPP implique des forts changements pour nos sociétés. En effet, comme en témoigne Jeremy Rifkin dans son ouvrage La nouvelle société du coût marginal zéro, ce système de production libre, non marchand et horizontal, facilite une autonomie matérielle qui est capable, à long terme, de réduire la dépendance des citoyens envers l’économie existante. Le Vent Se Lève, Vers une économie post-capitaliste ? Les communs et le pair-à-pair
  • "Ma mère vit chez moi, elle a 99 ans, elle est non-voyante et sa mémoire s’en va. Elle a besoin d’une présence à ses côtés, moi je dois m’occuper de mon petit garçon de 13 ans". Cet habitant de Montdoumerc a fait les choses dans les règles : "Il y a un an, conformément à la réglementation, j’ai déposé une offre d’emploi pour trouver une employée au pair, c’est la qualification du poste. Cela n’a rien donné et Pôle Emploi a fait une attestation de recherche infructueuse, un document nécessaire pour obtenir de la direction du travail à Cahors, l’autorisation d’embaucher une personne à l’étranger". ladepeche.fr, Visa refusé pour l’employée au pair - ladepeche.fr
  • L’obligation Chemours 4% 2026 peut être achetée sous le pair à près de 89% du nominal, soit un rendement de 6%, en ligne avec un rating "B" ("High yield") chez Standard & Poor's. L’emprunt de la société chimique américaine retrouve par la même occasion ses niveaux d’avant la crise Covid-19, laquelle a fait plonger les cours jusqu'à 64% du nominal. , L’obligation Chemours 4% 2026 disponible à l’achat sous le pair | OBLIS
  • Depuis plusieurs semaines, l’obligation que s’engage à rembourser dans cinq ans Eutelsat, l'un des plus grands opérateurs satellitaires au monde, se traite sous le pair aux alentours des 98% du nominal. En marge de la crise et par rapport à ses plus hauts annuels, elle accuse toujours un repli de huit points. , L’obligation Eutelsat (2% - 2025) disponible à l’achat sous le pair | OBLIS
  • C'est ce jeudi 2 janvier à 20 h qu'officiellement le stationnement passe côté pair dans les rues de Carcassonne encore soumises à ce changement. lindependant.fr, Carcassonne : le stationnement passe côté pair ce 2 janvier - lindependant.fr
  • https://www.capital.fr/lifestyle/lavion-de-chasse-russe-su-57-montre-sa-maniabilite-hors-pair-1366839 Capital.fr, L’avion de chasse russe Su-57 montre sa maniabilité hors-pair - Capital.fr
  • Par ailleurs, précisons qu’avec des prix inférieurs au pair, cette souche obligataire est intéressante sur le plan fiscal, une partie du rendement étant exemptée d’impôts (*). , L’obligation UPS 2,2% 2024 en dollar disponible sous le pair | OBLIS
  • Le groupe de sidérurgie allemand ThyssenKrupp vient d’honorer le paiement de son obligation 2025 qui se monte à 2,50%. Libellé par 1.000 euros, le titre est disponible actuellement à l’achat sous le pair. , ThyssenKrupp (2,50% - 2025): une obligation par 1.000 euros, sous le pair et sans intérêt couru | OBLIS
  • Orientée à la baisse sur le marché secondaire, l’obligation K+S est passée sous le pair ces dernières heures. Elle cote à 99,88% du nominal (rendement de 2,66%) contre 105% en début d’année. , L’obligation K+S 2,625% 2023 par 1.000 euros proche du pair | OBLIS
  • Signalons au passage qu’avec des prix inférieurs au pair, l’obligation Intrum AB 3,125% 15/07/2024 en euro est devenue fiscalement attractive pour l’investisseur résident belge. , L’obligation Intrum AB 3,125% 2024 en euro passe sous le pair | OBLIS
  • Le “pair programming”, ou programmation en équipe laisse rarement indifférents ceux qui connaissent cette méthode de travail : efficace et flexible, elle peut néanmoins rapidement paraître épuisante et parfois frustrante si les différents membres de l’équipe s’en tiennent à leur opinion. Les processus itératifs sont monnaie courante dans la création de logiciels. D’un côté, il y a les développeurs qui définissent différentes fonctions, généralement seuls, et de l’autre, ceux qui vérifient le code et formulent des propositions de modifications qui sont ensuite transmises aux développeurs concernés. Ce qui fait la spécificité du pair programming cependant, c’est la simultanéité : deux développeurs travaillent sur la même tâche devant un même ordinateur, avec deux écrans. Ils programment donc simultanément mais aussi, et surtout, ensemble. Lors de la programmation, ils peuvent parler, critiquer, discuter et intégrer en permanence de nouvelles options. Programmez!, Pourquoi le pair programming est idéal pour les développeurs ?
  • Decathlon a ressorti ce mercredi 4 mars sa première paire de baskets en édition limitée. Les internautes en ont cassé Internet (et le site de Decathlon). GQ France, Decathlon ressort une paire de baskets et rend fou Internet | GQ France

Traductions du mot « pair »

Langue Traduction
Anglais peer
Espagnol mirar
Italien pari
Allemand peer
Chinois 同伴
Arabe الأقران
Portugais par
Russe сверстников
Japonais 同輩
Basque parekoak
Corse pari
Source : Google Translate API

Synonymes de « pair »

Source : synonymes de pair sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pair »

Partager