La langue française

Idylle

Sommaire

  • Définitions du mot idylle
  • Étymologie de « idylle »
  • Phonétique de « idylle »
  • Citations contenant le mot « idylle »
  • Images d'illustration du mot « idylle »
  • Traductions du mot « idylle »
  • Synonymes de « idylle »
  • Antonymes de « idylle »

Définitions du mot idylle

Trésor de la Langue Française informatisé

IDYLLE, subst. fém.

A. − Petit poème du genre bucolique ou pastoral, proche de l'églogue, qui a pour sujet les amours des bergers. Idylle charmante; paysage, scène, tableau d'idylle; composer, faire une idylle :
1. Nous prendrons pour objet de comparaison chez les anciens, dans les amours champêtres, l'idylle du cyclope et de Galathée. Ce petit poëme est un des chefs-d'œuvre de Théocrite... Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 391.
P. ext.
1. Tableau d'un genre de vie bucolique. L'antique trumeau, où se voyait un berger d'idylle offrant un nid à une bergère bleue et rose (Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 615).Ce serait l'idylle antique, la vie pastorale rêvée par tous les poètes bucoliques (Renan, Avenir sc.,1890, p. 406).Il ne croyait pas à une humanité d'idylle vivant dans une nature de lait (Zola, D. Pascal,1893, p. 55).
2. Œuvre littéraire qui traite le même sujet. Les romans champêtres de Georges Sand sont des idylles (Lar. Lang. fr.).
En partic. Titre donné en peinture, en musique à des œuvres inspirées de ce genre de sujet. Au xviiiesiècle vient le rococo puis la peinture des idylles (Barlet, Lejay, Art de demain,1897, p. 66).
B. − Au fig.
1. Amour naïf et tendre vécu affectivement par deux êtres dans la fraîcheur d'un sentiment idéalisé. Brève, chaste idylle; bonheur d'idylle; ébaucher, vivre une idylle. Ils avaient eu ensemble une idylle d'intelligence et non pas de passion (Bourget, Actes suivent,1926, p. 113) :
2. Leur idylle traversa les pluies glacées de décembre et les brûlantes sollicitations de juillet, sans glisser à la honte des amours communes; elle garda son charme exquis de conte grec, son ardente pureté... Zola, Fortune Rougon,1871, p. 208.
2. Relation rêvée dans un climat idéal de bonne foi et de bonne entente. L'idylle d'un nouvel âge d'or. En ce moment, on n'est guère porté à l'idylle; c'est pourtant bon de se reposer de la réalité (Sand, Corresp., t. 6, 1871, p. 140) :
3. Saint-Just était sans doute sincère dans son désir d'idylle universelle. Il a vraiment rêvé d'une république d'ascètes, d'une humanité réconciliée et abandonnée aux chastes jeux de l'innocence première... Camus, Homme rév.,1951, p. 157.
Prononc. et Orth. : [idil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1555 fém. idilie « petit poème pastoral » (Vauquelin de La Fresnaye, Les deus premiers livres des Foresteries, fo3 ro: ces Foresteries, que tout delicat poëte iugera plus proprement nommées que du nom grec Idilies ou Eglogues); 1565 masc. idyllie (H. Estienne, Conformité du langage françois avec le grec, II, 2, p. 175 ds Hug.). B. 1. a) 1638 masc. idille « poème descriptif, en général pastoral » (J. Chapelain, Lettres, éd. Ph. Tamizey de Larroque, t. 1, p. 237); b) 1674 fém. idylle « id. » (Boileau, Art Poétique, chant II, 6, éd. Ch.-H. Boudhors, p. 89); 2. 1851 « amour naïf et tendre » (Feuillet, Scènes et proverbes, p. 117 : À chaque coin de buisson, il y a une idylle). Empr., par l'intermédiaire de l'ital.idillio « id. » (dep. xvies., de Nores ds Batt.), au lat. de la Renaissance idyllium, plur. idyllia (Theocriti idyllia, titre d'une éd. de Théocrite publiée à Venise en 1539, cité par C. Kattein, Hist. du mot « idylle » ds Mél. Brunot, p. 227), calque du gr. ε ι ̓ δ υ ́ λ λ ι α mot choisi par les érudits byzantins pour désigner les poèmes de Théocrite (v. citat. d'Eustathe, xiies. ds C. Kattein, loc. cit., p. 220), dér. dimin. de ε ι ̃ δ ο ς proprement « image, figure », auquel ils avaient attibué le sens de « poème lyrique » d'apr. le plur. ε ι ́ δ η titre gr. des Odes de Pindare (le lat. class. īdyllion et le gr. class. ε ι ̓ δ υ ́ λ λ ι ο ν n'ont pas le sens « poème pastoral » mais seulement « petit poème » : v. TLL et Bailly; jusqu'à l'époque byz. les poèmes de Théocrite étaient désignés sous le nom ε ̓ κ λ ο γ α ι ́ ou β ο υ κ ο λ ι κ α ́ v. C. Kattein, loc. cit., pp. 219-220). Fréq. abs. littér. : 268. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 284, b) 611; xxes. : a) 395, b) 331. Bbg. Delb. Matér. 1880, p. 171. - Hope 1971, p. 289.

Wiktionnaire

Nom commun

idylle \i.dil\ féminin

  1. Petit poème à sujet pastoral ou amoureux.
    • Oh ! les chastes églogues ! Oh ! les idylles chantées par les poètes ! Oh ! les paysanneries enrubannées et naïves qui défilent, conduites par la muse de Mme Deshoulières, au son des flageolets et des tambourins ! — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Dans un souvenir pastoral, les vers d'une triste idylle écrite par La Fontaine flottèrent devant sa mémoire rêveuse. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (Par extension) Liaison romantique, aventure amoureuse qui ne reste pas toujours chaste.
    • Devant ce réveil navré de Paris, elle se trouvait prise d'un attendrissement de jeune fille, d'un besoin de campagne, d'idylle, de quelque chose de doux et de blanc. - Oh ! vous ne savez pas ? dit-elle en revenant à Steiner, vous allez me mener au bois de Boulogne, et nous boirons du lait. — (Zola, Nana, 1880)
    • Moi qui connais bien Hélène, je n'ai guère été étonné de la voir entamer une idylle avec un homme jeune, de vingt ans son cadet. Elle est ce qu'on appelle aujourd'hui une cougar. — (François Robin, Landerneau revivra : Une ville en campagne, L'Harmattan, 2013, p.210)
  3. Amour naïf et tendre vécu affectivement par deux êtres dans la fraîcheur d'un sentiment idéalisé. Relation rêvée dans un climat idéal.
    • Partie de la trop aimable idylle florianesque, son histoire d'amour peu à peu s'était assombrie jusqu'à prendre les couleurs arrières du roman flaubertien, qui dit l'universelle maldonne. — (Philippe Berthier, Figures du fantasme: un parcours dix-neuviémiste, Presses Universitaires du Mirail, 1992, p.164)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IDYLLE. n. f.
Petit poème dont le sujet est ordinairement pastoral ou amoureux. Composer une idylle. Les idylles de Théocrite. Les idylles d'André Chénier. Il signifie, par extension, Petite aventure amoureuse qui reste généralement chaste.

Littré (1872-1877)

IDYLLE (i-di-l') s. f.
  • Petit poëme dont le sujet est ordinairement pastoral ou relatif à des objets champêtres, et qui tient de l'églogue. Les idylles de Théocrite, de Bion, de Moschus. Telle aimable en son air, mais humble dans son style, Doit éclater sans pompe une élégante idylle ; Son tour simple et naïf n'a rien de fastueux, Et n'aime point l'orgueil d'un vers présomptueux, Boileau, Art p. II.

    Il se dit de petites pièces en prose de même genre. Les idylles de Gessner.

    Il se dit même de romans. La Mare au Diable, la Petite Fadette sont de charmantes idylles.

    Fig. Ce sujet, ce tableau est une idylle, il offre des objets qui pourraient être mis en idylle.

REMARQUE

Dans l'édition de 1696, l'Académie dit idylle masculin, ajoutant que quelques-uns le font féminin ; et, inversement, dans l'édition de 1740, elle dit idylle féminin, ajoutant que quelques-uns le font masculin. Aujourd'hui idylle est féminin, la terminaison féminine l'ayant emporté, pour décider le genre, sur l'étymologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

IDYLLE, terme de Poésie, petit poëme champêtre qui contient des descriptions ou narrations de quelques aventures agréables. Voy. Eclogue. Ce mot vient du grec ειδυλλιον, diminutif d’ειδος, figure, représentation, parce que le propre de cette poésie est de représenter naturellement les choses.

Théocrite est le premier auteur qui ait fait des idylles ; les Italiens l’ont imité, & en ont ramené l’usage. Voyez Pastoral.

Les idylles de Théocrite, sous une simplicité toute naïve & toute champêtre, renferment des agrémens inexprimables ; elles paroissent puisées dans le sein de la nature, & dictées par les graces elles-mêmes.

C’est une poésie qui peint naturellement les objets qu’elle décrit ; au lieu que le poeme épique les raconte, & le dramatique les met en action. On ne s’en tient plus dans les idylles à la simplicité originale de Théocrite : notre siecle ne souffriroit pas une fiction amoureuse qui ressembleroit aux galanteries grossieres de nos paysans. Boileau remarque que les idylles les plus simples sont ordinairement les meilleures.

Ce poëte en a tracé le caractere dans ce peu de vers, par une image empruntée elle même des sujets sur lesquels roule ordinairement l’idylle.

Telle qu’une bergere au plus beau jour de fête
De superbes rubis ne charge point sa tête ;
Et sans mêler à l’or l’éclat des diamans,
Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornemens.
Telle aimable en son air, mais humble dans son style,
Doit éclater sans pompe une élégante idylle ;
Son tour simple & naïf n’a rien de fastueux,
Et n’aime point l’orgueil d’un vers présomptueux.

Art poëtique, chant II.

S’il y a quelque différence entre les idylles & les églogues, elle est fort légere ; les auteurs les confondent souvent. Cependant il semble que l’usage veut plus d’action, de mouvement dans l’églogue, & que dans l’idylle on se contente d’y trouver des images, des récits, ou des sentimens seulement. Cours de belles-lettres, tom. I.

Un autre auteur moderne y trouve cette différence, qui n’est pourtant pas absolument générale. Dans l’églogue, dit-il, ce sont des bergers qu’on fait dialoguer entr’eux, qui racontent leurs propres aventures, leurs peines & leurs plaisirs, qui comparent la douceur de la vie qu’ils menent avec les passions & les soins dont la nôtre est traversée. Dans l’idylle, au contraire, c’est nous qui comparons le trouble & les travaux de notre vie avec la tranquillité de celle des bergers, & la tyrannie de nos passions ou de nos usages, avec la simplicité de leurs mœurs & de leurs sentimens. Celle-ci même peut rouler toute entiere sur une allégorie soutenue, tirée de l’instinct des animaux ou de la nature des choses inanimées ; tel est le ton de quelques idylles de madame Deshoulieres : d’où il est aisé de conclure que l’idylle pourroit admettre un peu plus de force & d’élévation que l’églogue, puisque sous ce rapport elle suppose un homme qui vit au milieu du monde, dont il reconnoît les dangers & les abus : son esprit peut donc être plus orné, plus vif, moins simple & moins uni que ne seroit celui des bergers, principalement occupés d’idées relatives à leur condition. Princip. pour la lect. des poët. tom. I.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « idylle »

Du latin idyllium, par l’intermédiaire de l’italien idillio.
(1674) pour la graphie idylle.
(1555) pour la graphie primitive idilie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. idyllium, de εἰδύλλιον, diminutif de εἶδος, forme, et signifiant par conséquent petite forme, petite pièce.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « idylle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
idylle idil

Citations contenant le mot « idylle »

  • L'amour de soi est une idylle qui ne finit jamais. De Oscar Wilde
  • Le coeur des hommes est une bibliothèque où s'alignent les romans tragiques, les idylles, les livres gais et aussi quelques livres légers : une bibliothèque rangée sans ordre apparent, mais complète. De Henri Duvernois / Edgar
  • Laeticia Hallyday reconnaît qu'il y a bel et bien eu une brève idylle entre les deux stars au début de leur carrière sur grand écran, dans les années 1960 : "Entre Deneuve et lui, il y a eu une aventure il y a cinquante ans, sur le tournage d'un film [Les Parisiennes, sorti en 1962]. Le reste, ce sont des inventions. Celui qui en a tiré un livre l'a fait dans un but uniquement lucratif. C'est lamentable. Il n'y a jamais eu d'amour secret dans la vie de Johnny. Catherine Deneuve a compté pour lui, c'était une amie. Mais quand elle venait à ses anniversaires, c'est moi qui l'invitais. Johnny n'avait même pas son numéro !" , Laeticia Hallyday : L'idylle entre Johnny et Deneuve ? Une "trahison" selon elle - Purepeople

Images d'illustration du mot « idylle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « idylle »

Langue Traduction
Anglais idyll
Espagnol idilio
Italien idillio
Allemand idylle
Chinois 牧歌
Arabe الشاعرة
Portugais idílio
Russe идиллия
Japonais 牧歌
Basque idyll
Corse idillia
Source : Google Translate API

Synonymes de « idylle »

Source : synonymes de idylle sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « idylle »

Partager